About This Club

Un petit groupe pour parler, entre passionnés, de l'observation du ciel aux jumelles et binoculaires.

  1. What's new in this club
  2. Et bien moi je viens de faire l'acquisition d'une petite paire de Nikon 10x42 Monarch 5 absolument exceptionnelles ! Légères, un contraste de dingue et un piqué parfait sur quasi tout le champ. Seul petit défaut, une déformation légère façon coussinet/barillet quand on fait un travelling. Mais franchement, un fabuleux rapport qualité/prix. Dans la foulée, j'avais pris des Prostaff 5 12x50 vraiment mauvaises, que j'ai renvoyé. Pas du tout la même qualité, non ED.
  3. Bonjour @Cédric et merci pour ton accueil, Non, je n'utilise pas tout ça et comme tu l'a dit, je crois que l'on est tous achro en plus, je pense que une bt 100 90° TS achro ou APM apo va "peut etre" venir rejoindre les autres
  4. Vos instruments...

    Bienvenue à toi @fdudu, très joli matériel que tu as ! Mais tu utilises vraiment tout ça ? (Bon je sais que tu n'es pas le seul à avoir une si impressionnante collection... )
  5. Merci pour ce retour hyper intéressant... Bonne nuit
  6. Après la merveilleuse nuit de la star-party d'Aichi du WE dernier, j'avais quelques appréhensions à l'idée d'employer mes jumelles géantes sous le ciel médiocre de ma campagne urbanisée. C'est donc avec un enthousiasme modéré, surtout motivé par l'idée de réaliser un comparatif (c'est excitant), que j'ai installé tranquillement mon engin dans le jardin ce Samedi. Le ciel a été dégagé toute la journée et ce soir, il affiche un bleu profond qui promet une transparence nocturne correcte et peut-être, un halo de pollution relativement contenu. Une heure plus tard, lorsque la nuit astronomique est bien installée, je dois déchanter : le fond de ciel est crémeux jusqu'au zénith. Il n'a pas la "qualité hivernale" attendue : pas de voie lactée, alors que le Cygne est encore assez haut. A l’œil nu, je ne vois pas le double amas de Persée. Je cherche les Pléiades et quand je les trouve, on ne peut pas dire qu'elles me sautent aux yeux ! Si l'équipement n'était pas déjà prêt, franchement, je ne le sortirais pas. Mais bon, après tout, la séance sera instructive : voir quelque chose de sympathique, dans ces conditions, serait une excellente nouvelle ! Je m'attends au pire, qu'est-ce que je risque ? Je m'installe, c'est parti ! J'équipe les jumelles de leurs filtres Fujinon et commence par le Cygne, avant qu'il ne s'esquive. Ayant bien en tête la récente et superbe observation menée sur North America, je navigue autour de Deneb. Le fond de ciel est atténué par les filtres, mais... les nébuleuses sont invisibles. C'est une blague ? Qu'elles soient ténues ou moches, passe encore, mais rien ? Je prends mon temps, peine perdue. Oh purée, ça commence mal ! Douché, je pars vers les Dentelles. Même constat : je ne les vois pas. Au contact de l'étoile brillante de l'arc le plus fin, je note une vague excroissance... et encore, j'ai un doute ! L'arc le plus étendu, celui qui m'évoquait une grande plume festonnée quelques jours plus tôt, est noyé dans la fadeur ambiante. Cette misère ! Poursuivons le jeu de massacre. Je retire les filtres et retourne l'instrument vers le sud-est, direction les Pléiades. Je les trouve, c'est déjà ça ! La réalité n'a pas grand-chose à voir avec mon souvenir : il n'y a pas de luminosité globale tranchée, qui distingue l'amas de son environnement plus sombre. Ce n'est qu'une collection d'étoiles individuellement lumineuses, pas vraiment un objet en soi. Plus grave : il n'y a pas de gaz ! Même en vision indirecte, il n'y a strictement rien à voir aux alentours de Merope (les autres, n'en parlons pas). Dans le quadrilatère, je compte neuf étoiles (14 en montagne), mais peu importe : ce n'est pas moche, c'est pire que ça... c'est triste. Je pointe le double amas de Persée : finalement, c'est l'objet le moins décevant du moment. Il perd beaucoup en contraste et donc, en beauté, mais la foultitude d'étoiles - même moins serrées - détourne l'attention du fond de ciel blafard. Les couleurs sont perceptibles mais l'effet 3D est très atténué, au détriment du plaisir d'observation. Puisque je traîne dans le coin, allons voir Andromède. Elle est très haute, c'est plutôt bon signe, la voil... doux Jésus ! Ce n'est qu'une tache asymétrique, un nuage pâle sans forme ni structure qui se perd dans le fond de ciel ! M110 est loin (!) et misérable... quant à M32, je la cherche encore... Il est 20h30, je décide de rentrer au chaud (température extérieure 2°) et de m'occuper une paire d'heures, le temps qu'Orion émerge de la vase. Ce serait dommage de ne pas conclure sur l'albatros (je n'ai pas pointé la Rosette, vous ne m'en voudrez pas)... A 23h, je ressors. Le ciel s'est amélioré : plus sombre, avec une zone zénithale presque propre. Du coup, je revisite les Pléiades, maintenant à ma verticale : c'est mieux ! La patate globale de l'amas est perceptible (mais sans plus), la nébulosité près de Merope est devinée en vision indirecte. Je compte désormais 11 étoiles dans le quadrilatère principal. Si je n'avais pas récemment vu le même amas sous un ciel de rêve, j'aurais trouvé l'image jolie... Je remets les filtres et vise enfin M42, la reine des nuits d'hiver. Houuu là là, elle a pris cher, Sa Majesté ! Au sud-sud est, elle est assez haute - 10° de plus qu'en France métropolitaine - mais ne s'extraie pas du halo lumineux de l'agglomération tokyoïte et de ses extensions ferroviaires : elle étend peu ses ailes, sa tête d'oiseau n'est vue qu'en vision indirecte, aucune boucle ne vient la refermer, "l'homme qui court" est à la limite de la perception... ça craint ! Autour du trapèze, les nodosités complexes du cœur se laissent voir, quand même. Avec les filtres, la nébuleuse s'étend un peu plus mais paradoxalement, je perds en détails dans la partie centrale ; au final, c'est décevant ! Quand je repense au même objet, vu d'Aichi... Je ne reste dehors qu'une grosse demi-heure : le ciel ne s'améliorera plus et j'ai vu ce que je voulais voir (ou pas). La rosée de début de nuit se change progressivement en givre... Il est temps de venir témoigner, ici même Le bilan est déprimant, mais je tire quelques enseignements de cette demi-nuit d'observation : - Ma monture me donne satisfaction : je l'ai améliorée en dotant l'axe de la bascule d'un frein. La visée est confortable, surtout au-delà de 60° d'élévation. - Avec mon instrument, sous un ciel médiocre à moyen, les amas ouverts sont la cible à privilégier. Les galaxies, on oublie (cette M31 de cauchemar...) et les nébuleuses gazeuses, on les filtre à bande étroite : mes Fujinon à bande large, ça va bien sous un bon ciel... sinon, ils sont trop permissifs. - En-dessous de 70-75° d'élévation, la pollution lumineuse ruine tout ! Sur ce, bonne nuit !
  7. Un superbe voyage que tu nous proposes là. Du matos carrément incroyable. Et pour ne rien gâcher un talent fou: un régal à te lire (l'humour en plus...). Merci @BobSaintClar pour ce partage .
  8. et quel chance de pouvoir essayer autant de trucs différents... Ca permet quand même de sa faire une belle idée avant d'acheter...
  9. tu poses la question sur le bino de 2x100. On remarque le meme V sur la monture de la Zeiss 130. Alors matos Danois? Merci Bob pour le voyage ce fut un régal à lire !!
  10. Je viens de prendre le temps de tout relire... Merci il y avait tous ce qu'un Astram attends, Matos de ouff, CROA très détaillé et surtout ton humour qui ne gâche rien... Merci de ce partage
  11. Bah c'est sans doute parce qu'il y a "Star" dedans. Z'ont pas dû aller chercher plus loin !
  12. Oui, cet autocollant m'intrigue... j'ai posé la question à ma femme : elle n'a aucune idée de la référence. Une recherches sur le net ne donne rien. Mais j'ai une hypothèse : j'ai remarqué que les japonais avaient tendance à modifier l'orthographe en romanji - dans notre alphabet - les mots d'origine étrangères pour qu'ils ressemblent, phonétiquement, à leur façon de les prononcer ! Je te donne un exemple arbitraire (et sans doute faux, mais peu importe) : si tu leur demandes d'écrire "airplane", ils pourraient très bien rédiger "aruplenu", du fait de leur prononciation. Et "Starbakas" évoque bien leur "starbucks", qu'ils diront plutôt "Starubakss" pour nos oreilles françaises. Quant à "kimama", c'est un mot-tiroir signifiant, entre autres, "à votre guise", "comme vous voulez", mais sans la nuance de lassitude que nous y mettons. C'est un peu le "avec plaisir" que te répondent les toulousains polis quand tu les remercies pour un service rendu (souvent entendu après un achat).
  13. Génial tout ça, merci Bob ! Avec tes résumés c'est presque comme si on s'y était trouvé Sympa le concept d'auberge astro Sympa aussi le Dobson Obsession 635 f/4 motorisé mais (quitte à être un peu hors-sujet étant donné le forum !) j'ai vu "pire" un soir à la montagne de Lure : le même à f/5 ! Motorisé aussi, c'était assez impressionnant de voir ce tube de 3 mètres environ (!) se mouvoir comme ça... Ce reportage regorge sinon de trucs amusants... Le Newton transparant... et l'autocollant "Starbakas Kimama", d'où ça sort cette parodie ?
  14. Et bien, quel travail ! Travail de moine ! Bravo et merci
  15. T' avais mis un faux nom j' espère sur ta fiche de présentation ! Lu une deuxième fois, toujours aussi sympa ! Il y a un post qui s' appelle " Quelles sont les musiques qui vous mettent de bon poil ? ". Je l' ai trouvée ici cette musique des mots avec ces introductions, ces crescendos ( crescendi ? ), ces allez gros ( c' est nul, je sais ) , ces appassionato, sa pulsation parfaite et son harmonie sur une mélodie digne d' un maestro ! Allez, je te mets 11 sur 10 comme dans Spinal Tap ! Merci encore et bravo. Je sais, ça fait un peu lèche-bottes, mais on en voit si peu maintenant des posts comme ça. Tant pis pour ceux qui ne passent pas ici .
  16. (Résumé des épisodes précédents : BobSaintClar, notre inspirant héros et maître à tous, est parvenu à infiltrer la communauté select des astronomes amateurs japonais disciples du culte sectaire Moe et conséquemment, adeptes des belles paires et des gros tubes. Fidèle à sa réputation de parasite et notoire usager du "Télescope Des Autres", surtout si ces derniers se prénomment David, parviendra-t-il à taxer un maximum d'instruments à la faveur de l'obscurité complice ? Vous le saurez en suivant le dernier volet de ses aventures frip nipponnes...) Il est temps d'aborder le cœur du sujet, à savoir l'observation ! Quelques mots du contexte météorologique, déjà : Comme je l'expliquais précédemment, l'évènement recouvrait deux nuits : arrivée sur place le Vendredi 22 Novembre en fin d'après-midi, repas du soir, retour le Dimanche 24 en cours de matinée, petit déjeuner offert. Coté météo, l'affaire s'annonçait tendue : pluie prévue le Vendredi et la nuit suivante, belle journée de Samedi, retour des nuages et de la pluie en fin de journée, pluie soutenue jusqu'à Dimanche midi ! En tout état de cause, si ce pronostic s'était avéré correct, nous n'aurions strictement rien vu... Interlude culturel n°4 : les prévisions météorologiques au Japon. Pour des raisons qui - je présume - tiennent à la localisation géographique et à la complexité orographique du pays... elles sont à chier. Je ne compte plus les fois où je suis sorti couvert pour découvrir un ciel d'azur, ou en short pour me prendre un déluge : à part pour le suivi des typhons, les météorologistes nippons se plantent fréquemment, et dans les grandes largeurs. Non seulement leurs prévisions courantes sont médiocres mais en sus, elles le restent en quasi direct ! Sur le site du rassemblement, le Samedi, tous les astrams étaient scotchés à leurs smartphones et autres tablettes pour anticiper, enfin tenter d'anticiper, le moment crucial où le pliage du matos présenté deviendrait urgent. Et jusqu'à 18h, l'heure à laquelle l'obscurité est devenue telle que les observations purent commencer, tous m'affirmaient que l'arrivée des nuages était imminente ! Ils sont venus, en effet, précédant de peu une pluie battante. Mais à une heure du matin... Entre-temps, le ciel est demeuré d'une transparence de rêve. Dès 18h30, la nuit était "astronomique", nous avons donc joui de six heures d'observation non-stop. La température est restée douce, ni buée ni rosée ne nous auront importunés. On s'en est mis plein les mirettes !!! Listons les instruments que j'aurai pu "tester" (du plus petit au plus gros) : Mes yeux, avec et sans lunettes de vue : 6,1mm d'ouverture, c'est plutôt pas mal à mon âge Binoculaire NightVision 1(grossissement)x23mm (Lol) Binoculaire 2xCoronado 40mm Jumelles Nikon WX 10x50 Jumelles Vixen ED 70S Binoscope 2xED114 Jumelles Nikon 20x120 Jumelles Nikon 20x120 type III Bi-télescope de Newton (tubes fermés) 2x250 Binoscope 2xNikon APO 250 Dobson "genre Ninja" (tube fermé) de 400mm (quelque part entre F4 et 4,5) Dobson "jante de vélo et araignée 5 branches" (tube ouvert) de 520mm Bi-télescope 400+505mm (oui je sais, vous l'attendez au tournant) Obsession 635mm à F4 Compte tenu du fait que je suis resté collé à mes jumelles au moins la moitié du temps, c'est beaucoup ! Mais vous savez ce que c'est, les autres aussi observent et souvent, renâclent à céder leur place sous des prétextes foireux du genre "c'est mon instrument" (ct' excuse bidon...), "cessez de secouer l'escabeau" (ben descends, blaireau !), "laissez-moi le temps de m'écarter" (mais bordel, bouge de là !!), "inutile de m'insulter" (la preuve que si, ça marche), "mais aïeuuux, ça va pas non ?" (tu cherches, aussi !), "yamete kudasaiiiii" et j'en passe... Quand j’interagis avec la gent locale, je prends toujours bien soin de représenter la France dans ce qu'elle a de plus noble. Avec moi, la diplomatie hexagonale joue sur du velours. Mais je m'égare : parlons de ce que j'ai observé, instrument par instrument, et de ce que j'en ai pensé ! - Mes yeux : je suis un peu myope et un peu astigmate. Avec mes lunettes, ça va, mais je trouve leur correction insuffisante. Bref, le gars casse-couilles, mais pas presbyte ! - Bino NightVision 1x23 : la constellation d'Orion toute entière, avec la boucle de Barnard et les nébulosités entourant la tête de cheval très bien délimitées. L'image est verte, scintillante et super-bruitée : moche, mais étonnant en terme de performance brute ! A cette échelle, le canasson lui-même est trop petit, noyé dans la danse hystérique des pixels verts. Précision d'importance : l'engin était équipé d'un filtre H-Alpha. J'imagine que sans, c'est de la bouillie de photons indifférenciés qui vient mourir dans tes rétines... - 2xCoronado 40mm : le soleil étant très calme, c'était donc bof. Très bof, même. - Jumelles Nikon WX 10x50 : ahhh là, c'est du lourd ! J'ai pu profiter de ces jumelles une dizaine de minutes. J'ai ciblé la voie lactée, de Cassiopée à Orion (il était tard), en passant par les Hyades, en déviant vers le Cocher... le spectacle est dantesque, d'autant que la nuit était exceptionnelle, tenez : restefondienne. Non seulement l'énorme champs apparent ne souffre d'aucun défaut perceptible (la déformation géométrique en barillet relevée de jour est invisible de nuit, les étoiles indénombrables sont autant de têtes d'épingles) mais en sus, si vous ne plaquez pas les yeux sur les oculaires, vous percevez le reste du ciel aux alentours et le sentiment d'immersion devient total. Je me suis même imaginé, par curiosité, en train de "tomber" dans l'image : il en est résulté un vague vertige, au sens agréable du terme, qui doit beaucoup - voire tout, sans doute - au champs et à la vision binoculaire, qui invitent le cerveau à percevoir de la distance sans bordure parasite trop proche. Bien sûr, les 8° réels replacent chaque cible, même énorme, dans son environnement global : ça tombe bien, c'est à la fois beau et inédit ! Quel instrument astronomique peut offrir de la profondeur, sur un tel angle de vue ? Franchement, l'expérience est jouissive. - Jumelles Vixen ED 70S : comme la plupart des binoscopes essayés cette nuit-là, elles ont montré des performances très liées à la paire d'oculaires employée. Lorsque j'ai pu officier, elles étaient pointées sur M42. L'image était plaisante, non filtrée, avec un trapèze bien séparé et des nodosités complexes. La grande boucle extérieure qui referme la nébuleuse était bien visible, "l'homme qui court" également. Le grossissement devait avoisiner les 40x, pour un champs apparent de l'ordre de 65°. Comme la nuit était parfaite, ça passait très bien ! - Binoscope 2xED114 : Le croirez-vous ? C'est dans cet instrument que j'ai vu la plus belle image de M42 qu'il m'ait été donné d'observer. Le bestiau était équipé de deux oculaires Nikon HW 17mm, pour une puissance estimée de 40-50x et un champs apparent de 102° : cette association d'optiques Apo et d'oculaires au top, sans filtres et par nuit parfaite, sur cette nébuleuse en particulier... c'est la combo ultime. Même les couleurs étaient bien perceptibles. Le piqué, la profondeur, la richesse, le champs , la fluorescence et le contraste de l'image déclinaient un sans fautes avec, à la clef, une observation exceptionnelle. Je serais resté dessus longtemps si le proprio ne m'avait proposé de pointer le double amas : là aussi, c'était beau... sans pourtant approcher, même en rêve, le spectacle offert par la nébuleuse d'Orion. J'en frissonne encore. - Jumelles Nikon 20x120 : Nous parlons du vieux modèle, commercialisé dans les années 60. J'ai ciblé les pléiades : ces dernières entrent juste dans le champs, ce qui me conforte dans mon impression première (diurne)... coté champs, apparent comme réel, on est loin du compte ! Par rapport à de bonnes jumelles modernes, le contraste est en retrait mais le piqué est bien là. Le gaz autour des étoiles Merope et Maia est bien perçu. - Jumelles Nikon 20x120 type III : ce sont mes jumelles, c'était la première fois que je les essayais sous un très, très bon ciel : j'ai donc ciblé tout ce que j'ai pu, tenaillé par l'angoisse d'être interrompu à tout moment par l'apocalypse météo promise ! Ouvrons le bal avec les pléiades, pour les comparer avec leur nobles ancêtres : dans mon instrument, les 60° promis de champs apparent sont là ! Le bord circulaire de l'image est bien net, même avec les œilletons de forme fuselée (pour couvrir davantage vers les tempes) ou avec des filtres (j'ai découpé des caches en caoutchouc qui les maintiennent en place). L'amas apparaît dans son environnement immédiat, ce qui me permet d'emblée d'apprécier sa luminosité globale et son fort contraste : ça pète ! Le gaz autour de Merope et Maia est très marqué, il s'étend et donne l'impression d'avoir une optique embuée (j'ai vérifié, on ne sait jamais). Je compte 14 étoiles - 13 sûres, une douteuse - dans le quadrilatère principal, mais comme j'ignore leurs magnitudes, ça ne me dit rien de la limite atteinte ! La perception des couleurs est très agréable, ça me change des fausses couleurs de mes Vixen... Passons à la région du Cygne (oui, c'est dans le désordre. Comme ma mémoire). Cette fois, j'ajoute les filtres "Fujinon nebula" pour privilégier les régions gazeuses aux étoiles : North America et le pélican sont magnifiques, nuancés, bien détachés du fond de ciel. La nébuleuse postée près de Gamma du Cygne est facile, la vallée sombre qui la coupe en deux est vue immédiatement. Les dentelles sont la plus belle surprise du lot, juste derrière North America : elles sont évidentes, complexes et surtout, bien contrastées, avec le triangle de machintruc bien visible ! Quand je vais vouloir les retrouver sous mon ciel daubesque, ça risque de me faire mal à l'âme... Je conclus sur M27, "pour voir" : ah oui, c'est net et bien lumineux... mais trop petit ! A 20x, laissez tomber. Région de Cassiopée et du Cocher : j'ai passé un bon moment à visiter leurs nombreux amas ouverts, dont plusieurs doubles, sur fond de voie lactée bien dense : un vrai bonheur ! La perception des couleurs stellaires donne une nouvelle dimension aux observations : on se pique de les voir, pour les plus évidentes, et de les deviner pour les autres. Dans cet exercice, le temps d'observation joue beaucoup, il ne faut pas hésiter à "faire durer", d'autant que la vision binoculaire ne fatigue pas. Je me suis plus qu'attardé sur le double amas de Persée : j'apprécie les 60° de champs de mes jumelles, même si le spectacle offert ne vaut pas celui proposé par le binoscope de 114 équipé de ses Nikon HW ! Je perçois bien, sans filtres, la nébulosité principale associée au cœur (IC 1850). Avec filtres, elle est marquée, à peu près aussi facile que la Rosette (à venir). Région de Pégase : je me suis limité à M31, ses satellites et M33. M31 est spectaculaire, déjà trop étendue pour mes misérables 3° de champs réel ! Sa forme dissymétrique "vrillée" est évidente, avec une boucle plus large et plus diffuse que l'autre. Du coté de la plus faible - ou de la moins diffuse - des deux, je devine une zone périphérique plus claire, sans doute cette partie composée d'étoiles jeunes et très lumineuses qu'on voit bien en photographie ou dans un gros Dob. Je perçois également les deux bandes d'absorption, coté M32, si je les cherche : elles ne me sautent pas aux yeux, à 20x, l'image est trop lumineuse... il faudrait grossir davantage ! M33 est surprenante : c'est une galaxie habituellement décevante, fade, qui n'offre pas grand-chose à l'observation à moins de disposer d'un diamètre conséquent. là, elle est contrastée, bien définie sur le fond de ciel, ovale et laissant apparaître des nuances de densité en vision décalée (à part au centre, évident en vision directe). A 20x, je l'isole très bien de son environnement : il faut du champs pour l'apprécier parce qu'elle prend ses aises... C'est une grosse mémère, en fait ! Région d'Orion : inutile de vous l'écrire, j'ai un peu traîné, dans cette zone. Pour le fun, j'ai tenté la tête de cheval : peut-être est-ce jouable avec une paire de filtres H-Beta ? Avec les Fujinon à large bande, c'est niet ! M42, en revanche, est superbe : détaillée, très lumineuse, à la fois étendue et bien délimitée par l'arrondi qui se referme dans son extension maximale, avec une région centrale qui s'avère déjà complexe à 20x et un "homme qui court" évident et détaché de la nébuleuse principale par une tête d'albatros très tranchée. L'image est magnifique et pourtant, elle n'égale pas celle proposée par le binoscope de 114 : contre un champs apparent de 102° et un grossissement bien plus adapté à une cible si brillante, mes Nikon ne peuvent pas lutter ! En fait, sur une telle diva, je réalise que la seule façon d'en voir plus et même beaucoup plus sans grossir, c'est de filtrer davantage : un couple de filtres UHC voire OIII serait plus performant que mon duo de Fujinon... il laisse passer trop de photons ! Sur ma lunettes de 150, le filtre OIII assombrissait trop l'image mais là, j'utilise mes deux yeux ! Je ne sais pas pour vous mais perso, je vois mieux du gris sur du noir que du blanc sur du gris (si vous me suivez). Sur la grande nébuleuse d'Orion, je ne veux pas plus de lumière, je veux plus de contraste ! Il faut que j'investisse dans des duos de filtres UHC, OIII et H-beta... Pfff, encore des frais... J'oblique vers la Rosette : elle est facile à trouver, avec son amas ouvert associé mais cette fois, pas besoin d'avoir recours à cet artifice, je la trouve telle quelle. Elle est diaphane mais vaste, il faut du champs pour l'isoler de son environnement et pour cette fois, les 20x sont adaptés. Elle m'apparaît ronde, sans nuances claires, facile mais ne présentant - je parle du gaz - aucun détail, rien que des nodosités évanescentes qui doivent sans doute plus aux efforts éperdus de mon cerveau qu'à la physique réelle de l'objet... Puisque les filtres sont installés, je tente "pour voir" la nébuleuse California, pas très loin des pléiades désormais proches du zénith : ma monture toute moche m'autorise à regarder très haut sans fatigue, ça tombe bien ! La nébuleuse, que je pensais réservée aux utilisateurs de filtres H-beta, est vite trouvée, sans ambiguïté. Elle est pâle, facile sur un fond de ciel bien noir, mais n'offre aucun détails intéressant. Bi-télescope de Newton (tubes fermés) 2x250 : l'instrument est très courtisé ! Je ne m'attarde pas et n'observe, avec lui, que M42 : l'image est sympathique et confortable, à un grossissement estimé à 150x et un champs apparent dans les 60°. On voit très bien les complexités du trapèze, mais curieusement, ça manque de "patate" ; après ce que j'ai vu dans mes jumelles et surtout, dans les binos de 114, l'image m'apparaît terne, sans cette sensation de fluorescence colorée qui m'avait tant plu. Obstruction excessive des secondaires ? Problème de réflectivité (il y a trois miroirs, entre la cible et l’œil) ? Choix malheureux d'oculaires bas de gamme ? Buée sournoise ? Mystère... Binoscope 2xNikon APO 250 : "Cette fois, ça va chier !", jubilai-je dans une de ces envolées poétiques qui ont fait ma réputation. Pensez donc, un bino Apo de cet acabit : ça doit sulfater du photon ad nauseum ! Évidemment, l'engin est assiégé mais je prends mon mal en patience : un truc pareil, ça se mérite. Devant moi, la file des impétrants se réduit : chacun n'observe qu'une poignée de secondes - la bête vise M31 - puis cède sa place en silence, sans manifester l'enthousiasme qu'on serait en droit d'attendre... Qu'est-ce qui se passe ? Mon tour arrive. Au premier regard, je saisis le double problème : le bouzin est mal réglé, il y a un défaut d'alignement très sévère dans le sens vertical qui ruine d'emblée le spectacle. impossible de fusionner les deux images ! Et "le second problème", me direz-vous ? Nous sommes au Japon : personne n'ose dire au proprio ce qu'il en est... Vous me voyez venir, non ? Je me redresse aussitôt, cherche le gaillard des yeux - il est à mes cotés - et lui fait signe, des deux mains, qu'il y a un problème de décalage vertical. Il regarde à son tour, se confond en excuses et commence à bricoler la monture par en-dessous... Oops, le boîtier de contrôle électrique ne gère pas ce réglage ? C'est un soucis mécanique ? Je vous la fais courte : après 5 bonnes minutes de travail, il n'y arrive pas. Tout le monde patiente mais pas moi, la nuit est magnifique, je ne veux pas rester planté là avec un ciel - n'oubliez pas les prévisions météo, elles nourrissent mon impatience - qui peut partir en vrac à tout moment. J'en resterai donc sur une double image des deux bandes d'absorption de la galaxie d'Andromède, comparables en tout point à ce qu'un Dob standard de même diamètre m'aurait montré. C'est un fiasco Dobson "genre Ninja" de 400mm : je suis tombé dessus alors que je tournais autour de l'Obsession. Il était libre ! Hop, je prends possession de l'engin - équipé d'un Ethos 13, bon choix de base - et je commence à pointer tout ce qui me passe par la tête. Avant d'aller voir ailleurs, j'ai pu admirer quelques Messiers, un bon paquet d'amas ouverts et bien sûr, les vedettes du ciel d'Automne. Je ne vous fais pas l'article, vous savez ce qu'on voit dans un 400 ; mais la nuit était - bis repetita placent - d'une transparence exceptionnelle, l'instrument bien collimaté et sans doute optiquement très bon, l'oculaire à la hauteur et votre serviteur... fort motivé ! Un 400 de compet', ça vaut mieux qu'un 600 au rabais ! Dobson "araignée 5 branches" (tube ouvert) de 520mm : dans celui-là, je n'ai vu que ce que pointait son maître, à savoir le quintet de Stephan. Enfin quartet, en l'occurrence : j'ai bien vu quatre galaxies, mais j'ai un doute sur la cinquième. Je ne suis pas un spécialiste de cette cible, je ne saurais vous dire si c'est "normal". Après, peut-être était-elle hors champs ? Bi-télescope 400+505mm : Nous y voilà ! Je vais tuer le suspens : quand je me suis présenté devant la chose, l'absence d'observateurs - seul le proprio s'en servait - ne m'a pas découragé. J'ai voulu regarder dedans... impossible. Je veux dire : physiquement impossible ! Les deux oculaires étaient décalés de cinq ou six centimètres en profondeur, autrement dit, d'avant en arrière ! Qu'est-ce que vous voulez faire, contre ça ? Même un énorme escargot, avec ses yeux pédonculés, aurait laissé tomber... Le truc était-il bien aligné ? On ne le saura jamais. Je ne sais même plus ce qu'on a pointé, c'est vous dire si ça m'a marqué. Moralité : quand un télescope est moche et mal foutu, il offre bien ce qu'il promet ! Deuxième fiasco de la soirée Obsession 635mm à F4 : il y avait du monde, dessus ! Avec lui, je ne verrai que NGC 891 : l'image est belle, avec une galaxie fine et lumineuse, à la séparation longitudinale très marquée. Et voilà ! Vers une heure et demie, les premiers nuages honnis sont apparus et se sont vite accumulés : tout le monde a remballé fissa et moins d'une heure plus tard, il pleuvait dru ! Vous savez désormais pourquoi j'ai particulièrement apprécié l'évènement : entre la nuit au ciel parfait, le panel d'instruments proposé, l'ambiance bon enfant, les observations d'anthologie et le plaisir de découvrir son propre matos sous son meilleur "jour", il ne manquait rien ! Rien ? Oh, si, quand même... quelques bons potes restés en France n'auraient pas juré, dans le tableau (enfin si, ils auraient juré, bref : j'me comprends). Mais bon, on ne peut pas tout avoir ! Conclusion ? L'année prochaine, j'envisage d'y retourner... Vous viendrez ?
  17. Merci pour ton retour grelots
  18. Non, non je n'ai plus rien mes 88 je m'en suis séparé et mes 100 aussi... C'était bien mais sans plus....
  19. Ho Puty... ca c'est du post bien illustré.... Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
  20. C'est encore moe ! LE MATOS : Les binoscopes En matière de lunettes accolées, ce rassemblement est un vrai festival ! J'ai vraiment vu de tout, du 2x40mm (bino Coronado) au 2x250mm (lunettes Apo Nikon, je n'ose imaginer le tarif). Pour voir plus gros, il faudra passer aux bi-télescopes... Commençons avec deux modèles qui ne sont pas à proprement parler des binoscopes, mais qui s'en approchent avec leurs renvois coudés à 45° et leurs oculaires interchangeables : A gauche, nous avons des jumelles coudées de diamètre 100mm (marque inconnue, sans doute chinoise) et à droite, un modèle très populaire au Japon : les Vixen BT70. J'en ai vu plusieurs sur le plateau. En voici d'autres : Kitakaru-san nous présente un de ses binoscopes (il en a trois ou quatre) : Celui-ci est constitué de deux lunettes "long Pern" taïwanaises, des triplets ED de 104mm à F6,25. Les renvois coudés à deux miroirs sont de la marque "binotechno". Un autre binoscope de Mr. Kitakaru : Toujours à base de lunettes "Long Pern" (85mm d'ouverture, 560mm de focale) et d'oculaire Lavendura (ici, des 50mm), c'est ce modèle qui m'a présenté l'image la plus piquée, en usage diurne, de tout le plateau. Cependant, j'ai désormais du mal à profiter du spectacle lorsque le champs apparent est inférieur à 50°... Une vue de près : Pour l'anecdote : Kitakaru-san a 70 ans. Retournez voir sa photo... Un Binoscope BORG : Deux lunettes Borg ED de diamètre 89mm et rapport F/D 5,7 sont associées, toujours avec des renvois coudés Binotech et des oculaires Lavendura. Le tout tient sans problème sur un bon trépied photo. Deux binoscopes : WO de diamètre 2x71mm, Takahashi 2xFC-100 ! Elles appartiennent au même propriétaire : quand on aime..! Un binoscope "Sky 90" : Toujours chez Takahashi, voici un "petit" binoscope qui doit délivrer de bien belles images grand champs ! Un binoscope 2x100 de marque inconnue : De la fiche technique associée, je n'ai compris qu'une chose : le diamètre est de 2x100mm. Pour le reste, mystère ! Notez le gros "V" gravé sur le PO : un indice quant au nom des bestioles ? On retrouve les renvois Binotech (Binotechno, de leur nom complet) de rigueur. Un binoscope ED 2x114 : Il ne paie pas de mine, mais j'aurai l'occasion de réviser mon jugement en regardant dedans... Note : il y a un binoscope Coronado de 2x40mm juste derrière. Le soleil étant d'un calme olympien, il n'y avait pas grand-chose à voir avec ! Un binoscope Borg APO 2x125 : Ça commence à causer ! Les renvois coudés ne sont plus des Binotech', mais des productions de Mr. Matsumoto que l'on dit à l'origine de ce design (je n'ai pas cherché plus loin, c'est un sujet de fierté évident pour les astrams japonais). Un binoscope Skywatcher achromatique 2x150 à F/5 : Amis des couleurs, bonjour ! J'ai possédé la version monotube de cet engin : il ne faut pas grossir au-delà de 60x, sous peine de partir dans un délire psychédélique potentiellement dangereux pour la rétine ! N'empêche, à faible grossissement, le phénomène s'estompe et le contraste est bien là. J'ai quand même vu la tête de cheval, (oui, Barnard 33), là-dedans, au col de Restefond... Un binoscope APO 2x100mm "fait main" : Les deux objectifs sont des triplets apochromatiques de diamètre 100mm, j'ignore leur provenance. Apparemment, il n'y a pas de jupe de prévue. Un temps, j'avais pensé faire un truc de ce genre, mais les renvois coudés "Matsumoto" coûtent un bras. Voire deux ! On change de catégorie avec ce binoscope Nikon apochromatique de 2x250mm : "Un binoscope pour les dominer tous, et dans les ténèbres les lier"... Le propriétaire du bitube s'exprimant dans un anglais très approximatif, je n'ai pas réussi à savoir ce qui tenait du commercial ou du fait maison : j'ai juste compris qu'il avait réalisé les renvois coudés, ce qui n'a rien d'étonnant vue leur taille. Les lunettes Nikon semblent d'origine. Le support et la double paire d'anneaux qui solidarisent l'ensemble m'apparaissent un poil léger, compte tenu des dimensions impressionnantes de l'engin ! La vue, du poste de pilotage : Un boîtier de contrôle électrique permet de modifier la mise au point et la distance interoculaire. Notez le guidon de vélo de course pour empoigner le tout, et le cache-oculaires de compétition... le diable est dans les détails Une autre vue du dessus : Vous voyez le boîtier de contrôle, avec l'écart interoculaire de 65,4 adapté aux yeux du proprio ? Le mien est plus petit : 61,2mm. C'est ça, d'avoir un pois chiche dans la tête ! Une paire d'oculaires Masuyama de 32mm à 85° : Ceux-là, je ne les vois pas souvent, surtout par paire ! Ils sont distribués, en France ? Note : si vous êtes pourvu d'un nez, passez votre chemin. Le chapitre "binoscopes" est conclu. Passons aux... LE MATOS : les bi-télescopes ! (passke les binoscopes, c'est pour les fiottes) Je n'ai que deux modèles à vous présenter : la popularité des binoscopes est telle que très peu d'astrams se lancent dans l'aventure techniquement complexe d'associer des télescopes de Newton en mode 2-en-1 : personnellement, même si l'avenir n'est pas écrit, je ne m'y risquerai pas ! Un bi-télescope de 2x250mm : Ce modèle est assez simple - si j'ose dire - de conception : tout est d'origine, si ce ne sont les miroirs secondaires surdimensionnés : il faut du tirage, pour gérer les renvois coudés ! On peut craindre une certaine baisse de contraste, l'obstruction étant conséquente. Notez la jonction centrale en aluminium, faite maison, qui semble bien costaude. J'ai hâte de regarder là-dedans et de comparer les images délivrées à celles du binoscope Nikon de même diamètre(s) ! Mais voici que s'annonce la perle du rassemblement : un truc complètement improbable, le genre de réalisation délirante dont le Japon a le secret... Un bi-télescope de diamètre 2x, euuuhhh... 400 ? 500 ? Tsss, vous manquez d'imagination... De diamètre 400 et 505mm, mais farpaitement ! Au premier regard, je suis tombé en pâmoison : aahhh, ce cercle porte-secondaire (à gauche) en ferraille rouillée à la courbe, euh, presque parfaite... hoouuu, ces deux galettes de focales et diamètres - foutu pour foutu, autant y aller à fond - inégaux... Oohhh, ce double PO dont l'un est équipé d'un réducteur et qui portent des oculaires de marques et focales différentes... Et le secondaire du petit primaire à, quoi, un mètre de distance du PO associé ? C'est bien simple : je n'aurais pas fait mieux ! Approchons-nous. Mais SURTOUT, n'y touchez PAS ! Un plan rapproché des deux primaires : ce regard oO de chouette hallucinée, je ne m'en lasse pas... Le second secondaire (je ne pensais pas écrire ça, un jour), celui du plus gros primaire (encore une expression ahurissante), fait face au correcteur de focale (forcément, les deux axes optiques n'ayant pas la même longueur... enfin bref, il ne pouvait pas gérer le problème en variant la focale des seuls oculaires ?). Ce dernier n'a pas de traitement anti-reflets, c'est peut-être du fait main... Les deux oculaires : Dans cette image, on remarque : - La cage du plus gros primaire, en aggloméré courbé (sans doute dans l'eau chaude, ça marche bien puisque c'est plein de colle), nettement moins irrégulier que la cage du "petit". On s'approche du cercle. - La finition approximative de la liaison cage-PO : ils sont suspendus dans l'air, au bout de leurs vis de maintien. - Les deux oculaires, un Ethos américain et un Photon chinois. on pressent déjà qu'ils ne vont pas faire bon ménage ! - Le viseur : vous ne le voyez pas, mais il comporte un deuxième renvoi coudé (hors champs) qui remet l'axe optique dans celui du bi-télescope : mais pourquoi le gars n'a pas simplement aligné son chercheur avec son bitube ? Parce que. Bon, ok, vous voulez savoir : à l'usage, ça donne quoi ?? J'en parlerai dans le chapitre CROA Ainsi se conclut le rapport "MATOS" ! Pour vous faire patienter, je vous propose une dernière image : prise sur le parking en contrebas, le matin de notre départ, alors même qu'il pleut... Un dernier bouquet final, une explosion de couleurs automnales : La nature nous salue, une dernière fois (à venir : le CROA)
  21. De retour ! Le T660, donc : le voici monté ! Je comprends mieux le trou ovale... et l'angle inhabituel des tubes du semi-serrurier. Il est bien trapu et pour la plupart des cibles, ne nécessite pas d'escabeau. Un bon point comparé à l'Obsession de son voisin. Un T560 "fait maison" : Ce Dobson 560 à F5 a été réalisé par le père ébéniste de son propriétaire, sur ses instructions. C'est beau et très soigné, d'autant que l'ensemble vient avec des meubles (!) adaptés : chaise et table faits du même bois, parfaitement poli et vernis. C'est fonctionnel et très beau ! Notez la tablette associée à la boite à miroir (j'ignore d'où vient ce dernier). Un Dobson de 150 au (mauvais) goût très sûr : A coté de l’œuvre précédente, j'ai remarqué ce petit Dobson en bois. Il serait sans doute joli s'il n'était recouvert d'un tissu à fleurs qui aurait fait le bonheur de ma feue grand-mère... notez la chaise à l'esthétique coordonnée ! Étonnamment, le T560 d'ébéniste et ce T150 d'épouvante appartiennent à la même personne. Comme quoi, il faut de tout pour faire un homme Un T400 (rapport F/D inconnu) tout rond, également "fait maison" : Lui, je l'aime bien, pour trois raison : - Déjà, avec son tube plein en ce qui s'apparente à du bois vernis (lamelles collées ?), il a une bonne bouille. Il est fait simplement, rationnellement, efficacement. - Ensuite, il est démontable en deux parties, avec une jonction de type "Ninja" (les pattes de meuble, comme celle que vous voyez près de l'axe horizontal). - Enfin, c'est celui que j'aurai le plus utilisé, de nuit (mais n'anticipons pas) : optiquement, c'était le meilleur du plateau. Et puis, avec ses autocollants tordus, j'ai tout de suite su qu'il était fait pour moe... Son propriétaire présente son télescope. Il ignore encore que je vais mettre le grappin dessus : Nous avons l'air peu nombreux à l'image, parce que tout le monde est derrière moi Un T305 tout kawai, en vrai bois d'arbre mort : Encore un Dobson "Nebulite" de 500 à F3,3, avec sa jupe : Et un autre de même format, à poil : Ne faites pas attention au monstrueux binoscope de l'arrière-plan, nous en parlerons bien assez vite... Ainsi se clôt le chapitre "gros dobsons" : passons aux lunettes (ça va être vite fait) ! Je n'ai pas trop prêté attention aux lunettes : déjà, il y en avait peu, surtout si l'on compare avec les autres rassemblements astronomiques amateurs du Japon, où elles dominent les débats de manière écrasante. Ensuite, la plupart d'entre elles sont des modèles du commerce assez classiques, que tout le monde ou presque connaît déjà. Enfin, une seule était "faite à la main" et méritait d'être remarquée. J'en présente deux, parce que la seconde est sans doute assez rare. Une lunette au carré : Voici une jolie apo en bois, avec objectif triplet de 115 et tête bino. Notez le support qui soulage le renvoi coudé et limite les flexions. Il s'étend ou se rétracte avec la crémaillère. Lunette Zeiss apochromatique APQ 130, 1m de focale: Je ne suis pas un spécialiste, mais ce truc doit coûter bonbon : mise au point micrométrique, renvoi coudé et collection d'oculaires de la marque, monture altaz design de marque inconnue... m'étonnerait qu'il l'ait acheté le kit en promo chez Tati ! La monture : La chose est d'origine danoise. Son propriétaire japonais l'a commandé directement au fabricant après "une longue recherche". Il m'explique qu'il voulait le top, je veux bien le croire, avec un poids contenu (avisez le trépied tout en alu anodisé, de belle facture) et la possibilité de faire de l'astrophoto : la monture intègre un dérotateur de champs, qu'il n'a pas apporté pour l'occasion. Et c'est tout ! Je n'ai pas d'autres lunettes "intéressantes" à vous montrer ! Passons aux choses sérieuses avec... LE MATOS : Les jumelles ! Mais d'abord ? Interlude culturel n°3, l'automne au Japon : comme partout, en automne, les feuillus se parent de belle couleurs. Mais c'est particulièrement spectaculaires dans certains pays, comme au Canada, ou ici ! L'après-midi, à mesure que le soleil se décalait et descendait, les montagnes environnantes n'ont cessé de nous faire de l’œil ! J'ai utilisé mes jumelles bien avant le soir, visitant à distance les pentes boisées environnantes sans bouger de ma chaise de jardin. Plusieurs astrams sont partis en randonnée et j'ai fait quelques photos... à l'Iphone : je ne suis pas venu avec ma voiture, mais comme passager de la personne m'ayant invité. Je ne me suis donc pas trop chargé. Les couleurs de l'automne, en fin de matinée : Et en fin d'après-midi : Je n'ai pas retouché les couleurs, pas besoin ! Donc, les jumelles : entamons avec le tout venant Les jumelles de gauche sont des Nikon 7x30. Celles de droite sont des "Glory" (?) 16x70, j'ignore tout de cette marque... Attention les yeux, on monte en gamme : Les amateurs éclairés que vous êtes auront reconnu les Nikon WX, ici le modèle 10x50. J'en ai compté cinq sur le plateau, peut-être en ai-je manqué d'autres ? Pour mémoire, chacune coûte dans les 6.000 euros ! Celles-ci appartiennent à Mr K. Quand je suis allé le voir pour en parler, j'ai remarqué qu'une autre paire traînait sur sa table... Le modèle WX 7x50 : Le bougre possède les deux versions ! Cool, je vais pouvoir les tester de nuit : pour l'instant, je ne m'en suis jamais servi que de jour. Une autre paire de WX, sur une monture trapézoïdale : L'intérêt de cette monture est de conserver la cible dans l'axe si vous changez la hauteur d'observation. Ceci dit, avec près de 8° de champs réel, retrouver sa proie après coup n'est pas vraiment un problème ! On reste chez Nikon, mais remontons le temps : Voici l'ancêtre de mes jumelles (la version type III de celles-ci), les fameuses 20x120 : comparées aux miennes, elles ont du piqué mais manquent de contraste. J'imagine que les revêtements anti-reflets de l'époque étaient moins performants qu'aujourd'hui ? plus curieusement, le champs apparent est nettement plus étriqué, alors qu'il devrait avoisiner les 60° : nous en sommes loin, avec l'impression d'avoir au mieux 50° ! Problème de caches, ou relief d’œil trop juste ? Le fait est que malgré mes contorsions, de jour comme de nuit, je n'ai jamais pu voir un bord de champs bien net et bien tranché. Un peu plus loin, en contrebas du premier emplacement ouvert aux observateurs, je tombe sur ce... machin : Ce sont toujours des Nikon, cette fois comme les miennes (20x120 type III). Mais cette monture, quelle horreur ! C'est quoi, cette merde ? On dirait des poutres de chantier ! Et ces bidons bleus degueu', tenus avec des sangles ! Y'en a qui doutent de rien ! Ah vi, ça me revient : c'est mon matos... A ma décharge : je n'ai eu qu'une semaine (avec une paire d'heures par jour) pour concevoir cette monture à balancier "vite faite", avec ce que j'avais à la maison. Et puis d'abord, c'est moche mais ça marche bien : le but est d'observer les objets jusqu'au zenit sans fatigue et de ce point de vue, le contrat est rempli. J'ajoute que je peux insérer des filtres à mes oculaires : dans cette gamme de diamètre(s), c'est un "must have" ! Note : les contrepoids sont usuellement remplis d'eau, mais ça marche mieux avec du vin ou du whisky (surtout vers minuit, quand viennent les premiers frimas). Interlude culturel n°4, le japonais est timide et discret : quand il monte et règle son instrument, on n'entend ni jurons, ni bruits d'outils : juste le ronronnement éventuels des moteurs de pointage, ponctué de quelques sourires satisfaits - couverts de la main - si le gars est pathologiquement extraverti. Quand je me suis posé, nous dirons pudiquement que j'ai, euh... attiré l'attention : n'ayant pu utiliser ma perceuse-colonne pour aligner les trous de passage des grandes vis liant les bras de ma balance, j'ai un peu de mal à rentrer lesdites vis dans leurs logements. Il en résulte, quand je m'installe, quelques interjections bien senties (heureusement, les japonais ignorent ce que "putain de merde, fait chier, bordel d'enculée de vis" veut dire), et le staccato régulier des coups de marteau (je ne plaisante pas) nécessaires auX réglages fins - toujours ces salopes de vis qui ne rentrent dans leurs foutus trous qu'au forceps - qu'une réalisation technologique de pointe exige. Bref, je n'avais même pas terminé le montage que tout le monde venait me voir travailler : ils sont si exotiques, ces gadjins ! Passons du grotesque au bizarre avec cette "instrument" hors catégorie : L'astram au micro (à droite dans l'image) nous présente un tout petit instrument, une paire de jumelles Pentax équipée d'un système à amplification de type "nightvision", comme ceux en usage dans l'armée. Je ne comprends rien de ce qu'il raconte, mais j'aurai l'occasion de regarder dans son bouzin en cours de nuit, avec une surprise à la clef. J'y reviendrai quand j'aborderai le chapitre "CROA" de ce fil. La chose, vue de près : Notez la présence d'une roue à filtres devant l'objectif de l'amplificateur (la partie blanche) : elle joue un rôle très important ! Les caractéristiques techniques de l'instrument : 23mm de diamètre, mono-objectif à F1,2 pour un grandissement de, euhhh... 1 ? Ça ne vend pas du rêve, et pourtant... J'en reste là avant de poursuivre, j'approche à nouveau des 25 fichiers-de-la-mort : restez en ligne, nous allons enfin passer aux binoscopes et aux bi-télescopes !
  22. Vous êtes bien installé ? Bière, cigare à portée de main ? J'ouvre un fil dédié à une star-party thématique "Gros Dobsons et binoculaires géants" qui se déroule chaque Automne dans la préfécture d'Aichi, au Japon. Elle est peu connue dans le pays (ailleurs, n'en parlons pas) parce qu'elle est privée : on n'y vient que sur invitation. Et contrairement aux autres star-party nippones auxquelles j'ai pu participer, celle-ci n'a pas d'animations annexes, comme une loterie, des stands de marques (Takahashi, Pentax, Vixen...), des spectacles de chants ou de danse (souvent cosplay), etc : c'est de l'astronomie amateur à 100%, sans fioritures ! On expose son matos, on l'étiquette d'une page A4 aux informations préformatées, on arbore son nom et son éventuel surnom sur le revers de la chemise ou de la veste... c'est sérieux, très bien organisé et cependant, cela reste très détendu, bon enfant voire, par moments, potache : bref, une vraie réussite. Des star-party qui m'ont accueilli, celle-ci fut pour moi la plus agréable et la plus réussie. Ça vous semblera évident, à mesure que vous lirez ce compte-rendu D'abord, je vous donne quelques informations de base. Nous étions environs 120-150 participants, sur trois jours et deux nuits, posés quelque part dans les montagnes japonaises au nord-ouest du mont Fuji et logés dans ce que je qualifierai "d'hôtel astronomique" : un hôtel de montagne traditionnel, avec "onsen" (bains chauds) de type sauna, chambres tatamis/futons, restaurant... et T650 sous coupole en guise d'étage supérieur ! Une combo rare, c'est bien la première fois que je vois ça ! Pour trois jours sur place, débutant avec le repas du soir, les trois du lendemain, le déjeuner du troisième jour, le logement, l'accès illimité au bain chaud et bien sûr, la participation à l'évènement lui-même, il m'en a coûté 12000 yens, soit environs 95 euros : c'est très peu, compte tenu de la qualité de la prestation. N'importe quel hôtel classique est bien plus cher. JOUR 1 : L'ACCUEIL Ouvrons l'album photo (vous pouvez ouvrir la plupart des images en page annexe, si vous voulez zoomer dedans) avec quelques vues prises à l'intérieur : "L'hôtel astronomique" : Nous sommes le matin, tôt, du deuxième jour : tout le monde est arrivé la veille au soir, sous une pluie battante, rien ou presque n'est encore installé sur les deux emplacements en terrasse (coté gauche de l'image). Le sol est trempé mais bonne nouvelle, la journée s'annonce ensoleillée et dès midi, l'herbe sera sèche. A droite, vous voyez l'hôtel et sa coupole. La commune d'Aichi en est propriétaire et s'en sert pour recevoir les clubs astro, les écoles ou les congressistes qui, le reste de l'année, souhaitent louer les services associés. Cerise sur le gâteau : comme il a plu à seaux les trois jours précédents, le ciel est d'une transparence cristalline. Les derniers écharpes de brume matinale dissipées, il sera pratiquement coronal ! La salle de restaurant : Le repas du soir, simple et efficace. La quantité est limitée mais la soupe est "à volonté" (on peut se servir autant de fois que souhaité, y compris durant la nuit, ce qui est très agréable). Il en va de même du thé, du café et... du vin et de la bière ! J'avoue, j'en ai abus... profité Une chambre : Nous y avons dormi à quatre, pour une chambre de 10 tatamis : aucun soucis de place. Et personne, à part moi, ne pétait ni ne ronflait : trop bien ! Un onsen : L'un des bains chauds mis à disposition par l'hôtel : il y en a un pour les gentlemen, un pour mesdames. Ceci dit, un rassemblement astronomique japonais réunit autant de dames qu'un vestiaire de lutteurs sumo... n'empêche, sur les 150 participants, j'ai bien compté trois astronomettes, et deux autres jeunes femmes au rôle plus obscure (épouses ou filles d'astronome, je présume). Sinon, l'hôtel ne manquait pas de personnel féminin : pour le partage des tâches et des métiers, le Japon, c'est à peu près comme l'Europe au bas moyen-âge. Encore un coup de bol pour ma pomme : je suis un homme ! Le hall : A peine franchie la porte d'entrée, l'endroit annonce la couleur : bordel, ils ont des Nikon 20x120 type III en guise de porte-manteau ? Pour les surprendre ou les impressionner avec mon matos, ça se présente mal... Bon, j'ai bricolé la monture avec mes poutres de chantier résiduelles, ça devrait suffire : la haute technologie française sera bien représentée. Des Vixen BT 30x125 : Dans une salle qui sert essentiellement de petite boutique astro-gadgets et d'exposition d'instruments, je trouve cette paire de Vixen 30x125 à oculaires fixes : elle n'est pas dehors et ne sera pas utilisée, sans regrets : j'en ai possédé une paire, elles ont beaucoup de fausses couleurs et un champs apparent trop limité. Et puis, j'avais trouvé leur contraste assez moyen (peut-être de la poussière, elles ne sont pas étanches). Un Newton transparent à tube fermé ! Concept étonnant s'il en est ! Il sert à illustrer le fonctionnement d'un réflecteur, pour les visiteurs ou les écoliers (je ne vois pas d'autre explication). Notez le cache-lumière en face du porte-oculaire Kitakaru-san présente ses derniers travaux : Kitakaru-san, c'est le papa des oculaires Lavendura, assez populaires au Japon : j'en vois à tous les rassemblements auxquels je participe. Nous sommes le soir même de notre arrivée, il pleut encore à l'extérieur mais personne n'ira se coucher avant 22h : plusieurs intervenants vont se succéder, sur différents sujets tous liés à l'astronomie pratique. JOUR 2 : LE MATOS Non seulement la journée s'annonce belle mais en sus, nous sommes en automne : les forêts japonaises se parent de couleurs sympathiques, qui nous permettrons d'user nos binoculaires et nos rétines sur le spectacle de la nature lorsque les instruments seront montés ! Vue de "derrière" l'hôtel, vers l'ouest. Tranquillou, les astrams commencent à s'installer : A la mi-journée, à peu près tout le monde aura monté son équipement. Coté statistiques, je dirais que nous avions : 20% de lunettes et télescopes classiques équipées de têtes binos, 15% de gros dobsons, 30% de paires de jumelles à visée droite de toutes tailles (de 23 à 120mm, précisément) et 35% de binoscopes (essentiellement des lunettes montées en parallèle, avec renvois coudés à deux miroirs de type "Matsumoto-san"). En contrebas : L'emplacement en contrebas de celui photographié ci-avant : c'est là que j'installerai mes jumelles sur leur monture à balancier "de chantier". J'en suis persuadé : les japonais, avides de technologies de pointe et d'innovations audacieuses, seront si-dé-rés par la french touch ! LE MATOS - LES DOBSONS A tout seigneur tout honneur : l'un des plus gros instrument du plateau se tapit à l'arrière d'un utilitaire aménagé pour son transport. Vous identifiez le truc ? Un petit coup de zoom sur le cartouche va vous aider : Nous avons donc un Télescope Dobson Obsession de 25 pouces - soit 635mm - à F/4, spécialement fabriqué pour Mr Yoshiro Koseki, qui me demandera de l'appeler simplement "K-san" soit "monsieur K" en cours de séjour. C'est classe, j'ai eu l'impression de causer avec Kroutchev. Interlude culturel n°1 : Il y a peu de gros Dobsons au Japon. Déjà, la très grande majorité des gens du cru sont des citadins (pour mémoire, l'agglomération de Tokyo réunit le tiers de la population de l'archipel... c'est juste dingue), dont le ciel nocturne est tout simplement immonde. Ensuite, 90% des astrams nippons sont des photographes, qui font peu de visuel (et dans ce cas, ils visent la Lune, le soleil et les planètes, cf première remarque). Enfin, il y a peu de fabricants locaux de gros télescopes (je ne connais que la marque Ninja, assez chère, qui proposait antérieurement des télescopes de Newton démontables jusqu'à 500mm de diamètre, mais se limite désormais à 320mm max) et surtout, il n'y a aucun commerce de "pousseur de verre" comme en France : tout miroir qui n'est pas "fait maison" doit être importé, de Chine ou plus traditionnellement, des États-Unis. Dans un pays qui place souvent l'artisanat au rang d'art à part entière, c'est étonnant... mais évident, dès lors qu'il n'y a pas de marché. Après l'interlude sur les pousseurs de verre, revenons à nos moutons... (vanne difficulté 6) La bête, une fois montée. 635 à F4, ça fait quand même 2 mètres 54 de focale. Échafaudage, escabeau ou échasses obligatoires ! Ce dobson est piloté par un système "servo-cat" dont je ne sais pas grand-chose, sinon qu'il permet occasionnellement de faire un peu d'astrophoto. Mr K m'a montré une image de M42, prise en 6mn par séries de 30secondes, assez convaincante. Ceci dit, David, ma gueule, HaleBopp et Chris avions fait mieux avec le T600 du premier nommé au col de Restefond sur le même objet, il y a près de 20 ans et un APN aux performances qui sembleraient médiocres, de nos jours... Si vous avez l’œil, vous remarquerez à travers les tubes du serrurier notre prochaine "cible", un T520 court à base de jantes de vélo qui vaut le coup d'oeil, notamment en raison de son araignée plutôt inhabituelle. La bête dans son jus : Voici la cage de l'instrument : il propose une araignée à 5 branches (trois décentrées épaisses, deux parallèles plus minces qui supportent le secondaire) qui vient aussi renforcer le porte-oculaire. Tout ça doit être bien rigide, mais j'ignore l'influence du montage sur la tache de diffraction. Notez le panel d'interrupteurs électriques, qui contrôlent, euuuhh... des trucs variés. C'est tout expliqué sur le dos du porte-secondaire, je ne vais pas vous mâcher le boulot non plus ! Le télescope monté : Toute la structure - sauf le fond de la boite à miroir - est en alu, l'ensemble doit être assez léger. Mais la galette de 520 fait forcément son poids ! Je crois me souvenir que le primaire est ouvert à 3,3. Dobson "Nebulite" de 500 à F3,6 : (à gauche, un C14) La marque "Nebulite", c'est le nom donné par le fabricant chinois des télescopes et miroir "Hubble Optics" en Europe et aux US (c'est aussi Sky-watcher, non ?) pour leurs gros dobsons semi-serruriers. Au Japon, un importateur les propose jusqu'au T600. Ici, c'est le modèle T500 à F3,6 et miroir en sandwich (voire ci-après). Je n'ai pas regardé dedans, je ne saurais vous dire ce que ça vaut à l'usage. Le propriétaire n'était pas peu fier de nous présenter la modification réalisée sur le système de double ressorts, qui fait varier la force de rappel en fonction de la hauteur d'observation. En revanche, il n'a rien dit du contrepoids que je vois pourtant bien, à gauche, comme un gros bouton d'acné paradant sur un visage parfait. Il y a encore le code-barre du prix de l'accessoire qui le maintient, ça sent le bricolage correctif de dernière minute... (je suis taquin) Gros plan sur la tranche du primaire en sandwich : (note : cette photographie concerne un autre télescope, mais on s'en bat les planétoïdes, c'est une image non contractuelle) Voici un T500 de marque Ninja, le fabricant japonais "historique" de dobsons au design si particulier qu'on les reconnaît au premier coup d’œil : le tube fermé se démonte en trois parties qui s’emboîtent et rentrent dans la monture (les deux bras du rocker) pour le transport. C'est bien fait, assez compact et très rigide, avec un ensemble isolé du vent, de la turbulence de l'observateur - en partie, du moins - et de la lumière. Aujourd'hui, seuls les modèles de 320mm peuvent être commandés. Selon l'année de production, la qualité peut varier car les fournisseurs de primaire ont changé : les plus vieux ont été taillés par le créateur de la marque, puis son successeur a passé commande chez Meade pour se fournir, désormais, en... Chine. Quand le 400 était encore commercialisé, en 2012 ou 2013, il était vendu environs 12.000 euros. Pour ce prix, vous êtes en droit d'avoir un bon miroir ! Notez les autocollants apposés sur l'engin, je vais y revenir... Coté oppose au PO : noir c'est noir ! A la place du proprio, j'aurais collé des stickers à catadioptres un peu partout, pas seulement sur l'embase : j'aurais bien trop peur qu'un étourdi - comme moi - vienne se cogner dessus en pleine nuit ! Les références techniques du télescope sont précisées sur sa fiche : Le gros miroir à F4,5 ? A tous les coups c'est du Meade. Dans la dernière case est écrit : "Si tu touches à mon gros tube, crevure communiste, je jure de t'ouvrir le cul et de le fourrer de frelons asiatiques". Oui, le japonais aussi est primaire et mal poli. Les autocollants : kawaaaïïïïï !! Je ne saurais décrypter tous les messages transmis par cette collection, mais j'en reconnais quand même quelques-uns : - La rangée du haut, avec des minettes d'anime ou de spectacles virtuels genre Hastune Miku et leur slogan abscons "The universe, your moe(*) force to discover" sont vendus ici, en boutique. Je voulais en acheter, mais ladite boutique est resté fermée : dé-goû-té ! - Le gros du milieu où l'on peut juste lire "Soboe" (nan, je ne lis pas le japonais) vient également de l'endroit. SOBOE, c'est le nom du rassemblement (sans doute celui du lieu lui-même). - Le rose "Tainai star-party 2012" réfère au rassemblement de Tainai, près de Nagano. Il a lieu tous les mois d'Août et c'est apparemment le plus gros du Japon. Je n'y suis jamais allé parce qu'en Août, généralement, je suis en France - Le vert bouteille avec une comète : reconnaissez-vous la silhouette de notre hôtel ? L'endroit est surnommé "star forest" par les locaux, mais j'ignore s'il s'agit d'une traduction libre ou stricte du mot d'origine. Pour les autres, je vous laisse deviner... (*) Interlude culturel n°2, le concept "Moe" : "The universe, your moe force to discover"... "moe" ? Qu'est-ce que c'est que ce charabia ? Pour (essayer vainement de) comprendre ce que signifie cet adjectif-clef de la culture locale, je vous renvoie à l'article Wikipedia qui lui est consacré... Vous avez lu ? Bien : Donc, en quelque sorte, l'astram japonais éprouve envers l'univers le sentiment quelque peu, euh... singulier, qui lie beaucoup d'adolescents et d'adultes nippons aux personnages d'anime féminins de type "Loli" (version raccourcie de "Lolita", référent au film du même nom, donc nous parlons de jeune filles à peine pubères. Vous êtes bien sur un forum d'astronomie, ne zappez pas) qui portent des oreilles de chat ou de panda, ont des têtes de (ou sont des) chatons (m'voyez Hello Kitty ?), des lunettes (ah, on parle enfin d'astro ?), des tenues de "maid" soit de soubrette anglaise (ah nan, toujours pas), les chaussettes (si si, fantasme des pieds, tout ça), les expressions mignonnes (si vous avez la moindre idée de ce que ça veut dire, n'hésitez pas à m'affranchir, j'ai soif d'apprendre), etc. Vous n'avez rien capté ? Ou pire, vous avez saisi ? Bienvenue au Japon, le pays de les gens qu'ils sont quand même parfois un peu très pas comme nous, les vrais humains. Allez, un gros plan pour la route : Vous noterez que ce n'est pas le même tube. J'en ai vu beaucoup, de ces autocollants perv... étranges. Pour celles et ceux qui sont toujours avec moe, poursuivons : Le concours de qui a la plus grosse boite à miroir, c'est lui qui va le gagner ! Le montage du plus gros télescope du plateau débute : un T660 à F3, dont le primaire provient de chez Galaxy Optic (US). Notez le cache de la boite à miroir : il recouvre un trou de forme ovale... quant aux tubes du demi-serrurier, ils m'ont l'air de guingois. Non ? "VOUS N'ÊTES AUTORISE A ENVOYER QUE 25 FICHIERS" Ah okay, pfff, je vais scinder le fil en deux... nan, en trois, donc... A suivre
  23. Bonjour grelots, Si tu vas voir à coté je me suis permis de te poser cet question : Tu conseilles quoi en BT semi apo 100 qui n'est pas trop de AC en diurne ? Petit rajout : Je suis aller faire un tour sur ta galerie : impressionnant ! ..... Et moi qui me croyais "fou" de jumelle , il y a pire J'ai vu que tu as eu des TS 88 mm du genre (sauf erreur de ma part) : https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/jumelles/jumelles-ts-apo-triplet-20x100mm_detail En as tu été satisfait et que pense tu de cette version en 100 mm à "seulement" 900 euros par rapport au TS 100 mm "semi-apo" ? Merci beaucoup pour ton aide grelots fdudu
  24. Chouette matos et bienvenue dans ce groupe
  25.