Les Rencontres Euro-Astro 2004

Par Annie Laurent & Christophe Gervier

 

Les 29 et 30 mai 2004, week-end de Pentecôte, ont eu lieu comme chaque année les Rencontres Euro-Astro 2004, appellées plus communément "Rencontres Pierre Bourge". Tout simplement car c'est le grand maître de l'Astronomie Amateur qui organise cette manifestation, chez lui, en Normandie.

Il était tout naturel que nous nous y rendions, afin de rendre visite au parrain et à la marraine du Club, et de rencontrer d'autres astronomes amateurs.

Nous avons donc pris la direction de Mortagne-au-Perche, dans l'Orne (61), plus précisément à la Ferme pédagogique des Gaillons.

Le samedi matin était consacré à l'arrivée des participants. Déjà, quelques instruments pointant le Soleil étaient montés sur le terrain d'observation, surplombant magnifiquement les collines du Perche normand.

L'après-midi fut consacré à des conférences diverses aux sujets passionnants. Michel Collart nous a d'abord exposé comment il allait faire le transit de Vénus avec un appareil réflex numérique, mais aussi avec tout autre "APN" (Appareil Photo Numérique). Puis il nous a montré un petit diaporama sur la "Chavadrôme", rassemblement d'amateurs dans un petit coin perdu de la Drôme provençale.

A suivi un diaporama sur les photos argentiques avec de magnifiques clichés des éclipses de Lune et des comètes récentes.

Puis Philippe Morel, de la SAF (Société Astronomique de France) nous a montré les images d'un voyage d'observation des aurores polaires en Islande, avant de terminer par un petit topo sur l'étude des comètes.

Après le repas du soir, le ciel ne se prêtant pas aux observations, nous avons rejoints la salle de conférences pour visionner des films sur les éclipses observées par Pierre Bourge. Les images sont somptueuses et donnent vraiment envie d'assister à l'un de ces phénomènes.

Le lendemain, dimanche matin, a lieu le plus intéressant : la visite de l'observatoire du "Grand Maître". Après une petite heure d'attente mise à profit pour discuter avec d'autres astronomes amateurs, dont les membres forts sympathiques du Club Orionis, un important convoi de voitures s'est mis en route vers Saint-Aubin de Courteraie, petite localité voisine, où réside Pierre Bourge.

Arrivé chez le Maître, ce qui saute aux yeux, ce sont les deux coupoles plantées dans la pelouse : une petite, vestige de celle que Pierre Bourge avait monté sur la maison de ses parents, et une autre beaucoup plus grande abritant le télescope de 400 mm.

Enfin Pierre Bourge arrive avec une petite lunette Zeiss sous le bras pour nous expliquer comment il compte faire pour observer le transit. Il nous montre comment se monte la lunette sur la monture la plus célèbre chez les constructeurs de télescope. Cette dernière a la particularité d'être "polyvalente" : il est possible d'enlever la platine qui porte les instruments légers pour installer le Newton serrurier de 300 mm à la place. Pierre Bourge en profite pour nous montrer divers bricolages "faits maison" dont un chercheur de récupération ...

Puis nous nous dirigeons vers la coupole du 400 mm : c'est une "bête" imposante installée sur une monture à berceau. Malheureusement, le manque d'utilisation de cet instrument commence à se faire sentir et les années font leur mauvaise oeuvre.

Pareil pour le coronographe perdu dans le champ d'â côté : il n'est plus utilisé depuis plusieurs années. C'est dommage surtout que tout le monde se souvient des superbes images des protubérances photographiées par Pierre Bourge avec cet instrument unique dans son genre.

Pour finir la visite, Pierre Bourge nous montre et explique le fonctionnement de la monture qu'il compte utiliser pour le transit. Nous saurons bien après le transit qu'il n'en fut rien : Pierre ayant préféré utiliser un Coronado de 90 mm et une lunette Zeiss.

L'après-midi, le Soleil fit son apparition pour la plus grande joie de tous. Et pour la première fois, nous avons pu observer le Soleil avec un Coronado de 60 mm : la vision des protubérances, des filaments et de la granulation solaire restera l'un des souvenirs les plus marquants. Mais, un autre souvenir marquant fut la vision du fin croissant de Vénus en plein jour, grâce au matériel et au savoir-faire d'un astronome amateur venu spécialement de Belgique.

Et nous ne parlons même pas de la vision du Soleil à travers un binoculaire : une sensation et un confort superbe de pouvoir observer avec ses deux yeux grands ouverts.

L'heure étant bien avancée, nous n'avons pas pu faire la balade du système solaire à l'échelle (1 kilomètre et demi jusqu'à Saturne), ni profité du planétarium Sphériciel, une autre création de Pierre. Il faudra que l'on revienne, c'est sûr.

Vue panoramique de la balade du Système solaire et des collines du Perche

 

Un petit tour à l'accueil et au stand des météorites, et il est déjà l'heure de dîner.

Comme la veille, le temps ne se prête pas aux observations. Un programme de remplacement est donc mis en place avec, à la demande de Pierre, une présentation du ... site internet du Club Agnès et Pierre Bourge ! Ont suivi les magnifiques vidéos des couchers de Soleil et du rayon vert de Pierre Bourge.

Le lendemain, malheureusement, il nous faut penser à des choses plus terre à terre et prendre la route du retour. Après avoir saluer nos hôtes Agnès et Pierre, nous avons pris le retour vers la Charente avec la tête et les yeux pleins de souvenirs.

Vivement l'année prochaine et les Rencontres Euro-Astro 2005 !

 

Retour