Sign in to follow this  
  • entries
    33
  • comments
    8
  • views
    6636

About this blog

Bonjour à vous tous,

 

Les images et les observations sont faites, soit avec un télescope (prénom Anton) de type Rumak Maksutov entièrement fabriqué en Russie par STF(1), 200 mm de diamètre et 2000 mm de focale,  soit avec une lunette (prénom Mila) Super ED APO triplet APM LZOS (2) de 152mm de diamètre et de 1200mm de focale, optique fabriquée en Russie et tube monté par APM en Allemagne. Le triplet de type "fluorite de synthèse" répond au critère de Herzberger pour la correction des couleurs secondaires (Voir document joint). Merci Myriam @lyl pour les documents.

Les caméras sont des ZWO ASI 224MC ou ASI 290MM pour les prises de vue. J'utilise aussi parfois un boitier APS-C Canon EOS 650D

Une excellente lunette Vixen 60/700 achromatique est en parallèle avec la lunette apochromatique de 150mm. Elle me sert à centrer les images sur le capteur.

La monture Orion Atlas GOTO sert pour le maksutov en itinérance, et la monture Celestron CGE Pro à domicile car elle est bien plus imposante. Le tout est piloté par le logiciel Carte du ciel.

(1) Le fabriquant artisan Russe STF à Moscou n'existe plus. Il avait une origine commune avec Intes et ses Maksutovs.

certificate of quality STF8 26-05-2005.pdf

2) LZOS (Lytkarino Optical Glass Factory) est un fabriquant d'optiques apochromatiques russes de très grande réputation. Sa production est distribuée par APM. Le triplet APO aurait pour formule optique: TK12-OK4-K8 (ou K8-OK4-TK12) dont la lentille centrale est équivalente à la fluorite de synthèse.

Optical Glasses Properties LYTKARINO LZOS 6 pouces.ods

LZOS 152 F8 test report.pdf

UA_glass_selection_notes.pdf

image.png.bef595d5ae8f11a8d5367cf9e39b0f9a.png

5ec53928e6713_triplet-color-correction-in-optical-design.jpgHerzbergersecondarycolorcorrectionmethod.jpg.75809d5efa4563612034fb09be738f13.jpg

 

 

 

Entries in this blog

Anton et Mila

Bonjour à tous,

 

Un court billet pour vous montrer une belle région de la Lune que j'ai découverte pour la première fois en visuel le 30 mai 2020, après l'avoir vu maintes fois de beaux clichés pris par les astrams du forum. Ils sont forts. Je me suis toujours dit que ce devait être beau à voir, même si cette rima me semblait assez petite et difficile. Je l'ai donc observée à 200X avec ma lunette LZOS et un oculaire BCO 6mm. La turbulence était correct, et j'aurai du passer plus de temps avec des grossissements plus importants, mais mon EGO démesuré xDa encore pris le dessus un nouvel fois,  et j'ai décidé de faire une vidéo pour immortaliser ce que je voyais. Le résultat est satisfaisant, mais je reste sur la vision à l'oculaire qui est à mon sens le vrai bonheur de l'observateur. Donc, entre EGO démesuré et plaisir égoïste, c'est ce dernier que je préfère finalement, mais je vais laisser cohabiter les deux encore un petit moment...

 

La vidéo de la lune comportait 5000 images, et j'en ai retenue 2500. J'ai utilisé astrosurface de MONSIEUR @Lucien, Registax 6 et j'ai fignolé/recadré avec faststone viewer, mon logiciel de traitement des fichiers photos ornitho, mais c'est ma femme la vedette des forums ornitho, moi je suis l'accompagnateur, et le porteur parfois. C'est le seul moyen que j'ai trouvé pour qu'elle me garde.xD

5ed5f9efed9bc_2020-05-30-2043_1-CapObj__100r_T48_2500_regRimaHadler.jpg.3c9aefb089d61845bf190f1c3325045a.jpg

 

Images avec légendes:

Désolé, mais je crois avoir encore atteint le pouvoir séparateur de la lunette de 152mm. Cela devient une habitude avec les techniques actuelles d'imagerie et quand on dispose d'une fusée russe pour faire les images.

5ed5ffe65755c_2020-05-30-2043_1-CapObj__100r_T48_2500_regRimaHadleraveclgendes.jpg.9b6a19e41652bf2e177414139c612232.jpg

 

Passons à Messier 3: Je suis satisfait du résultat compte tenu du temps passé. 100 poses de 3 secondes et 92 retenues. Je mets une image de Hubble pour la comparaison. Mon EGO en prend un sacré coup. Ouch, cela fait mal.xDJ'ai fait aussi des images de Messier 53 et NGC 5053, mais je vous en dispense, car elles sont mauvaises du fait d'une mises en station approximative. Des poses courtes de 10 secondes sans suivi, cela ne pardonne pas.

2020-05-30-2131_8-CapObj__100r_T48_92_reg.jpg.53b9a6e9486e15843a587b7b3d7e9c01.jpg

 

HST

800px-Messier3_-_HST_-_Potw1914abis.jpg.e452f298630a94c2e32ad2a51eddd0fa.jpg

 

Merci pour la lecture et portez vous bien.

 

Claude Schuhmacher

 

PS: Les deux discussions astrophoto:

 

 

 

Anton et Mila

Bonjour à tous,

 

J'avais prévu de faire une image le 25 mai mais cela ne s'est pas fait du fait d'une arrivée trop tardive au domicile, après une journée de photographie d'oiseaux  et d'insectes avec mon épouse. Donc, je me suis lancé aujourd'hui avec 2 jours de retard.

La procédure est toujours la même: Montage de la lunette et de la monture CGE pro, puis mise en station rapide sur le soleil. Il n'est pas inutile d'avoir les accessoires solaires pour des observations aussi près du soleil. Ensuite le goto est lancé sur Vénus qui est dans le champ de mon oculaire 30mm/84°  wide scan. Il ne reste plus qu'à centrer avec un oculaire réticulé ortho 12.5mm et mettre la caméra. J'ai réalisé trois films, un de 5000 images sans filtre, les deux autres avec les filtres IRcut et baader continum. Après comparaison, l'image issue du premier film est la meilleure.

2000 images sur 5000 traitées avec astrosurface H64, et Registax 6. Le recadrage à 33%, et le post-traitement est fait avec FastStone viewer.

Il n'y a aucune performance à faire ce type d'image sans détail. Il suffit d'une bonne monture goto. La mise au point à juste besoin d'être correcte, car il n'y a aucun détail à enregistrer. Cela simplifie la tache car la turbulence est très forte avec l'instrument en plein soleil. Par sécurité, j'aurai pu m'interdire la visée du soleil sur la raquette après avoir mis Vénus dans le champ pour éviter tout incident.

 

L'image a été réalisée à partir d'un film pris en plein jour vers 15h00 local.

 

2020-05-27-1345_8-CapObj__100r_T48_2000_regter.jpg.1eb19b0674309f1ae754fc6769288337.jpg

 

Ici l'image de winJUPOS au 27 mars 2020 à 15h00:

5ecede08b7d61_2020-05-27-1500.0-Vnus-NR.png.8216c306b003b38caa62dba432c421b0.png

 

Ici une autre image obtenue avec l'un des deux films de 10 000 images avec filtres sur la caméra: 1 000 images retenues

2020-05-27-1401_6-CapObj__100r_T48_1000_regbis.jpg.257ab38ac76385452282db6bbc9cd2e1.jpg

 

Quelques informations:

 

Diamètre de vénus: 56.3" d'arc

Phase éclairée: 1.9%

 

Je ne réaliserai pas d'images plus fines pour ne pas me mettre en danger inutilement, même si la monture est très fiable.Mais je crois ne pas la maitriser suffisamment bien pour aller plus loin dans ce type de manip.

 

Merci pour la lecture.

 

Claude Schuhmacher

 

PS: Début de soirée: Essai de ma nouvelle tête bino ZEISS grossfield Baader, avec les glasspath 1.25X, 1.7X et 2X sur la Lune. Je vais pouvoir enfin utiliser mes oculaires Wide scan 21mm/84° et 13mm/84°. Mes deux bertele 14X/16mm/60° marchent très bien aussi.

Toutes les configurations glasspath fonctionnement aussi. Ce n'était pas le cas avec ma bino baader maxbright 1 (aucun glasspath) du fait d'un manque de back focus.

 

La lune en bino, c'est magique...

 

Ici la discussion surVénus:

 

 

Anton et Mila

Bonjour à tous,

 

La belle semaine ensoleillée se poursuit, et prête à tenter Mercure en CCD en milieu d'après-midi. Après la mise en station sur le soleil, j'ai pointé Vénus en GOTO. Vénus pointée et centrée, mise au point faite, et synchronisée avec Carte du ciel, je lance la recherche de Mercure et tombe sur elle au milieu du champ du Sibéria 50mm de focale à 24X . Je crois que je ne l'aurais jamais trouvée autrement sans cette aide. Elle est minuscule.

En plein jour,  la mise au point doit être parfaite car en défocalisant, la petite tache blanche s'évanouie très vite.

Après quelques tergiversations entre le choix de la Barlow, entre la Meade 2X teleXtender coulant 50mm et la Barlow TV 3X en 1.25", je choisi celle qui me donne la meilleure image avec la camera ASI 290MM, et c'est la Télévue qui gagne sans problème sur cette cible difficile.

Je décide donc de faire des vidéos sur Vénus bien mise au point, et de passer ensuite sur Mercure en gardant la même mise au point, car elle est assez difficile à faire avec la turbulence.

 

Voici donc trois images: Lunette LZOS 152/1200mm, Barlow Télévue 3X et camera ASI 290MM. Echantillonnage 0.15" d'arc/pixel. Sans filtre.

Les images sont à la même échelle. Les images sont recadrées à 50% (100% de grossissement). Une mesure prise avec GIMPS sur Mercure donne 40 pixels, donc 6" d'arc, pratiquement la valeur de la taille apparente ce 18 mai 2020. J'ai détecté une minuscule tache blanche sur le disque. Elle apparait sur deux films. Ce n'est donc pas un artefact.

 

Ajouts: Suite aux échanges avec @Pulsar59, j'ai rajouté une image n°3 avec un post-traitement plus poussé et un recadrage plus sérré (25%) pour faire mieux  ressortir la tache blanche qui serait le cratère Kuiper sur le disque de Mercure. L'image est mise à la suite des deux premières. Une deuxième tache serait aussi présente, mais beaucoup moins évidente.

 

Photo de Vénus: Une mesure sur Vénus donne 347 pixels, soit 52" d'arc pour 0.15" d'arc par pixel, soit le diamètre apparent de Vénus en ce 18 mai 2020 (51" selon les éphémérides, soit moins de 2% d'écart). Pour mémoire, la valeur de 0.15" d'arc par pixel n'a pas encore été validée sur une étoile double étalon, mais elle doit être bonne finalement.

 

Vidéos de 5000 images, et 1000 images stackées avec Astrosurface H64, et R6 pour les 3 images.

 

Mercure

Image 1

2020-05-18-1626_6-CapObj__100r_T48_1000_regbis.jpg.6e680aca6f4d70ce7415f2ea7c8c1e80.jpg

Image 2

2020-05-18-1632_5-CapObj__100r_T24_1000_regbis.jpg.cb13a98c0fa5d41f4aad25c553e8a30e.jpg

 

Image 3: Avec le complexe Kuiper-Murasaki (voir flèche ci-dessous/zone blanche principale)

2020-05-18-1632_5-Mercureter.jpg.b0d64ea8aa1dca89ab8ac8348eb2d7a2.jpg

 On aperçoit une autre zone blanche plus petite vers le haut à gauche près du terminateur qui correspond aussi à une formation de Mercure. 

5ec55ed158fd0_2020-05-18-1632_5-Mercurebis25.jpg.b4738de86f91d092e94ba7b6a1989816.jpg

Ici la carte obtenue avec winJUPOS:

2020-05-18-1500.0-Mercure-NR.png.f59d9c05d64d5624a1f79e65228119e4.png

 

 

Vénus: Avec la carte WinJUPOS à la suite:

éphémérides 2020:http://clubregulus.free.fr/Venu-ephemerides.html

 

Date             |Lever/Coucher  |    Transit/Hauteur    | Mag  | Diam. |Phase |  Distance

18.05.2020 | 06h24  22h36     |     14h30   +71.4°         | -4.35  |   51"    | 9%   |   0.3295 UA

5ec55cc09ebde_2020-05-18-1604_9-Vnus50bis.jpg.4eaab380093b0d8edd0c29c29aa7746b.jpg

 

5ec55b70c599d_2020-05-18-1500.0-Vnus-NR.png.1f553efccfd5cf682de8ceb98ad34419.png

 

Je devrais ce soir, en principe, faire un peu de ciel profond avec Messier 13 et Messier 92 en CCD pour comparer leur taille. Je ferai de la pose rapide, peut-être avec la Barlow Meade et l'une des caméra ASI la 224MC ou la 290MM, je ne sais pas encore..

 

Bonne soirée,

 

Claude schuhmacher

 

Ici la discussion avec @Pulsar59

 

 

 

 

 

Anton et Mila

Bonjour à tous,

 

Encore une belle journée de printemps, sans un seul nuage, mais un peu fraîche. Toujours rien sur notre astre du jour. Sa léthargie apparente se poursuit. Je me suis donc tourné vers Vénus. Comme par habitude, ma mise en station simplifiée sur le soleil me permet de tomber sur Vénus en plein jour au beau milieu de l'après midi. Il faut dire que les deux astres commencent à être assez proches dans le ciel. Je m'attendais à avoir des difficultés compte-tenu de la faible fraction éclairée (autour de 15%) mais elle se voyait toujours parfaitement. Me voilà donc reparti pour une séance photo après une rapide observation visuelle.

J'ai utilisé en fait deux set-up: Tout d'abord celui je j'affectionne souvent: Lunette LZOS 152 mm avec Barlow Meade telecentrique et caméra ZWO ASI 290MM, sans aucun filtre (J'attends toujours mon filtre UV/IR block de ZWO en provenance de Chine). Les choses se corsent dès le début avec la turbulence qui est bien présente, car la journée est venteuse et la terrasse diffuse pas mal la chaleur en journée. Les deux cumulées, ce n'est pas simple pour faire la mise au point, et je ne sais jamais vraiment laquelle des deux incriminer le plus, mais la suite va me donner une réponse partielle.

 

Image 1 : 600 images sur 3000 stackées avec astrosurface H64 , et un peu de Registax6 pour affiner l'image. En ce moment, je délaisse AS!3 pour le logiciel de @Lucien qui me semble plus rapide et plus simple d'utilisation. French technology:DxD 

Après avoir eu quelques difficultés avec la mise au point sur les deux premiers films sans filtre, j'ai intercalé le filtre Baader continuum avant la caméra avec une conséquence sur le temps de pose qui s'est allongé, mais les deux combinés (temps de pose plus long, et bande passante beaucoup plus étroite) la turbulence a chuté en visuel à l'écran, et j'ai pu affiner la mise au point, mais sans voir de différences significatives au final. Elle devait être bonne aussi sans filtre malgré le fait que j'avais plus de mal à le vérifier visuellement.

 

Image 2: 1500 images stackées sur 3000, toujours avec astrosurface H64, et un peu de Registax6. Les deux images sont redressées et croppées à 100% (rotation et cadrage à 50%). Honnêtement, je pense qu'elles se valent. 

 

Ephémérides de Vénus:

Date               |Lever/Coucher        |    Transit  Hauteur  | Mag  | Diam. Appar. |  |Phase|  Distance à 0h00 |

15.05.2020 |       06 35  22 52         | 14 44      +71.8°    | -4.45|         48"               12%     |   0.3440 UA

 

Image 1:

2020-05-15-1626_4-CapObj__100r_T48_600_regbis.jpg.b272343b75f6dc7a49323dc7c1d6187a.jpg

 

Image 2

2020-05-15-1651_1-CapObj__100r_T48_1501_regbis.jpg.591b6c195c2713a15123ee5ee7c05d57.jpg

 

Suite de la journée:

 

Nouveau retour pour sur la terrasse la nuit venue pour faire quelques essais avec les oculaires simples TANI Huygens Mittenzwey (HM) et Spécial Ramsden (SR) reçus dans la semaine. Il s'agit d'oculaires anciens au coulant 24.5mm, totalement déconsidérés par les observateurs actuels, et vendus pour trois fois rien. En clair, personne n'en veut actuellement. et beaucoup d'entre eux doivent finir à la benne à ordure, ou au fond d'une cave. Le SR 4mm est considéré par certains observateurs sur Cloudy Nights comme l'un des plus mauvais oculaires qui soit.O.o

Je cherche à évaluer l'intérêt de ces formules optiques simples sur la définition au centre du champ, pour les étoiles doubles, mais aussi pour le soleil et la lune, et pourquoi pas les planètes…..

600

J'ai choisi comme cible Algieba du lion, une étoile double assez facile, que je connais bien .La turbulence n'était pas au top, mais j'ai fait avec. (voir mes deux billets en fin de texte sur Algieba) 

 

Constats: Je n'ai aucune gène visuelle à utiliser ce type d'oculaire, même pour le HM 6mm et le SR4mm, mais les cils touchent l'oculaire. Les oculaires reçus sont très sales, et un nettoyage complet va être indispensable. Inutile de tenter de voir la lune ou le soleil pour l'instant.

 Ici, les explications se compliquent, mais je résume simplement: Ces oculaires sont probablement destinés aux réfracteurs de très longues focales F15 (achromatiques) ou plus, car la coma au bord du champ est terrible à F8. Le pire est le SR4mm malgré le champ très réduit. Je pense qu'il doit faire 35°. Il faut impérativement une monture motorisée qui suive bien. Hier soir, ma mise en station n'était pas au top, et rien que le fait de devoir recentrer régulièrement m'a gêné à 200X (oc 6mm) et 300X (oc 4mm), car dès que l'étoile quitte le centre du champ, ce n'est plus vraiment exploitable (Coma et/ou de l'aberration de sphéricité).

Le miracle (c'est le mot qui me vient) est l'aspect de la binaire au centre du champ: Je ne sais pas si ce sont mes yeux qui déconnaient, mais la figure d'airy me semblait plus petite avec les HM et le SR, plus fine, plus piquée, que le Baader Classic Ortho 6mm, et un peu meilleure que mon Ortho Celestron 4mm (ancien modèle, ressemble à du Vixen, la face est plate). Les images n'étaient pas tout à fait 'texte book" sur l'aspect du couple, avec un premier anneau pas très beau (pas de bord net et anneau fragmenté). J'ai eu beaucoup plus beau et stable, comme le jour où j'ai dédoublé Lambda cygne en continu 100% du temps (voir billet en fin de texte). J'ai tenté aussi hier soir Lambda Cygne, mais sans succès, mais elle était assez loin du zénith vers l'est, donc cela n'est pas significatif. 

J'ai tenté de dédoubler Dubhe de la grande ours, pas très loin du zénith, mais je n'ai pas réussi , en notant cependant que le SR4mm à 300X a donné la plus belle image de la figure d'Airy, avec un partie d'anneaux plus lumineux (est-ce la secondaire dans cette zone?). Je ne dois pas être loin du dédoublement, et avec un grossissement plus important, et peut-être un jour par une turbulence nulle au zénith, j'y arriverai?

De toute façon, c'est une cible théorique pour une 150mm, et ne jamais réussir n'est pas un problème en soi.

La prochaine étape va consister à démonter, et nettoyer les oculaires et poursuivre mes essais avec les barlow Télévue 2X et 3X, donc à F16 et F24.

 

PS: On ne peut faire ce genre d'étude qu'avec un instrument parfaitement collimaté et peu sensible à la turbulence. J'ai eu le sentient de revivre ce que les anciens voyaient quotidiennement dans leurs réfracteurs achromatiques: Des images parfaites, parfaitement piquées, mais sur une petite étendue du champ.

 

J'ai visé ensuite M13 et M92 avec la Barlow 2X Meade télécentrique et le Lomo Bertele 16mm, et c'était un peu plus piqué qu'avec le Baader Classic Ortho 18mm. Des amas parfaitement résolus, M13 plus grand, plus lumineux et plus étendu que M92. En montagne, cela doit être magique avec 150mm.

Mais dans mes souvenirs, avec le mak 200, en bino, avec mes 13mm wide scan 84°, c'est plus grandiose. Le diamètre, toujours le diamètre…..

 

Bon ciel à vous,

 

Claude schuhmacher

 

 

 

Anton et Mila
Bonjour à tous,
 
Comme prévu, j'ai réalisé des vidéos de 3 objets Messier:
Messier 13 et Messier 92 au foyer de la lunette Mila ( D152mm/F1200mm) avec la camera ZWO ASI 290MM à 0.6" d'arc/pixel environ.
Pour M57, j'ai décidé d'adjoindre la Barlow Télévue 2X à 0.3" d'arc/pixel (à confirmer la valeur exact ultérieurement). 
Toutes les poses sont de 5 secondes pour une centaine de poses sans autoguidage "car je ne sais pas faire, comme aurait pu le dire ma petit fille de 2 ans Eléonore (chais pas faire/trop petite)". Les images ont été traitées avec astrosurface H64, et Faststone Image Viewer. Les images sont recadrées à 75%.
 
Les deux amas globulaires sont intéressants à comparer. M92 semble moins riche, et plus dense, et de ce fait, il est négligé, car trop proche de la star Messier 13. Il est mis à l'honneur dans Astrosurf  Magazine n° 104 de mai/juin 2020
 
Allons-y, l'honneur est donné à Messier 13: On détecte bien la zone sombre en Y ainsi que le X au centre de l'amas. Quelques trainées d'étoiles sont visibles, dont une que je repère immédiatement, et qui serait le résultat d'une ancienne traversée de l'amas dans le plan galactique.

 

 
 
Messier 92: Le plus simple est d'aller lire ce qui est dit dans le dernier magazine N° 104 d'Astrosurf mai/juin 2020

 
 
Messier 57: Quelques détails dans l'anneau, avec l'étoile centrale. Mon premier jet, avant que l'on m'aide….

 
Voilà pour cette soirée. 
 
Claude Schuhmacher
 
Ajout 1: Mon image de M57 post-traitée par @fljb67( courbes, amélioration manuelle des étoiles,  flou gaussien ). Je ne maitrise pas pour l'instant comment atteindre ce niveau d'amélioration. Je mets donc son post-traitement ici en attendant de faire aussi bien. Merci @fljb67

 
Ajout 2: Traitement avec Faststone Viewer:
J'ai un peu bidouillé les courbes, contraste et autres, un peu au pif en prenant comme référence l'image de @fljb67
J'arrive à ceci: C'est mieux que lui, mais mon boulot est de prendre le temps de faire mieux les choses, avec le cliché d'origine. Merci à lui pour l'émulation.

 
Prochaine étape:
Faire le même cliché mais avec la Barlow 3X afin de mettre en évidence la double de résolution (flèche) à 2 secondes d'arc de séparation, sous cette étoile double dans le cercle, double séparée de 6 secondes d'arc….mais il va falloir allonger le temps de pose du fait d'un échantillonnage plus petit à 0.15" d'arc par pixel sans guidage, et pousser le gain. Cela ne vas pas être simple si la monture n'est pas parfaitement mise en station. On va voir….car il n'y a rien de plus formateur qu'un échec.

 
PS: J'ai une vidéo de Dubhé de la Grande Ourse à traiter, mais cette étoile double n'est probablement pas accessible avec un diamètre de 152mm. Les composantes sont trop proches, et ont une différence d'éclat trop importante, même si il m'a semblé la voir apparaitre sur quelques images. Je ferai un billet séparé si j'ai quelque chose de positif.
 
Anton et Mila
Bonjour à tous,
 
Encore une très belle journée de mai 2020 en confinement,  agrémentée par les rires de mon épouse et de notre petite fille de 2 ans Eléonore en pension pour la semaine (maman et papa travaillent), j'ai pris la décision de sortir la lunette Mila pour un intermède astro sur la terrasse.
Pas grand chose à voir sur le soleil exempt de toute tache, je me suis orienté vers Vénus qui passait juste le méridien. Je dois dire que la mise en station approximative sur le soleil m'a facilité la tache pour trouver Vénus avec le Goto de la monture CGE pro car elle était directement visible dans le champ du chercheur 8X50. Il me tarde de voir prochainement si Mercure offre les mêmes possibilités en plein jour. A voir.
 
J'ai profité de cette observation visuelle pour voir le comportement de deux oculaires anciens, avec et sans Barlow.
 
TAL Siberia 50mm de focale et 50° de champ au coulant 50mm (3x50). Magnifique image de la phase de Vénus perdue dans le beau ciel bleu à un grossissement de 24X. Je n'ai pas prêté attention à d'autres caractéristiques visuelles mais c'était très beau, mais petit. Mise en place de la Barlow Meade téléXtender 2X: La vision est magnifique, la phase parfaitement découpée à 48X. Je savais cette Barlow de très bonne qualité optique ainsi que cet oculaire, mais ce fût vraiment magnifique. La particularité d'un champ extrêmement plat saute aux yeux, avec Vénus identique au centre et au bord du champ de l'oculaire sans aucune modification de mise au point. C'est assez incroyable ce que l'on peut faire avec l'optique. Test d'un Celestron Kellner de 12mm au coulant 24.5mm vendu selon d'anciennes informations avec les premiers schmidt cassegrains Celestron made in USA, un oculaire TANI made in Japan très probablement. L'essai de l'oculaire seul donne de très bons résultats à 100X. L'image est parfaitement nette au centre et particulièrement cristalline. Vénus est bien blanche. Aucun chromatisme. La transparence est vraiment excellente. Je dirai même exceptionnelle. On en rêverait. Par contre, lorsque que l'on déplace Vénus au bord du champ, qui doit faire dans les 45/50°, ce n'est plus aussi beau. Une aberration chromatique apparait. La correction des couleurs (des différentes longueurs d'ondes) est loin d'être optimale. Il convient donc de garder bien au centre l'objet à observer pour ne pas être déçu. Avec la Barlow Meade à 200X, l'image est toujours aussi belle, mais elle était entachée par la turbulence atmosphérique, et la chaleur dégagée par la terrasse en pavée de granit…Cet oculaire est donc déconseillé aux dobsons non motorisés, mais si vous avec une monture équatoriale, ce serait bête de vous en priver.  
La petite Eléonore a probablement vu pour la première fois Vénus à l'oculaire du TAL Sibéria, mais je n'en suis pas vraiment sûr, avec un enfant de cet âge. J'ai donc décidé de sortir la caméra et de lui montrer à l'écran, et de faire une courte séance photo avec  3 vidéos. Pour l'occasion, j'ai utilisé AS!3 et Astrosurface H64 de notre ami @lucien. Merci à lui.
 
Voici les image de Vénus faites ce jour avec la lunette LZOS 152/1200, la barlow Meade teleXtender 2X coulant 50mm, et la camera ZWO ASI 290MM, sans filtre.
 Ici 600 images retenues sur 3000, film traité avec AS!3 et R6, puis un recadrage à 50%. La turbulence était assez forte.

 
300 images retenues sur 1500, film traité avec Astrosurface H64 et R6, puis un recadrage à 50%. Turbulence toujours assez forte.
 

 
C'est loin d'être les images du siècle mais c'est un bon souvenir de la phase de Vénus en cette date du 6 mai 2020.
 
Images à comparer avec celle du 26 Avril, prise dans de biens meilleures conditions de turbulence, avec un échantillonnage plus important.
 
Merci pour la lecture.
 
Claude Schuhmacher
 
 
TAL SIBERIA disponible chez ENS Optical

 
Celestron Kellner 12mm (idem)
 

 
Ici une image d'une série d'oculaires anciens commandés sur eBay, en attente de réception. 1 Spécial Ramsden 4mm (probablement achromatique, lentille d’œil en doublet collé ), un Huygens Vixen 8mm, et trois Huygens Mittenzwey de 10, 9, et 6mm. Ils seront, dès leur arrivée, en évaluation avec la lunette pour quelques tests sur les étoiles doubles, la lune et le soleil, dans un premier temps, avec et sans Barlow TV 2X, 3X et teleXtender 2X Meade, suite aux conseils de @lyl
 

 
Anton et Mila
Bonjour à tous,
 
Après une belle journée, un peu fraîche, j'ai de nouveau sortie la lunette Mila pour une nouvelle soirée Astro-photo. Je souhaitais voir ce que pouvait donner des vidéos faites avec un fort échantillonnage, celui que j'utilise habituellement pour photographier les étoiles doubles.
J'ai donc installé la barlow Télévue 3X et la camera ASI 290MM au foyer de l'instrument. L'échantillonnage correspond environ à 0.15" d'arc par pixel.
J'ai choisi un peu au hasard 4 régions lunaires.
Voici les résultats: En partant du Nord de la Lune.
 
La vallée des Alpes:
La rainure (faille) au fond de la vallée est bien visible. En visuel, à 200 et 300X, avec soit un oculaire baader classic ortho 6mm (200X), ou un oculaire Télévue 8mm et la barlow Télévue 2X (300X), une partie de la faille était visible. J'ai vivement regretté de ne pas avoir poussé plus avec le 6mm et la barlow TV 2X  (400X) et le 8 mm avec la barlow 3X (450X). A une prochaine fois pour une soirée visuelle uniquement.
 


 
Je trouve assez troublante la correspondance des images et du visuel.....cela mérite un approfondissement par la suite.
 
Ici une image d'une sonde:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Vallis_Alpes#/media/Fichier:Vallis_Alpes_4115_h3.jpg

 
Un dessin de Fred Burgeot présenté sur Webastro. Je pense qu'il ne m'en voudra pas de lui faire un peu de pub.
https://www.webastro.net/forums/topic/129958-vallée-des-alpes-et-sa-rainure/

et ses commentaires:

 
Je suis passé ensuite sur un autre site lunaire bien connu, la rima Hyginus, avec les rimas Ariadaeus et Triesnecker toutes bien visibles. C'est l'image qui a été la plus difficile à traiter car il y avait peu de contraste sur le film. En visuel, c'était très beau et cela doit être magnifique à dessiner.

 
Puis le célèbre mur droit (Rupes Recta) avec le cratère Birt, qui ressemble à une araignée, partie à l'assaut du mur, et la Rima Birt. J'étais en mesure de révéler ses pattes. On observe aussi les cratères Alpetragus, Thebit et Arzachel ainsi que sa Rima au fond du cratère. Les cratère T et K sont parfaitement résolus. Le nord de la Rima est bien détectée, alors qu'elle est très fine, bien inférieure en largeur au pouvoir séparateur de l'instrument. Ici, ses dimensions sont épaissis par la diffraction de l'optique (voir l'image suivante de la sonde).
Toutes les informations proviennent de l'atlas de la lune de Gründ.
 

 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Arzachel_(cratère)
 

 
Ici un beau dessin sur la même cible réalisé par un membre du club Astro Club Challandais 85: Yves Robin.
 

 
J'ai terminé ma série de photos avec le cratère Maginus. Cette image révèle des détails bien plus précis que l'atlas de Gründ. Des détails de taille kilométrique sont visibles et résolus, au niveau du pouvoir séparateur de l'instrument. Les mesures prises sur la carte LROC le démontrent. Beaucoup de détails sont détectés, et sont bien inférieurs au pouvoir séparateur de l'instrument.
Je ne regrette donc pas d'avoir poussé la lunette de 152 mm dans ses limites, bien aidé cette nuit là, il est vrai, par la transparence du ciel et la faible turbulence.
 

 
La même zone avec la carte LROC:https://quickmap.lroc.asu.edu/?extent=-90,-27.6051273,90,29.0617421&proj=10&layers=NrBsFYBoAZIRnpEoAsjYIHYFcA2vIBvAXwF1SizSg
 

 
 
Voilà une soirée bien remplie comme peuvent aimer les astronomes amateurs, et riche en résultats. 
 
Claude Schuhmacher
 
 
PS: Dans une prochaine cession de photographies si le filtre arrive à temps, je testerai un filtre IR/UV cut de chez ZWO afin d'éliminer les bandes passantes qui ont une tendance à réduire la finesse des images. Ici, il n'y avait aucun filtre.
 
Ici la courbe du capteur ZWO ASI 290MM

 
Ici la bande passante du filtre ZWO IR/UV cut:

 
Ici le Strehl de la lunette en fonction de la longueur d'onde. Elle doit avoir un calage optimal à 555 nm.

 
Ces images ne font certes pas le buzz, car le forum montre des photos avec plus de finesses réalisées avec de plus gros instruments, mais l'objectif est toujours d'atteindre les limites du possible avec le matériel dont on dispose.
Et donc, quoi que l'on en dise ici ou là, et si on dispose d'un bon instrument, il est tout à fait possible de faire de la haute résolution même avec un diamètre réduit de 150 mm, même si je suis parfaitement conscient que cette lunette serait probablement plus adaptée à faire de l'imagerie de beaux champs de ciel profond.
Ne vous en laissez pas compter. Éclater vous avec ce que vous avez....même si c'est moins beau que ce que l'on trouve par ailleurs. Les détails sont là.
 
Message d'un confiné du 5 avril 2020.
 
 
 
Anton et Mila
Bonjour à tous,
 
Soirée du 25 mars 2020. Belle soirée bien fraîche sans vent, mais le vent du nord en altitude devait être bien présent. Malgré cela, j'ai décidé d'imager Venus à nouveau. Toujours avec la lunette de 152mm, munie d'une barlow Meade 2X et de la camera ZWO ASI 290MM munie d'un filtre IR block astronomik, et d'un filtre Meade 4000 N°82A.
La première image est issue d'un film de 5000 images, dont 10% retenue avec Autostakkert 3 drizzle 1.5X et R6 (img1)
La deuxième est issue d'un film de 2000 images, avec une légère retouche de mise au point. 20% des images sont retenues avec Autostakkert 3 drizzle 3X et R6 (img2)
Il est possible de faire un clic sur les images pour agrandir.
(img1)

 
Image recadrée:

(img2)

Image recadrée:

 
J'ai passé le reste de la soirée à faire pour la première fois un sky tour avec la monture CGE Pro et sa raquette en monoculaire. Un simple coup d'œil, il chaque fois car je commençais à avoir un peu froid. C'était assez fabuleux de voir défiler tous ces Messiers, amas ouverts, toutes ces étoiles doubles relativement faciles, et ces nébuleuses, elles moins flagrantes cependant avec mon ciel pollué (les lampadaires sont encore allumés à 22h00, extinction à minuit malgré le confinement).
Il faut jouer de l'oculaire 50mm 50° TAL Siberia, qui fonctionne comme une vrai orthoscopique grande focale à 24X, pupille de sortie 6.25 mm, 2° de champ, ou la grosse barlow Meade 2X et l'oculaire Télévue 8mm à 300X et une pupille de sortie de 0.5mm, champ 10', mais comme la monture fonctionne parfaitement après l'alignement sur deux étoiles, ce fût chaque fois très facile de tomber au beau milieu de l'objet comme à la parade.
 
A oui j'oubliai...avec la bino, mais sans le renvoi coudé, car je n'ai pas suffisamment de back focus, la vue sur la nébuleuse d'Orion avec les deux LOMO Bertele 14X (16 mm/60°), on peut dire sans mentir que c'est assez fabuleux à voir. On ne s'en lasse pas, avec ce beau trapèze coupé au cordeau au beau milieu du champ. Whaouuuu......Ces oculaires sont fabuleux en contraste et définition (75X et 2mm de pupille de sortie) Champ réel: 0.8°
 
Voilà une belle soirée, courte, mais bien remplie.
 
Claude schuhmacher
 
PS: Si j'ai du courage ce soir je sors Anton....la Maksutov 200mm, et Mila la lulu APO LZOS va se reposer un peu...j'ai décidé de baptiser mes deux tubes 
Ici la discussion:
 
Anton et Mila
Bonjour à tous,
 
J'ai  profité de ce beau ciel bien dégagé de février, malgré la fraîcheur. Les images sont prises dans la nuit du 6 au 7 février 2020.Turbulence assez forte, ce qui a été préjudiciable aux films pris avant le passage au méridien, pris au-dessus de la maison. 
Lunette LZOS 152/1200. Caméra ASI ZWO 290MM avec Barlow Meade 2X télécentrique. 
Ici une image de Rigel, béta Orionis : Magnitude  primaire 0.30 /  Magnitude secondaire 6.80 /  delta magnitude (ΔM) 6.5 / Separation (ρ) 9.7"
https://www.stelledoppie.it/index2.php?iddoppia=18472
Une image prise parmi les meilleures: J'ai réalisé aussi un empilement avec AS3! sur 5% des images du film, mais c'est moins fin comme résultat. Je crois qu'à l'avenir, pour les étoiles doubles, je réaliserai une série de photos afin d'extraire plus facilement les quelques images potables. Celle-ci est l'une des meilleures sur les 500 images prises. Suit l'image obtenue avec AS3! et R6 sur 5% des images.
A partir de cette images, j'ai pu calculer approximativement l'échantillonnage du montage avec la camera et la Barlow. Ce sera utile par la suite. On tombe sur une valeur cohérente.
Échantillonnage : 0.23"/p :  F/D résultant : 16.8 pour un F/D initial de 8. On a donc 16.8, probablement du fait d'un léger tirage du support de la caméra, mais 16, cela colle. La Barlow n'est peut-être pas si "telecentrique " que cela avec ses 4 lentilles (2+2).
Puis suivent deux plans lunaires dont je suis assez satisfait avec la détection d'un dôme sur l'image de  Wallis Schröten ( Voir discussion en fin de blog)
 
Ici l'une des meilleures image de Rigel A&B. 41/42 pixels d'écartement pour 9,7 " d'arc soit approximativement 0,230 à 0,235" d'arc/Pix

Ici l'empilement avec AS3! et R6 sur 5% des images:

Écartement 41 pixels. Échantillonnage: 9.7/41=0.236"/Pix soit 2500mm de focale pour un capteur ayant une taille de 2.9 µm. La valeur théorique aurait été de 2400mm de focale. 150/1200mm X2 avec la Barlow.

 
Toujours avec le même montage optique et photographique. Les films sont en .avi 8 bits, mais je gagnerais à faire du .ser la prochaine fois en 16bits, et à orienter correctement la caméra. La mise au point me semble bonne, mais j'ai eu un peu plus de mal avec la deuxième image, probablement du fait que l'image à moins de contraste, et que la mise au point est moins simple. La prochaine fois, je ferai d'abord les films sur les zones à forts contrastes, et ensuite j'irai sur les autres en gardant la mise au point.
Les commentaires sur les images ont été aimablement fait par jmd, administrateur d'astron'amis.
 
Ici Schickard, Wargentin, Nasmyth et Phocylides. 

 

 
Ici une carte https://planetarynames.wr.usgs.gov/images/Lunar/lac_110_wac.pdf (vous pouvez grossir avec le +) et un lien :https://en.wikipedia.org/wiki/Schickard_(crater). Vous trouverez aussi une carte de la lune qui permet de zoomer:https://quickmap.lroc.asu.edu/?extent=-90,-23.097024,90,29.4556181&proj=10&layers=NrBsFYBoAZIRnpEoAsjYIHYFcA2vIBvAXwF1SizSg
On ne doit pas etre loin du pouvoir séparateur de la lunette. Un cratère de 5 kms est parfaitement résolu. Les plus petits détails résolus doivent avoir 2 kms à la louche, mais des cratères plus petits sont détectés simplement par la différence de teinte plus claire.
 
Les cratères Aristarque, Hérodote et Vallis Schröten.

 

Voir la discussion lancée par @guy03 sur sa détection d'un dôme déjà connu dans la région, en fin de post.
 
Je passe sous silence mes tentatives d'imager deux autres étoiles doubles:
Sirius pour détecter Sirius B, mais Sirius prenait déjà une taille énorme sur le film du fait de la turbulence mais surtout du fait d'une surexposition du film. Sirus B était inclus dans la lumière de l'étoile principale. La détection est donc impossible car Sirius B était à l'intérieur de la tache lumineuse de Sirius A. Comment remédier à la surexposition? Je pense faire ainsi: Première étape: filmer Rigel avec une mire réglable en prenant bien soin d'avoir Rigel B sur la vidéo. Rigel B et Sirius B ont un écartement identique avec leur étoile respective.https://stargazerslounge.com/topic/142100-collimation-with-als-reticle/  Allez vers Sirius en laissant la mire. Réduire l'exposition ou le gain pour avoir Sirius A de la taille de Rigel A, et filmer. Avec un peu de chance, Sirius B doit apparaitre par moment. Éventuellement, mettre l'ADC en place pour que la lumière de Sirius B ne soit pas dispersée et qu'elle soit ainsi mieux focalisée . https://www.stelledoppie.it/index2.php?iddoppia=27936 Dubhe. Bon là, j'ai sous-estimé l’échantillonnage. Il me faudrait pour la prochaine fois prendre un échantillonnage plus important avec la barlow télévue 3X.https://www.stelledoppie.it/index2.php?iddoppia=49399 Trapèze d'Orion pour E et F. Je les ai toutes les 6 sur quelques images mais échantillonnage était aussi insuffisant du fait de la turbulence. Je n'ai pas jugé utile de mettre une image ici. A refaire une prochaine fois.  
Dubhe va être un challenge pour cette lunette, ainsi que Sirius. Il y a peu d'images qui circulent sur le net pour ces deux étoiles doubles.
 
Merci de m'avoir accordé du temps pour la lecture.
 
Claude schuhmacher
 
PS: Les quatre discussions.
 
 
 
 
 
Anton et Mila
Bonjour à tous,
 
Je ne vous cache pas que compte tenu du résultat, je voulais passer sous silence cette image sans aucun détail. Mais, finalement, je rédige un billet succinct car l'image montre une phase très propre, avec peut-être un léger tilt du capteur mais je crois en connaître l'origine. J'enlèverai ce serrage annulaire réducteur pour mettre celui APM en 50/31.75. 
 
Equipement:
Lunette LZOS 152mm/1200 mm avec Barlow 2X teleXtender Meade. Échantillonnage de 0.27" d'arc par pixel. Camera ASI 290MM.
 
J'ai réalisé deux films, l'un de 1000 images, l'autre de 5000. Pour une raison qui m’échappe un peu, seul celui de 1000 pouvait être traité par AS!3. L'autre refusait le traitement. J'en ai déduit que certaines manipulations pendant la prise de vue vidéo pouvaient endommager la lecture et le traitement par la suite, notamment le fait d'agir sur le grossissement numérique avec la capture ASICAP.
Ici, pour cette image, 300 poses ont été retenues sur 1000 avec autostakkert 3, avec un traitement avec Registax 6, histoire d'avoir le bord du disque un peu plus net.
 

 
Un beau souvenir d'une Vénus bien haute dans le ciel.
 
J'ai pu finalement traiter une vidéo du 24 mars 2020 de 5000 images, mais Venus me semblait légèrement floue. Je la mets quand même car elle semble plus intéressante que la précédente même si aucun détail n’apparaît du fait de l'absence de filtre adéquat. 
500 images sur 5000 traité par AS!3 avec courbe d'acquisition nettement moins bonne du fait de la turbulence. Peu d'images retenues mais une assez belle image au final.
L'image est recadrée à 400%.

 
Ici les discussions:
 
Claude Schuhmacher
 
Anton et Mila
Voici les deux images d'Algieba prises avec la lunette LZOS 152/1200 le 28 mars 2019 à 22h37, hauteur 61°. L'orientation n'est pas prise en compte. La première image est construite avec AS!3 sur 10% de 600 images à 2400mm de focale théorique avec une barlow TV 2X, la deuxième avec AS!3 sur 10% de 601 images avec une barlow TV 3X soit 3600mm de focale théorique. Un peu de R6 pour finir mais vraiment pas grand chose.
sep: 4.73" d'arc donnée par la base stelledoppie.it.
Compte tenu des dimensions des pixels de la caméra ASI 224MC (3.75 microns), sur la base de la focale théorique utilisée de 3600mm (TV 3X pour 1200mm), j'ai un échantillonnage de 0.215"/p. Le logiciel GIMP avec sa fonction compas me donne 25.5 pixels d'écartement sur la photo. J'ai donc une séparation théorique: 0.215*25.5=5.48" d'arc.
En comparant avec la valeur actuelle de 4.73", c'est 15% d'erreur environ.
Je pense qu'en utilisant une couple étalon d'étoiles doubles à proximité ( j'ai téléchargé une liste d'étalons ), je dois être en mesure d' améliorer les choses avec une valeur plus juste de échantillonnage calculée sur la focale réelle. En effet, la barlow TV 3X en amont de la caméra doit avoir un rapport multiplicateur un peu différent avec l'allongement du tirage. Selon toute vraisemblance, l’échantillonnage doit être plus proche de 0.185"/p. Les étoiles étalons devraient me permettre de mesurer aussi l'angle thêta en ne modifiant pas la position de la camera.
Si l'on prend la valeur moyenne de 0.2"/p, je serai, selon le critère de Rayleigh (D:150mm/PS:0.9 d'arc), à 0.9/.2=4.5 fois le pouvoir séparateur de l'instrument par pixel ce qui est largement suffisant, et à ne pas dépasser.
J'envisage par la suite d'utiliser le logiciel REDUC mais je n'en suis pas encore là. J'ai d’autres mesures à réaliser.
 
Données de prise de vue ZWO ASI 224 MC: Algieba_233700.txt
 
Image à 2400 mm de focale théorique

 
Image à 3600 mm de focale théorique

Agrandissement de l'image à 3600mm à 400%:
 
Le compagnon B, non surexposé, a un diamètre de 5 pixels soit 1" d'arc, très proche du pouvoir séparateur de l'instrument à 0.9". La compagnon principal est à 6 pixels (1.2"). La chaîne optique est constituée d'un triplet de type fluorine OK4 et d'une barlow TV 3X. On remarque bien le premier anneau de diffraction sur l'étoile principale parfaitement circulaire et centré, ainsi que le deuxième beaucoup plus diffus. Sur le film utilisé, j'ai observé sur certaines images nettes une légère dispersion atmosphérique d'environ 0.2" d'arc (rouge dans un sens, et bleu à l'opposé), qui semble avoir été corrigé partiellement, voir totalement,  par autostakkert 3! (dans le sens de l'allongement observé ici verticalement).

 
Animation 51 images fausses couleurs. 
Remarques: On devait bien s'amuser avec la turbulence du temps de la photo argentique avec quelques secondes de temps de pose. Ici, on observe un mélange de turbulence instrumentale et atmosphérique, avec un zest de suivi chaotique de la monture Orion Atlas, monture sous dimensionnée pour cette optique assez lourde et très longue. Je vais prochainement la remplacer par une Celestron GCE pro, neuve, mais pas encore montée.

 
Base de données STELLEDOPPIE.IT: https://www.stelledoppie.it/index2.php?iddoppia=46768
 

 
Ciel à la date/heure de prise de vue:
 

 
Anton et Mila
Un peu de méli-mélo de différents essais en poses courtes.
Toujours le même instrument et la même camera. Lunette APO LZOS 152/1200 et ZWO ASI 224MC. Toujours le même traitement méthode planétaire: AS!3 et R6 avec en final un petit rehaussement du contraste et un cadrage final.
 
M57 à 2400mm de focale - 350 poses de 1s - Environ 0.3" d'arc par pixel - Avec une barlow Meade télécentrique 2X coulant 50mm. Elle a reçu un choc sur le coulant par un vendeur précédent Autrichien. Il y aurait une très légère décollimation (voir étoile brillante et léger arc en ciel). Je pense faire un démontage après avoir redressé le coulant pour pouvoir dévisser la bague de retenue. Les gens malhonnêtes inondent la planète TERRE....
En prime, une belle étoile double d'éclat inégal dans le champ qui ferai entre 2.5 et 3" d'arc de séparation, au milieu à droite. Ce n'est pas la double de référence de la qualité de résolution de M57 (MERCI @Superfulgur/ Image suivante). Elle est ici au dessus de M57. On l’aperçoit au-dessus de M57, un peu à droite, très légèrement au-dessus de la double à proximité qui fait dans les 5 secondes d'arc. Elle est très diffuse et très faible sur le cliché. Je vais tenter une image un de ces jours à 0.185" d'arc/p.
 
M57 à 2400mm de focale - 350 poses de 1s - Environ 0.3" d'arc par pixel

 
Image transmisse par @Superfulgur pour la double de 2" d'arc de référence de la résolution de M57

 
Puis M57 et M56 - 600 poses de 1s - au foyer 1200mm soit 0.6" d'arc par pixel.
 
Ici M57: Plus fine que la version colorée.....puis une retouche de @Lucien dans l'image suivante, puis ajouts d'images avec les magnitudes d'étoiles proches.

 
Image prise sur le net avec les magnitudes des étoiles les plus brillantes.

 
Version améliorée par @Lucien de mon image ci-dessus. L'image montre des étoiles proche la magnitude 17 (ici 16.9) acquises en 10mn de pose cumulée, magnitude limite théorique d'un télescope de 1 mètre en visuel.

 
Le négatif de l'image améliorée par @lucien

 
Image prise sur le net avec les magnitudes.des étoiles les plus faibles.

 
 
M56: Beau petit amas globulaire avec une belle double inégale de 6 à 7 secondes d'arc de séparation.

 
Messier 56 en négatif:

 
Conclusion: N'ayant pas un ciel d'une noirceur exceptionnelle à 40 kms de Paris, je vais devoir monter en gain et/ou monter en temps de pose, pour obtenir au moins la couleur, comme je l'ai eu sur la version précédente de  M57 de mon dernier billet, même si la couleur n'est pas ma priorité. Je recherche de la résolution..
Il va falloir que la mise en station soit impeccable pour garder la finesse d'image.
 
Bon ciel à vous, et merci d'avoir pris le temps de la lecture.
 
Claude Schuhmacher
 
 
 
Anton et Mila
Bonjour à tous,
 
L'idée de départ était de faire un comparatif de deux instruments, une même nuit, sur un même objet, la lune. Le but n'est pas vraiment atteint, c'est clair. Il est dit couramment que l'on ne fait pas d'omelettes sans casser des œufs, c'est un peu le cas ici. Les films .ser de départ sont trop exposés, plus particulièrement pour les images au foyer. Prenez la précaution de bien contrôler vos temps de pose en visualisant l'histogramme. Ne pas dépasser 70%.... Je me suis fier à ma vue dans le noir sur l'écran. Erreur de débutant.
Je ne vais pas épiloguer sur ces images. La netteté y est, et c'est probablement le plus dur à avoir, et qui confirme que je maitrise la mise au point, et que les instruments sont bons optiquement parlant (pour le prix de l'APO 150, cela aurait été dommage que ce ne soit pas le cas, car elle est aussi chère qu'un tube de Celestron 14). Le contrôle du contraste et de la prise de vue (temps de pose unitaire) est à revoir...le message des astrams est passé....merci à vous. Je savais que je pouvais compter sur vous. @polo0258
Ce comparatif inachevé montre que le réfracteur est plus précis optiquement parlant, qu'il contrôle mieux la turbulence instrumentale, et qu'il est moins soumis à la turbulence atmosphérique (moins vrai par rapport au Maksutov Cassegrain/Celestron Schmidt Cassegrain qui sont installés en hauteur sur la monture). C'est de l'optique. Un miroir doit être plus précis en surface en réflexion, et en courbure qu'un objectif en réfraction, et donc, si il n'est pas en température, les images sont soumises à des déformations continuelles. Il n'y a pas de secret....pensez à mettre vos optiques en température plusieurs heures avant.....
 
Dernière chose: Pensez à faire une bonne mise en station. A 2400mm de focale et 4000mm, et si le temps de pose est long (ici 3000 images de 40 ms), la cible peut défiler. On est obligé ensuite de recadrer en post traitement, et perdre une partie de l'image, et aussi de la définition par croppage....pensez-y. Il doit être possible d'interrompre le film, et recadrer, relancer un film, mais bon, l'acrobatie n'est pas mon genre. Autant prendre le temps de faire les choses proprement au début, et on perd moins de temps ensuite.
 
Voici les images de la lune ( celle de la barlow ci-dessous qui est très bonne finalement). Je n'ai mis en ligne que les images  avec  Barlow Meade 2X teleXtender S5000 (télécentrique):

 
Maksutov 200/2000mm soit 4mètres de focale:
 
Platon et la vallée des alpes. Remarquez les petits cratères dans Platon et le canyon dans la vallée......avec une meilleure pratique, je dois accéder aux cratères plus petits. Ceux présents sur l'image sont accessibles en VISUEL avec l'APO 150. J'en ai fait l’expérience. (les 4 plus gros au centre, le doublet compris). Je n'ai pas vu les deux autres au bord , à droite et à gauche. Avec cette image, je ne suis pas surpris qu'ils soient plus difficiles à voir, mais cela doit être possible par bon seing.
 

 
Théophile, Cyrille et Catherine...

 
Lunette APO LZOS 150/1200mm: Platon et ses six craterlets principaux (même commentaire que ci-dessus). On en voit d'autres plus petits....on doit pouvoir en photographier plus et mieux avec une barlow 3X, et des bonnes conditions atmosphériques, et une plus grande proximité du terminateur. A confirmer.
 

 
Théophile, Cyrille et Catherine...avec le "poing levé révolutionnaire" dans Théophile. Cependant quand la définition augmente, je trouve que le "poing" disparait. N'y voyez pas un rapprochement avec la pensée révolutionnaire et ses mouvements au cours de l'histoire.....
C'est une réflexion étrange que je me fais: La révolution est faite pour le peuple, mais quand on approfondi un peu, au bout de compte, c'est le peuple qui trinque....

 
On va dire pour ces deux instruments : ex æquo.
Même j'ai ma petite idée: La "diamétrite aiguë" ne serait pas une maladie si dangereuse que cela, sauf pour le porte monnaie éventuellement.
 
Merci pour la lecture.
 
Claude Schuhmacher
Anton et Mila
Une double très serrée et pas facile en visuel, notamment avec les réflecteurs fortement obstrués, mais vue parfois avec le Maksutov STF 200mm (obstruction:30%) à 600X
 
Lunette LZOS 150mm F8 et Barlow 3X TV, avec un tirage supplémentaire par rapport à mes précédentes acquisitions sur les doubles. J'estime l'échantillonnage à 0.15" d'arc/p. mais je n'en suis pas tout à fait sûr compte-tenu du fait que je n'ai pas eu la possibilité de faire une étoile étalon avec la même configuration du montage.
 
Séparation actuelle: 0.92 " d'arc
 

 
Ma mesure de séparation: 6.7 pixels à 0.15" d'arc par pixel soit 1" d'arc approximativement.  Le critère de Rayleigh est  atteint.
 

 
https://www.stelledoppie.it/index2.php?iddoppia=91211
 

 
J'irai chercher le critère de Sparrow prochainement….soit 0.77" d'arc pour une lunette de 150mm. Une cible possible: Dubhe dans la Grande Ourse.
(ρ) 0.8"
 Mag pri 2.02 / Mag sec 4.95  https://www.stelledoppie.it/index2.php?iddoppia=49399
 
PS: Il me semble l'avoir tenté en visuel sans succès, probablement du fait d'un grossissement insuffisant. En appliquant la règle de calcul : G=750/Rhô, j'aurais du être à près de 1000X.....mais peut-être qu'il n'est tout simplement pas possible de la voir avec 150mm de diamètre.
 
Bon ciel à vous et merci pour la lecture.
 
Claude Schuhmacher
 
Anton et Mila
J'ai du m'y reprendre en trois séances....et d'entrée voici mon commentaire:
Les observateurs d'étoiles doubles sont comme des pèlerins du moyen age vers les temples chrétiens de Jérusalem. Obstination doit-être leur devise.
C'est un sacerdoce ce truc pour le faire correctement. J'admire. Toutes les qualités de l'astram sont requises. Ils y a d'autres domaines de l'astronomie où c'est aussi le cas surement mais ici c'est le pompon.
 
Bon, première prise de vue: l'étoile étalon. STF 2277AB. Cible facile et bien écartée. J'ai enfin pigé pourquoi les étoiles étalons sont des  couples inégaux et bien écartés, et qui bougent peu (pas) dans le temps.
Écartés pour avoir une bonne base pour la mesure d'écartement. Ici l’échantillonnage en photo. Pas trop non plus pour que les couples entrent dans des capteurs de taille standard. Ici une ASI 224MC. Couples inégaux: On prend les mesures d'angles des secondaires plus faibles par rapport aux étoiles principales. Question? Quand les couple sont de même éclat, on fait comment?  
STF2277AB. J'ai forcé sur l’éclat de la primaire pour mieux voir le secondaire.
J'ai comme valeur dans mon tableau:
Rhô:26.80" d'arc, et Thêta: 128°
Séparation: 144.8 pixels, angle: 13.17°
Échantillonnage: 26.8/144,8 soit 0.1851 "/p: Bizarre. je retrouve toujours la même valeur.
Devise: Le pèlerin dans sa quête prend une lunette si il veut ne pas trop agiter son neurone dans le bocal.
 
Angle de correction: -128°+180+13.17=65.17°


 
Lambda Cygne: Oui je sais, il faut les yeux de la Foi ma fois pour la voir mais elle y est. C'est moins d'une seconde d'arc.....et je suis un pèlerin transitoire, n’oubliez pas. Pélerin, si tu passes et que tu ne la vois pas elle y est......

Tu la vois maintenant astram de peu de foi?

 
https://www.stelledoppie.it/index2.php?iddoppia=91211
 
Avec un basculement au méridien par rapport à l'étalon. Première bêtise de ma part. Droite gauche devient gauche droite.
Écart: 5.4 pixels soit 5.4*0.185 on trouve 1" d'arc en séparation.
Angle: 21.80 ou 30.96 selon la mesure soit prêt de 9° d’écart. Je prends au milieu: 26,4°
Angle thêta: 90(basculement DG)-26.4-65.17 soit -1,57° soit  358,4 +/-4.5°.
Les valeurs réelles sont a ce jour de Rhô 0.92" seconde d'arc et Thêta 358,5°
A l'avenir, je prendrai comme précaution de bien choisir mon étalon pour ne pas avoir de basculement de méridien à corriger (prise de tête, et il faut s'en rappeler surtout). Erreur de débutant on va dire.
Mon installation est nomade, et je n'ai pas à ce jour une d'installation d'observatoire parfaitement alignée sur le pôle nord.
Pour l'écart, il serait de 0.08" d'arc entre ma valeur et celle admise, mais l'écart progresse, donc une erreur de 9% dans la valeur. Je suis surpris. Un logiciel devrait faire mieux. Ce n'est pas simple à mesurer quand le couple est pratiquement collé mais j'ai un doute sur la valeur de la littérature.
 
Voilà Lambda Cygne actuellement:


Pourquoi ces mesures?
Je ne me prétends pas être un observateur d'étoiles doubles car je n'ai pas d'installation fixe, et probablement pas la rigueur. Pour moi, c'est impératif la rigueur, notamment ceux qui travaillent au micromètre. Là chapeau bas, parce que avec la turbulence
Je fais simplement les mesures pour confirmer qu'il ne s'agit pas d'un artéfact de prise de vue, car le jour où je prendrai des cibles plus difficiles comme Sirius,  Antares, ou une étoile double encore plus serrée, je tiendrais à avoir la confirmation par les mesures.
 
Merci pour la lecture. Si vous avez un peu souri c'est un plus. Moi je me suis amusé.
 
Bon ciel
 
Claude Schuhmacher
 
 
 
 
 
 
 
 
Anton et Mila
Bonjour à tous,
 
J'ai un peu bidouillé ce matin pour installer un logiciel pour créer une image à partir de plans lunaires. J'ai donc installé un logiciel Microsoft qui est d'une utilisation enfantine: Image Composite Editor
https://www.microsoft.com/en-us/download/details.aspx?id=52459
A partir des trois plans réalisés le 31 mars 2020, j'ai obtenu une image assez sympathique. Premier essai concluant donc mais pas de quoi fanfaronner, il y aura à maîtriser par la suite la prise d'images pour que cela ressemble à quelque chose.
La première image est issue des 3 tuiles .jpg du billet du 31 mars 2020. La suivante est faite à partir des 3 tuiles .tif, et l'image est ensuite traitée avec Registax R6.
La conclusion est simple: Il faut utiliser le logiciel avant le passage à R6, même si je trouve avoir un peu trop sur-traité cette image avec Registax.
 
Bonne journée,
 
Claude schuhmacher
 
Ajout d'une version moins traitée R6 avec modification de la courbe d'histogramme: Image 3
 
Image 1

 
Image 2
 

 
Image 3
 

 
 
Anton et Mila
Bonjour à tous,
 
Première chose. Vous ne trouvez plus mes images sur le forum. Je ne mettrai en ligne qu'ici. Pour ceux qui veulent y jeter un œil, il faudra faire le gros effort d'aller sur les blogs...
 
Par cette belle journée d'avril, le confiné (c'est moi) a échangé son canon eos 6D markII et son objectif Canon EF 70/300 série L par la lulu Mila. Une pose dans les photos d'oiseaux qui est la grande spécialité de mon épouse.
Ici donc une image d'un petit groupe de taches solaires. Le bord du soleil donne une idée des dimensions du groupe. On peut dire que cette image est assez representative de ce que donnait la lunette avec un oculaire de 16mm Lomo Bertele soit 75X. J'ai bien doublé le grossissement avec la barlow TV 2X, mais c'était moins beau avec la turbulence et le filtre objectif Astrosolar ND5, pas très adapté aux forts grossissements. Par  moment, la granulation devenait vraiment évidente et de plus beaux détails apparaissaient dans le groupe de taches. J'ai bien fais un dessin aussi mais sans plus de details. Pas simple le dessin.....
 
Lunette 152/1200 Mila avec caméra ZWO ASI 290MM au foyer. Filtre astrosolar ND5 à l'ouverture et filtre Baader continuun et IR block Astronomik au foyer. En fait, il s'agit du même setup que lors de l'observation visuel avec l’oculaire Baader classic ortho 18mm/50° à 67X. L'image était un peu plus belle à 75X, sans les filtres oculaires, et le Bertele 16mm/60° à 75X (pas de filetage dans le coulant du Bertele pour les filtres car c'est un oculaire russe de microscopie, champion du contraste et de la définition).
J'ai retenu 300 images sur 3000, avec AS!3 et R6.
 
La granulation est bien visible et le bord du disque solaire donne l’échelle du groupe AR12760. Pour l'orientation, c'est un peu au pif...vous pouvez cliquer sur l'image.
 

 
Je suis passé ensuite à Vénus. Avec la monture Celestron CGE pro déjà mise en station approximative, avec le soleil,  j'ai pu la trouver assez facilement en plein jour dans le champ de mon oculaire Siberia 50mm coulant 2 pouces/50°. Il s'agit d'un oculaire Russe quasiment orthoscopique de la société TAL à Novosibirsk.
J'ai changé le setup pour celui que j'adopte depuis peu en imageries lunaires:
Lunette 152/1200 Mila, et caméra ZWO ASI 290MM et la barlow TV3X soit environ F/D 30 et 0.15" d'arc par pixel. J'attends de faire des étoiles doubles avec ce setup pour valider l'échantillonnage.
600 images sur 3000 avec AS!3 et R6. Je ne me souviens plus si j'avais mis le filtre baader continum, mais je crois que oui.
Un click sur l'image pour grandir.
 
Bonne journée à vous tous, et merci pour la lecture.
Claude schuhmacher
 
26.04.2020

 
 
 
 
Anton et Mila
Bonjour à tous,
 
Il s'agit d'une journée dédiée à l'astrophotographie du Soleil et de la Lune.
On m'avait signalé la présence de taches sur le soleil, certes de petites dimensions, mais cela valait la peine d'essayer d'en tirer quelque chose. J'ai donc simplement mis la caméra ASI 290MM au foyer de la lunette Mila LZOS 152/1200mm. J'utilise à l'ouverture un filtre astrosolar visuel 1/100 000, ainsi qu'un filtre Baader continuum au foyer.
Il s'agit de ma première image solaire du blog.
Voici le cliché du soleil obtenu à partir d'un film de 2000 images dont 25% ont été retenues: L'image est redressée et recadrée pour avoir la bonne orientation. On voit très bien les deux taches solaires ainsi que la facule environnante.
(Code taches AR12759 Cycle 25 31.03.2020).
http://sdoisgo.blogspot.com/2020/04/hales-polarity-law-in-solar-cycle-25.html
 
.
 
J'ai attendu la soirée pour faire quelques vidéos de la Lune, toujours avec le même dispositif, sans le filtre solaire bien évidemment, et sans le filtre Baader. Je suis très satisfait du résultat. Par contre, pour un assemblage de mosaïques, je verrai cela plus tard, car je ne maîtrise pas cette technique.
 
Premier quartier NORD

 
CENTRE:

 
SUD:

 
Voilà une journée bien remplie.
 
Claude Schuhmacher
 
Anton et Mila
Bonjour à tous,
 
Equipement: Lunette LZOS 152mm/1200 mm avec Barlow 2X teleXtender Meade. Échantillonnage de 0.27" d'arc par pixel. Camera ASI 290MM.
 
La méthode: Pour réussir mon coup, j'ai utilisé la mire réglable avec trois anneaux A, B et C, en mettant le dernier anneau C sur un écartement de 10" d'arc en prenant Rigel B comme réglage. J'avais imaginé cette méthode pour éviter la surexposition de Sirius A dans un billet précédent, car Sirius A était sur-exposée dans mes vidéos après analyse de la taille d'image.
 
Le premier anneau A de la mire est mis au centre de Rigel A sur-exposé pour faire sortir Rigel B, le deuxième anneau B est mis autour du disque lumineux de Rigel A, et le troisième anneau C sur la composante B de Rigel. Ensuite, on part en Goto sur Sirius en gardant la même géométrie de mire. On réduit le gain, et/ou on augmente le temps de pose pour faire apparaître la faible composante B sur Sirius ( ici 0.5 s de temps de pose sur la vidéo, ce qui a figé la turbulence, mais a empâté les images),  et ayant impérativement Sirius A inscrit dans l'anneau B de la mire, et on cherche autour de l'anneau C Sirius B. Cela a été relativement facile après quelques tâtonnements.
Mes échecs précédents étaient tous dus au fait que Sirius A était surexposée.
Les mesures d'écarts et d'angles sont assez imprécises, car elles ont été prises sur Rigel pour les mesures d'angle et d’échantillonnage. Enfin, à 8° près, et 2" d'arc près, on tombe sur les valeurs de Sirius A & B disponibles dans Stelle Doppie en 2020.  
Après le renversement droite gauche du au renvoi coudé, il faut une rotation de + 152° sur Rigel pour avoir la composante B dans le bon angle de 202°. Pour Sirius, en faisant de même, on trouve un angle de 60°, soit 8° d’écart par rapport à la valeur actuelle.
Pour l'écartement, et avec 0.27" d'arc par pixel, et un écartement de 49 pixels, j'ai trouve 13" d'arc au lieu de 11.2". J'avais, sur une bien meilleure image de Rigel prise avec le même dispositif, .et une valeur de 0.23" d'arc par pixel, et donc avec 49 pixels d'écartement à 0.23 " d'arc par pixel, on trouve une valeur de 11.27 seconde d'arc, ce qui est très proche de la valeur actuelle de 11.19" d'arc
Pour la suite, il me faudrait prendre un peu plus de rigueur, et utiliser probablement le correcteur de dispersion atmosphérique pour mieux focaliser la faible composante B de Sirius qui est un peu allongée Nord Sud sur le cliché. Sur les vidéos, et avec de l'attention, Sirius B est visible 50% du temps, mais plus ou moins focalisée.
 
Rigel A & B, à comparer avec le billet précédent, ou j'ai obtenu une bien meilleure image. La turbulence était vraiment prononcée hier soir.

 
Sirius A & B, avec la composante B à 1h00 sur le cliché.

 

 
Avec recadrage de 400% et une accentuation:


Ici un Gif d'une des vidéos (100 images).

 
Un gif fait avec les meillieurs images (17 images), et l'image stackée AS!3 et R6
1200:
 
Voilà une affaire rondement menée.
 
Claude Schuhmacher
 
Une vidéo faite avec une lunette LZOS de 300mm. Cela parle aussi.
 
 
 
 
Anton et Mila
Bonjour à tous,
 
Le traitement a été fait avec AS!3 et R6, mais avec l'option Drizzle 1.5X et 3X sur AS!3 et 30% des images. Les cratères dans Platon sortent bien mieux, notamment le groupe de 5 (voir billet précédent) identifié en visuel dans un cet instrument (4 vus), et dont l'un est proche du pouvoir séparateur de la lunette de 152mm. Le drizzle 1.5X semble donner le meilleur résultat.
Le plus petit est clairement résolu. Je ferai par la suite des tentatives avec un échantillonnage plus élevé dès le départ avec le film , si le ciel le permet bien entendu, afin d'améliorer la résolution et le contraste. Les images seront à comparer avec celles que j'obtiendrai avec une Zwo Asi 2900MM reçue récemment.
 
Bon ciel à vous, et bonnée 2020
Claude schuhmacher
 
Double click sur l'image pour grossir. Avec cette image grossie, un cratère de 1.7km est parfaitement résolu. On détecte des cratères sous le pouvoir séparateur de l'instrument (point brillants dans Platon). On m'a fait remarqué de nombreuses zones blanches peu esthétiques....je vais y prêter attention à l'avenir lors du traitement. Ici, je ne peux plus rien rattraper à ce niveau..
Ici, le drizzle 1.5X.

 
Ici, le drizzle 3X

 
 
Anton et Mila
Billet redondant, mais utile, je l'espère....
En effet, quand les nuits se suivent, mais ne se ressemblent pas, il est bon de le faire remarquer. Du 10 au 11, j'ai essuyé un Seing minable, et hier soir du 11 au 12, il était excellent vers 2h00. Comme ma monture Orion Atlas faisant des siennes avec stellarium, je suis passé au visuel et bien m'en a pris. J'ai poussé la lunette APO 150/1200 dans des derniers retranchements, je crois.  Avec un oculaire Televue Plossl 8mm acquis récemment en deuxième main, et passé entre les mains expertes de lyl " Myriam pour les intimes", qui après démontage en aurait noircis les bords des lentilles, et un Baader classic ortho 6 mm excellentissime (merci @fred-burgeotpour les conseils), j'ai orienté l'objectif vers la nébuleuse de la Lyre. A 150 et 200x, l'anneau était parfaitement bien visible malgré la proximité de la pleine lune. Le  fond du ciel était bien noir à l'oculaire. Par moment, il me semblait voir des points lumineux mais très très furtifs dans l'anneau. Pas de dessin, il me faudrait le livre de @fred-burgeot. Puis direction vers la double Lambda Cygne, écartement 0.92", positionnée presque au Zénith (encore elle, désolé). Mêmes oculaires, mais avec les barlow TV 2x et 3x en 31.75mm.. C’est bien la première fois que je vois parfaitement le couple presque 100% du temps, ainsi que la séparation de la binaire,  avec un filet sombre. La principale parfaitement ronde, une anneau de diffraction bien net et complet, très fin, et la secondaire plus faible sur le premier anneau de diffraction avec une forme ovoïde comme sur mes clichés. Les images étaient nickel à 300, 400, 450 et 600X....Il me semble l'avoir vue à  200x fois, mais après coup. Donc, je ne suis pas sûr.
Voilà une nuit qu'il ne fallait pas rater.
Echelle de pickering pour le seing:
Sur la base de cette observation, j'ai estimé la valeur de 9 à 10 sur l’échelle de pickering pour une optique de 150mm. Le ciel était donc exploitable pour un instrument de diamètre bien supérieur à 150mm, certainement plus que 200mm. Je serai tenté de dire 300mm.
http://www.damianpeach.com/pickering.htm
10       9   
 
PS: Ceux qui ont imagés la Lune devraient avoir fait de beaux clichés malgré la hauteur sur l'horizon. Positionné du mauvais côté,  je n'ai pas bougé l'ensemble. En effet, tout démonté, faire le tour de la maison, je n'en ai pas eu le courage. Et je me méfie comme de la peste des déplacements avec le tube de cette lunette dans le noir, les masses aux extrémités, surtout le triplet optique très lourd, et les yeux embrumés de sommeil.
 
Bon ciel à vous....
 
Claude Schuhmacher
et merci astrosurf pour la mise à disposition de cette tribune
 
Anton et Mila
Bonjour à tous,
 
Cette image est prise ce matin, juste avant le lever du jour, car mon réveil fût tardif (06h15). Je crois n'avoir pas fait une mise en station aussi rapide, pour un suivi très correct, ne nécessitant pas de recadrage en cours de prise de vue. 
 

 
Ref: http://xjubier.free.fr/site_pages/astronomy/ephemerides.html
 
J'ai préféré prendre la lunette du fait de sa mise en température rapide. Cette image est issue du deuxième film, 3000 images et 600 retenues avec AS!3 et R6. J'ai appliqué les conseils et recettes que l'on m'a donnés. Le lever du jour ne doit pas aider pour le contraste, mais je suis assez satisfait du résultat. J'ai remplacé mes versions initiales beaucoup trop contrastées par celle qui fait quasiment l’unanimité, car elle serait la plus conforme avec l'aspect de la lune lors de la prise de vue. Il n'y a pratiquement que très peu de retouches par Registax6
 
Voici l'image.

 
Ici le fichier exif: 2019-09-21-0516_7-CapObj.AVI.txt
 
Je mets aussi en ligne une modification faite par Fred, @la grenouille en plastoc, pour je cite: "Je me permets de te proposer une version plus claire, qui permet de rendre davantage de détails visibles au niveau du terminateur. C'est juste un petit coup de courbes sous Gimp (ou PSP idem)".
Je ne vous cache pas que "le pousseur de curseurs" que je suis aime bien aussi. Je laisse donc les deux images pour que vous puissiez vous faire une idée de ce qui convient le mieux à vos goûts. J'estime avoir atteint le pouvoir de résolution de l'instrument avec cette image. Le cratère de 1.76 km dans l'arène de Platon est clairement identifiable (Cratère à gauche). Le cratère double aussi est bien visible.
 

 

 
Ici la carte de Platon:
B
 
Ici une image prise par une sonde:

 
Ici la discussion:
 
 
Bon ciel à vous,
Claude Schuhmacher
 
Anton et Mila
Ceci est ma première série d'images en poses courtes de M13 avec la lunette LZOS 152/1200 et la caméra ASI 224MC, hormis celles faites sur les étoiles doubles.
J'ai donc fini ma soirée de la double Allula Austalis (voir post précédent) avec quelques vidéos sur M13, histoire afin de voir ce que cela donnait en poses courtes. J'ai pris 2 secondes un peu au hasard, ainsi que les réglages de  la caméra. La couleur est absente probablement du fait d'un mauvais réglage de la caméra. Le gain serait insuffisant, et le temps de pose un peu trop long, mais les étoiles sont encore bien fines, donc pas de soucis à priori.
J'ai traité le film avec AS3! sur la totalité des images comme une image planétaire, puis un peu de R6 ensuite, et un renforcement de la luminosité de manière automatique (Plusieurs essais ce qui explique pourquoi l'image ci-dessous à pu changer).
Image au foyer avec 1200mm de focale et pas d'autoguidage à 0.645 "d'arc/pixel. Pose 2 secondes. S'agissant d'un premier essai, je suis satisfais, même si l'image est très moyenne, fort bruitée, et sans couleur apparente. A comparer avec un Celestron 8 en pose longue et autoguidage, il n'y a pas photo, c'est nettement moins riche ici ou fort peu esthétique.
Le film comporte 93 images. Il en faudrait probablement 10 à 50X plus, mais comme je l'ai signalé, c'est un essai et il est prometteur.
 
Les corrections à apporter:
Enlever le ON sur le High Speed Faire plus d'images Faire des dark Corriger l'absence de couleurs. Souffler le capteur. Ici un fil a probablement caché quelques étoiles. M13 à 1200mm de focale: Champ 8.5' x 6.5' après un leger crop pour la rotation du champ

 
 Image en négatif:

 
Anton et Mila
J'ai commencé la soirée du 30 mai 2019 par une beauté inaccessible du ciel, bien qu'il me semblait l'avoir observée il y a une dizaine d'années en visuel avec mon Maksutov 200mm. Il s'agit de Zeta Bouvier. Pour le fun, j'ai tenté de voir l'image allongée avec la lunette APO LZOS 150mm sans succès. Elle serait entre 0.53 et 0.25 soit probablement 0.4" d'arc en ce moment.
Je me suis donc rabattu sur ma cible de la soirée, Zêta Hercule, sans avoir aucune idée du résultat.
Donc, Zêta Hercule ou Retilicus, pas très loin du fameux amas globulaire Messier 13. Elle est donnée en 2019  à Rhô(ρ) 1.36" d'arc et Thêta(θ) 112°, et pour 2020  (ρ) 1.40" d'arc et (θ) 106° donc probablement en juin de cette année (6ème mois) à:
(ρ) 1.38" d'arc. elles s'écartent.
(θ) 109° l'angle diminue.
La différence d'éclat de magnitude est comme suivant:
Mag pri 2.95 / Mag sec 5.40 / delta mag (ΔM) 2.45. C'est donc une cible difficile en visuel pour les télescopes fortement obstrués ayant le premier anneau de diffraction très lumineux, mais pas pour cette lunette ayant un haut strehl.
J'ai quand même un peu bataillé pour le traitement du film avec AS3! et R6 pour avoir la meilleure image possible, mais je suis assez satisfait du résultat.
 
Lunette LZOS 150mm/1200mm + Barlow TV 3X. Échantillonnage: 0.185 " d'arc par pixel.

Écart: 7.1 pixels, angle: 8.13°
 
Sur l'image, on voit le secondaire un peu allongé en forme de fraction d'anneau. La difficulté que j'ai eu au traitement c'est qu'il y avait une concurrence entre l’apparition/disparition de l'anneau de diffraction et la forme du secondaire. C'est ce que j'ai obtenu de mieux pour la mesure de l'angle. La primaire est parfaite en forme. Merci AS3! et R6.


 
L'étoile double étalon pour la référence de l'angle. Pour changer, j'ai pris celle-ci. Le fichier des étoiles étalons est disponible sur le site de la SAF.
http://saf.etoilesdoubles.free.fr/index.php?page=outils

 

 
Mesures: 144.1 pixels et 13.65°

 
Vérification de l'étoile étalon: 144.1*0.185=26.65" d'arc très proche de la valeur de 26.80" d'arc.
En prenant 26.80, j'aurai eu un échantillonnage 26.80/144.1 soit 0.186 " d'arc par pixel
Angle: 180° (renvoi coudé, Nord en haut et Est à droite) + 90° + 13.65°= 283.65° . La valeur actuelle est de 126.48°. Il faut donc faire une rotation horaire de l'image de 283.65-126.48=156.8°.
 
Pour Zêta Hercule, j'ai:
(ρ) 7.1*0.185=1.31"d'arc, très proche de la valeur actuelle supposée de 1.36" d'arc.
(ρ) 7.1*0.186=1.32"d'arc, très proche de la valeur actuelle supposée de 1.36" d'arc.
(θ) 180+90-8.13 soit 261.9°. En faisant la rotation horaire de 156.8° obtenu sur l'étoile étalon, j'obtiens: 105°
Incertitude de mesure: En prenant d'autres mesures, j'avais 8 pixels et 6°. Donc, 1.48" d'arc et 107°
En arrondissant, je vais prendre une valeur moyenne de (ρ) 1.4" d'arc et (θ) 106°
A partir de ce stade là, il faudrait utiliser un logiciel pour les mesures, et non plus ces mesures à main levée.
 
Image avec la bonne orientation.

 
https://www.stelledoppie.it/index2.php?iddoppia=67135

 
Critères de séparation pour un instrument de 150mm de diamètre à une longueur d'onde de 550nm :
 
Critère de Schuster: delta Thêta= 2.44*Lambda(550nm)/0.15 soit environ 1.84" d'arc

 
Critère de Rayleigh.
La moitié environ soit 0.92 " d'arc.
L'une de mes prochaines cibles pour cette séparation: Lambda Cygne, mais avec un écart de magnitude. Cible ultime pour cette lunette. 
https://www.stelledoppie.it/index2.php?iddoppia=91211
 

 
Critère de Sparrow: 0.84xRayleigh soit 0.77" d'arc.
Pas encore de cible définie ayant une magnitude proche....

 
Gif animé d'une partie du film.
 

 
Bon ciel à vous et merci pour la lecture
 
Claude Schuhmacher
 
 
Anton et Mila
J'étais parti pour une nouvelle séance photo sur cette double (Lambda Cygne) avec imagerie de l'étoile étalon ci-dessous pour les mesures d'écart et d'orientation du secondaire, mais le fonctionnement chaotique de la monture avec le logiciel stéllarium m'en a empêché. STF2277AB aurait été une magnifique double à imager car elle est très belle en visuel au zénith cette nuit.

 
J'ai donc décidé de voir ce que la lunette avait dans le ventre en visuel sur ma cible principale.
 
Le dédoublement de Lambda Cygne (0.92"/Mag pri 2.02 / Mag sec 4.95) se fait à 400X avec une Barlow Televue 2X et un oculaire Baader classic ortho 6mm. Je n'ai pas réussi avec l'oculaire orthoscopique 4mm Celestron (300X) sans Barlow. Je vais définir le grossissement de 400X comme la limite inférieure. La turbulence ne permet pas d'avoir une image stable et voir une élongation de l'étoile sur des grossissements plus faibles. Sur la base de cette donnée, je peux appliquer pour cette nuit la règle simpliste de:
G mini= 400/Rhô pour un couple inégal. Le couple est vu bien séparé par intermittence. Je dirai en moyenne 30% du temps du fait de la turbulence.
Sky and Telescope USA donne G=750/Rhô. C'est trop fort ici, mais c'est peut-être justifié pour avoir une bonne séparation qui lève le doute. Nous sommes des amateurs, et non des pros ayant observés des milliers de doubles pour affirmer que cette règle est obsolète. Elle vaut pour l'observateur amateur peu habitué à observer des étoiles multiples dans des conditions de turbulence moyenne.
 
Sky and Telescope, revue grand public, l'a bien compris en se  mettant au niveau de l'astram moyen, sans volonté d'élitisme propre à certaines cultures...je n'en dirai pas plus
 
J'ai ensuite procédé à des grossissements progressifs avec mes deux Barlow TV 2X et 3X et mes oculaires classic Baader ortho 6mm, Tani 5mm et Celestron ortho 4mm,  pour finir à un grossissement irraisonné de 900X, avec la Barlow Télévue 3X et l'ortho Celestron 4mm. Le dédoublement devient beaucoup plus simple, l'image reste exploitable.
Je dirai, à vu de nez, qu'à 900X, soit 6X le diamètre de l'objectif, la double est visible plus de 80% du temps malgré la turbulence, comme si la turbulence se figeait. Difficile de comprendre ce phénomène, sans admettre que l'image de l'étoile s’étale, la lumière se diffuse sur une plus grande surface mais reste assez fine pour visualiser la double, en figeant la turbulence. Je considère que le grossissement optimal se situe autour de 450X soit un peu plus de 3D, pour le suivi de la monture, le champ et l'aspect du couple.
 
Cette lunette est d'une qualité optique exceptionnelle. De même pour les Barlow Televue 2x et 3x qui sont très bonnes en visuel et en photo. Idem pour les oculaires orthoscopiques Tani (7, 6 et 5mm) et Baader Classic ortho 6mm, ce dernier appartenant à une série d’oculaires malheureusement pas suffisamment étagée, avec les 10mm et 18mm. La Barlow 2.25X vendue avec le set compense en partie le problème (8, 4.5 et 3 mm) mais je ne l'ai pas. On aurait donc une série 18, 10, 8*, 6, 4.5* et 3*mm.
J’oublie volontairement l'oculaire orthoscopique Celestron de 4mm, introuvable en occasion, qui ne vaut quasiment rien à l'achat, et qui est pourtant fabuleux comme trou de serrure, si l'on prend la peine de regarder dedans.
 
J'ai fini la soirée sur M13 et M57 avec mes oculaires grands champs: les Wide Scan Kokusai Kohki 20mm/84° et 13mm/84°. Ils conviennent parfaitement à cette lunette ouverte à F8. La courbure de champ ne gène pas trop et le grand champ est magnifique. On ne s'en lasse pas. Je n'hésite pas à grossir pour le ciel profond sur des objets Messier assez lumineux afin d'avoir l'objet assez gros dans le champ et afin d'assombrir le fond du ciel assez lumineux du fait de la proximité de Paris, Evry et Corbeil an nord. Le sud est assez bien protégé et l'extinction des lampadaires est totale a partir de minuit.
La bino maxbright sans Barlow est inutilisable par contre, car le back focus est insuffisant. C'est une erreur de conception du tube ou une inadaptation dans le choix du tube pour la focale du triplet LZOS. Merci APM pour le tube trop long de quelques centimètres....il me faudrait une petite Barlow 1.2X ou une bino coudée d'origine comme celle de Celestron pour éliminer le renvoi coudé qui me prend trop de back focus.
 
Bon ciel à vous
 
Claude Schuhmacher
 
PS: Stellarium fonctionne à nouveau avec réinitialisation, avec effacement de l'alignement 3 étoiles.
 
Sign in to follow this