• entries
    89
  • comments
    63
  • views
    35476

Entries in this blog

aubriot

possédant une lunette TS60/330 comme chercheur , j'envisageais de l'utiliser pour l'autoguidage , l'observation et l'astrophotographie grand champ

pour effectuer cette focalisation , je décide d'acheter un moteur de mise au point avec l'option d'effectuer cette mise au point manuelle par une raquette .

le sesto senso de primaluce dont je suis satisfait n' a pas cette fonction . tout se fait depuis le PC et  il est impossible d'effectuer une map manuelle depuis la molette (le moteur la bloque) .

 

dans ce domaine il existe plusieurs fabricants :l'EAF de ZWO, le Focus Cube de Pegasus et bien d'autres .

possédant déjà deux caméra ZWO , j'ai opté pour EAF avancé de ZWO non pour son prix mais pour le retour positif qu'en ont fait certains .

 

il existe deux versions

 

- Standard Version: EAF body, flexible coupling, motor bracket, USB2.0 cable.

- Advanced Version: EAF body, flexible coupling, motor bracket, USB2.0 cable, hand controller, temperature sensor.

 

Le boîtier du EAF avancé (59 mm x 52 mm x 41 mm) est doté de 3 ports de connexion :

 

-une prise d'alimentation électrique 12V DC (avec connecteur jack diamètre extérieur 5,5 mm / intérieur 2,1 mm, centre positif).

- Un port USB2 pour le contrôler via logiciel ASICAP

-une prise jack femelle pour connecter la sonde de température ou la raquette

 

 

Moteur: Step moter, 35mm diameter, 5760 steps to rotate a circle.

alimentation: 12V DC 5.5mm x 2.1mm, center positive

port de données : USB2.0

poids : 277g

Capacité d'entrainement: 5kg

 

image.png.36a10d3a08c151262a2e4d6f2d535ef5.png

 

L'EAF avancé s'adapte sur un grand nombre de focuseurs. Il est compatible avec les instruments suivants :

SkyWatcher Astrophotography Reflectors, SkyWatcher Black Diamond, SkyWatcher Dobsonians, SkyWatcher Maksutov-Newtonians.
SharpStar telescopes,
SkyRover telescopes,
TS Optics,
Astro Tech,
Feather Touch,

 

More focuser will be supported in the further. such as TAKAHASHI telescopes, GSO telescopes.

Recommend to use extra focuser and EAF on SCT and MCT.

 

 Au déballage du matériel , on constate que ce moteur est plus petit et plus léger que sesto senso.

il est complet et il respire la qualité au premier abord.

par contre la documentation est succincte et aucune clé USB n'est fournie comme chez primaluce

pour cela vous devrez aller chercher l'ensemble des logiciels et manuels sur le site de ZWO

https://astronomy-imaging-camera.com/product/zwo-eaf

 

vous devrez télécharger le drivers ASCOM EAF v1.0.1.8 et le logiciel propriétaire ASICAP de ZWO v1.6.2

 

il s'installe directement sur la molette non démultiplié du focuser . il sera donc moins précis que le sesto senso mais peu importe ce n’est pas ce que je lui demande.

 

jusque là aucun soucis notoire a constater mais .... cela n'a pas duré longtemps

les vis sont trop courtes pour remplacer celle en place du PO . le seul moyen est de la mettre sur le pas de vis qui sert à régler la dureté du crayford

après avoir installé le moteur sur le focuser avec un peu de difficulté ,(un peu plus compliqué que sur le sesto) et raccordé l'ensemble des connecteurs nécessaire à son pilotage je suis allé de déboire en déboire.

 

autant le système répond facilement avec la raquette autant il se met en sécurité des que je veux le piloter depuis le PC.

A nue  sans être posé il répond correctement mais des qu'il est raccordé sur le PO il ne veut pas bouger ou si peu .

 

j'ai donc essayé de jouer sur les visseries , sur l'attache du moteur sur le PO, de réinstaller les logiciels rien n'y fait .

après deux heures d’acharnement je décide de l'installer de l'autre côté sur le démultiplicateur 1/10 .

Et là miracle , il décide enfin de fonctionner mais avec une course réduite et très très lente.

 

en faite il s'est avéré que la vis qui servait à maintenir la patte de fixation du ZWO  sur le PO  venait en buté sur le "boulon sans tête" qui règle la dureté du focuser

même en mettant une rondelle pour essayer de laisser un espace entre les deux vis cela ne suffit pas .

soit je scie la vis soit j'essaye de remplacer les 4 vis existantes  pour solidariser la patte du ZWO sur le PO

 

J ai opté pour la deuxième solution avec seule possibilité  de n'en  remplacer que deux :  boulons de diamètre 3mm/3 cm de long avec rondelle et un écrou.

il faut faire attention au serrage des boulons autrement vous bloquez le moteur.

le bon côté c'est qu'il est silencieux. on ne l'entend pas!

 

ATTENTION : d'autres lunettes sont aussi concernées par ce problème  comme les Kepler  et la 120 esprit suivant d'autres forumeurs !*

 

un autre a du faire des modifications  sur le fil suivant

http://www.astrosurf.com/topic/129628-eaf-zwo-mesure-de-température/

 

https://www.baader-planetarium.com/en/2"-bds-sc-baader-diamond-steeltrack.html

 

Pour cela il y a 5 modifications à faire

  - Coupé de 5mm la tige coté bouton sans réglage fin ( ça empêche pas de le remonté, fait à la drimel, bien refroidir )

  - Inverse le coté de la vise de serrage du focus

  - élargir le trou du support ZWO EAF

  - coupé le support ZWO à mi longueur

  - utilisé des vis plus longue ( mais pas trop )

 

Pour les Takahashi vous devrez opter pour ce Kit de fixation

 

https://www.loisirsplaisirs.com/accessoires-cameras-zwo/4308-kit-fixation-zwo-moteur-eaf-takahashi.html

kit-fixation-zwo-moteur-eaf-takahashi.jpg.62313e5eaccacd276e68c10e92c0863c.jpg

 

passons à la température :

j'essaye avec le logiciel propriétaire et je le compare au sesto senso et à ma Netatmo

le décalage est de 1°C avec la sonde internet et moindre en mettant la sonde externe.

ce qui est plus inquiétant c'est quelle varie régulièrement de quelques dixième de °C.

 

je passe à Prism pour vérifier ce que je viens de constater : pas mieux.

 

autre mauvais point , il faudra choisir entre la sonde externe ou la télécommande car elles utilisent la même entrée.

 

Alors que dire : déçu  même si au final j ai pu le faire fonctionner normalement. il fait le job mais sans plus.

 

il n'est pas normal qu'un moteur de mise au point qui se dit de qualité pour un prix contenu ne s'adapte pas à tous les Portes Oculaires .

 

capteur température.png

moteur EAF.png

20191016_153454[1].jpg

20191016_160611[1].jpg

20191019_173142[1].jpg

2019-11-27 16.26.40.jpg

aubriot

la méthode décrite dans cet article n’est que l’expression de mon ressenti et de ma petite expérience dans ce domaine.

 

il existe plusieurs sortes de « mak »mais les deux principaux sont les suivant : le gregory ou le secondaire est collé sur le ménisque et le rumak ou le secondaire est indépendant du ménisque

 

image.png.59180c88ab00c1ebae626bfe597a3503.png

 

http://www.astrosurf.com/laurent/mak.htm

 

Rien du plus agaçant que d’avoir une image floue ou de voir des étoiles en forme de coma.

Si vous êtes confronté à cette problématique c’est que votre télescope est décollimaté ou voir pire.

Il s’offre à vous deux solutions : renvoyer votre télescope au revendeur le plus proche ou mettre les mains dans le cambouis.

La première solution est simple mais coûteuse . Outre le fait de payer une collimation , vous devrez payer un transport qui peut revenir cher si votre tube est assez lourd et encombrant. d’autre part, vous devrez repasser à la case « banquier » pour la prochaine collimation.

La deuxième solution est gratuite mais semée d’embûches pour y arriver. Ce n’est pas impossible mais vous devrez etre minutieux et patient  pour y arriver.

 

Deux réflexions sont souvent émises sur les forums :

 

le mak ne se décollimate pas : et bien c’est FAUX. Quelque soit l’appareil, il finit toujours par se décollimater et vous devez apprendre à le récollimater. c’est d’autant plus vrai quand vous parcourez de longues distances ….ou lorsque vous êtes nomade

 

Un collimateur laser ne sert à rien sur un mak : c’est VRAI quand il est utilisé inséré dans le focuser avec projection sur mur mais il permet de comprendre le fonctionnement de la collimation sur ce type d’appareil.

Pourquoi ? je ne saurais vous dire mais c’est ce que j’ai pu constater.

Pour cela je me suis aidé d’un Collimateurs lasers Howie Glatter 635nm 2"

 

Mon tube est un ottichen ZEN 250mm il a été conçu par Romano Zen un des meilleurs opticiens en Europe . Il est imposant , assez lourd 18kg et il respire la qualité dans sa finition.

 

Sur la face arrière de mon mak , se trouvent trois grosses vis et trois petites vis disposées à 120° de chacune d’entre elles. Dans mon cas, elles sont cote à cote mais vous pouvez parfois les trouver décalée de plusieurs degrés.

Pour réaliser cette collimation , vous devrez avoir deux clés allens pour tirer/visser ces vis et une caméra CCD sensible pour visualiser le disque du secondaire sur étoile test défocalisée.

Vous pouvez aussi opter pour une barlow et un oculaire à fort grossissement pour visualiser cette tache d’airy.

j’ai préféré utiliser la première méthode car il n’y a rien de pire que d’avoir l’œil rivé sur l’oculaire tout en tâtonnant sur les vis.

Là au moins je peux voir la tache d’Airy tout en manipulant les vis.

 

- Les grosses vis sont « tirantes » et permettent d’avancer la face arrière du tube (donc le miroir primaire ). elles sont fixées dans le barillet

- Les petites sont « poussantes » et elles permettent de pousser la face arrière du tube en venant s’appuyer sur le barillet.

 

Une documentation en anglais est disponible sur le net mais je la trouve peu appropriée et pas des plus simple à mettre en œuvre.

vous allez vite vous agacer par un blocage d’un coté ou d’un autre.

http://www.company7.com/library/orion/Inst_makcasscollim.pdf

 

Vous l’avez compris , le but va être un savant dosage de pousser/tirer pour bien aligner le miroir primaire face au secondaire.

Avec le collimateur laser , j’ai appris qu’il était plus simple de s’entraîner confortablement chez soi au chaud pour comprendre l’effet de ces vis sur le miroir primaire.

Il m’a fallu pas moins de 8 heures d’entraînements pour passer à l’acte.

 

La collimation fait peur mais le démontage d’un télescope fait fuir la plus part d’entre nous et à tord car comprendre et maîtriser son télescope est une chose primordiale pour faire de belles observations ou photos.

Autant y passer pour vérifier l’état des optiques et des visseries. De toute façon, il ne pourra pas être plus décollimaté qu’il n’est.

 

Pour mon cas je me suis aperçu que le ménisque avait bougé :Les points repères étaient décalés. Remettre un ménisque en place n’est pas simple car il faut passer la main dans le tube , soulever le ménisque et remettre en concordance les marques faites par l’opticien.

 

j’en ai profité pour nettoyer les optiques et enlever les poussières.

 

j’ai ensuite du attendre le bon moment pour passer à l’acte...ciel dégagé et pas de vent .

 

après une MES de la monture , je me suis attelé à défocaliser la polaire vu sa hauteur dans le ciel et sa position proche du pôle nord.

Il est important que l’étoile reste bien centrée  pour éviter toutes aberrations !

l’étoile apparaît défocalisée et vous constatez rapidement que le secondaire ne se trouve pas au centre de la tache d’airy.

 

Certains préconisent cette solution :

 

« on desserre légèrement les poussantes et on joue sur les tirantes pour collimater. Puis on rebloque en vissant les poussantes. »

 

 

J’ai opté pour une autre solution : elle permet de n avoir ni de jeu ni de décalage brusque comme j’ai pu le constater lors de mes éssais.

 

« je mets les deux clés allens dans les vis , je débloque la poussante et je visse la tirante.je dévisse et Je visse en même temps. Ou inversement et je recommence si nécessaire . Ainsi cette action n’a pas d’action sur les deux autres paires de vis»

 

Exemple :

 

Si l’ombre de votre secondaire est trop sur la gauche et en haut , vous allez jouer sur les vis opposées . vous allez dévisser la tirante (la grosse vis) et visser la poussante (la petite

vis) pour venir en butée.ainsi vous allez ramener l’ombre du secondaire vers le bas.

Bien entendu , il se peut que votre face arrière (en bas du tube) vienne en butée du tube et vous n’avez plus de jeu pour orienter vers le bas l’ombre du secondaire. Vous devrez donc agir sur les vis du coté de l’ombre mais à l’envers. Je dévisse la poussante ( petite vis) et je visse la tirante (grosse vis) pour venir en butée. c’est un coup à prendre mais après une heure d’expérience vous allez vite comprendre le principe.

pour résumer voici les conditions pour effectuer cette collimation :

 

- avoir une nuit calme (avec un bon seeing  )

- mettre en température le télescope (sortie deux heures avant , tête en bas et ventilé)

- mettre le pare buée

- prendre une étoile de forte magnitude

- proche de la polaire

- grossissement de (Barlow Televue 2x et oculaire 12mm ) sans renvoi coudé !

- bien centrer l'étoile dans l'oculaire réticulé

- vérifier la tache d'airy en intra et extra .

- prendre une photo avec une camera sensible pour effectuer le collimation.

- s’aider de la croix virtuelle de la caméra pour avoir l’étoile centré et vérifier le centrage de l’ombre du secondaire

- prendre une photo pour vérifier avec le logiciel " Al's Collimation Aid" la bonne collimation.

 

le logiciel collimation aid est disponible à cette adresse

http://astrolabo.com/2010/06/22/als-collimation-aid/


refaite la même opération avec une étoile plus lumineuse …comme l'étoile VEGA . A cette étape les retouches devraient être minimes

les premiers résultats devraient être déjà apparents : très bon visuel à faible grossissement et étoiles rondes

 

Puis avec une Barlow powermate x2 (comme je vais le réaliser bientôt) vous revérifierez votre collimation . le but étant bien de grossir au maximum pour corriger les imperfections

 

 

 

20190403_152130.thumb.jpg.391b43045270c21001275c154feaf7f9.jpg

20190414_110102.jpg

20190601_001718.jpg

20190403_113033.jpg

20190607_005519.jpg

20190607_010017.jpg

aubriot

ASI 1600 mm pro

la caméra ASI  1600mm pro de la marque ZWO est l'une des plus connue dans sa catégorie   .

d’autres sont venues lui faire concurrence voir la dépasser .....mais le but étant bien sur de se faire plaisir en obtenant de magnifiques images du ciel étoilés

elle est encore très bien cotée et elle répondra largement à vos attentes comme c'est le cas pour moi

 

en astronomie on utilise bien des termes qui restent parfois incompréhensibles pour le commun des mortels

 

 vous trouverez ci joint un descriptif des différents termes et un lien tres complet sur les caméra CCD

https://docplayer.fr/54663467-Choisir-sa-camera-ccd.html

 

l'ADU (acronyme de Analog Digital Unit) est le pas codeur du convertisseur Analogique-Numérique d'une caméra.

chaque pixel est représenté par un nombre entier (ou trois si on est en couleur), et ce nombre représentatif c'est l'ADU.

le FullWhell  ou capacité de charge correspond au nombre d'électron que le pixel peu emmagasiner  sur une pose . son maximum est  de 20000e- dans le cas de ce capteur avant sa saturation.

le Gain :  il correspond à la sensibilité de la caméra. comme on peut le voir et vous l'aurez vite compris plus on augmente le gain ; plus ce FW diminue et plus vite les pixels se saturent

le binning logiciel (et non hardware ) sur cette caméra consiste à accumuler la lumière (ou signal) des pixels adjacents joints deux par deux . binning de 2 = 4 pixels, binning de 3 =9 pixels, ect.

On obtient ainsi une meilleure détection des objets faibles et étendue mais au prix d'une diminution de la résolution et un changement de l'échantillonnage

le bruit de lecture est un parasite qui diminue avec l'augmentation du gain et par différents moyens il sera enlevé  en élaborant des DOF

la dynamique est le fullwhell (nombre max possible d'électrons dans un pixel) divisé par le bruit de lecture en électrons rms.

le vignettage correspond l'assombrissement de la périphérie (coins sombres) d'une photographie.

le backfocus est la distance requise entre la sortie de votre tube et le capteur de votre caméra pour avoir une image nette. sans cela votre image sera trouble voir noire

l'offset permet de caler le point le plus noir par rapport au zéro. c'est très utile pour enlever des pixels seuillés à zéro ( ça donne des pixels noirs sur votre image)

DOF : abregé Dark , Offset  , Flat

le QE c'est le rendement quantique

l'échantillonnage représente la portion angulaire du ciel vu par un pixel . il se calcule ainsi E= 206P / F

pour comprendre ce qu'est l'échantillonnage , je vous conseille d'aller consulter le lien suivant

https://www.avex-asso.org/dossiers/wordpress/fr_FR/dossiers-pratiques/informatique-pratique/echantillonnage

ce lien vous permet d'avoir ce résultat très simplement en fonction du Seeing

https://astronomy.tools/calculators/ccd_suitability

le seeing mesure la turbulence atmosphérique.

https://www.meteoblue.com/fr/meteo/outdoorsports/seeing/tournefeuille_france_2972237

vous comprendrez vite que la taille de votre pixel sera déterminant dans le choix de votre caméra en fonction du tube et du seeing

http://astro.dialou.fr/techniques/astrophotographie/echantillonnage/

ce n'est pas les descriptif le plus complet mais à mon sens le mieux détaillé.

 

elle possède les caractéristiques suivantes :

 

Largeur : 86 mm

Diamètre : 78 mm

Type de capteur : CMOS - 12 bit Monochrome

Taille du capteur : 17,7 mm x 13,4 mm (diagonale 22,2 mm)

Nombre de pixels : 4656 x 3520 pixels

Taille des pixels : 3,8 µm x 3,8 µm

Capteur : CMOS N&B - 4/3" - Panasonic MN34230

Nombre d'images par seconde : Jusqu'à 192 images / seconde en résolution 320 x 240 pixels

Autoguidage : non disponible

Connexion : soit USB 3.0 et USB 2.0

Conversion A/D : 12 bit / 10 bit

Refroidissement :  double étage TEC à -45°C sous la température ambiante.

Poids : 410 g

Coulant : 50,8 mm et 31,75 mm (2" et 1,25") / T2 (M42 x 0,75)

Câble USB : USB 3.0 longueur 2 m

Temps de pose minimal : 0,000032 seconde

Temps de pose maximal : 16 minutes

Bruit de lecture : 1.2e à un gain de 30db

Alimentation Requise : 12V - 5A

Rendement Quantique : ~60%

BackFocus (distance Châssis - Capteur CCD) : 17,5 mm (vissant T2) , 15mm ( coulant 2 pouces )

 

image.png.a61a375634565c8f148b715153349c87.png

 

elle est livré avec différents raccords en M42 ou M48  qui permettront de la raccorder ou de l’insérer dans le porte oculaire de votre  tube .

vu la diagonale du capteur ces raccords sont largement suffisants pour ne pas provoquer de vignetage

si vignetage il devrait y avoir , attendez vous plus a ce qu'il vienne de votre applanisseur ou correcteur. ;)

 

 

image.png

 

 

image.png.47a711ec0be9b30056a1ddf863686267.png

 

pour obtenir de la couleur et faire ressortir les nébuleuses  ,vous devrez vous doter d'une roue à filtre avec ces  7 filtres LRVB SHO soit en 31,5mm ou en 36mm

vous pouvez pour des raisons budgétaires , vous limitez  aux LRVB 31,5mm ce qui est déjà suffisant pour débuter.

certains vendeurs vous font même des packages au cout d'achat très compétitif.

 

 

désignation des filtres :

L = luminance

R= rouge

V= vert

B= bleu

S = souffre

H= hydrogène

O = oxygène

 

conseil de ZWO : miroir coté capteur, reflet interne coté ciel pour ce capteur pour ne pas avoir de halo

 

 

cette roue à filtre devra être installée au plus prêt de votre caméra pour éviter le vignettage

quand au calcul du diamètre du filtre , cela dépend évidemment de la distance de celui ci par rapport au capteur . plus le filtre est loin du capteur plus il devra être important

lien très intéressant pour le calculer

https://astronomy.tools/calculators/ccd_filter_size

 

lien sur l'utilisation des filtres à bandes étroites

http://www.ciel-astro-ccd.fr.nf/dossiers/filtres_ba_et.pdf

 

 

image.png.f16565f2a11515f4c7fb53c2d7d88b95.png

 

un des points important sera de respecter le backfocus entre votre caméra et votre applanisseur/correcteur .

dans mon cas, l'applanisseur donne un BF  de 57mm + ou - 4mm en sortie

sachant que le BF de la caméra est de 6,5mm + l’épaisseur de la RAF  est de 20mm , il vous faudra mettre 30,5mm de raccord .

dans le calcul du BF vous devez aussi tenir compte de l’épaisseur des filtres (1,9 mm)

 

vous pouvez aussi vous doter d'une bague de tilt pour corriger l'inclinaison du capteur CMOS par rapport au chemin optique.

https://www.loisirsplaisirs.com/zwo/3786-bague-de-tilt-t2-zwo.html

le capteur CMOS n'est jamais réglé d'usine  sur son support pour être parfaitement à l'horizontale du Circuit Intégré.

les étoiles sur les bords sont souvent allongées dans un coin. ce correcteur permet ainsi de bien remettre à la verticale le capteur par rapport au chemin optique

 

 

 

il est préconisé comme réglage par défaut de mettre le gain à 139 db pour avoir 1e- par ADU 

le bruit de lecture chute ainsi fortement pour obtenir 1,5e- et la dynamique reste assez bonne pour la plupart des cibles faibles . le FW est donc de 4000e-, soit l'équivalent d'un codage sur 12 bits.

 

certains préconisent ces valeurs suivantes  suivant ce que l'on recherche à faire

with a 150mm aperture at f/4 :

Optimal SNR: Gain 75/Offset 15, 480-600s

Balanced SNR/Resolution: Gain 139/Offset 30, 210s

High Detail/Resolution: Gain 200/Offset 60, 90s

 

1600-Gain-RN-DR-FW-vs-gain1-e1508752007290.jpg.8fae1fe130bc8e96ad8e867b8477fa54.jpg

 

Alcor-system avait pratiqué ce test  mais sur un capteur couleur

http://www.alcor-system.com/common/allSky/tests/TEST_ASI_1600MM_COOLED_CCA_ALCOR-SYSTEM.pdf

 

pour la faire fonctionner , il sera nécessaire d'installer les logiciels du fabricant ZWO

https://astronomy-imaging-camera.com/software-drivers

le logiciel ASICAP

et les drivers ASCOM de la caméra et de la RAF (EFW)

 

cette caméra est aussi compatible avec d'autre logiciels

FireCapture V2.6 and Up [32bit/64bit] ( Native Support, FREE ) celui que j'utilise pour le planétaire

SharpCap    V3.0 and Up ( Native Support, FREE ) celui que j'utilise pour le visuel assité

Genika ( Native Support)

PRISM  ( Native Support) : celui que j'utilise pour le ciel profond

Planetary-imager( Native Support, FREE )

 

il vous faudra aussi lors de son utilisation réaliser la MAP pour respecter le Back Focus. pour cela vous  devrez utiliser un masque de bahtinov ou un moteur de mise au point

 

 

vous pouvez aussi le fabriquer au dimension requises de votre appareil

http://oeilducelestron8.canalblog.com/archives/2011/12/06/23668031.html

http://astrojargon.net/(X(1)S(vkgarc45entcrheafjniexju))/MaskGenerator.aspx?AspxAutoDetectCookieSupport=1

 

vous verrez que vos photos sont toujours parasitées . il est donc impératif de faire des DOF pour enlever ces défauts

cette vidéo est très explicative :

http://astrospace-lab.blogspot.com/2017/07/dark-flat-offset-astronomie-fichiers-calibration-astrophotographie.html

 

lien des différents bruits et du traitement de ceux ci:

https://docplayer.fr/42837933-Test-camera-asi-zwo-1600mm-cooled.html

https://media.afastronomie.fr/RCE/PresentationsRCE2018/Walliang-RCE2018.pdf

 

quand à l'option de la résistance chauffante qui s'adapte sur ces caméras au contraire de certains je la  préconise car j'ai déjà été confronté à avoir du givre sur l'applanisseur

https://www.loisirsplaisirs.com/zwo/3856-systeme-anti-buee-zwo-pour-asi-refroidie.html

 

aubriot

 

afin de motoriser mon PO Feather Touch de Starlight sur mon Zen 250mm , j'ai acheté le Le moteur de mise au point SESTO SENSO de prima luce.

j'ai finalement décide de l'installer sur mon Astrotech 106LE sans certification d'une quelconque compatibilité.

 

Power 10-15V, suggested 12V 0.8A max
Maximum weight load (vertical position): 7Kg
Control: USB port
Resolution: 0.7um/step +/-5% 3200step/turn
Working temperature -15°C/+50°C
Max excursion with 1/10 transmission: 29m
PC control: SESTO SENSO software and ASCOM driver
Temperature sensor Optional

 

je vous rassure il s'adapte sur (presque) tous les Portes Oculaires avec les 5 adaptateurs fournis dans le pack.

si vous ne trouvez pas l'adaptateur requis , il existe deux autres adaptateurs pour les 2,5" et 3 " :

https://laclefdesetoiles.com/bagues-d-adaptation/5904-adaptateur-sesto-senso-33-mm-prima-luce-lab.html

https://laclefdesetoiles.com/bagues-d-adaptation/5903-adaptateur-sesto-senso-37-mm-prima-luce-lab.html

 

-Focusers PrimaLuceLab Hybrid-Drive pour AIRY Refractors (ED72, APO80, BLACK 80T, ED90, ED100, APO104T, APO120, et APO150T)

-Orion Optics UK, VX et CT focusers

-Télescope GSO RC 2" et 3" focsuers

-Sky-Watcher ED80, ED100, ED120, et Newton f/4 - f/5 télescope Crayford focusers

-Focusers Baader StellTrack

-Focusers MoonLight

-Instruments Starlight 2" FeatherTouch focusers

-Instruments Starlight 2,5" et 3" focusers FeatherTouch (avec adaptateur 33mm en option, non inclus)

 

Le SESTO SENSO se compose d'une boîte métallique compacte (mesurant 87 x 60 x 43mm) qui détient le moteur et l'électronique de contrôle.

au premier abord , il transpire la qualité aussi bien dans les matériaux utilisés , dans l'esthétique , dans sa finition que dans son applicatif

il pèse exactement 350 gr montée et s'installe en lieu et place du bouton de mise au point micrométrique par deux attaches distinctes.

 

il est livré avec :

 

- un câble micro-USB un peu trop long à mon gout (j'en parle un peu plus loin) mais pour ceux qui voudraient le raccorder sur leur PC cela conviendra parfaitement.

- un lot de visserie . Faite très ATTENTION à ne pas les perdre (même si ils en fournissent une de plus) car elles sont assez petites . lors de la pose j'en ai perdu une . comme quoi c'est bien pensé d'en fournir une de plus.:D

-  2 clés Allens  . toujours rageant d'avoir à acheter les clés adaptées

- 5 adaptations pour les différents Portes Oculaires

- 1 câble d'alimentation 12V allume-cigare très utile lorsqu'on est en nomade

- une clé USB avec documentation PDF, les logiciels dédiés de contrôle et les pilotes ASCOM.

 

avec la sortie de EAF de ZWO , on peut dorénavant trouver ce boitier pour un prix plus contenu de 299€ et d'une sonde thermique à 25€

https://www.primalucelab.com/astronomy/sesto-senso-robotic-focusing-motor.html

https://www.primalucelab.com/astronomy/temperature-sensor-for-sesto-senso.html

 

 

ce boitier ne comporte pas de sonde interne. si vous voulez faire varier la mise au point de votre PO en fonction de la Température extérieur il vous faudra l'acheter.

j'ai comparé sa précision avec une station météo : on ne peut faire mieux et sa précision est de 0,01°C ce qui est très largement suffisant ( même un peu trop ) !

 

il est important avant de tout démonter de rentre l'allonge du porte oculaire. vous comprendrez vite pourquoi (le point de référence parckage )

après avoir démonté les molettes du PO ,vous devrez fixer sur l'axe du PO a un des adaptateurs fournit par le constructeur. les deux vis feront la liaisons entre l'axe du PO et l'axe du boitier sesto.

il vous suffira ensuite d'emboiter le sesto et de le retourner pour solidariser le tout. une fente est prévue à cet effet pour accéder aux vis.

ensuite il vous restera a serrer  " le système de cerclage" et d'y fixer deux autres vis de blocages.

non seulement il ne bougera pas mais ce cerclage permet de protéger l'axe du PO de toute condensation ou poussière.

 

 

passons au raccordement et à la reconnaissance du matériel .

 

le raccordement :

               - la troisième fiche permet de connecter la sonde

               - la deuxième permet de relier le boitier au PC en direct mais il est tout à fait possible de passer par le hub USB de la caméra (ici une ASI 1600mm pro) .

               - la première fiche permet de l'alimenter. comme je suis en poste fixe pour le moment il vous faudra vous doter d'un adaptateur 5.5/2.1 mm vers 5.5/2.5 mm pour raccorder votre doubleur ou votre boitier d'alimentation 220V~/12V

                 https://www.loisirsplaisirs.com/loisirs-plaisirs/4079-adaptateur-pour-alimentation-55-21-mm-vers-55-25-mm.html

 

SESTO_SENSO-motorizzazione-robotica-per-focheggiatori-descrizione2.jpg.4c7838450452b9ef2bba8722267b57a0.jpg

 

la clé USB  fournit vous donne un manuel d'installation en plusieurs langues et trois répertoires : drivers ascom ,  drivers sesto senso et firmware sesto senso

si votre PC est en 64 bits vous devrez utiliser l'applicatif "sestosenso setup"  pour installer  le logiciel d'utilisation et installer le drvivers ascom :sestosenso.ascom.driver.xx.x.x.x.x86 et non le x64 . les deux fonctionnent mais je vais le préciser plus bas la raison de ce choix

c'est un jeu d'enfant pour l'installer et le faire reconnaitre. il n'y a pas plus simple il suffit de suivre la doc pas à pas.

lorsque vous lancerez votre logiciel "sestosenso software" qui est sur votre bureau et  il vous demandera de choisir le port (souvent com 6) et de cliquer sur open.

voila votre moteur est reconnu et est utilisable en tant que tel

il vous indique la température actuelle et doit être modifiable par pas de 20 (valeur d'origine).

mais avant d'aller plus loin , vous devrez faire une calibration. en clair : lui indiquer la fin et le début de translation du tube du PO.

dans mon cas pour une translation de 66 mm j'ai plus de 163000 pas soit 0,4µm/pas .

là encore c'est un jeu d'enfant....xD

 

en haut à droit de votre applicatif , vous avez l'option de fonctions avancées.

trois vitesses de bases sont disponibles  : fast , medium et slow.

cela vous permet d'aller directement un point de focalisation si vous le connaissez ou en fin de séance de parcker votre PO.

vous entrez la valeur et cliquez sur GO TO.

vous pouvez même indiquer une valeur de référence (souvent le point de focalisation ).

pour parcourir le 66mm de translation , il lui a fallu moins d'une minute 50s à 90° avec un poids de 1240gr.

 

 

Premier test  du sesto senso sans le logiciel "Prism V10"   :

 

comme le PO était rentré , j'ai du aller chercher le backfocus  assez loin  de son point d'origine : 73500 pas sur les 163400 existants.

c'était le  cas idéal de vérifier son aptitude et sa réactivité car à ce moment là je pointais Véga qui est assez haut sous nos latitudes en cette période.

le système a réagis au quart de tour et n'a posé aucun soucis pour aller rapidement au point désiré. cela peut paraitre long  80s mais il y a tellement tant de chose à faire que vous n'y faites même pas attention.

il est très réactif et assez silencieux . je vous avoues qu'il est préférable de l'entendre.....:D

Vous comprendrez vite à quoi sert les touches d'avances proposées au démarrage du logiciel et nul besoin de vous l'expliquer

arrivé au point désiré ,vous pouvez affiner par pas de 200 visuellement pour obtenir une bonne MAP. 

 

n'ayant pas le logiciel prism à ce moment là ,  je n'ai pas pu aller plus loin dans l'affinage de cette MAP mais ce que je visualisais à l'écran suffisait à mes attentes.

je n'ai pas non plus pu vérifier le backlash ou le constater .

 

par contre , j'ai laissé tomber la MAP manuelle car c'est le premier soucis auquel j'ai été confronté .

cette map manuelle doit être faite moteur éteint pour ne pas l'endommager. le moteur n'a d'autre part plus de référence de positionnement  et l'on doit le repositionner au point de parkage pour le remettre en service.

 

je vous conseille plutôt de mémoriser les point de MAP pour passer rapidement de l'oculaire à la CCD et de rentrer le "tube" avant l’arrêt du matériel.

 

test sur le terrain avec le logiciel "Prism V10" : 

 

ayant reçu ma licence pour Prism V10, j'ai sauté le pas pour configurer mon nouveau focuser.

après de nombreuses recherches et essais, j'ai fini pas comprendre que le drivers ascom qui doit être installé est celui en x86 et non pas en x64.

pourtant avec le logiciel propriétaire,il fonctionnait parfaitement avec l'autre drivers.

 

le paramétrage se fait dans la configuration  du matériel , focalisation N 1 , focalisation ascom, ascom drivers for focuser sesto senso, remplir les propriétés et valider

les paramètres que j'ai modifié  pour être reconnu a été le port "COM 6" dans l'onglet communication et le nombre de µm par pas de déplacement.

dans mon cas j'ai un débattement de 66,5 mm environs pour 173000 pas soit 0.38 µm/pas.

 

Aucun paramétrage ne peut se faire lors que le moteur de mise au point est lancé

 

au lancement de l'onglet "télescope " , Prism V10 initialise la monture (réel ou virtuelle ) et l'ensemble des équipements annexes outres les caméras .

plusieurs panneaux s'affichent dont celui du focuser.

c'est a ce moment que vous devrez paramétrer les différentes positions suivant l'utilisation que l'on veut en faire  et les mémoriser.

 

précision de la mise au point : lors de ce test , le vent était un peu présent  mais ça n'aura que peu d'incidence sur mon test (à part voir Jupiter trembler )

comme je l'ai préciser en haut , il est important de toujours mettre en position 0 le moteur de mise au point et en conséquence d'avoir le PO rentré.

sans cela il n'a plus de référence et ne sait plus ou il se trouve. c'est un peu dommage ou alors il m'échappe encore à ce jour un de ces paramètres.

il aurait été judicieux du constructeur d'y apposer une petite mémoire avec une pile pour conserver cet état.

 

ma MAP se trouve vers 73500 pas (27 mm du PO). je lance l'applicatif et directement je lui demande d'aller a la valeur demandée.

la encore il s’exécute sans broncher pour aller se positionner au point considéré au bout d'une minute.

Attention , sous Prims le positionnement n'est pas déterminé en "pas" mais en "mm". il y a bien la correspondance mais ce sont bien des valeurs en millimètre qu'il faut rentrer.

ça déroute un peu mais lorsque ces valeurs seront mémorisées cela n'aura plus aucune importance.

il suffira alors de cliquer sur la position mémorisé comme "jupiter" et il répondra immédiatement pour se positionner tout seul à ce point de référence.

 

la mise au point a été au début un peu laborieuse car je l'ai faite sur Jupiter qui ondulait en fonction de la turbulence présente.

pour trouver le bon positionnement j'ai préféré au bout d'un moment réaliser cette MAP sur une de ces lunes. comme ce n'est qu'un point il est plus facile de faire la MAP sur cet objet que de faire attention aux détails des nuages de Jupiter.

ensuite j'ai affiné en faisant attention aux détails mais c'eszt assez compliqué avec de la turbulence

en variant par pas de 20 sur le logiciel sesto , on constate assez rapidement cette variation au bout d'une Centaine de pas.

 

Il en a été de même avec la MAP sur une étoile avec un masque de bahtinov.

en grossissant l'étoile au maximum sur l'écran (180x) grâce au  logiciel ASICAP , on constate en effet un lègé déplacement de la barre centrale au bout d'une centaine de pas.

 

conclusion : la précision de ce moteur (ou focuser dans le jargon) est redoutable. certains considèrent que ce niveau de précision n'est pas visualisable ou n'a pas d'utilité.

non seulement ,j'ai pu le constater mais il a bien une incidence sur la MAP au bout d'une centaine de pas.

 

 

rappel du masque de bathinov : la lumière provenant d'une étoile va former une figure composée d'un X et d'une barre qui coupe cet axe . ce barre centrale se déplacera en fonction de la MAP.

 

si vous constater un message d'erreur sur la reconnaissance des pas du focuser , il vaut aller  le reparamétrer dans l'onglet "configuration" . pour mon cas c'est du à un conflit de port USB

 

 

pour le test de la focalisation veuillez lire le post "les fonctions principales du logiciel PRISM V10" ;)

 

20190701_095137.thumb.jpg.59fc2e8817f89b646bcd3b20e0d8ba27.jpg

 

mesure du capteur de température : afin de  connaitre la précision obtenue par la sonde thermique , j'ai comparé les données du sesto senso avec le capteur Mbox de astromi.ch et une station de météo de netatmo.

le sesto permet d'avoir une précision au centieme de °C et réagit automatiquement des qu'on y colle une source de chaleur : précision et réactivité sont les point fort de ce système.

un décalage de 0,7°C a été constaté avec la MBox  et de seulement 0,05 ° C avec la netatmo (du à la précision de cette sonde).

 

mesure du backlasch et variation en fonction de la T°: en cours d'élaboration

 

points positifs :

 

qualité et finition du produit

logiciel ergonomique et très simple d'utilisation

capacité de charge importante et supérieur à certains du marché  : 7Kg

protection de l'axe de mise au point contre l’humidité et la poussière

très bonne fixation au PO

 

points négatif :

Le poids 350gr

Prix contenu mais supérieur à certains du marché

Besoin d'une sonde externe

positionnement du focuser à l’arrêt

 

user-manual-SESTO-SENSO-v2-EN.pdf

20190617_115038.jpg

20190617_115550.jpg

20190617_120932.jpg

20190617_121350.jpg

20190617_121907.jpg

20190626_170620.jpg

20190617_141226.jpg

aubriot

logiciel Prism V10

comme tout amateur d'astronomie dès que l'on pratique l'astronomie ou l'astrophoto  , on se doit d'avoir certains logiciels de bases :

 

- un planétarium avec ephémerides

- un logiciel de traitement d'image ou d'acquisition 

- des logiciels propriétaires permettant de gérer le focuser,  la monture , le rotateur ,  la caméra, dôme ,etc

 

j'ai opté pour le logiciel "PRISM" pour  ces différentes raisons :

 

- il est en français et ce n'est pas des moindres (cocorico). c'est déjà assez compliqué de connaitre un utilitaire et ça l'est encore plus si c'est en anglais (pour mon cas )

http://www.prism-astro.com/fr/support.html

 

- un forum est accessible à tout utilisateur. l’administrateur vous répond rapidement ; chacun forumeur peut vous aider  et c'est une source inépuisable de solutions diverses et variées

http://www.prism-astro.com/forum/

 

- vous avez accès à une aide en ligne du dit logiciel

http://www.prism-astro.com/fr/aide/index.html

 

- il reconnait une grande partie du matériel existant sur le marché

http://www.prism-astro.com/fr/LISTE DU MATERIEL COMPATIBLE AVEC PRISM V10.pdf

 

-il est composé de deux versions  : une light et une avancée.

pendant 60 jours vous aurez le droit d'utiliser ce logiciel gratuitement . passé ce délai il vous faudra payer une somme de 150€ pour la version light et 330€ pour la version avancée

http://www.prism-astro.com/fr/acheter.html

http://www.prism-astro.com/fr/VERSION LIGHT - VERSION AVANCEE V10.pdf

 

- cote PC il n'est pas très gourmand :

Compatible PC (fonctionne sous Mac et Linux à travers

des machines virtuelles PC Windows)

           • Windows Xp, 7, 8, et 10 versions 32 ou 64 bits.

           • 1 Go de disque dur

           • 2Go de RAM

           • CPU Intel ou AMD

           • Ecran 1600x1200 pour un bon confort d'utilisation,

             résolution basse possibles.

          • utilisable sur trois PC différents

 

- une chaine de tuto sous forme de vidéo sur you tube est disponible pour comprendre et maitriser cet applicatif

https://www.youtube.com/channel/UCWM-KzONDGaoo1wV8ypPfzQ

 

mais ce qui fait vraiment sa force , c'est qu'il regroupe une quantité de fonctions en un seul logiciel.

 

points positifs :

 

      - En Français

      - Logiciel complet

      - disponible en test gratuitement pendant 60 jours

      - Tutos sous forme de vidéos

      - Documentation complète

      - Forum d'échanges

      - Nombreuses bases de catalogues téléchargeables

      - Nombreuses possibilités comme la recherche et l'étude des étoiles

      - En constante évolution avec mises à jours régulières

      - Téléchargeable sur le net et licence reçue en 1 jours

 

points négatif :

 

      - Payant mais le prix est  contenu par rapport à certains logiciels américains ou Anglais

      - Planétarium pas assez simple pour un débutant. je trouve le logiciel "carte du ciel" plus convivial sur ce point pour le moment

      - Éphémérides trop "simplistes" . cela manque d'ergonomies à mon gout

      - VA et gestion des RPI3 manquants

 

Ce logiciel a tout pour plaire quand on le maitrise bien .

 

PS : l'avis fait de ce logiciel n'est que la représentation de mon point de vue personnel

aubriot

Ayant pendant 10 ans utilisé un meade LX 200 10 pouces avec un F/D à 10 , j'ai eu envie de passer au maksutov pour en prendre plein les yeux.

j'ai jeté mon dévolu sur une occasion fabriqué par Ottiche Zen  artisan opticien italien réputé pour sa fabrication d'optiques de qualité

l'avantage de ce tube c'est qu'il est identique aux SC et l'on peut trouver des pièces détachées pas chères sur les PA ou les sites de ventes.

 

lien  : http://www.costruzioniottichezen.com/

Caractéristiques :
- Diamètre : 250mm

- ménisque 240mm BK7
- F/D : 13.5

- Focale : 3375mm
- Poids : 15Kg avec la queue d'aronde 10 microns (4Kg)
- Mise au point par translation du miroir primaire
- Obstruction du primaire : 23%
- Ventilateur de mise en température.
- Sortie en 31.75 et 50.8

 

l'aspect extérieur détermine souvent le soin  apporté par  le propriétaire du dit matériel mais il ne faut pas s’arrêter à ces quelques détails car cela ne reflète pas la qualité et le potentiel du tube.

quand on achète de l'occasion il faut souvent s'attendre à racheter des pièces pour l'adapter à sa monture ou l'optimiser à son besoin

 

1- Il n y a que peu de différences mécaniques entre un SC et un mak Gregory à part l'optique .

le ménisque était en très bon état visuel avec quelques poussières dessus que j'ai enlevé lors du démontage du tube

lors du démontage j'ai constaté que mon ménisque avait bougé et ce n'est pas des plus simple à remettre en place.

sachez que cette manipulation ne se fait que très rarement sauf si l'on veut le nettoyer .

le ménisque était en très bon état visuel et le primaire n avait aucun piqué preuve d une bonne qualité de l optique pour son age. la réputation de cet opticien n'est plus à faire

le secondaire était bien colle même si je pense avoir encore un petit défaut. Un peu trop perfectionniste certainement .

 

2-la queue d'aronde était de fabrication personnel..... c'est la premier chose que j'ai remplacée . Ayant une monture 10 micron ,j'ai décide de passer par ce fabriquant  : la qualité est là et le prix aussi.

la queue d'aronde (même si ce n'est qu'un morceau de métal ) est plus large , plus épaisse que ceux du commerce ; elle permet de fixer correctement les larges anneaux dessus et de supporter un poids conséquent.

par contre cela m'a rajouté du poids : 2Kg en plus.

 

3- l'aspect extérieur comportait des éclat de peintures sur les anneaux et le couvercle que j'ai vite enlevé grâce à une bombe de peinture.

A cette étape il avait un peu plus de gueule mais le chemin était encore loin avant d'avoir un tube opérationnel

 

4- la molette de translation du primaire ne souffrait d'aucun jeu ou de défaut.

pas de point de résistance même si l on retrouve toujours ce shifting bien présent dans ce tube .

c'est typique à TOUS les Tubes Schmidt-Cassegrain ou maksutov dont la Mise Au Point (MAP) est obtenu par déplacement du primaire

le déplacement du primaire fait bouger l image et dans un cas extrême faire sortir l'étoile ou la planète du champs de l oculaire (encore plus avec des oculaires ortho qui ont un champs restreint)

 

image.png.013f4a31dffe41aa05865273278896f3.png

 

on peut regraisser le filetage mais cela impose un démontage en règle du primaire .

pour mon cas , il a été inutile de le faire même si j'ai déposé le primaire par la suite

 

5- la bague de sortie était de base voir bas de gamme , le jeu était important et aucune translation possible

ni une ni deux je prends des renseignements sur ce site et direction internet pour acheter un excellent Porte Oculaire feather touch 2 pouces

 

https://laclefdesetoiles.com/porte-oculaire/1362-porte-oculaire-feather-touch-2-longueur-du-tube-08-avec-bague-de-serrage-et-frein.html

 

Coulant : 50,8 mm (2")

Modèle : Porte-oculaire Feather Touch Starlight instruments 2" débattement 0,8"

Caractéristiques mécaniques : Débattement de 20,3 mm (0.8") / Rail de guidage

Poids : 453 g

Interface Télescope : Schmidt-Cassegrain

Tirage : Minimal → 35,69 mm / Maximal → 56 mm

Porte-Oculaire : avec microfocuseur 1/10

Capacité de charge : 3,6 kg à 4,5 kg

 

il vous faudra aussi acheter un Adaptateur court Starlight Instruments pour porte-oculaire Feather Touch FTF2008 pour SC Celestron et Meade.

sans ce raccord il vous est impossible de fixer le PO sur le tube.

 

il transpire la qualité , la finition est impeccable , la "translation du tube" est parfaite.

sur recommandation et les bons conseils du vendeur j'ai opté pour un débattement de 0,8" car cela vient en butée du bafle.

cela n'est pas un soucis car je fais une première mise au point par la molette puis par le PO

par contre il vous sera difficile de le mettre dans tous le sens sans dépose de la molette de réglage .

 

6 - A la longue , vous comprendrez vite que  tourner la molette  du tube ou du PO est fatiguant , pas très pratique parfois et provoque souvent des vibrations lors de vos observations.

un moteur de mise au point est nécessaire pour éviter ces désagréments.

j'ai opté pour prima luce lab avec sa sonde puis je me suis rabattu sur  l'EAP de ZWO : moins cher  , compatible avec le PO et nul besoin d'une correction de température

.

https://www.loisirsplaisirs.com/accessoires-cameras-zwo/4279-moteur-mise-point-zwo-eaf.html

 

mon prima luce lab ira sur mon astrographe astrotech 106LE qui a besoin de précision et d'une MAP parfaite en fonction de la T°

 

https://laclefdesetoiles.com/accessoires-pour-l-imagerie/5374-mise-au-point-electrique-sesto-senso-prima-luce-lab.html

https://laclefdesetoiles.com/alimentations-et-cables/5375-sonde-de-temperature-prima-luce-lab-pour-sesto-senso.html

 

 A ce niveau je ne peux vous dire lequel est le meilleur mais des réception du dit matériel je compléterais ce post !

 

pour la motorisation de la mollette du tube  ; Achat prévu en juillet  mais préférence pour celui de pîerro-astro avec son interface USB

https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/accessoires-astronomie/mise-au-point-focus/sct-focus-v2-pour-c8-c9-mak-150-ou-180_detail

https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/accessoires-astronomie/mise-au-point-focus/interface-usb-focuser-2_detail

 

7 - comme il n'était pas doté de chercheur , il fallait l'en doter.

j'ai commencé par un pointeur laser que je n'ai pas trouvé très efficace : bougé du système et pas adapté au tube .

puis j'ai jeté mon dévolu sur une petite TS 60/330 avec un réticulé de 9 mm soit un  grossissement de 36x

un peu luxueuse pour s'en servir comme chercheur mais voulant faire du grand champ elle sera parfaite pour cette utilisation.

j'ai tout de suite été confronté à un problème : l'alignement du chercheur par rapport au tube.

difficile alors de faire une mise en station sans avoir au préalable fait cet alignement de jour

 

je compte résoudre ce soucis en achetant une Platine Baader Stronghold pour charge lourde (7kg) :

Achat prévu en juillet et retour du matériel des les tests effectués

hauteur : 54 mm (sans la fixation EQ)

Largeur : 128 mm (avec les vis)

Poids : 688 g

Longueur : 115 mm (avec les vis)

Caractéristiques mécaniques : Option de montage sur le haut : 1/4 " avec filetage standard photo, 6 trous filetés en M6 / Sur la base : 1/4" et 3/8" avec filetage standard photo, 4 trous filetés en M6 + 4 trous filetés en M5.

Type : Vixen

Capacité de charge : 7 kg

Plage de réglage en Latitude : +/- 35°

Plage de réglage en Azimut : +/- 23

 

8- vous constaterez aussi que regarder directement à l’arrière du tube sans Renvoi Coudé est difficile et astreignant suivant l'inclinaison du tube.

j'ai donc opté par un RC baader maxbright : Renvoi coudé à miroir avec traitement Maxbright. Assemblage avec le système ClickLock. Coulant entrée/sortie 50,8 mm.

 

Caractéristiques techniques 

Miroir surdimensionné surfacé à lambda λ / 10

ClickLock 50.8 mm en sortie

Miroir ne réfléchissant ni les UV ni les IR

Surface du miroir traitée anti-rayure pour un nettoyage en toute sécurité

Construction tout métal en aluminium

 

il respire la qualité , le poids est assez conséquent , il permet de supporter des oculaires de 900gr en 2 pouces comme mon maxlight 32mm et le serrage ne laisse aucune trace sur la jupe de l'oculaire.

 

https://laclefdesetoiles.com/renvois-coudes/1531-renvoi-coude-maxbright-baader-508mm-a-serrage-clicklock.html

 

pour y mettre des oculaires de diamètre 31,75 mm il vous faudra un réducteur. j'ai pris celui ci car il s'adapte parfaitement à mon PO starlight

https://laclefdesetoiles.com/porte-oculaire/1384-reducteur-starlight-instruments-convertisseur-coulant-508-mm-vers-3175-mm-version-low-profile.html

 

9 _ comme tous maksutov ou SC ,  la lame de fermeture ( ménisque ou lame de Schmidt ) est sujets au dépôt de buées.

pour éviter cet inconvénient , vous devrez vous doter d'un pare buée et d'une résistance chauffante.

différents systèmes existent allant des résistances intégrées au pare buée ,aux variateurs géré par sonde thermique.

pour le moment je ne possède que pare buée astrosolar basique mais je compte bien le changer .

 

10 - la mise en température est aussi un point à ne point sous-estimer car le tube est fermé et la mise en température est assez longue avec ce type de diamètre.

la mise en température se fait par les ventilos installés à l'arrière du tube.il faudra compter 1h pour une bonne mise en température .

pour alimenter ces ventilos , j'utilise une petite batterie dédiées pour les smartphones  : simple et efficace

 

11- la MAP est aussi un point important et le masque de bahtinov sera un outils adapté à votre besoin en astrophoto

Ce masque est avant tout une aide à la MAP en astrophoto.

 

principe du masque de batinov : http://oeilducelestron8.canalblog.com/archives/2011/12/06/23668031.html

créateur du masque : http://astrophoto.chat.ru/

je l'ai élaboré à partir d'une plaque renforcée et par l'utilisation de cet applicatif : http://astrojargon.net/MaskGenerator.aspx?AspxAutoDetectCookieSupport=1

il permet d'imprimer votre masque suivant la taille de votre tube et la focale est prise en compte.

il suffit ensuite de coller la feuille imprimée sur le support et de découper la plaque au cutter

 

Le Bahtinov donne une MAP optiquement parfaite, mais il ne tient pas compte de la correction des yeux.

Vous pouvez aussi utiliser ce petit logiciel pour faire votre MAP avec ce masque : http://astrolabo.com/2014/01/19/bahtinov-mask-guide/

 

12 - un générateur de flat n'est pas nécessaire mais peut vous servir à éliminer les poussières des photos qui auraient pu se mettre sur l'optique  à l'intérieur du tube .

j'en possède un qui me servira pour un futur tube type newton ou cassegrain.

je compte bien m'en servir pour l'astrophoto du ciel profond même si ce tube n'est pas approprié pour ce type d'utilisation

 

13  il vous faudra des oculaires adaptés au planétaire.

jusqu’à maintenant , j’utilisais des oculaires grand champs comme beaucoup astro-amateur .

c'est un point que l'on sous estime mais qui a une grande importance dans le rendu visuel des planètes

mais sur le conseil de plusieurs forumeurs j'ai opté pour des ortho Kokusai kokhi Tani 31.7mm  vendu par un forumeur sympathique nommé "pancho61" ;)

n'ayant pas encore reçu ces oculaires je ne peux vous en dire plus sur leur qualité et le rendu de ces optiques.

comme le champs est réduit , votre monture devra avoir un bon suivi sans cela l'objet sortira rapidement du champs

 

image.png.158357cc87ed222ec5fa8716e162b85c.png

 

14 enfin et ce n'est pas des moindres , la collimation devra être parfaite.

c'est l’élément le plus important que j'aborde dans un autre post mais c'est assez facile a faire quand on a pigé le coup.

 

15 et pour le tout , j'ai utiliser des sangles réglables d'un portable de gamer pour le transporter sur une courte distance. très pratique et plus adapté que les poignées fixes vendues dans le commerce.

il m'a fallu aussi un sac de transport dédiés aux C11pour le protéger des chocs et de la poussière. 

https://www.astroshop.de/fr/sacs-de-transport/oklop-sac-rembourre-pour-celestron-sc-11-/p,55900

 

le test visuel : 

 

j'ai dans un premier temps utilisé des oculaires plus dédié à au CP.

la première leçon que j'ai appris  de ce test visuel : plus le grossissement est important plus l'image s’assombrit en prenant une teinte jaunâtre .

la deuxième leçon :  vous êtes tributaire de la turbulence et l'impact est très important  sur le grossissement . oubliez toutes ces théorie de 2xD  car ce n'est que de la théorie.

entre la théorie et la pratique il y a un fossé.

dans de très bonnes conditions  (planète haute dans le ciel , peu de turbulence , peu d'humidité ,etc), vous pouvez espérez vous approcher de cette valeur théorique et dans le pire des cas fleurter les 1xD.

pour mon test ou toutes les conditions n'étaient pas totalement réunies j'ai pu grossir à 385x (pas assez à mon gout).

 

pour ce deuxième test ,j'ai donc opté  pour des oculaires plus adaptés au planétaire    : les orthoscopiques .

lien sur leur descriptions techniques https://www.webastro.net/forums/topic/106460-oculaires-orthoscopiques/

"Les orthoscopiques font partie des premières générations d'oculaires. Un champ parfaitement droit et peu de groupes de lentilles donc une transmission très élevée. Excellent contraste, netteté élevée. Le seul problème c'est que le champ est étroit (moins de 50°) et le dégagement oculaire court par rapport aux oculaires modernes."

 

cette phrase résume parfaitement ce que l'on attend d'un oculaire orthoscopiques .

j'ai donc acheté un lot d 'ortho Kokusai kokhi Tani 31.7mm  : petit , lègé et pas cher .

 

dans les faits , c'est la nuit et le jour dans les forts grossissement  moins dans les faibles grossissements.

le contraste et la netteté est bien au rvd. c'est un régal de pouvoir enfin grossir sans subit cette gène qui était très présente sur les bords des oculaires.

comme j'ai une 10 micron, je n'ai pas été impacté pour le suivi  : l'objet suivi restait bien dans le champs ( malgré qu'il soit étroit ).

une surprise et de taille a été de tester ces oculaires avec des lunettes : aucune gène constaté sauf le champ un peu plus réduit !. comme quoi , utilisez de bons oculaires est toujours payant !

la dernière surprise et pas des moindres , même si le rayonnement était important je n'ai pas eu besoin d'utiliser un filtre lunaire pour observer les cratères lors de la pleine lune

 

avec une collimation plus affinée, des résistances chauffantes , un seeing de meilleur qualité, je pense espérer améliorer la qualité de mes observations

 

le test en Visuel Amplifié :en cours d’élaboration

le test photo : en cours d’élaboration

 

 

20190213_175104.jpg

20190401_195348.jpg

 

20190601_195000.jpg

20190403_112857.jpg

aubriot

qui n'a jamais pesté contre le nombre de câbles USB  ou  d'alimentation  qui peuvent trainer sur sa monture ?

moi je l'ai souvent fait :D

 

soit les câbles sont trop longs ou  ils trainent pas terre et là bonjour pour faire attention de ne pas marcher dessus surtout quand il fait noir .

soit le câble reliant le portable à la monture est trop court et vous devez tourner autour de  la monture à chaque mouvement.

j'en avais donc assez !

 

après avoir reçu certains conseils d'astrams équipés du Boîtier Ultimate Powerbox V.2 Pegasus Astro - PEG-UPBv2 , j'ai donc décidé de sauter le pas.

 

lors de son déballage on est surpris de sa taille  et  de sa légèreté.

 

Largeur : 12 x 10 x 3 cm

Poids : Boîtier → 400 g

Caractéristiques mécaniques : Boîtier en aluminium anodisé

 

il est livré avec un câble d'alimentation 12V/10A avec prise allume cigare.

si vous désirez comme moi l'utiliser sur du 220V~ , il vous faudra débourser la modique somme de  67€ pour obtenir la référence Pegasus-POWXT60

https://laclefdesetoiles.com/alimentations-et-cables/6401-alimentation-12v10a-pegasus-astro-xt60.html

première  surprise et pas des moindres : le câble  secteur pour l'alimenter n'est pas fourni et la sortie de ce boitier est spécifique .sic

 

deuxième surprise : il n'est pas fourni de fixation !

comme d'hab il faudra de nouveau passer au tiroir caisse pour acheter ces fixations à 40€ . il n'y a pas de petit profit !

https://laclefdesetoiles.com/colliers-queues-d-aronde-supports/6405-fixation-pegasus-astro-pour-boitier-ultimate-powerbox-v2.html

ce n'est pas le seul à pratiquer de la sorte . ZWO est aussi bien placé  dans ce domaine.

 

 il est par contre livré avec :

 

d'une Interface sonde de température

d'un câble USB-B 3.1 d'une longueur de 3 m

d'un câble d'alimentation type allume-cigare 10A longueur 2 m

et de 4 câbles d'alimentation continu 2.1 à 2.1 mâle longueur 1 m

 

les fonctionnalités de cet appareil sont nombreuses , outre le fait de gérer ces moteurs de mises au points , il est capable de gérer les résistances chauffantes et de jouer le rôle d'un HUB USB .

 

L'Ultimate Powerbox V2 réunit  les fonctionnalités suivantes :

 

- 4 sorties 12V de 7A maximum pour chaque sortie (sorties prises jack diamètre 2,1 mm / centre positif)

- 3 sorties d'alimentation pour la gestion de résistances chauffantes , ventilateur  et flat

- un Hub de 4 ports USB 3.1 (SuperSpeed, 5 Gbit/s)  et  de 2 ports USB 2.0 protégés électroniquement et gérables individuellement

- un Contrôle de moteur pas à pas pour la mise au point (voir onglet "Accessoires")

_ une interface pour sonde environnementale (température, humidité, point de rosée) → ajustement de la mise au point en fonction de la température

- une sortie Variable / Software Configurable entre 3 et12V / sortie regulée de 3Amps

 

il est donc polyvalent et capable de gérer n'importe quel set up.

ça c'était pour le hardware . passons au software

les drivers sont disponibles sur cette page du constructeur

https://pegasusastro.com/support/

la documentation d'installation  et de configuration sont accessibles sur celle ci

https://pegasusastro.com/products/ultimate-powerbox-v2/

 

comment faire ?rien de plus simple . vous installez le driver du boitier compatible avec votre OS puis le logiciel  Ultimate Powerbox V2.

vous connectez l'ensemble de cordons et lancez cette applicatif

la fenêtre principale "power" sur laquelle vous arriver vous permet de gérer l'ensemble de vos éléments de puissances

la documentation est succincte et peu gourmande en explicatif.

il faut dire que l'ensemble est d'une simplicité déconcertante et il ne vous faudra pas plus d'une heure pour avoir le tout des menus

 

boitier.png.e42eeee13e7bcea676f5beb1c0b09724.png

elle se compose de 5 modules :

- en gris le menu de configuration et de mise sous tension

- en jaune l'alimentation en entrée

-en mauve la gestion des sorties 12V=

- en rouge la gestion des résistances chauffantes

- en vert la température externe

 

l'onglet "Data" vous permet d'activer ou de désactiver les ports USB

 

image.png.681239bbdf54419638d1d70be7b25d51.png

 

le port "focus" que je n'utilise pas permet de gérer les moteurs de mise au point. je ne l'aborderais pas.

ensuite les autres onglets permettent de vérifier sous forme de graphique l'ensemble des alimentations  et des températures actuelles .

le dernier onglet "settings" permet de connecter ou de démarrer les modules lors de l’initialisation du boitier .

voila c'est aussi simple que ça .

 

 

les points  forts :

- petit et leger

- logiciel simple d'utilisation

- multi taches ( HUB , gestion puissances , gestions résistances chauffantes , gestion focuser,etc...)

- cordons et câbles fournis

 

les points négatifs :

assez cher  (695€ avec les options)

pas de fixation comme l'eagle 3 de primaluce et non fournit de base

alimentation 220V~ en option

pas de pc en interne pour le stockage

 

si vous désirez l'utiliser sur plusieurs set up sans le fixer en définitif  , j'ai opté provisoirement l'installation par deux bandes munies de scratch  sur la demi colonne en attendant de remettre les câbles en ordre

 

conclusion: il ne lui manque plus qu'a intégrer un Rasberry PI 4 et vous avez l'équipement pour passer une bonne soirée d'observation

20200122_185840.jpg

 

 

son petit frère vient de sortir : Boîtier Pocket Powerbox Advance Pegasus Astro

on y retrouve tous les modules concernés mais il est plus compact et possède moins de sorties mais à l'avantage d'y raccorder un rasberry PI

 

Le Pocket Powerbox Advance réunit en un seul boîtier les fonctionnalités suivantes :

4 sorties électrique 12V DC pour un total de 12A max

Système ON / OFF géré depuis le PC

1 sortie de puissance réglable (3, 5, 8, 9, 12 Volts) / 3A (peut être allumé / éteint) pour alimenter votre appareil photo reflex numérique / ou non reflex

4 ports USB 3.0  ou 3 ports USB 2.0 disponibles

1 port USB 3(jusqu'à 3 A) pour connexion un appareil de type Raspberry PI (3/4)

1 port Ethernet connexion RJ12 pour le contrôle d'accessoires périphériques (focuseur...)

2 sorties d'alimentation à connecteurs RCA pour la gestion de résistances chauffantes ou de boîte à flats

1 interface pour sonde environnementale (température, humidité, point de rosé) → ajustement de la mise au point en fonction de la température

Canaux de réglage automatique de température de la résistance chauffante

Protection contre l'inversion de polarité

Fonctionnement USB / PC contrôlé ou autonome

Dimensions : 100 mm x 73 mm x 25 mm

Boîtier léger et compact en aluminium

Compatibilité : ASCOM et INDI

 

image.thumb.png.b2ad9e7b91b021f9aa0d737e04398e21.png.7bda974b90a91f11d3a816bc33b4e596.png

 

 

Nota : un seul bémol concerne la sonde . cette sonde n'est pas très "optimisée et compacte" . le câble est tellement sensible  qu'une des patte c'est désolidarisée du CI. je vous conseille de bien la fixer quitte  à renforcer l'attache du câble en sortie de module ;)

certains astrams ont constatés des coupures récurrentes sur ces modèles . il s’avère en faite que les câbles sont soumis à des contraintes de mouvement de la monture . depuis que je l'ai connecté en bout de la barre de contrepoids ce soucis a totalement disparu.

aubriot

nul besoin de refaire le descriptif de cet équilibrage  (la vidéo est là pour cela ), mais décrire la méthodologie utilisée sur cette monture et la précision que l'on peut en attendre .

 

cette méthode est en faite assez simple et des plus importante. cela ne devrait pas vous prendre plus de 10mn à la réaliser et vous obtiendrez une précision de l'ordre de 0,4% en DEC et en RA

 

dans le manuel de MES rapide ,vous devrez bien respecter certains conseils !

 

1.2 TÉLESCOPE ET ACCESSOIRES DE MONTAGE ET BALANCE
Fixez tous les instruments et accessoires au télescope (y compris la caméra et le chercheur ) comme si vous vouliez prendre un photo. Si vous utilisez un télescope à réflexion (catadioptrique), assurez-vous que le miroir principal est verrouillé et en place. Assurez-vous également que le focuser est à la bonne position pour prendre cette photo. j'ai souvent constaté un décalage de plus de 1% rien qu'en rabattant le focuser à sa position minimale .Maintenant vous pouvez commencer à équilibrer les deux axes de la monture avec précision. Utilisez la fonction d'équilibrage des montures pour l'activer. Une fois que les deux axes sont en équilibre, fixez-les à la main.
 

Menu> Drive >Balance >Balance RA

Menu> Drive> Balance> Balance Dec

 

votre set up ne devra pas changer (ou très peu) : rien qu'avec mon oculaire de 35mm (plus de 925gr), la mise en place de cet élément fait varier l'équilibrage de 3,1%

en visuel cela n'a que peu d'importance mais en astrophoto c'est nettement plus gênant.

 

 

le balancement manuel vous permettra de bien dégrossir ( l'axe en RA en premier puis de l'axe de DEC ) et le calcul électronique de la monture vous permettra d'affiner cet équilibre en dessous de 0,4%

NT : la monture se base sur la consommation des moteur pour définir ce déséquilibre.

 

vous verrez avec l'expérience qu'il est assez facile de trouver ce point d'équilibre lors du balancement. il doit être identique d'un côté à l'autre.

le bruit des moteurs pourra aussi vous aider a déterminer de quel côté il faut agir car la monture ne l'indique pas .dommage !

 

j'ai pour habitude de marque le tube des contre-poids et la queue d'aronde pour simplifier cette étape.  des stylos marqueur sur métal pour un prix de 3€ se trouvent facilement dans une librairie/ papeterie.

il sera plus dur d'avoir la même précision en DEC qu'en RA. le déplacement d'un tube de 20Kg n'est  pas des plus aisé.;)

certains rajoutent un petit contre poids de 1kg sous la queue d'aronde qu'ils font glisser sur le rail. moi j'évite car cela ne fait que rajouter du poids et j'utilise ce rail pour y mettre ma caméra polemaster.

 

l'un des avantages de cette monture et pas des moindres , c'est qu'en cas :

 

- de fort déséquilibre (oubli d'un contre poids ) , elle se mettra en sécurité et elle vous l'indiquera.

- si les molettes d'un axe ne sont pas assez serrés , elle vous l'indiquera aussi.

 

 

je vous conseille d'utiliser la clé de serrage préconisé par 10 micron . c'est simple ,pratique et efficace

https://laclefdesetoiles.com/accessoires-montures/5218-clef-de-serrage-frein-alpha-delta-pour-monture-10micron-gm1000.html

 

bon ciel

clef-de-serrage-frein-alpha-delta-pour-monture-10micron-gm1000.jpg

aubriot

pour gérer votre monture 10 micron hps 1000 ,il vous faudra passer par toutes ces étapes :

 

NT : une grande partie de ces logiciels sont disponibles sur le forum de 10 micron . il est important de vous enregistrer

https://www.10micron.eu/forum/

 

1- installer le .NET Framework de microsoft

2- installer la plateform ascom 6.4 SP1 : https://ascom-standards.org/

3- installer le drivers 10 micron ascom 1.4.5.0

4- installer Clock Sync 3.4 pour synchroniser votre monture

5- installer le logiciel de raquette virtuelle (Virtual Keypad 2) et paramétrer dans la connexion LAN  l'@IP 192.168.001.099

6- dans la raquette , paramétrer la communication" LX200N" et dans le network l'@IP : 192.168.001.099 ,masque 255.255.255.000 et dans la passerelle 192.168.001.001

7- aller dans le panneau de configuration du PC , réseau et internet , connexion reseau.

 sélectionner l’Ethernet  et fait un clic droit propriété.

 sélectionner (case coché) et faire propriété sur  le protocole internet version (TCP IP v4) , connexion alternative

 sélectionner utiliser l'@IP suivante

 @IP :  192.168.1.27

 masque 255.255.255.000

 passerelle :  rien

 serveur DNS : rien

8-télécharger le logiciel "10micron mont configurator" version 1.0.1.0

 mettre les paramètres du LAN : 192.168.001.099  avec le port 3492

9 - mettre à jour le firmware de la monture pour être à la 15.1 minimum afin de gérer le module MBOX ou astro-blue

il est important de ne pas avoir de coupure secteur pendant cette mise à jour !

10- installer un logiciel planétarium (carte du ciel par exemple )

 

le câble croisé fourni par le constructeur vous permettra de prendre en gestion en direct la monture

avec tous ces éléments vous serez à même de prendre en main  votre monture et de  diriger vers l'objet désiré.

 

20190207_194156.thumb.jpg.a38285b6565a7bd4d29d9d377f47dde2.jpg20190207_192007.thumb.jpg.7c2a1222b619d0062f4f94217b028607.jpg20190207_191943.thumb.jpg.1062096777fbb6e1741d2d328c06cfe0.jpg20190207_191832.thumb.jpg.1f9786a844a3b522871ff1013d0a4372.jpg20190207_191823.thumb.jpg.96eff2b9acd10740937502fef7554629.jpg

aubriot

lorsqu'on achète une caméra CMOS (comme celles de ZWO)  pour la première fois on se retrouve bien souvent un peu perdu dans ce monde nouveau

heureusement les constructeurs fournissent très souvent un logiciel propriétaire même si ce n'est pas le meilleur .

dans notre cas , celui fournit par ZWO est ASICAP. vous trouverez à cette adresse l'appli téléchargeable lien

 

 il faut bien entendu avoir installé la plateforme  ASCOM (c'est pas obligé mais nécessaire pour les autres applis par la suite) et le logiciel ASICAP de ZWO avant de vouloir s'en servir

le logiciel ASICAP est d'une simplicité déconcertante tout en gérant un ensemble d'appareil (focuser ,Roue à filtre , caméra, Ect)

moi je l'utilise souvent pour l'observation de jour,  pour aligner mon chercheur , pour faire ma mise en station en preview .

 

le logiciel en soit a été bien conçu comme c'est si bien le faire ZWO.

 

 la barre de tache située en haut à droite :

 

- à l'ouverture du logiciel on constate tout de suite que l'écran est par défaut en blanc et agressif .

vous avez la possibilité de le passer noir/rouge (dark red ) en allant sur le "polo" et ce n'est pas anodin . 

d'autres couleurs sont disponibles : black ou sky blue

 

Nota : le rouge permet d'être moins agressif pour notre œil et l'adaptation de celui ci au ciel profond se fait plus rapidement

 

- A sa droite se trouve le Setting (une roue ) , il permet de configurer l'ensemble de vos équipements ZWO.

6007d88f2f14e_Capture1.PNG.4c4935cbee79240c56c8941163d1d364.PNG

 

- le module général  pour le choix du temps de pause préprogrammé (choix de la planète ) ; des fonctions de démarrage et d'enregistrements

- la roue pour la RAF EFW (pour listes les filtres mis en place )

- le télescope pour l'autoguidage ST4

- le Porte oculaire pour la gestion du moteur de Mise Au point EAF (gestion des pas , debut et fin de déplacement )

 

ces sigles se retrouvent sur le côté gauche individuellement :

Capture.PNG.c474e4ac12c2cee6bf03c0d3896b610b.PNG

 

le signe "?" permet d'avoir accès à l'aide , a donner des suggestions et de connaitre la version avec en plus les liens pour avoir accès au forum , a leur compte facebook et à leur site

 

le module d'en dessous se trouve être le choix de la caméra qui est actuellement branchée , de l’arrêter ; de la relancer et d'avoir des infos sur celle ci  (très pratique )

on peut ainsi passer d'une caméra à l'autre rien qu'en la choisissant . par contre il n’est pas possible d'en faire fonctionner deux en même avec cet applicatif !

 

Capture3.PNG.69ede79323cc0f705f30291557f44a9c.PNG

 

ensuite se trouve le module image qui permet de choisir la résolution , le module d'enregistrement RAW8 ou 16  (sur 8bits ou 16bits ) et enfin le mode binning (1x, 2x,3x,4x )

 

image.PNG.ec1d4566de251c65e22eb2199dcd6881.PNG

 

celui d'en dessous donne l'histogramme (très utilisé pour le planetaire)

 

Capture4.PNG.63555a68204a001207c5d599ed83ee14.PNG

 

le prochain est important car il permet de régler le temps de pose et le gain . tout ceci peut être mis en automatique lorsque l'on s'en sert en journée.

 

control.PNG.3639993addcecc378c9f85a56821a742.PNG

 

le module en bas à droite  (carre avec trois points )permet de régler le trafic du port USB et de lui affecter tout ou partie du flux .

autant cela n'a pas beaucoup d'importance en CP autant le flux en planétaire va dépendre de ces paramètres.

 

6007f278d184e_modecontrole.PNG.cfe21f9abfa7763337092665a6059d6f.PNG

 

bizarrement cela dépend de la caméra installée et des choix fait dans le temps d’expositions et du RIO sélectionné. A vous de faire des essais avec USB traffic et le high Speed

vous pouvez aussi régler la température de refroidissement de la caméra lorsque c'est possible

les autres paramètres ne servent pas ou peu  . laissez les par défaut ;)

 

le module capture permet de déterminer le chemin ou sera enregistrer vos photo et vidéos (module classeur avec flèche ) et d'y accéder (module classeur de droite )

 

Capture7.PNG.1d9d74b5d94c316083dfffb8b91a7320.PNG

 

vous avez le choix entre photo (appareil photo) ou vidéo (la caméra )

la limit permet de déterminer la durée de capture

Auto run que je n'utilise pas servirait pour programmer des séquences d'expositions différentes .

 

le module display permet de régler la brillance , le contraste ,etc.... par défaut il vaut mieux les laisser de base

 

display.PNG.f1dc98b14e271cf3731d27fffa261446.PNG

 

enfin vous avez un indication en bas de l'écran vous indiquant  le nombre d'image de visualisation et le nombre d'images  stockées.

 

preview.PNG.38e21874c9fd4e8627331cb0a588374b.PNG

 

il faut bien comprendre que le nombre de Fps preview (nombre d'images en visualisation par second ) est bien souvent différent du nombre d'images qui seront réellement enregistrées.

cet enregistrement dépend souvent du PC et des Disques Durs que vous disposez . entre la théorie (preview ) et la pratique (l'enregistrement) il y a souvent un fossés

 

enfin une barre de taches n'est pas visible mais apparait lorsque l'on passe la souris dessus

 

fonctions.png.cba15141bf9812f76cc98e6219b7c502.png

 

enfin comme tout logiciel , il est capable de faire du RIO par la souris . clic Droit , sélection de la zone à capturer

tres pratique pour augmenter le nombre de FPS en planétaire pour figer l'atmosphere

 

RIO.PNG.0331970a50487fce36e9912f01690fd6.PNG

 

voila vous avez les bases pour commencer à gérer votre caméra .

ensuite vous pourrez évoluer sur des logiciels plus fonctionnels ou performants comme firecapture que je décrirais dans un autre post

 

bon ciel

christophe

aubriot

ayant fait l'acquisition d'un newton dont l'age approche les 10 ans , j'ai constaté que celui ci péchait au niveau du Porte Oculaire. il faut dire que le PO d'origine l'OK 3 est pour le moins capricieux voir médiocre.

voulant le changer  , j'ai du déposer la base du PO et refaire une bague pour y installer le nouveau TCF Leo tout en respectant le Backfocus.

 

A partir de là , il devenait évident que pour maitriser sa collimation je devais revoir l'ensemble des éléments qui le compose.

j'ai fait pas mal de site et lu de nombreuses publications qui y font référence.

 

https://www.webastro.net/forums/topic/59324-comment-régler-son-télescope-avec-méthode/

http://www.astrosurf.com/cielextreme/page180F.html

http://www.astrosurf.com/altaz/collimation.htm

 

il devient évident que la collimation est un jeu d'enfant sur ce type d'appareil mais quand on s'attaque à la géométrie des éléments qui le compose cela devient assez compliqué au premier abords.

je ne parlerais pas de cette collimation mais les moyens que j'ai utilisé pour vérifier la position de chaque éléments.

pour cela je me suis aidé d'outils utilisés pour d'autres fonctions (laser, caméra , niveau, équerre , etc...)

 

20200614_100723.jpg.8081f76dfb168d357a7bfb025fe2434f.jpg

 

 

quand on réalise une collimation , il faut au préalable s'assurer que votre tube soit à température et je vous conseille de bien vous assoir pour ne pas à avoir à se tordre le cou .

il est certain que positionner le PO  en haut est un avantage mais la contorsion vous provoquera des lombalgies.

il est souvent fait état que pour vérifier la géométrie des optiques d'utiliser l’œil qui est certes efficace mais pas d'une précision absolue.

 

vérification de la Perpendicularité du porte-oculaire. :

 

la première chose à vérifier dans un newton est que l'ensemble PO avec son focuser et éventuellement sa platine soit d'équerre avec le tube.

on recommande souvent de positionner une glace et de vérifier à l’œil nu le bon positionnement des éléments.

facile au premier abords , c'est un peu plus compliqué de tenir la glace et de vérifier à l'oculaire.  je trouve aussi que cela manque de précision !

 

j'ai donc fabriqué un outil à partir d'une glace , un double face , d'une équerre , d'une baguette d'angle et d'un serre joint.20200509_162517.jpg.e4621089819c51a65a034365b4e7c972.jpg

 

 grâce à un laser, je peux ainsi vérifier à mon aise que l'ensemble soit bien positionné et que la perpendicularité du PO+bague + platine soit bien en place

 

20200509_162600.jpg.3768ff5fdfcd52c307e9002fc56d6331.jpg

 

vérification de l'araignée :

 

pour vérifier le positionnement de l'araignée  , je me suis aidé de deux niveaux .

un que l'on utilise régulièrement dans le bricolage et un autre venant d'une récupération. mais on peut utiliser les niveau à bulles vendus par pierro astro

https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/montures/accessoires-montures/niveau-a-bulle-60mm_detail

 

20200510_100936.jpg.01177655ef19a10e5b25731e7cd8007f.jpg

 

j'avais un petit décalage que j'ai vite corrigé. la précision n'est pas hyper rigoureuse mais assez suffisante pour passer à l'étape suivante

il faut aussi s'assurer que le bloc d'attache du secondaire soit bien centré dans le tube.

pour ça rien de plus simple que d'utiliser un pied à coulisse ou d'une règle pour le confirmer

 

vérification du positionnement du primaire :

 

là encore on vous conseille de vous positionner devants le tube pour vérifier à l’œil nu son positionnement.

sachant que le positionnement de l araignée  a ete réalisée au prealable, je l ai pris comme référence pour verifier son positionnement . Pour cela  j'ai utilise le centre du filetage de fixation du secondaire et un laser pour m'en assurer.

avec du scotchs pour les tableaux (ne laisse pas de colle ou trace sur le tube) , j'ai dessiné le point centrale du tube et j'y ai fait un trou assez fin pour y laisser passer le faisceau laser.

 

20200510_103454.jpg.3579cfc5b44b45b08b4ea6c65dd71d3c.jpg20200604_193916.jpg.1e520cc9ef89bd8881803a2cfb5c701b.jpg

 

ainsi avec le hotech 2 pouces , j'ai pu ainsi m'assurer que le laser venait éclairer la partie centrale de œillet.

c'est efficace et très précis du moment que votre laser est bien reglé

 

20200530_200722.jpg.6d982bd3ac75ac0d5e32d1a8adf95e42.jpg20200510_104232.jpg.4e88a4b6164c165c9ffee643b0a69655.jpg

 

le positionnement du secondaire :

 

là encore , on vous conseille de vérifier le positionnement de l'orientation du secondaire à l’œil nu.

moi j'ai préféré m'assurer que le positionnement soit parfait avec une caméra ASI 385MC et en utilisant le logiciel "AI's Collimation Aid"

c'est nettement plus simple de vérifier à l'écran le position du secondaire tout en le manipulant  ;)

 

pour cela j'ai utilisé la technique des deux feuilles de couleur pour bien mettre en évidence le secondaire par rapport au PO

 

https://www.astrofiles.net/collimation

 

20200510_165909.thumb.jpg.ad03f0d24afdb6b26e491909f5e866a1.jpg

 

le résultat est probant . vous risquez d'avoir une petite déformation du à l'objectif de la caméra mais cela ne gène en rien la manipulation.

 

20200510_172239.jpg.f4f356fa222d2428aa66447280fe20fe.jpg

 

une vérification ensuite à l’œil nu et voici votre secondaire positionné comme il se doit.

 

alignement du secondaire avec le primaire :

 

pour cela je me suis aidé du système catseye et du laser.

https://www.catseyecollimation.com/

 

Le teletube permet de bien positionner le secondaire en centrant  l oeillet du primaire.

 

20200509_163131.jpg.f00d55671b075ce9c00a315ec05d631d.jpg

 

le laser Howie Glatter 650nm avec sa croix permet de s en assurer .

20200614_095819.jpg.74608aab7a65a4993c3f95d383fbe45c.jpg

 

après c'est un jeu d'enfant , il vous suffit d'utiliser le système catseye ou le Cheshire

sur ce lien on explique très simplement comment l'utiliser  pour effectuer sa collimation

https://www.pbase.com/strongmanmike2002/collimating_with_the_catseye

 

ces systèmes sont très pratiques lorsque vous avez une surface blanche éclairée mais totalement inutilisables lorsqu'il fait nuit .

si ce n'est pas le cas , vous pouvez vous aider d'un écran à Flat positionné sur le côté pour éclairer votre surface. ;)

le plus dur est de faire ressortir les 4 œillets en superposition ; trop de lumière on ne les voit pas et pas assez on n'en voit qu'un.

le meilleur moment  : lors de la nuit nautique.

sur le terrain , je préfère m'aider du hotech 2 pouces et de valider l'ensemble sur une étoile très brillante comme Véga

 

pour effectuer cette collimation , comme le miroir primaire est collé au barillet je rétracte au maximum les supports (petites vis poussantes rétractées et tirante vissées au maximum) .

ainsi je part du principe que les optiques sont alignées et que l'araignée et ce support sont parallèles . ce qui devrait être le cas en théorie ;)

ainsi si l'on effectue le réglage du secondaire on devrait avoir d'office un alignement parfait. dans les faits c'est un peu différent .

il suffit alors de jouer finement sur les tirantes/poussantes pour régler le primaire.

c'est plus simple mais cela modifie un peu la focale . dans mon cas je suis à 911mm au lieu de 906mm

 

20191020_195101.jpg.bd22219d5264c47f4cdd6c1aecbb56e8.jpg

 

par contre comme ce type de télescope à un F/D <4 , le secondaire est surdimensionné et il faut lui mettre de l'offset pour avoir le cône de lumière dans le plan focal

lien du tutoriel : https://www.espacioprofundo.com.ar/topic/12426-error-en-tutoriales-de-colimación/

image.png

 

dans les faits et c'est logique on se retrouve avec un secondaire désaxé et la tache d'airy l'ai tout autant. j'ai mis du temps pour le comprendre et je m'évertuais à faire à l'identique de ce que l'on peu obtenir dans un SC  : une tache d'airy centrée :D

tire d'une discussion avec astram "maire" sur le sujet et qui montre ce que l’on doit obtenir .

 

"ce dessin est juste incomplet et à été fait à la va-vite suivant le propriétaire. La réalité à l'oculaire peut être différente

 

Le calcul du décalage est expliqué sur l’excellent site de Serge Bertorello

http://serge.bertorello.free.fr/calculs/posplan.html

image.png

 

 L'axe de symétrie est représenté en pointillés. Il se matérialise visuellement à l'oculaire en faisant varier la MAP autour du point de focalisation si possible en agissant alternativement de manière symétrique. Sur le schéma le bleu correpond à la partie lumineuse d'une étoile. Le point noir représente le meilleur point de focalisation possible. Les aigrettes du plan focal ne sont pas représentées. La barre rouge indique que l'image de l'ombre du secondaire est parfaitement symétrisée par rapport à l'axe de symétrie. Le décalage intra/extra est d'autant plus sensible que le F/D est court, ce qui ne nuit pas du reste à la qualité de la collimation."

 

bon ciel

christophe

aubriot

méthode pour traiter une vidéo de la lune et obtenir une image finale de meilleur qualité :

 

le résultat de la capture vidéo dépend bien souvent de la mise au point , de la turbulence, du nombre d'image capturées ,etc..

lorsque j'ai fait cette vidéo le temps était humide ,froids et avec peu de vent.

pas les meilleurs conditions surtout que je n'avais pas de résistances chauffantes

 

lien du logiciel : https://www.astronomie.be/registax/

 

lors de ce traitement je vous conseille de mettre votre vidéo sur le DD système pour faciliter le traitement .;)

 

- Lancer le logiciel registax 6

- Sélectionner votre vidéo qui est en .ser

- Puis choisir une image de bonne qualité par le curseur du bas à gauche. elle va servir de référence.

- Lorsque vous l'avez trouver lancer "set alignpoints"

 

5ded2cf63c7e6_alignement1.jpg.981c7c00688b974d2ee7df2bb3c5e907.jpg

 

-vous pouvez réduire le nombre de points d'alignement avec le curseur au niveau de "Number Align"

- cliquer sur aligner

 

align1.jpg.7a6038eb1bb777e2e10e587a37f50e8a.jpg

 

-cliquer sur "limit"

 

limit1.jpg.7c6cc2161a2b18588d434d73566ecccf.jpg

 

- sélectionner "drizzing" et mettre à 2x

-cocher "maximized" et mettre le curseur sur 4 sur "use Nearestby alignpoints"

-lancer stack . il va alors empiler toutes les images

 

stack1.jpg.4e3ad2db28703b1d99d1871de025d6c3.jpg

 

-Aller sur Wavelet

- Cliquer sur "Show Full Image" pour avoir l'image en entier

- Ensuite et c'est là que cela devient important vous aller devoir doser sur les layers. vous pouvez enregistrer vos profils par "save schema". ainsi lors du prochain traitement vous pourrez récupérer vos paramétrages par défaut.

  le "Denoise" réduit le bruit et "Sharpen" pour régler la finesse de l'image

- Pour avoir le zoom cliquer sur "View Zoomed"

-le ctrl + souris vous permet d'aller voir la partie concernée

- Cliquer sur RGB Balance puis sur auto balance

- et lancer "Do All"

 

traitement.jpg.6c880483c3d2b7c5f63de38459cf174d.jpg

 

vous n'avez plus qu'a sauvegarder votre photo

vous avez d'autres fonctions pour retraiter l'image mais certains préfèrent utiliser Photoshop

 

moon08122020.tif

 

pour aller plus dans l'utilisation de registax

http://www.astrosurf.com/sweiller/RCE-RencontreCiel&Espace-CiteSciencesParis/RCE2012/Registax6-Presentation-Finale!.pdf

aubriot

lorsqu'on achète une camera pour le ciel profond ou le planétaire on se souci plus souvent des capacités techniques de la caméra que des possibilités de son ordinateur.

hors c'est un tord car c'est bien lui qui va permettre d'enregistrer et de stocker vos images sur votre disque dur.

la plus part des caméras utilisent l' USB 2.0 ou 3.0 pouvant aller à des débit théoriques de 480 Mbit/s (soit  60Mo/s ) à 5 Gbit/s (596Mo/s)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Universal_Serial_Bus

 

Plusieurs éléments vont rentrer en jeu et ces principaux composants influenceront les débits et les latences :

 

            - la camera

            - le  contrôleur de ports USB

            - le bus de la carte mère (chipset sud )

            - et enfin le disque Dur

 

mais qu'en est il vraiment ?

 

dans les faits , ces débits sont moindres . après avoir effectué des tests de transferts de fichiers , les débits des ports USB frôle plus les 40Mo/s à 200M/s.

ces débits peuvent aussi varier si les fichiers sont petits ou de grosses tailles.

 

évitez les hub USB dont les débits dépassent à peine les 4Mo/s !

 

pour étayer mes affirmations , j'ai effectué des tests avec le logiciel ASICAP sur la ASI 1600MM Pro de la société ZWO.

pour cela j'ai utilisé un portable , un poste fixe , un disque dur externe et différents ports USB2.0 ou USB 3.0

 

le constructeur annonce les débits suivants :

Résolutions prises en charge et vitesse (fps = frames per second):

12Bit ADC :

4656×3520 14,7fps

3840×2160 23,1fps

1920×1680 32,9fps

1280×960 47,1fps

640×480 80,4fps

320×240 124,4fps

10Bit ADC :

4656×3520 23fps

3840×2160 36,2fps

1920×1680 57,7fps

1280×960 73,6fps

640×480 125,7fps

320×240 192,4fps

 

comme on peut le voir,  plus vous montez en résolution plus le poids l'image résultante est importante .

il en est de même lorsque vous faites du binning 2 ou si vous passez du mode raw8 au mode raw16.

 

j'ai eu quelques surprises lors de ce test  et certaines pas moindres :

 

       1- mon portable affiche les mêmes débits que mon poste fixe qui date pourtant de 2016. cela confirme le bon choix technologique des composants fait par le constructeur du Portable

       2- j'ai constaté une chute de fps  bien inférieur  sur les résolutions 2048x1536 et 1024x768 en mode USB3.0. .... chose que je n'ai pas constaté en USB 2.0. je ne peux vous dire pourquoi mais que ce soit avec le poste fixe ou le portable la chute reste identique.O.o

       3- les débits annoncés par le constructeur ZWO sont bien tenus et mon ordinateur est dimensionné pour stocker le flux d'images demandées.

       4- Le Raw16 multiplie par deux  le fichier  et  les débits sont  tout autant réduits .

       5- en dessous  de la résolution 640x480 pixels , la technologie des ports USB n'a aucun impact sur ces débits.  on peut tout à fait faire du planétaire et figer la turbulence.

       6- en USB 2.0 ,les débits s'effondrent rapidement lorsqu'on monte en résolution.Et c'est logique quand on voit qu'un seul fichier pèse pas moins de 15Mo en haute résolution

       7- en basse résolution et moyennes résolutions, les disques durs n'ont que très peu d'impacts sur les débits . cette différence est plus notable dans les hautes résolutions. pour moi, cela ne vaut pas la chandelle de remplacer son disque dur par un plus puissant pour faire de   l'acquisition.

       8- les débits sont catastrophiques lorsqu'on utilise un disque dur externe  USB 2.0 et c'est tout à fait logique. n'ayant pas de boitier externe USB3.0 je n'ai pu faire ce test.

 

Venant de recevoir ma caméra ZWO 385MC couleur , je constate des débits bien différents de cette ASI1600. je l'étayerais dans un autre post.

 

quand à vouloir des caméra comme la ZWASI094MC-P avec au format 24x36mm de 36 millions de pixels (7376 X 4928px) sous 14 bits ,  il n'est pas étonnant de voir le constructeur annoncer disposer d'une mémoire tampon (buffer) de 256Go en version pro.

il faudra attendre l'USB4.0 (sortie fin d'année 2019) pour répondre à demande grandissante de ces nouvelles caméras

bon ciel

ASI 1600MM Pro.ppt

aubriot

test du Sesto Senso 2

après avoir testé et adopté le Sesto Senso V1 pour ma lunette AT106LE , je recherchais un moteur de mise au point pour ma petite lunette TS60/300 .

l'utilisant souvent comme chercheur ou pour observer la lune , il se devait d'être simple facile d'utilisation et surtout gérable sans PC !

 

dans ce domaine il existe peu de moteur de MAP ayant cette fonction :

 

l' EAF le permet mais il faut reconnaitre que la raquette avec son câble se trouve être gênant et la fixation sur ce focuser n'est pas des plus adapté sur cette lunette.

après il faut taper dans le haut de gamme américain Feather touch ou moonlite mais dans les deux cas cela demande d'avoir un bon budget 5et une usine à gaz à installer° .

 

et c'est là que primaluce se démarque. ;)

nul besoin de raquette ou de boitier de commande , un smartphone suffiT à télécommander le tout

 

dans l'évolution du Sesto Senso 2 , on reprend le même et on y ajoute quelques fonctionnalités et gadgets qui faisaient défaut sur la V1

 

les défauts étaient présents et rebutaient certains :

 

- le prix qui a été revu à la baisse lors de la sortie de EAF

- pas de raquette ou de débrayage pour commander manuellement le microfocuser

- la calibration à refaire des que le moteur de MAP était arrêté par inadvertance

- un raccordement un peu compliqué

- et  le câble de la sonde externe qu'on sait pas quoi en faire

 

avec cette nouvelle version tout ceci n'est plus que de l'histoire ancienne à part la sonde externe . les autres ne font pas mieux ;)

 

ce moteur permet un fonctionnement de -20°C à + 60°C

 

il est doté de 4 ports de connexions et de trois leds  :

 

- Un port alimentation 12V 0,7A avec prise jack Ø Extérieur → 5,5mm / Ø Intérieur → 2,5 mm / 0,8 A max

- Un port USB C pour l'initialisation et le pilotage par PC

- un port pour y raccorder une sonde de T° qui est la même que sur le V1

- et un tout nouveau port pour le système ARCO qui devrait sortir d'ici cette fin d'année . ce système permet d'effectuer une rotation du champs pour les prises de vues .

https://www.primalucelab.com/astronomy/arco-2-robotic-rotator.html

 

la finition est toujours parfaite avec son revêtement rouge doré que j'apprécie

 

20201205_165735.jpg.92d728c97754e3716191b96736b92bef.jpg

 

ces caractéristiques restent à peu prêt identiques :

 

- les dimensions restent les même : 87.5 x 64 x 43mm

- la résolution du moteur pas à pas : 0.7µm/pas

- Le Poids est contenu : 380g

- il est Compatible ASCOM et gérable par le PC

-  la technologie Self Centering Clamp (SCC) qui permet de raccorder ce moteur à presque tous les focusers disponibles dans le commerce.

- il intègre un port WIFI ce qui le rend pilotable par smartphone .

 

il est fournit avec :

 

- 5 coupleurs d'axes de différents diamètres .

- un câble d'alimentation sur prise allume cigare

- un câble USB / USB C pour le pilotage par PC

- les clés hexagonales avec les différentes vis . ATTENTION  à ne pas en perdre une car le compte est juste . Pas une de plus  !:(

- une doc assez simpliste .plus de clé USB avec les drivers et logiciels . vous devrez charger le tout sur le site du constructeur

https://www.primalucelab.com/astronomy/downloads

 

l'emballage est toujours aussi propre et bien adapté pour protéger l'ensemble des chocs lors de l'envoi.

 

20201205_121145.jpg.d8613ea02923094d5d55b28b68b1dbb9.jpg

 

le raccordement est devenu plus simple

vous déposez les molettes sur le démultiplié 1/10 et vous y fixez le coupleur d'axe adapté

 

20201205_165622.jpg.28aae5ca8dea7b4444a3e193d5734ea9.jpg20201205_170103.jpg.8c34a78a462e22e456d28a0eefdcd186.jpg

 

si aucun d'eux ne va ,vous avez la possibilité d'acheter les adaptateurs appropriés

 

- l’adaptateur SESTO SENSO 2 37mm  pour les focuseurs de type Feather Touch 3.5" ou Takahashi FSQ-130

- l’adaptateur SESTO SENSO 2 33mm pour les focuseurs de type Feather Touch 2.5" et 3"

- ou alors l’adaptateur SESTO SENSO 2 26mm pour les focuseurs Explore Scientific

 

il vous suffit alors de poser le  sesto senso et d'y serrer les 4 vis de fixations le maintenant au PO.

 

20201205_171009.jpg.26353ba9f6c487cd3fbdd5ae01ebd35c.jpg20201205_170825.jpg.82f4b71658dd6b62fe54b177cf70f49b.jpg

 

 

lorsqu'il est mis sous tension, il faut au préalable s'assurer que la led power et WIFI soient allumées et  fixes . si cela n'est pas le cas veuillez vérifier la connexion et appuyer sur le bouton reset.

si vous branchez la sonde externe après la mise sous tension elle ne sera pas reconnue !

 

passons à la partie logicielle  .

 

vous allez récupérer le fichier zip comprenant l'ensemble des drivers et applicatif le concernant sur le site du constructeur. 

Attention : le logiciel pour le V1 ne fonctionne pas avec celui ci.

 

après avoir l'avoir dézippé , vous installez le driver en lançant l'executable :SESTO SENSO 2 Ascom Driver Setup.exe pour reconnaitre le sesto senso  puis  vous lancez le fichier "focuser manager setup.exe" pour installer l'applicatif de gestion .

il est fort probable que l'anti-virus Avast vous bloque le lancement ! il faudra lui donner les droits. ;)

 

5fccfcd7317a9_sestosenso2.PNG.d3fb443b02be5ae8c9e3c0daedef9c6f.PNG

 

vous voila donc prêt à l'initialiser . je vous recommande pour sa première utilisation à faire l'initialisation pour le câble USB.

le principe reste le même : on lance l'applicatif ; on sélectionne le port com et on appui sur la touche "connect".

 

le setso senso 2 est reconnu ; la tension d'alimentation s'affiche ainsi que les températures du boitier et de la sonde externe (là ce n’était pas le cas pour la sonde externe )

 

5fccfd163af4b_panneaucommandeSS2.PNG.43f4d007ec5372be140d96c3dd4cf4fe.PNG

 

c'est un bon début mais l'initialisation doit être faite avant d'aller sur le terrain.

 

l'applicatif se compose en 5 modules :

 

- un module pour se connecter au sesto senso . pour le choix de la langue il n'y en a qu'un .sic

- un module de réglage manuel

- un module qui indique les T internes et externes et la tension d'alimentation

- des touches virtuelles pour enregistrer certaines positions du focuser . on en reparlera plus tard ;)

- un module d'initialisation et de calibration

 

5fccff774a6f7_FOCUSERSESTOSENSO2.PNG.5d142ead5dbbda50e901a277fcba87b4.PNG

 

le principe reste assez identique et presque aussi simple que la première version .

au préalable votre focuser doit être impérativement rétracté !

 

la première chose à faire est un up-grade du moteur .

vous sélectionnez "upgrade" et allez chercher le fichier "Sestosenso2_v1.3.fw" qui est le firmware.

vous validez et vous laissez faire .

soyez attentif à ne surtout couper le courant ou arrêter l’exécutif par inadvertance !

 

5fcd011ca0b05_firmwaresestosenso2.PNG.4085eca174fae6b223950e230aa298dd.PNG

 

a la fin vous n'avez plus qu'a refermer la page . voila votre moteur mis à jour

 

votre moteur est initialisé et le firmware est à jour . maintenant il va falloir le calibrer (lui donner un point de repère )

en faite on va lui indiquer le début de la course et la fin de cette course .

le manuel n'est pas très pratique (plutôt mal expliqué ) car on pense en sélectionnant une des touches que cela va lancer un exécutable hors il n'en est rien . il m'a fallut 10mn pour comprendre...je sais je suis lent .:D

vous sélectionnez la touche "calibration" et arrivez dans un module de 4 touches

 

5fcd023683804_calibration2sestosenso2.PNG.0ddd9cf39fb67c9f3d7a37d9cff932c0.PNG

 

le focuser doit être rétracté ...c'est important !

vous sélectionnez "set ZERO position" . cela indique au moteur la position de départ .

puis vous sélectionnez "start Calibration" pour lui indiquer que vous commencer à lui donner le début et la fin du positionnement du focuser

il faudra lui indiquer le type de focuser que vous utilisez SCT ou crayford .

 

5fcd03596939f_calibrationsestosenso2.PNG.c230bc7c10f3c0b70df95d39ca9ba60c.PNG

 

 

vous sélectionner "move out" et le moteur se met a fonctionner.

vous le laisser faire jusqu’à ce que vous considériez que la course du focuser est suffisante .

là vous appuyez sur "stop Motor ans Set max limit". vous ressortez du module en appuyant sur "close"

Et voila votre sesto senso 2 est calibré.;)

 

il vous reste à changer le code WIFI (clic droit de la souris ) , sélectionner le type de mesure de la T° , et valider ou non la visualisation des leds  apparentes sur le Sesto senso 2

lors des prises en nomade de vue je vous conseille de les éteindre . moins de consommation et de pollution visuelle

 

on y est presque .

maintenant vous allez devoir utilisez le smartphone pour vous connecter à celui ci .

en faite c'est assez simple même si il n'existe pas d' app dédié à cette fonction.

vous vous connectez au WIFI du sesto senso 2 ( il vous demandera le mot de passe du WIFI "primalucelab" qu'on peut changer ).

lorsque ceci est fait ,vous lancez votre navigateur firefox ou google et vous y mettez l'@IP suivante  : 192.168.4.1.

vous validez et vous retrouvez l'ensemble des éléments de cet applicatif sous un module intranet

 

5fccf88b35e55_touchpad.PNG.9b1cf9f2f34705b4fb011c34a749ce5a.PNG

c'est là que le virtual pad prend toute sa valeur ajoutée .  un appui sur une des touches et voila votre moteur qui se dirige tout droit à la position enregistrées

NOTA : pour enregistrer une position , il suffit de faire un clic droit (avec la souris du  PC ) sur une des touches pour mémoriser la position du focuser à ce moment là .

vous pouvez même y mettre un titre "oculaire 25mm" . très pratique ;)

c'est simple et efficace  . un jeu d'enfant !

très pratique pour retrouver une position lorsque l'on a 9 oculaires différents .

vous voila donc prêt à aller sur le terrain pour observer ou photographier nos merveilleux objets célestes

alors que dire du Sesto Senso 2  ?

 

la vrai valeur ajoutée de ce nouveau moteur réside dans ces petites évolutions logicielles qui font de lui un produit fini et abouti .

dans sa gamme de prix aucun ne lui vient à la cheville et dépenser plus ne servirait pas à grand chose

 

test  photographique : en cours de création

 

je vous ai mis la documentation du Sesto Senso 2

 

bon ciel

Christophe

 

SESTO-SENSO-2-EN-user-manual.pdf

 

aubriot

j'ai toujours voulu faire de l'astrophotographie avec une lunette en raison des différentes remontées que m'en faisaient les forumeurs.

il y a presque un ans (déjà) et un peu par chance,  j'ai pu acquérir cette astrotech 106LE conçue et dédiée apparemment pour ce travail.

 

caractéristique de la lunette :

 

- Diamètre : 106 mm
- Focale : 690 mm
- f/d : d 6,5
- triplet avec espacement par air avec élément en verre Ohara FPL53
- porte-oculaire Crayford 2,7'' rotatif démultiplié 1:10 (plutôt atypique )
- bagues de sortie 50,8mm
- pare-buée rétractable
- valise de transport
- baffles internes et optiques traitées multicouches pour une transmission et un contraste exemplaires

- queue d'aronde vixen

 

https://stephastroblog.wordpress.com/2017/08/18/lunette-astrotech-106690/

 

sur le papier elle a tout pour plaire  aux vue des caractéristiques données

en la recevant , j'ai été surpris du poids et de la finition du tube : 

 

elle ne fait que 10Kg , ces dimensions restent dans le domaine du raisonnable 70cm , elle transpire la qualité et sa mallette est de bonne facture

 

le premier constat qui surprend rapidement : quel idée a eu ce constructeur à mettre une queue d'aronde Vixen de 21 cm ?

non seulement je ne l'a trouve pas adaptée mais en plus elle risque d'apporter des flexions vu que les anneaux ( qui sont de bonnes factures ) sont fixés dessus chacun pas seulement une vis

je décide donc de la changer  ans un futur proche par une Losmandy 10 micron et de m'en servir comme support pour ma lunette guide.

cela rajoute du poids mais je gagne en stabilité.

 

elle n'est pas dotée de renvoi coudé  mais le vendeur m'avait fournit deux bague allonge de 80 et 50mm.

visuellement les premiers essais n'ont pas été très faciles car il est plutôt compliqué de regarder une étoile lorsque la lunette pointe au dessus de 50°

 

ce manque sera vite comblé par l'achat d'un PO Baader ClickLock 2"

https://www.astroshop.de/fr/renvois-coudes/baader-clicklock-renvoi-coude-a-miroir-coulant-de-50-8-mm/p,14694

sa réputation n'est plus à faire  même si son poids est assez conséquent et son prix assez élevé.

 

Le gros avantage de ce porte oculaire réside dans son système de serrage Baader .

c'est sa facilité d'utilisation qui est déconcertant : un quart de tour et l'oculaire est bloqué et centré . on ne peut pas faire plus simple.

il fait le job et les oculaires de plus de 500 gr ne lui font pas peur.

 

le pare buée a remplit amplement sa fonction jusqu’à maintenant et je n'ai pas eu à acheter des résistances chauffantes

le lieu d'observation s'y prête peut être aussi mais comme l’hiver pointe son nez je pense en acquérir une d'ici peu.

côté mise en température , c'est tout l'inverse de mon Zen 250mm :D

en moins d'une 1/2h , la lunette est mise à température !

autant dire que vous perdrez plus de temps à mettre en station votre monture qu'a attendre l'absence de turbulence dans le tube

 

ce n'est parce que cette lunette est dédiée à l'astrophoto du CP qu'il n'est pas possible de s'en servir pour l'observation visuelle.

je dirais même vu son rapport F/D de 6,5 et ces optiques en FP53 , qu'elle parfaitement à l'aise dans ce domaine.

 

la première fois que j'ai jeté un œil à l'oculaire , ça été la claque : un piqué et un contraste des étoiles à vous couper le souffle.

pourtant adepte des SC , je ne peux que reconnaitre la supériorité des lunettes dans ce domaine

 

il en a été de même avec des oculaires ortho  sur les cratères de la lune.

vous en prenez plein la vue et difficile de s’arrêter d'observer.9_9

en grossissant à 172,5x avec un ortho de 4mm , le visuel obtenu est splendide , époustouflant aussi bien au niveau luminosité que du contraste .

les détails sont saisissants , les failles/ cratères apparaissent bien détaillés.

j'aurai bien voulu pousser le grossissement à 250x mais je ne possède pas à ce jour d'ortho de 2 ou 3mm

 

je suis pas un adepte ni un spécialiste de l'optique ; ma vue est loin d'être aussi bonne que les jeunes mais je peux vous confirmer que la planéité du champ est respecté  ; le chromatisme est très bien maitrisé et aucun astigmatisme n'a été constaté

il y a certainement des défauts mais ils sont si faibles que je ne les ai pas vu pour le moment

 

En visuel Amplifié , là encore elle remplit le job et les objets du ciel profond ne demandent qu'une acquisition de 2s pour apparaitre à l'écran.

M13 qui se trouve assez haut à nos latitudes , c'est révélé dans sa toute splendeur : brillant et majestueux

 

vous me direz  mais quel est son point faible car il en faut bien un ?

le PORTE OCULAIRE !

 

c'est là son principal problème  même si je n'ai pas trop de désagréments par rapport à certains autres utilisateurs.

il est très efficace en planétaire même si l'on constate qu'une motorisation est nécessaire pour avoir une excellente MAP en photo.

 

suivant de très bons spécialistes en la matière , le constructeur a réglé  la friction en limite du glissement pour protéger la mécanique.

vous avez donc la possibilité d'effectuer un serrage plus fort au détriment de sa durabilité dans le temps

 

passons à la photographie planétaire :

 

Ayant une ASI 1600mm pro avec un pixel de 3,75µm , je n'ai jamais pu obtenir la MAP avec une barlow powermate 2x et avec les équipements que j'avais en ma possession.

malgré le rajout de 2 bagues rallonges et d'un applanisseur  , il faut aller la chercher à plus de 30 cm ce qui peut provoquer des flexions dans le PO.

le serrage est correct sans être extraordinaire et il ne possède pas de filetage M48.

le résultat est là  comme vous pouvez le constater sur cette  photo même si je ne suis pas au bon échantillonnage.

 

PS: prise de 1000 fps avec un peu de vent .500 ont été retenus pour l'empilement avec seulement un drizze de 1,5x. pas d'autre traitement

 

pour finir je vous conseille de partir sur des capteurs CMOS ayant un pixel de 2,4µm pour le planétaire

 

pour la photographie du CP :

 

je n'ai pas pour le moment fait de tests approfondis pour donner mon avis et publier des photos sur cette page

par contre , j'ai pu acquérir dernièrement un applanisseur 2" ASTRO TECH (d'occasion) qui ne se trouve disponible à ce jour que sur les sites américains .

son prix n'est pas donné mais il remplit ces fonctions : les quelques tests que j'ai pu faire  avec l'applanisseur 2 pouces donne un backfocus de 56 mm avec un vignetage très faible et une forme rondes des étoiles même dans les coins

 

les points positifs :

 

- Finition du tube

- Prix contenu pour une 100mm

- triplet en Verre FLP53 et calage des optiques bien supérieur à certains hauts de gammes suivant certains forumeurs

- Pas de collimation à réaliser pour celui qui se veut itinérant

- Mise en température rapide

- Poids et longueur du tube contenu

- Adapté au CP par son rapport F/D <7

- Possibilité de faire du planétaire

 

les points négatifs :

 

- La queue d'aronde Vixen

- Le porte oculaire atypique en 2,7" et qui mériterait d'être de meilleur facture. A changer si possible par un Moonlite ou un Feather touch

- Avoir  de nombreuses bagues allonges pur utiliser une Barlow x2 pour la photographie planétaire.

 

lune.jpg

 

 

 

20190720_102818.jpg

 

20190720_103037.jpg

20190720_103057.jpg

 

 

Moon_070819__lapl4_ap1042_Drizzle15_conv.bmp

aubriot

qui n'a jamais rêvé d’alléger sa monture pour ne pas dépasser le poids limite ?

 

moi le premier surtout quand on a un tube qui frôle les 20Kg tout équipé pour le planétaire !

on recherche la queue d'aronde la plus légère , les anneaux les plus minces , le Renvoi Coudé mini ou tout simplement en décidant de prendre un chercheur ultra léger.

 

certains s'équipent d'un  :

 

- chercheur basique 10x60 ayant un poids de 850/900gr + oculaire 100gr

-  d'un viseur telrad avec son pare buée pour un prix de 80€ et un poids de 350gr

- d'autres d'un viseur point rouge  à 70€ et ayant un poids d'environs 150gr

 

j'utilise souvent une TS60/330 pour observer ou pour m'en servir comme lunette guide afin de mettre ma monture en station.

mais cela à un inconvénient , c'est gros  ; elle est lourde et elle provoque des flexions.

 

après avoir utilisé des oculaires réticulés couplé à ma TS ou alors un viseur point rouge , j'ai constaté  trois problèmes importants : le besoin de piles ; le dépôt de buées sur l'optique et l'alignement de l'optique par rapport au tube imageur

 

c'est en regardant ma polemaster que j'ai eu cette idée : pourquoi ne pas l'utiliser comme chercheur ?

 

- elle ne demande pas de pile

- je l'utilise déjà pour mettre en station ma monture

- avec sa fixation (queue d'aronde ) elle est alignée par rapport au set up

- placée sous le tube elle est à peu prêt protégée de la buée

  (je peux éventuellement remettre son capuchon après avoir fait ma mise en station).

- son champs est très grand :11° x 8°

- son poids est contenu environs 150gr avec sa fixation

- elle est assez sensible pour permettre de chercher l'étoile de référence

et surtout ....je l'ai déjà achetée :D

 

j'ai donc décidé de la tester avec mon astrotech 106LE

après avoir mis ma monture dans l'axe de rotation de la terre , je laisse le logiciel en fonctionnement pour effectuer ma MES.

l'étoile choisie se retrouve pile poil au centre du capteur . il me suffit alors de faire le centrage de mon imageur avec la croix rouge de la caméra .

cela fonctionne à merveille .;)

 

par contre si votre focale est très importante et que votre imageur l'est inversement proportionnel vous risquez de  rester sur votre faim .

le grossissement est tellement important  que votre étoile sera en dehors du champs de l'imageur . il vous faudra remplacer la caméra imageur par un oculaire réticulé avec un RC

cette technique n'est vraiment fiable que si votre imageur ait une diagonale de 22mm et que votre focale ne dépasse pas le 1500mm

 

- résultat sur Procyon centré sur le centre du capteur QHY : environ 35 mn arc d'erreur entre le polemaster et l'imageur.

 

image.png.629c316d92dc2123afef2306789361f2.png

 

image.png.9516e49bba7a482345d21ef19f8ad2b7.png

 

et en plus vous ferez une économie sur l'achat d'un viseur ou chercheur. que demander de plus ?

bon ciel

 

20200105_184643[1].jpg

 

 

champs entre le custom (le polemaster ) et la caméra ASI 1600mm pro

capture.png

 

aubriot

 

Le boiter GPS  permettra de connaitre exactement l'emplacement ou votre monture est postionnée.

ce module s'insère directement dans le port GSP du control Box

Pour prendre en compte le module ,la fonction GPS doit être validée dans la raquette

 

lors du démarrage de la monture , la control Box va détecter le module GPS et rechercher les satellites.

si ce n'est pas le cas , vous pourrez toujours mettre ces paramètres manuellement.

voila c'était aussi simple que cela.

 

Le Boitier MBOX : il permet de connaitre la température externe et d'interagir sur la réfraction atmosphérique

pour que cette fonction soit activée sur votre monture vous devrez activer plusieurs fonctions aussi bien dans le logiciel de configuration de la monture que dans le logiciel Prism V10

si vous avez un doute sur l'activation de cette fonction , l'état du télescope est là pour vous le rappeler

20190303_105109.thumb.jpg.cef5364de9e18270004c65affc17bbba.jpg

 

pour calculer la réfraction atmosphérique , la 10 micron a besoin d'avoir  la pression atmosphérique , la température et le point de rosée

ce boitier MBOX remplit cette fonction et s’insère dans un des ports USB de votre portable ou PC fixe.

site astromi.ch : https://www.astromi.ch/product/mbox/

 

téléchargez et installer le logiciel : https://www.astromi.ch/downloads/

mettez à jour le firmware de votre MOX

 

ATTENTION : cette opération doit se faire sans coupure de courant sur le portable .

 

Nota : certains ont la mgbox v2 qui est compatible avec la 10micron. (gps+température +pression) . cela se branche directement sur le port GPS de la monture . les mises à jour des paramètres de réfraction se font en continu du coup il n'y a rien à paramétrer

 

pour ceux qui ont un astromi.ch MBOX comme le mien , le port USB 3 ne gère pas ce type de matériel (enfin pour moi).

branchez le sur un port UBS2 il sera ainsi reconnu.

Si l'autodetect ne reconnait pas le matériel  passez le sur  "COM3"

 

il vous faudra installer la dernière version du firmware 2.15.1 de la monture  que l'on trouve sur le forum de 10 micron . https://www.10micron.eu/forum/

ce logiciel doit être installé sur votre PC. en le lançant il se connecte au serveur pour charger la dernière version du firmware  et mettre à jour le control box.

 

ATTENTION : cette opération doit se faire sans coupure de courant sur la monture et le portable .

en cas de coupure secteur il est possible de redémarrer la monture  (jamais tenté et je préfère pas le faire :D)

 

le logiciel ascom sur votre PC devra aussi être à jour  : https://ascom-standards.org/

le drivers ascom de la monture devra aussi aussi être à jour

maunel d'installation : http://www.astrosurf.com/d_bergeron/astronomie/Bibliotheque/Traitement image/Ascom drivers/ascom drivers.htm#Choix des driver ASCOM et installation

 

- dans la raquette,  vous devrez dévalider "autro pression" (OFF) et et activer la  "validation réfraction".

 

lorsque vous lancez l'applicatif vous verrez que certains paramètres sont importants comme l'offset. cela permet d'ajouter ou mettre un offset par rapport aux valeur donnés par le module.

je calcule souvent cet offset grâce à ma station netatmo : https://www.netatmo.com/fr-fr

 

dans le panneau de configuration "10 micron Mount Configurator" vous devrez donner le chemin du fichier de mise à jour de la MBOX

ce fichier que met à jour l'applicatif MBOX sert à la monture pour calculer la réfraction atmosphérique

"The application also writes a file called “10micronRefraction.txt”to your temp folder at periodic intervals"

 

recommandation de "bandido" et "laurent51"  :

la mise a jour de la température et de la pression pour le calcul de la réfraction se fait a des instants précis suivant le réglage que vous effectuez dans le driver 10Micron. Généralement c'est au moment de chaque pointage.

Il se met à jour toutes les deux minutes mais si la monture ne fait que suivre un objet, il ne sera pas lu jusqu'à un dithering, nouveau pointage, arrêt du suivi,... ce est souhaitable afin de ne pas avoir une correction au milieu de la pose. Cela limite également le correction en début de nuit sur des poses de 30min. alors que la température n'est pas encore stabilisée.

 

évitez alors de mettre en "continously" et préférez "slewing".

christophe

 

pour ma part ce fichier était caché dans ce répertoire  C:\Users\33689\AppData\Local\Temp

voila c'est fait . bon ciel

 

 

 

20190303_105044.jpg

20190303_105435.jpg

20190303_105109.jpg

 

config.png

etat telescope.png

gestion config telescope.png

aubriot

vous êtes comme moi perdu dans les différentes normes  et les différents types de fiches USB . ce post est fait pour vous.

j'ai essayé d'être simple tout en détaillant au maximum

 

il existe aujourd'hui 3 normes  : USB1 , USB2 et USB3 qui ont évoluées au fil du temps  et la dernière norme USB4 qui devrait sortir d'ici peu  . elle nous apportera des débits encore plus impressionnants (40Gbps annoncé )

 

commençons par les débits :

 

débit USB 1  : 1,5 Mbit/s (faible vitesse, ou Low Speed), et 12 Mbit/s (soit 1.5 Mo/s) (pleine vitesse ou Full Speed).

débit USB 2 : 480 Mbit/s (haute vitesse ou High Speed) (soit 60 Mo/s)

débit USB3 : 4,8 Gbit/s (soit env. 600 Mo/s) (vitesse supérieure ou SuperSpeed).

 

ça c'est pour la théorie  mais dans les faits il en est tout autre . n'espérez pas les atteindre c'est peine perdu !

 

avec l'arrivée de la norme USB 3.1 , il y a eut un changement avec des renommages

aie cela se complique ! .  pourquoi 3.1 ? rassurez vous je l'aborderait plus tard .

 

revenons à USB 3 .

cela a permis d'apporter certaines évolutions et pas des moindres  qui nous intéressent.

 

- Alimenter  un périphérique avec une puissance plus importante

- un connectique de type C qui se branche quelque soit son orientation

- Et des vitesses de transfert de données plus élevées  de 5 Gbps (gigabits par seconde)  .

 

il a surtout été utilisé pour les smartphones et tablettes et peu à peu il s'impose dans le portable et les différents périphériques (DD externe , caméra ,etc..)

 

cote consommation  : la dernière norme USB3.0 permet de fournir un ampérage  de 900mA au lieu des à 500 mA de l'USB2

cote communication  : les débits se font dans les deux sens pour USB 3 (full-duplex)  alors que c'est dans un seul sens pour USB 2 ( half-duplex). il permet ainsi d'échanger des flux différents  : vidéo, son ,données,etc...

cote référencement  : pour différencier les ports USB  l'USB 3 est peint en bleu et l'USB 2 en blanc . c'est ainsi que l'on les reconnait

cote connectique : ce qui devait devenir simple s'est fortement compliqué . on retrouve toutes sortes de connecteurs

 

image.png.f79bbf4897c79f17b5db9dafdafc7f49.png

image.png

pour aller plus loin dans cette norme je vous conseille d'aller voir ce post

https://www.frandroid.com/comment-faire/comment-fonctionne-la-technologie/391724_tout-savoir-sur-lusb-type-c-ce-nouveau-connecteur-unifie

 

alors pourquoi USB 3.1 et 3.2 ?

 

le standard 3.1 s'est doté d'un débit maximum de 10 Gb/s.

l'USB 3.0 s'est vu rebaptisé en USB 3.1 Gen 1 et le nouveau standard a alors pris le nom d'USB 3.1 Gen 2.

et puis est arrivé le standard USB 3.2 avec ces débits de 20 Gbps

l'USB 3.1 Gen 1 a été renommé l'USB 3.2 Gen 1, l'USB 3.1 Gen 2 a été nommé l'USB 3.2 Gen 2, et l'USB3.2 est devenue USB 3.2 Gen 2x2.

 

au final il y a de quoi en perdre son latin

 

pour résumer :

USB Hi-Speed (480 Mb/s)                                  :  USB 2.0

SuperSpeed USB (5 Gb/s)                                  :  USB 3.2 Gen 1 : ex-USB 3.1 Gen 1, lui-même ex-USB 3.0

SuperSpeed USB 10 Gbps (10 Gb/s)                :  USB 3.2 Gen 2 : ex-USB 3.1 Gen 2

SuperSpeed USB 20 Gbps (20 Gb/s)                :  USB 3.2 Gen 2x2

 

image.png.d417acfdf03a5f9bfb7e691fbb0f5757.png

 

Qu'en est t'il de la rétrocompatibilité entre ces normes  ?

 

comme on dit qui peut le plus peut le moins.

 

Hôte USB 3.0 // Câble USB 2.0 // Périphérique USB 2.0 OK
Hôte USB 2.0 // Câble USB 2.0 // Périphérique USB 3.0 OK
Hôte USB 2.0 // Câble USB 3.0 // Périphérique USB 3.0 OK
Hôte USB 3.0 // Câble USB 3.0 // Périphérique USB 2.0 Négatif

 

 

mais revenons à nos moutons .

 

les deux  normes qui nous intéressent sont l'USB 2 et l'USB 3  car on les retrouve dans la plus part de nos caméras Cmos et nos périphériques.

 

Pour le planétaire : il vous faudra avoir de l'USB 2 pour les petites cam  (ASI 120MC ) et de l'USB 3 pour les capteurs plus importants  (ASI 178MC )

pour le Ciel Profond : à minima  l'USB 2 peut être utilisé  pour l'ASI 1600 mais l'USB3 est fortement recommandé.

avec la sortie des nouvelles caméras AS6200 , vous n'aurez pas le choix : USB 3 d'office autrement vous aurez comme qui dirait un GROS embouteillage .

 

test des débits ASI 385MC :

test des débits ASI 1600:

 

vous l'aurez compris  le  nombre de fps  (frame peer second/images par seconde ) dépend de la taille du capteur de la caméra et du port USB de celle ci.

plus le capteur est gros et plus les débits doivent être importants.

privilégiez les ports USB3 de votre portable pour vos caméras et laissez les port USB 2 pour vos périphériques peu gourmands : moteur de mise aux point , sonde météo , monture, etc...

 

qui n'a jamais été embêté avec les câbles USB quand vous mettez votre monture  en station ?

 

dans l'USB il y a des limites : maxi 5m et même à cette longueur vous devrez passer par des câbles blindés

après il vous faudra passer par des moyens de communications plus adaptés

je vous met ce lien qui traite des liaisons USB sur grandes distances

https://www.reichelt.com/magazin/fr/liaisons-usb-pour-les-grandes-distances/

 

les câblés qui vont nous intéresser sont  :

 

USB Type A Mâle/Type B Mâle qui alimente la plus part des caméra

USB Type A Mâle/U Micro USB Mâle pour les disques Durs externes

 

image.png.9f4bb47bd66ad454ad088df3993de33b.png

 

et puis arrive l'inévitable : malgré que votre caméra possède un mini HUB vous n'avez pas assez de ports USB.

le seul moyen est de passer pour un HUB USB mais tous ne se valent pas .

c'est un peu "la loterie" mais d'origine ils sont "tagués" USB3 ; ils possèdent une alimentation spécifique et un port micro USB mâle.

oui mais voila le câble reliant le HUB au portable est souvent riquiqui 50cm.

 

n'ayant que deux ports USB 3 et un port USB C sur mon portable , j'ai choisi de racheter un Câble USB-C To Micro USB-B 3.0 (Mâle/Mâle) - 2 m

https://www.ldlc.com/fiche/PB00227059.html?offerId=AR201704100097

le débit est encore  correct avec ce cable de 2 metres : 260Mo/s au lieu des 280Mo/s avec le câble d'origine

 

et puis enfin vous comprendrez vite qu'il vous faut un Disque Dur externe pour stocker et transférer vos données

j'ai choisit celui ci pour ces débits et son rapport qualité prix

20191205_160121.thumb.jpg.966b289e86ecde2b4acfb3ad43f5c845.jpg

 

mais qu'en est il des débits ?

 

-stockage d’une capture vidéo de la 385MC avec asicap sur le disque SSD de 128Go du portable  :

 

en haute résolution 1986x1093 : 65fps/s  suivant ASICAP et  4,99Go/60s de stockés sur le DD

en basse résolution 320x240 : 125fps et  1,21Go/60s de stockés sur le DD

 

-stockage d’une capture vidéo de la 385MC sur le disque SSD externe  1To :

 

en haute résolution 1986x1093 : 65fps/s et  9,66Go/60s de stockés sur le DD

en basse résolution 320x240 : 125fps et  1,16Go/60s de stockés sur le DD

 

 

comme vous pouvez le voir , j'ai un bridage des débits en haute résolution sur mon portable qui a 1 AN !

si c'était le chipset qui briderait je devrais avoir la même problématique sur le DD externe. ce qui n'est pas le cas

il est fort probable que ce soit le DD 128Go du système  qui ne suit pas ou le contrôleur de disques DD

 

alors que dois je en conclure ?

est il utile d’insérer ce SSD externe de 1To a la place de mon DD système  ou de mon DD à plateau supplémentaire de 1To  : NON.

 

- vu les tests fait sur ce matériel avec un PC moderne et haut de gamme , je reste septique

https://www.01net.com/tests/comparateur/samsung-860-evo-1-to-samsung-860-qvo-1-to-49837-55251.html

- je n'en vois pas l'utilité car les débits déjà très honorable de ce DD externe satisferont largement  à mon ASI1600 mm Pro et mon ASI 385MC

- démonter un portable pour mettre un nouveau DD pour peut être gagner quelques dizaines Mo sur les 260Mo/s actuels en copie, cela n'en vaut peut être pas la chandelle.

- de plus ce DD externe me permettra d'effectuer des transferts entre mon portable et mon PC fixe

 

Alors a vous de faire ce test et si les débits ne sont pas suffisants il sera peut être alors utile de tenter le coup  du démontage avec les risques que cela peut engendrer (perte de la garantie , plantage système, détérioration de la carte mère par l'électrostatique,etc.. )

vous devrez alors utiliser le logiciel de copie Acronis pour une somme de 50€ pour faire une copie à l'identique de votre système.

https://www.acronis.com/fr-fr/promotion/backup/sem-split/?gclid=EAIaIQobChMIhuWw36aj5gIVmYXVCh2t0wdkEAAYASAAEgIrHfD_BwE

 

aubriot

l'avantage du polemaster bien que superflu pour certains sur ce type de monture permet une MES des plus rapides avec une efficacité redoutable.

 

site de Qhyccd:  https://www.qhyccd.com/index.php?m=content&c=index&a=show&catid=136&id=32

 

la monture 10 micron vous permet aussi de faire logiciellement un alignement sur la polaire  que je n'ai pas encore testé à ce jour

le principe du polemaster est assez simple et il ne vous demandera pas plus de 15mn..... en plus vous pourrez profitez du passage des satellites polaires

le tutoriel fait Mr Jonathan CaryMembre de Saint-Quentin Astronomie est  tres explicite et même sans celui ci l'applicatif vous guide pas à  pas pour effectuer cette MES

https://astronomie-02100.weebly.com/uploads/6/2/8/4/62846569/tutoriel_de_mise_en_station_avec_polemaster.pdf

 

un autre site qui explique tres bien  les conséquences et les actions faites lors de l'utilisation du polemaster

http://pages.infinit.net/microlog/ciel_astro-ccd/polemaster.htm

 

le seul soucis sur ce type de monture  , c’est qu'il n'existe pas de support propre à cette monture

Vous devrez pour cela vous équiper du support ci dessous et faire attention lors de sa pose sur la queue d'aronde a bien rester dans l'axe de la monture

 

 

 

support-geoptik-pour-polemaster.jpg

53022852_2175848679121021_8561655951797518336_n.jpg

 

ou alors vous doter de ce nouveau support certainement plus précis

 

https://www.astromanie.ch/fr/accessoires-pour-montures/1127-kit-support-accessoires-10microns-1000-hps-polemaster-et-pointeur-laser.html

 

aubriot

Fiche technique de Asi 385MC

Port autoguidage :compatibilité protocole ST-4

Autoguidage :OUI - compatibilité protocole ST-4

Caméra :ZWO ASI385MC couleur

Type de capteur :CMOS Sony IMX385 - 12 bit Couleur 1/2"

Format du capteur :7,26 mm x 4,11 mm / 8,35 mm diagonale

Taille des pixels :3,75 µm x 3,75 µm

Nombre de pixels :1936 x 1096 pixels

Conversion A/D :12 bit / 10 bit

Bruit de lecture :0,7e

Temps de pose minimal :0,000032 seconde

Rendement Quantique :33 minutes

Back-focus :12,5 mm

Refroidissement :Non

Compatibilité :Prism 8, FireCapture, SharpCap V2.6, OaCapture V0.8.0.

Connexion :USB 3.0 et USB 2.0

Images/seconde maxi. :120 images / seconde en résolution 1936 x 1096 pixels

Alimentation :par câble USB

Informatique recquise :Windows XP, Vista, 7,8,10 (32bits / 64bits), Linux, Mac OSX

Coulant :50,8 mm et 31,75 mm (2" et 1,25") / T2 (M42 x 0,75)

Câble USB :Longueur 2 m

Poids :120 g

 

comme on peut le voir,  plus vous montez en résolution plus le poids l'image résultante est importante.

 

j'ai eu quelques surprises lors de ce test  et certains ont confirmés ceux que j'avais pu réaliser avec ma 1600mm les fps annonces sont en théorie ce que vous êtes susceptibles d obtenir.hors dans les faits cela peut varier pour différentes raisons en commençant par le port USB

 

       1- mon portable affiche a peu prêt les mêmes débits que mon poste fixe sauf dans la résolution 1360x768.ces fps annoncés  en preview sur asicap sont supérieur a ceux constaté lors du test sur le logiciel prism.

       2- j'ai constaté une chute de fps  bien inférieur sur la résolution 1024x768 en mode USB3.0. .... identique à la 1600.

       3-  il est recommandé d'avoir des ports USB3.0 sur votre ordinateur pour utiliser tout le potentiel de cette caméra

       4- en USB 2.0 ,les débits s'effondrent rapidement lorsqu'on monte en résolution. ce n'est qu'en basse résolution  que la caméra pourra être utilisé avec ce type de port

       5- je vous conseille d'utiliser un SSD pour stocker vos vidéos.

       6- les débits sont catastrophiques lorsqu'on utilise un disque dur externe  USB 2.0

 

par contre ce qui est surprenant c'est lorsque l'on fait une capture dans le noir total ou en pleine lumière . le nombre de fps chute drastiquement

j'ai tellement douté de ces valeurs qu'au début j'ai incriminé le logiciel Zwo . j'ai donc refait les tests sur Prism et j'ai trouvé les mêmes valeurs

ASI 385MC.ods

aubriot

j'ai fait l'acquisition dernièrement d'une caméra ASI 174 mm non ventilé et constaté comme beaucoup qu'elle avait tendance à chauffer énormément. 

là ou l'ASI 385Mc se stabilise à une Température de 32°C la ASI 174mm monte très facilement  à 43,2°C pour une Température ambiante de 21°C

imaginez ce que cela peut donner lorsque vous vous retrouvez en été sous une température ambiante de 30°C pour faire du lunaire ou lors d'une observation solaire.

certains ont même remarqué un fonctionnement aléatoire à ces températures. bref rien de réjouissant !

 

604fb705f299f_ASI174mmsansradiateur.PNG.762fa910c1270f95a2ca1d9e86f1a3ce.PNG

 

j'ai donc envisagé de la refroidir mais le moyen devait rester simple et pas cher.

exit le module Peltier : trop compliqué et trop cher ! tout ce que je ne veux pas.

 

il ne me restait que le refroidissement  par caloduc , passif ou ventilé.

 

j'ai commencé par acheter un Akasa dédié aux chipset de carte mère  : petit et très léger (172gr) lien Akasa AK-210-BK

il suffit d'enlever la protection plastique du pad thermique et de coller l'ensemble sur la coque arrière de la caméra .

 

LD0005292991_2.jpg.501836d4532b845458338a9623771127.jpg

 

vu la légèreté de ce Ventirad, le pad adhère parfaitement à la coque . nul besoin de visserie ou de fixation pour tenir l'ensemble comme vous pouvez le constater

 

 

20210123_213016.jpg.591ea9544522efb247e84457bd4b5beb.jpg

avec le ventilateur en fonctionnement on peut espérer descendre de 6°C . dépenser 6€ pour gagner 6°C c'est tout à fait honorable mais cela demande de prévoir une alimentation 12V  et  y souder un Connecteur d'alimentation 5.5/2.1mm mâle

je me suis demandé si l'on pouvait descendre plus bas en T° en utilisant le même moyen mais avec un ventirad plus performant.

 

j'ai donc acheté un Akasa AK-CC7122BP01 dédié aux processeurs Intel pour 18€ .

lien  du ventirad :  Akasa AK-CC7122BP01

le ventirad est entièrement fabriqué en aluminium et il est équipé d'un ventilateur 12V.il reste léger 152,8 g pour malheureusement une surface de contact moindre au premier modèle

 

604fbb6db4b29_20171106183143-AK-CC7122BP0111.jpg.1edd64c90fd914c10b7dea01db2da0cd.jpg

 

au préalable je l'ai testé avec une pâte thermique antec autocollante pour m'assurer de son bon fonctionnement .

le résultat ne s'est pas fait attendre :cela fonctionne mais l'efficacité n'est pas probante .:S

 

j'ai donc opté en reconvertissant le ventirad fournit avec mon processeur Ryzen 1700 .

 

AMD-Wraith-Stealth-1-696x392.jpg.038d0b66ad07bb48df9b35c5e88b0ffb.jpg

 

 

20210314_120059.jpg.353a82454e30915383ed286e1e0fe785.jpg

 

pourquoi avoir choisit ce ventirad ?

 

pour plusieurs raisons :

 

- sa surface de contact est plus grande

- elle en en cuivre (meilleur dissipation )

- le pate thermal artic utilisé est de meilleur qualité (prix 7€) .

- il possède aussi un ventilateur de bon diamètre alimenté sous 12V

 

premier constat : avec de la pâte thermique argent noctua le radiateur ne tient à la coque de l'Asi 174mm

coté refroidissement c'est bien différent:

 

       - sans ventilo on obtient 37,2°C au lieu des 43,2°C

      - avec le ventilo on obtient 35,3°C . soit presque 8°C de gagné au total

 

604fcfb64c14e_radiateuretventiradmaxamdsurasi174mm.PNG.b0b64bbdf34e55886dfa5af32c1481c6.PNG

 

vu que sur nos latitude la température dépasse que rarement les 30°C et que le poids du ventirad est trop important , je décide d'enlever le ventilateur et ainsi gagner 150gr .

l 'ensemble est maintenant collé à la coque de Asi 174mm par la pâte antec et nul besoin d'une alimentation 12V .

 

20210315_232755.jpg.3a34f0ad89b6d80eda73b98d3c8c2b91.jpg

 

le résultat est donc concluant : obtenir le même refroidissement que l'Akasa AK-210-BK mais sans ventilo , sans système de fixation et  sans besoin d'alimentation 12V

après vous pouvez laisser le ventilateur pour descendre à 35,3°C ou opter pour un radiateur plus performant et plus lourd mais vous devrez solidariser l'ensemble sur cette caméra (un plexiglas sur le devant avec 4 boulon qui solidarise le tout )

 

bon ciel

Christophe

 

 

aubriot

si comme moi vous utiliser plusieurs set-up , il est assez compliqué d'utiliser son module de gestion et de l'adapter  sans passer par la case queue d'aronde .

je l'avais dans un premier temps fixé sur la demi colonne mais les câbles étaient souvent sources de problèmes récurrents

 

 

20200122_185840.jpg.96b14dee77405eaaa8f9b9f0a5fb9ab5.jpg

 

outre le fait d'avoir à acheter des queues d'arondes mâle et femelle qui ne sont pas données , il ne font que rajouter du porte à faux et du poids .

et quand on frôle la charge maximale on a tout intérêt à s'en passer. ;)

 

j'ai donc choisit une autre option  : fixer le module de gestion du côté des contre-poids.

cela a un double avantage : reporter la charge du côté des contre-poids  (1Kg) et s'en servir sur différents set-up !

 

le soucis était de pouvoir le fixer en bout de colonne tout en permettant de démonter l'ensemble contrepoids/barre de contrepoids

pour cela , j'ai réutilisé un platine 10 microns que je n'utilisais pas (car nomade) et que j'avais mise en vente sur ce site .

elle permet en effet de servir de support ; de protéger la vis et par un heureux hasard de fixer mon module Boîtier Ultimate Powerbox V.2 sur certains de ces perçages

l'idée n'est pas de vous faire acheter cette platine mais d'utiliser le principe

 

le principe est simple : une plaque de bois pour fixer la platine , un perçage centrale pour fixer cette platine sur la barre de contre_poids à l'aide de la vis centrale et enfin deux boulons pour fixer le module de gestion.

le seul inconvénient est d'avoir une clé à six pans pour fixer ce module. certains voudrons certainement les remplacer  des vis moletées pour éviter la clé

 

20200401_180949.jpg.9dabfe74b89764ed279b65a08646ec2a.jpg

 

au final le résultat est satisfaisant .

 

20200401_184034.jpg.d495b52ea597436ff7f588728a0ae2b8.jpg

20200401_191121.jpg.c4b706e3ad8654a7a860242d41eccce8.jpg

 

les câbles sont finalement  fixés à la barre de contre poids par du passe câble adhésif .

 les risques sont moindres car les rotations ne se font que sur un seul axe.

 

au final :

 

- je n'ai plus de déconnexion ni de coupure de données . les arrachages de câbles sont de l'histoire ancienne.

- l'installation est facilité par un seul toron de câbles même si je suis en nomade.

 

20200404_173955.thumb.jpg.32a33608226d8ebfb2a9445880c61d84.jpg

 

bon ciel

Christophe

 

 

 

aubriot

lorsque l'on se met à l'astronomie on se doit apprendre  le fonctionnement de sa monture  et de savoir collimater son tube .

la première est assez simple à acquérir , la deuxième est souvent redouté par la plus part mais elle arrive tôt ou tard sur certains matériels .

autant on peut être tranquille sur une lunette et un mak (et encore) autant c'est assez fréquent sur un newton.

après plusieurs manipulations , les optiques ont tendance à bouger et l'image obtenue ne ressemble plus à ce que l'on a pu avoir au tout début de son achat .

je ne vous referais pas le descriptif de cette collimation que tant d'autres ont déjà bien détaillés dans certaines vidéos.

 

je vais plutôt aborder le sujet sur trois type de collimateur  et surtout du Hotech 2"SCA

 

la premier chose que j'ai pu  apprendre sur ce forum , c'est que la collimation doit être parfaite lorsque vous descendez à des rapports F/D < 4.

avec ce tube , il m'était fournit un collimateur cats'eyes qui est en théorie est précis et redoutablement efficace . j'ai aussi en ma possession un howie glatter 635nm en 2 pouces que j'avais acheté pour mon mak mais qui s'est trouvé totalement inutilisable sur ce type de tube

avec un PO OK3 défectueux au niveau du Moteur MAP , j'ai vite constaté un jeu provoqué par l’imperfection du PO et ce quelques soit le collimateur. certains utilisent du scotch pour éliminer ce jeu ;)
il bouge dans son logement même si il est posé à l'horizontale. il faut pour cela qu'il soit tenu dans toute sa longueur ce qui n'est pas le cas avec le TCF Léo 3 pouces avec l'adaptateur 2 pouces

 

c'est là que le Hotech 2 pouces se démarque du reste . il y a deux façon de le mettre dans le PO :

http://www.hotechusa.com/category-s/22.htm

 

le 2 pouces à la particularité de se fixer de différentes façon puisque c'est aussi un 1,25 pouce. c'est un deux en un !

 

il s'adapte de deux façons :

 

- soit de faire varier le diamètre du collimateur . un système de 3 bandes s'élargissent lorsqu'on tourne la molette (compression ring ) pour venir coller au PO.

- soit de le visser directement sur le PO sur du M48.

 

cela vous fait donc 4 méthodes de fixations

 

c'est cette dernière méthode que j'ai privilégié . son pas de vis est du M48 et cela ne laisse aucun jeu puisqu'il est solidaire correcteur de coma

l'ensemble est ainsi bien aligné et votre collimation s'en trouvera améliorée

 

les défauts que j'ai pu constaté :

 

- prix élevé

- le faisceau manque de finesse par rapport au howie glatter.

- être obliger d'enlever le capuchon arrière pour couper le laser

 

ces qualités :

 

- ces méthodes de fixations  en 2 pouces et 1,25"

- son système de centrage très efficace

- sa précision pour effectuer la collimation

- son réglage d'usine

 

n'oubliez pas qu'un collimateur n'est utilisable que si il a été bien réglè

pour savoir si il est bien collimaté, vous le posez sur le le PO à la verticale et faite le tourner dans le PO . si il décrit un cercle c'est que la collimation est bonne à être refaite. ;)

 

 

20200325_184853.jpg

20200328_172955.jpg

20200328_173012.jpg

 

Sachez qu'il y a de fortes chances que votre collimateur soit décollimaté ! un comble pour un achat neuf.

je vous conseille de ne l'utiliser que si vous êtes certains que votre tube soit bien collimaté.

pour le collimater , rien de plus simple : il suffit pour cela de dévisser le capot et d'agir sur les 3 vis avec une clé 6 pans AMERICAINE.

 

20200718_172315.jpg.658046a31ddf780f452d591559500f83.jpg20200718_172246.jpg.404712de848882844a2eaf81a48606fb.jpg

aubriot

le manuel d'installation fournit par 10 micron est des plus complet (assez lourd il faut dire ).

c'est pas très pratique lorsqu’on est sur le terrain.

 

une documentation en anglais qui m'a été fournie par l'ancien propriétaire est plutôt simple et ne tient qu'en quelques pages.

je l'ai traduite car moi et l'anglais cela fait deux .:D

vous trouverez toutes ces documentations en annexe

GM1000HPS_version_french.pdf

EN_HPS_quickstart-manual_A5_RGB_LR_0317-3.pdf

HPS1000.odt

 

comme toujours et avec le changement des horaires été/hiver  , on se pose souvent la question que dois je mettre

 

Pour les montures 10micron

 

- saisir l'heure

- renseigner la zone +1 pour l’Europe

- et le plus important mettre le daylight saving sur OFF pour l’hiver. Le reste de l'année il reste sur ON

 

CD Rom de la 10 microns

CD_ROM_10_micron.zip

aubriot

le logiciel prism V10 permet comme les autres logiciels gratuits d'astronomies de positionner la monture en fonction des objets célestes .

il possède bien d'autres fonctions très utiles pour affiner la position de la monture ou faciliter les traitements d'images brutes.

celles que je vais vous présentées sont très utiles et j’espère qu'elles vous inciteront à sauter le pas (je n'ai pas d'action dans cette entreprise ;) )

 

le positionnement de la monture :

 

après avoir effectuer un alignement du télescope sur trois étoiles avec la raquette de la monture , il persiste toujours une erreur résiduelle entre la position réelle de la monture par rapport au logiciel.

cette fonction va vous permettre de bien synchroniser ces deux équipements (logiciel/monture)

la méthode est assez simple : prenez une photo  , un clic droit sur la photo puis une calibration astrométrique . le logiciel va comparer l'image à une base de données pour se référencer et calculer la position réelle de la monture .

après avoir fait ce calcul , le pointeur se retrouve sur la position photographiée. dans mon cas l'erreur n'était que de 11arcsec.

 

5d8c60428c24b_decalagetelescope.png.86cd42f492144af67c5809cf99e97dc7.png

 

la Mise Au Point :

 

A l''aide d'un masque de bathinov on peut réaliser la map sans trop de difficulté en grossissant au maximum sous ASICAP

cette fonction intégrée dans prims V10  vous permet de mieux positionner votre capteur  et d'avoir une map parfaite au centième de mm.

 

lien de la vidéo : la fonction collimation

 

elle demande au préalable de faire une mise au point succincte pour que le système puisse affiner cette MAP automatiquement

 

elle vous demandera de  choisir une étoile pas trop lumineuse (mg 8 ou 9 )et de rentrer plusieurs paramètres: le début et la fin de positionnement du PO et enfin le pas d’incrémentation du PO. vous ne pourrez que réaliser qu'une trentaine d’incrémentations

le logiciel positionne le PO au début du de la position indiquée , prend une photo , calcul le diamètre de l'étoile puis ensuite répète x fois cette séquence jusqu’à la dernière position pour obtenir une courbe FWHM .

c'est aussi simple que cela . vous n'avez plus qu'a mettre votre PO à la position indiquée par le logiciel pour obtenir la meilleure MAP.

si la turbulence est trop importante , il est fort probable que l'étoile repère sorte du champs comme ce fut mon cas cette soirée là. ;)

 

5d8a4604602e6_focalisationauto.png.95acc842aef85156b4716336749972fd.png

 

 

- le positionnement de la caméra :

 

rien de plus désagréable de ne pas connaitre le positionnement de votre capteur .

même en prenant une photo , il n'est pas toujours simple de se repérer sans avoir des points de repères (étoiles, groupement d'étoiles, galaxies,etc...).

vous pouvez utiliser un rotateur mais le prix est vite dissuasif et la backfocus ne vous permet pas toujours d'en ajouter un

le logiciel Prism V10 vous permet de positionner virtuellement votre capteur sur la map.

vous devrez pour cela réaliser une astrométrie pour connaitre les vecteurs de directions de votre monture, ensuite effectuer un recalage "orientation de la camera CCD" puis refaire un étalonnage automatique.

le résultat est à la hauteur de nos attente en moins de 5 mn.

 

5d8b0ea8ae134_callagecameraccd.png.da0e32112dbf7897204491c540eaf94a.png

 

le modèle de pointage :

 

effectuer un alignement sur 3 étoiles permet à la monture de se référencer dans le ciel mais ce n'est pas suffisant pour réaliser de l'astrophotographie.

certaines montures comme ma 10 microns permettent de le faire  sur plusieurs dizaines d'étoiles.

ce logiciel va plus loin . il ne va plus le faire sur 10 ou 80 étoiles mais sur des milliers. oui vous avez bien lu..sur des milliers d'étoiles et sur la plus part des montures du commerce !

le principe est assez simple  : il vous demande le nombre de champs à photographier  et le nombre d'étoiles à mesurer par champs . il permet ainsi d'avoir une meilleur précision de positionnement dans l'espace

dans les anciennes version il fallait réaliser deux cartographie : EST et OUEST . depuis la dernier version 10.3.57 cela se fait sur tout le ciel.

le calcul demande entre 30mn à 1heure de calculs suivant les montures . à la fin de cette opération , vous obtenez un fichier  ou "modèle de pointage" qui vous servira de référence.

il est aussi possible d'apprendre à la monture de connaitre et de se repérer dans avec ce modèle de pointage . Pour cela la fonction "apprentissage" devra être validée.

la différence :

- l'un utilise un fichier de référence par le logiciel lorsqu'il est connecté à la monture .

- l'autre donne les points de références à la monture pour se repérer et les mémoriser...très pratique quand on est en poste fixe

 

NT : si vous déplacez votre monture  , vous devrez impérativement refaire ce modèle ! .

 

5d8c7b0e0fd92_calculdechamps.png.b701b625003969c278154ddb9bbeacc7.png

 

ce modèle est aussi très utile pour connaitre les erreurs induites par votre set up .

vous pourrez donc y remédier en améliorant  votre stabilité , votre erreur d'orthogonalité , sur le positionnement par rapport à l'axe polaire ,etc...

comme vous pouvez le constater j'ai diviser par 5 mon erreur résiduelle pour terminer avec une erreur de  4,2 arcsec

 

5d8c7b27df5d2_erreurresiduelle.png.d94d9e980cec332828c00afe3148c106.png