About This Club

Un petit groupe pour parler, entre passionnés, de l'observation du ciel aux jumelles et binoculaires.

  1. What's new in this club
  2. Bonjour polorider Désolé de répondre que maintenant mais j'étais parti quelques temps. J'utilise ces jumelles depuis un mois maintenant et je ne regrette vraiment pas cet achat, certes onéreux mais tellement confortable et agréable. J'ai fini ma phase "tourisme" et je suis surpris de la qualité optique et de surcroit de capacité octroyée par la stabilisation. J'ai des Vixen 20x80 depuis de nombreuses années utilisées sur pied bien entendu avec lesquelles je n'ai pas ce résultat, loin de là et pourtant elles ont été révisées par un spécialiste récemment. J'ai eu quelques difficultés à percevoir M33 et M57 au début. j'ai acheté deux pare-soleil en 58 mm qui ont changé la donne et me permette de les prendre sans problème maintenant. Les visions de M42, M45, les amas de Persée sont tout bonnement superbes. La plupart des amas sont visibles (de M35 à 38 parfaits). Je prends sans problème les galaxies M81 et 82, un de mes amas préférés NGC 457. Bref, pour le moment c'est du vrai bonheur. J'aimerai les utiliser avec deux filtres OIII mais je n'en ai qu'un, un Lumicon, et quand j'en vois le prix, je repousse l'achat d'un 2e exemplaire. Je vais effectuer des dessins dans mes prochaines séances mais la profusion d'étoiles distinctes dans le champ de 4,5° m'effraie un peu. Je commencerai avec des cibles hors champ galactique pour simplifier la chose. Autre chose, sur les oiseaux, c'est aussi vraiment sympa, la stabilisation est parfaite. J'avais lu que la conso des piles était importante mais pour le moment je trouve ça correcte. Il faudra voir ça en hiver. Dis-moi ce que tu penses de l'utilisation de ces jumelles. JL
  3. Salut @astropixel Oui j'utilise ces jumelles (les mêmes que toi 15x50) et j'observe avec aussi
  4. Bonjour Comprends pas ?
  5. Bonsoir et merci pour ce post certainement dans la rubrique "petites annonces" et que dans les ventes Zou ......
  6. Bonjour à tous Nouvel acquéreur de jumelles Canon 15x50 IS, J’aimerai savoir si quelques membres sont intéressés par des croas avec ce type de matériel. Pourtant habitué à l’observation du ciel profond depuis de nombreuses année (voir dizaines d’années) avec tous types de matériel, je suis bluffé par ces jumelles tellement pratiques et performantes. J’ai ces jumelles depuis deux semaines et j'ai l’impression de revenir au plaisir réel de l’observation en diminuant au maximum les contraintes. Y-a-t’il des observateurs avec des jumelles stabilisées dans le groupe ?
  7. Oui, j'ai oublié de le signaler (c'est tout frais...), toutes mes confuses.
  8. Bonjour, le vieux barbu m'a apporté un kit Orion : une paire de 15x70 avec son trépied. Certes, c'est un modèle basique, mais je prends déjà plaisir à chercher - et surtout trouver - des objets.
  9. Jumelles APM 70mm 90° ED avec oculaires 18mm ultra flat field et trépied à crémaillère. Les oculaires sont interchangeables, dont grand champ genre Nagler. Avec des 5mm, la lune à x80 est absolument magnifique. Résolution, contraste et clarté garantis jusqu'en bord de champ. Semblable à ce modèle sauf que les verres sont ED et non SD. https://www.apm-telescopes.net/en/apm-70-mm-90-sd-apo-binocular 1000€. Négociable raisonnablement.
  10. Toujours le même plaisir de lire ces reportages, merci Bob
  11. moi c'est un héritage .....
  12. C'est bien lui Il s'est fait teindre les cheveux en châtain, c'est la grande mode en ce moment au Japon (ma femme elle-même n'y a pas coupé)... Si je compare à ce qui se fait en France, je dirais que leur appréciation du "châtain" tire carrément sur l'orange. Un effet de mode lié à la série coréenne "squid game", peut-être ? Ou plus probablement... ... un hommage aux teintes rouges orangées de la Lune éclipsée, tout simplement
  13. Excellent comme d'habitude Bob ! Un volcan, Kitakura-san (c'est pas le septuagénaire dont tu as fait remarquer la silhouette juvénile dans un croa précédent ? ) , des binos costaudes, une lunette Hello Kitty, une usine à gaz qui fait des images et Bosque Rico, un plaisir à lire ce CROA ! Ah zut, ma myopie presbytie fait encore des siennes, je ne t'ai pas repéré ! Pas moi mais c'est comme si grâce à ce reportage vivant et bien illustré ! Merci Bob !
  14. Il eut fallu indiquer dans le titre qu'il allait ici être question du grand Rico Bosque ! Avec l'effet de surprise, j'ai failli avoir un malaise vagal... Très malin.
  15. Comme toujours, un plaisir de vous lire. Ouais, maintenant que t'es un pote à Rico, je te vouvoie. Merci.
  16. Dans notre série : A la conquête de l'Est, j'ai bien l'honneur et le plaisir de vous parler aujourd'hui du Festival aux étoiles de Koumi ! Je m'y suis rendu ce week-end avec , au final, un bilan mitigé : si l'évènement fut sympathique sur le plan humain, je n'ai pour ainsi dire rien observé. La lune et la météo se sont vicieusement associées et bien réparties la tâche pour ruiner la nuit entière... Mais prenons le train à sa gare de départ : Samedi Vers 10h30, ma petite famille (mon épouse, notre fils et moi-même) avons entassé bagages et matos dans la Suzuki Alto (un truc qui ressemble un peu à une voiture, en plus petit) et avons roulé en direction de la petite ville de Koumi, dans la province de Nagano. S'y tenait Samedi et Dimanche un festival d'astronomie d'autant plus intéressant que 1/ Je l'avais déjà "fait" il y a trois ou quatre ans et 2/ C'est le seul rassemblement astronomique IRL à s'être tenu ces deux dernières années au Japon ! Inutile de dire qu'il était très attendu... Fun fact n°1 : en cours de route, à peu près à mi-chemin, je remarque un panache de fumées serpentant sur les hauts d'une vaste montagne curieusement dépourvue de végétations... je demande alors benoîtement à ma femme si ledit relief ne serait pas un PUTAIN DE VOLCAN ACTIF (je ne le dis pas comme ça, mais c'est l'idée) ?? Passablement incrédule, elle consulte son Iphone... et me répond qu'en effet, il s'agit du volcan Asama - avouez qu'il n'a pas une gueule de porte-bonheur - et qu'il est du genre turbulent ! Discrètement, j'accélère un peu, histoire de ne pas m'attarder dans la région... 140 kilomètres plus loin et 140 décamètres plus haut, le temps de déposer nos bagages classiques au Ryokan qui nous accueille, nous arpentons le site - réparti autour d'un grand hôtel - qui accueille déjà une foule nonchalante d'exposants et de visiteurs mêlés. Samedi, en début d'après-midi J'installe rapidement mon matériel mais ce faisant, je commets une première erreur : je me pose sur le site dédié aux campeurs, alors peu nombreux (température négatives obligent). Ce n'est pas un soucis en soi, sauf que j'ai zappé la grande majorité des astrams dispersés sur les trois parkings dédiés à leur installation. Ce sont autant de gens et de matériels dont vous ne verrez pas d'images parce que, tout simplement, nous nous sommes ratés ! Maintenant, sur un plan strictement astronomique, mon choix aurait été le bon... si le ciel avait suivi : en effet, le site des campeurs s'est avéré bien protégé des lumières parasites, à la différence des parkings susdits pourris de lampadaires qui sont restés allumés toute la nuit. Tandis que ma femme et mon fils testent l'équivalent japonais des baraques à frites (mais avec des tentacules*), je commence à regarder ce que les commerçants proposent : Kitakura-san, membre éminent de mon club astro, est venu faire du business et pour attirer le chaland, il expose quelques-unes de ses créations... ... comme ce télescope de 190mm à FD=20 ou 25 (je sé plu lol), "spécial planètes", dont il a taillé l'optique et conçu l'oculaire présentement associé, puisqu'il est le papa de la gamme Lavendura. Kitakura-san pose devant sa bête : Notez l'obstruction centrale dérisoire de l'ensemble : on doit être largement en-dessous de 10% Le même monsieur est revendeur des lunettes taïwanaises Long Pern : il les a montées en binoscope 2x100mm, parce que... pourquoi pas ? Pour ne pas en rester là, il nous propose ces autres binos, toujours à base de Long Pern, mais à 85mm de diamètres. Pour les p'tites b... budgets : Furetant à droite à gauche, je remarque qu'une poignée de visiteurs observent une scène distante avec une belle lunette sans renvoi coudé (donc à l'envers). Intrigué, je regarde à mon tour... ... et d'un coup de zoom, je dévoile la cible : c'est notre bon copain, le volcan Asama, qui nous dévoile son petit panache Ma petite famille a rapidement jeté son dévolu sur l'instrument ultime (une lunette de 40mm, bien sûr) : Avec Nyan Hello Kitty et ses copines en déco, comment résister ? Un concurrent de l'astrographe Redcat, peut-être fabriqué par la même compagnie (j'ai complètement décroché de l'astrophoto...) ? Tous ce merdier de câbles, qu'est-ce que ça me manque (pas) ! Voici une drôle de bête dont le principe et le fonctionnement m'ont immédiatement séduit, je vous explique le comment du pourquoi : Ce binoculaire mono-objectif possède deux oculaires de qualité - j'ai évidemment regardé dedans - et surtout, un zoom central qui agit en amont de ces derniers. L'intérêt ? Le champs apparent ne change pas, puisque les oculaires sont à focale fixe. C'est la focale de l'objectif qui s'adapte ; en fait, c'est un objectif zoom, comme on en trouve chez tous les fabricants d'optiques photographiques. Pourquoi est ce que "ça me parle" ? Parce que j'ai eu en tête, un temps, de me construire des jumelles sur ce même principe : à base de deux objectifs-zooms - peut importe la marque - associés à des oculaires fixes "grand champs" de qualité. L'idée était exactement celle exploitée par Svarowsky : disposer d'un instrument capable de changer son grandissement sans pour autant modifier son champs apparent. A l'usage, c'est très agréable et de fait, cet engin délivre de belles images sur toute sa plage de fonctionnement. En usage diurne, l'inévitable perte de lumière est insensible ; je ne l'ai pas testé de nuit. En parlant de jumelles, l'exposant de chez Fujinon ne pouvait pas ne pas produire la plus célèbre des BigBinouzes : les 25x150 à renvois coudés (à 45°) Elles auront fait fantasmer un paquet d'astrams amateurs de vision binoculaire ! Que reste-t-il de leur légende, aujourd'hui ? Que valent-elles, sur le ciel, comparées aux productions récentes venues de Chine (même estampillées sous d'autres cieux) ? J'ai pointé la forêt distante, de jour : l'image est propre, suffisamment corrigée du centre au bord pour qu'on n'y trouve rien à redire. Les soucis se devinent avant même d'essayer : d'une part, je ne me satisfait plus d'un champs apparent de 55°. Pour l'immersion, vous repasserez. D'autre part, pour exploiter pleinement un instrument doté d'une pupille de sortie de 6mm, vous avez intérêt à être le jeune propriétaire d'une île déserte ! Autant dire que ce n'est pas pour moi Quitte à choisir des binos à coulaires fixes, je préfère ce modèle : des Miyauchi 20x100 à objectifs Fluorite. Mon épouse ne s'y est pas trompée Le soir venu, nous sommes retournés dans notre auberge pour profiter de ses onsen, ou bains chauds : la Lune se couchant vers 1h du matin, je ne voyais pas l'intérêt de pointer mes jumelles dans un ciel au fond laiteux. A minuit pétante, je m'extraie sans bruit de notre chambre et retourne sur le site pour profiter - c'était le plan - de la matinée : j'avais prévu d'observer, entre autres, les trois comètes qui me narguent depuis quelques temps : Chemtruc-Gerasimenko, Atlas et Léonard (flemme de chercher leurs matricules complets). Belle idée, ruinée nette par la présence imprévue de nuages d'altitude : à peine sortai-je de la voiture que je découvre un ciel livide, blafard, loin des standards habituels de l'endroit. Les astrams du coin camping discutent, boivent thés sur cafés, se réchauffent l'âme et les doigts (il gèle, -4°C) en attendant l'éclaircie... qui ne viendra pas. J'ai quand même fait une photo souvenir. Ne vous laissez pas berner par toutes ces étoiles, l'APN est bien plus optimiste que l'oeil : Je suis dans l'angle rouge de l'image (pose unique de 30s, Sony A6000 à 800ISO et Laowa 4mm à F2,8) Fun fact n°2 : Dans mes pérégrinations nocturnes, je manque les dernières marches d'un escalier menant d'un parking surélevé à un autre et je me vautre comme une bouse, envoyant valdinguer la sacoche et ma lampe frontale dans la chute. Je n'avais pas pris une telle gamelle depuis longtemps et curieusement, je m'en suis relevé indemne. Nul(le) ne me vit choir, même l'honneur est sauf ! Au lever du soleil, la météo nous joue un dernier tour de cochon : les nuages se dissipent et très vite, le ciel dégueule de bleu marine ! Il nous nargue, cet enfoiré Voici le seul instrument d'astram amateur que j'aurai photographié : Quand j'aurai des bouffées de nostalgie en repensant à mes années passées d'astrophotographe, je me perdrai dans l'usine à gaz dévoilée par cette image : ça me calmera illico Dimanche Perdus au milieu des exposants professionnels, une poignée d'amateurs offre à la foule avide un peu de matériel à vendre, d'occasion. J'ai repéré deux instruments vraiment intéressants : Le monsieur qui pète propose une paire de Miyauchi Binon 7x50 à 66,5° de champs apparent. Vous les voyez, posées sur la toile cirée ? Je les ai essayées (de jour) : elles sont flatteuses et confortables (le relief d’œil est important, inutile de se visser les oculaires dans le crâne), l'image est claire, contrastée et bien définie jusqu'aux deux tiers du champs ; au-delà, la courbure impose de jouer de la mise au point. C'est net au centre OU c'est net au bord, il faut choisir ! Affichées à un prix de 400 euros, j'aurais pu vouloir les acquérir... mais l'exemplaire vendu souffre d'un défaut d'alignement marqué, dans le sens vertical (évidemment) : j'ai mal au crâne rien que d'y penser. Vous avez également noté la présence d'un télescope Ninja "320" de diamètre éponyme ? C'est mon second choix du jour : à 1000 euros et des brouettes (140.000 yens), l'affaire est là, sous mon nez. Le miroir est propre, l'ensemble a vécu mais se comporte comme il se doit, tout est fonctionnel : si je n'étais déjà équipé, j'aurais peut-être craqué... Fun fact n°3 : lors de notre dernier passage dans le carré dédié aux exposants, je remarque un attroupement. Un homme, la trentaine, semble être le centre d'attention d'une petite foule de sympathisants qui l'interpellent, essayent d'attirer son attention ou se prennent en selfie avec lui. je ne l'ai jamais vu, ni de près ni de loin. Mon épouse est ailleurs, elle ne peut pas m'affranchir, donc... je m'éloigne, à contre-courant des gens qui m'entourent. Le gaillard le remarque, j'imagine (lui tournant le dos, je ne l'ai pas vu venir) : il me rattrape, commence à me parler en japonais : lorsque je lui souris sans répondre, affichant l'air niais du type qui n'a pas saisi un traître mot du discours énoncé (je suis bon à ça), il passe à l'anglais et m'explique qu'il possède une chaine Youtube, très populaire dans le monde de l'astronomie ; "I am Bosque Rico", répète-t-il deux fois, comme si j'allais vivre une épiphanie à l'évocation de son nom. Je souris de plus belle, hochant la tête en signe d'approbation (au Japon), n'ayant pas la moindre idée de ce que je suis sensé répondre. Qu'à cela ne tienne : il me tend sa carte, que je prends sans précaution (à une main, la méchante faute d'étiquette, j'aggrave mon cas). Sans doute décontenancé par mon silence insistant (bordel mais QU'EST-CE QUE TU VEUX QUE JE TE DISE ?), il me salue d'une courbette et retourne à ses occupations relationnelles, me laissant enfin vaquer aux miennes. Un zeste intrigué, je suis allé voir sa chaine : c'est ici. Je n'ai rien visionné, vous me direz, ok ? Il est temps de conclure J'ai apprécié l'évènement ! Bien sûr, la météo nous a trahis, mais j'étais en manque de sorties et de rassemblements : depuis deux ans, la Covid19 nous pourrit la vie et réduit nos expériences sociales à leur portion congrue... j'en ai un peu ma claque. Voir une foule de gens réunis par une même passion -la mienne, en plus - m'a fait du bien. Je n'ai rien observé, je n'ai rien acheté, je n'ai guère discuté mais peu importe : j'y étais ! Et puis, n'oublions pas l'essentiel : J'ai (virtuellement) serré la louche de Rico Bosque ! Lui et moi, on est quasiment cul et chemise maintenant ! Et ça, franchement... ... qui peut s'en vanter ici ?? (*) de calmars frits
  17. Merci pour ce CR
  18. Les corps flottants : qui n'a jamais été gêné par ces poussières qui se promènent à la surface de nos yeux ? A moins d'en voir une quantité notable, ils ne gênent guère la vision normale, même s'ils sont vus plus facilement de jour, en pleine lumière, lorsque nos pupilles se contractent au maximum. Il en va différemment lorsqu'on utilise un instrument d'optique tel qu'un microscope, un télescope ou une lunette : en effet, ces instrument ont une "pupille de sortie" et cette dernière détermine la visibilité desdits corps flottants. Plus la pupille de sortie est petite, plus ces corps flottants seront visibles et donc, gênants. Pourquoi est-ce que je vous parle de cela ? Parce qu'un témoignage intéressant, fait par un astram japonais, met en lumière l'intérêt des jumelles et plus généralement, de la vision binoculaire : pour faire simple, les deux yeux travaillant de concert sont moins gênés - à pupille de sortie équivalente - par la présence de corps flottants... qu'un seul oeil. En clair, la vision binoculaire est moins sujette à ce problème que la vision monoculaire. Voici la traduction "Google" du texte japonais original. C'est tout pourri, mais on comprend l'essentiel : "En vieillissant, le flotteur progresse et lorsque vous regardez dans les oculaires, la poussière du flotteur est perceptible et vous êtes très inquiet. Par conséquent, j'ai appelé "Matsumoto des lunettes" qui fabrique "Matsumoto miroir" et lui ai demandé s'il y avait une contre-mesure. En conséquence, la poussière dans les yeux est visible, en particulier à fort grossissement, de sorte que le diamètre de la pupille ne doit pas être réduit à 1 mm ou moins. ➡ Diamètre Hitomi = ouverture de l'objectif (mm) ÷ Grossissement (×), donc la contre-mesure est d'augmenter ou de diminuer l'ouverture de l'objectif ou du miroir, ou d'utiliser la vision binoculaire, la poussière du flotteur ne sera pas perceptible immédiatement. J'ai vérifié il dans la lune ce soir. .. ・ Avec TSA-120, vérifiez d'abord en regardant la lune avec "vision monoculaire" et en changeant le grossissement. 300 fois / diamètre pupillaire 0,4 mm ⇒ Un objet filiforme atteint de la maladie de Moyamoya peut être vu assez clairement, ce qui obstrue le champ de vision. 180 fois / diamètre pupillaire 0,7 mm ⇒ Les objets filiformes Moyamoya semblent un peu flous et ne me dérangent pas beaucoup. 113 fois / diamètre pupillaire 1,1 mm ⇒ Le champ de vision est clair et presque aucune brume filiforme n'est visible. ・ En outre vérifié par "vision binoculaire" du dispositif binoculaire 257 fois / diamètre pupillaire 0,5 mm ⇒ "Moyamoya objet filiforme" a l'air un peu flou avec une forme claire qu'un seul œil, et c'est un niveau qui ne me dérange pas tellement. 180 fois / diamètre de la pupille 0,7 mm ⇒ "L'objet filiforme Moyamoya" ressemble à une grande image défocalisée, ce qui est encore plus imperceptible. 113 fois / diamètre de la pupille 1,1 mm Si vous déplacez le globe oculaire afin que vous puissiez voir dans le champ de vision, vous pouvez voir l'existence d'un objet filiforme de la maladie de Moyamoya, mais vous pouvez à peine voir la forme et vous pouvez profiter une vue confortable." Or donc, s'il est à peu près convenu qu'en vision monoculaire, les corps flottants peuvent devenir gênants à partir d'une pupille de sortie inférieure à 0,7mm, il semble que la vision binoculaire puisse s'en accommoder dès 0,5mm. Soit à un grandissement nettement supérieur (par exemple, 100x au lieu de 70x). Je ne suis guère sujet à ce soucis, mais je vais faire des essais, à l'occasion
  19. Ben je l'ai posté là-bas aussi Oui ! si je devais faire des stats à partir de ce que j'ai vu en club, lors de sorties et dans les star-parties, je dirais qu'on a 3 lunettes pour un télescope, grosso modo. Peut-être même plus... C'est prévu ! Le rassemblement du prochain WE est le seul maintenu de l'année, je ne le louperai pour rien au monde !
  20. J'aime beaucoup quand tu croasses Bob, c'est toujours vivant et bien raconté, on s'y croirait ! (D'ailleurs je ne comprends toujours pas pourquoi tu nous réserves cet avantage dans ce coin paumé du forum, je pense que tu devrais le poster dans "Observation visuelle", il y a un peu plus de passage et ce croa le vaut bien ... sans compter celui de la semaine prochaine que j'attends avec impatience ) Est-ce à dire qu'au Japon, que ce soit en visuel ou en photographie ce sont plutôt des lunettes que l'on utilise ? J'aime beaucoup la rose de Caroline, je la trouve belle dans tous les scopes, et même dans mes petites jumelles premier prix de 20x80 ! ça aurait pu coûter la peau des fesses et là ça devenait franchement inconfortable L'amas de la poudre d'argent avec le rubis à l'intérieur ! Trop de la chance J'ai peur d'oublier son nom en attendant ton croa du week-end prochain Prévois peut-être un peu plus qu'un litre et vous rajouterez quelques étoiles doubles et/ou carbonées à la liste de vos observations ! J'ai vraiment hâte de lire ton prochain croa ! Et si tu peux prendre quelques photos ce serait encore plus mieux Merci Bob, c'est toujours un plaisir de te lire !
  21.