Qu’on ne s’y trompe pas, les étoiles visibles à l’œil nu sont toutes plus où moins proches de nous, et à de rares exceptions, elles sont contenues dans un volume de quelques centaines d’années-lumière. Elles font toutes partie de notre galaxie, et leur éclat n’est pas toujours fonction de leur distance. Dans un rayon de 16 années-lumière, une centaine d’étoiles sont présentes, dont 15 % seulement visibles à l’œil nu. Le ciel est donc rempli d’étoiles invisibles. D’ailleurs, Proxima du Centaure, l’étoile la plus proche de nous, est invisible à l’œil nu.

Cette page recense donc un échantillon d’étoiles connues, sans classement particulier, visibles ou invisibles, géantes ou minuscules, mais dont les noms résonnent à nos oreilles pour des raisons souvent très singulières.

 

Aldébaran :

 

type spectral :        K5

magnitude :            1

distance :                70 a-l

constellation :         Taureau

diamètre :               50 fois le Soleil

masse :                   2 masses solaire

compagnon :           6 objets

 

 

Commentaires :

Aldébaran (alpha du Taureau, de l'arabe "la suivante" car elle suit les Pléiades).

Aldébaran est une géante de 2 masses solaires, et de température superficielle de 3800 degrés. Aldébaran a une compagne peu brillante de type M mais également 4 autres compagnes identifiées. Elle se situe en avant plan de l’amas ouvert de Hyades, qui se trouve à 150 années-lumière (amas ouvert le plus proche de la Terre). Aldébaran a commencé à sortir de la séquence principale (elle est à la fin de sa vie), elle se trouve dans sa phase de gonflement qui va l’amener à perdre une grande partie de son enveloppe et à devenir plus tard une naine blanche.

 

Altair

 

type spectral :        A7

magnitude :            0,7

distance :                16 années-lumière

constellation :         Aigle

diamètre :               1,6 fois celui du Soleil

masse :                   2 masses solaire

compagnon :           ?

éclat :                     9 fois plus lumineuse que le Soleil

 

 

Commentaires :

Altair (alpha de l'Aigle, de l'arabe "l'aigle volant").

Atlair fait partie des étoiles proches de la Terre. Sa température de surface est de l’ordre de 7500°K. Comme Véga et le Soleil, Altair est sur la séquence principale. Elle dispose cependant d’une particularité c’est qu’elle tourne sur elle-même très rapidement (210 km par seconde au niveau de l’équateur), ce qui lui fait faire une rotation sur elle-même en 6 h et demie (le Soleil tourne sur lui-même à raison de 2 km par seconde et fait un tour sur lui-même en 28 jours environ). Ce phénomène a pour conséquence d’aplatir l’étoile et de lui donner une forme de citrouille.

 

Arcturus :

 

type spectral :        K2

magnitude :            0

distance :                35 a-l

constellation :         Bouvier

diamètre :               26 fois le Soleil

masse :                   1 masse solaire

compagnon :           aucun

éclat :                     300 fois plus lumineuse que le Soleil

 

 

Commentaires :

Arcturus (alpha du Bouvier, du grec arctos oura qui veut dire "à la queue de l'ourse" car elle est dans la continuité de la Grande Ourse).

Arcturus est une vieille étoile. C’est une étoile supergéante d’une masse solaire, mais 300 fois plus brillante. C’est une étoile de type K, dont la température superficielle est de 4000 degrés. Elle a un mouvement propre annuel assez important : 2.29", et son orbite autour de la Voie Lactée est perpendiculaire au plan de celle-ci. Certains astronomes supposent qu’elle faisait partie de la galaxie naine du Sagittaire que la Voie Lactée est en train de dévorer actuellement. Son mouvement atypique serait donc lié à cette petite galaxie dans laquelle Arcturus serait née.

 

Bételgeuse

 

type spectral :        M2

magnitude :            0,8

distance :                600 a-l

constellation :         Orion

diamètre :               1000 fois le soleil

masse :                   20 masses Solaire

compagnon :           5 objets

éclat :                     10 000 fois plus lumineuse que le Soleil

espérance de vie :  de 0 à quelques millions d’années

 

 

Commentaires :

Bételgeuse (alpha d' Orion, de l'arabe qui veut dire "l'épaule du géant").

Bételgeuse est l’une des étoiles jalons de la constellation d’Orion (elle est répertoriée comme étant la plus brillante alors qu’actuellement sa compagne Rigel l’est davantage). C’est le candidat type à une supernova. Elle va exploser, demain où dans quelques millions d’années, on ne sait pas, mais ce qui est certain, c’est qu’elle est en fin de vie. Sa taille est vertigineuse, placée au centre du système solaire, elle engloberait Jupiter. Elle est accompagnée par 5 objets identifiés (étoiles naines), dont un objet orbiterait dans son enveloppe diluée. Sa densité moyenne est extrêmement  faible (si on pouvait la poser sur l’eau, elle flotterait).

 

Capella

 

type spectral :        G5

magnitude :            0

distance :                45 années-lumière

constellation :         Cocher

diamètre :               2,5 fois le Soleil

compagnon :           6 objets

éclat :                     130  fois plus lumineuse que le Soleil

 

 

Commentaires :

Capella (alpha du Cocher, du latin qui veut dire "la chèvre", chèvre qui aurait été la nourricière de Zeus).

Capella est une étoile double composée de deux étoiles de même nature. Elles tournent autour du centre de gravité du système en une centaine de jours et sont séparées l’une de l’autre de 40 millions de km. Un troisième objet, double également, composé de deux naines rouges, fait partie du système.

 

Castor

 

type spectral :        A0

magnitude :            2

distance :                45 années-lumière

constellation :         Gémeaux

compagnon :           6 objets

éclat :                     12  fois plus lumineuse que le Soleil

 

 

Commentaires :

Castor est une étoile multiple comme il en existe de nombreuses dans notre ciel. Castor A et Castor B, sont séparés par une distance légèrement supérieure au diamètre du système solaire. Chaque composante est également double (invisible dans les télescopes car trop rapprochées, elles orbitent à 6 millions de km l’une de l’autre). Pour Castor A, elles sont deux fois plus grosses que le Soleil, pour Castor B, elles sont 1,5 plus grosses. Une troisième composante double située à 1000 UA de là, composée de deux étoiles naines, orbitent autour du centre de masse de Castor A et Castor B et boucle sa révolution en 10000 ans.

 

Deneb

 

type spectral :        A2

magnitude :            1,25

distance :                1600 années-lumière

constellation :         Cygne

diamètre :               200 fois celui du Soleil

masse :                   20 masses solaire

compagnon :           ?

éclat :                     60 000 fois plus lumineuse que le Soleil

 

 

Commentaires :

Deneb (de l'arabe "la queue de la poule" car la constellation était associée à une époque à une poule).

Deneb est l’une des étoiles brillantes la plus éloignée du système solaire (beaucoup d’incertitude concerne son éloignement exact). Elle est agitée par de gigantesques mouvements de turbulences qui génèrent une pulsation de 11,7 jours. Sa température de surface est proche de 10000°K. Si Deneb était à la distance de Véga (25 années-lumière), elle brillerait comme brille un quartier de Lune …

 

Etoile de Barnard

 

type spectral :        M5

magnitude :            9,5

distance :                6 années-lumière

constellation :         Ophiuchus

diamètre :               0,15 fois le Soleil

masse :                   0,17 masses solaire

compagnon :           aucun

 

 

Commentaires :

L’étoile de Barnard a le mouvement propre annuel le plus important de tous les objets du ciel (10,3"). Cette caractéristique est liée à sa proximité. Elle s’approche de nous à la vitesse de 140 km/s et sera dans 11800 ans, la plus proche étoile du système solaire (3,8 années-lumière). Son nom est associé à son découvreur Edward Emerson Barnard, qui le premier remarqua son mouvement significatif. C’est une naine rouge, qui a beaucoup de similitude avec Proxima du Centaure.

 

Procyon  :

 

type spectral :        F5

magnitude :            0,4

distance :                11 a-l

constellation :         Petit Chien

diamètre :               2,1 fois le Soleil

masse :                   1,8 masse solaire

compagnon :           naine blanche de 0,7 masse solaire / période orbitale : 40 ans

éclat :                     6 fois plus lumineuse que le Soleil

 

 

Commentaires :

Procyon (du grec, "pro kunos" qui veut dire "avant le chien" car son lever précède Sirius).

Procyon est accompagnée par une naine blanche découverte visuellement en 1896. Elle a un mouvement propre annuel de 1,25". Elle fût, avec Sirius B, l’objet de nombreuses études sur les étoiles denses menées par Chandrasekhar (et bien d’autres astronomes) au début de 20ème siècle.

 

Proxima du Centaure

 

type spectral :        M5

magnitude :            11

distance :                4 a-l

constellation :         Centaure

diamètre :               203 000 km

masse :                   0,10 masse solaire

 

 

Commentaires :

Proxima du Centaure est l’étoile la plus proche de notre soleil. Elle fait partie du système triple d’Alpha du Centaure (Rigil Kentarus). Elle n’est malheureusement pas visible à l’œil nu (magnitude 11). Sa température de surface  est de 3000 °C et son diamètre est un tout petit plus important que Jupiter (1.5x). Des mesures très précises de sa taille ont été obtenues en 2002 par interférométrie avec deux télescopes de 8,2 m au VLT. Cette étoile (et ce type d’étoile en règle générale) n’est pas l’endroit idéal pour abriter une quelconque planète habitable. Sa température est trop peu élevée et ses sursauts d’humeur (instabilité constante provoquant des différences de luminosité très importantes) condamnent toute forme de vie possible. De plus, pour recevoir assez de lumière, il faudrait que la planète hypothétique se trouve à 1 million de km de l’étoile (elle aurait de forte chance d’être broyée par les forces de marée). Ces caractéristiques orbitales la condamneraient à avoir une rotation synchrone décrite en deux jours (un coté face à l’étoile et l’autre coté vers la nuit, en permanence).

Le coté nuit serait bien évidemment le refuge d’un éventuel voyageur terrien, et le spectacle étoilé serait à la mesure du voyage entrepris. Le ciel ne serait pas très différent de notre ciel sur Terre, à part une étoile supplémentaire très brillante (magnitude 0) au-dessus de Persée, rajoutant une étoile au W de Cassiopée, notre Soleil. Rigil Kentarus (Alpha Centauri) ne serait plus dans le Centaure, mais dans le Scorpion, et étant donné son caractère double, rajouterait à proximité d’ Antarès, deux points lumineux de magnitude supérieure à – 8.

Cela laisse rêveur …

 

Rigel

 

type spectral :        B8

magnitude :            0

distance :                800 a-l

constellation :         Orion

diamètre :               70 fois celui du Soleil

masse :                   17 masses solaire

compagnon :           5 objets

éclat :                     40 000 fois plus lumineuse que le Soleil

 

Commentaires :

Rigel est une supergéante bleue. Malgré sa distance, elle est d’une extrême luminosité, supérieure à sa voisine optique Bételgeuse, mais classée inférieure dans les catalogues (Beta Orionis) . C’est un système multiple, dont un des compagnons de magnitude 7 et situé à 9 secondes d’arc n’est même pas visible dans un télescope d’amateur tant Rigel est éclatante. La température de surface de l’étoile est très importante (11000° K), ce qui lui donne cette couleur bleue. Rigel consomme rapidement ses réserves d’hydrogène et son espérance de vie n’est que de quelques millions d’années.

 

Rigil Kentarus

 

type spectral :        G2

magnitude :            0

distance :                4,2 a-l

constellation :         Centaure

diamètre :               1,2 fois celui du Soleil

masse :                   1,3 masse solaire

compagnon :           3 objets

éclat :                     1,4 fois plus lumineuse que le Soleil

 

Commentaires :

Rigil Kentarus (Alpha du Centaure) est notre plus proche voisine. C’est en fait un système triple dont Proxima du Centaure semble faire partie (des doutes subsistent encore). Les deux étoiles principales illuminent le ciel de l’hémisphère sud d’un éclat sans pareil. Les deux composantes sont séparées en moyenne de 25 UA (orbite excentrique) et elles tournent autour leur centre de gravité commun en 80 ans (pour Proxima c’est 1/2 millions d'années). Beaucoup d’astronomes ont spéculé sur la présence de planètes dans ce système, mais au jour d’aujourd’hui, aucune découverte n’a été faite. Pire, les modèles en cours sur la formation des planètes rendent très improbable la présence de planètes dans des systèmes doubles ou multiples. De plus, la composante B a une orbite très allongée qui l’a fait se rapprocher de la composante A jusqu’à 11 UA (pour s’en éloigner à 36 UA). Dans ces conditions, il très incertain d’y découvrir une quelconque planète « extra-solaire ».

 

Sirius :

 

type spectral :        A1

magnitude :            -1,46

distance :                8 années-lumière

constellation :         Grand Chien

diamètre :               1,7 fois le Soleil

masse :                   2,35 masses solaire

compagnon :           naine blanche de 1 masse solaire / période orbitale : 50 ans

éclat :                     23 fois plus lumineuse que le Soleil

durée de vie :         600 millions d'années

 

 

Commentaires :

Sirius est la plus brillante du ciel, et la plus lumineuse parmi celles situées à moins de 25 années lumière. Son compagnon est une naine blanche découverte en 1852, la première étoile de ce type a avoir été vue. Elle est fût l’objet de nombreux casse-têtes pour les astronomes, car cet objet de la masse du soleil, est contenu dans un volume de la taille de la Terre. Sa nature fondamentale ne sera résolue qu’au 20ème siècle dans les années 30, par un certain Subrahmanyan Chandrasekhar, à qui l’on doit la fameuse “limite de Chandrasekhar” définissant la masse limite d’une naine blanche.

 

Spica (Epi de la Vierge)

 

type spectral :        B1

magnitude :            0,9

distance :                270 années-lumière

constellation :         Vierge

diamètre :               8 fois le Soleil

masse :                   10 masses solaire

compagnon :           étoile géante

éclat :                     2000 fois plus lumineuse que le Soleil

 

 

Commentaires :

Spica (alpha de la Vierge, du latin qui veut dire "L'épi").

Spica est un monstre double très chaud, sa température de surface avoisine les 20000° K. Située assez loin (près de 300 années-lumière), elle brille cependant d’un éclat significatif, preuve de son énorme chaleur. C’est ce qu’on appelle, une variable à éclipse, c’est à dire qu’un objet (une autre étoile) passe devant elle (dans notre plan de visée) et atténue sa luminosité sur une période de 4 jours. Cette deuxième étoile est un peu moins massive que la principale mais reste quand même important (6 masses solaire). Les deux composantes sont très proches l’une de l’autre (quelques millions de km). Il est impossible de les résoudre optiquement avec un télescope. Les astronomes professionnels estiment que 80 % de l’éclat reçu sur Terre provient de la composante principale.

 

Véga

 

type spectral :        A1

magnitude :            0

distance :                25 années-lumière

constellation :         Lyre

diamètre :               fois le Soleil

masse :                   2,5 masses solaire

compagnon :           5 objets

éclat :                     50 fois plus lumineuse que le Soleil

 

 

Commentaires :

Véga (alpha de la Lyre, de l'arabe "l'aigle se précipitant", "vautour" en latin).

Véga est l’une des trois étoiles qui composent le triangle de l’été (avec Altair et Deneb). Avec ses 25 années-lumière de distance, c’est une « voisine ». Elle est la seconde étoile du ciel boréal par ordre de luminosité (derrière Arcturus et devant Capella). Sa température de surface est de l’ordre de 9600° K, ce qui explique sa couleur bleutée. En 1983, le satellite infrarouge IRAS a détecté autour de l'étoile un disque de poussières, siège possible de création planétaire. Cependant, l’étoile est massive, ce qui la condamne à une vie relativement courte (de l’ordre du milliard d’années). Véga fût notre étoile polaire il y a 13000 ans et le sera de nouveau dans 13000 ans (précession des équinoxes).