Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 10/28/20 in Posts

  1. 23 points
    Et voilà une planche de la même nuit que celle des images au T620, quelques heures plus tard. L'observatoire est équipé de deux Ritchey-Chrétien de 500 mm de la marque russe Astrosib (les télescopes qui viennent du froid ), de qualité optique, mécanique et électronique absolument superbe. Seul hic pour celui qui tente un détournement de ces tubes destinés au ciel profond vers l'imagerie planétaire: la focale devient bâtarde, puisque le rapport F/D est de seulement 8, soit trop peu, ou bien souvent beaucoup trop avec les barlow habituelles et les caméras contemporaines. J'avais pu faire quelques images très fines en IR d'Uranus et Saturne directement au foyer lors de précédentes missions avec l'ASI290MM, mais clairement le résultat était sous-échantillonné. Après avoir tenté en vain en 2018 ma barlow APM 2,7x et la Baader 2,25x (grandissement trop fort), j'ai testé cette fois avec succès une barlow modulaire Siebert 1,5x et 2x, en deux blocs qui peuvent se visser directement sur l'adaptateur de la caméra. Siebert est un artisan américain qui dispose d'un des sites de vente les plus affreux du web (en mode "sapin de Noël", pour ceux qui connaissent), mais qui fait du très bon matériel et ça vaut le coup de fouiller avec un doliprane à portée de main si besoin. Les échantillonnages qui en résultent sont de respectivement 2,4 et 3 pixels occupés par le pouvoir séparateur, ce qui est suffisant surtout avec un diamètre aussi généreux. Comme au 600 l'image UV dévoile les orographiques de Pavonis, Arsia et Ascraeus mais surprise, on commence aussi à distinguer celui d'Olympus. Là encore ça m'a surpris, et là encore ça aurait été beaucoup moins évident sans le filtre UV. A noter enfin de superbes brumes matinales avec ce filtre, encore. Voilà la planche, j'ai eu la main un peu lourde avec l'agrandissement, mais tant pis. (à noter que l'IR a été prise avec une ASI183MM au foyer direct ; c'était ma solution de départ, la caméra tournant à F/12 en théorie ; mais la 290 et ses barlows a fait nettement mieux ; grâce à la longueur d'onde, l'échantillonnage en IR semble toutefois correct). Au final, le 620 me semble quand même nettement devant.
  2. 15 points
    Bonsoir à tous. Entre les perturbations une nuit s'est trouvée dégagée avec une bonne transparence mais une turbulence marquée. En résumé beaucoup de films surtout couleur mais bon à jeter pour la plupart. En repassant en IR 685 puis 642, quelques détails ont pu tout de même sortir. Toujours le même setup TN 300 avec échantillonnage à 0.10 arcsec. ASI 224 pour la couleur et ASI 290 pour les IR. Traitement AS3, AstroSurface, Winjupos pour les trois images et CS5. La planche résumé (pensez à cliquer dessus pour le 100%) : En prime une animation couleur sur 5 images : Comme vous aimez ça, une autre sur 5 images mais en IR642 : C'est tout pour ce soir. Bonnes nuits à tous. Christian
  3. 11 points
    Les grands espaces nous attirent d'autant plus que la perspective d'une nouvelle période tendant vers l'éviction des "interactions sociales " selon le nouveau langage # Covid pour tous... nous pend au nez ( nez qu'il faut les amis se résoudre à couvrir encore ! ) Je revoyais des images de nuages étranges saisis cet été au dessus de mon quartier, une sorte d'océan aux vagues gigantesques ne laissant paraître qu'un bout de ciel bleu et en bas de l'image, les bouts de toits des maisons locales. Je la revisite pour moi et je vous la livre, un grand bol d'air frais quelque part dans un océan glacial et silencieux du Nord ou du Sud de notre bonne vieille Terre, avec des bouts d'ailerons qui affleurent ,de quelque mammifère marin ? Ne vous inquiétez pas cependant, ma petite vidéo spéciale pour Halloween est déjà prête pour le jour J ! Amitiés
  4. 10 points
    Bonjour, Difficile de choper Mars en ce moment. Il pleut, ça vente, c'est humide limite 100%, misère, misère. Mais de temps en temps, pas longtemps, le ciel offre une trouée. Donc ouverture rapide du toit de l'abri et prise de vue (tant pis pour la mise en température, pas le temps). Ci-dessous une image prise le 23 et le 26 : 2020-10-23-2117_4-IR-Mars_ZWO ASI224MC_l6_ap76 by Frank TYRLIK, sur Flickr As!3 + Astrosurface (ondelettes car la PSF me fait n'importe quoi cette fois, j'ai du merdouiller quelque part). Bonne fin de journée, Frank
  5. 9 points
    Salut à tous, je vous présente une image qui m'a donné du fil à retordre. @lamothe philippe avait fait près de 25h de prises sur le fantôme avec son RC de 350 mm avec sa Moravian G2-4000 et l'ASI 294 MC Pro. Des images difficiles à exploiter en raison du fond de ciel et de l'absence de flats qui rendaient très difficile l'extraction du signal. Il me les a passées pour essayer une chirurgie. J'en ai bavé, avec un flat synthétique sous CS, puis des masques précis (plusieurs seuils) et un travail de fourmi avec l'outil densité pour extraire la luminance. La récupération des couleurs a aussi été coton avec la forte dominante verte due au vignettage. Plusieurs neutralisations partielles avec masque et un passage sous REGIM ont été nécessaires. Au final, le résultat ma plait, même si on voit que le FDC a souffert et que les basses lumières montrent un bruit inégalement parsemé à certains endroits, en raison des masquages partiels. Bref, beaucoup de temps sur cette image, mais un sauvetage réussi. J'ai quand même gardé quasiment 20 h de poses (145 x 5mn avec la 294 et 85 x 5mn avec la G2). La voici : FULL et détails ici : UN GRAND MERCI A @lamothe philippe pour ses images. Pour vous donner une idée, on part des images (réduites) ci-dessous, stretchées et alignées. J'ai passé celle à la 294 en Bin 2 pour améliorer un poil le RSB : Bonne soirée. JF
  6. 8 points
    bonsoir à tous le temps est mauvais donc on sort les vieilles photos et on s'occupe.....photo de novembre 2019. bon le cœur de M42 est cramé, on verra ça la prochaine fois, car la j'ai pas trouvé la bonne solution ici M42 et IC434 sony A7S astrodon WO white cat sur star adventurer 463 poses de 30s à 3200iso D.O.F siril,photoshop. https://www.astrobin.com/full/lnxqgf/0/
  7. 7 points
    Bonsoir, Une petite opportunité hier soir sur notre satellite. Beaucoup d'humidité et des passages nuageux, on fait au plus vite. Mais c'est toujours bien de se retrouver enfin dehors. C8 Celestar Deluxe / 450D / Réducteur 6,3 / PIPP / Astrosurface / Gimp ( iso 100 , 1/100s , 25 frames ). J'ai beaucoup de mal à gérer le bruit à l' APN, donc réduite pour le camoufler un peu !
  8. 7 points
    bonsoir à tous, moins de vent qu'hier ce soir au dessus du plateau d'Albion, mais bien plus de nuages par contre! une image vite faite avant que le ciel soit complètement bouché à 21h24 HL a+ stéphane
  9. 6 points
    Çà y est, je suis enfin dispo pour vous répondre ValereL Lucien sans oublier @Sonne c'est toujours très instructif de découvrir des méthodes que je ne connaissais pas, Merci à vous. Cependant comme vous dites on est pas au maximum possible avec seulement IRIS ou AstroSurface Alors je vous propose de ne pas être "raciste" (même si ce mot n'est pas celui qui convient le mieux) avec d'autres soft non dédiés astro. En fait le monde médical propose aussi des freeware de traitement d'image particulièrement puissant et complexes. L'un d'eux est "ImageJ" très connu et que j'ai évoqué plusieurs fois sur Astrosurf, facile à trouvé et avec plein de plugins sur le net fort intéressants. Pour cette augmentation du contraste, c'est le plugin FFTJ qui permet de la transformée de Fourier et la transformation de Fourier inverse avec plusieurs modes de calcul que désolé je ne peux pas vous expliquer par manque de compétences en Math donc c'est par test et expérience que j'ai trouvé. En partant de la même image, voici la procédure - ouvrir l'image 16bits - activer le plugin FFTJ et faire la transformée de Fourier classique réelle - imaginaire - puis réactiver ce même plugin FFTJ et faire la transformée inverse sur avec ces 2 images - choisir le résultat "Show Power Spectrum" (me demandez pas pourquoi mais c'est le bon choix trouvé) - avant de sauvegarder l'image en fits (renommée en fit pour IRIS et à charger avec la cde >loadsx) la transformée en 16 bits car ImageJ travaille en 32 bits. on peut le voir l'intensité avec l'onglet Analyse\Measure - là dans IRIS, pousser directement les ondelette "Très fin" au max, mais avant il faut multiplier l'image par un coefficient de 0.76 pour que l'image ne soit pas saturée (verif. par l'outil >stat), Puis une seconde fois régler les ondelette très fines jusqu'à satisfaction. - comme l'image est contrastée on peut réduire son contraste avec Visualisation\Ajustement du contraste - puis Traitement\Ecrétage min pour supprimer les valeurs négatives avant la sauvegarde. La procédure en images sur l'exemple Plugin FFTJ : TF de l'image "forward" Plugin FFTJ : TF inverse "inverse" choix résultat "Show Power Spectrum" Transformation 32 bits en 16 bits avant sauvegarde IRIS loadsx et traitement ondelette en 2 passes Réduction du contraste et résultat Je pense que c'est le meilleur résultat des 3 versions, à votre avis ? Je croix que c'est une méthode efficace pour vos images à rebond trop prononcé et/ou à contraste trop faible. Cordialement CPI-Z
  10. 5 points
    Les fusions d'étoiles à neutron : oui, mais ce n'est pas suffisant, le compte n'y est pas, loin de là. Selon de récents calculs elles ne seraient responsables que de 20 % de la création des éléments lourds ; Les autres 80 % viendraient des collapsars : https://www.ca-se-passe-la-haut.fr/2019/05/les-collapsars-en-fait-lorigine-de-la.html
  11. 4 points
    Encore une soirée bien dégagée hier soir, mais la turbulence était au rendez-vous. Mars était très belle en visuel avec le bleu polaire habituel, mais aussi au dessus de Syrtis Major qui était sur le limbe. A ne pas louper ! Et le très esthétique et contrasté Sinus Meridiani au centre. Pour les capture, l'optimum était vers 21h lc avant une augmentation spectaculaire et définitive de la turbulence (et du vent). Mars à 20h50 lc: Trop tard pour la lueur bleutée de Syrtis Major, ce sera pour une prochaine fois. VMC330, barlow 2x, ADC et ASI224mc Jean-Yves
  12. 4 points
    bonjour à tous, un soleil plutôt joli aujourd'hui vu depuis l'observatoire Sirene. Ciel plutôt bleu et vent plus calme en Provence A la fs60 muni de son sm40 double stack, BF10, glasspath x1.7 et zwo178mm vers 11h20 HL avec la lentille de barlow x2 + ADC (réduite à 75%) vers 11h33 HL a+ stéphane
  13. 4 points
    Merci à vous @ALAING @deep impact @Penn @ValereL @Sauveur @polo0258 @astrocris et à ceux qui sont passés. Quand j'ai repris l'astro il y a quelques années, après plus de vingt ans d'interruption, je m'étais payé une antique webcam pour faire quelques images lunaires. Et ça m' avait bien plu.Je dois avouer que passer ensuite à l'apn m' a un peu déçu avec ces images très bruitées par rapport à ce que j' obtenais avec les vidéos. C'est une autre façon de faire et de traiter. Faut surtout que j'apprenne à me servir de PIPP pour recaler mes images. En plus, lorsque j'utilise l' apn, c'est parce la météo n'est pas terrible et que je me contente de poser la base du C8 sur une table, sans suivi ! Bref, merci pour vos encouragements. J'ai une autre série d'images sans le réducteur, la Lune rentre au chausse-pieds, je vais voir si je peux en tirer quelque chose. Bonne fin de journée.
  14. 4 points
    Salut les amis, nouvelle opportunité dans ce temps instable. Cette fois ci, c'eut été osé d'utiliser la barlow 2x avec des conditions très difficiles + vent. L'autoalign de Firecapture a tenu le coup durant les acquisitions ! Le Cassegrain s'en sort pas trop mal avec la prise au foyer malgré tout ! Cette fois ci, après beaucoup de comparatifs, j'ai préféré mon traitement habituel du double ondelettes ( 200%-100%) dans Iris. Cassegrain de 250mm + ASI120MC au foyer. 20 sers d 'environ 2 minutes ( 13000 à 14000 images ) de 23H31 à 0H10 local. 1000 images retenues dans AS3 ( 1 AP ), traitement dans Iris sans blance des blancs. - Version à la taille de 100% : - Version à la taille de 150% avec accentuation de la couche bleue + saturation à 130%, débit plus rapide :
  15. 4 points
    bonjour a toutes et tous une image a l'arrache hier soir entre deux nuages CN212 et zwo 178 et BX2 traitement AS3 et astrosurface pour la PSF un seul film potable 4000 sur 40 000 images ce qui m'inquiète c'est la tète de l'etoile qui me sert pour le traitement par PSF je n'arrive pas a obtenir une image potable d'une étoile a la barlow X2 alors aux pros de l'optique peut on tirer des conclusions sur ce problème d'étoile irrégulière ici agrandie 2 fois ?? collimation ou problème plus grave ? merci
  16. 4 points
    Resalut les amis, effectivement, c'est assez difficile de le contenir ici : - Une version double ondelettes soft à la taille de 100% : à la taille de 150% : Protocole : >visu 32500 0 >mult 0.8 >save m >load m >scale 3 2 2 >wavelet x y 6 ( première passe ) >load x6 >add y6 >add y5 >add y4 >add y3 -> 3x >add y2 -> 3x >scale 2 0.5 0.5 >save ma >load ma >wavelet x y 6 ( seconde passe ) >load x6 >add y6 >add y5 >add y4 >add y3 >add y2 -> 2x >add y1 -> 2x >saveJPG mars(doubleondsoft) 1 - Une version double ondelettes à mon goût à la taille de 100% : Taille 150% : Avec dans la première passe : add y3 6x et add y2 6x seconde passe : add y2 2x et add y1 2x - Une version triple ondelettes à mon goût à la taille de 100% : taille de 150% : Protocole : >visu 32500 0 >mult 0.8 >save m >load m >scale 3 3 3 ( image à la taille de 300% ) >wavelet x y 6 ( première passe ) >load x6 >add y6 >add y5 >add y4 -> 3x >add y3 -> 6x >scale 2 0.667 0.667 ( image à la taille de 200% ) >wavelet x y 6 ( seconde passe ) >load x6 >add y6 >add y5 >add y4 >add y3 >add y2 -> 4x >save ma >load ma >scale 2 0.5 0.5 ( image à la taille de 100% ) >wavelet x y 6 ( troisième passe ) >load x6 >add y6 >add y5 >add y4 >add y3 >add y2 -> 2x >add y1 -> 2x >saveJPG tripleondclassique100% 1 >scale 3 1.5 1.5 >saveJPG tripleondclassique150% 1 Bon là, j'appelle ça un polluage de post assez conséquent Pour finalement ne pas avoir réussi à ne pas faire apparaitre le fameux artéfact sur la gauche. J'arrête là la parenthèse CPI, je te laisse continuer sur ton idée de la PSF, merci pour cette autorisation de polluage...
  17. 4 points
    On attendant une future mission à la surface de Vénus, on en est réduit à fêter les anniversaires, comme celui de la première photo prise au sol en 1975 Un article sur le site d'Air & Cosmos, avec des liens intéressants à la fin : https://www.air-cosmos.com/article/il-y-a-45-ans-les-sondes-venera-9-et-10-dvoilaient-la-surface-vnusienne-23787
  18. 3 points
    bonjour à toutes et tous ! comme le temps est toujours à la pluie ou couvert ici depuis le 22 septembre j'ai repris mon animation du 11 au 12 septembre au départ 94 sers de 180s de 23h11 à 4h31tu j'ai créé avec winjupos en prenant les fichiers 2 par 2 des images intermédiaires pour améliorer la fluidité et le bruit !pas de traitement en plus ! soit 192 fichiers pour aller et 192 pour le retour de l'animation et 30 pour l'entête soit 414 images ! irfaview + unfreez pour le gif ! le traitement initial avec As3 + astrosurface! le fichier faisant 16.9Mo attendre son chargement complet pour la meilleure vision ! bonne journée et merci ! paul
  19. 3 points
    Non mais quel scandale ! Une vaste congrégation d' illubrius, sans doute à la solde d'Erdogan, jette le discrédit sur la sensationnelle découverte d' hydroxychloroquine dans l'atmosphère vénusienne. Et parmi eux un certain Nicolas B.... https://arxiv.org/abs/2010.14305 Le monde scientifique commence à réagir vigoureusement à cet acte de quasi terrorisme :
  20. 2 points
    Soirée assez médiocre dans la nuit de Samedi à Dimanche. Trouver mars facile ... mais c'est bien la seule chose de visible dans le ciel. Pas une seule étoile visible, donc impossible de vérifier la collimation au préalable à la prise de vue. La présence de la brume permettait de penser que la turbulence serait inexistante ... ce n'était pas le cas. Le réglage de l'ADC était également assez délicat à cause de la faible transparence du ciel. Du coup l'exposition était proche de 15 à 20ms avec un gain très fort (300). Les R, G et B sont nulles et imprésentables. J'ai seulement réussi à tirer quelque chose de la première capture en R+IR (filtre 23A). Par contre, Astrosurface m'a généré une image inutilisable (effet damier très prononcé), donc direction Autostakkert et filtrage Registax 6. Sinon c'est toujours au C11, barlow x2 Ultima, ADC mk3, Raf manuelle (filtre 23A), ASI 178mm Marc
  21. 2 points
    Yo ! et ben voilà, de retour en France dans la grisaille et les frimas automnaux, adieux cocotiers et lagon ! Première observation du retour, pendant le couvre-feu virusien, et donc observation sur le pas de ma porte en banlieue parisienne, au T400x300, après avoir masqué le lampadaire voisin pile dans l'axe d'observation vers 2h du matin avec un bricolage de fortune. Vraiment content de cette nuit d’observation, sans vent et avec un seeing tout à fait acceptable permettant des visions parfois assez fines - et une pensée pour tous les copains imageurs ou observateurs qui, au même moment, partageaient dans leurs pénates la même envie de dévorer cette planète. Elle est à son maximum avec un diamètre apparent de 22 secondes d'arc, une aubaine à ne pas laisser passer. Quatre dessins au fil des heures qui passent. Les trucs évidents ; une calotte rikiki mais bien contrastée avec une bordure sombre, bien sûr le Solis Lacus avec de jolis détails structurels, comme cette sorte de trouée claire en haut qui m'évoquait la tonsure de Peter Gabriel du temps de Genesis, une Valles marineris ma foi bien couillue, des p'tits grumeaux de-ci de-là et le début de la mer des Sirènes, zone la plus sombre de ce champ de vision. Plus délicat : ce qui se passe entre ces évidences et la calotte polaire, difficile à bien cerner les formes spécifiques, même si on "sent" qu'il s'y passe quelque chose. Encore plus délicat : les quelques faibles nuances dans la zone claire, avec l'apparition fugitive du volcan.
  22. 2 points
    Bonjour, Comme je crois qu'il y a encore pas mal de bricoleurs dans le monde des astrams, j'ai mis en ligne une page pour vous présenter un petit système d'aide au pointage de type "PUSH TO", c'est à dire un truc qui vous dit où pointer le télescope tout en comptant sur vos muscles. Evidemment il y a déja de nombreux sytèmes commercialisés mais c'est toujours amusant et instructif de faire soi-même. vous trouverez la page à cette adresse Bonne lecture Glob
  23. 2 points
    Et beaucoup de cet or vient des stocks des bijoutiers de la Terre entière et des coffres Suisses Bonne journée, AG
  24. 2 points
    Ouais, j'crois que là tout le monde avait compris depuis un moment Philippe ...
  25. 2 points
    Bonjour à tous, un peu d'activité ne fait jamais de mal... Lunette 228 mm H-alpha F/11.25 modifiée PSt 1A + BF-15 /+ Barlow 2.5x / basler 1920-155 Seeing vraiment pas terrible comme d'hab!! 150 images retenues sous AS3, Astraimage, CS6 Phil Site perso : http://www.photoastro.com/
  26. 2 points
    Bonjour, J'ai un peu lu en diagonale j'avoue. Il est possible de ne pas trop faire apparaitre d'artefact si l'on traite un peu différemment. Ce peut être assez simple. Mais on ne tire pas toutes les informations de l'image. Je reproduis l'image proposée par Valère. Lucien
  27. 2 points
    Salut Hier ca devait etre une soirée visu et photo au Mewlon mais comme cela sait bouché complètement je l'avait rentré A la faveur d'une petite troué le C8 vite sortie peut etre même pas complètement a temperature avec une map vite faite et presque incertaine Dérotation par images des deux ser Par flux video deux traitement la premier 40/100 La seconde 60/100 d'où moins de bruit Une saturne avec des ser interrompu et assemblé pipp astrosurface asi3 un traitement avec séparation des couche puis re assemblage Astrosurface Une Mars vite fais apres le visuel encore bien basse mais pas de possibilité de l'avoir au méridien Dommage que j'ai pas laissé le Mewlon sur la monture mais j'avais trop peur de la pluie pour le tube de Chris Bon ciel
  28. 2 points
    Pardon PhVDB, j’ai rectifié mon message de crainte d’être mal compris. Ce que je veux dire, c’est que "recherche de vie" semble devenu le leitmotiv de toute recherche planétologique à présent. Et c’est un peu gonflant, dans l’esprit. Parce que sur Terre, les programmes de recherches pour comprendre la vie et les efforts déployés pour en prendre soin, sont toujours, de fait, aussi chichement dotés, et restent au dernier rang des préoccupations humaines comme le démontre l’indigence de leur financement en dépit de tant de magnifiques professions de foi restant vœux pieux... Cette obsession à vouloir désespérément trouver la vie dans des ailleurs extraordinairement lointains et improbables, tandis qu’on n’a jamais été autant incapables de la préserver sur la seule planète où l’on est certain qu’elle existe, a quelque chose de fascinant au plan de l’inconscient collectif. Ce n’est pas sans rapport avec les menaces que nous faisons planer sur elle sur Terre par nos comportements irresponsables, ici et maintenant.
  29. 2 points
    Fantastique. Vie est devenu le nouveau mot-clef magique pour obtenir des subventions, ou quoi ?
  30. 2 points
    Bonjour à tous, voici une image de la nébuleuse de la bulle en version SHO prise avec l'Astrosib 360 + Moravian G4-16000, ECH= 0.63"/px acquisitions en automatique avec Maxpilote, traitement pixinsight et Photoshop. J'ai posé 71 x 10 minutes pour la ha, 16 x 10 minutes pour le OIII, et 23 x 10 minutes pour le SII, soit environ 18 heures de pose dans mon ciel au SQM à 19.5. En début de mois nous avons fait quelques tests de traitements en commun avec @jeffbax et @litobrit sur une image qui n'a pas aboutie, elle concernait la bulle en grand champ faite avec la TEC 140 (trop de gradient et de halos sur les étoiles, ça fait parti du jeu ......); j'avais également réalisé des brutes sur la bulle avec le 360 version plan serré; avec Bernard nous avons réalisé deux versions (Jeff venait de passer pas mal de temps sur une version perso de la bulle, il devait avoir avoir un peu les yeux qui piquent sur cet objet), voici donc la version de Bernard, c'est du SHO "conventionnel" mais travaillé à la façon de Bernard, j'aime beaucoup les couleurs aux tons chaud qui me font penser à des tableaux peints aux couleurs de l'automne. pour la résolution il est resté assez soft dans son approche ce qui donne une image vaporeuse à souhait: Version de Bernard : Pour ma part la version présentée est une version SHO dans laquelle une partie du h-alpha a été intégré dans la couche rouge pour booster cette teinte dans les nuages. cela démontre qu'à partir des mêmes brutes ont peut obtenir deux version différentes qui sont pourtant bien le reflet du même objet : Jean-Claude Mario.
  31. 2 points
    merci Alain par contre, j'ai pas l'impression que ce soit tout à fait de la même couleur qu'hier (pourtant j'ai strictement rien changé!). Pas mieux comme ça ? : a+ stéphane
  32. 2 points
    @ALAING Je pense que Valère procède de la façon suivante pour les ondelettes : >wavelet x y 6 >load x6 >add y6 >add y5 >add y4 >add y3 >add y2 >add y2 >add y1 >add y1 >add y1 etc... Je procède de cette manière mais en utilisant un script. Je copie les commande (sans ">") dans un fichier texte. Je n'ai plus l'extension en tête, je n'ai pas installé iris sur ce PC. Puis dans la fenêtre de commande, après avoir chargé une image, taper "run [nom du fichier du script]" et touche entrée. Toutes les lignes sont exécutées les unes après les autres. On ajouter dans le script, au début, "visu xxx yyy" pour le seuil de visualisation, etc... ou d'autres commandes. Par exemple, je procède de cette manière pour trier rapidement mes images issues des films. Je lance un script d'ondelettes "standard" et on voit tout de suite les images qui restent floues et celles qui deviennent "nettes"... Jérôme
  33. 2 points
    C'est tout à fait ça Alain .. Malgré tous les déboires qui ont émaillés parfois sa longue chevauchée, il a l'air en bonne forme le bougre. L'objectif à moyen terme est d'atteindre les affleurements riches en sulfate au Sud et plus hauts derrière le fronton de Greenheugh. À court terme Curiosity doit continuer à contourner la zone sableuse et les corniches rocheuses par le Nord, et se rabattre au Sud dès que possible pour aborder la montée vers les sulfates (voir l'image de contexte plus haut). Trois mois donc que Curiosity ne s’était plus déplacé.. Pour la bonne cause, c’est-à-dire en particulier pour réaliser trois forages et les travaux d’analyse correspondant dont les résultats ont fait apparaître un soupçon d’enthousiasme dans l’équipe scientifique du rover (et pas mal de frustration chez ceux qui tentent de suivre cette mission au plus près). En effet, les sites de forages "Glen Etive" et "Mary Anning" ont très probablement apporté pas mal de "grains à moudre" : "une campagne de forage productive et intéressante" selon Ken Herkenhoff, géologue planétaire de la mission, mais il faudra sans doute encore pas mal de temps pour les publications, patience. En attendant, hier 26 octobre le rover s’est déplacé au Sud en parcourant environ 60 mètres pour se positionner à ~3-4 m de l’affleurement "Maybole". Les géologues sont intéressés par cette exposition rocheuse depuis un certain temps, car elle représente l’une d’une série de corniches inhabituelles présentes dans cette région. POSITION AU 26 OCTOBRE 2020 (SOL 2923) : Ces corniches représentent-elles un type de roche légèrement différent du terrain à faible relief plus typique? Sont-elles plus cimentées et plus dures que les roches environnantes ? Pour mieux observer les textures telles que la literie, les stratifications, les éventuelles stratifications croisées, les veines ou les caractéristiques de résistance, l'équipe a prévu une grande mosaïque Mastcam de "Maybole". Et pour avoir une longueur d'avance sur la chimie de ces roches, ChemCam tirera sur la cible "Hollandstoun" sur la face avant droite de l'affleurement. PANO NAVCAM - 26 OCTOBRE 2020 (SOL 2923) – Jan van Driel : "Maybole" est au centre de l'image Je cite Lucy Thompson, géologue planétaire : "Une grande partie de nos discussions au cours de la planification a tourné autour du choix de la meilleure zone de l'affleurement de Maybole où se rendre pour examiner les roches avec nos instruments scientifiques de contact au bout du bras robotique de Curiosity. Nous devons trouver un équilibre entre nos objectifs scientifiques et ce qui peut être réalisé par le rover en ce qui concerne la conduite à proximité de la paroi rocheuse, le désarrimage du bras en toute sécurité et la possibilité de placer MAHLI et l'APXS à proximité ou sur la paroi rocheuse. Heureusement, la zone qui intéresse le plus l'équipe d'un point de vue scientifique semble pouvoir être atteinte par le rover. Le rover prévu devrait nous placer dans une position privilégiée pour interroger les roches de Maybole pour des textures fines avec MAHLI et la chimie avec l'APXS, dans le prochain plan".
  34. 2 points
    Plus classique le couple suivant : une nébuleuse et un amas ouvert dans le Cygne. IC 5076 ne m'a pas montré de détail structurel particulier et NGC 6991 ne se détache pas particulièrement bien du fond stellaire, donc rien que de très banal… Toutefois, l'agencement avec la brillante HD 199478 présente à l'Est rehausse le contraste et l'esthétique du champ. L'usage des filtres (NPB, OIII) s'est avéré légèrement concluant sur cette nébuleuse mêlant réflexion et émission. T445x182 [NGC 6991 est la zone un peu allongée de surdensité stellaire (légère) en bas à droite du centre] fiche IC 5076 fiche NGC 6991
  35. 2 points
    Pour l'atténuer, il y aussi la méthode bête du double ondelettes avec la première étape sur l'image à la taille de 200% avec des coeffs de grosse ondelettes, la seconde étape se déroulant sur l'image ramenée à 100% avec des coeffs de petites à très fines ondelettes. On peut faire aussi du triple ondelettes ( 300%-200%-100% ). Ma dernière Mars du 25 octobre est cette fois ci exempte de tout rebond. Attention aussi à la force de vos traitements, il y a des limites à ne pas dépasser...
  36. 2 points
    Un couple de nébuleuses à la fois très semblables et en même temps foncièrement différentes : vdB 123 et GN 18.27.4. Toutes deux poussiéreuses et brillantes par réflexion, elle sont proches l'une de l'autre à une distance de 350 à 500pc. Pourtant, la première est traversée par HD 170634 plutôt jeune et bleue (type B8-9, brillante sur le daao) et la seconde par HBC 672 sans doute également une autre étoile jeune (entre B7 et F5) mais à fortes raies d'émission. Le contraste de couleur sur les clichés est remarquable compte tenu de la proximité entre les deux. A l'oculaire, seule la différence d'éclat est notable. A noter que curieusement vdB 123 résiste au filtre NPB (équivalent UHC), mais ne met pas particulièrement en valeur GN 18.27.4 donc l'effet doit être trop discret (et la cible trop faible) pour être observé. En outre, une jolie étoile double STF 2321 (m=8.2+9.8, sép.7") dans le camp forme un triangle avec les 2 objets. T445x271 fiche vdB123 fiche GN18.27.4
  37. 2 points
    Tu peux aussi la commander chez UNIVERS ASTRO à Nantes avec Guillaume C'est la que j'ai acheté ma 61 EDPH II Avec de très bons conseils également
  38. 2 points
    Parmi les milliers d'objets du ciel profond, assez peu sont finalement baptisés autrement que par une référence de catalogue. Ce n'est pourtant pas le cas du Crâne Enflammé, Sharpless 2-68 dans le Serpent. Crâne enflammé, Serpent, une association furieusement Indiana Jones, non ? Cela dit, elle ne s'enflamme pas vraiment à l'oculaire même si elle n'est pas trop difficile avec une filtre à nébuleuse (VI3 et même VI2 sur la partie Est). T445x83, filtre NPB fiche d'observation
  39. 1 point
    Tout est dans le titre, solution partielle sans cosmétique et j'insiste sur le "sans cosmétique", donc pas de cosmétique ici. Le traitement ondelette génère des rebonds en bordure de disque planétaire due à l'augmentation du contraste qui accentue le phénomène de diffraction (anneaux d'Airy), phénomène particulièrement bien présenté dans le post suivant : Merci bien de nous avoir permis de confirmer cela @wilexpel Pas de solution à ce jour, alors pour le fun j'ai cherché, cherché ... d'abord coté déconvolution pour voir, merci @Lucien Vous savez tous maintenant, qu'entre l'image source et l'image traitée il y a une PSF Donc par déconvolution de l'image source par l'image traitée on retrouve cette PSF. J'ai donc cherché de ce coté là pour voir si en modifiant cette PSF on pouvait supprimer ou réduire ces rebonds. Et bien entre 2 disques on retrouve quelque chose comme cela : Vue normale Vue faibles lumières On retrouve bien la PSF, mais les faibles lumière montrent un système d'anneaux responsable des rebonds. J'ai bien essayé de le supprimer par des différences d'images, mais malheureusement ces anneaux se superposent au signal propre de la PSF (il y a aussi du signal dans ces anneaux) et en le remplaçant par du noir on perd de la résolution. Déconvolution et transformée de Fourier sont liés. Alors j'ai expérimenté aussi de ce coté-là. Voici le résultat sur ma Mars du 18 octobre car pour cette Mars j'ai du pousser les ondelettes très fortement, dans IRIS une première fois le "très fin" au maximum jusqu'à 25, puis une seconde fois jusqu'à 3,3. Par conséquent le rebond est prononcé, mais dans la pratique on peut ne pas aller aussi loin (au détriment de la résolution dans cet exemple). La première ligne correspond au traitement "normal" La seconde par des TF et TF inverses Dans ces 2 lignes le traitement ondelette est parfaitement identique pour une comparaison objective. La principale difficulté fut de retrouver des résultats comparables, car la seconde ligne était tellement contrastée qu'il m'a fallu le réduire considérablement. Cette méthode permet donc aussi d'augmenter le contraste sans nuire à la résolution, contraste tant recherché par ondelette ou par déconvolution sur psf étoile pour faire ressortir les détails. La comparaison montre que le bords sont bien moins impactés coté gauche et même à droite. Bon ce n'est pas extraordinaire, cependant l'information objet semble plus vraie sur le pourtour. Concernant l'augmentation du contraste, voici l'impact sur les brutes de départ, je rappelle que ce n'est pas réaliser avec les outils de contraste ou de contraste local ... mais par TF et TF inverse. En résumé plus besoin de pousser les ondelettes pour rechercher le contraste ... et cela sans perte de résolution puisqu'il est là dès le départ ( et même je dirais trop violent parfois). jup-1.fit jup-2.fit jup-3.fit Dites-moi si la méthode peut vous intéresser et vous être utile, car la présenter c'est du boulot aussi CPI-Z
  40. 1 point
    Un grand merci @CPI-Z pour toutes ses infos et démonstrations fort intéressantes J'ai chargé ImageJ et son plugin FTP et j'ai pris au hasard une de mes images pas trop moche de Mars puis suivi tes instructions ci-dessus. Puis un petit tour sur Iris ondelettes et contraste. Je dois dire que le résultat est étonnant et vraiment bien. Je peaufine tout ça et je vous montre le résultat Merci également à @ValereL, @Sonne et @Lucien pour leur participation fort instructive
  41. 1 point
    Perso, je la trouve très belle cette image. Orion est en fait une constellation très chargée en nébuleuses comme on peut le voir sur certaines images à très grand champ. Ta photo en montre une partie et IC434 est particulièrement étendue, par rapport aux images classiques que nous sommes habitués à voir. Il est là le "problème", le classicisme nous rend intransigeants... Mais je mets un pouce en l'air pour cette photo originale aux nébulosités pourtant bien réelles, elle le mérite. Je ferai pas ça avec mon 300D... Gilles
  42. 1 point
    pas tout à fait : même diamètre en AD, mais plus large sur la 1100, un peu plus rigide . tu as à peu près la même qualité de suivi et d'amortissement à 32Kg pour la 900 qu'à 50Kg pour la 1100 et c'est le max. Je dirais exactement la même chose que @jp-brahic attention à la longueur, d'autant que la couronne de dec est plus petite.
  43. 1 point
  44. 1 point
    Dans la perspective d'une hypothétique mission russo-américaine consistant en particulier à poser une sonde sur Vénus dans les années 2020, on découvre CECI : http://www.science-et-vie.com/article/quarante-ans-apres-les-sondes-venera-enfin-une-nouvelle-mission-d-exploration-de-venus-8055 Avec ce préambule :"Depuis un demi siècle, la planète rouge et sa promesse de découverte de vie perpétuellement repoussée à la mission suivante, monopolise une bonne partie du budget de la première agence spatiale du monde, au point que certains planétologues regrettent que des astres tout autant passionnants scientifiquement mais sur lesquels aucune recherche de bactéries ne peut être annoncée chaque année dans les communiqués de presse, ne soient pas visés par les fusées américaines."Sur Twitter, l’infamie va plus loin : "Vous en avez assez des missions martiennes ? Votez Vénus !"Pffff... Vade retro Satanas !!!!!.. Et moi qui avait espéré un moment que Supersceptique qui a un cousin dont l'ami connaît un charcutier qui connaît le voisin de S.B. fasse savoir à celui-ci (à S.B. pas au charcutier) que ce serait justice qu'il salue quelque part dans une de ses chroniques les 13 années de présence active sur Mars de l'incroyable Opportunity ... C'était forcément voué à l'échec.Heureusement que j'obtiens satisfaction et gratitude par ailleurs : Le 20 mars 2017, la Nasa consciente de mes efforts pour mettre en valeur les missions martiennes a décidé de nommer une des cibles de Curiosity "Saint Daniel", ce dont je la remercie chaleureusement .. À mon très humble avis, et plus sérieusement, même si les questions budgétaires ne sont évidemment pas négligeables et ont pu jouer dans un passé relativement récent, concernant "l'après Venera" j'analyse les choses un peu différemment. Vénus, ce n'est pas vraiment une planète "délaissée" : On le voit dans l'historique des missions (tableau ci-dessus), Vénus, c'était un peu "la chasse gardée" de l'ex URSS avec une trentaine de missions de 1961 à 1985, de "Venera 1" à "Vega 2" ! Les atterrisseurs, de "Venera 7" à "Venera 12", ont eu des fortunes diverses et ont surtout démontré l'extrême difficulté de poser et de maintenir ces engins en fonctionnement sur la surface de Vénus vu les conditions extrêmes qui y règnent. Comme le souligne S.B. ".. la technologie de l'époque n'a pas permis aux sondes russes de résister à la surface vénusienne".Je pense qu'il ne faut pas aller chercher plus loin l'absence de nouvelles missions avec atterrisseur pour cette planète, car les contraintes à la surface de Vénus sont extrêmes et les solutions sont très longues à venir, tout simplement.Auourd'hui il existe sans aucun doute de nouvelles possibilités, car les technologies et les matériaux ont pas mal évolué et peuvent sans doute permettre à une sonde de mieux résister à ces conditions, en particulier s'agissant de l'électronique embarquée. Ce qui ne constitue qu'une partie des multiples gageures que comportera une telle mission. Inutile pour l'heure d'envisager un rover. À noter la défunte mission U.S. nommée "Venus Mobile Explorer" proposée en 2009. Elle comportait un atterrisseur qui après avoir effectué une analyse du sol sur son premier lieu d'atterrissage reprenait de l'altitude et après avoir survolé une dizaine de kilomètres en faisant marcher ses instruments scientifiques, se posait une deuxième fois pour analyser une deuxième zone de terrain. Ce projet au coût pharaonique indéfini (plusieurs milliards de dollars) et très ambitieuse (peut-être trop) n'a malheureusement pas été retenu, probablement pour ces deux raisons. http://fr.wikipedia.org/wiki/Venus_Mobile_Explorer Depuis la mission "Magellan", qui de 1990 à 1994 a réalisé une cartographie de la surface de la planète, les américains n'ont plus rien programmé officiellement pour Vénus.Concernant la mission Russe Venera-D envisagée pour 2024 et à laquelle se rattacherait la Nasa (hypothèse à vérifier), dans la configuration Russe actuelle on aurait un orbiteur, deux ballons d'une durée de vie de 8 jours placés à des étages différents de l'atmosphère vénusienne, et un atterrisseur de 150 kg chargé d'analyser le sol et dont la durée de vie serait d'une heure. Bien sûr, si les américains s'alliaient aux Russes, on pourrait imaginer que la mission et ses composantes évoluent. Affaire à suivre donc.. [Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 22-03-2017).]
  45. 1 point
    brrrrr tu aurais dû la garder pour le 31/10... Magnifique en tout cas ! Ph
  46. 1 point
    bonjour à tous, un soleil du jour bien calme côté protubérances, mais deux petites zones actives dont une avec des taches, le groupe 2778 (assez rare en ce moment pour le souligner ) Pas mal de turbulence depuis l'observatoire Sirene sur le plateau d'Albion donc pas de zoom de cette belle zone. (ni de tentative en LB avec le C8) A la fs60 muni de son sm40 double stack, BF10, glasspath x1.7 et zwo178mm vers 13h53 HL un petit crop : a+ stéphane
  47. 1 point
    en effet c'est une excellente solution pour transporter ce qui nous est le plus précieux... si ça marche pour les bébés qui gigotent ça doit marcher aussi pour les tubes inertes... En tout cas ça prouve l'intérêt qu'on leur porte... et l'avantage c'est qu'on peut les réutiliser, il est très rare qu'un tube astro salisse ses couches... j'avais oublié de répondre à ça... l'alginate c'est un produit élaboré à base d'algues, on le prépare tout simplement en le mélangeant à de l'eau plus ou moins dégourdie ou tièdie (cela dépend de la rapidité d'exécution, plus c'est chaud plus il faut aller vite) et ça produit en séchant (très vite) une matière semblable à un élastomère type silicone ou polyuréthanne tout aussi précis, mais bien moins résistant et moins polyvalent, on ne peut l'utiliser ensuite qu'avec du plâtre ou similaire, et en principe utilisable une seule fois, si on est très méticuleux on peut quand même faire plsieurs tirages avant qu'il ne tombe en ruine. C'est le même produit que les dentistes utilisent pour relever des empreintes dentaires, c'est dire la précision... bien sûr le leur porte un autre nom très savant et médicalisé, et il est beaucoup plus cher... mais ce produit existe aussi pour l'industrie à bien meilleur coût... on peut mouler directement sur la peau, le visage par exemple ou ce que vous voulez...
  48. 1 point
    Et fabriques toi deux filtres en mylar pour le soleil
  49. 1 point
    Vachte !! J'ai pu refaire quelques tests cette après-midi : plus de turbulence, le soleil était caché et je visais plus haut (toujours des pylônes électriques distants, mais... énormes). J'ai notamment essayé mes deux oculaires Nikon "de compet'" : les NAV-HW 12,5 et 17mm. - Le 17mm est inutilisable, impossible de trouver le foyer. Ce n'est pas celui qui m'intéresse, ceci dit, parce que j'ai déjà une paire de Morpheus 17,5mm qui se comporte très bien. - Le 12,5... rhâââ, le 12,5 !! Il choppe l'infini et surtout, il me donne une image DANTESQUE : super piquée, entièrement corrigée, avec un champs apparent démentiel !! Gnnnn... faut que je m'en trouve un autre...
  50. 1 point
    Ouf ! vu le prix quand même , ça aurait été dommage ! Tu vas pouvoir paonner dans les rassemblements nippons avec ta grosse paire . J'ai très hâte à un prochain croa plein de suspense et de chouettes images (sans et avec couleurs psychédéliques ) comme tu sais les faire.