• entries
    89
  • comments
    63
  • views
    35475

Entries in this blog

aubriot

Ayant un Newton assez ouvert , je cherchais une barlow qui me permettrait de  grossir et ainsi passer à un F/D plus importants sans tout de fois augmenter exponentiellement les temps de pauses .

je voulais aussi qu'elle puisse être corrigée pour éviter la coma tout en restant sur des capteurs de moyen format

cela m'éviterait ainsi d'avoir deux tubes (dont une lunette AT106LE à F/D de 6,6 ) pour le CP et j'envisage de l'utiliser sur un mak sans tout de fois être certain du résultat.

 

ayant cherché une barlow ASA A2-2KORRB 1.8x F/6.8 sans succès (fabrication arrêtée ), je me suis rabattu sur une APM 1,5x ED ComaCorr au coulant 50,8mm recommandé pour ce type de tube

cette Barlow est connue de la plus part des astram et sa réputation n'est plus à faire (comme la marque).

http://apm-telescopes-englisch.shopgate.com/item/313831343838

 

- le Grandissement : 1.5 x

- Correction de la COMA (pour télescopes newton)

- Filetage en sortie M54 x 0.75 mâle côté caméra

- Filetage en entrée  M48 x0,75mm femelle côté caméra

- Filetage M48 x 0.75 femelle côté télescope (pour filtres)

- Conception télécentrique à 4 lentilles avec 2 doublets

- Peut servir de "glass-path" 1,6x pour les têtes binoculaires

- Champs corrigé et illuminé compatible avec les capteurs de grande taille

- Illumination à 100 % sur un cercle image de 30mm de diamètre

- Déplacement du foyer : 96 mm vers l'arrière

- Distance entre le filetage M54 et le foyer : 95 mm

 

le champs corrigé et illuminé de 30mm de diametre permet ainsi de recevoir mon ASI 1600 mm pro sans avoir de vignetage ou de coma.

au premier abord ce qui surprend , c'est qu'elle est très grande et c'est peu dire .

c'est un de ces points noirs : sur mon newton ce n'est pas très important mais la course sur mon mak elle est très courte.

il faudra bien faire attention  lorsqu’on rétracte le PO pour ne pas aller buter dans le baffle .

 

elle est très bien finie  ; son poids avoisine les 1kg mais son prix vous refroidira certainement (>400€)

elle est composée de deux parties :  a droite de l'image l'élément optique, à gauche la rallonge

du coté optique on a un filetage en M48 pour y fixer un filtre et de l'autre coté nous avons un filetage en M54 ou vient se visser cette rallonge.

on devra démonter cette partie si l'on veut y mettre sa caméra en fixe et respecter le BF de 95mm

20200910_092338.jpg.f8863423b0f1added5fb2e2e89a0c489.jpg20200910_092324.jpg.04dbf75c24571150fe3a5b7c08b2d525.jpg

5f59d5c15c2c2_barlowAPM.jpg.e6330b1b2835f8641ff7f27956bc1655.jpg

 

Premier test sur une petite lunette TS60/330 avec une ASI 183mc pro : je ne constate pas de déformation notoire  meme si elle n est pas dédiée pour fonctionneravec une lunette

 

TS60-330.PNG.866f3625170ce95867a670142bbb1498.PNG

 

le seul regret est de se retrouver très loin  du focuser. cela peut vous provoquer du porte à faux

 

20200908_180417.jpg.241777cb6e5c3b11fffb3e6d30804b57.jpg

 

deuxième essai sur ASA10N et une 1600mm pro sur un bâtiment se trouvant à 100 mètres

le positionnement de la caméra est évidement plus proche et le porte à faux est moins présent voir inexistant si votre focuser est de qualité

il faudra seulement faire attention à ne pas venir buter sur la monture

 

20200902_204647.jpg.1c7f8fd63ec0f26c33614785e8d96131.jpg

 

l'image est propre et je ne constate aucune déformation ou défaut optique

 

2020-09-04-1809_2-1-CapObj_0004.PNG.3c26f5ac1603d13b9ba376458cc061ef.PNG

 

sur le maksutov , le poids et le BF ne gène en rien le focuser Feather touch . il faudra seulement faire attention à ne pas trop rentrer la barlow pour éviter de taper dans la baffle et forcer sur le moteur de mise au point.

je n'ai pas encore traité les images produites avec ce tube car mes connaissances de traitement en planétaire sont très basiques j’espère pour voir en mettre une d'ici bientôt.

 

20200910_092242.jpg.9987b469ef75aa65b57077aa95cc7358.jpg

 

passons sur M13 que j'avais imagé avec le correcteurde coma( réducteur x0,95) et ASI 1600mm pro . je ne constate pas de coma et juste un légé vignetage mais rien de flagrant

la petite galaxie NGC6207 située en bas  sur la première image semble bien petite avec un F/D de 3,8 avec des poses de 10s . j'avais pu la faire ressortir mais elle était bien petite à mon gout

la deuxième capture faite avec cette Barlow APM et l'ASI1600mm pro  montre bien le champs restreint sur M13.

la troisième prise permet avec une pose de  60s de faire ressortir merveilleusement bien cette galaxie NGC6207

 

barlow.PNG.be49a959f5698716d7d45a5d8a99555e.PNG

 

alors que dire : que du bien .

 

même si  elle ne permet que de grossir 1,5x je peux ainsi imager de faibles objets tout en ayant des poses < 5mn en mode binning 1x sous un bon seeing. dans le cas contraire je devrais passer en binning 2x

son poids ne me gène pas et sa longueur ne me pose pas de soucis sur mon newton.

les étoiles restent rondes sur les bords tant qu'on respecte les 30mm de diamètre . pour le capteur de l'ASI1600 mm pro cela convient parfaitement.

elle peut aussi être utiliser sur des capteurs de taille moyennes sur des lunettes sans constater de défaut du à la correction de coma .

 

j'aurai pu opter pour l'APM 2,7x mais les temps de poses ne seraient plus du tout les mêmes et j'aurai du passer en mode binning 3x.

 

bon ciel

Christophe

 

aubriot

vouloir faire de l'astrophotographie lunaire demande avant tout de la patience mais aussi de faire quelques calculs pour obtenir des images viables et publiables .

je ne referais pas le descriptif des Barlows fait à merveille par d'autres  comment choisir une lentille Barlow mais j'aborderais plus le coté calcul de celle ci suivant le tube utilisé

partons du principe que toutes les conditions météorologiques sont réunies pour faire votre hobbit favori .

vous venez de sortir le tube et vous êtes prêt à réaliser des vidéos de la lune . hors en astrophoto , certains confondent vitesse et précipitation et le résultat n'est pas à la hauteur de leurs attentes.

 

on ne le répétera jamais assez :

 

1 - mettez à température votre tube ainsi que votre train optique avant d'engager quoique ce soit !

pour ma part je le sort deux heures avant et encore parfois ce n'est pas suffisant ;)

 

nota :vos Barlows et oculaires peuvent aussi provoquer des perturbations optiques représentées par des veines de chaleurs .

 

2 - le deuxième conseil est bien sur de vérifier votre la collimation sur une étoile assez lumineuse au zénith puis proche de l'objet que l'on désire photographier.

en théorie un déplacement du tube sur 10 m ne provoque pas de décollimation  mais il est toujours bon de s'en assurer.

à force de pratique cela doit pas vous prendre plus de 20 mn

 

3 - privilégiez le vissé plus que le serrage par vis ou annulaire .

autant en visuel cela n'e se voit pas autant en astrophoto les jeux provoqués par ces serrages peuvent induire des défauts d'alignements qui se répercuteront sur la photo finale

 

4- nettoyez vos optiques avant toutes prises de vues .

on peut aussi éliminer ces taches avec PS mais cela demande un travail supplémentaire que je vais aborder plus bas .

 

j'ai à ma disposition plusieurs Barlows , une Télévue Powermate 2x , une APM 1,5x comacorr ; une APM 2,7x comacorr et bientôt un correcteur glasspatch 1,7x.

mais pourquoi utiliser différentes Barlows ?

la réponse est simple : toutes ne conviennent pas au même tube

 

jusqu’à maintenant j'utilisais un petit formulaire excell qui me permettait de calculer cette Barlow sans connaitre la formule utilisée et parfois le résultat n'était pas à la hauteur de mes attentes.

j'ai donc décidé de revenir à la théorie pour comprendre la raison de ces échecs

la première formule à retenir en visuel est celle ci  :

 

      F telescope * coeff barlow / F oculaire = Grossissement visuel

 

la deuxième qui va plus nous intéresser concerne l’échantillonnage , le pouvoir séparateur et la focale résultante

 

     Échantillonnage (seconde arc) =206,28*P(microns)/F(mm) 

     Séparateur  0.5*120/D(mm) =206,28*P(microns )/F (mm)

     d’où la focale est de F(mm) = (206,28 / 60)*P(microns)*D(mm)

 

A partir de cette dernière formule , on va pouvoir calculer la focale "idéale" théorique . je dis bien théorique car dans la vie le seeing viendra jouer les troubles fêtes

 

comme j'ai plusieurs tubes , j'ai réalisé une petit fichier xls qui permet d'avoir cette focale résultante et la Barlow a avoir à sa disposition

 

le premier tableau permet de calculer en fonction du diamètre du tube en mm et de la taille du pixel de la caméra en µm pour obtenir la focale résultante .

il utilise la formule  : F(mm) = (206,28 / 60)*P(microns)*D(mm) .

 

nota : le nom du tube et des caméra sont a rentrés manuellement.

 

focale.jpg.95fd5ea791db95f9a2795d9b0a9f52e1.jpg

 

le deuxième tableau  permet de calculer la Barlow idéale

il utilise la formule suivante : F idéale du premier tableau / F du tube

la focale du tube est à rentrer manuellement

 

619f3d74696a0_barlowidale.jpg.48422635dfbd2d062303ce8a1689d5eb.jpg

 

les couleurs choisies manuellement vous montre qu'il ne faut pas dépasser un certain seuil car il ne faut pas oublier que lorsqu'on utilise une barlow 2x on divise par 4 la luminosité et qu'un réducteur de focale n'est pas vraiment dédié à ce type de photo (quoique )

les conséquences de la Barlow : cela allonge les temps de poses .

 

le choix des couleurs ne représente que mon point de vue .

 

en rouge : déconseillée

en orange : possible suivant les conditions climatiques ou suivant les phases de la lune

en vert : idéale

 

le troisième tableau  sera votre pense bête . a vous de le remplir en fonction du résultat du deuxième tableau !

 

619c87c8ba11a_barlowfinale.jpg.842d7e7b7cac524f797e16b6d946d7ae.jpg

 

cette feuille me rappelle en permanence ce que je dois utiliser comme Barlow en fonction de la caméra et le tube de cette soirée :D

 

vous allez me dire mais pourquoi avoir plusieurs tube et plusieurs caméras ?

comme vous pouvez le voir certaines caméras sont plus dédiées au lunaire , au solaire ; à faire des mosaïques ou pour leur couleur  et toutes les caméras ne sont pas compatibles avec le même tube.

 

enfin c'est le plus important certains tubes comme ma lunette TS seront plus appropriés pour avoir le soleil ou la lune dans sa totalité alors que j'utiliserais plus mes deux tubes de 250 pour faire de la HD lunaire ou les planètes lointaines du système solaire .

 

maintenant il faut bien comprendre qu'une barlow a aussi des limites qu'on ne peut dépasser : son BF (BackFocus)

 

- Sur les Powermate 2x/2,5x et 4x les choses sont assez simples . la focale ne bouge pas  ou presque pas tant qu'on ne dépasse pas les 100mm de BF

 

0EAsTiB1B9PmHoD4E354UHMvlQsssCsHiLgLSMAJspVt1oLbILd1gJKM9xMbHXx6sV8R2jNIW1zUMUH_rk963-6xkpZ3tRkpZktMrqg.jpg.86d7d714fe6d9a0239eddd5860a81ee7.jpg.6c534b10f7de7ab1ccc9479a7c0c55e8.jpg

 

- sur mes deux APM  il faut respecter ces distances

 

Barlow APM 1,5 x :  tirage de 95 mm

Barlow APM 2,7 x :  tirage de 100 mm pour un gr de 2,7x et possibilité de Grossissement jusqu’à 3x . formule G= 1+ T/f  (Tirage et focale Barlow de 62.9mm)

 

certains me diront  : ouai mais elles sont corrigées et dédiées pour les newtons !

en effet c'est le cas  mais vu la taille du capteur la correction ne doit se faire que sur les bords  de la Barlow (corriger moi si je me trompe ).

pour ça je ferais un autre post sur l'APM 1,5x comacorr et le résultat que j'ai obtenu avec certaines photos est imperceptible

 

- le correcteur glasspatch 1,7 qui n'est pas vraiment une barlow . son utilisation est souvent détournée pour ça et pour une raison simple

 le backfocus étant très important il permet ainsi de mettre tous les accessoires derrière  (bague+ADC+filtre+caméra ) tout en respectant le BF et obtenir le bon grossissement

 

- vient enfin le F/D variable apporté par le déplacement du primaire sur les SC et Mak lien

 

un point que l'on constate souvent : les taches sur les photos . on a beau nettoyer les optiques il reste toujours des poussières .

 

619f388b78c19_174sansbarlow.png.3af19a7ed75f5bd3c4ede2160ffaf05f.png

 

un moyen très simple est d'utiliser Adobe photoshopSC  :

 

- ouvrez votre image

- enlever le cadenas sur l'image qui bloque toutes modifications de l'image

- sélectionner outil correcteur (J) localisé

- faire Alt+clic souris pour sélectionner la teinte à appliquer (zone a cote de la tache )

- option : clic droit sur la souris pour déterminer la taille de la bulle de correction

- et appliquer sur la zone désirée .

 

le tour est joué et finit les taches indésirables

réalisée avec une Asi 174mm + zen 250+filtre ir 742 phase de la pleine lune à 98%

 

619f3b436cdff_174sansbarlowcorrige.png.01c32d78560ed8469f20fc44ee83c79c.png

 

 

bon ciel

Christophe

barlow.xls

aubriot

dernièrement j'ai changé le PO de ma lunette astrotech 106LE en achetant un moonlite CFL 2,5 " avec l'adaptateur approprié  à la lunette car il il commençait a donner des signes de faiblesse. le focuser moonlite CFL 2,5"

rappeler vous qu'avec du jeu dans l'axe et dans la mise au point vous n'obtiendrez rien de bon et puisque vous le changer c'est le moment de passer à des gammes de meilleures qualités

 

Nota : si cet adaptateur n'est pas fournit ou non disponible , il vous faudra en fabriquer un !

 

A partir de là vous pensez que le plus dur est fait ....pas vraiment.

même si ce focuser est vissé sur l'adaptateur rien ne certifie qu'il soit bien aligné  .

il faut donc aligner l’axe de déplacement du porte oculaire sur l'axe central de la lunette et s'assurer que ce déplacement soit bien parfait .

 

 

pour effectuer cette tache on peut le passer sur un banc de test professionnel ou s'en faire un . j'ai choisit la deuxième option pour différentes raison : aucun magasin pres de chez moi , le cout et l'envie de le faire.

il vous faudra une feuille  , un stylo , des clés allens américaines et un laser de précision .

dans mon cas j'utiliserais le Collimateurs lasers Howie Glatter 650nm 2"que j'avais déjà utilisé pour aligner l'araignée de mon ASA 10N avec le miroir primaire .

 

ce laser est ce qui se fait de mieux et il n'y à pas plus précis . lien

c'est le seul qui soit arrivé chez moi vraiment bien collimaté !

bref autant dire  que vous n'aurez jamais à passer par cette étape

 

on le trouve en trois modèles : 31,75mm , 2 pouces ou mixte des deux  2pouces/31,75mm et dans deux gammes de fréquence 650nm et 635nm .

son prix avoisine les 400€ ce qui est déjà une forte somme vous en conviendrez .

 

 

ce laser possède plusieurs accessoires dont :

 

- un embout permettant d'afficher des cercles concentriques

- un embout permettant d'afficher une croix et un cercle (celui que j'ai pris )

- un embout permettant d'afficher un damier

- un tublug 2 pouces pour régler votre newton

- une barlowed collimated

- un adapteur T

- un variateur de laser

etc

 

images.jpg.1e2f07d59ac1358ba8005aa9d10cda1e.jpg

 

lorsqu'on l'active on trouve que les traits crées par le laser sont un peu gros.il est aussi lourd très lourd et c'est peu dire.

ça c'est pour le mauvais coté du produit . passons aux bons

il s’insère parfaitement dans le PO sans laisser de jeu ....son usinage est parfait!

en cas de chute il est garantie pour ne  pas se dérégler .autant dire qu'il est résistant !

 

 

si jeu il y a,  il vient certainement de votre porte oculaire et il vous faudra trouver un moyen pour l'éliminer . une des solutions est d'entourer d'une bande adhésive la circonférence du laser ;)

 

pour aligner le porte oculaire , j'ai utilisé deux méthodes

 

1er méthode :

 

- prenez un plan de travail et assurez vous qu'il soit bien à l'horizontal .

- assurez vous aussi que le mur d'en face soit aussi a l’équerre du plan de travail

- collez y une feuille blanche

- dévissez le pare buée

- coller la lunette sur la feuille et modélisez la surface extérieure de la lunette. il faut que la lunette soit dans l'axe du plan de travail

- éloignez la lunette tout en vous assurant qu'elle soit toujours bien alignée au plan de travail et dans l'axe de la feuille

- activez le laser et vérifiez que la croix modélisée soit bien positionnée au centre de votre cercle

- si ce n'est pas le cas  , veuillez agir sur les vis de collimations du PO . sur le moonlite il y en a une au quatre coins du PO.

 

   votre croix se décale sur la gauche ...agissez sur la vis de droite

   si votre croix part sur le haut .....agissez sur la vis d'en bas .

 

20211106_090732.jpg.5d8e7a76545b9b0e612ec0ebe715d9cd.jpg20211103_170655.jpg.e5487a0eb697b61717c2f50c8d4db988.jpg

 

20211106_090904.jpg.13e1da0423986bd99432f0d784cda84e.jpg20211106_091530.jpg.18cfb6fa7d309997b9e2bef74611eebf.jpg

 

20211106_091254.jpg.77fd9c1b6208013dce5927e8f880b20f.jpg

 

2ieme méthode  :

 

- scotchez une feuille transparente sur la sortie du tube

- modélisez le cercle de sortie de votre lunette ou marquez les limites de la croix

- activez le laser et vérifiez que la croix modélisée soit bien positionnée. si ce n'est pas le cas modifiez sa position en actionnant les vis du PO

- faite varier la sortie du PO pour éloigner le laser de point d'origine . vérifier que la croix reste bien au centre et que la croix reste correctement postionnée . j'ai marqué les bords pour vérifier ce décalage.

- si c'est le cas et il y a forte chance vous devrez de nouveau visser ou dévisser les vis de positionnement .

 

 

PO rétracté

 

20211108_120508.jpg.7c17769190aece59960eb423ef47b204.jpg

 

correction a effectuer sur la vertical

20211108_120347.jpg.48b1a37f0d432670a4f8e848039a3a72.jpg

 

PO  sortit et centré

20211108_173609.jpg.355f35757465ed92f9683b86a5353b27.jpg

 

je la trouve plus précise car trop de paramètres rentre en jeu sur la 1er méthode

 

après avoir effectué ce réglage grossier , il faudra le vérifier sur une étoile

pointez une étoile , faite la map de cette étoile, activer la croix de votre caméra et positionnez celle ci au centre de la croix. on part du principe que votre suivi est bon .

faite la tourner sur elle même  : si l'étoile décrit un cercle c'est que votre PO n'est pas encore bien positionné .

 

si elle reste au centre votre Porte Oculaire est réglé

bon ciel

Christophe

 

 

 

 

aubriot

dans le monde l'astronomie planétaire les télescopes cassegrains ayant un diamètre supérieur à 250mm ne sont pas courant sur le marché de l’occasion .

par un concours de circonstance , je suis tombé sur une vente d'un astram nommé hAlfie lien de la mise en vente du vixen VMC 260 L

 

en ces mots il décrivait son  matériel :

 

"Sa formule optique est un dérivé du Maksutov Cassegrain, le ménisque étant remplacé par un correcteur devant le miroir secondaire. Cela permet de garantir un champ plan sur plus de 10mm avec petits pixels (15mm avec gros pixels),

 

Le tube est équipé des accessoires suivants :

-Chercheur 7x50 réticulé( non éclairé)

-Baader ClickClock au format Vixen M60/50,8mm

-Une bague Skyméca neuve sur mesure au format M60 Vixen/SCT 2’’ en sortie permettant de visser n’importe quel accessoire SCT,

 

 

Niveau pedigree :

-acheté en 2008 à Galileo par Raymond Sadin qui s’en servait pour faire des articles sur la lune,
-racheté ensuite par Jean-Marc Bédon qui a adapté des ventilateurs pour accélérer la mise en température (il est électronicien) et a repeint le tube en blanc (au lieu du vert d’origine) pour de meilleurs échanges thermiques,

-racheté en 2017 par moi-même après l’avoir passé sur le banc à Optique Unterlinden, Rémi l’a jugé excellent (comparé à ce qu’ils ont l’habitude de voir avec des Mewlons 250 et 300)."

 

 

A la vue de cette annonce je n'ai eut que 15mn pour prendre ma décision pour l'acheter.

suivant le descriptif du constructeur il a tout pour plaire d'autant que les personnes qui l'ont utilisé sont connues et reconnues dans ce domaine.

ce tube n'est pas très connu et pourtant  il mériterait de l'être . les tests sur ce tube ne courent pas les rues .

 

descriptif technique du VMC260L : MC signifie Maksutov-Cassegrain . le télescope est un Field-Maksutov-Cassegrain

 

Type de construction Cassegrain

Ouverture  260 mm

Focale  3020 mm

Grandissement de l´ouverture (f/) 11,6

Pouvoir séparateur 0,44

Valeur limite (mag) 13,9

Pouvoir collecteur de lumière 1380

Grossissement utile maximum 520

Poids du tube 12 kg

diamètre du tube 304 mm

Longueur du tube  650 mm

Matériau du tube : en Aluminium

Type de miroir secondaire :sphérique

Construction du miroire principal : sphérique

Aération miroir primaire : non mais modifié depuis

Araignée du miroir secondaire : 4 branches de seulement 1,3 millimètre d'épaisseur

poignée pour le transport

ménisque dans le secondaire.

obstruction de 40%

apparemment un champs corrigé de 10mm

 

VMC260L-schematic.jpg.8dc80bbc62e41f7c8e2aaa4bb52ff367.jpg

 

en le voyant la première fois ce tube rien ne présage à la bonne impression qu'on peut en avoir par la suite . il ressemble à tant d'autres !

première particularité constaté .....le tube est ouvert avec un correcteur intégré dans le secondaire et ça pour le planétaire ce n'est pas commun. la plus part sont fermés par une lame dont les SC  ou par un ménisque comme sur les mak

Il permet une rectification sphérique et non parabolique ou hyperbolique du miroir secondaire, ce qui est beaucoup moins coûteux et plus précis. De plus, le ménisque évite d'avoir à utiliser une lame de Schmidt à l'extrémité avant du tube

cela a permis de réduire au maximum sa longueur et éviter la buée . 

 

617f98ccdd01d_CoupeVMC260L.png.f1e39221aba73172f0757051d7939aa7.png

 

je tiens à préciser je n'ai jamais utilisé de résistance chauffante ou de pare buée . pourtant le temps ne s'y prête pas vraiment en ce moment !

 

20211031_160239.jpg.68082685894b4af4fa6744f26352e943.jpg

 

la deuxième surprise  et pas des moindres : son poids . j'ai l'impression d'avoir entre mes mains ma lunette Astrotech 106LE et pourtant non c'est bien un tube de 305mm de diamètre  .:o

A peine 12kg !

 

20210322_163739.jpg.7d6862b671917a7d8fab7fa38ee164b8.jpg

 

d'origine ce tube n'est pas de couleur blanche mais vert foncé. d'autre part il ne comporte pas de ventilation à l’arrière du tube  ce qui est bien dommage  car cela accélère la mise en température .

là ou il me faut facilement 1 heure 30mn pour mettre mon zen 250 en température ici il ne me faut qu'une 1h00 ventilos activés. c’est toujours ça de gagner .

ces ventilos sont assez bruyants en raison de leur diamètre mais l'efficacité est au rendez vous (malgré la pose de filtres en entrée)

la mise sous tension des ventilos se fait par une simple fiche jack 2,1 . simple et efficace !

 

20210322_154151.jpg.ab2294e35d5529911d23c41de56bc72f.jpg

 

attention la sortie est en M60 et non au filetage SC . pour cela vous devrez acheter un bague adaptatrice

 

20210322_154144.jpg.12b80b4c39afaa70b2181ed73d0d184a.jpg20210322_154244.jpg.653de6940740b28c100a5081d6fc6374.jpg

 

A partir de là tout sera possible d'être installer .

 

passons au chercheur .  c'est un 7x50 . le système d'attache est simple et sur . le réglage du chercheur se fait classiquement par 3 vis . il est assez précis et assez lumineux pour remplir sa fonction .

le seul défaut  et pas des moindres : il n'est pas rétro éclairé . c'est bien dommage car cela n'aide pas à rechercher l'objet désiré . on est obligé de le régler avec un petit décalage pour s'assurer de sa bonne mise en position autrement l'étoile disparait .:(

 

20211031_160208.jpg.20cea86ae96e08d03227d6ca6f8f4c2a.jpg

 

cote collimation . est ce assez simple à réaliser ?

la réponse est ambiguë : oui et non . tout se fait par l'avant mais a chaque réglage votre bras vient obstruer le tube . pas simple !

il suffit de dévisser une des vis et de régler les deux autres tout en respectant les préconisations :

 

20210322_173018.jpg.1ff9ceebd049a629cc5f9a66725c6c5b.jpg

- avoir une nuit calme (avec un bon seeing  )

- mettre en température le télescope (sortie 1 heures avant , tête en bas et ventilé)

- mettre le pare buée

- prendre une étoile de forte magnitude

- proche de la polaire

- grossissement avec une Barlow Televue 2x sans renvoi coudé !

- bien centrer l'étoile sur le centre de la caméra

- vérifier  en intra et extra  l'alignement

- s’aider de la croix virtuelle de la caméra pour avoir l’étoile centré et vérifier le centrage de l’ombre du secondaire

- prendre une photo pour vérifier avec le logiciel " Al's Collimation Aid" la bonne collimation.

- faire une vidéo pour s'assurer que la tache  d'airy est bonne

 

617f80dae37ba_VMC260Lextra.png.d3106de162d034648207e6841d841559.png617f80e1ea7e1_VMC260Lintra.png.ba2c946b6b2a776520f062598437b98d.png

 

par contre une chose est indéniable : sa collimation ne bouge pas ou presque pas même après avoir fait 500Km . surprenant !:o

 

l'autre bonne nouvelle réside du cote Shifting  . il est très très faible sauf si on y fait attention.

l'étoile reste dans le champs et ça s'est un vrai plus ...et pour la collimation c'est aussi un bon point ;)

 

le deuxième problème auquel j'ai été confronté : la queue d'aronde ne rentre pas sur celle de la 10 micron . un des bords est oblique alors qu'il faudrait l'avoir droit (de plus la queue était trop large).

un coup de disqueuse et le tour est joué

 

au final après avoir posé mon focuser feather touch  2 pouces et son moteur de mise au point sesto senso 2  me voila prêt pour effectuer les tests visuels

 

le test visuel :

 

l'image est stable et le piqué est là . c'est la CLAQUE !

mais les choses sont un peu moins brillantes  après cette premier impression .

l'image a tendance a aller vers un jaune très très léger et ça quelque soit l'oculaire utilisé .

il est presque certain que c'est l'obstruction de 40% du baffle qui est responsable de cette chute de luminosité

 

- avec un nagler 16mm la teinte part vers une couleur plus orangée . je vous déconseille ces oculaires pour ce type de tube

- avec un TS20mm réticulé la couleur est plus neutre et tend vers un très léger jaune . il faut dire que cet oculaire n'est pas un foudre de guerre

- avec les oculaires orthoscopiques Tani  on retrouve "presque" le noir et blanc demandé . sur ce point le Zen 250 le surpasse même avec une barlow car son obstruction n'est que de 33%

 

lors de mon premier essai avec un 9mm j'ai pu monter à un grossissement de 338x avant que l'image ne se dégrade .sur le second essai après avoir refait la collimation et avec un meilleur seeing j'ai pu à ce moment monter à un grossissement de 500x

l'objectif est remplit puisque je voulais atteindre les x2D .par contre j'ai déjà fait mieux avec le mak zen250.

avec une collimation plus affinée je pense pouvoir encore améliorer les capacités de ce tube

 

le test en VA :

 

avec la même caméra et en faisant le test avec les deux tubes (le vixen et le zen 250 ) le résultat est sans appel : l'image est bien meilleure et est beaucoup plus stable sur le VMC260L

cela est certainement du à la mise en température beaucoup plus longue  sur le Zen 250 en raison du ménisque qui ferme le tube.

 

certains pensent que le focuser est inutile en planétaire  .... bien au contraire je le trouve très utile .

la molette de mise au point est douce et assez précise jusqu’à un certain point.

c'est au moment ou l'image devient nette que je vous conseille de passer au moteur pour affiner la mise au point . cela évite les tremblements du tube et la gène que cela peut occasionner.

 

côté photographie lunaire et jupiter :

 

c'est presque un jeu d'enfant . je ne dis pas qu'on réussi a chaque fois ces vidéos mais on a beaucoup moins d'échec qu'avec le mak.

les "images" des vidéos sont plus stables et cela en facilite le traitement

 

platon.png.aba10e2b946c9f51612f74005d247d85.png

 

lune2.png.50cf66ef357a6220c23f8d7449332296.png

 

pour Jupiter c'est plus compliqué  . autant je maitrise à peu prêt les paramètres avec le lunaire autant je découvre le monde photographique et du traitement des planètes lointaines

une chose est certaine ,je vais devoir reprendre la collimation et l'affiner....et ne pas forcer sur la focale. beaucoup de travail (et d'échecs) en vue  pour s'améliorer

 

617f7e95e5160_jupiter2.png.a24da25e33a6a2a4657cdfbaf54d0c80.png

 

cote ciel profond :

 

j’attendrais d'avoir acheté le reducteur Vixen 0,62x pour donner mon avis .

 

 

alors que dire de ce tube en planétaire.

 

un grand nombre de points positifs :

 

- Un poids  de seulement 12Kg alors que mon zen en fait 15kg

- Un tube ouvert qui permet une mise en température rapide  (compter 1h00)

- Pas de lame de fermeture évitant ainsi le dépôt de buée

- Une correction dans le bleu (sphérochromatisme)

- La collimation qui ne bouge pas sur de courtes distances ou très peu sur de grandes distances

- le piqué des images

- un grossissement de 500x

 

voila pour les bon cotés . passons aux mauvais même si ils sont rares :

 

- un très infime Shifting ..... si on y prête attention .

-une obstruction de 40% avec une perte de luminosité

- un chercheur qui n'est pas retro éclairé . dommage car cela complique un peu les choses !

- son prix qui pique un peu mais face au mewlon aucun regret

 

conclusion :

 

ce télescope a tout pour plaire pour faire du planétaire en visuel comme en astrophotographie

de part sa conception il rivalise avec  plus d'un mak ou de SC .....voir les dépasse par la stabilité de sa collimation , son piqué , sa mise en température et sa légèreté .

de par son diamètre il fait même concurrence aux lunettes dont le prix s'envole a partir des 100mm de diamètre

 

20210323_164251.jpg.2547f196448fc61747d389e4f64b54b5.jpg

 

il est particulièrement adapté au nomade par son poids très léger ;  sa mise en température rapide et sa collimation qui reste stable malgré de longues distances parcourues

je vous le conseille . si vous avez la chance d'en voir un vente d'occasion , n'hésitez pas l'achetez vous ne le regrettrez pas .

c'est le meilleur rapport perf/prix/qualité que j'ai pu trouver à ce jour ;)

 

bon ciel

Christophe

aubriot
mon soucis dans le traitement des images astronomiques a toujours été délicat de l'élaboration de la couche RVB car j'avais une dominance dans le rouge
bien évidemment  l'image finale était un peu différente de ce que la NASA a l'habitude de nous publier
j'ai souvent mis en doute ma méthode de travail ou des process que je pouvais utiliser .
 
certains négligent la couche couleur et pensent que ce n'est qu'une simple "apparence" qui n'a pas vraiment d'importance
en effet , on peut photographier un éléphant et y mettre une couleur rose mais on se rapproche plus de l'art que de la photographie
 
j'ai donc cassé la tirelire et opté pour l'achat de filtre RVB astronomik en 36mm non monté Deep sky
celui qui me les vendu m'a bien confirmé que je ne regretterais pas mon achat .
 
courbe de réponse de ces filtres astronomik RGB

 
courbe de réponse des filtres ZWO
 

 
en ce moment (parmi tant d'autres ) la nébuleuse planétaire M27 est l'un des objets préférés des astrams . assez haute dans le ciel , assez lumineuse et pleine de détails et de couleurs chatoyantes
 
sur le site de la NASA , on la voit majestueuse avec des couleurs rouge et bleu.
https://apod.nasa.gov/apod/ap111227.html
qui ne rêverait pas de faire une telle photo ...moi le premier
 
La Nébuleuse planétaire M27 Dumbbell : Nébuleuse de l'Haltère
étoile centrale : naine blanche de couleur bleue très chaude (85 000 K) de mag de 13,5
Distance de la Terre : 1 360 années-lumière
Rayon : 1,44 année-lumière
Magnitude : 7,5
Magnitude absolue : -0,6
Âge : 9 807 ans
Coordonnées : Ascension droite 19h 59m 35s | Declinaison +22° 43′ 16″
Magnitude apparente (V) : 7,5
 
j'ai donc sur deux soirées pris des photos en L ,R,V,B avec chacun des filtres ZWO et astronomik
la couche L a été réalisée avec un seul filtre CLS astronomik car la pollution est assez présente sur mon site (borthe 5 ) . j'ai encore un peu de tilt sur le coté gauche.
 
assemblage de 60 poses de 60s en L avec un ASA 10N et une barlow 1,5x avec une ASI 1600 mm pro et filtre CLS astronomik
 

 
afin d'être le plus réaliste possible  je n'ai effectué aucune "transformation" des couches RVB. seul la couleur a été ajustée sur le résultat final
 
lorsqu'on utilise histogramme transformation  sur l 'image de droite (filtre ZWO)  il y a une dominance du rouge qu'il va falloir enlever . 
sur l'image de gauche (filtre astronomik) , les couleurs sont un peu plus homogènes  bien que j'ai une "lumière parasite" plus importante sur le coté droit . parasite du lampadaire ?
 
20 poses de chaque en RVB de 60s sur filtre ZWO et RGB  astronomik
 

 
vous y rajoutez la couche luminance et vous y constatez  :
 
- un prédominance de la couleur rouge  chez Zwo qui se règle assez facilement mais avec un assombrissement du fond de ciel.  au vue du graphique, il me semble que la bande passante et le QE soit plus important sur le filtre rouge
- certaines étoiles sont plus rouges sur les filtres Zwo
- le  centre de M27 a plus de contraste en son centre chez astronomik .
 

 
en zoomant
 

 
 
le résultat est assez concluant sur les filtres astronomik  avec le minimum de traitement.
il faut dire que les filtres astronomik sont aussi 1,5x plus chers
 

 
 
pour obtenir une bonne restitution sur le niveau du noir des images RVB et la taille des étoiles vous aurez donc ainsi plus de travail à effectuer sur les filtre ZWO que sur les filtres Astronomik
 
 
conclusion :
 
ces filtres astronomik apportent un plus dans différents domaines
 
- un rendu colorimétrique plus fidèle pour un traitement d'images facilité
- des bandes passantes plus optimisées qui augmentent le rendement sur chaque couche
- une transmission plus homogène
 
par contre je suis plus dubitatif concernant les champs stellaires piqués et le "haut" contraste.
 
bon ciel
Christophe
aubriot
lorsqu'on utilise un TCF leo , vous constatez rapidement que son principal défaut n'est pas sa forme , son poids mais le fait d'être extra plat . Et oui vous avez bien entendu !
 
le soucis que vous rencontrerez avec ce matériel est le suivant : si l'objet de vos désirs ne se trouve pas bien orienté il vous sera impossible d'orienter la caméra .
en effet le système d'attache du correcteur de coma se trouve sur la partie interne et lorsque vous réalisez la map l’accès à cette vis est donc inaccessible .
vous devez alors aller en butée externe du focuser , devisser la vis de fixation , orienter la caméra , revisser cette vis ,refaire la map pour s'assurer qu'elle soit bien positionnée . et si c'est pas le cas , vous êtes bon pour refaire la manipulation.
 
un des moyens est d'utiliser un rotateur de champs mais le TCF leo n'en possède pas en "option d'origine" . il existe bien le rotateur Rotateur de Champ Pyxis LE 2" Optec mais il coute un bras et l'ouverture n'est qu'en 2 pouces.
après il faut passer au focuser gemini  (trop cher à mon gout ) ou au rotateur arco 2" compatible qu'avec le esatto de primaluce
 
j'ai donc opté pour le Rotateur de champ Falcon - Pegasus Astro - PEG-ROT-FALCON https://pegasusastro.com/products/falcon-rotator/
 

 
ces caractéristiques sont les suivantes :
 
connexion côté Télescope : Filetage mâle M54 x 1 mm vers le coulant mâle 2" (50,8 mm)
connexion côté Caméra : Filetage mâle M54 x 1 mm vers le Filetage mâle M48 (48 mm x 0,75 mm)
Précision : 87 pas / ° soit 0,0625° / pas
Dimensions : 180 mm x 140 mm x 56 mm
BF : 18mm
Capacité de charge : 6 kg
Poids : 700 g
gestion Câble USB 2.0
besoin en Alimentation : 12V / 1A
 
A la réception du colis on constate rapidement que le matériel conçu pas pegasus est toujours de très bonne facture et de qualité .
 il est fournit avec :
 
- un câble USB 2
- une bague M54 mâle / M48 mâle
- une bague M54 mâle / 2 pouces (coulant 50,8mm)
- un câble alimentation 12V allume cigare
 
ce rotateur de champs est donc capable de supporter 6 kg de charge et permet d'avoir une ouverture réelle de 43 mm
 

 
sa précision est 0,0625°/pas alors que celui de Pyxis LE 2" est de 0,05°/pas . bon c'est pas le même prix aussi et franchement cela me convient grandement.
 
par contre si votre BF est trop court il vous sera impossible de l’insérer en raison de l'excroissance de la motorisation qui vient buter sur le TCF leo .
Autant c'est faisable avec une Asi 1600 autant avec une 2600 c'est impossible en raison de ces 12,5mm de BF .
il y a bien une solution mais elle n'est pas conventionnelle : vous devez mettre la RAF devant le rotateur et gagner ainsi 20mmde Backfocus.
 

 

 
il vous faudra au préalable installer les drivers et applicatifs   https://pegasusastro.com/support/
 
ASCOM Falcon Rotator : pour la reconnaissance ascom
Falcon Rotator Setup  : le logiciel de gestion
USB Drivers (WinXP,7,8,10 Compatible) : le drivers de reconnaissance sous windows
TheSkyX X2 plugin : un plugin pour le logiciel TheSky
 
Après avoir installé ces drivers et applicatifs vous pouvez raccorde le câble USB ; le câble d'alimentation et  lancer l'applicatif "falcon rotator" et là encore le système ne change pas avec Pegasus : c'est ultra simple !
 
Nota : j'en ai profité pour acheter les câbles pegasus pour raccourcir les longueurs . très belle finition  avec apparemment un système de filtrage par bobine.
https://laclefdesetoiles.com/alimentations-et-cables/7149-cable-1m-usb-20-coude-male-type-a-vers-type-b-pegasus-astro-usb2b-1m.html
ce câble coudé ne doit pas être utilisé sur la RAF car il vient buter sur ceux du rotateur ! privilégiez le câble court USB2 de ZWO pour votre roue à filtre
 

 
A gauche la représentation de la position du rotateur et à droite les fonctions de gestion et indications de positionnement
bien entendu en haut vous avez les même onglets de gestion du module Pegasus Box
 

 
soit vous mettez la position en degrés du rotateur soit vous pouvez le faire évoluer part pas de 10° (modifiable aussi )
arrivé aux 220° le système va repartir en sens inverse pour aller se positionner dans la fourchette de 221 à 360° . mais pourquoi ?
en faite c'est assez simple : éviter d'enrouler ou de tirer sur le câble d'alimentation et le câble USB2.0
 
De base la représentation du capteur à l'écran est figé en position 0 et il est certain  qu'il ne reflète pas le positionnement réel de votre caméra
en effet lors de la fixation de l'ensemble il est fort probable que votre caméra ne soit pas exactement positionné dans l'a position home du rotateur.
le constructeur a bien entendu pensé à cette éventualité que je n'avais pas bien compris au début
 
- cliquez sur l’icône "home" pour bien positionner le rotateur à la position zéro celle définie par le constructeur
- mettez votre caméra dans la position attendue ou celle que vous pensez être la bonne en jouant sur la "position target"
- cliquer sur l’icône des engrenages
- mettez la valeur 0 dans l'encart "set current position" . la nouvelle position  est prise en compte et sera dorénavant celle définit de base comme la position 0
 
ce matériel a aussi un module de gestion pour les montures Alta  pour effectuer si j'ai bien compris la dérotation.
comme la mienne est équatoriale , je n'ai pas pu le tester et je ne voudrais pas faire de mauvaises interprétations
 
voila ce que l'on trouve comme module et de ce que j'en ai compris
vous rentrez le type de monture et après il se charge de faire la derotation .  si un de vous envisage de l'utiliser dans ce cas je suis intéressé du retour qu'il pourra m'en faire
 

 
qu'en est il de sa reconnaissance avec le logiciel Prims V10 ?
 
il est parfaitement reconnu par le logiciel . je n'ai eut aucun soucis pour le configurer et le gerer
il existe bien un champs s'y référent dans la configuration caméra/télescope .
 

 
cliquez sur celui ci et aller sélectionner "rotateur/dérotateur de champs" puis sélectionner "dérotateur ascom " et enfin sélectionnez le driver "ascom" s 'y correspondant
ressortez de ce module puis lancez la connexion.
le nouveau matériel est reconnu au démarrage et un nouveau panneau de contrôle s'affiche à l'écran.
 

 
le logiciel prims V10 prend bien en compte la gestion de l'angle désiré et surtout :
 
- la dérotation sur les monture alta .
- la rotation de 180° au retournement de ma monture 10 micron .
 
Alors que dire ce ce matériel après un mois d'utilisation en dent de scie (merci la météo) :
 
- le matériel est très précis
- il est silencieux . c'en est même a se demander si il fonctionne lorsque l'on lui demande de mettre la caméra dans la position donnée.
- le logiciel constructeur est d'une simplicité déconcertante . on ne peut pas faire plus simple
- sa consommation est très faible et son poids contenu
- son ouverture pourra recevoir les caméras aps-c .
- un très bon rapport qualité / prix
- le retournement au passage du méridien
- la dérotation des montures alta
 
le point négatif  :
 
- pour les capteurs full frames il vous faudra aller sur des PO motorisés 3 pouces ou l'arco 3"
 

 
documentation technique Falcon-Rotator-manual.pdf
 
bon ciel
Christophe
aubriot
la méthode décrite dans cet article n’est que l’expression de mon ressenti et de ma petite expérience dans ce domaine.
 
il existe plusieurs sortes de « mak »mais les deux principaux sont les suivant : le gregory ou le secondaire est collé sur le ménisque et le rumak ou le secondaire est indépendant du ménisque
 

 
http://www.astrosurf.com/laurent/mak.htm
 
Rien du plus agaçant que d’avoir une image floue ou de voir des étoiles en forme de coma.
Si vous êtes confronté à cette problématique c’est que votre télescope est décollimaté ou voir pire.
Il s’offre à vous deux solutions : renvoyer votre télescope au revendeur le plus proche ou mettre les mains dans le cambouis.
La première solution est simple mais coûteuse . Outre le fait de payer une collimation , vous devrez payer un transport qui peut revenir cher si votre tube est assez lourd et encombrant. d’autre part, vous devrez repasser à la case « banquier » pour la prochaine collimation.
La deuxième solution est gratuite mais semée d’embûches pour y arriver. Ce n’est pas impossible mais vous devrez etre minutieux et patient  pour y arriver.
 
Deux réflexions sont souvent émises sur les forums :
 
le mak ne se décollimate pas : et bien c’est FAUX. Quelque soit l’appareil, il finit toujours par se décollimater et vous devez apprendre à le récollimater. c’est d’autant plus vrai quand vous parcourez de longues distances ….ou lorsque vous êtes nomade
 
Un collimateur laser ne sert à rien sur un mak : c’est VRAI quand il est utilisé inséré dans le focuser avec projection sur mur mais il permet de comprendre le fonctionnement de la collimation sur ce type d’appareil.
Pourquoi ? je ne saurais vous dire mais c’est ce que j’ai pu constater.
Pour cela je me suis aidé d’un Collimateurs lasers Howie Glatter 635nm 2"
 
Mon tube est un ottichen ZEN 250mm il a été conçu par Romano Zen un des meilleurs opticiens en Europe . Il est imposant , assez lourd 18kg et il respire la qualité dans sa finition.
 
Sur la face arrière de mon mak , se trouvent trois grosses vis et trois petites vis disposées à 120° de chacune d’entre elles. Dans mon cas, elles sont cote à cote mais vous pouvez parfois les trouver décalée de plusieurs degrés.
Pour réaliser cette collimation , vous devrez avoir deux clés allens pour tirer/visser ces vis et une caméra CCD sensible pour visualiser le disque du secondaire sur étoile test défocalisée.
Vous pouvez aussi opter pour une barlow et un oculaire à fort grossissement pour visualiser cette tache d’airy.
j’ai préféré utiliser la première méthode car il n’y a rien de pire que d’avoir l’œil rivé sur l’oculaire tout en tâtonnant sur les vis.
Là au moins je peux voir la tache d’Airy tout en manipulant les vis.
 
- Les grosses vis sont « tirantes » et permettent d’avancer la face arrière du tube (donc le miroir primaire ). elles sont fixées dans le barillet
- Les petites sont « poussantes » et elles permettent de pousser la face arrière du tube en venant s’appuyer sur le barillet.
 
Une documentation en anglais est disponible sur le net mais je la trouve peu appropriée et pas des plus simple à mettre en œuvre.
vous allez vite vous agacer par un blocage d’un coté ou d’un autre.
http://www.company7.com/library/orion/Inst_makcasscollim.pdf
 
Vous l’avez compris , le but va être un savant dosage de pousser/tirer pour bien aligner le miroir primaire face au secondaire.
Avec le collimateur laser , j’ai appris qu’il était plus simple de s’entraîner confortablement chez soi au chaud pour comprendre l’effet de ces vis sur le miroir primaire.
Il m’a fallu pas moins de 8 heures d’entraînements pour passer à l’acte.
 
La collimation fait peur mais le démontage d’un télescope fait fuir la plus part d’entre nous et à tord car comprendre et maîtriser son télescope est une chose primordiale pour faire de belles observations ou photos.
Autant y passer pour vérifier l’état des optiques et des visseries. De toute façon, il ne pourra pas être plus décollimaté qu’il n’est.
 
Pour mon cas je me suis aperçu que le ménisque avait bougé :Les points repères étaient décalés. Remettre un ménisque en place n’est pas simple car il faut passer la main dans le tube , soulever le ménisque et remettre en concordance les marques faites par l’opticien.
 
j’en ai profité pour nettoyer les optiques et enlever les poussières.
 
j’ai ensuite du attendre le bon moment pour passer à l’acte...ciel dégagé et pas de vent .
 
après une MES de la monture , je me suis attelé à défocaliser la polaire vu sa hauteur dans le ciel et sa position proche du pôle nord.
Il est important que l’étoile reste bien centrée  pour éviter toutes aberrations !
l’étoile apparaît défocalisée et vous constatez rapidement que le secondaire ne se trouve pas au centre de la tache d’airy.
 
Certains préconisent cette solution :
 
« on desserre légèrement les poussantes et on joue sur les tirantes pour collimater. Puis on rebloque en vissant les poussantes. »
 
 
J’ai opté pour une autre solution : elle permet de n avoir ni de jeu ni de décalage brusque comme j’ai pu le constater lors de mes éssais.
 
« je mets les deux clés allens dans les vis , je débloque la poussante et je visse la tirante.je dévisse et Je visse en même temps. Ou inversement et je recommence si nécessaire . Ainsi cette action n’a pas d’action sur les deux autres paires de vis»
 
Exemple :
 
Si l’ombre de votre secondaire est trop sur la gauche et en haut , vous allez jouer sur les vis opposées . vous allez dévisser la tirante (la grosse vis) et visser la poussante (la petite
vis) pour venir en butée.ainsi vous allez ramener l’ombre du secondaire vers le bas.
Bien entendu , il se peut que votre face arrière (en bas du tube) vienne en butée du tube et vous n’avez plus de jeu pour orienter vers le bas l’ombre du secondaire. Vous devrez donc agir sur les vis du coté de l’ombre mais à l’envers. Je dévisse la poussante ( petite vis) et je visse la tirante (grosse vis) pour venir en butée. c’est un coup à prendre mais après une heure d’expérience vous allez vite comprendre le principe.
pour résumer voici les conditions pour effectuer cette collimation :
 
- avoir une nuit calme (avec un bon seeing  )
- mettre en température le télescope (sortie deux heures avant , tête en bas et ventilé)
- mettre le pare buée
- prendre une étoile de forte magnitude
- proche de la polaire
- grossissement de (Barlow Televue 2x et oculaire 12mm ) sans renvoi coudé !
- bien centrer l'étoile dans l'oculaire réticulé
- vérifier la tache d'airy en intra et extra .
- prendre une photo avec une camera sensible pour effectuer le collimation.
- s’aider de la croix virtuelle de la caméra pour avoir l’étoile centré et vérifier le centrage de l’ombre du secondaire
- prendre une photo pour vérifier avec le logiciel " Al's Collimation Aid" la bonne collimation.
 
le logiciel collimation aid est disponible à cette adresse
http://astrolabo.com/2010/06/22/als-collimation-aid/

refaite la même opération avec une étoile plus lumineuse …comme l'étoile VEGA . A cette étape les retouches devraient être minimes
les premiers résultats devraient être déjà apparents : très bon visuel à faible grossissement et étoiles rondes
 
Puis avec une Barlow powermate x2 (comme je vais le réaliser bientôt) vous revérifierez votre collimation . le but étant bien de grossir au maximum pour corriger les imperfections
 
 
 






aubriot
tout était prêt pour voir cette éclipse partielle . il faut dire que j'avais loupé la précédente en raison de ces maudits nuages et pluies intermittentes
la monture avait été réglée la veille et par sécurité je l'avais rentré ... on ne sait jamais .
des le levé vers 7h30 je commence à me dire que je vais comme beaucoup faire la soupe à la grimace . je vois arriver du côté ouest de gros nuages tout en espèrant qu'ils partiront avant le début de l’éclipse .
 
8H00 toujours pas d'amélioration
9h00 les nuages sont de plus en plus présent et je ne me fais guère d'illusion vu que les informations météo ne sont pas bonnes .
9h34 enfin une lueur d'espoir . le ciel commence à se découvrir . pas trop tôt .
coute que coute je sors la monture et la lunette. observer de jour
comme je n'ai pas de queue d'aronde femelle pour ma TS60/300 j'ai décidé de la poser sur mon ASA10N comme j'en ai l'habitude pour faire du CP. par contre je n'utiliserais pas ce tube pour observer l'éclipse et ça pour plusieurs raisons :
 le grossissement est trop important et le risque de surchauffe du miroir primaire est important. cela peut endommage l'alluminure
pensez toujours à déterminer le champs que votre instrument pourra vous donner  !
 


il est aussi obligatoire d'installer un filtre solaire de type astrosolar si vous ne voulez pas perdre la vue : catégorie 3 8 pour la photo et 5 pour l'observation visuelle  ! pensez aussi à bien l'étirer pour éviter les plis et mettez une bon élastique pour bien le maintenir
avec ce type de filtre vous aurez la possibilité  de voir certains détails  de sa surface en renforçant les ondelettes et les contrastes/luminosités (taches , flatules ) .
 

 
09h37 les débuts sont laborieux même si j'ai fait les réglages de la monture la veille au soir , le passage des nuages fait varier la luminosité et la mise au point ainsi que le réglage du gain est difficile .
il n'est pas simple de faire une map manuelle sur le soleil tout en regardant un écran de portable . c'est dans ces moment qu'on apprécie le fait d'avoir un moteur de mise au point gérable à distance . cela permet de se mettre à l'ombre et d'avoir une bonne visibilité .
le sesto senso V2 étant gérable à distance par un smartphone , il va me poser quelques soucis de connexion .
vu la distance qui nous sépare la liaison sera un peu difficile . dans ce cas je vous préconise les liaisons filaires test du sesto senso V2
malheureusement pour moi l'éclipse a commencé depuis un petit moment
je commence par utiliser ma nouvelle Asi 183 MC pro dont le champs est important plus que celui de la Asi 174mm.
 

 
10h05  je passe avec la Asi 174mm car c'est son domaine de prédilection puis j'effectue un ROI pour augmenter le nombre de FPS . l'image est nette et la température de cette caméra se stabilise à 45°C pour le rester jusqu’à la fin de l'éclipse.
comme quoi ma petite bidouille fonctionne à merveille  . elle permet d'éviter les 55°C fatidiques et les disfonctionnements que certains peuvent rencontrer.refroidir la Asi 174mm
pensez à faire des flats pour enlever les taches de poussières ...chose que j'ai oublié de faire (sic) . le logiciel Regitax  permet dans son traitement de les enlever
13h11  c'est la fin de cette éclipse partielle
 
entre le début de mon observation jusqu’à l’arrêt de la monture , le soleil est resté au centre de la caméra  montrant encore une fois l'efficacité de cette monture malgré une mise en station assez peu précise.
j'en ai profité pour effectuer un petit timelapse .
pour cela j'ai utilisé le logiciel gratuit "openShot vidéo editor" . c'est un logiciel très simpliste disponible à cette adresse. lien
il vous suffit de charger les photos jpeg de les faire glisser sur la piste puis de les agencer et de l'enregistrer sous le format que vous désirez . un jeu d'enfant !
 

 
ECLIPSE SOLAIRE.mp4
 
malgré des débuts difficiles en raison d'une météo variable , j'ai pu profiter de ce moment exceptionnel et garder de tres bons souvenirs
le seul regret : avoir loupé le transit de ISS .
ce sera pour une prochaine fois
 
bon ciel
christophe
aubriot
après avoir testé la Barlow APM 1,5x  , j'ai testé la Barlow APM 2,7x corrigée en CP .
j'ai longtemps hésité à l'acheter non pas pour son prix mais plus pour ces capacités visuelles et le rendu qu'elle donnerait
 
certains vous diront : "il ne faut pas prendre de Barlow pour faire du CP ".
je leur réponds : "alors évitez de prendre un réducteur de focale dans ce cas ".
 
on peut tout faire du moment que l'on sait à quoi s'attendre !
 
en mettant une Barlow corrigée, on va automatiquement :
 
- allonger la focale =>  le champs est donc réduit et le centrage difficile à obtenir
- modifier l'échantillonnage => le binning sera obligatoire ou alors il faudra prendre une camera avec de plus gros pixels
- devoir poser plus longtemps
- et surtout soigner le guidage si vous en avez un => chose difficile à faire quand le champs est réduit et les étoiles de guidages ne sont pas légions . en plus elles seront assez faibles
 
rappel : Quand on double le F/D on multiplie par 4 le temps de pose !
 
là encore la 10 microns va se démarquer et prouvez que son suivi est tout bonnement parfait .
 
en prenant cette Barlow  , ma focale d'origine va passer de 950 à 2565 ; mon rapport F/D passer de 3,8 à 10,26 et  mon échantillonnage de ma 1600mm pro se réduire à 0,3"/pixel .bien trop bas !
je vais donc devoir faire du binning 3x pour ramener cet échantillonnage à 0,9"/pixel
 
cette Barlow a les caractéristiques suivantes :
 
Facteur d'agrandissement : 2,7 à 3x
Connexion (au télescope) 1,25"
Passage libre (mm) 22
Connexion : M 28,4
Matériau de la monture : Aluminium
Approprié pour télescopes : Newton f/4
Focale (mm) : 62,9
Transmission 99 . verres en ED FK61 recouvert sur ses deux faces d'un revêtement multicouche à large bande, qui par une transmission plus de 99% dans la plage de 400 nm à 700 nm
champ corrigé de la coma : 22mm dédié pour le format APS-C
Longueur :18,5mm
Poids : 50g
 

 
cette Barlow peut aussi être utilisée avec des mak , des lunettes ou des SCT  mais c'est une autre histoire ou un autre post
concernant la qualité de cette Barlow : toujours égal à ce que peut faire APM .
 
 
pour calculer la focale résultante vous devez utiliser la formule suivante : G= 1 + T/f
 
G: grossissement
T : tirage
f: focale de la Barlow  62,9 mm
le "Bf" de cette barlow est de 5mm entre l'optique et le filetage
dans votre calcul vous devrez obligatoirement retirer 5 mm
 
pour obtenir  le tirage optimal avec un grossissement de 2,7x , vous devrez avoir une distance de 105mm entre le verre de la Barlow et le capteur CMOS
vous avez la possibilité avec cette barlow d'aller à un grossissement de 3x sans avoir le champs corrigé trop réduit
 
le point que l'on remarque tout de suite : qu'est ce qui leur a pris de faire une Barlow dont le corps à la base est au diamètre  de 31,75?
cela va apporter du jeu dans un porte oculaire 2 pouces .il y a un moyen très simple pour l'éviter que je vais vous expliquer un peu plus loin.
 
cette Barlow se compose de trois parties :
 
1 - d'un bloc optique dont le corps est en 31 ,75 mm ;avec un filetage mâle 28mm et en sortie en 28mm femelle
2 - d'une base en 31,75mm avec un filetage mâle au 28mm et et mâle en M48 en sortie
3 - enfin du corps en 2 pouces de 55mm de longueur avec un filetage M48 femelle en entrée et avec serrage concentrique en sortie . très pratique
 

 
dans le cas de son utilisation je vous conseille de faire votre chemin optique en vissé . l'ensemble sera solidaire et le tilt ainsi évité.
comme vous pouvez le voir sur cette photo , je réutilise le corps en 2 pouce avec des bagues allonges 2 pouces pour améliorer la fixation de la barlow dans le PO
j’insère donc le bloc optique avec sa base dans le corps en 2 pouces .
 


dans quelle cadre l'utiliser ?
 
                 - le F/D étant grandement augmenté  le champs se réduit drastiquement .les objets visés seront donc assez petits 
 
comme vous pouvez le voir . comme ma mise au point n'était pas parfaite ....le cadrage ne l'était pas non plus . M81 se retrouve décalée  et elle  tient juste dans le champs
 

 
Dans le cas de M101 , le résultat est plus probant sur une pose de 240s. elle se montre majestueuse et les détails des bras sont magnifiques pour une simple brute
 

 
 
                - comme les poses sont plus longues  , on évitera de prendre des objets dont la surface et la luminosité sont faibles.
 
malgré une pose de 300s sur NGC6252  galaxie spirale de Type: S et  de mg 10,424 dans la constellation de la petite ourse on a du mal faire ressortir cette galaxie très petite et très faible .
ces dimensions angulaires ne sont que de : 0.70'x0.3'
 

 
 
cela devient plus facile avec NGC3077 galaxie spirale Type: Sd -  située dans la constellation de la Grande Ourse de mg 10,6 à environs 11,9 millions d'années-lumière de la Voie lactée.
Ces dimensions angulaires sont plus importantes: 5.20'x4.7'
 

 
 
 
voici ce que l'on peut obtenir avec un empilement de 20 brutes de 180s de pause soit 1h00 sur NGC6217 galaxie spirale barrée de mg 11,2 avec  dans la constellation de la petite ourse
j'ai grossis l'image pour bien vous faire bien apparaitre ces bras et sa barre centrale
 

 
en analysant une image brute sur Prism on détecte pas moins de  119 étoiles dont la plus faible est de magnitude 17.848 . a titre de comparaison j'arrive à atteindre des étoiles de magnitude 22/23 avec le correcteur wynne 3 pouces
 

 
cela restreint évidemment son utilisation à certains objets du ciel qui n'était pas possible avec une focale à 950mm
 
je vous conseille ce site qui répertorie toutes les messiers et NGC . c'est bourré d'informations utiles
https://kosmoved.ru/ngcic.php?lang=fra
 
conclusion :
 
pour celui qui veut faire de l astrophoto sans avoir à changer de tube  , il est tout à fait possible d atteindre des objets très faibles mais à condition d'avoir un excellent suivi ou une bonne monture équatoriale
je vous conseille vu la durée des temps de pauses de l'utiliser en hivers
 
aubriot
après avoir fait ce post sur le suivi de la 10 microns  : le suivi avec la monture 10 micron ,un des astrams m'a fait une remarque pertinante   :
"ton test est très révélateur des possibilités de la 10 micron mais l'étoile qui tu as pris se trouve assez haute dans le ciel (+65° d'élévation) . quand sera t'il pour une étoile proche de l'horizon
 
il avait raison et il était donc nécessaire d'aller plus loin en la poussant dans son retranchement tout en testant la réfraction atmosphérique.
c'est une des options que je n'utilisais pas pour le moment  car je visais souvent des objets proche du zénith
j'ai donc opté pour un coin du ciel à la vue dégagée pour envisager d'atteindre l'horizon.
 
la réfraction atmosphérique : L’atmosphère terrestre dévie les faisceaux lumineux provenant des objets célestes, en fonction de la densité de l’air. Ce phénomène est appelé «réfraction atmosphérique. 
Les montures 10Micron possèdent un système efficace permettent de définir les valeurs de la pression atmosphérique et la température de l’air afin d’obtenir une correction très précise de la réfraction; ces valeurs peuvent être modifiées au cours de la session d’observation, pour corriger le suivi et le pointage en fonction des changements climatiques. Ceci peut être effectué manuellement à partir de la raquette ou d’un ordinateur externe.
 
dans le menu local DATA , vous devrez activer la fonction
 
- Réfraction : NO si la météo  n'est pas présente sur GPS .autrement mettre a ON "auto press".
- rentrer manuelle la T° externe et la pression Atmosphérique
 
pour réaliser ce test , j'ai du attendre longtemps ....trop à mon gout . faut dire que ce mois d'avril n'a pas été à la hauteur de mes attentes  :  entre la lune et la pluie, rares ont été les jours ou j'ai pu réellement faire du CP
enfin un créneau de 4h00  de ciel dégagé en début de semaine !
 
 
la portion du ciel prés de la constellation de l'ophiuchus  et de la balance sera le lieu de ce test . En cette période , ces constellations sont assez basses vers 23h00  pour effectuer ce test .
 

 
 
pour me remettre dans les mêmes conditions que le premier test , je décide de refaire le modèle (mise en station) sur 13 étoiles .
pour cette fois , je n'utiliserais pas une Barlow APM 2,7x mais tout simplement une Barlow APM 1,5x sur mon ASA 10N.
cela ramène ma focale à 1425 et un F/D à 5,7  ce qui dans la pratique est fréquemment utilisé par pas mal d'astrams
 
les débuts ont été durs car les réflexes sont vite oubliés .
premier essais j'ai du bougé sur ma photo ..sic
j'avais oublié d'activer le dual tracking . comme quoi la mise en station sur la polaire n'était pas parfaite puisqu'un le suivi ne se faisait que sur un seul axe
je décide de viser la galaxie NGC5970 proche de l'étoile HD139609
 
NGC 5970
Information du catalogue: ONGC
Magnitude: 12.20
Hauteur: +39°39'57.7"
Hauteur géométrique: +39°38'47.5"
 
brutes sur 30 , 60 ,180 et 600s

 
jusque là rien de bien nouveau vu la focale ; le temps de pose et la hauteur de cette galaxie a cette période.
j'ai donc pointé l'étoile 32 mu puis Bsc6128 qui se trouvait encore assez haute
Etoile double
MU. Serpentis
Information du catalogue: Étoiles
Extended Hipparcos Compilation
Magnitude visuelle: 3.540
Numéro de Flamsteed: 32
Constellation: Tête du Serpent
Hauteur: +25°27'39.7"
Hauteur géométrique: +25°25'38.0"
 

 
même si le temps était clément et la turbulence très peu présente , le calcul de la réfraction atmosphérique a été correctement traitée par la monture HPS1000
là encore sur un temps de pose de 300s l'étoile Bsc6128 reste ronde même si l'on peut constater un début  de déformation  sur les étoiles en arrière plan sur la pose de 300s
cette déformation est du à l'arrivée d'une petite brise qui n'a fait qu'amplifier cette erreur de suivi .
 
brutes sur 30 , 60 ,180 et 300s

 
Allez soyons fou en essayant de pointer l'amas globulaire M107
 
OpenNGC
Magnitude: 9.96
Constellation: Ophiuchus
Hauteur: +11°30'56.4"
Hauteur géométrique: +11°26'18.0"
 

 
le logiciel prism m’empêche de le pointer car la limitation est fixée a 20°. Qu'importe je force l'action par un pointage direct
je me retrouve a pointer un amas avec le tube presque a l'horizontale  et un lampadaire bien gênant.
la encore la monture réagit impeccablement sans avoir a réaliser une correction par astrométrie
 
brutes sur 10 , 30 ,60 et 120s

 
derniers essais avant  le couché de cet amas sur une pose de 180s  même si la brise se fait de plus en plus présente et genante ( j'ai du m'y reprendre à 3x)
 
la photo parle d'elle même .
 

 
conclusion : je n'imaginais pas au début de ce test obtenir une telle brute !
 
même si la globalité d'entre nous rechercherons la facilité des prises de vues  , il est tout a fait possible de pointer des objets assez bas sur l'horizon tout en conservant des étoiles biens rondes sur des poses raisonnables
cette monture sait très bien gérer  la réfraction atmosphérique et montre tout son potentiel dans des conditions extrêmes.
 
bon ciel
christophe
 
aubriot
adepte de la lune , j'ai souvent effectué mes traitements avec registax au tout début mais il faut reconnaitre que l'empilement est long et ce n'est pas son fort.
c'est un peu par hasard que j'ai fait connaissance du logiciel autostakkert 3 et de ces capacités à empiler les images .
dans ce domaine il est nettement plus efficace que registax et permet plus facilement de trouver visuellement "l'image de référence".
 
ce logiciel  est disponible sur cette page lien en 64 bits et 32 bits .
il est d'une utilisation déconcertante et d'une redoutable efficacité .
 
Étape 1 : Ouvrir la Vidéo
 
cliquer sur open pour aller chercher le fichier .ser
 

 
choisir la technique de stabilisation
 
un carre vert s'affiche sur votre image.
c'est sur ce secteur que le traitement va se faire pour analyser les images de votre vidéo . 
 cliquer sur la touche "ctrl" et le clic gauche de la souris pour sélectionner la partie la plus intéressante au niveau contraste et détail
deux modules  : surface ( pour la lune ou soleil ) et planète ( pour les planètes )
cocher la cas  improved tracking (suivi de l'image )
deux autres modules :  expand  (toute l'image) ou cropped (minimale )
 

 
Étape  2 :  l'Analyse
 
après avoir choisit l'image qui semble être la plus nette cliquer sur "Analyse"
vous avez la possibilité de chosir l'image de référence en validant la case "reference image" et en y mettant le N° concerné
il va effectuer deux analyses (carre en orange ) et il va apparaitre un graphique vous donnant la qualité des images sur la vidéo (en bleu )
 
en bas à gauche il vous donne le nombre d'images sur la vidéo (carre en vert )
 

 
sélectionner sur l'image qui semble être la plus nette.et qui va devenir l'image de référence
 
pour cela vous allez passer en revue les "frames" et essayer de rester dans la zone la plus stable au niveau de la qualité du graphique
 

 
Étape  2 :  l'Empilement ou "stack"
 
choisissez le nombre d'image ou un % d'images que vous allez conserver et empiler. eviter de choisir un % inférieur à 10% . en deça le bruit se fait tres présent
vous allez ensuite  choisir le nombre de points d'alignement
 
deux choix :
 
     - soit manuellement : "Manuel Draw"
     - soit un positionnement automatique : "Place AP grid"
 
privilégiez le mode automatique car autrement vous passerez un temps interminable pour les positionner
quatre choix  : 24 -48-04-200 ....cela représente le carré d'analyse .
plus ils sont petits plus l'analyse sera minutieuse mais aussi très longue
 
en vert : le nombre de carré
en violet : cocher cette case pour passer en mode manuel
en bleu : le choix automatique
 

 
il vous suffit ensuite de lancer le stack
 
le fonction drizzle est rarement utiliser .moi je le mets à 1,5x
l' avantage principal est :
 
- le lissage du bruit tout en gardant la finesse .
- certains détails par endroits sont mieux rendus
 

 
pour le format de stockage vous avez différentes possibilités;  vous pouvez changer le format d'enregistrement et l’ouvrir par la suite directement avec registax (tres pratique pour ensuite traiter les Wavelets)
 

 
ce qui va être important c’est le nombre d'image que vous allez stacker
sur 10000 on peut se permettre 10%. cela fait encore 1000 images stackées
vous n'avez plus qu'a lancer le "stack".
 
 
la vidéo traitée ci dessous à pour but de vous montrer que l'on peut obtenir comme différence de traitement en prenant la même image de référence et les mêmes valeurs de traitements des wavelets mais en la traitant avec deux
deux méthodes différentes . ce n'est pas une image splendide et ce n'était pas le but.
 
- empilement et traitement  sur registax en 2 heures
 

 
avec empilement AS3 puis traitement sous registax en 1 heure
 

 
la seconde image est plus nette et le contraste est moins prononcé .  Et pourtant ce sont les mêmes valeurs qui ont été insèrées
 
bon ciel
christophe
aubriot
continuant à tester ma barlow APM 1,5x , j'ai orienté le tube vers une galaxie très petite et d'une magnitude supérieure à 10  ...... la galaxie NGC7331 .
c'est une galaxie barrée qui se situe à 42,4 millions d'années lumière dans la constellation de pégase  et de dimension de 100 000 Al.
sa magnitude apparente étant de 10,65 , elle se prêtait donc à réaliser ce test et surtout vérifier  les capacités de mon spot .....il faut bien le reconnaitre ce n'est pas le meilleur que l'on est pu voir
suivant  clear outside ma magnitude limite serait de 20,26
 

 
alors pourquoi NGC7331 ?
 
en cette période elle est assez haute et  vu que mon champs d'observation va du nord Est au Sud Ouest  cela me permettait de la photographier en début de soirée sans avoir de retournement de la monture
ce n'est pas la photo du siècle et j'aurai du certainement dû doubler la durée des poses
 
70 x 120 s sur la couche de luminance
20 x120 s sur les couches R, V et B
100 prises d'offset
30 Flats sur chaque couche
et 50 x 120s de poses en Dark à -29°C
 
 

 
les brutes vont me permettre de connaitre la magnitude limite que l'on peut atteindre sur ce site
en utilisant Prism V10 sur une brute (donc linéaire ) on peut avoir l'ensemble des informations recensées sur cette image.
dans un premier temps , il faut effectuer une analyse d'astrométrie avec étalonnage sur une position inconnue .
 

 
après qu'il est trouvé la position d'une quarantaine d'étoiles vous allez devoir effectuer un étalonnage photométrique à partir d'un catalogue comme UCAC 4
 

 
il va en ressortir 3 graphiques recensant l'ensemble des étoiles trouvées sur cette photo et un tableau permettant de connaitre la magnitude limite atteinte .
 
comme vous pouvez le voir , la magnitude limite de 20.073 correspond bien a ce qui est prédit par clear outside
 

 
voici NGC7331 en couleur.
j'ai encore beaucoup de mal à bien restituer la couleur .....
 

 
bon ciel
Christophe
aubriot
la partie la plus importante réside dans les courbes bien souvent délaissées par les astrams débutants. elles sont pourtant sources d'informations sur ces capacités et ces possibilités
j'ai finalement partager ce post en 2 parties pour traiter le CP et le planétaire indépendamment
 
on prendra comme exemple  la 1600 mm pro pour le CP
 
     -la première courbe que le constructeur vous fournit représente le courant de dark suivant le refroidissement de la caméra .
 

 
il faut bien comprendre que le signal que l'on reçoit des galaxies et autres curiosités est faible voir très faible .....et noyé dans un bruit il devient très difficile de l'extraire
comme votre caméra produit elle même ce bruit  (rayonnement infrarouge ), plus vous la refroidissez et plus il diminue.
le différentiel possible sur cette caméra 1600mm pro est de 45°C . il permet ainsi d’atteindre régulièrement les -20°C (à part l'été quand il fait plus de 25 °C)
 
 

 
 
Sur certaines caméras il existe un phénomène très visible et qui peut être gênant si les poses sont importantes : l'Amp Glow
 

 
vous aurez beau baisser la T° , ce phénomène persistera mais enlevable par les darks.
sur les nouvelles caméra Asi 533mc pro, 6200mm pro ce phénomène est supprimé en désactivant certains composants
 
 
     - la deuxième courbe montre le quantum efficient (Efficacité quantique)
 
Définition sur wikipédia : L'efficacité quantique QE (Quantum Efficiency en anglais) est le rapport entre le nombre de charges électroniques collectées et le nombre de photons incidents sur une surface photoréactive
plus cette courbe se rapproche de 100 %  et plus votre caméra est performante dans le domaine des fréquences données .
 

 
plus la caméra est réceptive dans ces bandes de fréquences plus les poses seront réduites .
les caméras ont énormément évolué dans ce domaine ou le différentiel est souvent proche de 20/25% entre la 1600mm pro et la 6200mm pro
 

 
bien entendu pour les caméras couleurs qui ont une matrice de bayer  ce graphique sera représentée par 3 courbes : Rouge (R).Vert (G).Bleu B )
 

 
 
     - le troisième graphique qui regroupe 4 courbes est encore plus intéressant
 
 

 
 
- le 1er graphe :  le Full Well  (capacité du puits de stockage ) diminue si l'on augmente le gain , ce qui a un impact sur la dynamique du capteur (la profondeur des nuances).
- Le 2e graphe : il me montre combien d'e- il faut pour augmenter d'un ADU (explication ), donc également la dynamique.
- Le 3e graphe :la dynamique qui diminue avec l'augmentation du gain . votre capteur 1600mm pro a une dynamique sur 12 bits
- Le 4e graphe : le bruit de lecture diminue quand le gain augmente.
 
vous comprendrez vite qu'il va vous falloir faire un savant dosage sur le gain.
c'est pour cette raison que le constructeur vous préconise d'être à un gain de 139 .
le full well reste honorable tout en gardant une bonne dynamique sans avoir un bruit de lecture important
 
pour la 294mc pro c'est encore plus simple a déterminer . il suffit de regarder les courbes pour comprendre assez vite que le bon gain se trouve après 120
 

 
 
bon ciel
Christophe
aubriot
comme vous avez pu le voir lors de la première partie 1  pas mal de caractéristiques sont fournies par les constructeurs pour effectuer votre choix 
mais comme toutes caractéristiques , certaines sont plus importantes que d'autres suivant le domaines que l'on désire pratiquer
 
le reflet de ce document n'est que le ressenti et l'expérience que j'ai acquis à ce jour dans ces domaines .
 
l’astrophoto en Ciel Profond :
 
prenons le cas de la caméra CMOS 1600mm pro de la marque ZWO pour affiner
 

 
choix primordiaux (en vert)  :
- la taille du pixel  permettra de connaitre votre échantillonnage et de savoir si elle adaptée ou non à votre tube dans des conditions optimales (seeing)
- la diagonale déterminera le diamètre minimale des filtres et du chemin optique que vous devrez  avoir afin de ne pas subir d'aberrations optiques ou de vignetage
 
donnée secondaire (en violet ) :
- il n’est pas nécessaire de refroidir une caméra pour faire du ciel profond mais on vous le recommande fortement et ce dans le but de réduire le bruit
 
et en dernier  (en orange ) :
- pour le débutant ces données ne sont pas sa priorité mais pour les plus avertis ; le full Weel, le QE et ADC seront des caractéristiques importantes pour obtenir l’excellence
 
une donnée qui n'est pas fournie par le constructeur mais qui pourtant influencera fortement votre choix : le seeing . il ne devra pas être sous estimé
des cartes et applicatifs vous permettront de l'obtenir .
 
Conclusion  :
- on préconise souvent d'utiliser des caméra mono (mm ) refroidies (Pro) avec de grand capteur pour faire de la photographie du ciel profond .
- ça l'est de moins en moins vrai car les caméras couleurs ont depuis bien évoluées dans ce domaine et des filtres ont été spécialement élaborés pour celles ci.
- Et même si votre capteur est assez petits certains objets seront interessant à photographier (nébuleuses planétaires ,galaxies ,étoiles,amas ) et  vous satisferont amplement en attendant de passer à plus grand.
 
Nota : la caméra mono sera quand même plus sensible du fait que l'ensemble des pixels soit réceptif à la longueur d'onde sélectionné (RVB SHO)...ce qui n'est pas le cas de la couleur
par contre pour obtenir un image couleur avec une mono , il vous faudra faire des poses avec des filtres rouge , en vert ; en bleu puis ensuite effectuer des traitements pour recomposer la couleur d'origine
 
 
 
passons au planétaire   :
 
on préconise souvent l'utilisation de petites caméras couleurs pour trois raisons assez simples
 
- dans ce domaine on réalise une vidéo pour figer la turbulence et ne garder que les plus belles images couleurs
- la rotation des planètes est assez rapide ce qui empêche souvent de faire de la trichromie à partir d'une roue a filtre
- le diamètre de la planète étant assez petite sur l’écran , la résolution ne sera pas notre priorité . on pratique souvent le ROI pour augmenter les cadences
 
mais vous verrez que dans certains cas ou domaines les caméras mono s'en sortent plutôt bien
 
nous allons prendre comme exemple l' Asi 385Mc (couleur)  pour commencer
 

 
 
la donnée principale en planétaire sera le pixel de la caméra (en vert ).
 
- en planétaire on se permet de pousser la focale pour obtenir une planète assez importante sur l’image et à sur-échantillonner fortement pour obtenir plus de détails fins ( contrastes élevés)
toutes les caméras ne s'adaptent pas sur votre tube et en fonction de celles ci on devra respecter quelques règles pour obtenir le bon échantillonnage et le bon rapport F/D .
 
Nota : je vous ai mis une petite fiche xls qui vous aidera a faire ce choix.ce n'est pas le meilleur mais au moins il a le mérite de ne pas vous embêter avec des formules
 
le deuxième critère le débit et le nombre de fps (violet) :
 
Privilégiez l'USB3 et un taux de transfert élevé pour faire des vidéo en .ser ( limité pas le temps de pose de chaque vue ).
au dessus de 100 Fps (images/seconde ) on peut figer la turbulence et ainsi ne garder que les plus belles images afin de les assembler
 
les derniers critères seront le bruit  et le QE :
 
- plus on réduit le bruit plus on peut augmenter les cadences
- la sensibilité dans  le rouge- infra-rouge sera recherché pour éliminer la turbulence . c'est pour cette raison que la 290Mc et la 462Mc sont recherchées
-en utilisant des filtres spéciaux  on pourra faire ressortir certains détails de la planète (méthane CH4 ;ultraviolet pour venus , IR )
 
la résolution n'est pas très importante mais elle est parfois privilégiée pour caser un astre avec ses satellites  (Jupiter ou saturne)
 
vous me direz : et les monos dans tout cela ?
certaines se débrouillent très bien pour faire ressortir certains détails et excellent dans les champs plus grands
 
prenons la caméra Asi 174mm dont la réputation n’est plus à faire .
 

 
comme vous pouvez le voir , elle permet d'avoir des débits importants et de couvrir un champs beaucoup plus grand que la ASi 385Mc
cela permet de faire du lunaire et du solaire.
 
Nota : ces deux astres étant très lumineux , le bruit sera le dernier cadet de nos soucis
 
 rassurez vous ,même avec une Asi 1600 vous pouvez réaliser de magnifiques photos de la lune dans sa totalité sur des lunettes de tailles respectables
 
bon ciel
Christophe
 
aubriot
j'ai fait l'acquisition dernièrement d'une caméra ASI 174 mm non ventilé et constaté comme beaucoup qu'elle avait tendance à chauffer énormément. 
là ou l'ASI 385Mc se stabilise à une Température de 32°C la ASI 174mm monte très facilement  à 43,2°C pour une Température ambiante de 21°C
imaginez ce que cela peut donner lorsque vous vous retrouvez en été sous une température ambiante de 30°C pour faire du lunaire ou lors d'une observation solaire.
certains ont même remarqué un fonctionnement aléatoire à ces températures. bref rien de réjouissant !
 

 
j'ai donc envisagé de la refroidir mais le moyen devait rester simple et pas cher.
exit le module Peltier : trop compliqué et trop cher ! tout ce que je ne veux pas.
 
il ne me restait que le refroidissement  par caloduc , passif ou ventilé.
 
j'ai commencé par acheter un Akasa dédié aux chipset de carte mère  : petit et très léger (172gr) lien Akasa AK-210-BK
il suffit d'enlever la protection plastique du pad thermique et de coller l'ensemble sur la coque arrière de la caméra .
 

 
vu la légèreté de ce Ventirad, le pad adhère parfaitement à la coque . nul besoin de visserie ou de fixation pour tenir l'ensemble comme vous pouvez le constater
 
 

avec le ventilateur en fonctionnement on peut espérer descendre de 6°C . dépenser 6€ pour gagner 6°C c'est tout à fait honorable mais cela demande de prévoir une alimentation 12V  et  y souder un Connecteur d'alimentation 5.5/2.1mm mâle
je me suis demandé si l'on pouvait descendre plus bas en T° en utilisant le même moyen mais avec un ventirad plus performant.
 
j'ai donc acheté un Akasa AK-CC7122BP01 dédié aux processeurs Intel pour 18€ .
lien  du ventirad :  Akasa AK-CC7122BP01
le ventirad est entièrement fabriqué en aluminium et il est équipé d'un ventilateur 12V.il reste léger 152,8 g pour malheureusement une surface de contact moindre au premier modèle
 

 
au préalable je l'ai testé avec une pâte thermique antec autocollante pour m'assurer de son bon fonctionnement .
le résultat ne s'est pas fait attendre :cela fonctionne mais l'efficacité n'est pas probante .
 
j'ai donc opté en reconvertissant le ventirad fournit avec mon processeur Ryzen 1700 .
 

 
 

 
pourquoi avoir choisit ce ventirad ?
 
pour plusieurs raisons :
 
- sa surface de contact est plus grande
- elle en en cuivre (meilleur dissipation )
- le pate thermal artic utilisé est de meilleur qualité (prix 7€) .
- il possède aussi un ventilateur de bon diamètre alimenté sous 12V
 
premier constat : avec de la pâte thermique argent noctua le radiateur ne tient à la coque de l'Asi 174mm
coté refroidissement c'est bien différent:
 
       - sans ventilo on obtient 37,2°C au lieu des 43,2°C
      - avec le ventilo on obtient 35,3°C . soit presque 8°C de gagné au total
 

 
vu que sur nos latitude la température dépasse que rarement les 30°C et que le poids du ventirad est trop important , je décide d'enlever le ventilateur et ainsi gagner 150gr .
l 'ensemble est maintenant collé à la coque de Asi 174mm par la pâte antec et nul besoin d'une alimentation 12V .
 

 
le résultat est donc concluant : obtenir le même refroidissement que l'Akasa AK-210-BK mais sans ventilo , sans système de fixation et  sans besoin d'alimentation 12V
après vous pouvez laisser le ventilateur pour descendre à 35,3°C ou opter pour un radiateur plus performant et plus lourd mais vous devrez solidariser l'ensemble sur cette caméra (un plexiglas sur le devant avec 4 boulon qui solidarise le tout )
 
bon ciel
Christophe
 
 
aubriot
ayant utilisé pendant 2 ans la Asi 1600 mm pro j'ai décidé de sauter le pas en prenant la référence du moment : la Asi 2600 mm pro .
sera t'elle la digne remplaçante de la 1600 mm pro c'est ce que l'on va voir dans  peu de temps
pour la théorie je vous conseille d'aller consulter le site du fabricant lien 2600 mm pro . tout y est bien détaillé
 
face avant de la caméra :
 

 
face arrière de la caméra :
 

 
descriptif global de la 2600 :
 

 

 
caractéristiques :
Capteur : SONY IMX571 CMOS
Diagonale : 28.3mm
Résolution : 26 Mega Pixel 6248*4176
Taille du Pixel : 3.76μm
durée d'exposition : de 32μs-2000s
bruit de lecture : 1.0-3.3e
QE peak: 91%
Full well: 50000e
ADC:16bit
DDRIII Buffer: 256MB
Interface: USB3.0/USB2.0
Adaptateur : M42X0.75 et M48x0.75
Fenêtre de protection : D60-2 AR
Dimensions: 90mm de Diametre
poids : 700g
Back Focus Distance: 17.5mm
Refroidissement  : Delta T: 35°C
 Consommation de la Camera: 1.15A at 5V
Consommation de refroidissement : 12V at 3A Max
Max FPS en pleine résolution sur 16Bit :
6248×4176 3.51fps
4096×3072 4.75fps
4096×2160 6.71fps
3840×2160 6.71fps
1920×1080 13.13fps
1280×720 19.29fps
640×480 28.06fps
320×240 51.44fps
 
cette caméra sur le papier à tout pour plaire :
 
- une sensibilité accrue (QE à 91%)
- un bruit de lecture très faible (1 à 3,3e )
- un convertisseur sur 16 bits
- la désactivation du amp-glow au gain de 100
- la taille des pixel étant à peu prés identique à la 1600 (3,75µm au lieu de 3,8µm) cela ne devrait pas changer votre échantillonnage et le full well étant 2,5x plus important il permettra des poses plus longues .
- une résistance chauffante a été intégrée là ou il fallait débourser un billet de 50€ pour la 1600
- un bouchon vissé en M42x0.75 pour protéger le capteur
 
mais tout n'est pas aussi rose que cela :
- coté surface malgré un bond en avant (de 16millions de pixels (4/3) on passe  à 26 millions de pixels (APS-C )) ,le débit est divisé par 7,66 en USB 3 . elle ne sera pas vraiment utilisable en planétaire car le débit n'est que de 51,44   Fps à la résolution la plus basse. pas de quoi figer la turbulence !
- coté refroidissement là aussi c'est en retrait : le refroidissement n'atteint qu'un différentiel de 35°C  là ou la 1600 pouvait atteindre les 45°C . sa sensibilité sera réduite en pleine été !
- un Backfocus plus important qui comme dans certains cas peut poser des soucis
- et enfin un correcteur de tilt qui pour certains ne serait pas si efficace que cela
 
passons au côté pratique :
 
au déballage de la caméra on s'aperçoit tout de suite que la caméra a pris du poids +290gr et un tour de taille assez conséquent .
il faudra donc porter une attention particulière à revoir votre équilibrage 
 

 
on y retrouve aussi tous les éléments nécessaire pour atteindre le fameux BF de 55mm soit en M42 ou en M48 . là rien de neuf sous le soleil à part peut être le câble USB2  coudé pour la gestion de la RAF.
 

 
vu que le capteur est un APS-C , une RAF avec des filtres 36mm non monté devrait largement suffire pour éviter le vignetage
 
par contre si vous désirez utiliser une 7x50,8mm  il vous faudra démonter le plateau interne (carrousel ) et la visser sur la caméra .
 

 

 
là encore Zwo a un peu innové en fournissant un tournevis aimanté avec cette RAF 7x2"....très pratique vu la taille des vis
lien de la fixation de la RAF sur la ASi 2600 : RAF 2 pouces
 
- l'avantage :  plus besoin d'un adaptateur Mâle / Mâle 2 pouces qui prenait 2mm sur le BF
-l’inconvénient  : la bague correcteur de tilt ne peut s'installer sur le devant de la RAF (comme sur la 6200 mm) et à sa position d'origine l’accès y est impossible.
 

 
 
en ce qui concerne les filtres , il vous suffit d'aller sur ce lien pour y déterminer leur diamètre en fonction de leur distance au capteur calcul diamètre des filtres
il faut bien comprendre que la lumière renvoyée par le secondaire puis par le correcteur de coma est sous la forme d'un cône pour aboutir en un point central ou se trouve précisément le capteur de la Asi 2600mm pro .
il ne faut donc pas négliger l'ouverture et le champs corrigé du correcteur de coma  . autrement c'est vignetage et coma assuré
 
prenons l'exemple de mon ASA 10N avec son correcteur wynne 3 pouces .
le correcteur est donné pour avoir un champs corrigé de 50mm en sortie .en clair sur un diamètre de 50mm en sortie du correcteur l'ensemble de ce champs est corrigé pour évité principalement la coma . au delà de ce champs il y aura des aberrations optiques (  principalement des déformations des étoiles en forme de coma )
si l'on reprend la formule donnée ci dessus avec un BF de 17,5mm pour la caméra et une RAF de 20mm , les filtres se trouvant à environs 27,5mm devront alors avoir une diamètre minimum de 35mm ....d’où les filtres de 38mm non montés conseillés.
maintenant imaginons que ces filtres soient positionnés en sortie du correcteur soit un BF de 57,03mm  . suivant cette formule le diamètre minimum devra être de 42,31mm . cela veut simplement dire que si vous mettez des raccords en M42  en sortie de ce correcteur le champs réel  ne sera que de 38mm interne et c'est le vignetage assuré .
 

 
dans ce cas il est conseillé avec ce type de caméra de mettre du M48 (45mm en interne ) sur le correcteur wynne et de finir en M42 sur la sortie de la caméra
sachant que le diamètre externe de ma RAF est en M74 et que le raccord posé sur mon correcteur est aussi du M74 , j'ai donc opté pour des bagues allonges en M74 . ainsi en cas de passage à un capteur plus grand l'ensemble de mon champs corrigé sera conservé sur tout le trajet optique .  suivant mon calcul je peux aller jusqu’à des capteurs ayant une diagonale de 36mm
 

 
pour la reconnaissance de la caméra vous devez bien entendu installer les derniers drivers  et applicatifs du fabriquant ZWO lien
 au contraire des ennuis que j'ai pu avoir avec la Asi 462Mc, la 2600 mm pro est immédiatement reconnu par l'ensemble des applicatifs . un sans faute pour ces nouveau drivers.
 
- FireCapture V2.6 and Up [32bit/64bit] ( Native Support, FREE )
- SharpCap    V3.0 and Up ( Native Support, FREE )
- Genika ( Native Support)
- PRISM  ( Native Support)
 
Au niveau de la consommation  et malgré un différentiel de 35°C sous une température ambiante de 15°C , l'ampérage n'est pas si important que le constructeur pouvait l'annoncer.
en sera t'il de même avec des températures plus hautes ? il faudra attendre l'année prochaine pour le vérifier.
 

 
la mise en température se fait doucement mais j'ai constaté que la régulation restait en retrait de ce qui est demandé même si les 100% de puissances ne sont pas atteint .
une nouvelle fonction est apparue sur ces caméras  : le refroidissement de la fenêtre de la caméra . toutes ces caméras sont donc maintenant pourvue d'une résistance chauffante pour éviter le givre sur la fenêtre du capteur
attention elle n'est pas activée par défaut sous Prism.
 

 
 
après avoir stabilisé la température à -10°C je m'attèle donc à faire la mise au point et là c'est la claque .
là ou il me fallait a peu prêt 1 à 2s pour avoir une image lumineuse, il ne me faut plus que 0,5s pour le faire .
cette caméra mérite donc sa renommée sur sa sensibilité estimée supérieur de +de 38% à la 1600mm pro.
 
autant vous dire tout de suite que le temps passé à la mise en station , la mise au point et les temps de poses s'en trouveront réduites et c'est pas plus mal.
par contre si sa sensibilité réduit le temps d'exposition il est un cas ou cela peut être gênant : les objets lumineux comme les amas globulaires ou le cœur risque d'être sur-exposé .
 
j'ai eu beau faire des poses de 10 , 120 ou 600 secondes et cela quelque soit le gain mes dark sont toujours sortis ainsi : sans aucune trace du amp-glow !
 

 
comme j'étais trop pressé de tester cette caméra sur deux zone distinctes et connues de tout le monde : NGC7000 et NGC6695 j'en ai oublié de revoir l'équilibrage de la 10 micron .
ce dernier aura une incidence sur la pose de 10mn mais ce n'est pour le moment que des tests !
coté tube rien n'a changé , toujours le même ASA 10N avec son correcteur wynne 3 pouces . la collimation a été refaite pour cette occasion et force de constater qu'elle n'avait presque pas bougée
comme je n'ai pas fini de commander et de recevoir l'ensemble des filtres , pour ce test j'ai utilisé un filtre CLS Visuel astronomik ou la sensibilité est moindre (92% au lieu de 95%). le décalage étant minime il ne devrait pas avoir de changement global lors que j'aurai reçu le filtre CLS CCD.
 
A l’apparition de l'image on croit rêver ou on pense avoir une image déjà pré-traitée . adieu le amp-glow , les parasites et les effets de microlentilles que l'on pouvait avoir avec la 1600 !
 
- brute de NGC6695 en jpg car le format png était trop important (7Mo) .
Asi 2600 mm pro : température à -18,5°C/gain 100/offset 30/pose de 10mn
 

 
- brute de NGC7000 en jpg car le format png était trop important (6,93Mo)
Asi 2600 mm pro : température à -18,9°C/gain 75/offset 15/pose de 120s
 

 
les débuts sont prometteurs malgré un ciel en borthe 5 et l'utilisation d'un filtre visuel CLS .
je devrais bien sur revoir le tilt  présent à gauche de l'image et surtout revoir l'équilibrage qui m'a fait un léger filet sur la pose de 10mn.
 
Que dire alors de cette caméra :
 
je ne m'attendais pas à avoir de telles brutes et d'aussi bons résultats.
pour un prix certes bien plus élevé  , le résultat est au rdv et tous les défauts que l'on pouvait reprocher à la 1600 ont disparu.
si vous avez les moyens sautez le pas vous ne le regretterez pas.
dans le cas contraire ,la 1600 ou la 294 restent de très bonnes valeurs et elles en satisferont plus d'un
 
bon ciel
Christophe
aubriot
sur les conseils de certains et adeptes de la lune , j'ai décidé d'acheter une caméra dédiée pour la lune et le soleil  : la ASI174mm de chez ZWO
sa concurrente est la Basler 1920-155µm ( imx174) avec son logiciel Genika dont le débit Maximum est un peu plus important 165 fps sur une résolution de 1920X1200.
elle est plus chère car ces fonctions sont plus dédiées au solaire.
vous pouvez l'avoir par Airylab lien
http://airylab.fr/solution-dimagerie/cameras-planetaires/
 
cette caméra Asi 174 mm est en noir et blanc mais on peut aussi la trouver en couleur chez ZWO
ce qui fait sa force : la taille du capteur assez grande pour un débit très élevé  (> 100fps ) avec des pixels de grandes tailles et un bruit modéré
 

 
caractéristiques de la ASi 174mm :
Largeur/Diamètre : 41 mm/62 mm
Type de capteur : CMOS - 12 bit Monochrome
Taille du capteur :11,3 mm x 7,1 mm
Nombre de pixels :1936 x 1216 pixels
Taille des pixels : 5,86 µm x 5,86 µm
Nombre d'images par seconde : Jusqu'à 740 images / seconde en résolution 320 x 240 pixels
128fps avec la résolution de 1936 x 1216 pixels
Connexion :USB 3.0
Poids :140 g
Coulant :31,75 mm (1,25") / 50,8 mm (2") / T2 (M42 x 0,75)
Temps de pose minimal : 0,000032 seconde
Temps de pose maximal : 16 minutes
Rendement Quantique : 77%
 
résolutions supportées
sur 12bits
Binning 1×1: 1936X1216@128FPS,640×480@309FPS,320×240@577FPS
Binning 2×2: 968×608@128FPS
 
sur 10 bits
Binning 1×1: 1936X1216@164FPS,640×480@397FPS,320×240@740FPS
Binning 2×2: 968×608@164FPS
 
elle est fournie avec un câble USB3 , un cable ST4 , 2 embouts un T2 et un en M48 fileté à l'intérieur et 2 caches de protections
 

 
il est tout à fait possible d'utiliser des caméras comme la Asi 1600 mm pro pour effectuer des prises de la lune mais cela ne reste valable que si le grossissement reste raisonnable
le QE de la 1600mm  est en retrait de la Asi 174mm et le nombre de Fps à résolution identique arrive à peine à frôler les 40 img/s à résolution égale . trop peu pour figer la turbulence à fort grossissement
 

 
 
Les choses se compliquent des que l'on souhaite réaliser des photos avec de très hautes focales  : la turbulence vient jouer les troubles faites  !
en planétaire on va privilégier les poses rapides pour figer la turbulence  et ensuite les assembler afin d'obtenir une image haute résolution
pour faire simple on calcule l'échantillonnage suivant le seeing car c'est lui qui donne le LA . on a pour principe de dire qu'il faut un échantillonnage de 3x mais on peut sur-échantillonner et aller jusqu’à 5x
 le F/D du tube devra être calculé  et il ne devra pas dépasser les 30
 
Nota : la 174  a apparemment besoin de f/D supérieur à  20 suivant certains astrams
 
si l'on sous-échantillonne  les images sont magnifiques mais pour grossir c'est pas ça
si l'on sur-échantillonne  c'est l'inverse qui se produit .
 
dans mon cas , pour un pixels de 5,86 et avec une barlow 2x j' atteins un F/D de 27 sur mon ZEN 250 .
votre PC devra bien sur être doté d'un Port USB3 et être capable de fournir au moins 300Mo /s de débits
 
la Asi 174 a une fâcheuse tendance à chauffer et il est souhaitable de la refroidir par un moyen très simple lien refroidissement passif
sans cela ,par de fortes chaleurs vous aurez le droit a des défauts visuels et pas mal de parasites
 
Le bruit :
 
elle se débrouille pas mal face à la ASI 385MC même si le bruit devient plus important sur des poses de 10 s
 
dark de 0.01s                                                                                                                                                                dark de 1s                                                                                                                  dark de 10s
 

 
plus le bruit est présent plus l'image sera dégradée et parasité
dans le cas de son utilisation lunaire , les poses ne dépassent jamais les 20ms
 
Le QE :
 
dans le domaine des IR , son rendement est acceptable même si l'on fait mieux dans les IR avec la dernière caméra comme la ASI462mc
 
courbe QE Asi 174mm                                                                                                                                                                                          Courbe QE Asi 462mc
 
 

vu sa courbe  , je pense acquérir un filtre IR 642 dont la Plage de longueur d’onde va de 640 à 860
 
 
Le Gain :
 
le constructeur préconise d'utiliser cette caméra avec un Gain de 139 pour conserver un FW assez honorable et un bruit le plus bas.
dans les faits et en planétaire ,il sera important de jouer sur le temps de pose ( conditionné  par le seeing) puis ensuite de compenser avec le gain pour remplir l'histogramme aux 2/3
 

 
passons aux essais photos :
 
on préconise souvent d'utiliser un filtre pro planète IR807 pour les diamètres supérieurs à 250mm et de prendre le 742 pour les tubes inférieurs à 200 mm
ces filtres infra Rouge vont permettre de figer la turbulence mais il y a un soucis : Le QE de la caméra n'est pas très  important à ces longueurs d'ondes .
Cela se traduira par une baisse notable de la luminosité.
 
dans les faits ,je dirais que cela dépend de votre Seeing et qu'un  filtre rouge A23 suffit parfois  pour obtenir le résultat souhaité.
 
cette photo a été prise le 21/04/2021 en pleine journée  alors que le temps était beau fixe sans vent .
le plus difficile a été de jouer sur le gain pour apporter du contraste et renforcer des détails . pas simple avec le soleil !
 
Zen 250/3375 avec barlow 2x et filtre IR807
 

 

 
 
Pour vous repérez sur la lune , je vous conseille le formidable logiciel "Atlas virtuel de la lune" lien
c'est une bible et un excellent Atlas .
au format papier vous avez le très connu (mon préféré ) : Atlas de la lune de Antonin Rukl
 
bon ciel
Christophe
aubriot
après avoir testé et adopté le Sesto Senso V1 pour ma lunette AT106LE , je recherchais un moteur de mise au point pour ma petite lunette TS60/300 .
l'utilisant souvent comme chercheur ou pour observer la lune , il se devait d'être simple facile d'utilisation et surtout gérable sans PC !
 
dans ce domaine il existe peu de moteur de MAP ayant cette fonction :
 
l' EAF le permet mais il faut reconnaitre que la raquette avec son câble se trouve être gênant et la fixation sur ce focuser n'est pas des plus adapté sur cette lunette.
après il faut taper dans le haut de gamme américain Feather touch ou moonlite mais dans les deux cas cela demande d'avoir un bon budget 5et une usine à gaz à installer° .
 
et c'est là que primaluce se démarque.
nul besoin de raquette ou de boitier de commande , un smartphone suffiT à télécommander le tout
 
dans l'évolution du Sesto Senso 2 , on reprend le même et on y ajoute quelques fonctionnalités et gadgets qui faisaient défaut sur la V1
 
les défauts étaient présents et rebutaient certains :
 
- le prix qui a été revu à la baisse lors de la sortie de EAF
- pas de raquette ou de débrayage pour commander manuellement le microfocuser
- la calibration à refaire des que le moteur de MAP était arrêté par inadvertance
- un raccordement un peu compliqué
- et  le câble de la sonde externe qu'on sait pas quoi en faire
 
avec cette nouvelle version tout ceci n'est plus que de l'histoire ancienne à part la sonde externe . les autres ne font pas mieux
 
ce moteur permet un fonctionnement de -20°C à + 60°C
 
il est doté de 4 ports de connexions et de trois leds  :
 
- Un port alimentation 12V 0,7A avec prise jack Ø Extérieur → 5,5mm / Ø Intérieur → 2,5 mm / 0,8 A max
- Un port USB C pour l'initialisation et le pilotage par PC
- un port pour y raccorder une sonde de T° qui est la même que sur le V1
- et un tout nouveau port pour le système ARCO qui devrait sortir d'ici cette fin d'année . ce système permet d'effectuer une rotation du champs pour les prises de vues .
https://www.primalucelab.com/astronomy/arco-2-robotic-rotator.html
 
la finition est toujours parfaite avec son revêtement rouge doré que j'apprécie
 

 
ces caractéristiques restent à peu prêt identiques :
 
- les dimensions restent les même : 87.5 x 64 x 43mm
- la résolution du moteur pas à pas : 0.7µm/pas
- Le Poids est contenu : 380g
- il est Compatible ASCOM et gérable par le PC
-  la technologie Self Centering Clamp (SCC) qui permet de raccorder ce moteur à presque tous les focusers disponibles dans le commerce.
- il intègre un port WIFI ce qui le rend pilotable par smartphone .
 
il est fournit avec :
 
- 5 coupleurs d'axes de différents diamètres .
- un câble d'alimentation sur prise allume cigare
- un câble USB / USB C pour le pilotage par PC
- les clés hexagonales avec les différentes vis . ATTENTION  à ne pas en perdre une car le compte est juste . Pas une de plus  !
- une doc assez simpliste .plus de clé USB avec les drivers et logiciels . vous devrez charger le tout sur le site du constructeur
https://www.primalucelab.com/astronomy/downloads
 
l'emballage est toujours aussi propre et bien adapté pour protéger l'ensemble des chocs lors de l'envoi.
 

 
le raccordement est devenu plus simple
vous déposez les molettes sur le démultiplié 1/10 et vous y fixez le coupleur d'axe adapté
 

 
si aucun d'eux ne va ,vous avez la possibilité d'acheter les adaptateurs appropriés
 
- l’adaptateur SESTO SENSO 2 37mm  pour les focuseurs de type Feather Touch 3.5" ou Takahashi FSQ-130
- l’adaptateur SESTO SENSO 2 33mm pour les focuseurs de type Feather Touch 2.5" et 3"
- ou alors l’adaptateur SESTO SENSO 2 26mm pour les focuseurs Explore Scientific
 
il vous suffit alors de poser le  sesto senso et d'y serrer les 4 vis de fixations le maintenant au PO.
 

 
 
lorsqu'il est mis sous tension, il faut au préalable s'assurer que la led power et WIFI soient allumées et  fixes . si cela n'est pas le cas veuillez vérifier la connexion et appuyer sur le bouton reset.
si vous branchez la sonde externe après la mise sous tension elle ne sera pas reconnue !
 
passons à la partie logicielle  .
 
vous allez récupérer le fichier zip comprenant l'ensemble des drivers et applicatif le concernant sur le site du constructeur. 
Attention : le logiciel pour le V1 ne fonctionne pas avec celui ci.
 
après avoir l'avoir dézippé , vous installez le driver en lançant l'executable :SESTO SENSO 2 Ascom Driver Setup.exe pour reconnaitre le sesto senso  puis  vous lancez le fichier "focuser manager setup.exe" pour installer l'applicatif de gestion .
il est fort probable que l'anti-virus Avast vous bloque le lancement ! il faudra lui donner les droits.
 

 
vous voila donc prêt à l'initialiser . je vous recommande pour sa première utilisation à faire l'initialisation pour le câble USB.
le principe reste le même : on lance l'applicatif ; on sélectionne le port com et on appui sur la touche "connect".
 
le setso senso 2 est reconnu ; la tension d'alimentation s'affiche ainsi que les températures du boitier et de la sonde externe (là ce n’était pas le cas pour la sonde externe )
 

 
c'est un bon début mais l'initialisation doit être faite avant d'aller sur le terrain.
 
l'applicatif se compose en 5 modules :
 
- un module pour se connecter au sesto senso . pour le choix de la langue il n'y en a qu'un .sic
- un module de réglage manuel
- un module qui indique les T internes et externes et la tension d'alimentation
- des touches virtuelles pour enregistrer certaines positions du focuser . on en reparlera plus tard
- un module d'initialisation et de calibration
 

 
le principe reste assez identique et presque aussi simple que la première version .
au préalable votre focuser doit être impérativement rétracté !
 
la première chose à faire est un up-grade du moteur .
vous sélectionnez "upgrade" et allez chercher le fichier "Sestosenso2_v1.3.fw" qui est le firmware.
vous validez et vous laissez faire .
soyez attentif à ne surtout couper le courant ou arrêter l’exécutif par inadvertance !
 

 
a la fin vous n'avez plus qu'a refermer la page . voila votre moteur mis à jour
 
votre moteur est initialisé et le firmware est à jour . maintenant il va falloir le calibrer (lui donner un point de repère )
en faite on va lui indiquer le début de la course et la fin de cette course .
le manuel n'est pas très pratique (plutôt mal expliqué ) car on pense en sélectionnant une des touches que cela va lancer un exécutable hors il n'en est rien . il m'a fallut 10mn pour comprendre...je sais je suis lent .
vous sélectionnez la touche "calibration" et arrivez dans un module de 4 touches
 

 
le focuser doit être rétracté ...c'est important !
vous sélectionnez "set ZERO position" . cela indique au moteur la position de départ .
puis vous sélectionnez "start Calibration" pour lui indiquer que vous commencer à lui donner le début et la fin du positionnement du focuser
il faudra lui indiquer le type de focuser que vous utilisez SCT ou crayford .
 

 
 
vous sélectionner "move out" et le moteur se met a fonctionner.
vous le laisser faire jusqu’à ce que vous considériez que la course du focuser est suffisante .
là vous appuyez sur "stop Motor ans Set max limit". vous ressortez du module en appuyant sur "close"
Et voila votre sesto senso 2 est calibré.
 
il vous reste à changer le code WIFI (clic droit de la souris ) , sélectionner le type de mesure de la T° , et valider ou non la visualisation des leds  apparentes sur le Sesto senso 2
lors des prises en nomade de vue je vous conseille de les éteindre . moins de consommation et de pollution visuelle
 
on y est presque .
maintenant vous allez devoir utilisez le smartphone pour vous connecter à celui ci .
en faite c'est assez simple même si il n'existe pas d' app dédié à cette fonction.
vous vous connectez au WIFI du sesto senso 2 ( il vous demandera le mot de passe du WIFI "primalucelab" qu'on peut changer ).
lorsque ceci est fait ,vous lancez votre navigateur firefox ou google et vous y mettez l'@IP suivante  : 192.168.4.1.
vous validez et vous retrouvez l'ensemble des éléments de cet applicatif sous un module intranet
 

c'est là que le virtual pad prend toute sa valeur ajoutée .  un appui sur une des touches et voila votre moteur qui se dirige tout droit à la position enregistrées
NOTA : pour enregistrer une position , il suffit de faire un clic droit (avec la souris du  PC ) sur une des touches pour mémoriser la position du focuser à ce moment là .
vous pouvez même y mettre un titre "oculaire 25mm" . très pratique
c'est simple et efficace  . un jeu d'enfant !
très pratique pour retrouver une position lorsque l'on a 9 oculaires différents .
vous voila donc prêt à aller sur le terrain pour observer ou photographier nos merveilleux objets célestes
alors que dire du Sesto Senso 2  ?
 
la vrai valeur ajoutée de ce nouveau moteur réside dans ces petites évolutions logicielles qui font de lui un produit fini et abouti .
dans sa gamme de prix aucun ne lui vient à la cheville et dépenser plus ne servirait pas à grand chose
 
test  photographique : en cours de création
 
je vous ai mis la documentation du Sesto Senso 2
 
bon ciel
Christophe
 
SESTO-SENSO-2-EN-user-manual.pdf
 
aubriot
je ne vous ferais pas le test de la lunette TS 60ED qui a déjà été faite à plusieurs reprises sur d'autres sites .
je vais plus vous parler de la composition d'une lunette et surtout comment l'entretenir .
 

 
les caractéristiques de la TS60/330 :
 
ouverture 60mm
focale : 330mm soit un F/D de 5,5
poids  : 1,75kg
objectif : lentille doublet apochromatique à lame à air - FPL53 & verre au lanthane
Port Oculaire : focalisation à pignon et crémaillère avec démultiplicateur avec roulement à billes
connexions  : 2 pouces , 1,25" et filetage M54x0,75 (femelle)
diamètre du tube : 70mm
diamètre du pare buée : 79mm
 
ce test résume assez bien les capacités de cette lunette Test de la TS 60/330 aussi bien dans le domaine observationnel , photographie animalier qu'en astrophoto.
cette petite lunette même si ce n'est qu'un doublet FPL53/verre au lanthale donne déjà de bons résultats sans chromatisme . ce qui vous conviendrez est déjà pas mal pour de l'observation.
le piqué est correct (assez surprenant) même si le PO a un peu de tilt comme beaucoup de lunettes TS suivant certains astrams
il vous faudra acheter le correcteur pour réaliser de l'astrophoto pour ne pas avoir d'aberration optique avec de grand capteur !
 
mon achat n'a pas été prévu à l'origine pour ce type de photo (bien que ) mais plus pour l'utiliser comme chercheur ou pour l'observation visuelle
j'ai donc changé le système d'accroche pour opter pour des anneaux primaluce efficaces et très bien fini .  le seul regret : refaire l'alignement à chaque fois.
elle s'est révélée pratique et très utile lorsqu'on l'utilise sur un tube de 250mm avec une focale de 3375 mm voir de 6750 avec une Barlow 2x .
certains vous dirons que c'est du "luxe" mais aller trouver une planète avec un tel tube revient à chercher une aiguille dans une botte de foin.
comme vous pouvez le voir le champs dans un tube dont la focale de 6750 mm est très restreint (empilement de 300 fps pour avoir une image claire d'une montage se trouvant à 10km ) par rapport à cette TS60
 

 
ce qui m'a toujours étonnée c'est qu'elle était livrée avec une bague de rallonge pour le tube
 
voulant connaitre sa fonction  j'ai osé la démonter
ce raccords permet d'allonger la distance du PO au doublet . mais quel est son avantage ?
cela évite lorsqu'on installe cette lunette sur une grande queue d'aronde d'avoir à retourner le PO pour qu'il ne bute pas sur celle ci ou alors d'éviter d'acheter une bague allonge de 50mm pour obtenir le backfocus.
 
la composition d'une lunette est des plus basique :
 
un correcteur  pour corriger les aberrations ou ou un  renvoi coudé  si l'on veut faire du visuel
aujourd'hui ce correcteur est souvent intégré dans la lunette mais le principe reste toujours le même
il n’empêche qu'en visuel le résultat avec ce doublet reste très honorable et même assez surprenant en CP
 

 
pour raccorder ce correcteur il vous faudra démonter la bague de sortie 2 pouces vissées sur le PO
 

 
d'un Porte Oculaire avec son joint d'étanchéité  dont la course est d'environs 65mm
 

 
d'une bague d'adaptation vissée sur le tube pour maintenir en place le PO
 

 
un tube
 

 
d'une optique (doublet) .elle aussi vissée sur ce tube .
ne vous amusez pas à essayer de régler les optiques en touchant aux vis de côté !
c'est le meilleur moyen pour renvoyer sa lunette au fabricant pour la repasser sur un banc de test
 

 
et un pare buée
 

 
beaucoup hésitent à démonter leur lunette mais sachez que bien souvent c'est le seul moyen pour aller enlever les poussières collées sur les optiques .
on peut aussi utiliser un sèche cheveux mais l’efficacité n'est pas la même vu qu'on brasse de l'air et que ces poussières risquent bien d'y rester
 
au final cela vous donne cette coupe
 

 
vous pouvez par la suite la doter d'un moteur de mise au point . ici le sesto senso V2
il vous suffit d'enlever les deux molettes  et d'y mettre la bonne bague
 

 
 
bon ciel
Christophe
aubriot
 
j'ai eu dernièrement un soucis dans les prises de vues de mon ASA10N  : l'ensemble de mes photos et de mes Flats se retrouvaient avec un vignetage prédominant sur un des coins
 

 
En procédant par étape et en éliminant chaque éléments, j'ai fini par comprendre l'origine de ce désagrément : mon miroir secondaire avait légèrement bougé  .
pas grand chose mais assez pour ne plus être dans l'axe du PO et le flux lumineux était donc ainsi dévié  .
 
il était donc nécessaire de repasser par la case collimation : réglage et collimation de mon newton ASA 10N et reprendre étape par étape l'ensemble du process à partir du positionnement du secondaire .
c'est à partir de ce moment qu'une simple idée m 'est venu en tête
 
En partant de l’hypothèse suivante et seulement si :
 
1 - la barillet est absolument perpendiculaire au tube
2 - l'araignée est parfaitement parallèles au barillet
3 - le primaire ( étant collé au barillet ) se retrouve bien au centre du tube 
4 - le pas de vis de l'araignée est dans l'axe du centre du primaire
5 - et enfin le secondaire se trouve dans le prolongement du Porte Oculaire
 
 
si toutes ces conditions sont réunies ( c'est là la force de ce tube trop souvent décrié à tord),  le positionnement /l'orientation/ collimation du secondaire devrait en être très simplifié et  je pourrais effectuer ces trois dernières étapes en une seule !
 
j'avais déjà constaté (pour collimater mon tube à presque chaque sorties) que l'auto collimateur cateyes était très précis et suffisait amplement pour le régler. aucun laser ou étoile n'était nécessaire pour avoir une collimation parfaite
il est d'une redoutable efficacité et le moindre décalage s'en ressent sur la forme des étoiles : souvent par une forme allongées dans le pires des cas ou d'un léger étirement  sur un des bords
 
au premier regard on ne remarque pas cette déformation mais si l'on agrandit très fortement  l'image on se rend vite compte que les étoiles ne sont pas rondes
 

 
l'auto collimateur (l'Infinity XL ) montre absolument toutes les erreurs résiduelles . le collimateur catseye
il sera donc mon utile outils pour collimater cet ASA10N.
 
voici la procédure :
 
- insérer votre auto collimateur dans le Porte Oculaire
- dévisser légèrement la vis centrale qui maintient le secondaire à l’araignée
- de la main droite tenez le secondaire pour le remettre dans l'alignement du PO et du primaire
- de l'autre main agissez sur les 3 vis de positionnement du secondaire
- puis enfin resserrer la vis centrale de l'araignée
 
au début vous devez vous retrouverez dans cette situation : les quatre triangles sont désalignés.
 

 
en agissant avec la main droite vous allez réaligner les quatre triangles
 

 
puis toujours avec cette main ,vous redressez le secondaire pour ramener les quatre triangles au même point central
 

 
Avec l'autre main vous allez agir doucement sur les vis afin qu'elles viennent en butée sur le secondaire et exercer une légère pression
ce n'est qu'a cette étape que vous pouvez resserrer la vis centrale
 
cette étape ne demande que 10 mn de manipulation en tout et pour tout !
 
voici l'image résultant que l'on obtient avec une focale de 2600 sur une pose de 600s
 

 
bon ciel
Christophe
aubriot
ayant fait depuis peu l' acquisition d'une Asi 462mc , je me suis retrouvé devant une problématique : cette caméra ne voulait pas fonctionner sur Asi cap V1.6.2
 
la caméra est bien reconnu dans le gestionnaire des périphériques mais impossible de la faire tourner sur mon portable ou mon PC fixe
 

 
le must :  la documentation fournie par ZWO préconisait d'utiliser le logiciel sharpCap
 
j'ai donc opté pour une ré-installation complète avec les drivers mais rien n'y faisait.
un essai sur firecapture ..... elle fonctionne . ouf
 
je suis donc retourné sur le site de ZwO et découvert Asi studio lien
etait il déjà là ? peut être mais je n'y avais jamais fait attention
 
vous avez deux choix d'installations : l'applicatif sous x86 pour le 32bits et le x64 pour le 64bits
entre les deux il y a une différence subtile mais qui montre bien les ambitions de ZWO  : le Deep Sky Stacking
 
après l'avoir téléchargé (90Mo ) et installé , vous tombez sur une page de présentation avec 4 modules en x86 et 5 modules en x64  (deep sky Stacking en plus )
 

 
 
vous retrouver :
 
- le AsiCap classique . certains modules ont été modifiés (la choix de présentation par exemple) mais c'est vraiment mineur
 

 
-le deep sky imaging ou capture des images du ciel profond
 

 
le live stacking  ou Visuel Assisté
 

 
le fits Viewer ou visualisation des fichiers Fits  : pas mal pour vérifier les images prises. je le faisait avait pixinsight
 

 
et enfin le plus interessant le deep sky stacking que je n'ai pas eu le temps de tester
 

 
il vous suffit alors de lancer Asicap et de voir enfin votre caméra fonctionner
 
bon ciel
christophe
aubriot
le Back focus ou plus communément appelé BF en déroute plus d'un astram et pourtant c'est assez simple à comprendre .
lorsqu'on vous vend une caméra CMOS ou CCD , le constructeur vous fournit ce paramètre à ne surtout pas négliger .
 
prenons comme exemple la Asi 1600 mm pro et la 6200mm pro
 

 
ce paramètre que vous fournit ZWO sur ces deux caméras représente la distance entre le capteur et la vitre.
 

 
 
le deuxième chiffre que l'on voit apparaitre sur les sites de ventes  ne veut absolument rien dire et induit en erreur pas mal de débutants . ne tenez surtout pas compte de ces 55 mm !
 
pour comprendre le rôle du BF il faut revenir au fonctionnement du télescope .
le but du télescope est de focaliser (ou concentrer ) la lumière en un point  : trop en avant l'image c'est trouble et trop en arrière c'est pareil
le point focal est donc situé a une distance bien précise que l'on se doit de respecter.
 
En observation à l'oculaire , on cherche souvent ce point focal en faisant varier la molette du Porte Oculaire .
pour le trouver une solution assez simple :
 
     - pointez le télescope SANS oculaire sur la lune 
     - prenez une feuille blanche et placez là devant la sortie du télescope
     - éloignez là du tube jusqu’à ce que l'image de la lune apparaisse nette .
vous avez trouvé le point focal
 
hors suivant le tube ce point focal ne va pas être placé à la même distance en sortie du PO :
 
     - sur un newton le BF est très court et est même parfois source de complication dans l'utilisation de PO trop long
     - sur une lunette le BF est important et est bien souvent situé très très loin du PO  . il peut etre source de flexion.
     - sur un mak ou un SCT la mise au point se fait par le déplacement du miroir primaire.
       pour plus d'infos : focale sur SC
       ou point focal
 
mais comme on dit souvent il y a un MAIS : des que vous utilisez un  réducteur , un applanisseur ou une Barlow ce point focal va changer en sortie de ces éléments
les fabriquant fournissent un BF propre a leur matériel  : soit il est donné depuis le filetage de sortie soit depuis l'optique (plus rare)
ce BF est précis et il faut le respecter !
 
il arrive que l'on insère une roue à Filtre et dans ce cas l'épaisseur du filtre doit être pris en compte  (1/3 de l'épaisseur du filtre ).
Exemple : pour un filtre de 3mm d'épaisseur , vous devrez donc déduire 1mm dans le calcul du BF
 
 
on va prendre trois exemples pour calculer ce Back Focus
 
Premier exemple avec un applanisseur sur lunette Astrotech 106LE :
 
l'applanisseur 2 pouces dédié à l'astrotech 106 LE donne un backfocus de 56 mm avec un vignetage très faible et une forme rondes des étoiles même dans les coins .
j'ai donc 56mm de distance à respecter entre l'optique de cet applanisseur et le capteur. bien souvent c'est donné depuis le filetage de l'applanisseur
 
la caméra a déjà un BF (distance entre la vitre et le capteur ) il faudra donc le soustraire
 
56mm - 6.5mm (caméra)  -1mm (filtre )= 48;5mm de BF pour la Asi 1600 mm pro
56mm -17,5mm (caméra )-1mm (filtre )= 37,5mm de BF pour la Asi 6200 mm pro
 

 
 
deuxième exemple par l'utilisation d'un correcteur Wynne 0,95x  sur un newton :
 
comme vous pouvez le constater ce correcteur peut se fixer sur différents newtons et son BF change en fonction du diamètre et de la focale du tube
 

 
Dans mon cas , mon ASA10N possède un diamètre de 250mm et une focale de 950mm pour un rapport F/D de 3,8. le backfocus est donc de 57,29mm précisément.
 
 
Troisième exemple -utilisation d'une powermate ou d'une APM 2,7x  ou  d'une APM 1,5x :
 
la Barlow permet d'augmenter la focale d'un instrument .
comme on peut le constater autant une 2x ne variera pas quelque soit la position autant la powermate 5x va voir son grossissement varier de 5x à presque 8x à 100mm du point focal
 

 
 
dans le cas d'une barlow AMP 2,7x le grossissement va aussi varier suivant la position de la caméra par rapport à cette Barlow
le grossissement se calcule suivant la formule G=1+T/f avec T= tirage  et f= focale de cette barlow qui est de 62,9mm.
mais comme tout il y a une limite au grossissement qui est au maxi de 3 .
 
pour une barlow APM 1,5x , le BF est le suivant :
- Déplacement du foyer : 96 mm vers l'arrière
- Distance entre le filetage M54 et le foyer : 95 mm
ce point focal ne change pas et il doit être respecté
 
donc comme vous avez pu le voir , le Back Focus dépendra du tube utilisé et surtout des optiques permettant de réduire ou d'augmenter la focale.
lisez bien la notice fournie par le constructeur ; faite votre calcul ; mettez y des bagues allonges vissées et des spacers pour respecter ce BF
 
bon ciel
Christophe
aubriot
les doc techniques fournies  pour les caméra planétaires sont à peu prêt identiques mais les données que l'on recherchera seront un peu différentes
ceci n'est que le ressenti de mon expérience dans ce domaine
 
Bien sûr il faudra privilégier :
 
- l'USB3 pour son débit
- un taux de transfert élevé 
- une longue focale mais qui ne doit pas dépasser 25
- des pixels adaptés a l’échantillonnage
 
mais le critère N° 1 reste la sensibilité aux longueurs d'ondes supérieures aux 600nm
la courbe QE est donc l'élément à regarder en priorité
 
dans ce domaine plusieurs caméras sortent du lot et sont recherchées par les astrams : la Asi 290mc et la Asi 462mc
cela ne veut pas dire que les autres ne sont pas bonnes mais seulement que celles ci sont très recherchées pour leur caractéristiques techniques
 
dans le cas de la Asi 462Mc , le constructeur la compare à l'Asi 290Mc pour bien montrer sa performance dans les 850nm  (pour un capteur à peu prêt identique dans les autres domaines)
 

 
et si l'on compare les deux graphiques"*" ont se rend vite compte de sa sensibilité dans ce domaine
 

 
* A droite la courbe de la 290Mc et a gauche celle de la 462Mc
 
alors pourquoi privilégier cette bande de fréquence IR : cela fige la turbulence .
 
- Avec un filtre IR-UVcut (400-700nm) la 290mc s'en sort un peu mieux dans les UV (pixels Vert et bleu )
- dans les infrarouges la 462mc donne tout son potentiel .tous ces pixels  (RVB) sont  sensibles a ces longueurs d'ondes 800-900 nm .elle sera donc équivalente à une camera monochrome en proche infrarouge
 
il ne faut pas oublier que le tube va aussi jouer un rôle dans la transmission des ondes et les lunettes ne sont pas les mieux placées  pour l'Ir.
on devra d'autre part utiliser des filtres adaptés au diamètre du tube car un 807 réduit fortement la luminosité (même avec un 250mm) et suivant la turbulence
 
- le deuxième critère se trouve être le bruit de lecture .
 
plus le bruit de lecture est bas plus on peut avoir des temps de poses très courts . Et la encore la 462Mc se détache de la 290Mc lorsque le gain est supérieur à 90
 

 
passons aux mono
 
Prenons la Asi 174mm . c'est une caméra mono donc sans matrice bayer .ce qui veut dire qu'en planétaire l'ensemble des pixels sont réceptifs aux fréquences données
d'autres part elle très rapide et dépasse souvent les 100fps  en haute résolution
avec une mono le binning est tout a fait possible sans perte de résolution à la différence de la couleur
 
Supported resolution :
Binning 1×1 12bit ADC: 1936X1216@128FPS ;640×480@309FPS ;320×240@577FPS
Binning 2×2: 968×608@128FPS
Binning 1×1 10bit ADC: 1936X1216@164FPS; 640×480@397FPS ;320×240@740FPS
Binning 2×2: 968×608@164FPS
 
alors pourquoi ne pas utiliser seulement  caméra mono  ? principalement pour recomposer une image en R.V.B
il faudrait pour cela faire plusieurs vidéos et bien souvent les planètes tournent très vite sur leur axe
 
Planète/Durée du jour
Jupiter : 9 heures et 55 minutes
Saturne : 10 heures et 40 minutes
 
au contraire d'autres tournent vraiment plus lentement
Planète/Durée du jour
Neptune :16 heures
Uranus :17 heures et 14 minutes
Mars : 1 jour et 36 minutes
Mercure : 58 jours et 15 heures
Venus : 243 jours et 26 minutes
 
 
- Pour du lunaire : la ZWO 174 mm sera parfaite .
- Pour le solaire : la Basler 1920-155 (IMX174) est plus adaptée que la ZWO.
suivant chonum " le gamma très utilisé en planétaire est appliqué sur le signal analogique avant l'ADC (ZWO c’est numérique), comme le gain analogique. C'est comme cela que cela doit être fait pour éviter un bruit de quantification"
"Un gamma appliqué en numérique va provoquer de grosse marche de quantification (des aplats en pratique) en basse lumière si gamma < 1, et en haute lumières si gamma > 1."
- pour le planétaire  : la 290mm serait plus appropriée pour ces petits pixels
-pour le lunaire : La 178mm offre grand champ pour la lune malgré ces petits pixels
 
Bon ciel
Christophe
aubriot
Ayant pendant 10 ans utilisé un meade LX 200 10 pouces avec un F/D à 10 , j'ai eu envie de passer au maksutov pour en prendre plein les yeux.
j'ai jeté mon dévolu sur une occasion fabriqué par Ottiche Zen  artisan opticien italien réputé pour sa fabrication d'optiques de qualité
l'avantage de ce tube c'est qu'il est identique aux SC et l'on peut trouver des pièces détachées pas chères sur les PA ou les sites de ventes.
 
lien  : http://www.costruzioniottichezen.com/

Caractéristiques :
- Diamètre : 250mm
- ménisque 240mm BK7
- F/D : 13.5
- Focale : 3375mm
- Poids : 15Kg avec la queue d'aronde 10 microns (4Kg)
- Mise au point par translation du miroir primaire
- Obstruction du primaire : 23%
- Ventilateur de mise en température.
- Sortie en 31.75 et 50.8
 
l'aspect extérieur détermine souvent le soin  apporté par  le propriétaire du dit matériel mais il ne faut pas s’arrêter à ces quelques détails car cela ne reflète pas la qualité et le potentiel du tube.
quand on achète de l'occasion il faut souvent s'attendre à racheter des pièces pour l'adapter à sa monture ou l'optimiser à son besoin
 
1- Il n y a que peu de différences mécaniques entre un SC et un mak Gregory à part l'optique .
le ménisque était en très bon état visuel avec quelques poussières dessus que j'ai enlevé lors du démontage du tube
lors du démontage j'ai constaté que mon ménisque avait bougé et ce n'est pas des plus simple à remettre en place.
sachez que cette manipulation ne se fait que très rarement sauf si l'on veut le nettoyer .
le ménisque était en très bon état visuel et le primaire n avait aucun piqué preuve d une bonne qualité de l optique pour son age. la réputation de cet opticien n'est plus à faire
le secondaire était bien colle même si je pense avoir encore un petit défaut. Un peu trop perfectionniste certainement .
 
2-la queue d'aronde était de fabrication personnel..... c'est la premier chose que j'ai remplacée . Ayant une monture 10 micron ,j'ai décide de passer par ce fabriquant  : la qualité est là et le prix aussi.
la queue d'aronde (même si ce n'est qu'un morceau de métal ) est plus large , plus épaisse que ceux du commerce ; elle permet de fixer correctement les larges anneaux dessus et de supporter un poids conséquent.
par contre cela m'a rajouté du poids : 2Kg en plus.
 
3- l'aspect extérieur comportait des éclat de peintures sur les anneaux et le couvercle que j'ai vite enlevé grâce à une bombe de peinture.
A cette étape il avait un peu plus de gueule mais le chemin était encore loin avant d'avoir un tube opérationnel
 
4- la molette de translation du primaire ne souffrait d'aucun jeu ou de défaut.
pas de point de résistance même si l on retrouve toujours ce shifting bien présent dans ce tube .
c'est typique à TOUS les Tubes Schmidt-Cassegrain ou maksutov dont la Mise Au Point (MAP) est obtenu par déplacement du primaire
le déplacement du primaire fait bouger l image et dans un cas extrême faire sortir l'étoile ou la planète du champs de l oculaire (encore plus avec des oculaires ortho qui ont un champs restreint)
 

 
on peut regraisser le filetage mais cela impose un démontage en règle du primaire .
pour mon cas , il a été inutile de le faire même si j'ai déposé le primaire par la suite
 
5- la bague de sortie était de base voir bas de gamme , le jeu était important et aucune translation possible
ni une ni deux je prends des renseignements sur ce site et direction internet pour acheter un excellent Porte Oculaire feather touch 2 pouces
 
https://laclefdesetoiles.com/porte-oculaire/1362-porte-oculaire-feather-touch-2-longueur-du-tube-08-avec-bague-de-serrage-et-frein.html
 
Coulant : 50,8 mm (2")
Modèle : Porte-oculaire Feather Touch Starlight instruments 2" débattement 0,8"
Caractéristiques mécaniques : Débattement de 20,3 mm (0.8") / Rail de guidage
Poids : 453 g
Interface Télescope : Schmidt-Cassegrain
Tirage : Minimal → 35,69 mm / Maximal → 56 mm
Porte-Oculaire : avec microfocuseur 1/10
Capacité de charge : 3,6 kg à 4,5 kg
 
il vous faudra aussi acheter un Adaptateur court Starlight Instruments pour porte-oculaire Feather Touch FTF2008 pour SC Celestron et Meade.
sans ce raccord il vous est impossible de fixer le PO sur le tube.
 
il transpire la qualité , la finition est impeccable , la "translation du tube" est parfaite.
sur recommandation et les bons conseils du vendeur j'ai opté pour un débattement de 0,8" car cela vient en butée du bafle.
cela n'est pas un soucis car je fais une première mise au point par la molette puis par le PO
par contre il vous sera difficile de le mettre dans tous le sens sans dépose de la molette de réglage .
 
6 - A la longue , vous comprendrez vite que  tourner la molette  du tube ou du PO est fatiguant , pas très pratique parfois et provoque souvent des vibrations lors de vos observations.
un moteur de mise au point est nécessaire pour éviter ces désagréments.
j'ai opté pour prima luce lab avec sa sonde puis je me suis rabattu sur  l'EAP de ZWO : moins cher  , compatible avec le PO et nul besoin d'une correction de température
.
https://www.loisirsplaisirs.com/accessoires-cameras-zwo/4279-moteur-mise-point-zwo-eaf.html
 
mon prima luce lab ira sur mon astrographe astrotech 106LE qui a besoin de précision et d'une MAP parfaite en fonction de la T°
 
https://laclefdesetoiles.com/accessoires-pour-l-imagerie/5374-mise-au-point-electrique-sesto-senso-prima-luce-lab.html
https://laclefdesetoiles.com/alimentations-et-cables/5375-sonde-de-temperature-prima-luce-lab-pour-sesto-senso.html
 
 A ce niveau je ne peux vous dire lequel est le meilleur mais des réception du dit matériel je compléterais ce post !
 
pour la motorisation de la mollette du tube  ; Achat prévu en juillet  mais préférence pour celui de pîerro-astro avec son interface USB
https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/accessoires-astronomie/mise-au-point-focus/sct-focus-v2-pour-c8-c9-mak-150-ou-180_detail
https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/accessoires-astronomie/mise-au-point-focus/interface-usb-focuser-2_detail
 
7 - comme il n'était pas doté de chercheur , il fallait l'en doter.
j'ai commencé par un pointeur laser que je n'ai pas trouvé très efficace : bougé du système et pas adapté au tube .
puis j'ai jeté mon dévolu sur une petite TS 60/330 avec un réticulé de 9 mm soit un  grossissement de 36x
un peu luxueuse pour s'en servir comme chercheur mais voulant faire du grand champ elle sera parfaite pour cette utilisation.
j'ai tout de suite été confronté à un problème : l'alignement du chercheur par rapport au tube.
difficile alors de faire une mise en station sans avoir au préalable fait cet alignement de jour
 
je compte résoudre ce soucis en achetant une Platine Baader Stronghold pour charge lourde (7kg) :
Achat prévu en juillet et retour du matériel des les tests effectués
hauteur : 54 mm (sans la fixation EQ)
Largeur : 128 mm (avec les vis)
Poids : 688 g
Longueur : 115 mm (avec les vis)
Caractéristiques mécaniques : Option de montage sur le haut : 1/4 " avec filetage standard photo, 6 trous filetés en M6 / Sur la base : 1/4" et 3/8" avec filetage standard photo, 4 trous filetés en M6 + 4 trous filetés en M5.
Type : Vixen
Capacité de charge : 7 kg
Plage de réglage en Latitude : +/- 35°
Plage de réglage en Azimut : +/- 23
 
8- vous constaterez aussi que regarder directement à l’arrière du tube sans Renvoi Coudé est difficile et astreignant suivant l'inclinaison du tube.
j'ai donc opté par un RC baader maxbright : Renvoi coudé à miroir avec traitement Maxbright. Assemblage avec le système ClickLock. Coulant entrée/sortie 50,8 mm.
 
Caractéristiques techniques 
Miroir surdimensionné surfacé à lambda λ / 10
ClickLock 50.8 mm en sortie
Miroir ne réfléchissant ni les UV ni les IR
Surface du miroir traitée anti-rayure pour un nettoyage en toute sécurité
Construction tout métal en aluminium
 
il respire la qualité , le poids est assez conséquent , il permet de supporter des oculaires de 900gr en 2 pouces comme mon maxlight 32mm et le serrage ne laisse aucune trace sur la jupe de l'oculaire.
 
https://laclefdesetoiles.com/renvois-coudes/1531-renvoi-coude-maxbright-baader-508mm-a-serrage-clicklock.html
 
pour y mettre des oculaires de diamètre 31,75 mm il vous faudra un réducteur. j'ai pris celui ci car il s'adapte parfaitement à mon PO starlight
https://laclefdesetoiles.com/porte-oculaire/1384-reducteur-starlight-instruments-convertisseur-coulant-508-mm-vers-3175-mm-version-low-profile.html
 
9 _ comme tous maksutov ou SC ,  la lame de fermeture ( ménisque ou lame de Schmidt ) est sujets au dépôt de buées.
pour éviter cet inconvénient , vous devrez vous doter d'un pare buée et d'une résistance chauffante.
différents systèmes existent allant des résistances intégrées au pare buée ,aux variateurs géré par sonde thermique.
pour le moment je ne possède que pare buée astrosolar basique mais je compte bien le changer .
 
10 - la mise en température est aussi un point à ne point sous-estimer car le tube est fermé et la mise en température est assez longue avec ce type de diamètre.
la mise en température se fait par les ventilos installés à l'arrière du tube.il faudra compter 1h pour une bonne mise en température .
pour alimenter ces ventilos , j'utilise une petite batterie dédiées pour les smartphones  : simple et efficace
 
11- la MAP est aussi un point important et le masque de bahtinov sera un outils adapté à votre besoin en astrophoto
Ce masque est avant tout une aide à la MAP en astrophoto.
 
principe du masque de batinov : http://oeilducelestron8.canalblog.com/archives/2011/12/06/23668031.html
créateur du masque : http://astrophoto.chat.ru/
je l'ai élaboré à partir d'une plaque renforcée et par l'utilisation de cet applicatif : http://astrojargon.net/MaskGenerator.aspx?AspxAutoDetectCookieSupport=1
il permet d'imprimer votre masque suivant la taille de votre tube et la focale est prise en compte.
il suffit ensuite de coller la feuille imprimée sur le support et de découper la plaque au cutter
 
Le Bahtinov donne une MAP optiquement parfaite, mais il ne tient pas compte de la correction des yeux.
Vous pouvez aussi utiliser ce petit logiciel pour faire votre MAP avec ce masque : http://astrolabo.com/2014/01/19/bahtinov-mask-guide/
 
12 - un générateur de flat n'est pas nécessaire mais peut vous servir à éliminer les poussières des photos qui auraient pu se mettre sur l'optique  à l'intérieur du tube .
j'en possède un qui me servira pour un futur tube type newton ou cassegrain.
je compte bien m'en servir pour l'astrophoto du ciel profond même si ce tube n'est pas approprié pour ce type d'utilisation
 
13  il vous faudra des oculaires adaptés au planétaire.
jusqu’à maintenant , j’utilisais des oculaires grand champs comme beaucoup astro-amateur .
c'est un point que l'on sous estime mais qui a une grande importance dans le rendu visuel des planètes
mais sur le conseil de plusieurs forumeurs j'ai opté pour des ortho Kokusai kokhi Tani 31.7mm  vendu par un forumeur sympathique nommé "pancho61"
n'ayant pas encore reçu ces oculaires je ne peux vous en dire plus sur leur qualité et le rendu de ces optiques.
comme le champs est réduit , votre monture devra avoir un bon suivi sans cela l'objet sortira rapidement du champs
 

 
14 enfin et ce n'est pas des moindres , la collimation devra être parfaite.
c'est l’élément le plus important que j'aborde dans un autre post mais c'est assez facile a faire quand on a pigé le coup.
 
15 et pour le tout , j'ai utiliser des sangles réglables d'un portable de gamer pour le transporter sur une courte distance. très pratique et plus adapté que les poignées fixes vendues dans le commerce.
il m'a fallu aussi un sac de transport dédiés aux C11pour le protéger des chocs et de la poussière. 
https://www.astroshop.de/fr/sacs-de-transport/oklop-sac-rembourre-pour-celestron-sc-11-/p,55900
 
le test visuel : 
 
j'ai dans un premier temps utilisé des oculaires plus dédié à au CP.
la première leçon que j'ai appris  de ce test visuel : plus le grossissement est important plus l'image s’assombrit en prenant une teinte jaunâtre .
la deuxième leçon :  vous êtes tributaire de la turbulence et l'impact est très important  sur le grossissement . oubliez toutes ces théorie de 2xD  car ce n'est que de la théorie.
entre la théorie et la pratique il y a un fossé.
dans de très bonnes conditions  (planète haute dans le ciel , peu de turbulence , peu d'humidité ,etc), vous pouvez espérez vous approcher de cette valeur théorique et dans le pire des cas fleurter les 1xD.
pour mon test ou toutes les conditions n'étaient pas totalement réunies j'ai pu grossir à 385x (pas assez à mon gout).
 
pour ce deuxième test ,j'ai donc opté  pour des oculaires plus adaptés au planétaire    : les orthoscopiques .
lien sur leur descriptions techniques https://www.webastro.net/forums/topic/106460-oculaires-orthoscopiques/
"Les orthoscopiques font partie des premières générations d'oculaires. Un champ parfaitement droit et peu de groupes de lentilles donc une transmission très élevée. Excellent contraste, netteté élevée. Le seul problème c'est que le champ est étroit (moins de 50°) et le dégagement oculaire court par rapport aux oculaires modernes."
 
cette phrase résume parfaitement ce que l'on attend d'un oculaire orthoscopiques .
j'ai donc acheté un lot d 'ortho Kokusai kokhi Tani 31.7mm  : petit , lègé et pas cher .
 
dans les faits , c'est la nuit et le jour dans les forts grossissement  moins dans les faibles grossissements.
le contraste et la netteté est bien au rvd. c'est un régal de pouvoir enfin grossir sans subit cette gène qui était très présente sur les bords des oculaires.
comme j'ai une 10 micron, je n'ai pas été impacté pour le suivi  : l'objet suivi restait bien dans le champs ( malgré qu'il soit étroit ).
une surprise et de taille a été de tester ces oculaires avec des lunettes : aucune gène constaté sauf le champ un peu plus réduit !. comme quoi , utilisez de bons oculaires est toujours payant !
la dernière surprise et pas des moindres , même si le rayonnement était important je n'ai pas eu besoin d'utiliser un filtre lunaire pour observer les cratères lors de la pleine lune
 
avec une collimation plus affinée, des résistances chauffantes , un seeing de meilleur qualité, je pense espérer améliorer la qualité de mes observations
 
le test en Visuel Amplifié :en cours d’élaboration
le test photo : en cours d’élaboration
 
 


 


aubriot
Choisir une caméra  pour l'astrophoto est souvent  compliqué lorsqu'on débute en astronomie
Mon but n'est pas de vous dire celle que vous devez prendre mais comment la choisir.
les paramètres techniques fournit par le fabricant peuvent vous aider à faire ce choix
 
les fabricants proposent deux gammes de caméras :
- les monochromes (MM ) .
- les couleurs (MC)
 
et dans ces deux gammes :
- les refroidies (a droite de l'image )
- et celles qui ne le sont pas (a gauche de l'image )
 

 
Pour détailler ces caractéristiques et les tableaux, je vais prendre deux caméras de la société ZWO : la 1600 mm Pro (à gauche ) et la 183Mc Pro (à droite)
l'ensemble des éléments sont fournis sous forme de tableaux puis sont synthétisés sur une seule image
 

 

 
 
les premières caractéristiques fournies par le constructeur sont assez basiques : le poids et les dimensions
 
sur la 1600 MM Pro  : la Largeur est de  86 mm , le Diamètre est 78 mm et le Poids est de 410 g. il faudra prendre en compte le diamètre  et le poids de la roue a filtre ; des filtres et des raccords
sur la 183 MC Pro  : la Largeur est de  86 mm , le Diamètre est 78 mm et le Poids est de 410 g .
 
vient ensuite les caractéristiques génériques du capteur :
 
- sur la 1600 MM Pro  : CMOS - Monochrome - 4/3" - Panasonic MN34230 - Rolling shutter lien
Toutes les photos prises seront en noir et blanc et pour reconstituer la couleur on utilisera une Roue à filtre avec des filtres Rouge/Vert/Bleu . la lecture se fait sans obturateur mais au "fil de l'eau"
- sur la 183 MC Pro  : CMOS -Couleur 1″ CMOS IMX183CLK-J/CQJ-J- Rolling shutter
ce capteur produit des photos en couleur (matrice bayer RGGB)  dont la matrice comporte deux pixels vert , un rouge et un bleu
 
les caractéristiques qui suivent sont plus intéressantes.
 
- sur la 1600 MM Pro  :  la Taille du capteur est de 17,7 mm x 13,4 mm soit une diagonale 22,2 mm
- sur la 183 MC Pro  : la Taille du capteur est de 13,19 mm x 8,81 mm soit une diagonale 15,9 mm
 
la taille  permet de vous indiquer la surface collectrice de photon  ( plus la bassine est large plus elle recevra d'eau de pluie venant du ciel ) 
 

 
Cela permet de savoir si  l'objet que vous désirez photographier rentre dans le champ de votre caméra. Bien entendu cela dépend aussi du diamètre et de la focale de votre télescope
https://astronomy.tools/calculators/field_of_view/
comme vous pouvez le constater la 1600 mm Pro a moins de pixels mais sa surface est plus grande en raison de la taille plus importante des pixels .
 
la diagonale est aussi très importante car elle va permettre de déterminer le diamètre des filtres  adaptés (a droite l'indication du capteur et a gauche le diamètre des filtres )
 

 
 
les photons sont renvoyés sur la caméra sous la forme d'un cône de lumière . si  les filtres sont trop petits ils vont réduire l'ouverture et former du vignetage sur la photo (zone d'ombre sur les bords )
pour calculer le diamètre des filtres, il suffit d'utiliser cet applicatif et d'indiquer la distance séparant le filtre du capteur et cela vous donne le diamètre minimal à utiliser
https://astronomy.tools/calculators/ccd_filter_size
 
la résolution de la caméra  :
 
- sur la 1600 MM Pro  :  le Nombre de pixels est de 4656 x 3520 pixels  (16,39 millions) et leur dimensions sont de 3,8 µm x 3,8 µm
- sur la 183 MC Pro  : le Nombre est de 5496 x 3672 pixels (20,18 millions) et leur dimensions sont de 2,4 µm x 2,4 µm
 
chaque pixel permet de voir une toute petite partie du ciel
plus il y a de pixel sur la même surface ;plus la résolution est importante ; plus les pixels sont petits et plus l'on voit des détails fins
 
la taille du pixels va vous permettre  de calculer l'échantillonnage lien E= 206* (taille du pixel en µm/Focale en mm) . c'est même l'élément le plus important !
https://astronomy.tools/calculators/ccd_suitability
il vous permet de connaitre votre échantillonnage (ou pouvoir séparateur ) en fonction de la camera utilisé, du seeing et du télescope que vous avez ..
En ciel profond, on prend un échantillonnage de 1/3 du seeing mais cela peut varier dans une moindre mesure : pas assez et vous êtes en sous échantillonnage  .trop et vous êtes en sur-échantillonnage
 
l'ADC  ou convertisseur A/N :
 
c'est une notion qui reste souvent abstraite pour pas mal de gens. votre pixel emmagasine des photons mais pour être retranscrit on doit les transformer en binaire  (des 0 et des 1 )
prenons un exemple : vous avez un ADC de 2 bits vous aurez donc 2² possibilités de niveaux 0-0 (noir) ; 0-1(gris clair): 1-0 (gris foncé) et 1-1(blanc)
vous comprendrez vite que plus l'analyse se fait sur plusieurs bits plus le nombre de niveau de gris de l'image sera important .sur 16 bits nous avons 65535 niveau de gris
là les deux caméra ont un ADC de 12 bits ce qui est déjà pas mal
 
vient ensuite le read noise (ou bruit de lecture) et le cooling temps (température de refroidissement ) :
 
-1,2e sur une Asi 1600 mm Pro et 1,6e sur asi 183 mc Pro .
une caméra non refroidie comme mon Asi 385mc a un bruit de 3,3e
 
plus ce bruit est bas et moins vous avez de parasites sur l'image .plus d'explications  : le bruit en astrophotographie
 
c'est là que la notion de refroidissement de la caméra prend son importance car en refroidissant la caméra vous éliminez une partie de ce bruit
et plus vous refroidissez et plus les parasites sont faibles. mais il y a une limite à tout car ce refroidissement consomme énormément d'électricité
 
le DDR3 buffer et l'USB3.0 :
 
les deux caméra ont un buffer de 256mb et un port USB3.0 . quesako ?
la première : c'est une mémoire tampon qui permet de stocker votre image en attendant qu'elle soit lue par votre PC. cela évite "les bouchons" ou saturation de votre port USB3 .
le deuxième  :   c'est le lien qui permet d’échanger les données entre votre PC et votre Caméra lien sur les ports USB
 
les temps de poses  et FPS :
 
chaque caméra possède une limite minimale et maximale de pose.
 
sur la 1600 MM Pro  : le Temps de pose minimal est de 0,000032 seconde ; le Temps de pose maximal : 16 minutes 40s et le nombre de fps est de 192 images / seconde en résolution 320 x 240 pixels (ROI )
sur la 183 Mc Pro  : le Temps de pose minimal est de 0,000064 seconde et le Temps de pose maximal : 33 minutes et le nombre de fps est de 308 images max / seconde en résolution 320 x 240 pixels (ROI )
 
autant la valeur mini à une importance en planétaire autant en CP ça n'a pas d'utilité . Dans la plus part des cas on pose entre 1s et le maximum des possibilité de la caméra
il en est de même pour le nombre d'images/s qui n'a aucune utilité en CP à part peut être pour faire du visuel assisté
plus vous poserez longtemps plus vous capterez des photons ( identique au puits qui se remplit d'eau  pendant une pluie abondante et ce pendant un certain temps )
vous comprendrez que pour avoir un rapport signal sur bruit important il faut poser le plus longtemps possible . ça c'est en théorie car d'autres paramètres vont jouer (le gain , le F/D,etc....)
 
le Full Well (ou capacité de stockage ) :
 
voila une notion encore bien abstraite pour pas mal d'entre nous .
imaginez un puits (le pixel ) qui reçoit de l'eau  (des photons ). plus ce puits est profond  plus il peut recevoir d'eau avant que cela ne déborde .
et bien il en est de même avec le pixel . chaque pixel a une capacité de stockage mais plus ce pixel est petit et moins il peut en emmagasiner
c'est pour cette raison que la ASi 1600 mm Pro a un full Well de 20000e- et la ASI 183 Mc Pro un Full Well de 15000e-
 
le QE (quantum efficient ) :
 
aie . là ça se complique .
prenez l'exemple de votre œil et celle du chat.  vous etes capable de voir un nuancier de couleur allant du rouge au bleu mais il est incapable de voir les autres longueurs d'ondes  et de voir dans le noir .
pour le chat s'est un peu différent , il ne voit pas les mêmes choses que nous et il voit très bien la nuit
 

 
Notre rétine comporte 2 types de cellules sensibles:
1)les cônes (environ 6 500 000) sensibles à une intensité lumineuse élevée, et de 3 types:
a) 5 à 10% sensibles dans le bleu avec un max vers 420nm
b) sensibles dans le vert avec un max vers 530 nm
c) sensibles dans le rouge avec un max vers 565 nm
On dit que l'homme est trichromate
2) les bâtonnets
beaucoup plus nombreux (130 millions!) et plutôt répartis dans la zone périphérique de la rétine.
Ils comportent un pigment qui est détruit par la lumière et qui se reforme dans l'obscurité.
Ils sont extrêmement sensibles, même à faible luminosité, dans la zone 400 à 500 nm.
Ils nous servent donc à la vision nocturne
 
pour un capteur c'est identique une variable qu'on appelle  :  QE .
imaginez pour faire simple une bassine qui se remplit de sable et qui n'a pas de couvercle . la réception de ce sable est total : 100%
maintenant , imaginez cette bassine avec un couvercle perforé de trous  . elle ne recevra qu’une partie de ce sable  voir tres faible si  les trous sont petits.
notre capteur il est souvent indiqué en % et dans la fréquence ou le pic réception est le plus important
pour ASI 1600 mm Pro  le QE peak est de 60%
 

 
pour le capteur couleur Asi  183mc Pro le QE peak est de 84% mais à une différence pret  chaque pixel capte dans sa gamme de fréquence (couleur RVB ) .
et  vous avez souvent deux pixels vert (G), un pixel rouge (R) et un bleu (B), la réception sera "double" dans les fréquences du vert
il est donc normal d'avoir trois courbes suivant le pixel.
 

 
 la distance  Back Focus :
 
en faite c'est assez simple : c'est la distance qui sépare la vitre du capteur . elle sera importante quand vous devrez la connecter au télescope .
 
dans la 1600 mm pro le BF est de 6,5mm
dans la 183 mc pro le BF est aussi de 6,5mm
 
le dernier paramètre est la température de fonctionnement et de stockage et là nul besoin de vous l'expliquer
 
dans la deuxième partie on abordera les caméra planetaire et ciel profond puis dans la troisième partie les courbes  des caméras et le choix du gain optimum
 
bon ciel
Christophe