• entries
    31
  • comments
    9
  • views
    1712

SOIREE IMPROVISEE A LA DERNIERE MINUTE ENTRE ARLES SUR TECH , CORSAVY ET MONTFERRER

Sign in to follow this  
devoniak

144 views

Bonjour,

 

Hier du fait des conditions météos annoncées je suis allé voir un ami dans la plaine après avoir chargé le matériel dans la voiture (on ne se sait jamais dès fois que cela se dégage en cours de soirée).

 

Quand je suis reparti, j’ai constaté que l’air était très humide et que les nuages étaient bas. Je suis allé par acquit de conscience au site de la bataille du BOULOU et je me suis rendu compte que dans la direction du CANIGOU que les nuages semblaient moins denses. Je me suis alors dit que j’allais rentrer et voir au stade d’ARLES SUR TECH quelles étaient les conditions d’observation ».

 

LE STADE D’ARLES SUR TECH

 

L’air était gorgée d’humidité. Mais il n’y avait pas de nuages.

 

J’ai alors effectué la première série de mesures de la soirée (1 mesure à 45 degrés par point cardinal et une mesure au zénith), la moyenne a été de 21,10.

 

Les halos provoqués par la pollution lumineuse culminaient à moins de 30 degrés (donc en dessous du point de mesure). La moyenne de l’ensemble des mesures était supérieure à 21. La mesure réalisée au zénith était au-delà de 21,2.

 

Il était 1h30 du matin, j’ai alors pris la décision d’aller mesurer le SQM des autres sites d’observation pour me faire une idée de leur vraie qualité et tenter de comprendre pourquoi je me désintéresse du visuel dans des conditions réputées bonnes voire très bonnes.

 

 Je suis allé rechercher un complément d’affaires à mon appartement et je suis monté sur CORSAVY.

 

LE TERRAIN DE FOOTBALL DE CORSAVY

L’air est beaucoup plus sec qu’au stade. La principale source de pollution lumineuse est dû au parking d’un centre pour enfants en difficultés qui se trouve à proximité.

 

La meilleure zone du ciel se trouve au NORD, le SQM y est de plus de 21,5 (l’impression était proche de celle laissée certain soir ou je ne pouvais plus reconnaitre les constellations tant il y avait d’étoiles). La moyenne de l’ensemble des mesures étaient supérieures à 21.3, la plus basse était de l’ordre de 21,1.

 

LA SERRE DE MONTFERRER

 

Ce terrain se situe sur une crête à 881m d’altitude. Il surplombe CORSAVY, il s’agit du point culminant de la route qui relie CORSAVY et MONTFERRER.

 

La meilleure zone du ciel se trouve au NORD, le SQM a été mesuré à plusieurs reprises lors de la soirée à plus de 21,55 (l’impression était proche de celle laissée certains soirs où je ne pouvais plus reconnaitre les constellations tant il y avait d’étoiles). Les mesures varient en fonction de la montée de la brume. Elle pouvait diminuer à 21,48 et cela se voyait. Le zénith a été mesurée lui aussi à une valeur supérieure à 21,5.

 

Les halos provoqués par la pollution lumineuse culminaient à moins de 30 degrés (donc en dessous du point de mesure). Le plus important se situe au NORD EST. La moyenne de l’ensemble des mesures étaient supérieures à 21.4. La plus basse (toujours réalisée à 45° de hauteur par rapport à l’horizon était de 21,33).

 

PRISE DE PHOTOS

Pour partager avec vous cette soirée inespérée, j’ai tenté de faire des astro-paysages (NIGHTSCAPE) avec le 6D et le CANON 24/105 IS STM.

 

Par négligence ou bien par ignorance (par moment il ne réagit pas comme il l’a fait) je n’ai pas jugé utile de débrayer le stabilisateur d’image de mon objectif.

 

Bien mal m’en a pris : toutes les images ont un bougé qui ne peut s’expliquer que par des déclenchements intempestifs de ce dernier.

 

Je partage donc la seule image correcte après réduction ou l’on voit Jupiter et Antares qui se lèvent avec le scorpion qui se cache derrière un arbre !

 

Les paramètres de prise de vues sont : objectif réglé à 24mm et ouvert a 3,5 - temps de pose 6 secondes et iso fixé à 6400.

lever-jupiter-antares-20190407-1080p-bis.jpg.c9b375ce5210d11e381f9255e38b93a1.jpg

CONCERNANT LE VISUEL

 

A plusieurs reprises, pendant la soirée, je me suis dit que j’avais une impression de confusion en regardant les étoiles dans certaines zones du ciel : il y en avait tellement que le cerveau, non habitué a ce phénomène, ne parvient plus à reconnaitre la forme des constellations.

 

Le SQM dans ces zones étaient au moins de 21,5 voire même de 21,55. Et il y avait moins d’étoiles que dans mes souvenirs.

 

J’en déduis donc que si je boude le ciel en visuel c’est parce que j’ai eu la chance de pouvoir observer à plusieurs reprises dans des conditions excellentes sur des sites se trouvant à deux pas de chez moi.

 

Je me suis donc habitué à ces conditions et je vais devoir apprendre à choisir mes cibles en fonction de la qualité du ciel qui peut varier d’une fois sur l’autre (en fonction de la brume).

 

Je sais donc que je me déplacerai difficilement pour faire des observations visuelles dans des conditions moins bonnes.

 

Je sais aussi qu’il existe à l’étranger des endroits faciles d’accès avec une météo très favorables  ou le SQM est encore meilleur… Je me plais à rêver 😊

 

Vincent

 

serre-montferrer-1080p.jpg

SQM.jpg

  • Like 1
Sign in to follow this  


1 Comment


Recommended Comments

ah ah Vincent 21,55 ça commence a être bien ça, en photo, plus de problème de fond de ciel, du moins à plus de F/D 4. Tu peux poser autant que le matos le permet. Et en effet, c'est alors farci d'étoile. J'ai eu un peu mieux au zenith- nord depuis les Forquets 21,60~65 et Vallter pareil et même quelques mesures >21,7. Au Ventoux dans le même secteur celeste idem mais pas au dessus de 21,7. Je rêve de tester de RASA dans ces conditions… 

Sinon, Canaries, Namibie, Chili...

Share this comment


Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now