Comment faire les prises de vue




Cette page a pour but d'expliquer mes méthodes pour la prise de vue.

Pour toute question n'hésitez pas à m'envoyer un message en cliquant ici :
Avant cela votre mise en station doit être faite. Vous pouvez consulter ma page "Comment faire la mise en station d'un télescope" pour plus d'information.


Comment faire les prises de vue

  • Alignement des optiques

    Avant tout il faut aligner l'optique de l'instrument de guidage, avec l'optique de prise de vue.
    Pour cela, il suffit de pointer une étoile bien lumineuse, par exemple Vega, Deneb, ou Arcturus. Il est souvent plus facile d'utiliser une étoile pas trop haut par rapport à l'horizon, pour des raisons de commodité de visée à l'œil.
    Centrer l'étoile dans les deux instruments, avec un oculaire réticulé. Si l'instrument de prise de vue est un appareil photo, vous ne pourrez le bouger que de droite à gauche avec sa vis de fixation. Vérifiez que l'étoile est visible dans le viseur de l'appareil ou sur l'écran en mode "live view".
    A cette occasion une mise au point à l'œil est faite sur chaque instrument.


    Une autre méthode plus précise consiste à aligner en utilisant la caméra de prise de vue et celle de guidage. Je visualise à l'écran les deux images correspondant aux deux instruments, et je m'assure que l'étoile est au centre des deux images. Pour illustration, voyez ma copie d'écran, avec d'un côté PHD Guiding pour la lunette 80ED de guidage, avec la LodeStar, et de l'autre le C8 avec l'Atik, sous le logiciel Artemis :



  • Mise au point de l'optique de prise de vue


  • Pointer une étoile assez lumineuse, mais pas trop non plus, assez haut dans le ciel. Vega est un peu trop forte par exemple.
    • Si l'optique est un appareil photo
    • Dans ce cas, utilisez le mode "live view", qui permet de voir sur l'écran de l'appareil en direct l'étoile. Puis zoomez au maximum sur l'étoile.
      Enfin ajustez la bague de mise au point de l'objectif pour que l'étoile soit la plus petite possible.

    • Si l'optique est une lunette ou un télescope
    • Il faut que la caméra astronomique qui sera utilisée pour la prise de vue soit installée sur l'optique. Connectez la caméra à l'ordinateur, et ouvrez le logiciel de prise de vue. En ce qui me concerne j'utilise Artemis, le logiciel fourni avec l'Atik.
      Activez le refroidissement de la caméra à -9°C. C'est une température qui reste stable avec une Atik 314L+.
      Positionnez le filtre de luminance (non coloré).
      Lancer des prises de vues périodique de 0,1s en binningx2 (paramétrez la fenêtre "Exposure", et lancez "Loop"), pour voir l'étoile à l'écran. Si vous ne la voyez pas, utilisez la raquette pour déplacer le télescope et la faire apparaître à l'écran. Attention si la mise au point est très loin du point focal, vous ne verrez qu'un halo blanc. Faites un premier réglage de mise au point à l'œil sur l'écran pour que l'étoile soit plus petite possible.
      Puis, dans Artemis entourez l'étoile avec un rectangle pour réduire la taille de l'image avec l'action "Subframe definition", car seule l'étoile nous intéresse, et cela améliore le débit de transmission des données entre la caméra et l'ordinateur.
      Zommez l'étoile. Ensuite lancez l'outil de mise au point de Artemis, simplement en double-cliquant sur l'étoile. A ce moment apparaît une petite fenêtre avec des chiffres qui évoluent sans cesse.
      Ces chiffres permettent de faire la mise au point. Lisez le chiffre FWHM, et faites la mise au point pour que ce chiffre soit le plus petit possible.


  • Mise au point de l'optique de guidage


  • Lancez le logiciel PHDGuiding, choisissez le type de matériel utilisé en cliquant sur l'icône appareil photo (Starlight Xpress SXV pour moi), sélectionnez 0.2s, puis cliquez sur l'icône loop.
    Ensuite faites la mise au point en regardant l'écran, l'étoile doit être la plus petite possible.


  • Cadrage de l'objet

    Sur la raquette, choissez l'objet à pointer. La monture tourne toute seule.
    • Si l'optique est un appareil photo
    • Si l'objet est assez lumineux, par exemple M31, M27, M57 ou M51, il est possible de vérifier à l'œil dans le viseur de l'appareil la position de l'objet.
      Sinon il faut faire des prises de vue sur l'appareil, ou en pilotant l'appareil avec EOS Utility, pour voir l'objet.
      Utilisez la raquette pour déplacer et centrer l'objet.

    • Si l'optique est une lunette ou un télescope
    • Dans le logiciel de prise de vue, Artemis par exemple, lancer des prises périodiques de 0.5s par exemple, avec un binning x2 ou x3.
      Si l'objet est peu lumineux, avec une magnitude supérieure à 10, il faudra peut-être faire des pose plus longues, d'1s voire 2s.
      Si l'objet n'apparaît pas, il faut le chercher avec la raquette.
      Une fois trouvé, centrez l'objet. Artemis propose d'activer un réticule bien pratique dans View/Display options. Celui-ci s'affiche par dessus l'image. Il est aussi très utile pour recentrer l'objet en cas de dérive de la monture lors de multiples poses.
      Lorsqu'il est centré, faites une pose un peu plus longue, en binning x1 pour vérifier sa position.
    Ensuite, on va pouvoir mettre en place l'autoguidage sur l'autre instrument.


  • Mise en place de l'autoguidage

    • Faites des darks de la lunette de guidage
    • Lancez la boucle de prise de vue à 0.5s pour voir ce qui apparaît comme étoile. En suite, fermer l'optique en mettant le capuchon sur la lunette de guidage pour faire les darks. Dans PHDGuiding, lancer la commande "Take Dark". Cela permet d'éliminer le bruit du capteur, et de mieux voir les étoiles. Cela évitera aussi de se tromper en choisissant un pixel chaud comme étoile de guidage au lieu d'une vraie étoile. Ca m'est déjà arrivé.
    • Lancez le guidage
    • Ensuite enlever le capuchon de l'optique de guidage. Relancez la boucle de prise de vue à 0.5s. Cliquez sur une étoile, un carré apparaît et l'entoure. Puis lancer l'autoguidage avec l'icône "PHD". Il va d'abord faire automatiquement un calibrage en ascension droite, puis en déclinaison. Ensuite il lance le guidage.


  • Vérifiez le cadrage de l'objet

    Après le lancement de l'autoguidage, il se peut que l'objet se soit déplacé dans l'optique de prise de vue, à cause du calibrage fait par PHD.
    Si c'est le cas, désactivez l'autoguidage, recentrez l'objet dans l'optique de prise de vue, puis relancez le guidage.



  • Déterminez le temps de pose

    • Si l'optique est un appareil photo
    • Faites des prises de vue en augmentant progressivement le temps de pose, de 30s, 60s, 120s, 240s. Vérifier à chaque prise que les étoiles sont bien rondes, non allongées.
      Sinon il faut réduire le temps de pose.

    • Si l'optique est une lunette ou un télescope
    • Dans le logiciel de prise de vue, vérifiez que la température du capteur est basse et stabilisée, puis faites des tests de prises de vue en binning x1, et en augmentant progressivement le temps de pose. Commencez à 30s, puis 60s, puis 120s, puis 240s par exemple. A chaque prise zommez sur des étoiles pour évaluer la qualité du guidage. Si les étoiles sont bien rondes, c'est bon. Sinon, il faut réduire le temps de pose.
      Attention, sur les bords, les étoiles peuvent être plus allongées à cause de la déformation du miroir du télescope. Regarder donc en priorité vers le centre de l'image.


  • Lancez les prises de vue

    Il faut d'abord déterminer la durée de pose totale que l'on souhaite. Pour cela il faut prendre en compte le fait qu'il sera nécessaire de faire des darks, offsets et flats, ce qui prend du temps.
    De plus si vous utilisez une roue à filtre, il faudra faire des poses sur chaque filtre, ce qui augmente le temps nécessaire. Je conseille de faire des poses en binning x1 en luminance, et binning x2 pour les filtres RVB.
    Au début je conseille de faire des prises avec un maximum de 30 minutes cumulées par objet, ce qui est déjà pas mal, pour éviter les problèmes. Si vous utilisez des filtres, cela fera 30 minutes x 4 filtres (rouge, bleu, vert, luminance), soit 2 heures de travail!
    • Si l'optique est un appareil photo
    • Je conseille d'utiliser EOS Utility, après avoir connecté l'appareil à l'ordinateur avec un câble USB. Ce logiciel permet de programmer les prises de vue en séquence et évite de toucher l'appareil, ce qui le ferait vibrer.
      Il y a une petite icône de montre qui permet cette programmation.

    • Si l'optique est une lunette ou un télescope
    • Dans le logiciel de prise de vue, vérifiez que la température du capteur est basse et stabilisée, puis faites des tests de prises de vue en binning x1, et en augmentant progressivement le temps de pose. Commencez à 30s, puis 60s, puis 120s, puis 240s par exemple. A chaque prise zommez sur des étoiles pour évaluer la qualité du guidage. Si les étoiles sont bien rondes, c'est bon. Sinon, il faut réduire le temps de pose.
      Attention, sur les bords, les étoiles peuvent être plus allongées à cause de la déformation du miroir du télescope. Regarder donc en priorité vers le centre de l'image.
    Vérifiez régulièrement la qualité des poses, et que l'image ne dérive pas par rapport au cadrage. Si elle dérive, il faut interrompre les prises de vues et recadrer l'objet. Puis reprendre les prises de vue. Si la nuit est bien noire, et que la lune apparaît au cours de la nuit, il faudra probablement interrompre les prises de vue, si les images se dégradent.

  • Faites les darks

    Les darks sont faciles à faire, car il suffit de fermer le télescope, la lunette ou l'appareil photo avec le capuchon, puis de lancer des poses avec le même temps de pose que les prises de vue
    Ce qui est ennuyeux, c'est que ça peut être long. Pour l'appareil photo, je préfère les faire juste après les prises de vue pour que la température du capteur soit la même. Pour l'Atik, la température est contrôlée donc c'est plus simple. Je garde même des bibliothèques de darks en fonction de la température et du temps de pose.
    Je conseille de faire au moins 5 darks, et d'en faire un nombre impair. Attention si vous utilisez une roue à filtre, et que vous avez choisi un binning différent pour les couleurs et la luminance, il faudra faire des darks pour le binning x1, et des darks pour le binning x2.
    Bien sûr, prenez soin de bien nommer les fichiers afin de vous y retrouver plus tard.

  • Faites les offsets

    Ce sont les plus faciles à faire. Il faut boucher l'optique, comme pour les darks, et faire des poses les plus courtes possibles. Pour l'appareil photo, je fais des poses de 1/4000s. Pour l'Atik, je ne peut pas descendre en dessous de 0.001s. Je conseille de faire 11 ou 15 offsets. Attention si vous utilisez une roue à filtre, et que vous avez choisi un binning différent pour les couleurs et la luminance, il faudra faire des offsets pour le binning x1, et des offsets pour le binning x2.
    Bien sûr, prenez soin de bien nommer les fichiers afin de vous y retrouver plus tard.

  • Faites les flats

    Ce sont les plus difficiles à faire. Si vous utilisez une roue à filtre, il faudra faire des flats sur chaque filtre, et en respectant le binning utilisé pour les prises de vue.

    J'utilise un écran à flat field, qui est un rond que l'on peut brancher, et qui éclaire uniformément. C'est très utile.
    Il faut mettre l'écran devant l'objectif du télescope ou lunette ou appareil photo, et faire une prise de vue courte.
    Puis ouvrir le fichier obtenu avec IRIS, et choisir le menu Visualisation -> Histogramme. Là on voit une courbe, qui doit avoir un pic autour de 19500 ADU :



    Si ça n'est pas le cas, il faut refaire une pose en changeant la durée d'exposition. C'est assez fastidieux. Puis lorsqu'on a trouvé le bon temps de pose, on peut prendre la série de flats.
    Pour les filtres, il faut refaire cette opération pour chaque filtre.
    Faites 15 flats (pour chaque filtre).
    Bien sûr, prenez soin de bien nommer les fichiers afin de vous y retrouver plus tard.


    Voilà, après ça vous avez fini votre travail, c'est éprouvant, et ça n'est pas terminé. Il reste à combiner et traiter ces images pour obtenir un résultat.
    Voyez ma page "Comment traiter les images".