Les Instruments d'observations

 

Généralités :

Les deux principaux types d'instruments que l'on rencontre en astronomie sont les lunettes et les télescopes. Chacun possède ses avantages et ses inconvénients. Dans notre association nous rencontrons principalement des télescopes dont le diamètre s'étend de 115 mm à 280 mm. Bien sûr, il ne faut pas oublier les jumelles qui sont d'un grand secours pour oserver un champ étendu. Même des jumelles de tourisme conviennent parfois très bien à condition de les rendre stables. Le principe optique d'une lunette est très simple. C'est un tube à l'extrémité duquel se trouve un objectif constitué d'une ou de plusieurs lentilles. La visée s'effectuant par l'arrière du tube.

Il existe différents types de téléscopes pour amateurs dont les plus utilisés sont les "Schmidt-Cassegrain" et les "Newton" (du nom de leurs inventeurs respectifs). Ci-dessus, nous voyons une photos de ces deux systèmes optiques. Il est difficile de dire lequel est meilleur que l'autre. Cela dépend de l'utilisation que l'on en a. Ce qui compte avant tout est le diamètre de l'instrument. Plus il est important et plus on collecte de lumière. Mais attention car quelles que soient les performances de l'instrument, celles-ci ne seront guère exploitables dans un site pollué. Les astronomes amateurs font la chasse aux lumières parasites. Il ne s'agit pas d'éclairer moins, mais d'éclairer mieux et de ne pas faire n'importe quoi n'importe où et n'importe Comment. Dans les observatoires professionnels, on trouve de nos jours des instruments dont le miroir primaire atteint 10 mètres de diamètre. C'est le cas des télescopes Keck à Hawaï. L'Europe met en place actuellement, au Chili, un interféromètre de 7 télescopes dont quatre ont un diamètre de 8 mètres, le VLT. Une fois son installation terminée, ce sera certainement l'instrument le plus performant du monde.

Le VLT

Mont Paranal

 

Puissance d'un instrument

Diamètre
Magnitude limite
Nombre de Galaxies
Nombre d'étoiles
Oeil nu
6
3
7 700
50 mm
10
870
300 000
60 mm
11
1 000
690 000
70 mm
11,3
1 200
1 000 000
80 mm
11,6
1 400
1 500 000
90 mm
11,9
1 550
1 800 000
100 mm
12,1
1 700
2 250 000
115 mm
12,4
1 900
3 000 000
130 mm
12,7
2 100
3 800 000
150 mm
13
2 300
4 600 000
180 mm
13,4
3 300
6 750 000
200 mm
13,6
3 900
8 200 000
250 mm
14
5 000
10 000 000
300 mm
14,5
6 200
18 250 000
400 mm
15,1
10 000
30 000 000
460 mm
15,4
16 000
42 000 000
625 mm
16,1
27 000
73 000 000

Attention, les données ci-dessus impliquent un très bon site, exempt de pollution lumineuse, et des conditions météorologiques très favorables.

 

Grossissements :

On reconnaît généralement 4 grossissements pour un instrument. Le grossissement minimum est celui qui offre le maximum de champ et le plus de luminosité. On peut le calculer en multipliant par 7 le rapport f/D. Exemple: un télescope 200/1200 a un rapport f/D = 6. L'oculaire donnant le plus faible grossissement aura donc une focale de 6 x 7 = 42 mm. Le grossissement moyen correspond à 3 fois le rapport d'ouverture. Pour un 115/900 nous obtiendrons: (115/900) x 3 = 23,5 mm. Le grossissement utile est destiné à observer des détails planétaires. Il est donné par un oculaire dont la focale est comprise entre f/D x 1,5 et f/D x 0,7. Le grossissement maximum est indispensable pour séparer les étoiles doubles, mais il offre peu de luminosité et nécessite des oculaires de bonne qualité optique. Il est égal à environ f/D x 0,5. Mais dans tous les cas, il faut savoir que la première qualité d'un instrument est son diamètre (ou ouverture). Plus celui-ci est important, plus la luminosité de l'image reçue sera meilleure .

Quelques liens d'observatoires :

Observatoire de Haute-Provence

Observatoire du Pic du Midi

Observatoire France-Hawaï

Observatoire de l'ESO

Observatoire du Mont Palomar

Observatoire du Mont Wilson

Télescope spatial Hubble

 

Webmaster | ©2013 ASAA Mise à jour le 01/09/2013