About This Club

un modeste réfracteur français de qualité serait-il un projet viable ? Et si nous commencions par définir ce réfracteur en terme d'ouverture, de rapport f/D, de qualité optique, de ... Norma : "Pour ma part, j'ai le bonheur d'avoir construit 13 lunettes (dont un doublet collé) sur la base d'optiques fournies. Je constate combien les propriétaires de ces instruments sont heureux de les mettre en oeuvre (et parfois de les transmettre) : ils correspondent à leur besoins et surtout, ils ont su sacrifier quelques unes de leurs exigences, conscients de l'influence sur le prix." Myriam (lyl) : "Je m'étais dis qu'un jour j'avais envie de refaire et de commercialiser de la lulu genre telemator."

  1. What's new in this club
  2. La 150/2250 génération d'après celle que je connais est calée haut pour faciliter le grand champ. ----------------------- Différent d'un FH 150-2300 Lichtenknecker, d'évidence calé entre e et d : probablement à 575, pas sûr que ce soit BK7-F2 D&G Optical différent pareil (là c'est du BK7-F2)
  3. C'est un à côté du sujet chromatisme. Il s'agit des réglages pour rendre un objectif de diamètre sous 150mm (la limite ?) multi-usage. Image de gauche, je ne suis pas sûre du calage de la Zeiss E110 mais je pense qu'étant multi-usage et avec une ouverture claire du PO de 38mm, il est prévu de faire du grand champ avec. Donc réglage "pinpoint star". Cela donne de bons résultats pour tous les usages. En planétaire, je la vois correctement équilibrée mais pas mon ressenti sur "le rouge Honda" quand on la règle en focus sur la raie d à 588nm. De part son diamètre pas trop grand, on obtient une belle plage diffraction limited de 510 à 615nm et un super piqué quasiment au-dessus de .95 de strehl de la raie e à 603nm, et ça se prolonge encore à 520nm environ. Sur Mars il faudrait (avec cette estimation) glisser le focus vers le rouge pour titiller les 640nm. Malheureusement, je ne peux pas encore confirmer si elle est calée comme ça. Je ne peux dire uniquement que le rouge cerise du panneau Honda en face de chez moi sortait très contrasté (on voyait les défauts de surface) mais pas à fort grossissement. (pas testé) La Zeiss ne bavait pas en bleu contrairement à la Vixen 102M qui s'en donnait à cœur joie en terrestre nocturne sur les lampadaires modernes à leds. Donc en dessous d'un diamètre de lentille pas encore défini : probablement 150-180mm, le calage peut rester à 555nm sans être indispensable en planétaire. Je cherche le bon critère pour le choix de f/D et de matériaux pour mettre ça à diffraction limited : entre 614nm, creux du méthane entre 610nm d'après l'étude du CIE sur le contraste optimal de l’œil entre les points mesurés par Danjon sur le réfracteur de Strasbourg : comment, pourquoi, avec quoi ? les 640nm pour certains détails de Mars par usage des filtres recommandés. Pas simple, je reste sûre d'une chose c'est que le pic pour le planétaire est très près de la sensibilité du cône L de l'oeil et de la raie jaune sodium. Danjon et Couder disait de caler à 585nm en planétaire, j'ignore le point du best focus mais on ne peut pas glisser des spectres étroits des grands réfracteurs à volonté. *** ce sont des bons indicateurs des plages à privilégier *** Ne pas oublier que l'on tire un peu de contraste sur le bord d'une plage qui obéit au critère du .15rms ou .42 strehl ou 1,5x Airy environ. Au delà on est plus dans la zone planétaire qui va jusqu'à environ 1.2mm de pupille de sortie (j'avais ça en tête pour la microscopie où l'éclairage est à volonté ) ------------- Je vais refaire un calage de la Zeiss E110 à 575nm pour vérifier si c'est encore utilisage côté champ profond. (max 3x Airy en bleu au meilleur focus) Avec un calage comme Strasbourg 573nm ça donne au focus raie d : ~535-629, en diffraction limited et ça tient entre x2.5 et x3 Airy pour le bleu en focus champ profond mais le bleu pacifique risque de se voir. La plage est rétrécie : Un intermédiaire qui donne .97/.98 de strehl à la longueur d'onde de calage (focus d) prendrait en compte la chaîne oculaire, renvoi coudé, collimation, gestion du bleu. Peut-être 656nm. ------------------------ 565nm ça fait 524-622 en diff.limited. vers .97 entre 535 et 604. Plutôt bien pour la raie F vers 2.3x Airy (507), mais encore gros pour le bleu profond ou alors c'est ça c'est la norme à 65um et ~7x le disque à 507nm ? ------------------------- Je garde le réglage initial 551 chroma, raie e coma, cône L aber. sphérique, focus raie d
  4. Contrairement à une idée bien répandue, il est possible de réaliser un apo avec des verres ordinaires... ou presque : FSL5, BK7 ou K5 et un flint genre F2 et en tous cas au moins 5 lentilles en 3 groupes ! Le saviez-vous ? Mais bon, ça se paye (comment ?) sinon il n'y aurait que ça. Quand mon autre PC aura rechargé sa batterie je vous dirai comment. A noter que le FSL5 n'est pas très cher mais là n'est pas le problème.
  5. Une estimation de la correction chromatique de l'objectif du grand réfracteur de Strasbourg qui fait maintenant 692cm. https://safga.eu/dossiers-techniques/la-grande-lunette-de-lobservatoire-de-strasbourg/ *** C'est peu probable que ce soit une combinaison BK7 - F2 *** C'est meilleur, Couder a donné une piste sur l'aberration sphérique limitée improbable avec ces matériaux. Le chromatisme est visible mais le calage permet de belles observations en ayant créé une plage 556-600nm à un niveau diffraction limited. soit 10nm vers le rouge pour les raies e et D (créé par Merz à l'époque ou on calculait avec la raie sodium).
  6. Mes premiers pas

    Bonjour, je lis " Et bien la réponse est simple : cette coquille n'a pas été corrigée car la version donnée par l'éditeur au metteur en page n'a pas été la bonne, hélas. Cela dit, si tu suis cette partie du livre pas à pas alors tu devrais t'en sortir sans trop de peine et même arriver à lancer une optimisation. Je n'ai pas le livre sous les yeux mais tu y trouveras aussi un doublet où la distance entre les lentilles (qui n'est pas négligeable) participe à la correction. Sans doute le top du doublet achro.
  7. Mes premiers pas

    L'aberration sphérique : en anglais https://en.wikipedia.org/wiki/Spherical_aberration Minimisation : Avec l'objet à l'infini (première lentille seulement) : bloc de droite i & o => p = -1 S = 2 (n2 - 1) / ( n + 2 ) # appelons ça constante d'aberration sphérique R2 ( 1 + p.S ) = - R1 ( 1 - p.S ) BK7 n = 1,5168 Calculer SBK7 = 2 (n2 - 1) / ( n + 2 ) = 0,7397 R2 . 0.2603 = - 1,7397 R1 Minimiser ne veut pas dire nul. comparer 225.98 / 0 avec 260.3 / -1739.7 (f = 437.2722 , 30mm diamètre, épais 2mm) Pour F2 en lentille frontale. SF2 = 0,8975 R2 . 0,1025 = - 1,8975 R1 # très proche de plan convexe/concave, bombé vers le ciel Calculer p (position factor) de la deuxième lentille d'un Fraunhöfer BK7-F2 V1/v1 + V2/v2 = 0, V2 = -v2/v1 V1 V = V1 + V2 = V2 (1 - v1/v2 ) i l'image est positionné à la focale de l'objectif vaut 1/V, f de la lentille vaut 1/V2 : on remplace. p = 1 - 2f/i = 1 - ( 2 . V / V2 ) = 1 - 2 ( 1 - v1/v2 ) = 2,529 # 2,53 Conclusion ? Pour faire un Littrow : verre léger devant apporte moins d'aberration sphérique dans la combinaison. Ce qu'apporte un plan concave en F2 : positionné en verre arrière avec le facteur de position p>1 Utilisons p~2,53 (au-dessus) : R2 . 3,27 = - R1 .1,27 ... R2 . 2,575 = - R1 pour minimiser l'aberration dans cette position. Certes, c'est lui qui génère le moins d'aberration sphérique avec le verre le plus lourd mais le Littrow corrige moins l'aberration sphérique car on a quasiment un plan concave qui n'est pas minimal ni compensateur du verre frontal. L'idée de ces présentations n'est pas d'ingurgiter les formules complexes qui sont avant tout des approximations ! Mais de sensibiliser à l'histoire des formules optiques et de leurs corrections successives. chroma, coma, sphéricité. Il en reste d'autres d'effet moindre : astigmatisme, distorsion, courbure de champ... Ainsi que de comprendre quelques invariants au sujet des formes préférables des verres d'index différents. F=f/D Un des plus gros triplet presque apochromatique au monde, avec des verres d'index très proche : près de n~1.61 Il est quasiment plan convexe, bombé vers l'infini si on fait abstraction des surfaces intermédiaires. Qu'en déduire ?
  8. Mes critères de conception actuel en visuel En planétaire de raie F 486 à 507nm & de 614 à raie C 656 : Rutten & van Verooij -> 3 fois disque d'Airy ou x3,66 le λ/4 (0.915 PtV onde) de 507 à 541,3 & de 568,6 à 614nm : approximation à λ/2 PtV de 541,3 à 568,6 nm : λ/4 PtV (Rayleigh) le pic à 555nm : λ/8 PtV maximum pour l'aberration sphérique et la coma. Excellence si λ/10 PtV - contenir le 460nm (13% de sensibilité en vision diurne) à ~8x maxi le diamètre du disque à 507nm, soit à f/10 => 50um. (49um). Cela est en rapport à la densité des bâtonnets qui s'activent en mésopique (la sensibilité monte à 45% !) Note : Zeiss E110, le 460nm est à x7.05 Airy planétaire x5.42 en grand champ : 65/50um, estimation personnelle, coma corrigée à 541.3nm, sphérique corrigée à 568.6nm 610nm : strehl .842 614 : .787 510nm : strehl .864 507 : .787 Solaire : λ/8 PtV max. pour l'aberration sphérique et la coma. Champ profond : cherche le focus champ profond en calant le disque d'Airy de la raie F, C et d, ils doivent avoir à peu près la même taille. Examiner sa taille -> spot sous 1,5x disque d'Airy. -> .915 PtV entre les focus F, C et d - contenir le 460nm (10% de sensibilité en vision nocturne) à ~6x maxi le diamètre du disque à 507nm, soit à f/10 => 40um. Cela est en rapport à la densité des bâtonnets. - contenir les couleurs entre F et C à 0.15 𝛌 RMS, en particulier la raie e 546nm STEIN-110f15.len Conforme : (estimée avec un calage vers 550nm, probablement différent d'après mes dernières lectures, peut-être vers 575) Critère Rutten & van Verooij pour le planétaire (3x Airy pour F et C), bon piqué > diff. limited sur 510-610nm, etc. En focus grand champ, 2x Airy (de 507nm, 18um) et 5,5x pour le bleu 460nm Utilisable avec strehl très élevé en solaire (presque 1) ----------------------------------- calage des aberrations : je me pose encore la question suivant le type d'utilisation. le calage chromatique moderne est assez connu : FC, dF, eC, (ed) FC ou (ed) CF il s'agit de positionner le calage minimisant coma et aberration sphérique. L'aberration sphérique doit être calée précise en cas d'entreverre mince. J'ai vu plusieurs cas. (coma : sphérique) mixte : du fraunhöfer calé raie F et raie e, moins souvent du steinheil (fluorite ou verre crown fragile) grand champ : calé raie F et vers 500nm pour l'aberration (le 507nm a l'air pertinent) planétaire : coma calée raie e (pas sûr) et sphérique en D (Unitron/Cave) les astrospezial sont calés très décalé : coma en raie F ou e et le sphérique très proche de D voire plus bas encore. Note historique : Danjon & Couder, Lunettes et Télescopes (Paris, 1935), pp. 107-114 c'est différent mais c'est pour le point focal, les recommandations pour les achromats : 555nm pour faire des étoiles les plus petites. (Calage C-F -> 550 ou calage "vert" la plus proche étant la raie e) 575nm pour le résidu chromatique le plus faible (on est près du cône M 568,6nm) 585nm pour le planétaire. (Calage B-F ou "calage D") Ce n'est pas contradictoire, je m'aperçois qu'avec la pondération que je mets en correction planétaire, le réglage du focus optimal tombe très près de la raie d, il fallait que je trouve une solution quand on est pas sur la dispersion BK7-F2 et f/15 Meilleure est la combinaison de verre, plus on s'approche de la correction générale à 555nm proposée par TMB. L'Objectif du Grand Réfracteur de Strasbourg 486/6920 (un type Littrow façonné par Merz en 1880 ou ~487/7000 après correction Couder-Danjon) est calé à 573nm.
  9. Triplet apo, non ED, pas d'asphérique : 120mm f10.5 739.5 / 15 / N-SK4 / -238.8 # biconvexe -238.8 / 6.5 / N-KzFS4 / 238.8 # biconcave .1 / air 239.5 / 12.4 / N-BAF4 / flat # plan convexe strehl 555nm : ~1 strehl F et C >= .9
  10. Mes premiers pas

    C'est trés intéressant tout cela.Cela me rappelle mes cours d'optique géométrique pour mon diplôme d'opticien. Je vais étudier cela avec attention.Merci.
  11. Une objectif mixte, potentiellement meilleur que celui de la TAL 100RS qui pêche un peu en piqué planétaire. 100mm f10 RC~4.3 S-NBH5 (verre de type Kz, performant cout 10) + S-BAL35 (récent et peu couteux cout 3) Steinheil et face arrière plate, plus intéressant qu'un FH. Le spot à 460nm est contenu et on est à 3x Airy en planétaire. Le verre crown est nouveau, disperse un peu moins que BAK2 et le prix pareil. Bonne dureté et capacité à être taillé. Le KzFlint est plus résistant : intéressant à mettre devant. Belle combinaison, pleine de qualités pour un objectif destiné à durer. Note : il existe une combinaison précédente BAK4-KzFS5 mais même si elle est un chouilla mieux sur le RC, celle-là est nettement plus facile et piquée. Je n'ai pas mis le bleu 460nm pour montrer le front d'onde plus compliqué. Le S-BAL35 est la version ECO du très connu SK5 que j'ai à polir : lentille d'un Clavé. -------------------------------------------------------------------------------- Faisable aussi, pas trop complexe, en triplet huile/collé BAF4-SK15-KzFS11 en utilisant des verres Ohara. (54-45-86€/kg 10.7x BK7 - un peu moins couteux, un seul disque outil, moins de traitement optique AR requis, simple MgF2 ou aucun...). Le BAF4 est bon à mettre devant ! Même comportement au-delà de la raie F.
  12. Mes premiers pas

    un petit ajout sur le shape factor / facteur de forme : c'est un indicateur de dissymétrie. Rappel : a) le facteur de forme q = R2 + R1 / ( R2 - R1 ) b) l'invariant du lunétier A = 1/R1 -1/R2 c) la vergence de la lentille V = (n-1) A Divisons la partie supérieure et inférieure de l'équation par R1R2. Simplifions pour faire apparaître l'inverse des courbures. L'invariant du lunetier apparait. q = ( 1/R1 + 1/R2 ) / A A toutes fins utiles pour interpréter : "W" comme puissance de dissymétrie = (n-1) * ( 1/R1 + 1/R2 ) q = W / V En conjugué fini et symétrie du montage : facteur de position nul p=0, et symétrie q=0 => 0 = (2n+1) p + q (n+1) / (n-1) # formule de nullité de la coma La coma est nulle indépendamment de l'index du verre -------------------------------- Explication de "ce qui ne va pas" dans l'exercice : Le facteur de position p2 de la lentille arrière, ici le flint n'est pas celle de l'objet à l'infini mais celui ou le rayon incident est convergent. L'image fournie par la combinaison de l'objectif va se positionner à une distance plus courte que l'inverse de la focale : i < -f -------------------------------- Ca devrait suffire pour la semaine, je te laisse digérer, si tu veux des exercices autres, il y a toujours quelques propriétés à découvrir. Je garde le plus casse-pied pour plus tard car moi-même je trouve ça dur.
  13. Mes premiers pas

    C'est parfait tout ça. Hier soir j'ai regarder la video YouTube sur les formules de Lunetier. J'en ai vu une autre qui explique les principe de Dioptries par la même personne. J'aime bien c'est hyper clair. Tu me fait gagner un temps précieux je savais pas par quel bout prendre la chose … Bon je suis encore loin de maitriser le sujet …
  14. Mes premiers pas

    Les autres formes de correction : les fondamentaux à connaître. Les paramètres de Coddington. A) Le facteur de forme. Soit les deux rayons de courbure de la lentille : R1 avant et R2 arrière. Le rayon est positif quand la forme est convexe dans le sens de traversée de la lumière. Sont des rayons positifs : - dans la première ligne ci-dessous : R1 de équiconvexe, plano de droite, meniscus+ de droite - dans la 2eme ligne du bas : R1 et R2 du ménisque négatif, R2 du plano négatif de gauche et de l'équiconcave q est le shape factor q = R2 + R1 / ( R2 - R1 ) B) Le facteur de position f est la focale, i est la distance de l'image, o est la distance à l'objet p est le facteur de position Pour les convergents : L'objet est à l'infini : 2eme image en partant de la gauche, o=∞. L'image se focalise à la distance focale de référence : i=f L'objet est à la distance double de la distance focale, o=2f : l'image se focalise au double de la distance focale. i=2f L'objet est positionné à une distance égale à la focale, o=f : les rayons sortent parallèles. i=∞ ------------------- Extrême gauche : déjà convergent ou déjà divergent. i < f Extrême droite : utilisation en mode inverse de la lentille, angles extrêmes, rasant. i < -f p = 1-( 2ƒ / i ) C) La notion de lentille aplanétique. Résoudre l'équation et annuler la coma d'une lentille en BK7 en lui donnant la forme appropriée L'objet est une étoile : i=f n : index de la lentille (référence raie d, qu'on n'indique plus quand par défaut) 0 = (2n+1) p + q (n+1) / (n-1) q= (2n +1) . (n-1) / (n+1) # p a disparu, il vaut -1 En BK7 : 0.8283. R1 = R2 (q-1)/(q+1) = - 0.0939 R2 Pour annuler la coma de ce biconvexe : R1 doit contribuer 10,65 fois plus que R2 à la convergence => très bombé à l'avant. En F2 : 1.003 R1 = R2(q-1)/(q+1) ~ 3/2000 R2 =>avec q proche de 1 R2 doit toujours être quasi-plat. En plano-concave ou convexe, courbure vers l'objet, la coma est très faible. C'est un très bon matériaux pour installer devant, à faible distance d'une image une lentille de correction. Les lentilles faites de matériaux différents ne génère pas la même coma. ------------------------------------------------------------------------------ Utiliser cette propriété pour annuler la coma d'un doublet. Travaux pratique avec OSLO ; reprendre l'objectif de Littrow et changer les courbures intérieures et l'entreverre mettre l'entreverre à 3.2mm et raccourcir r2 et r3 à -342mm Statut : La correction est partie vers le rouge parce que la focale a augmenté et le ratio de dioptrie à changé en faveur du flint. Action : bomber l'arrière du flint jusqu'à retrouver le chromatisme. Statut : la focale totale est devenue trop basse : Action : augmenter le rayon de la face avant à 555mm et réitérer le bombage. Que s'est-il passé ? le facteur de forme du crown est passé entre 0 et 1 celui du flint est supérieur à 1. => la coma se corrige : le front d'onde se stabilise sur plus de champ. Regarder également la forme des spots. ------------------------------------------------------------- Exercice : essayer de trouver la combinaison achromatique avec des lentilles flint et crown dont la coma est nulle pour chaque. calculer le BK7 et observer ce qui va et ne va pas.
  15. Mes premiers pas

    Ok merci je te remercie bien jvai prendre le temps de digerer tout ça.
  16. Mes premiers pas

    La condition d'achromatisme se décrit en dioptries. V1 / νd1 + V2 / νd2 = 0 # verre forte puissance, faible dispersion (νd élevé) contre verre faible puissance, forte dispersion (νd faible) f : focale de la lentille V : vergence La vergence est V = 1 / f Posons l'invariant de la lentille Ai = 1/ri,1 -1/ri,2 # Equations du lunétier courbure d'une lentille, entrant c'est +, sortant c'est - Une lentille biconvexe : 2/r https://youtu.be/NwxC3txs2QQ Tu multiplies par la différence d'index des milieux pour obtenir la vergence Vi= (nd,i -1). Ai # vergence en dioptries -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Imaginons une conception historique de Littrow (Johann Littrow, 1781-1840, ou le fils Karl Ludwig) : r=r1=r2=r3, 3 courbures identiques, un très mince entreverre t=f/20000 par cales en papier de 50um r4 pour la face arrière. D'après la conjonction d'achromatisme et l'association de lentilles minces°. a) V2 = -V1 * vd,2 / vd,1 b) V = V1 + V2 = V1 ( 1 - vd,2 / vd,1 ) = A1 (nd,1 -1) . ( 1 - vd,2 / vd,1 ) Un instrument de focale 1m V=1m-1, f=1m, posons l'entreverre t à nul pour commencer et considérons des verres infiniment minces : cela approxime les chemins des rayons. divisons par ( A1 . V ) et remplaçons => r/2 = 1/V . (nd,1 -1) . ( 1 - vd,2 / vd,1 ) => r = 2 * 0.5168 * ( 1 - 36.37 / 64.17 ) = 2*0.2239 = 0.4477 Crown biconvexe : r~= 447,7mm Flint ménisque concave, je remplace directement les rayons : r concave côté ciel, r4 convexe côté focus. D'après a) : V2 = - V1 * vd,2 / vd,1 = ( 1/r - 1/r4 ) * (nd,2 -1 ) 1/r4 = V1 * ( vd,2 / vd,1 ) / ( nd,2 -1 ) - 1/r => 2.233 * 36.37/61.17 / .62 - 2.2371 ~= -0.1956 m-1 r4~ -5,11 m Dans Oslo tu rentres tout ça puis tu ajoutes l'entreverre très fin de 0.05mm et les épaisseurs de lentilles à f/10 : de 10cm divisé entre 10 et 15 => 10mm pour le convexe, 6mm pour le flint concave. La courbure r principale sera à ajuster plus moins forte à cause de l'épaisseur des lentilles° : passe à 45cm (450mm) La courbure secondaire r4 reste du coup trop forte, relâche là à -7.7m Bon test ! Notes : les épaisseurs ont un impact faible mais pas toujours négligeable. ° V= V1 + V2 -V1V2t : valable pour une association au sens large quand les ratio f/D ne sont pas très petits (id est pas d'angles forts, approximation de Gauss), lentilles entre elles ou lentille elle-même à cause de son épaisseur. => invariant d'un biconvexe A = 1/r - 1/-r + e/n2.r2 # plus épais -> plus convergent avec e (épaisseur centrale)=Diamètre sur 10 et r~5*D => e/r ~ 1/50e de la vergence soit approximation à environ 2% Cela explique l'ajustement final de r4 pour 3 facteurs : épaisseur de la biconvexe, entreverre, épaisseur du ménisque concave arrière. La résolution d'équation est utile mais le ray-tracing est indispensable pour finaliser.
  17. Salut, J'ai commencé à utiliser OSLO -EDU. Bon je vous cache pas que c'est pas simple . J'ai réussi a dessiner des lentilles faire des ensemble en leur donnant les valeurs que je veux ( rien de valable). Les choses simple pour le moment. J'essaye de faire un modèle pour m'entrainer un 90 focale 900 ( F10 ). BK7-F2 collé J'ai trouvé des formules sur le net pour un doublet Achromatique mais je suis pas serin je suis pas sur d'elle car dans le bouquin de Rydel j'ai essayé les formules avec les élément qui donne et je trouve pas les même formules que lui donc bon. Pour Rydel : Un achromat de focale F=1000 BK7-F2 f1 = F/ (v1/(v1-v2)) Rydel trouve 385 , moi je trouve 433.2 f2 = -F/(v2/(v1-v2)) Rydel trouve -6265 , moi je trouve -764.3 f1/v1 + f2/v2 = 0 Avec F = 1000 v1= 64.17 v2 = 36.37 Pour une courbure négative je comprend bien qu'il faut un résultat négatif par rapport a une courbure dans l'autre sens. Mais je comprend pas pourquoi avec les même éléments que lui je trouve pas les même résultats. Sur le net je vois qu'on fait la différence entre focale et puissance lentille.
  18. Plein de questions

    Merci bien pour le doublon. J'ai voulu corriger une faute ça ma fait un doublon j'ai pas osé y retoucher de peur de faire … un triplon. Pour le K de BK7 (Krown) et F de F2 ( Flint) je savais pas, je viens d'apprendre un truc. Pour mon Dobson mes idées murissent doucement… mais surement. Je reste néanmoins très attiré par les Lunettes et tous ce qui touche au matos astro de toute façons. Pour ma part j'ai un besoin de matériel très maniable dans le style instrument de voyage, je peux pas me permettre d'avoir de gros truc encombrant pour le moment. C'est pour ça que le principe du Grap and Go me plait beaucoup. J'ai déjà du matos pour observer donc je suis pas dans une quête absolu d'instrument donc pas de souci de se coté la … Je m'inquiète pas j'ai de quoi faire. Mais je comprend bien ce que tu me dit, un projet unitaire n'est pas viable financièrement surtout pour les réfracteurs. Après travailler sur des sujets pratique me plait énormément malgré tout … Concevoir des "télescopes de papier" comme on dit ça reste super intéressant. Je reste néanmoins un novice, je serais pas le membre le plus utile. Je vais faire office d'Apprenti pour le moment. J'ai des compétences en USINAGE donc si je peux répondre à des questions sur ça pas de problèmes. Je souhaite quand même travailler sur des instruments Grap and Go voir ce qu'on peut élaborer. Même si ça intéresse personne, je comprend parfaitement. Je souhaite également participer à tout autre type de projet je reste pas figer sur mon truc. La je suis en train de lire un book qui traite des réfracteurs et du logiciel OSLO - EDU. Il explique assez bien la conception des réfracteurs, choix des verres, optimisation doublet, … Je vais apprendre à m'en servir. J'ai vu Lyl que tu utilisais également ce logiciel, comme ça on travaillera avec les même outil. Je vais te bombarder de questions
  19. (note, j'ai vu le doublon, j'ai supprimé) Bienvenue, en réponse le télescope de newton (Jean-Texereau, Pierre Bourge) puis l'azimutal de John Dobson sont les plus accessibles à faire. le Norman Remer est un incontournable pour les réfracteurs. BK7 c'est bien le crown : K Krown et toutes ses déclinaisons F2 c'est bien le flint : F Flint silex etc. On pourrait écrire des pages sur l'origine des verres et le pourquoi du comment : c'est un indispensable pour savoir pourquoi aller plus loin. Un réfracteur est à la fois plus compliqué à créer et moins exigeant sur le polissage qu'un réflecteur. Il faut néanmoins réaliser plusieurs surfaces. Pour un grab & go de 600mm accessible à une fabrication amateur, tu ne vas pas aller bien loin pour créer ça par toi même. Il faut poser le critère que ce sera un instrument de découverte volontairement incapable de grossir pour visualiser des détails, les réglages sont alors à bien définir. En exemple : Clavé et Zeiss faisait ça très bien en 80mm "chercheur de comète" 500mm de focale. Autre point : l'achat unitaire de disque en verre optique est couteux, bien plus qu'un instrument neuf de super-marché. Donc, il vaut mieux être averti que la marche à sauter est un peu élevée pour partir à faire ça seul. Je l'ai assumé et c'est du long terme pour moi, je débute pour l'aspect manuel. Le but de ce sujet est de tracer le chemin de la théorie à la pratique. On peut conseiller d'acheter une partie optique déjà faite, je peux trouver quelques références. Mais sans vouloir forcer la main, c'est une expérience intéressante mais longue de faire ça soit-même. Dans l'attente il vaut mieux déjà avoir un instrument bon marché. C'est le but d'un sujet en cours sur des objectifs anciens de 75mm qu'@asp06 m'a transmis. Il y a un Secrétan 75/690 à faire traiter (pas obligatoire) et à réutiliser. (sujet à ouvrir, je le passerai en lot avec un focuser Lolli et un renvoi coudé) Ensuite, je pense déjà que pour l'aspect manuel 90mm-100mm c'est un minima car plus le verre est petit, plus il faut de précaution et d'expérience. Et pour être honnête j'ai également en stock un lot de 3 verres blank 92.7mm BAK2 + F5 pour avoir un tarif compétitif. Ca peut éviter de casser la tirelire (limiter frais de port ... frais de découpe pour achat unitaire). Ces verres sont flexibles pour diverses combinaisons. (entreverre pour FH ou Steinheil / collé-huilé) On peut ouvrir une rubrique "Lunette découverte dédiée grand champ" et apporter les éléments de conception/construction. Honnêtement, je ne partirai pas sur du BK7-F2 mais sur un peu meilleur qualité sans coût mettant en orbite le porte-feuille mais au moins pour dire que ça a des chances d'être plus intéressant que d'acheter une chinoiserie de super-marché même si on est moins doué
  20. Plein de questions

    le façonnage optique c'est un monde à part et peu d'amateurs perdurent dans cette direction car cela devient souvent une occupation à temps plein ( c'est à dire relativement au temps disponible pour les activités hors travail et famille ). il y a un coté oeuf du coucou dans le nid de tes loisirs. si tu lis l'anglais le bouquin de remer est pas mal du tout, d'autant plus que c'est le seul disponible spécifiquement sur le sujet de la réalisation d'un objectif de lunette astronomique.
  21. Plein de questions

    Les objectif déjà fait c'est selon des choix déjà existant sur le marché ou tu peut les faire selon ta propre exigence ? Parce que j'ai survolé le site on en parle mais j'ai pas tout compris.
  22. Plein de questions

    Bienvenue parmi nous dans le groupe. La construction de ses propres instruments est quelque chose de passionnant.Il est toujours émouvant de contempler le ciel avec un appareil fait de ses propres mains. Mais tu dois savoir que cela n'est pas facile à fabriquer et que cela coûte de nos jours presque aussi cher que du neuf. Il y a beaucoup plus d'ouvrages sur la construction des télescopes car la fabrication d'un miroir est plus simple que celle des lentilles pour un amateur et la construction du reste du télescope est possible avec des matériaux simples à trouver dans le commerce et faciles à usiner (avec une scie, une perceuse,...). Procures-toi la "bible" de tous les amateurs qui ont construit leur télescope à savoir le livre "Construction du télescope amateur" par Jean Texereau. Quand tu auras "digérer" ce bouquin, tu sauras déjà mieux à quoi t'attendre! Il existe d'autres ouvrages sur le sujet mais commences déjà par celui-ci. Tu as tout compris. Ce sont les deux sortes de verres que l'on utilisait à l'époque pour faire des lunettes achromatiques. BK7 est un verre crown fabriqué à partir d'un mélange de sable et de chaux.Il porte ce nom car les anciens verriers anglais devaient lui donner une forme de "couronne" lors de sa fabrication. F2 est un verre flint fabriqué à partir d'un mélange de sable et de plomb. Le flint a été découvert par hasard par un verrier anglais qui a mélangé du sable et de la chaux contenant des grains noirs.Il voulait faire du verre crown comme d'habitude et n'a pas fait attention aux grains noirs.A l'époque, on ne connaissait qu'une seule sorte de verre : le crown. Sa chaux provenait du calcaire des falaises britanniques. Aprés refroidissement, il s'est aperçu que son verre était plus transparent que d'habitude et qu'il se taillait avec moins d'éclats. Il venait d'inventer une autre sorte de verre minéral : le flint.On sait aujourd'hui que c'est grâce aux grains noirs du calcaire (en fait des particules de plomb) que cela s'est produit. Bien plus tard, un opticien aura l'idée d'améliorer la qualité optique des lunettes d'astronomie en utilisant ces deux sortes de verres dans un objectif.Les lunettes achromatiques étaient nées. Peu d'amateurs ont réalisé une lunette d'astronomie entièrement mais achètent plutôt l'objectif déjà fait et construise le tube. En optique, ce qui donne la puissance aux lentilles et aux miroirs, c'est en partie leur(s) surface(s) optique(s). Un miroir a une seule surface optique. Une lentille a deux surfaces optiques. Un objectif achromatique a quatre surfaces optiques car deux lentilles. Un objectif apochromatique a six surfaces optiques minimum car trois lentilles minimum. C'est à cause du nombre de surface à fabriquer que cela est difficile de faire une lunette bien réussie. Mais si l'aventure te tente, tu dois déjà réussir à fabriquer un miroir (une sorte de "demi-lentille") avant donc de tenter de réaliser une lentille.
  23. Il ne faut pas complexer à cause de son matériel premier prix.Tu apprendras à force d'avoir observé que la qualité de ton ciel d'observation est la chose la plus importante.Ensuite, vient seulement la qualité de ton instrument.
  24. Salut, J'ai plein de questions. Voila bon comme beaucoup savent, je suis relativement débutant et je connais pas grand chose faut dire tout ce touche au truc un peu pointu du point de vue matos astro. Je cherche à apprendre et à comprendre donc je vais poser pas mal de question bêtes je suis désolé . Votre groupe concernant les réfracteurs me montre que vous plutôt callé sur le sujet. Dans un avenir pas trop loin j'espère, je souhaite me fabriquer mes propres instrument que ce soit un Dobson et même une lunette. Pour les télescope types Dobson on a beaucoup de ressources pour l'amateur, c'est largement accessible à qui veut faire un peu d'effort pour y arriver et comprendre. En revanche pour les lunettes je sais pas trop ou chercher il y a bien des sites comme Bertorello pour la théorie et j'ai même vu un livre de Norman Remer en anglais qui à l'air pas mal. Vous avez d'autres référence en tète ? La j'ai vu que l'ensemble classique pour les achromatiques classique c'est un ensemble BK7-F2, donc si j'ai bien compris BK7 c'est le crown et F2 c'est le flint ? L'idée que j'ai pour le moment pour mon réfracteur, c'est de faire du Grap an Go. Une longueur focale de 600 voir 750 grand MAX pour éviter d'avoir un tubes trop grand. Par rapport à ce que je lis et qui marche bien : ce serait un doublet ( Triplet ?) - ( Air spaced ? collé ? ), pas de verres ED trop cher ( autant acheté neuf ) , diamètre 100 Maxi. Question traitement j'en sais rien du tout. L'utilisation serait pour une revue générale du ciel comme la Lune, M45, les Etoile,s longue vue terrestre, une optique passe partout plus puissant qu'une paire de jumelles classique. Il y a le coté de l'avoir fait sois même, le plaisir de faire et de comprendre et pourquoi pas voir si mes idées peuvent inspirer d'autres personne.
  25. La mienne Travel scope 70 de Celestron … Bon ba c'est pas terrible mais c'est bien pratique. Je pense pas m'en séparer tout de suite. Récemment j'ai pris une Altair 72 EDF.
  26. Le triplet similaire à Ceraglioli 230f13, augmenté à 254mm f13.03 articulé autour de N-KZFS4 pas de verre ED. mais un Kz => diminue l'aberration sphérique.
  27.