Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 12/13/17 in all areas

  1. 9 points
    Salut à tous, Au mois d'octobre dernier, j'ai réalisé mon rêve : visiter l'Islande. J'y suis allé surtout pour les paysages, avec quand même en arrière pensée l'envie de voir des aurores boréales. Un précédent voyage il y a deux ans à Tromso (Norvège) m'avait déçu, avec une toute petite aurore de quelques minutes masquée par un paquet de nuages... Là, avec mon pote Mickaël, on a eu droit à deux nuits avec aurores à la clef. Les deux fois, on était à Reykjavik, et on s'est promis qu'au prochain voyage, on tenterait les aurores perdus dans la pampa, sans une lumière artificielle... p.s J'entends déjà certains d'entre vous hurler au scandale en découvrant quelques photos avec un laser de boîte de nuit éclairant le ciel nocturne. Il s'agit en fait d'un monument, dédié à la mémoire de John Lennon par Yoko Ono ( https://en.wikipedia.org/wiki/John_Lennon_Peace_Monument ). Il n'est allumé que quelques heures chaque soir, d'octobre à décembre. J'espère que ces quelques photos vous plairont Matériel et conditions de prise de vue : Canon Eos 60D / Canon 10-22 / Sigma 18-50. Poses variables de 20 à 30 secondes. Traitement sous Lightroom. Cieux clairs Johann
  2. 5 points
    Quelle taille font les cratères de la Lune ? *********************************************************************************** Edit Nouvelle "cartes" en HD , voir un peu plus bas ********************************************************************************* afin de donner un ordre de grandeur je me suis amusé a "coller" une photo satellites de l'ile de france au fond du cratère de copernic cela permet de répondre à la sempiternelle question : Quelle taille font les cratère de la Lune ? pour mémoire Diamètre 93 km Profondeur 3 800 m amusant n'est ce pas ? pour ceux qui ne sont pas familier de la géographie Lunaire : les versions HD de Paris il y a trois versions un version relief + carte , une version relief + photosat enfin une version combinée cliquez sur les prévues ci dessous pour voir les carte en grand (attention entre 30 et 50 mo par images) la version carte : la plus ergonomique et la plus facile à lire la version Photosat, la plus réaliste, après vous etre identifié sur la version carte, essayez cette version pour vous repérer enfin la version combinée, pas la plus facile à lire mais la plus belle
  3. 3 points
    Une lunette en visuel « ciel profond grand champs » sous un ciel pollué, est-ce bien raisonnable ? Ce soir, même si le froid mordant et un vent à décorner les bœufs auront sérieusement limité mes ambitions, le ciel s'est montré bien transparent : j'ai pu essayer pour la première fois ma dernière acquisition, une Televue NP127, équipée de quelques oculaires et de trois filtres dédiés à l'observation des nébuleuses. Pour situer le problème, « mon » ciel est de qualité médiocre : je suis en zone rurale, mais proche de plusieurs villages et d'une ligne de train urbanisée sur plusieurs kilomètres de part et d'autre de son tracé. Il en résulte une pollution lumineuse marquée, avec une voix lactée à peine devinée au-dessus de 45° d'élévation. En hiver, cette pollution est un zeste moins dommageable parce que que les travaux agricoles - pourvoyeurs d'aérosols variés - tournent au ralenti. J'ai donc installé la belle sur mon balcon – aux grossissements employés, je me moque de la turbulence – et j'ai ciblé essentiellement la constellation d'Orion, facile compte tenu de l'orientation de la maison. L'objectif de la séance était simple : voir si cette lunette pouvait me servir, chez moi, autrement qu'en visant le soleil, la lune ou les planètes... Version courte : Oui, je suis assez satisfait du résultat. Vive les filtres ! Sans eux, dans ma situation ? Point de salut ! Version longue : Je dispose des oculaires et accessoires optiques suivants : Nagler 31 – Meade MWA 21 – Explore Scientific 6,7 - Barlow Orion 2x Filtre Lumicon UHC – filtre Thousand Optics OIII – filtre Orion H-Beta J'ai d'abord visé M42, songeant qu'une vision médiocre de cette nébuleuse majeure sonnerait le glas de mes espoirs en matière d'observation locale non-planétaire... - Au Nagler 31 sans filtre : une horreur. Ah pour sûr, j'ai du champs, environs 4° ! Mais le fond de ciel pollué ruine l'image, sans parler de mon astigmatisme qui s'en donne à cœur joie en crucifiant toutes les étoiles, avec une pupille de 6mm (je n'ai pas mis mes lunettes). Je distingue la nébulosité qui entoure le trapèze comme une lueur sans détails notables, sans extensions. La forme usuelle en ailes d'oiseau n'est même pas perceptible. Mes Vixen 16x80, sorties en guise d'instrument "de référence", m'en montrent davantage. - Au Nagler 31 + TO OIII : je me dis qu'un filtre bien sélectif va améliorer les choses... J'ai raison, mais l'image assombrie ne suscite guère l'enthousiasme : les ailes sont désormais perceptibles, le cœur est devenu granuleux, c'est mieux sans être transcendant, loin s'en faut. Le résultat est comparable à ce que me montrent les Vixen, équipées en filtres Fujinon pour nébuleuses. Je compterais bien les étoiles du trapèze pour estimer la magnitude perçue, mais le vent violent rend l'opération pénible (je dispose d'une simple rotule photo, solide mais en souffrance). - Au MWA 21 + UHC : Ah ben voilà, fallait grossir ! Cette fois l'image est belle, parce que la nébuleuse occupe une partie notable du champs. Les jumelles sont désormais larguées, avec ou sans filtres. La région du trapèze est riche de nodosités variées, les ailes sont marquées et un peu plus loin, « l'homme qui court » se devine (sans détails). Le fond de ciel, assombri par le grossissement moyen et par le filtre, améliore le contraste perçu. L'astigmatisme est réduit, merci à la pupille de sortie plus modeste : même si les étoiles sont vertes, elles ressemblent plus à des points qu'à des croix ! Cette seule vision me rassure : il y a moyen de se faire plaisir, même de chez moi ! - Au MWA 21 + H-Beta : Surprise, le résultat est plutôt bon. Par rapport à l'UHC, la nébuleuse est plus douce, moins contrastée, mais étonnamment plus étendue : les ailes d'oiseau s'épaississent et s'arrondissent, l'homme qui court est plus évident. Pour le fun, je vise la région de la tête de cheval : que dalle, faut pas pousser non plus ! A retenter en montagne, pas dans la soupe blafarde qui me sert de toit ! - Au ES 6,7 + UHC : c'est la meilleure formule. Le contraste est un poil meilleur qu'avec le 21, la nébuleuse occupe tout le champs et dévoile davantage de détails. Si l'image ne dansait pas la gigue au gré des rafales de vent, j'en profiterais vraiment ! J'ai la flemme de vérifier, j'ai l'information que j'étais venu chercher, mais je songe qu'un oculaire de focale 10-15mm (valeur accessible si j'utilise la barlow) serait parfait. Bilan : la pioche est bonne ! Sur les nébuleuses brillantes, je sais désormais que cette lunette – grâce à mon jeu de filtres - me montrera des images sympas. Ce n'était pas du tout gagné ! Je m'attends également à de bons résultats sur les amas (j'ai pointé les Pléïades vite fait : c'est joli quel que soit l'oculaire. Même au Nagler 31, avec un fond de ciel jaunasse et des étoiles cruciformes, ça passe bien). Coté galaxies, euh... j'aurais pu cibler M31, quasiment au zénith, mais à quoi bon ? Ce sera moche, ou quelconque. Le fond de ciel pourri délavera l'image et les filtres ne me seront d'aucune aide. Inutile de tenter le diable : pour ce genre de cible, la montagne, ça vous gagne ! Voilà ! Au plaisir de revenir plus tard, avec un vrai CROA, voire un dessin, lorsque j'aurai traîné mon nouveau tube sous un beau ciel...
  4. 3 points
    Bonsoir, Ayant imagé la Lune du 05 décembre aussi bien avec l'ASI1600MM que le Sony A7RIII... la tentation était grande de faire un mix entre ces deux versions (ASI1600MM pour la luminance et A7RIII pour la couleur) alors voici cette combinaison mélangeant le "meilleur des deux mondes" qui me semble également plutôt sympathique (nota : l'image ci-dessous est la full réduite par le forum et n'est pas forcément représentative du résultat réel... => je vous conseille donc de visualiser la full) Lien direct vers la full : http://www.naturepixel.com/view/2017_12_05_2330_lune_ts130_1.5x_asi1600mm_a7riii_as3_cc_color_copyright.jpg N'hésitez pas à me dire ce que vous pensez de ce mix "caméra planétaire / APN" Gérard
  5. 3 points
    Toujours au C.14 + Barlow Clavé 2X + filtre vert Atik, toujours au Pic du Midi en Décembre 2013... Ma meilleure image de ce cratère au vieux C.14 Orange des années 70... Skynyx 2.1 M +/ 75 imgs sous AS3, imPPG et CS6
  6. 3 points
    Salut , juste l'image de ce matin , bonne chance
  7. 3 points
    Deux informations fournies par un autre possesseur de Zeiss. a) b) Traduction des caractéristiques : les écarts sphériques restent inférieurs à 1/2000 de la distance focale de la ligne D (0,82mm) Les aberrations chromatiques sont en accord avec les déviations des lentilles fabriquées par Fraunhöfer. Le "montage de littrow" est un des premiers dispositifs de collimation (auto-collimation), c'est pas peu dire pour la précision de contrôle des objectifs. Et en particulier le soin apporté à la fabrication de l'objectif. 110 ans voire plus, construite et vérifiée avec un système de contrôle spectrométrique/interférométrique. Joyeux Noël à la grande dame !
  8. 2 points
    Au moyen âge, on divisait l’heure solaire en 40 « moments ». Il y avait 12 heures dans un jour, c’est-à-dire entre le lever et le coucher du soleil. Comme la longueur du jour variait selon les saisons, la durée d’un moment variait de même. En moyenne, elle était de 90 secondes. Vous saurez donc exactement ce que vous dites désormais quand vous demandez « un moment s’il vous plaît »… https://en.m.wikipedia.org/wiki/Moment_(time)
  9. 2 points
    bonsoir à tous, météo pourrie? une image traitée! une image de la nébuleuse de l'huitre datant du 24 octobre dernier depuis l'observatoire sirene. C8/GP-DX + filtres LRVB astronomik + atik16HR autoguidage en // avec fs60c et dmk41 avec phd guiding L : 11 x 180s + 14 x 120s avec artemiscapture en binning 1x1 RVB : 15 x 60s avec artemiscapture en binning 2x2 prétraitement imageviewCA traitements iris, photoshop taille d'acquisition (recadrée) a+ stéphane
  10. 2 points
    Bonjour à tous hier soir le temps était top ,et j'ai pu faire quelques poses en O3 sur NGC6960 ,je voulez surtout la partie du triangle ...je pense que je n'ai pas suffisamment de shoot en O3 mais je donne déjà cette 1er image en attendant de faire mieux HA 40*900 O3 9*900 12H POSES La Full: http://www.nicoastro.fr/tournee/ en prime NGC6960 shooté en 2016
  11. 2 points
    Morpheus, je refais une passe de nuit, sans la mémoire immédiate cette fois de la distorsion constatée en prolongation du test en fin de journée , toujours pas sur les étoiles (ciel bouché) mais sur les décorations de Noël. En comparaison 1 contre 1 avec un TMB v2 Burgess 6mm sur réfracteur apo 80, f/D=6 (sans flattener) Impressionnant de maîtrise sur le piqué du champ : à 70% c'est sans perte, le TMB fléchit à cette proportion. Sur les illuminations clignotantes ou fixes, en défocusant, le disque d'Airy est très propre, découpé au rasoir, il y a un peu de chromatisme bleu pacifique/vert pomme (non en fait vert jaune clair). Sur le TMB on tire plus vers le violet/jaune d'or, voire orange. (Ça dépend de la pureté du blanc des cibles) La sensation de grandissement de l'image est bien nette, plus de confort que le TMB 6mm alors que la focale donnée est de 6,5mm. Que ce soit en plage sombre ou en pleine lumière sur un lampadaire (ça brille fort je le sens) le contraste est au rendez-vous. Détails des saletés sur le lampadaire : noir sur lumineux comme détails des reflets sur la gouttière de l'église point lumineux de différentes intensités sur sombre. Le rendu couleur est fidèle sur jaune, rouge, je pense que la coupure est vraiment sur le bleu vers 450nm, la teinte de mon ancien laser. La diffusion est très faible, plus de reflets entre lentilles que de diffusion quand je pointe sur une source lumineuse : des arcs rapprochés faibles qui se superposent quand on est en défocus. Ces images fantômes disparaissent sur l'objet quand on fait la mise au point sur lui. Luminosité clairement au-dessus du TMB, mais il y a les 20% du à la focale donc..., les zones sombres affichent du détail au point où on sent la distance. (identification de la géométrie en zone très sombre) Le champ ... Au delà de 60°, je ne suis plus en vision concentrée à moins de faire un effort plus que d'habitude pour tourner l’œil, les 8° de chaque côté en plus donne l'impression d'immersion dans le champ, mais on garde quand même le cadre (bord du champ) en "adverted vision" alors que sur un Nagler 31 (82°) personnellement je perds le bord de vue. Conclusion : versus le TMB, il le surpasse en confort, le piqué est très étendu sur une partie très élargie du champ, au point où ça sort de ma zone personnelle de vision vers les bords. C'est généreux tout en laissant un point de repère que je juge utile en planétaire. Je n'hésite pas la comparaison avec du haut de gamme : il n'est pas orthoscopique mais il donne une claire impression de supériorité par rapport au LVW en contraste, le TV Radian fait radin en champ en comparaison. La zone piquée de champ est carrément 50% plus large soit plus de 2 fois la surface fournie par le TMB, c'est sans appel tout va pour la réussite : maîtrise des reflets et de la diffusion. Le seul "défaut", il est moins fidèle dans la partie du spectre bleue. (donc pas apochromatique comme peut le prétendre le TMB) Bon je le redis encore une fois, je néglige la partie au-delà de 60° qui nécessite un effort musculaire de l’œil, je n'ai pas vérifié à fond les 20% de bord externe, mais je peux dire que rien n'attire l’œil par là (pas de mouettes, ni de comètes) Oculaire planétaire top niveau, à valider sur la lune et les astres de notre système solaire. Myriam
  12. 2 points
    Un autre Avi non traité réalisé au Pic du Midi en 2013...il y en a tellement C.14 + Barlow 2x Clavé + filtre vert / Skynyx 2.1M (75 imgs) AS3,imPPG et CS6
  13. 2 points
    bonsoir , Cette nébuleuse , prise le 18 novembre 2017 avec la FS60 +réducteur + Atik314L et filtre Astrodon 5nm Halpha. 22 poses de 10mn en Ha 19 poses conservées. pré et post traitement PI Olivier
  14. 2 points
    Bonjour, On s'occupe comme on peut côté astro quand le temps ne s'y prête pas, par exemple reprendre des films (déjà) anciens. J'avais fait en 2012 une mosaïque intéressante de la Mer de la Sérénité, et lors de sa publication à l'époque sur le LPOD Chuck Wood avait signalé une petite structure bizarre appelée "Aratus CA" (c'est pas très sexy, mais bon). J'ai refait un traitement centré sur cette structure et je vous la propose agrandie à 150% (car elle est vraiment petite). J'y ai inséré une image prise sur le web montrant les détails internes à cette structure. C'est tout pour aujourd'hui. Claude
  15. 2 points
    Hello Je ne devais pas publier cette image ici (je m'en excuse presque ) mais comme l'image a plutôt bien marché sur AB, je la publie donc. Les brutes ont été moulinées par DSS en mode Drizzle 3. Davantage d'infos ici : http://astrob.in/325352/B/ Carte technique Instrument ou objectif: APM 107/700 Imageurs: Sony A7s Monture: iOptron iEQ45 Pro Réducteur/correcteur de focale: Riccardi Flattener 1.0x Logiciels: Photoshop CS6, StarSpikes Pro 4, DeepSky Stacker (DSS) Deepskystacker 3.3.6 Résolution: 2158x2135 Dates: 20 novembre 2017 Images: 52x15" ISO3200 73x30" ISO3200 Intégration: 0.8 Heures ---
  16. 2 points
    Merci Polo, merci Olivier En fait, je ne me suis pas occupé de la galaxie, pensant que je n'avais pas beaucoup de chance de la voir, et d'ailleurs je ne savais pas qu'est-ce qui était la galaxie, par rapport à toutes les étoiles aux alentours C'est au traitement que j'ai compris. Non, pas de traitement séparé, finalement ce n'est pas compliqué du tout car la galaxie est somme toute assez éloignée de Mirach. J'ai fait une version en supprimant les aigrettes sur la petite étoiles. Comme je n'ai pas fait de sauvegarde intermédiaire (le traitement avait marché tout seul ), j'ai été obligé d'effacer les aigrettes sur l'image finale, et c'est pas terrible...
  17. 2 points
  18. 2 points
    Merci de votre passage Polo, capt flam, Julien, exaxe17 et Piotr (et merci aussi à ceux qui ont mis un petit coeur !) Oui, c'est un détail lunaire intriguant. Mais c'est vraiment petit si l'on n'a pas un gros scope. Ci-dessous voici une vue générale de la Mer de la Sérénité, signalant ce détail, qui permet de le constater et de mieux se repérer. Claude
  19. 2 points
    Hello Bernard, 4 jours pour le sud Maroc, tu exagères un peu, ou alors tu fais beaucoup de haltes. 😇 Evitez la grosse chaleur des ergs marocains et montez plutôt dans l'Atlas ou le Djebel. J'y vois deux avantages : température plus douce et altitude. Le sud Espagne est bien aussi. Un petit récapitulatif de nos virées en Espagne et Maroc. Voilou. Si vous voulez des renseignements (gîtes par exemples le) n'hésitez pas. Jc
  20. 1 point
    Bonjour Nouvelle image issue de mon observatoire remote AstroJM du groupement AstroJ Lunette 102/700 TS sur EQ6. 170 brutes de 1200s (56heures) Particularité : un bon nombre de satellites à retirer. Traitement Pixinsigth et photoshop avec Jérôme Rudelle. La Full est sur notre site :http://astrojeje.com/index.php/portfolio/sh2-261-2/#prettyPhoto[gal]/0/ Jm
  21. 1 point
    On ne l'attendait pas ce matin et pourtant dès la pointe du jour on la voyait. Et un petit regard vers le Nord, le Gélas après la tempête. -Jacques-
  22. 1 point
    Hello J'ai profité des promos de fin d'années pour acquérir l'objectif TAMRON SP 150-600 G2... et du teleconverter 2.0x. Après une prise en main dans la journée, mon premier vrai essai fut bien entendu sur la lune. Avec mon Canon 80D APSC, et le doubleur de focale, je me retrouve donc avec un équivalent focale de 1920 mm. Mais je n'étais pas tout à fait prêt, car j'ai fixé le Canon avec ses 2,5 kg d'accessoires sur la rotule ball Joby BH2 montée sur la Star Adventurer. C'était un peu branlant... Il me faudrait une autre tête, même si je devrai, par la suite, utiliser la grosse monture iOptron de la lunette. Davantage d'infos ici : http://astrob.in/325057/0/ Carte technique Instrument ou objectif: Tamron 150-600mm f/5-6,3 Dİ VC USD Imageurs: Canon 80D Logiciels: Adobe Camera Raw, Photoshop CS6 Résolution: 3082x3253 Date: 7 décembre 2017 Images: 70
  23. 1 point
    C'est super bien fait. Du coup, je bosse au pied de Copernic Johann
  24. 1 point
    super il faudrait trouver un cratere pour la tour eiffel ???? mica
  25. 1 point
    Superbe il marche bien ce c14 et l'opérateur qui est au commande
  26. 1 point
  27. 1 point
    Tu as bien fait de garder quelques vidéos !! Merci pour ce rase mottes
  28. 1 point
    C'est vraiment de toute beauté très grandiose !!!
  29. 1 point
    Bonsoir, C'est un compositage HOO ? C'est sympa mais j'aurais bien vu le Ha un poil plus rouge. Bonne soirée, AG
  30. 1 point
    Merci pour vos commentaire sympatoche pour nos amis d'amérique, j'ai poussé la même comparaison mais sur New York
  31. 1 point
    Salut Stéphane ,, j'aime bien mais j'aurais augmenté le fdc de ciel trop sombre et désaturé les couleurs
  32. 1 point
    C'est vraiment plus intéressant que le CP ! (pour moi) Bravo Philippe pour ce gros plan rainuré
  33. 1 point
    Bonjour Nicolas, la grande galaxie m'inspirais plus, là je ne sais quoi penser Je te dis juste bravo car parcontre je sais le boulot que cela demande ! Bonne journée Pascal
  34. 1 point
    ah oui on se rend mieux compte de la taille du cratère
  35. 1 point
    Bonjour !... Florian 06 dit : "je ne suis toujours pas convaincu de l'intérêt de cet investissement : pourquoi une calibration si précise, alors que l'objectif (en tous cas le mien) est de partager les photos sur le web ?" L'étalonnage d'écran n'a pas d'intérêt que pour les impressions. Lors d'un partage Web d'images chacun verra une version différente, surtout en dominantes, en fonction des caractéristiques de son écran. Pour que la visualisation soit relativement fidèle à l'original il faut un écran calibré, en espérant que l'auteur ait travaillé sur un écran calibré.... Dans mon club nous avons souvent ce problème, avec des différences entre les ordis (portables) sur les dominantes; c'est flagrant en les mettant côte à côte. Pas toujours facile d'étalonner les écrans d'ordis portables, certains y sont assez réfractaires (dont le mien ...). A la maison j'utilise un second écran, calibré lui !
  36. 1 point
    Et donc tu habites maintenant au nord-est du pic central, tout comme moi . très instructif cette simulation. Merci
  37. 1 point
    Capt flam : C'est bien un sommet du Mercatour (point culminant du parc). Criou : Non, pas de Cap Corse, ce sont des nuages au ras de l'horizon, le Cap Corse je ne l'ai photographié qu'une fois.
  38. 1 point
    superbes dentelles ! bravo ! polo
  39. 1 point
    Ah oui, bien vu Piotr pour Bode, je l'ai retrouvé dans mes images ! Claude
  40. 1 point
    Merci Merci Oui, puisque l'aigrette est rajoutée, autant en profiter vraiment Et j'ai voulu que Mirach brille de mille feux pour bien éclairer son fantôme
  41. 1 point
    1. Personne en physique ne croît sérieusement qu'il faille abandonner le principe de Popper, sinon quelques personnages médiatiques mais qui demeurent isolés dans la communauté scientifique concernant leurs positions à ce sujet. Surtout quand ce refus témoigne de la difficulté qu'ils ont à admettre qu'ils ont suivi des pistes stériles. D'autres surfent sur les univers parallèles car cela vend du rêve. Ce qui est étonnant, c'est que les modèles impliquant la possibilité de mondes cachés sont testables. Curieusement, les marchands de rêve en parlent peu, car si on venait à prouver l'existence de mondes cachés, cela désenchanterait le rêve et casserait le business de ces marchands de rêve. 2. La physique a pour but, par définition, d'interpréter ce que l'on observe et de faire des prédictions quant à ce que l'on va observer. Cela implique expérimentation et mesure. Si on sort de ce cadre, alors ce n'est plus de la physique, mais de la métaphysique, ou de la philo à deux balles, au choix. 3. La physique part nécessairement d'ansatz, i.e. d'hypothèses mathématiques dont on suppose qu'elles constituent des hypothèses de départ raisonnables pour construire une théorie testable et en accord avec ce que l'on observe. Le principe fondamental de la dynamique (F = m*a) ou le principe d'équivalence sont de telles hypothèses, corroborées ou imposées par l'expérience, d'où la nécessité de repousser les limites de la confirmation de telles hypothèses. Dans le cadre d'une théorie, reposant donc nécessairement sur des postulats de départ, tout le reste est démontrable rigoureusement. L'expérience vise à repousser les limites de la validité d'une théorie. Elle n'infirme pas la théorie, elle en pose les limites. 4. La limite aujourd'hui dans les avancées scientifiques est fixée essentiellement par des contraintes de moyens. Russel Stannard, dans son livre "Vers la fin des découvertes, Approchons-nous des limites de la science ?" expose très bien cette limite, non pas du fait que nous serions en passe de tout savoir, non pas du fait qu'il existerait une sorte de limite métaphysique, mais du fait que nous atteignons une limite pratique, matérielle, budgétaire,... 5. Aujourd'hui, dans la recherche d'une nouvelle physique, il existe une communauté naissante qui montre que l'on peut faire de la nouvelle physique à bas coût. Seulement, il faut bien dire ce qui est, la communauté de la physique des hautes énergies contribue à maintenir l'idée qu'en dehors de leur business, point de salut.
  42. 1 point
    Si j'ai bien compris, Benben cherchait une carte tournante. Les réponses déjà citées le disent entre les lignes: une carte tournante n'est guère précise, parce que c'est difficile d'y caser bcp d'objets en restant lisible... mais pour débuter et repérer les principales étoiles & constellation, c'est top. Pour moi, il n'y a pas de grandes différences, si ce n'est qu'il en faut une correspondant à ta latitude (ou pas trop éloignée). Pour cet usage "carte tournante", quand je n'ai rien sous la main, j'utilise de plus en plus le smartphone avec des sites (applis également) comme heavens-above.org (et puis en plus, on a les planètes, la lune et le soleil).
  43. 1 point
    Ah ouais, sur la deuxième on voit très très bien la Corse ! Claude
  44. 1 point
    comme polo, bravo, pouce en haut
  45. 1 point
    bonjour à tous. Après avoir fait joujou pendant des années avec un apn , j'ai franchis le pas cette année avec une Moravian G2 8300 mono. La marche est "sympa" mais le résultat est sans appel (meme pour un "capteur vieillissant" comme certains disent) j'ai mis pas mal de temps avant de maitriser l'ensemble. Ca n'a pas été simple avec l'informatique ( niveau monture) mais j'en ai vu le bout. Après c'est la météo qui a pas été de la partie... bref j'ai pu profiter de quelques belles nuits pour shooter un grand classique, M33 le résultat est largement perfectible, mais pour une première lumière j'en suis plutot satisfait. les filtres L-RVB sont installés depuis 1 semaine...mais lamétéo c'est pas ça Niveau technique: EM200 temma 2, lunette taka FS102 + correcteur reducteur taka, CCD moravian g2 8300n&b. guidage TGM2 avec une sw80/400. SSAG et phd guiding. Pilotage EM200 carte du ciel. 26x10mn avec CLSCCD astronomik 15DO, pas de flat... je sais c'est pas bien... mais j'aide la lumière intrusive , je ferais ça la prochaine fois en tout début de session. prétraitement/traitement PI finition CS6 voila , ça occupe bien les jours de tempête... ce matin 161km/h en pointe à 5km de chez moi, vaut mieux rester au chaud et traiter xav
  46. 1 point
    @Kaptain, belle définition au Pic mais Hubble c'est cela :
  47. 1 point
    Nouveau bond d'environ 30 mètres au Sud-Est le 11 décembre 2017 (sol 1901) avec une élévation de 3 mètres. À cette date Curiosity a parcouru 17,88 km. Sur "Vera Rubin Ridge" Curiosity se concentre surtout sur les roches qui composent la crête, évalue leur chimie et image leurs structures pour essayer de comprendre l'origine de cette caractéristique importante du cratère Gale. Aujourd'hui 12 décembre 2017 (sol 1902) c'est plutôt le sable qui était au centre de l'attention du rover. De petites dépressions recueillent du sable lorsque le vent souffle le long de la crête, et l'équipe a voulu mesurer la composition chimique et granulométrique de ces dépôts de sable pour comprendre leurs similitudes (ou différences) avec celles des "dunes de Bagnold". MAHLI et APXS ont été déployés sur deux cibles, des petites dunes de sable nommées "Goatfell" et "Eilean Dubh". ChemCam visera la crête d'une autre ondulation à "Stonehaven", et Mastcam acquerra une observation multispectrale à "Corrie" qui couvre les crêtes d'ondulations ciblées par ChemCam, MAHLI et APXS. Les roches de "Vera Rubin Ridge" n'ont pas manqué d'attention malgré les observations menées sur les petites dunes de sable. ChemCam a mesuré la chimie du substratum rocheux et la chimie de l'un des cailloux gris dispersés dans l'espace de travail. A été prévue par ailleurs une mosaïque Mastcam 360 degrés, y compris la cible de Curiosity, une étendue de roche rouge d'environ 5 m avec des caractéristiques de couleurs uniques vues depuis l'orbite. Les observations environnementales incluent trois mesures de la poussière atmosphérique dans la journée, des recherches matinales de nuages au-dessus du rover et à travers l'horizon, des mesures passives et actives DAN ("Dynamic of Albedo Neutrons", un détecteur actif et passif de neutrons qui doit mesurer l’hydrogène présent dans la couche superficielle du sol martien pour permettre de déduire l'abondance de l'eau sous forme libre ou dans des minéraux hydratés) et des mesures régulières de la station météo REMS ("Rover Environmental Monitoring Station", qui mesure la pression atmosphérique, l’humidité, les radiations UV, la vitesse du vent, la température du sol et de l’air) ainsi que du RAD ("Radiation Assessment Detector", qui caractérise l'ensemble des particules élémentaires chargées (protons, électrons, noyaux d’hélium)…ou non (neutrons) qui atteignent le sol martien. POSITION AU 11 DÉCEMBRE 2017 (SOL 1901) : PROFIL D'ÉLÉVATION depuis l'atterrissage à "Bradbury Landing" et la position du rover au 6 décembre 2017 (sol 1896). Depuis le point le plus bas atteint par Curiosity à "Yellowknife Bay" (flèche rouge en haut à gauche de l'image) situé 18,6 mètres plus bas que "Bradbury Landing", le rover s'est élevé de 330 mètres : HAZCAM AVANT - 11 DÉCEMBRE 2017 (SOL 1901) : HAZCAM ARRIÈRE - 11 DÉCEMBRE 2017 (SOL 1901) : PANO DE Damia BOUIC - 11 DÉCEMBRE 2017 (SOL 1901) : MASTCAM - 11 DÉCEMBRE 2017 (SOL 1901) : MASTCAM – 9 DÉCEMBRE 2017 (SOL 1899) :
  48. 1 point
  49. 1 point
    De rien Jacques. A l'occasion, tu pourrais essayer si les conditions s'y prêtent à nouveau (et si tu ne l'as pas déjà imagée) l'empreinte de pas alias Minkowski 1-92 (19h36m19s, +29°32'51") toujours dans le Cygne. Au niveau éclat, c'est comparable, avec peut-être moins de détails interne mais la forme des bulles en tulipe est vraiment spéciale. Sa taille et son éclat doivent être compatibles avec de l'imagerie en poses courtes.
  50. 1 point
    Pas mal, Capt, bien joué ! En même temps, pour les cancers du rectum, un suppositoire, c'est une proposition qui n'est pas dénuée de fondement... Je sais pas si ce post restera dans les annales, du coup, moi aussi je suis septique.