About This Club

Un petit groupe pour parler, entre passionnés, de l'observation du ciel aux jumelles et binoculaires.

  1. What's new in this club
  2. Et allez donc, il pleut, il pleut sans cesse... M'en fous ! Je bricole ! Puisque la tête de ma monture est désormais rehaussée par un demi-pilier, je peux la mettre au régime, de sorte à ce qu'elle prenne moins d'espace en largeur (d'un contrepoids à l'autre). Bah oui : avant, j'ai du composer avec le trépied. Des contrepoids trop proches l'un de l'autre l'eussent heurté, lorsqu'ils sont en position basse lors des réglages en azimuts... Ce problème n'existant plus, je n'avais aucune raison de laisser la monture en l'état, inutilement large avec ses contrepoids écartés de près de 50cm ! L'ancienne version prenait ses aises, souvenez-vous (sans même parler des poignées, heureusement d'usage restreint aux soirées publiques) : On voit bien que les contrepoids sont bien écartés, de sorte à passer de chaque coté du trépied lors de leurs mouvements. La nouvelle version passe de 50cm d'encombrement - en largeur - à 30cm : le gain est conséquent, ça va grandement faciliter le transport de l'ensemble ! (les contrepoids ne sont pas montés) Désormais, je peux emballer la monture (1/2pilier+tête) dans son sac sans avoir à la démonter. C'est autant de temps de gagné
  3. La saison des pluies, c'est bien... pour bricoler : que faire d'autre ?? J'ai donc réalisé une modification destinée à faciliter mes mouvements en cours d'observation. Le tripode, par rapport au pied-colonne, peut s’avérer gênant pour peu que l'on tourne beaucoup autour de son instrument : on doit faire attention de ne pas le heurter (ne fut-ce que pour épargner ses arpions) et lorsque la cible visée est "mal" placée, on est embêté par le pied qui pointe vers notre chaise : il nous empêche parfois de nous approcher suffisamment de l'oculaire (ou des oculaires, dans mon cas)... Une solution simple est de rehausser la tête porte-instrument, de sorte à limiter l'embase du tripode en le laissant en position basse. Vixen propose ce genre d'accessoire pour ses trépieds, le but étant d'éviter que les tubes longs viennent taper dans un pied lors du suivi équatorial (ou d'une manipulation un poil optimiste). Dans mon cas, c'est juste une question de confort. J'ai donc fabriqué un rehausseur en bois, avec les chutes de CTP extérieur 25mm (j'ai pris ce que j'ai au garage. Du 15mm eut été bien suffisant, là c'est fait pour supporter le poids d'une bagnole...) de 25cm : de la sorte, je suis debout pour observer vers 5-10° de hauteur et assis sur la première marche de ma chaise de repassage lorsque la cible est au zénith Voici la chose : La pièce est composée de cinq éléments vissés-collés. Si je fais le "test de l'escalier" (qui consiste à jeter l'ensemble trépied-monture-jumelles du haut d'un escalier bien pentu), je suis sûr que mon rehausseur sera le dernier à lâcher. Avec les jumelles : Anecdote amusante (à posteriori) : alors que je réalisais la première installation de l'ensemble pour en estimer la stabilité et prendre cette photo (ci-dessus), l'alarme "tremblement de terre" s'est mise à hurler dans toute la maison ! J'avais un contrepoids d'installé, l'autre dans la main, les jumelles toujours dans leur malle... je me suis dépêché de fixer le second poids et les secousses ont commencé ! Grâce à ce timing parfait, je peux confirmer que les vibrations du bouzin - et pas de la vibration de p'tite bitte, croyez-moi - sont absorbées en un peu moins de deux secondes
  4. On dirait le train d'atterrissage d'un petit avion
  5. Le deal du jour !

    Yep, ça spécule fort au Japon : ils ont à la fois le goût de la collection et du produit national. En effet, certaines marques sont surcotées ; les lunettes Nikon ou Carton, surtout présentées dans leurs boites (en bois) d'origine, les vieilles Pentax (lunettes comme montures), les binos Miyauchi... partent toujours à bon prix. Pour peu qu'on les surveille des USA ou d'Europe, c'est encore pire ^^ J'ai bien profité du marché local, notamment quand je me suis équipé en oculaires Nikon Nav-hw, ou quand j'ai acheté mes jumelles Nikon 20x120 type III à l'état neuf. En ce moment, je me fournis plutôt en Allemagne (jumelles APM, oculaires Baader et APM : compte tenu de la distance, ça semble sous-optimal... mais en fait... non, car le prix du port est généralement inférieur à la détaxe (étant hors marché commun, je ne paie pas la TVA allemande. La plupart du temps, les japonais "oublient" de me demander la leur à l'import, sachant qu'elle plafonne ici à 8-10%). J'ai d'autant moins de scrupules à agir ainsi que si tu passes les douanes françaises avec du matériel acheté au Japon (par exemple à l'aéroport), il sera taxé à 20% (si déclaré ou repéré), que tu te sois ou non acquitté de la TVA japonaise ! C'est assez dégueulasse pour les honnêtes gens, ainsi taxés deux fois (en tant que résidents japonais*, puis en tant que français)... (*) Peu de gens le savent, mais à partir du moment où tu déclares vivre plus de la moitié de l'année au Japon, tu ne bénéficies plus de la détaxe locale (celle dont les touristes usent et abusent lors de leur visite au pays du soleil levant). Ca me semblerait très juste si les mêmes résidents n'étaient pas re-taxés lors de leurs passages en France... mais ils le sont ! Du coup, j'em... les douanes : je ne déclare jamais rien (ruse : tout est au nom de ma femme, japonaise) et jusqu'ici, c'est passé crème
  6. On fait pareil ici. Comme d’autres j’y fais assez régulièrement mes courses. Je me délecte des vielles Taka des années 70, entre autres C’est pas donné car c’est open sur le Monde, mais on trouve de bien belles opportunités introuvables ici, comme au US. J’espère que tu profites un peu du marché local. Tu m’etonnes ! De plus, sur Nikon c’est très spéculatif. Les lunettes, jumelles et oculaires ... pffff Takahashi, Goto, Pentax un peu moins, mais quand même un peu aussi remarque. Après tout, je pense que si l’on voyait passer des lunettes Clavé 100mm, elles attendraient aussi des sommets. Et chez nous, les fugus sont moins voraces sales bêtes... Bonne nuit jour Bob ! Stéphane
  7. Le deal du jour !

    J'ai l'impression, depuis le temps que je traîne sur yahoo!Auction Japan, que des astrams américains viennent fureter dessus et gardent un oeil sur ce type de matos. Par exemple, des 20x120 Nikon Kogaku de la guerre, en sale état (genre inutilisable), j'en ai vu partir à 2500-3000 euros sur le forum de Cloudynights et je ne serais pas surpris qu'ils viennent se fournir au Japon. D'ailleurs, dans les commentaires associés aux annonces locales, je lis parfois que le proprio "ne vend qu'au Japon", ou bien "ne répond qu'aux personnes écrivant en japonais". Il est vrai que sur certains équipements, la différence de prix dépasse les 50%... Ceci dit, les annonces de Cloudynights "CONUS only" sont également légion. Japonais comme américains sont assez chauvins (pour le dire poliment)
  8. Belle paire, c'est sûr ... Bin ouais, mais 1 002 000 Yen vu de chez nous, les pieds dans la boue et la douane aux aguets, bin c'est tout de même 11000€ livré sur le paillasson sans garantie de non vices* et sans retour possible**. Faut être couillue des épaules. Nan, je voulais dire, faut les épaules sévèrement burnées. Nan, je veux dire faut être large du portefeuille. Nan, je veux dire faut une femme vachement conciliante ou non voyante . Non voyante, ça veut pas dire une femme qui passe inaperçue hein, une femme qui voit vraiment rien de rien quoi ! Bref, si ta femme est banquière ou juste légèrement presbyte, c'est mort *sans protection, sans condom en quelque sorte. ** t'es dedans et tu y restes !
  9. Le deal du jour !

    Finalement, les miyauchi Galaxy BR141 viennent de partir à 7.450 euros. C'est une somme mais finalement, je m'attendais à une enchère plus élevée. Il y a quand même eu 90 relances !
  10. C'est clair Un bon look ces jumelles de bateau de guerre !
  11. Le deal du jour !

    Bah c'est grave moribond, par ici... Et des Nikon 20x120 de bateau de guerre en bon état pour 1600 euros, toujours pas ? Non ??
  12. Le deal du jour !

    Pour conclure (et pour le fun) : si vous aimez l'astronomie ET les champignons, ne passez pas à coté de ces Vixen quelques peu... bizarres Bonjour la greffe improbable, regardez du coté des oculaires... pourtant, ça semble d'origine ! https://page.auctions.yahoo.co.jp/jp/auction/k554913452 De jolies Miyauchi - encore - 15x77 : j'aime beaucoup ce modèle https://page.auctions.yahoo.co.jp/jp/auction/t814085527 De drôles de bêtes dont j'ignorais l'existence : des FUMOTO 20x50 On se demande si l'on a affaire à des jumelles ou à un binoscope miniature... https://page.auctions.yahoo.co.jp/jp/auction/o480652491 Bref : venez au Japon, on rigole bien
  13. Le deal du jour !

    Bah, tant qu'on y est : il y a aussi ça à vendre... https://page.auctions.yahoo.co.jp/jp/auction/w474964385 Les Fujinon 20x150MT-SX : Elles sont à visée droite, un peu cracra (les autres photos montrent un dessus bien raboté, le précédent proprio n'a vraiment pas été soigneux). Le vendeur précise que l'optique semble ok - et ses oculaires sont fixes. On peut cependant y adapter deux sets de filtres prévus pour : des polarisants et des "nebula" de type broadband (j'ai ces derniers, ils sont moins efficaces que des UHC mais conviennent pour à peu près tous les objets). Prix de départ : 5.000 yens, soit 3900 euros environs. C'est la foire aux binos sur les PA japonaises, mais je ne compte pas vendre les miennes !!
  14. Le deal du jour !

    Une fois de plus, je vous sers l'affaire du siècle sur un plateau (d'argent)... Tâtez-moi ça : https://page.auctions.yahoo.co.jp/jp/auction/s829061343 Les myhtiques Miyauchi Fluorite BR141 -en mode renvoi à 90°, s'il vous plaît. Avec monture trépied et fourche d'origine ! Bon, elles n'ont que le set d'oculaires à 25x (grossissement mini). Rien n'est dit sur le parallélisme, si ce n'est que l'instrument a été révisé par Miyauchi en 2018. Leur intérêt principal, c'est leur compacité globale et leur poids contenu (cette monture à crémaillère et fourche allégée, j'en rêve). Leur plus gros défaut ? Trois sets d'oculaires propriétaires seulement ont été prévus pour ce modèle, avec un grossissement max de 41x (de mémoire), très insuffisant pour un tel diamètre. De nos jours, ne pas pouvoir choisir ses oculaires est vraiment rédhibitoire, sans même parler d'y visser des filtres. Si l'on pouvait les "passer" au coulant 50,8 ou même 31,75mm, elles seraient vraiment sexy... Prix de départ de l'enchère : 750.000 yens, soit un peu moins de 6.000 euros. Je suis sûr qu'elles partiront chères, les japonais étant très fiers de cette marque. Et ce modèle est rare
  15. Ami(e)s "bi", salut ! Je repasse par ici pour actualiser les petites modifications de la tête de ma monture. Elle n'a pas été révolutionnée, mais par ajouts successifs, s'est vue améliorée de WE en WE. - Les bras - désormais en bois exotique, bien moins lourd que l'acier - qui portent les contrepoids ont été allongés, j'avais de la marge avant qu'ils ne menacent de toucher le trépieds en manœuvre. De la sorte, l'empilement d'haltères de 2x6 kg (soit 12) est désormais ramené à 2x3,7 (soit 7 kg et 400g en tout). Pour équilibrer les 20kg du bestiau (jumelles+oculaires), c'est assez peu - J'ai acheté d'occasion 20 euros (équivalents) un pointeur tête haute "Quickfinder". Le plus drôle, c'est que le gars le vendait à bas prix parce qu'il n'avait plus son embase ; moi si..! J'ai eu un Quickfinder dans le passé, je l'avais monté sur mon T300 sans utiliser sa base dédiée. Je l'ai retrouvée dans un tiroir - J'ai installé des poignées - amovibles pour le transport - destinées à orienter la tête de la monture lorsqu'on observe : ça évite de manipuler les jumelles en les tenant par leurs porte-oculaires ou pire, par les oculaires eux-mêmes. Ce ne sont pas tant mes manipulations qui sont risquées (je fais évidemment attention), mais celles des personnes que j'invite à regarder dans l'engin. J'ai noté qu'ils ne savent pas trop comment procéder, certains n'hésitant pas à recadrer leur cible en empoignant les oculaires ! Pour éviter ça, j'ai désormais des poignées, qui me permettront de dire "où poser ses mains" Je vous ai mis deux photos (pourries, mon smartphone voit flou depuis qu'il est tombé dans les escaliers) : En rouge, les poignées (des pieds de meuble recyclés pour l'occasion, avec de la mousse autour) En bleu, des serre-écrous à cliquets (ça serre fort et ça s'oriente comme on veut - ici, dans le sens des bras, pour ne pas gêner - après) Et avec le monstre :
  16. Oui, effectivement, je fais ègalement du diurne et la la monture trapez est egalement très bien jusqu'à 40x. Sinon en occulaires j'ai: - 1 paire de pano 24mm - 1 paire d'apm 18mm (fournis avec la bino) - 1 paire de Delit 7mm - 1 paire de ssw 3.5
  17. C'est plutôt un bon choix car à ce diamètre, tu peux être amené à les utiliser en diurne, sur trépied. Et là, 45° induit une position très naturelle. Qu'as-tu comme oculaires ?
  18. 45° car je les utilisent avec une chaise longue et une monture trapez
  19. Superbe CROA. Une belle ballade très bien présentée. Je suis fan de tes CROA et merci pour le partage avec comme toujours un bon zeste de bonne humeur
  20. Les as-tu prises en version 45° ou bien 90° ?
  21. Merci pour m'avoir lu. Oui, j'ai finalement craqué pour paire d'APM 82 ED.
  22. Arf, j'ai bien l'image ! En fait ça me fait un peu penser à ça C'est pas la seule Quelle chance ! C'est dommage, la liberté des uns s'arrête où commence celle des autres en général. Pas très courtois cet amateur de K-pop.(plus 3 groupes électrogènes, en général c'est aussi assez bruyant !) Je suis fan de tes récits, c'est vraiment complet, on a l'impression d'y être ! Je vais évidemment les relire pour les revivre ! C'est vrai que les amas globulaires sont de magnifiques objets célestes ! Un grand merci et bravo Bob !
  23. La nuit des Globs !

    Vers une heure du matin, je m'intéresse enfin à la voie lactée. J'ai du attendre qu'elle s'élève plus que nécessaire pour en butiner les trésors : comme précédemment écrit, la pollution lumineuse de l'immense vallée s'ouvrant vers Tokyo ruine l'horizon Est. Tant que notre galaxie folâtrait sous les 40° de hauteur, s'y promener eut été gâcher. Je n'ai pas investi dans des jumelles XXL pour collecter des photons pourris ! Vous m'objecterez que le Scorpion et Le Centaure sont dans la voie lactée ? Certes. Mais ils pointaient au Sud dès 22h, peu de mauvaise lumière de leur coté. Bref : du Sagittaire au Cygne, j'ai évidemment admiré plusieurs dizaines - au bas mot - d'objets divers et variés. Je ne vais pas tous les lister, mais m'attarder sur ceux qui m'ont vraiment enchanté ! M7 : dans les 50x150, l'image était à couper le souffle ! M22 : granuleux à 16x80, il se révèle vraiment à 80x150. L'amas est beau et majestueux, à l'égal d'un M5. C'est en l'admirant que j'ai pensé "dédier" cette nuit aux globulaires, que mes jumelles dévoilent avec panache ! Je ne les attendais pas spécialement affûtées sur ce type de cible, les imaginant quasi exclusivement dédiées aux amas ouverts et aux grandes nébuleuses gazeuses... et bien, j'avais tort ! M8 : Quelle claque ! Aux 50x150 sans filtre, elle est déjà belle. Mais derrière les UHC d'Astronomik, elle prend un pep's de folie : sur un fond de ciel opportunément assombri, les poches de gaz deviennent très contrastées, riches de nuances et d'extensions soutenues. L'ensemble est somptueux et, bonus sur le gâteau, ne ressemble pas vraiment aux images produites par nos pairs photographes ! J'imagine que c'est une question de sensibilité spectrale ? L'oeil ne fonctionne pas comme un capteur CMOS et sur cet objet, c'est vraiment flagrant. Et ça tombe bien, l'objet suivant réagit différemment. Je parle de M20, "Le Trèfle" : Aux 50x150, avec ou sans filtre, la nébuleuse montre ses quatre lobes (trois se voient immédiatement, le quatrième est plus discret), ses nervures sombres et son caractère dual. La moitié Nord est presque éteinte par le filtre alors que sans lui, elle diffuse plus largement que la moitié Sud. Ce détail mis à part, Le trèfle ressemble vraiment à sa photographie : on le reconnaît au premier coup d'yeux. Mais parlons d'une nébuleuse qui m'est chère : je suppose qu'elle a un nom, mais je n'ai jamais cherché à savoir lequel parce que de mon coté, je l'ai toujours appelé "la patte de chat" Elle ne doit pas être souvent imagée en France, où elle reste très basse (8° de hauteur pour Toulouse, par exemple). Mais pour moi, elle s'élève à près de 10° de plus ! J'ai cherché à la prendre en photo l'année passée, sans succès (je vous épargne les divers aléas qui m'auront contrarié. Mais vous savez ce que c'est : nous avons tous et toutes un objet Némésis, une cible qui s'obstine, malgré nos efforts, à nous humilier... et bien pour ma pomme, c'est cette foutue patte de chat !) Tenez, je vous ai fait une photo d'écran. La voici, telle qu'elle apparaît sur "Stellarium" : Bon, il manque un coussinet, mais une étoile et du gaz diffus font à peu près le job Or donc, la nuit dernière, je me suis dit qu'il était peut-être possible de l'observer... en direct live ? Qui ne tente rien n'a rien ! Résultat : aux 50x150, ça passe crème ! J'ai très bien vu les quatre composantes de la (grosse) papatte ! En revanche, impossible de me souvenir : ai-je utilisé les filtres ? Tout à mon enthousiasme de gamin devant ce spectacle, je ne l'ai pas précisé dans mes notes... M17 : On ne présente plus cette star des soirées d'été. Aux 50x150, déjà très contrastée et torturée sans filtres, elle laisse percevoir avec eux toute la complexité des stries qui la balafrent. Je bascule enfin vraiment "vers l'Est", pointant les grands oiseaux - l'Aigle et le Cygne - qui peinent à s'extraire de la poisse lumineuse : NGC7000, "l'Amérique du Nord" : je ne l'observe que filtrée, aux 50x150 (meilleur compromis grossissement/contraste : le ciel n'est pas assez bon pour que l'image à 30x puisse s'imposer). Le "Golfe du Mexique" est facile et détaillé, le Pelican montre son grand bec segmenté. Un poil plus au Sud, je repère la méduse (C27, je l'appelle comme ça, mais c'est peut-être malvenu), qui s'étale en une bande claire dessinant la moitié d'un ovale. Je passe ensuite sur M27, très brillante et contrastée, de forme reconnaissable entre mille... mais ne présentant guère de détails, en fait. Elle est spectaculairement lumineuse, c'est là son intérêt ! Je m'attarde sur M57, par curiosité : mais à 80x, le grossissement est trop modeste : l'anneau est riquiqui ! Je n'essaye pas d'observer l'étoile centrale en virant les filtres : de mémoire, je ne la voyais pas au T300, inutile de m'exciter ! Pour conclure la soirée, je fais dans la Dentelle : A 50 ou 80x dans les 150, elle me montre la même chose : une image sympa, assez contrastée compte tenu des conditions (région du ciel un peu polluée, filtres UHC plutôt qu'OIII). La composante Est dévoile sa structure en patte d'insecte, avec ses grandes griffes : cela suffit à mon bonheur. J'en verrai bien plus lors d'une belle nuit de l'été prochain ! En guise d'épilogue, permettez-moi de vous parler du contexte... sonore. Je ne me fâche pas, j'explique : Comme évoqué en début de fil, je n'étais pas le seul astram à profiter du site : une douzaine d'amateurs japonais - tout aussi frustrés que moi par les conditions météo déplorables des précédentes soirées - s'étaient donné rendez-vous sur "mon" parking. Ils/elles n'étaient pas là pour observer le ciel, mais pour l'immortaliser. Des astrophotographes, donc ! J'ai eu l'occasion de les voir à l’œuvre plusieurs dois et je dois avouer, à mon cœur défendant, qu'ils ont un peu tendance à produire du photon. Mais ce soir-là, ils ont aussi généré des phonons ! Coté spectacle, c'était du son&lumière ! Déjà, quand ils se sont installés, j'ai immédiatement noté la présence d'au moins trois (!) groupes électrogènes : ça promettait ! J'avais déjà pris mes distances, mais pfff... La nuit, j'aime écouter les bruits, les craquements, les cris, la vie nocturne qui se déploie dans la nature ; une vie qui donne à notre loisir une dimension supplémentaire, mystérieuse et fascinante. Certaines nuits "d'astronomie" m'ont vraiment marqué : une harde - cerf et biches - s'aventurant jusque dans le cercle de lumière rouge de ma frontale, des chiens aboyant et se "parlant" à tour de rôle à plusieurs kilomètres de distance, des sangliers ou des vaches (!) manquant de foutre mon dobson au sol ou de massacrer ma tente... sans même parler des hérissons, des serpents ou, plus récemment, des raton-laveurs un peu trop intrusifs ! Bah là, on oublie : quand y'a de l'électrogène, y'a pas d'plaisir ! Et si vous ajoutez le bruit et l'odeur... Ensuite, un amateur sans doute sourd - c'est la seule explication - a décidé d'écouter de la musique. Sans casque. Et tant qu'à faire, de la bonne : de la K-pop ! Je me suis dit qu'il allait se lasser ? J'ai laissé tomber quand les premières lueurs de l'aube sont venues concurrencer la pollution lumineuse Et voilà ! il est l'heure de tenter un petit bilan : Coté positif : Ces jumelles 150ED excellent dans l'observation des objets de bonne taille - grossissement limité oblige - et faiblement contrastés : c'est vraiment là leur force. Avec elles, alors même qu'elles ne sont guère performantes en matière de magnitude limite, je "choppe" des nuances qu'un réfracteur - en vision mono - aura bien du mal à saisir. A mon avis provisoire, ce fut particulièrement flagrant sur des objets comme la galaxie M101, la nébuleuse du Hibou ou la "patte de chat", autant de cibles qui ne sont pas sensées montrer grand-chose dans cette gamme de diamètre. Au Restefond, j'ai vu la tête de cheval dans une lunette de 150 (filtre H-Beta) : je suis sûr de la revoir dans mon bitube, peut-être même aux UHC. Pour les objets disposant déjà d'un bon contraste, le spectacle est total : ce fut notamment le cas des amas globulaires "Messier" (je suis passé, dans la voie lactée, sur beaucoup d'amas NGC plus lointains et granuleux, voire non résolus), au pep's sublimé par l'instrument et surtout, par la vision binoculaire. Le fait qu'on puisse observer sans fatiguer est également un plus énorme, surtout quand on ne fait que ça de toute la nuit ! Enfin, coté amas ouverts et nébuleuses diffuses, cette séance n'a fait que confirmer ce que je savais déjà, fort de ma petite expérience avec de grandes jumelles : pour les admirer, ce sont de merveilleux outils. Coté négatif : Des jumelles, même déraisonnablement grosses, ne peuvent aller pêcher les galaxies "pétouilles". Tant que ces dernières sont (relativement) proches, on se régale... mais l'exercice montre vite ses limites. Il en va de même des nébuleuses planétaires : ce n'est pas leur tasse de thé (à part pour les monstres genre M27). Comme dans le cas des lunettes APO, on ne choisit pas ce genre d'instrument pour ses performances pures, mais pour leur spécificité d'usage. Dans leur strict domaine d'application, elles sont sans concurrence. Pour le reste, elles ne font pas de miracles ! Mon dernier mot ? je me pâme d'avance pour la comète de décembre, mon futur cadeau de Noël : Amène-toi, Léonard ! Je t'attends de trépied ferme ! - FIN -
  24. Je passe un peu tard, mais par curiosité : Bonjour, tu as fait ton choix ?
  25. Merd', trop tard !
  26. La nuit des Globs !

    Avant de quitter M101, je note la présence d'une étoile faible proche du noyau : à peine devinée en mono (test effectué à posteriori avec un seul œil, par curiosité malsaine), elle est évidente en vision binoculaire. Plus tard, j'irai m'enquérir de sa magnitude : 12,75. La magnitude limite théorique d'un instrument de 150mm est donnée à 12,9. Je dois donc l'atteindre sans trop de problème, sachant que la nuit était de qualité standard (voie lactée bien visible, mais pas pleine de pep's comme au restefond, ou comme lors de la sortie "binouzes et megatubes" avec les Nikon 20x120 fin 2019). Ma vue étant très quelconque (un peu myope, un peu astigmate : dès que la pupille de sortie dépasse 2mm, les étoiles se changent en toutes petites croix), je suis fort aise de ce constat ! Ensuite ? M51 est la cible logique : Je la manque à 8x32 (32mm, c'est décidément un peu juste pour faire du repérage astro. Je devrais m'offrir des 50. Le soucis, c'est que je vais beaucoup perdre en champs réel). Aux 16x80, elle ressemble à une poire, plutôt pâle. Je ne sais si je distingue déjà deux composantes, ou si je les imagine. Aux 80x150, le bond qualitatif est de nouveau remarquable : l'image est belle ! Les bras sont bien visibles, avec deux renforts marqués : le plus clair est coté satellite, l'autre est presque à l'opposé (pas exactement en vis-à-vis, un peu décalé). La plus petite galaxie apparaît dissymétrique, avec un noyau en forme de barre verticale. En vision indirecte, des extensions se laissent deviner, dessinant un ensemble de belle taille sur le fond de ciel. Je repasse au Sud afin d'observer la galaxie Centaurus A, que j'avais zappée : Aux 8x32 : ratée ! Enfin, j'ai cru deviner un truc... mais rien n'est moins sûr. Aux 16x80 : elle se distingue difficilement du fond de ciel fade (évoluant vers 8-9° de hauteur, à ce moment), semble assez grande, comme un amas lointain non résolu... Aux 80x150, elle laisse voir sa structure générale : une bande sombre quasi horizontale, plus large sur les bords, la coupe en deux. La moitié sud est la plus brillante des deux. Et hop, reeee-bascule vers l'Est, direction Hercule ! Le héros grec est monté comme un die... euh assez haut , veux-je dire, pour s'extraire des lumières malsaines de la plaine. Je n'ai pas cherché à faire dans l'original et j'ai directement pointé sa pai... hem, ses deux plus beaux amas. M13 : Aux 8x32, il est facile, bien lumineux, non résolu. Aux 16x80, il est très contrasté, granuleux en vision décalée. Même sans voir ses étoiles, on sait déjà qu'il s'agit d'un amas. Aux 80x150, il est superbe : parfaitement résolu, très contrasté, l'image claque ! L'amas mériterait d'être grossi davantage. A 80x, je n'ai pas l'amorce d'un problème de parallélisme : j'aimerais bien pouvoir investir dans un set d'oculaires supplémentaires... M92 : les 8x32 le montrent fort menu. Les 16x80 précisent son profil, plus ramassé, plus "pointu" que son puissant voisin, avec un pic lumineux central marqué. Les 80x150 confirment tout ça, notamment le noyau quasi ponctuel. L'amas est résolu et même s'il est plus petit que M13, il me semble encore plus contrasté. On retourne dans la Grande Ours (oui, mes soirées astro sont décousues et non, j'étais sobre) : Je cherche d'abord M108, pour ne pas inutilement jongler avec les filtres : Aux 8x32 : passez votre chemin. Aux 16x80 : la galaxie surgit du néant comme un petit fuseau sans détails. Aux 80x150 : elle est plus longue et plus fine, mais n'en montre pas plus. En la décalant, je peux accrocher M97 - le hibou - dans le même champs : c'est tout de suite plus joli M97 (sans filtre) : Pas vue aux 8x32. Aux 16x80, c'est une tache circulaire, pâle et sans nuances. Aux 80x150, c'est la même chose. Elle est bien ronde et relativement contrastée, mais ses "yeux" sont trop fugaces pour me convaincre : mon imagination est sans doute à la manœuvre ! Quand on sait ce que l'on est supposé voir, on le voit parfois un peu trop vite... M97 (avec filtres UHC Astronomik) : Le contraste augmente de façon GORE, la nébuleuse est de belle taille et cette fois, d'accord : l'oiseau de nuit a des yeux. Je ne les vois cependant que par intermittence, je les pensais plus faciles... Encore un dommage collatéral des astrophotographes ! Tiens, M108 est toujours visible. Maniant mes jumelles comme un servant de DCA complètement hystérique, je repasse au Sud et cherche M83, grosse galaxie surnommée "south pinwheel", ce qui veut dire quelque chose en anglais : Aux 8x32, elle est devinée en vision décalée. Aux 16x80, sans vouloir lui manquer de respect : ce n'est qu'une grosse tache. Aux 80x150, elle grossit encore et laisse deviner des nuances. Je n'arrive cependant pas à deviner dans quel sens elle tourne. Il faut dire qu'elle n'est pas bien haute, 20° et des brouettes. J'ai l'impression qu'elle est barrée, il y a comme un gros trait clair central qui "penche" vers le sud-ouest. Je remarque aussi une étoile dans le centre, à moins que ce ne soit son noyau ? Puisque je traîne dans le sud, je vais voir M5, fameux globulaire s'il en est : Aux 8x32, c'est une petite boule de coton bien lumineuse. Aux 16x80, il est déjà crousti-fondant. Miam ! Aux 80x150, il devient grandiose ! C'était déjà mon tas préféré (avec M22), lorsque j'officiais aux commandes de mon T300. Cet amas est à la fois dense et très étendu, avec des nuances plus marquées que M13 ; son centre forme comme une boule, que l'on croit voir en volume plutôt qu'à plat. Magique ! Toujours traquant le Glob, je passe par le Bouvier et j'observe M3 : Aux 8x32, il est minuscule (!) et bien sûr, sans détails. Aux 16x80, il devient granuleux en vision décalée. Aux 80x150, il est bien résolu, très régulier : on dirait un petit M13. (A suivre...)
  27.