Aménagement des locaux

 

L’idéal est de disposer d’au moins deux locaux séparés pour l’ensemble de l’entreprise afin de limiter les risques de contamination des grains d’abrasifs :

Un local pour l’ébauchage et le doucissage :

Quand c'est possible effectuer l’ébauchage dans un local particulier (garage, cellier, voire à l’extérieur). Pas de contrainte particulière liée à la thermique et l’hygrométrie. Bon éclairage.

Les différentes zones du local seront regroupées au maximum pour éviter les manutentions et les risques de chute des disques :

 

l'espace de travail duGAP47 cliquer pour agrandir l'image

 

Le poste de travail avec possibilité de tourner facilement autour. Le point d’eau (évier, bac à douche, …). Pour limiter les chocs, on préfèrera les vasques ou receveurs en matériaux synthétiques. A défaut, on protègera les angles saillants avec des matériaux antichoc (mousse, caoutchouc, …). Un support y sera installé pour recevoir les disques à nettoyer. Une douchette à jet réglable sera pratique pour le rinçage des disques. On peut aussi envisager de rincer les disques en les immergeant dans une bassine d’eau (à condition que l’outil soit étanche). Une table de desserte pour poser les disques, les abrasifs, les accessoires, … Elle devra être particulièrement stable et solide. On la recouvrera d’une nappe à changer à chaque abrasif.

 

Un local pour le polissage :

Mêmes contraintes fonctionnelles d'agencement que pour le local précédent.

Privilégier les locaux à forte inertie thermique (murs épais, ouvertures limités, bonne isolation).

Régulation thermique vers 19 / 20°C. Eviter les systèmes qui dessèchent l'air ambiant (convecteurs électriques, climatisation) ou compenser en humidifiant l'atmosphère.

Local facilement nettoyable (éventuellement à grande eau) et peu poussiéreux.

La zone affectée aux contrôles aura avantage à se trouver dans le même local : manutentions limitées, pas de gradient de température d'un espace à l'autre, Cela implique toutefois des contraintes : recul suffisant (support du miroir, rayon de courbure, appareil de contrôle, opérateur), limitation des courants d'air et des mouvements de convection (notamment liés à la température de certaines parois ou au système de chauffage). Dans le cas où l'air ambiant est trop instable, on pourra réaliser un banc de contrôle à l'intérieur d'un tunnel constitué de parois thermiquement isolantes.

Pour ceux qui manquent de place, l'utilisation d'un local unique pour l'ébauchage, le doucissage et le polissage est incontournable. Il faudra alors redoubler de vigilance dans le nettoyage (notamment avant de passer au polissage).

 

Poste de travail :

 

Notre poste de travail est constitué d’un bidon métallique rempli de sable et surmonté d’un plateau circulaire constitué de plusieurs planches de contre-plaqué collées. Plusieurs concepts peuvent être mis en œuvre : trépied bois, structure métallique, massifs béton,… Afin de préserver le dos des membres du GAP47, une vielle jante de voiture surmonté d'un disque de contreplaqué marine à été soudée sur le biddon, ainsi l'ensemble arrive à peu près à la hanche de la plupart des gratteurs.

Quelque soit le type de poste choisi, il devra répondre aux exigences suivantes :

  • Stabilité (notamment par rapport aux risques de chute).
  • Solidité et parfaite planéité du plateau.
  • Encombrement limité (en particulier s’il est implanté dans un petit local).
  • Facilité de nettoyage entre chaque abrasif.
  • Ergonomique (plateau à la hauteur maxi du coude).

 

 

Poste de travail utilisé au GAP 47

 
Sur le plateau, un molleton sera disposé pour répartir la charge du disque posé dessus et limiter ses flexions. Pour cela, on peut utiliser différents matériaux : moquette, mousse (type tapis bleu de camping), film à bulles (attention à ce qu’elles ne soient pas crevées), … Une nappe ou un sac poubelle découpé recouvrira le tout pour limiter les nettoyages.

Des cales en bois seront clouées ou vissées sur le plateau en laissant un petit jeu latéral pour les disques.