Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content since 05/05/20 in Blog Entries

  1. 1 point
    lors d'un stage de pixinsight à l'AIP (astro Images Processing ), il nous a été présenté le logiciel ALADIN . c'est un atlas du ciel interactif : https://aladin.u-strasbg.fr/aladin-f.gml il possède une BDD des images prises , la cartographie et posséde tous les catalogues d'étoiles possibles . pour cela vous devrez aller sur cette page pour installer le java et le logiciel "aladin" : http://aladin.u-strasbg.fr/java/nph-aladin.pl?frame=downloading sur ce site vous pouvez consulter cette BDD par l'Aladin lite : https://aladin.u-strasbg.fr/AladinLite/ la documentation en français de ce logiciel : http://aladin.u-strasbg.fr/java/AladinManuel6.pdf après l'avoir installé sur votre PC et lancé l'applicatif , vous arrivez sur un menu de ce type. il vous suffit dans le module "commande" d'y mettre le nom de l'étoile ou de la galaxie désirée pour obtenir l'image désirée on peut zoomez , déplacer l'image , calculer la distance, identifier certains objets se trouvant à côté, faire de l'astrométrie en faisant clic droit de la souris sur l'objet désiré on peut avoir d'autres informations exemple : je choisi l'étoile "Polaris" et j'obtiens immédiatement la photo de cette étoile concernée en réalisant un clic droit sur "exploration de l'objet astronomique" puis en cliquant sur le nom de l'étoile "alf Umi " je peux aller aller consulter par le navigateur la base simbad et VizieR vous y trouverez toutes les données s'y référant tuto sur l'utilisation de ce logiciel : une vidéo très bien faite pour un forumeur qui permet de synchroniser Prism V10 avec Aladin ce qui n'est pas le cas à l'origine
  2. 1 point
  3. 1 point
    Bonjour à tous, Comme prévu, j'ai réalisé des vidéos de 3 objets Messier: Messier 13 et Messier 92 au foyer de la lunette Mila ( D152mm/F1200mm) avec la camera ZWO ASI 290MM à 0.6" d'arc/pixel environ. Pour M57, j'ai décidé d'adjoindre la Barlow Télévue 2X à 0.3" d'arc/pixel (à confirmer la valeur exact ultérieurement). Toutes les poses sont de 5 secondes pour une centaine de poses sans autoguidage "car je ne sais pas faire, comme aurait pu le dire ma petit fille de 2 ans Eléonore (chais pas faire/trop petite)". Les images ont été traitées avec astrosurface H64, et Faststone Image Viewer. Les images sont recadrées à 75%. Les deux amas globulaires sont intéressants à comparer. M92 semble moins riche, et plus dense, et de ce fait, il est négligé, car trop proche de la star Messier 13. Il est mis à l'honneur dans Astrosurf Magazine n° 104 de mai/juin 2020 Allons-y, l'honneur est donné à Messier 13: On détecte bien la zone sombre en Y ainsi que le X au centre de l'amas. Quelques trainées d'étoiles sont visibles, dont une que je repère immédiatement, et qui serait le résultat d'une ancienne traversée de l'amas dans le plan galactique. Messier 92: Le plus simple est d'aller lire ce qui est dit dans le dernier magazine N° 104 d'Astrosurf mai/juin 2020 Messier 57: Quelques détails dans l'anneau, avec l'étoile centrale. Mon premier jet, avant que l'on m'aide…. Voilà pour cette soirée. Claude Schuhmacher Ajout 1: Mon image de M57 post-traitée par @fljb67( courbes, amélioration manuelle des étoiles, flou gaussien ). Je ne maitrise pas pour l'instant comment atteindre ce niveau d'amélioration. Je mets donc son post-traitement ici en attendant de faire aussi bien. Merci @fljb67 Ajout 2: Traitement avec Faststone Viewer: J'ai un peu bidouillé les courbes, contraste et autres, un peu au pif en prenant comme référence l'image de @fljb67 J'arrive à ceci: C'est mieux que lui, mais mon boulot est de prendre le temps de faire mieux les choses, avec le cliché d'origine. Merci à lui pour l'émulation. Prochaine étape: Faire le même cliché mais avec la Barlow 3X afin de mettre en évidence la double de résolution (flèche) à 2 secondes d'arc de séparation, sous cette étoile double dans le cercle, double séparée de 6 secondes d'arc….mais il va falloir allonger le temps de pose du fait d'un échantillonnage plus petit à 0.15" d'arc par pixel sans guidage, et pousser le gain. Cela ne vas pas être simple si la monture n'est pas parfaitement mise en station. On va voir….car il n'y a rien de plus formateur qu'un échec. PS: J'ai une vidéo de Dubhé de la Grande Ourse à traiter, mais cette étoile double n'est probablement pas accessible avec un diamètre de 152mm. Les composantes sont trop proches, et ont une différence d'éclat trop importante, même si il m'a semblé la voir apparaitre sur quelques images. Je ferai un billet séparé si j'ai quelque chose de positif.
  4. 1 point
    Bonjour à tous, J'ai un peu bidouillé ce matin pour installer un logiciel pour créer une image à partir de plans lunaires. J'ai donc installé un logiciel Microsoft qui est d'une utilisation enfantine: Image Composite Editor https://www.microsoft.com/en-us/download/details.aspx?id=52459 A partir des trois plans réalisés le 31 mars 2020, j'ai obtenu une image assez sympathique. Premier essai concluant donc mais pas de quoi fanfaronner, il y aura à maîtriser par la suite la prise d'images pour que cela ressemble à quelque chose. La première image est issue des 3 tuiles .jpg du billet du 31 mars 2020. La suivante est faite à partir des 3 tuiles .tif, et l'image est ensuite traitée avec Registax R6. La conclusion est simple: Il faut utiliser le logiciel avant le passage à R6, même si je trouve avoir un peu trop sur-traité cette image avec Registax. Bonne journée, Claude schuhmacher Ajout d'une version moins traitée R6 avec modification de la courbe d'histogramme: Image 3 Image 1 Image 2 Image 3
  5. 1 point
    Voici les deux images d'Algieba prises avec la lunette LZOS 152/1200 le 28 mars 2019 à 22h37, hauteur 61°. L'orientation n'est pas prise en compte. La première image est construite avec AS!3 sur 10% de 600 images à 2400mm de focale théorique avec une barlow TV 2X, la deuxième avec AS!3 sur 10% de 601 images avec une barlow TV 3X soit 3600mm de focale théorique. Un peu de R6 pour finir mais vraiment pas grand chose. sep: 4.73" d'arc donnée par la base stelledoppie.it. Compte tenu des dimensions des pixels de la caméra ASI 224MC (3.75 microns), sur la base de la focale théorique utilisée de 3600mm (TV 3X pour 1200mm), j'ai un échantillonnage de 0.215"/p. Le logiciel GIMP avec sa fonction compas me donne 25.5 pixels d'écartement sur la photo. J'ai donc une séparation théorique: 0.215*25.5=5.48" d'arc. En comparant avec la valeur actuelle de 4.73", c'est 15% d'erreur environ. Je pense qu'en utilisant une couple étalon d'étoiles doubles à proximité ( j'ai téléchargé une liste d'étalons ), je dois être en mesure d' améliorer les choses avec une valeur plus juste de échantillonnage calculée sur la focale réelle. En effet, la barlow TV 3X en amont de la caméra doit avoir un rapport multiplicateur un peu différent avec l'allongement du tirage. Selon toute vraisemblance, l’échantillonnage doit être plus proche de 0.185"/p. Les étoiles étalons devraient me permettre de mesurer aussi l'angle thêta en ne modifiant pas la position de la camera. Si l'on prend la valeur moyenne de 0.2"/p, je serai, selon le critère de Rayleigh (D:150mm/PS:0.9 d'arc), à 0.9/.2=4.5 fois le pouvoir séparateur de l'instrument par pixel ce qui est largement suffisant, et à ne pas dépasser. J'envisage par la suite d'utiliser le logiciel REDUC mais je n'en suis pas encore là. J'ai d’autres mesures à réaliser. Données de prise de vue ZWO ASI 224 MC: Algieba_233700.txt Image à 2400 mm de focale théorique Image à 3600 mm de focale théorique Agrandissement de l'image à 3600mm à 400%: Le compagnon B, non surexposé, a un diamètre de 5 pixels soit 1" d'arc, très proche du pouvoir séparateur de l'instrument à 0.9". La compagnon principal est à 6 pixels (1.2"). La chaîne optique est constituée d'un triplet de type fluorine OK4 et d'une barlow TV 3X. On remarque bien le premier anneau de diffraction sur l'étoile principale parfaitement circulaire et centré, ainsi que le deuxième beaucoup plus diffus. Sur le film utilisé, j'ai observé sur certaines images nettes une légère dispersion atmosphérique d'environ 0.2" d'arc (rouge dans un sens, et bleu à l'opposé), qui semble avoir été corrigé partiellement, voir totalement, par autostakkert 3! (dans le sens de l'allongement observé ici verticalement). Animation 51 images fausses couleurs. Remarques: On devait bien s'amuser avec la turbulence du temps de la photo argentique avec quelques secondes de temps de pose. Ici, on observe un mélange de turbulence instrumentale et atmosphérique, avec un zest de suivi chaotique de la monture Orion Atlas, monture sous dimensionnée pour cette optique assez lourde et très longue. Je vais prochainement la remplacer par une Celestron GCE pro, neuve, mais pas encore montée. Base de données STELLEDOPPIE.IT: https://www.stelledoppie.it/index2.php?iddoppia=46768 Ciel à la date/heure de prise de vue:
  6. 1 point
    J'étais parti pour une nouvelle séance photo sur cette double (Lambda Cygne) avec imagerie de l'étoile étalon ci-dessous pour les mesures d'écart et d'orientation du secondaire, mais le fonctionnement chaotique de la monture avec le logiciel stéllarium m'en a empêché. STF2277AB aurait été une magnifique double à imager car elle est très belle en visuel au zénith cette nuit. J'ai donc décidé de voir ce que la lunette avait dans le ventre en visuel sur ma cible principale. Le dédoublement de Lambda Cygne (0.92"/Mag pri 2.02 / Mag sec 4.95) se fait à 400X avec une Barlow Televue 2X et un oculaire Baader classic ortho 6mm. Je n'ai pas réussi avec l'oculaire orthoscopique 4mm Celestron (300X) sans Barlow. Je vais définir le grossissement de 400X comme la limite inférieure. La turbulence ne permet pas d'avoir une image stable et voir une élongation de l'étoile sur des grossissements plus faibles. Sur la base de cette donnée, je peux appliquer pour cette nuit la règle simpliste de: G mini= 400/Rhô pour un couple inégal. Le couple est vu bien séparé par intermittence. Je dirai en moyenne 30% du temps du fait de la turbulence. Sky and Telescope USA donne G=750/Rhô. C'est trop fort ici, mais c'est peut-être justifié pour avoir une bonne séparation qui lève le doute. Nous sommes des amateurs, et non des pros ayant observés des milliers de doubles pour affirmer que cette règle est obsolète. Elle vaut pour l'observateur amateur peu habitué à observer des étoiles multiples dans des conditions de turbulence moyenne. Sky and Telescope, revue grand public, l'a bien compris en se mettant au niveau de l'astram moyen, sans volonté d'élitisme propre à certaines cultures...je n'en dirai pas plus J'ai ensuite procédé à des grossissements progressifs avec mes deux Barlow TV 2X et 3X et mes oculaires classic Baader ortho 6mm, Tani 5mm et Celestron ortho 4mm, pour finir à un grossissement irraisonné de 900X, avec la Barlow Télévue 3X et l'ortho Celestron 4mm. Le dédoublement devient beaucoup plus simple, l'image reste exploitable. Je dirai, à vu de nez, qu'à 900X, soit 6X le diamètre de l'objectif, la double est visible plus de 80% du temps malgré la turbulence, comme si la turbulence se figeait. Difficile de comprendre ce phénomène, sans admettre que l'image de l'étoile s’étale, la lumière se diffuse sur une plus grande surface mais reste assez fine pour visualiser la double, en figeant la turbulence. Je considère que le grossissement optimal se situe autour de 450X soit un peu plus de 3D, pour le suivi de la monture, le champ et l'aspect du couple. Cette lunette est d'une qualité optique exceptionnelle. De même pour les Barlow Televue 2x et 3x qui sont très bonnes en visuel et en photo. Idem pour les oculaires orthoscopiques Tani (7, 6 et 5mm) et Baader Classic ortho 6mm, ce dernier appartenant à une série d’oculaires malheureusement pas suffisamment étagée, avec les 10mm et 18mm. La Barlow 2.25X vendue avec le set compense en partie le problème (8, 4.5 et 3 mm) mais je ne l'ai pas. On aurait donc une série 18, 10, 8*, 6, 4.5* et 3*mm. J’oublie volontairement l'oculaire orthoscopique Celestron de 4mm, introuvable en occasion, qui ne vaut quasiment rien à l'achat, et qui est pourtant fabuleux comme trou de serrure, si l'on prend la peine de regarder dedans. J'ai fini la soirée sur M13 et M57 avec mes oculaires grands champs: les Wide Scan Kokusai Kohki 20mm/84° et 13mm/84°. Ils conviennent parfaitement à cette lunette ouverte à F8. La courbure de champ ne gène pas trop et le grand champ est magnifique. On ne s'en lasse pas. Je n'hésite pas à grossir pour le ciel profond sur des objets Messier assez lumineux afin d'avoir l'objet assez gros dans le champ et afin d'assombrir le fond du ciel assez lumineux du fait de la proximité de Paris, Evry et Corbeil an nord. Le sud est assez bien protégé et l'extinction des lampadaires est totale a partir de minuit. La bino maxbright sans Barlow est inutilisable par contre, car le back focus est insuffisant. C'est une erreur de conception du tube ou une inadaptation dans le choix du tube pour la focale du triplet LZOS. Merci APM pour le tube trop long de quelques centimètres....il me faudrait une petite Barlow 1.2X ou une bino coudée d'origine comme celle de Celestron pour éliminer le renvoi coudé qui me prend trop de back focus. Bon ciel à vous Claude Schuhmacher PS: Stellarium fonctionne à nouveau avec réinitialisation, avec effacement de l'alignement 3 étoiles.
  7. 1 point
    J'ai du m'y reprendre en trois séances....et d'entrée voici mon commentaire: Les observateurs d'étoiles doubles sont comme des pèlerins du moyen age vers les temples chrétiens de Jérusalem. Obstination doit-être leur devise. C'est un sacerdoce ce truc pour le faire correctement. J'admire. Toutes les qualités de l'astram sont requises. Ils y a d'autres domaines de l'astronomie où c'est aussi le cas surement mais ici c'est le pompon. Bon, première prise de vue: l'étoile étalon. STF 2277AB. Cible facile et bien écartée. J'ai enfin pigé pourquoi les étoiles étalons sont des couples inégaux et bien écartés, et qui bougent peu (pas) dans le temps. Écartés pour avoir une bonne base pour la mesure d'écartement. Ici l’échantillonnage en photo. Pas trop non plus pour que les couples entrent dans des capteurs de taille standard. Ici une ASI 224MC. Couples inégaux: On prend les mesures d'angles des secondaires plus faibles par rapport aux étoiles principales. Question? Quand les couple sont de même éclat, on fait comment? STF2277AB. J'ai forcé sur l’éclat de la primaire pour mieux voir le secondaire. J'ai comme valeur dans mon tableau: Rhô:26.80" d'arc, et Thêta: 128° Séparation: 144.8 pixels, angle: 13.17° Échantillonnage: 26.8/144,8 soit 0.1851 "/p: Bizarre. je retrouve toujours la même valeur. Devise: Le pèlerin dans sa quête prend une lunette si il veut ne pas trop agiter son neurone dans le bocal. Angle de correction: -128°+180+13.17=65.17° Lambda Cygne: Oui je sais, il faut les yeux de la Foi ma fois pour la voir mais elle y est. C'est moins d'une seconde d'arc.....et je suis un pèlerin transitoire, n’oubliez pas. Pélerin, si tu passes et que tu ne la vois pas elle y est...... Tu la vois maintenant astram de peu de foi? https://www.stelledoppie.it/index2.php?iddoppia=91211 Avec un basculement au méridien par rapport à l'étalon. Première bêtise de ma part. Droite gauche devient gauche droite. Écart: 5.4 pixels soit 5.4*0.185 on trouve 1" d'arc en séparation. Angle: 21.80 ou 30.96 selon la mesure soit prêt de 9° d’écart. Je prends au milieu: 26,4° Angle thêta: 90(basculement DG)-26.4-65.17 soit -1,57° soit 358,4 +/-4.5°. Les valeurs réelles sont a ce jour de Rhô 0.92" seconde d'arc et Thêta 358,5° A l'avenir, je prendrai comme précaution de bien choisir mon étalon pour ne pas avoir de basculement de méridien à corriger (prise de tête, et il faut s'en rappeler surtout). Erreur de débutant on va dire. Mon installation est nomade, et je n'ai pas à ce jour une d'installation d'observatoire parfaitement alignée sur le pôle nord. Pour l'écart, il serait de 0.08" d'arc entre ma valeur et celle admise, mais l'écart progresse, donc une erreur de 9% dans la valeur. Je suis surpris. Un logiciel devrait faire mieux. Ce n'est pas simple à mesurer quand le couple est pratiquement collé mais j'ai un doute sur la valeur de la littérature. Voilà Lambda Cygne actuellement: Pourquoi ces mesures? Je ne me prétends pas être un observateur d'étoiles doubles car je n'ai pas d'installation fixe, et probablement pas la rigueur. Pour moi, c'est impératif la rigueur, notamment ceux qui travaillent au micromètre. Là chapeau bas, parce que avec la turbulence Je fais simplement les mesures pour confirmer qu'il ne s'agit pas d'un artéfact de prise de vue, car le jour où je prendrai des cibles plus difficiles comme Sirius, Antares, ou une étoile double encore plus serrée, je tiendrais à avoir la confirmation par les mesures. Merci pour la lecture. Si vous avez un peu souri c'est un plus. Moi je me suis amusé. Bon ciel Claude Schuhmacher
  8. 1 point
    Cette deuxième partie va conclure l'étude sur Algieba. Elle a été réalisée à partir de prises de vue faites la nuit du 20 au 21 avril 2019. La turbulence était assez mauvaise car la journée était particulièrement et anormalement chaude pour un mois d'avril, mais il eut été malvenu de ne pas observer avec un ciel sans nuage. Comme annoncé précédemment, j'ai choisi une étoile double dite "étalon" dans le fichier suivant:Étoiles doubles étalons.ods Le fichier des étoiles étalons est disponible sur le site de la SAF:http://saf.etoilesdoubles.free.fr/index.php?page=outils L'étoile choisie est HIP50433A. J'aurai pu en prendre deux doubles étalons et faire une moyenne pour la précision de mesures. Rappel de la convention d'orientation des étoiles doubles: Nord en bas à Est (0° à 90°), Est à droite/premier quadrant. Est à Sud (90° à 180°) Sud en haut/deuxième quadrant. Sud à Ouest (180° à 270°) Ouest à gauche/troisième quadrant. Ouest à Nord (270° à 360°) Nord en bas/quatrième quadrant. Voici trois clichés de cette étoile pris avec la lunette de LZOS 152/1200mm. Toujours, 60 s de vidéo, environ 600 images, retenues 10%, traitement AS3! avec un peu de R6. HIP50433 au foyer. Image au foyer sans barlow donc. Écart entre composantes 25.8 pixels. Échantillonnage E = Séparation"/nb pixels=16.63"/25.8=0.645"/p. E=0.645"/p Calcul de la focale de l'instrument: F=206*taille pixel/E soit F=206*3.75/0.645 = 1198mm pour une valeur annoncée de 1200mm. La lunette LZOS est donc une 152/1200 F/D=7.9. On peut dire que l'optique russe est d'une précision à toute épreuve, que ce soit en qualité d'image ou en précision de la focale. HIP50433A F2X Image avec barlow 2X TV. Écart entre composantes 60 pixels. Échantillonnage = Séparation"/nb pixels=16.63"/60=0.277"/p. E=0.277"/p Calcul de la focale de l'instrument: F=206*taille pixel/E soit F=206*3.75/0.277 = 2789mm pour une valeur annoncée de 2400mm. La caméra profite d'un tirage supplémentaire de la Barlow compte tenu du montage de la caméra. Sur cette configuration, la lunette LZOS avec barlow TV 2X en photographie avec la camera ZWO ASI MC 224 se comporte comme un réfracteur 152/2789 soit F/D:18.3 HIP50433A F3X Image avec barlow 3X TV. Écart entre composantes 89.9 pixels. Échantillonnage = Séparation"/nb pixels=16.63"/89.9=0.185"/p. E=0.185"/p Calcul de la focale de l'instrument: F=206*taille pixel/E soit F=206*3.75/0.185=4176mm pour une valeur annoncée de 3600mm. La caméra profite d'un tirage supplémentaire de la Barlow compte tenu du montage de la caméra. Sur cette configuration, la lunette LZOS avec barlow TV 3X en photographie avec la camera ASI MC 224 se comporte comme un réfracteur 152/4176 soit F/D:27.5 La fonction compas de GIMP 2.10 donne un angle de -25.71°. Compte tenu de l'emploi d'un renvoi coudé à miroir sur un réfracteur (Nord en haut et Est à droite), l'angle de la prise de vue est de 180° + 25.71° par rapport à la verticale de l'image. La valeur de l'angle thêta réel est de 167°30 (voir tableau). Il y a donc un écart d'orientation de la caméra de Delta thêta de 167.3 - (180 + 25.71) soit une correction de -38.41° à appliquer sur l'image d'Algieba prise sans modification de l'orientation de la camera. Algieba - Gamma Leonis F3X Image avec barlow 3X TV. La fonction compas de GIMP 2.10 donne un angle de +15,64°, et un écartement de 26 pixels. Une précédente mesure dans de biens meilleurs conditions de turbulence avait donné 25.5 pixels (première partie). Compte tenu de l'emploi d'un renvoi coudé à miroir, l'angle de la prise de vue est de 180° -15.64° par rapport à la verticale de l'image. La valeur de l'angle thêta est de 180 -15,64 -38.41 soit 125,95°. La séparation Rho est de 26p*0.185"/p soit 4.81" d'arc. Si j'avais utilisé la valeur obtenue dans le cliché pris quelques jours auparavant, de meilleure qualité qui donnait 25.5p, la valeur aurait été de 25.5*0.185 soit 4.72". Voici donc mes valeurs mesurées sur Algieba en avril 2019 (2019.3), à comparer avec celles de la base de données italiennes: rho: 4.72" Thêta: 125,9° Données STELLEDOPPIE.IT (2017) Sep. (ρ) 4.7" P.A. (θ) 127° PS: Il s'agit de ma première mesure. Soyez indulgent si cela n'est pas fait dans les règles de l'art. L'intérêt de cette étude est de me familiariser avec un bon nombre de notions, qu'elles soient en imagerie CCD, en optique instrumentale, maniements instruments et logiciel planétarium, ici Stellarium, stellarium scope, etc... il y a un peu plus d'un an, je n'avais aucune pratique de l'imagerie CCD. Donc, que du plaisir à partager. Film accéléré d'Algieba et effet de la turbulence atmosphérique et instrumentale. Ce GIF animé est à comparer avec celui du post en première partie. C'est incroyable de constater les différences. Orbite de Stelledoppie.it: https://www.stelledoppie.it/index2.php?iddoppia=46768 Avec la bonne orientation: rho: 4.72" Thêta: 125,9°