Construction d'un T200/1200

Généralités :

Il s'agit d'un télescope de type Newton de 200 mm de diamètre et de 1209,04 mm de longueur focale. Le miroir secondaire plan a un diamètre de 46 mm bien qu'il avait été commandé un 48 mm à l'origine. Ces pièces optiques ont été achetées dans le commerce. L'instrument est principalement constitué d'aggloméré, de contreplaqué et d'aluminium. La monture est du type "fourche". Il a été choisi de réaliser un instrument d'encombrement et de poids réduit, tant que cela se peut. L'ensemble pèse malgré tout près de 45 kgs, mais étant aisément démontable, il n'y a pas de grandes difficultés à son installation. Sa réalisation à une personne a demandé environ 3 mois de travail à raison d'une moyenne journalière de trois à quatre heures. Attention à ne pas se précipiter. On a souvent hâte d'achever ce que l'on fait pour en avoir rapidement l'usage. Mais il faut être soigneux, notamment au niveau de la découpe des diverses pièces, et bien respecter les temps de séchage de la colle, peinture et vernis.

Construction du tube :

Sa forme octogonale est gage d'une bonne rigidité. De plus, avec ce système, l'orientation du porte-oculaire convient assez bien dans tous les cas de figure, ce qui n'est pas toujours le cas avec des tubes carrés. Il se compose de trois parties: un caisson inférieur, une cage supérieure (aggloméré de 18 mm d'épaisseur), ces deux parties étant reliées par huit tubes profilés d'aluminium de section carrée (20 x 20 mm).  La partie inférieure est constituée de 8 panneaux de 12,5 x 30 cm (dimensions externes) et de 12,5 x 20 cm (dimensions externes) pour la partie supérieure. Ces panneaux sont reliés entre eux à l'aide d'une bonne colle à bois, et de "cavaliers" à cheval sur chacun d'eux à chaque extrémité. Attention, les côtés seront biseautés en conséquence comme ci-contre: Les tubes d'aluminium font office d'entretoises. Leur longueur totale est de 730 mm. La partie inférieure de chaque tube d'aluminium est découpée sur trois cotés, sur une hauteur de 100 mm, et 50 mm pour la partie supérieure. Il sont reliés par des vis à bois au centre de chacun des 8 cotés décrits précédemment. Les extrémités plates étant à l'intérieur du tube. Un trou est percé sur l'un des cotés supérieurs, à 10 cm du bord supérieur pour l'emplacement du porte oculaire. Quatre autres petits trous sont percés en vis à vis et à 2 cm du bord supérieur, pour le passage des vis maintenant l'araignée du miroir secondaire. L'intérieur du tube est peint en noir mat.

Image de gauche : Forme biseauté

 

Construction du barillet :

 

Le barillet est bien sûr octogonal comme le tube, et découpé dans de l'aggloméré de 18 mm. Il n'entre pas à l'intérieur du tube et en épouse donc le même périmètre externe. A partir de son centre, on trace un cercle de 200 mm correspondant au diamètre du miroir primaire. Sur ce pourtour on place trois cales à 120° d'intervalle, qui seront maintenues par des vis, face externe du barillet. Ces cales seront utilisées comme vis tirantes. Le barillet sera traversé ensuite par trois autres vis toujours à 120° d'intervalle, et venant se placer à égale distance du centre sous le miroir. Ce seront les vis poussantes. Attention à ce que l'extrémité de ces vis soit recouverte d'une matière protégeant le miroir. Il pourra par exemple s'agir de soudure d'étain. Les bords du barillet sont ceints de petites plaques de bois d'environ 5 cm de haut afin de bien maintenir le barillet sous le tube. Des vis à bois relieront ces rebords au tube. Quatre autres vis pénètrent directement sous le barillet et dans l'épaisseur du tube. Afin que lorsque le tube repose au sol, les vis ne soient pas en contact avec cette surface, il sera bon de placer à l'aide de vis, des petits tasseaux de bois sous le barillet. Trois câles fixes à 120° maintiendront le miroir.

1: Tasseaux tirants 2: Câles fixes  3: Vis poussantes

Construction de la fourche :

La fourche est en aggloméré. Sur les deux cotés, les pans en contreplaqué sont inclinés. La base constitue un caisson creux. L'ensemble est collé et vissé. Sur le bord intérieur est, est fixé un boulon de 8 mm de diamètre auquel sera placé un ressort dur qui reliera le frein de déclinaison. Ce dernier est un bras en aluminium qui enserre un axe de déclinaison du tube dans sa partie supérieure et dont la partie inférieure vient se loger dans un emplacement fermé sur trois coté au fond de la fourche. Une tige filetée traverse ce logement, permettant d'agir ainsi sur le frein. Elle constitue le rappel en déclinaison. Un tube métallique galvanisé et fileté à ses extrémités de 40 mm de diamètre (un peu plus gros serait préférable) traverse de part en part le centre du caisson de la fourche. Son extrémité supérieure est vissée dans le bois. Ce tube doit être solidement fixé car il supporte le poids de la fourche et du tube. Une colle très forte peut convenir. Il peut également y être soudée une plaque métallique qui sera ensuite vissée dans la fourche. Dimensions de la fourche:  Hauteur hors axe : 52 cm  Longueur : 55 cm  Largeur : 18 cm

A gauche : la fourche sur le socle du télescope face nord

 

 

 

 

A droite : la construction de la fourche

 

Construction du socle :

Le socle est également en aggloméré de 18 mm. Il se compose de deux parties: Le soubassement qui est une planche sous laquelle sont fixées des roulettes à frein. La partie supérieure comprenant les supports de la fourche, peut se désolidariser du soubassement, permettant ainsi à des personnes de petite taille de gagner environ 10 cm en hauteur. La forme de l'ensemble est trapézoïdale et la partie centrale, creuse, est découpée de manière à être éventuellement utilisée pour des rangements d'accessoires. Les supports du tube de la fourche sont maintenus par de la colle, des équerres et fixés par en dessous à l'aide de vis à bois. Pour ces supports on peut utiliser des blocs de bois massif ou des plaques collées puis vissées les unes contre les autres. Ici les deux systèmes sont utilisés. Bien sûr, il faut bien centrer une découpe centrale pour le passage du tube de la fourche. Une autre planche supportera le secteur lisse. Dimensions du socle:  Longueur : 72 cm  Largeur : 50 cm  Hauteur : 44 cm sur roulettes

 

A gauche : les différents éléments du télescope.

 

 

 

 

 

A droite : le téléscope terminée.

 

Divers :

Secteur lisse et entraînement: Détermination de son rayon: Il faut obtenir un tour de l'axe polaire en 24 heures. L'écrou entraînant le secteur et placé sur la tige filetée se déplace de 1 mm par tour pour un pas de 100, 1,25 mm pour un pas de 125 etc. Si la tige filetée fait un tour par minute, elle développera en 24 heures (60 x 24) = 1 440, multiplié par le pas, soit une longueur égale à la circonférence. Nous obtenons 144 000 pour un pas de 100. Pour obtenir le rayon du secteur, il faut diviser cette valeur par pi puis par 2. Pour une tige tournant à deux tr/mn, le rayon sera deux fois plus grand. Serrage des tiges filetées: Dans notre cas, la tige du frein en déclinaison pénètre librement (sans vissage) dans la première partie du frein jusqu'à la découpe. La seconde partie possèdède une filière identique à la tige filetée. Sur cette tige sont disposés deux écrous serrés l'un contre l'autre à une distance de l'extrémité de la tige un peu inférieur à la largeur du frein. Une fois ces écrous en butée contre le frein et la tige engagé dans le pas de vis de ce dernier, il y a serrage. Le système est très efficace. Pour le serrage en ascension droite le principe est un peu le même mais c'est un boulon solidement fixé à l'extrémité supérieure du secteur lisse qui remplace le filetage interne du système précédent. En effet, le secteur est ici en bois et un filetage interne risquerait de se détériorer rapidement. Autre détail d'importance, la protection du miroir. En effet, le tube est ouvert et le miroir principal est donc plus vulnérable que dans un tube fermé (quoi que ....). Il a été confectionné un couvercle en contreplaqué de 10 mm qui se met à l'extrémité du caisson inférieur, donc de forme octogonal, et qui repose sur les vis des tubes aluminium, soit à l'intérieur du caisson. D'autre part l'ensemble du tube est recouvert d'un grand sac l'enveloppant entièrement. Un grand sac poubelle fait parfaitement l'affaire. Notez encore que le chercheur a été fabriqué à l'aide d'une demi paire de jumelles dont les optiques ont été insérées dans des tubes PVC et le porte oculaire (31,75 mm) est en également en tube PVC. Il s'agit là de pièces qui peuvent toujours être remplacées ultérieurement par d'autres dispositifs plus efficaces. L'intérieur est recouvert d'une peinture noire mat. La peinture externe a été recouverte de trois couches de vernis incolore satiné. Etant donné que cet instrument sera utilisé par diverses personnes de notre association, il a été confectionné un petit livret explicatif relativement détaillé, pour le bon usage de l'instrument, et qui est remis à chaque utilisateur. Cet instrument n'est pas encore motorisé et demande encore plusieurs aménagements qui pourront être aisément effectués. Toutes vos questions seront les bienvenues.

 

Webmaster | ©2013 ASAA Mise à jour le 01/09/2013