Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu le plus aimé le 15/03/2018 dans toutes les zones

  1. 10 points
    Les brillants bébés de la Crèche Revenons encore à 13 mois en arrière (eh oui, j’ai du retard dans mes traitements d’images)… En ce mois de février 2017, les conditions météo étaient passables mais assez bonnes pour cumuler les sorties... et les photons. Ce soir-là, les voiles nuageux m’obligèrent à me détourner des nébuleuses. Je me rabattis sur un célèbre amas ouvert dans la constellation du Crabe. Catalogué par Charles Messier sous le numéro 44, mais également NGC 2632 et connu sous les noms de Praesepe, la Ruche ou la Crèche, cet amas était connu dans l’Antiquité. Il faut dire qu’il est parfaitement visible à l’œil nu, dans un ciel noir, comme une nébulosité au centre du Crabe céleste. Avec une simple paire de jumelles, on peut résoudre plusieurs dizaines d’étoiles. D’ailleurs Galilée fut le premier à résoudre l’amas en étoiles avec la lunette en 1610. En vrai, la Crèche contient au moins mille étoiles liées entre elles par la gravité. L’amas est situé à environ 560 années-lumière de nous et est âgé d’environ 600 millions d’années. J’ai été agréablement surprise du résultat final qui s’avère « étincelant ». Je savais que je n’aurais pas beaucoup de poses et j’ai poussé les ISO plus haut qu’habituellement. Je pensais que le fond du ciel s’en ressentirait cruellement… mais pas tant que ça en fait. L’amas est richement coloré et vaut le détour photographique… d’autant, qu’en scrutant la full, on trouve tout un tas de minuscules galaxies. Je recommencerais donc, là aussi, sous des cieux plus cléments ;) Photo prise le 18 février 2017 à Saucats (33) – Canon 350D défiltré au foyer d’une lunette 100/900 Skywatcher sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 31 poses de 2 mn – 7 D & 15 OF – ISO 1600 – IRIS et Toshop. Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
  2. 9 points
    Bonjour à tous, Je n'avais pas pu imager depuis novembre dernier. La faute à cette météo capricieuse de cet hiver. Alors du coup je me suis rattrapé en capturant 5 nébuleuses en même temps Pour la technique: Canon 700Da - Samyang 135mm à F2.8 - 123 x 45" à 800 iso avec cls - 41DOF Le tout sur staraventurter - pré et traitement PI
  3. 7 points
    Un premier essai en HaRVB
  4. 7 points
  5. 6 points
    Bonjour à tous ! C'est ma première photo que je poste ici ( pas la première que je fais ) . NGC2903 C925 F6.3 - ASI1600MMC Luminance : 180x120s + 145x60s + Une vieille session en pose rapide qui trainait sur mon pc RVB : 20x180s / couches Sur Astrobin : https://www.astrobin.com/337311/ La V2 après les différentes remarques (la V1)
  6. 6 points
    Bonjour, je viens de traiter les images du 27 février 2018 avec une (presque) Pleine Lune que j'ai imagée avec une lunette TS130 + l'ASI183mm (mosaïque de 2 images) et comme je l'avais également faite avec l'APN Sony A7RIII alors que la Lune était encore basse, j'en profite pour vous proposer une version couleur qui me plait bien ! Il s'agit donc d'un mix entre l'ASI183MM (pour conserver les détails de la luminance) et du Sony A7RIII (dont l'image a servi pour la couleur ajoutée) ce qui au final nous donne une presque Pleine Lune en couleur et le tout a été réalisé avec une lunette TS130MM Trêve de blabla... voici l'image en question et pour en profiter, il est IMPORTANT de la VISUALISER en FULL via le lien ci-dessous : http://www.naturepixel.com/view/2018_02_27_pleine_lune_ts130_1.5x_asi183mm_sony_a7riii_as3_cc_copyright.jpg Lien direct vers l'image full : http://www.naturepixel.com/view/2018_02_27_pleine_lune_ts130_1.5x_asi183mm_sony_a7riii_as3_cc_copyright.jpg J'espère que cette image vous plaira autant qu'à moi Gérard
  7. 6 points
    Pour sûr, c'est moins compliqué d'observer cet amas - où cette galaxie naine, allez savoir - lorsqu'on plante sa lunette à 36° de latitude nord, plutôt qu'aux 42.9° du Pic du Midi ! Mais le superbe challenge réussi par Patrick Lécureuil (ici) m'a donné envie de tenter l'expérience depuis le Japon. Trois amis japonais et moi-même avons bravé le froid et installé nos instruments respectifs - Meade 354 et Epsilon 180 sur montures EM400 pour eux, NP127 sur trépied photo pour moi - une nuit sur le parking d'un temple attenant au mont Moygi, à 150 kilomètres au nord-ouest de Tokyo. Aux alentours de minuit, tandis que les autochtones mitraillaient quelques obscures NGC dignes de leur débauche instrumentale, je commençais à rechercher l'objet de mon fantasme : Oméga du Centaure, l'amas vedette de l'hémisphère Sud ! Pour notre latitude, il monte théoriquement à 6° de hauteur en passant au méridien : c'est peu, mais suffisant, si le ciel n'est pas trop embrumé ni pollué. Le parking d'où j'observe est à 750m d'altitude : ça peut sembler dérisoire, mais c'est assez pour s'extraire de la première couche de crasse atmosphérique qui s'épand dans la plaine. Et au Sud de ma position, le halo de lumière tokyoïte est négligeable : il sévit essentiellement au sud-est. J'ai fini par trouver le bestiau aux Vixen 16x80, non sans mal : séquence émotion !! C'est la première fois que je l'observe (un bien grand mot, compte tenu de ce qu'il montre au ras des pâquerettes)... A l'oeil nu, évidemment, il n'y a rien à voir. Près d'un l'horizon découpé de sommets distants, nul astre ne réussi à percer l'épaisseur atmosphérique. Il faut "monter" le regard d'une dizaine de degrés pour apercevoir une maigre poignée d'étoiles brillantes. Aux jumelles, Omega du centaure est un large disque très pâle, sans relief ni détails, difficile à discriminer d'un fond de ciel homogène et terne. A la NP 127, même constat : je devrais le résoudre sans problème mais là, à 3 ou 4° de hauteur (il passera au méridien dans un peu plus d'une heure), il ne montre rien. Pas découragé, je décide d'immortaliser le moment : j'imagine que cet objet n'est pas souvent vu du Japon, si ce n'est dans l'extrême sud de l'archipel. Je tente le coup avec le Samyang 135... yep, c'est plein d'étoiles ! Une pose unique de 10s à la NP127 - quand il est au plus haut, enfin, au moins bas - achève de détailler l'amas : inutile d'enquiller les images, on ne fait pas de "haute résolution" avec un astre à 6° ! Je vous mets deux photographies : le champs observé au 135 (pour 10mn de poses cumulées), et la pose de 10s (traitée au mieux, soyez indulgent : une seule image, une pose courte, un astre très, très bas...) Le suivi est assuré à l'Astrotracer. Pentax K1 et Samyang 135 F2.8 Omega Centauri (NGC 5139) aux alentours du méridien, vu du mont Myogi. Vous pouvez aussi repérer la galaxie Centaurus-A, nettement plus facile ! Cette image ne rend pas justice à la réalité de l'observation visuelle : à l’œil nu, la moitié inférieure du champs présenté ne montre rien, quand la moitié supérieure exhibe péniblement quelques étoiles de première grandeur... Pentax K1 et NP127, pose de 10s (réduite au quart de la taille originale) J'imagine l'engin quand il pavane au zénith, ça doit être quelque chose... A refaire depuis l'Australie !
  8. 5 points
    Bonjour à tous, en direct de la Chavadrôme, petit gîte astro à Eygalayes, où nous avons passé la semaine à une dizaine d'astrams . 2 belles nuits quand même, on pensait pire compte-tenu de la météo. J'en ai profité pour prendre en exclusivité cette nouvelle nébuleuse de l'Homme Sans Tête dans Orion. Lunette FSQ106 au foyer sur EM200 Temma2 pilotée en Bluetooth par SkySafari 5 pro. Sony A7S à 3200 ISO, 109 poses de 30 secondes retenues, soient 55 minutes. Autoguidage + Dithering par Lacerta M-Gen II. Tout d'abord voici la nébuleuse dans son environnement... Cliquez dans l'image pour la full : Alors où se trouve cette nébuleuse de l'Homme Sans Tête ? Cherchez bien... ... ... Vous ne la voyez pas ? ... ... Et bien regardez mieux : Alors maintenant la question qui tue... "MAIS OU EST DONC PASSÉE LA TÊTE ?" Encore un grand merci à notre cher Nodinute pour avoir (re)découvert cette magnifique nébuleuse...
  9. 5 points
    Salut voici une de ce soir avec l'atik 414 300X3 seconde de pose avec le mak au foyer 1500 de focal monture equ6 j'aime bien cette nébuleuse Jean marc
  10. 5 points
    bonjour à tous, cinq mois sans une seule image c'est un peu difficile de sortir quelque chose de propre, on se jette sur les rares nuits exploitables... ngc 4565 sur trois nuits avec une lune bien présente, une transparence très limite, et je ne parle pas du seing ! 48 poses de 5mn avec mon c11 edge et son réducteur, qui n'avait jamais fait de ciel profond, et ma bonne sgig stl11000. l'image est fortement cropée à cause du vignettage. je pense que c'est regardable quand même. merci pour vos commentaires... bon ciel Marc
  11. 4 points
    Ça me rappelle trop nos propres animations, ou tout simplement nos soirées d'observation quand des néophytes découvrent pour la première fois la Lune ou des planètes dans l'oculaire. C'est toujours magique d'entendre les Waouuuuuuu qui fusent (dans la vidéo, c'est plutôt des "Oh my god"). On se revoit nous-même la première fois, quand nous avons pu avoir un vrai télescope (et non ces lunettes jouets), découvrant les cratères lunaires ou la géante gazeuse avec son cortège de satellite, ou la belle planète aux anneaux... Pour ma part, j'aime encore observer et admirer ces objets qui nous sont accessibles facilement mais j'ai perdu cette magie de "la première fois". Et quand une personne s'approche de mon oculaire et lance un "Waouu" en voyant les détails insoupçonnés d'un objet céleste, je revis ces premières fois avec beaucoup d'émotion La vidéo transmet bien cette émotion et je me suis surprise à sourire à leur stupéfaction et leur émerveillement ! Bravo à aux personnes qui ont eu l'idée de faire cette vidéo et de la diffuser
  12. 3 points
    Hello Je suis enjoy car j'ai fait mieux qu'en 2017 avec mon Dob 12" Il faudra que je retourne la voir car elle manque de pêche dans les bras extérieurs A+ David Full resolution : https://cdn.astrobin.com/thumbs/T55uXnfl7gLN_16536x16536_wmhqkGbg.jpg Mon snipe à mes débuts en 2017 en pose courte
  13. 3 points
    Salut à tous La suite de ma récolte du mois de Février... cette jolie spirale de la Grande Ourse m'a donné quelques soucis avec la proximité d 'une étoile de Mg 6 (hors du champ) bref pas mal de versions avant de vous présenter cette image. La résolution au centre est de 2.28" et de 2.58" sur les bords.... j'ai quelques images en dessous des 2" (meilleure à 1.74") mais le reste est malheureusement rester au delà des 2"... CTA 320 f/d 7.2 (Barlow ASA 1.8x) Caméra SBIG ST10-XME Luminance : 48 poses de 300 secondes à -15°c (1x1) Couleurs : Couleurs : R 9x600sec, G 8x600sec, B 10x600 sec (binning 2x2) @+ Christian
  14. 3 points
    Bonjour, j'envoie une photo de Saturne pris à 26°
  15. 3 points
    Qu'est-ce que c'est ce procès d'intention? Fais gaffe, la concurrence étant en rade ça doit grouiller de webémigrés par ici . En tout cas, sympa la vidéo. Cordialement, Claude
  16. 3 points
    moi ,c'est le principe qui me plaît ! donner un coup de main ,car je vois souvent des images sur le forum qui ne sont pas assez traitées ,par manque d'expérience de celui qui la propose et je suis content de voir des pointures du traitement astro proposer leurs versions ! c'est un forum d'échanges qui me plaît de cette façon ! polo
  17. 3 points
  18. 3 points
  19. 3 points
    Bon suivant vos conseils, j'ai passé la rosette au barbecue (interdit d'y zoomer dessus, l'image est pas très bonne...) et j'ai traité une petit M42 faite avant que l'ordinateur n'ai plus de batterie... 8 x 30s. 1600iso.
  20. 3 points
    NGC3718 ARP 214 TSC225 Carbon @ F/7.3,réducteur 0.63X NJP 160 SBIG ST8 XME @ -30°C L:25 X 10mn L:5 X 20mn R: 12 X 5mn B 2X2 + 10 X 10mn B 2X2 G: 12 X 5mn B 2X2 + 10 X 10mn B 2X2 B: 12 X 5mn B 2X2 + 10 X 10mn B 2X2 soit 13H50 de poses totales en 02;03 et 04/2015
  21. 2 points
    Bonjour Pour confirmer la véritable nature d'une candidate nébuleuse planétaire, il est nécessaire de réaliser son spectre. A cette fin, je me suis déplacé à Calern avec Olivier Garde, Pierre Dubreuil et Alain Lopez pour profiter d''un télescope de 1 m de diamètre lors de la nouvelle Lune de septembre. La météo a été clémente sur les 4 nuits d'observation et nous avons pu observer 21 candidates et 2 étoiles Be. L'ensemble des travaux réalisé à cette occasion est décrit ici http://o.garde.free.fr/RapportMissionCalern2017.pdf Amicalement Pascal Le Dû
  22. 2 points
    Une nuit entière pour les plus beaux objets du ciel Lors de notre réunion du club Polaris vendredi dernier, nous avons évoqué l'éventualité de faire ce challenge ultime des astronomes amateurs, le célèbre marathon de Messier. Michel nous a même procuré le plan général de ce marathon qui débute donc à 19h et s'achève le lendemain matin à 6h. On peut affirmer sans complexe que le Lorrain Charles Messier est devenu l'astronome le plus connu dans le monde, puisque chaque astronome prononce son nom au moins une fois par jour! Charles Messier est né à Badonviller en 1730 ( 10e enfant d'une famille de 12). Après la loi de la gravitation de Newton en 1687, puis la prédiction grâce à ces lois et à de savants calculs du retour de la comète de 1682 pour 1758 par Edmond Halley, tous les astronomes d'Europe se lancèrent dans la recherche de comètes. Charles Messier en découvrit 20 et le roi Louis XV l'appela " le furet des comètes". Pour faciliter le travail de ses collègues, Messier entreprit de créer un catalogue de tous ces objets du ciel profond que l'on pouvait observer et qui ne devaient pas être confondus avec des comètes. Il publia d'abord une liste de 45 objets, qu'il complètera par la suite jusqu'à 110: cette fameuse liste des 110 Messier est universellement connue et toujours en vigueur aujourd'hui dans le monde entier. Les trois objets les plus connus et visibles sans instrument sont M31, 45 et 13. Depuis les années 1970, les clubs d'astronomie proposent d'observer au cours d'une nuit un maximum d'objets de Messier. Le marathon de Messier ne peut se faire n’importe quelle nuit : en effet, il faut que ce soit pendant la nouvelle Lune, pour que le ciel ne soit pas éclairé par la lumière de la Lune. Et le printemps est la période la plus favorable car le Soleil se trouve entre la Vierge et la Balance, là où il masque le moins d’objets de Messier. C’est donc vers le 15 mars que les conditions seront réunies pour observer 107 des 110 objets du catalogue. La chasse commence aussitôt après le coucher du soleil avec les galaxies M74 et 77 très basses sur l'horizon Ouest dans la Baleine et les Poissons et l'amas globulaire M79 du Lièvre. Ensuite c'est la montée vers Andromède et le Triangle pour dénicher les difficiles M32, 33 et 110, puis la course se poursuit dans le Bélier, Cassiopée et Persée. La suite est plus facile: on a une bonne heure pour explorer le Taureau, la Poupe, Orion, la Licorne, l'Hydre, le Cancer et le Grand Chien. Après 21h vient le gros morceau: on a 4h pour trouver la cinquantaine de Messier situés entre le Corbeau, la Vierge et la Grande Ourse. Si l'objectif est atteint, il est l'heure de faire une sieste bien méritée de deux heures avant d'entamer le sprint final ! Il est 3h, le Serpentaire est bien monté suivi du Scorpion et du Sagittaire, c'est à nouveau la course pour décrocher une nouvelle trentaine de Messier et le temps presse parce qu'à 5h30 c'est déjà le crépuscule astronomique et le ciel est de moins en moins noir pour finir avec M2, 72 et 73 dans le Capricorne et le Verseau. Si l'on a raté M110, 76 et 103 en début de nuit, c'est le moment d'essayer de les débusquer lorsqu'ils remontent au-dessus de l'horizon nord-est pour clore en beauté ce marathon avant le retour de l'aube. Vous en sortirez épuisé d'avoir parcouru en une nuit l'équivalent de 1,645 milliards d'années-lumière! Bien sûr, cette course de légende doit être minutieusement préparée à l'avance pour que l'aventure tourne comme sur des roulettes. Il faut bien connaître les constellations, s'aider d'atlas et de cartes et s'entraîner auparavant pour savoir où trouver tous ces Messier! On peut faire le marathon avec des jumelles, une lunette ou un télescope. Aux jumelles ce sera évidemment plus rapide tout comme avec un télescope équipé d'un Goto. Mais le vrai marathon de Messier se fait plutôt à l'oeil et au télescope manuel. Avec mes amis Timm et Dietmar, cette course se ferait au pas de charge et l'affaire serait vite réglée! Il faudrait que je leur propose un jour de le faire là-bas lors d'un séjour en Afrique du Sud. En 1806, Messier a 76 ans et Napoléon en personne lui remit la Légion d'Honneur. Reconnaissant et désireux d'obtenir un soutien financier, le vieil astronome publie un mémoire dans lequel il dédie la comète de 1769 à l'Empereur ce qui déplut fortement à toute la communauté scientifique. Malvoyant et affaibli, Charles Messier décède à Paris le 12 avril 1817, il est enterré au cimetière du Père-Lachaise où les étoiles continuent de veiller sur lui, encore que il y a belle lurette que les étoiles ont disparu du ciel de Paris. Dommage que le bicentenaire de sa mort soit passé totalement inaperçu dans la presse spécialisée en 2017... Finalement la comète de 1769 ne s'appela jamais Napoléon et vous savez la meilleure? Il existe encore aujourd'hui une loi française interdisant d'appeler un cochon Napoléon. Vous aurez certainement lu dans mes récits Out of Stellaland que j'ai baptisé Napoléon l'un des coqs de notre ferme Stargate en Afrique du Sud, mais vous ne pouvez pas dire que j'ai enfreint la loi puisque cela se passe en territoire étranger! Hier soir le ciel était bon en Lorraine et j'ai décidé en quelques minutes d'aller sur mon site habituel avec mon télescope dobson 500 pour faire ce marathon. J'ai commencé à 20h30, trop tard pour M74, 77 et 79, mais j'ai vite trouvé le bon rythme pour arriver à 57 objets jusqu'à 23h30. Puis j'ai fait une pause jusqu'à 1h. Malheureusement le ciel s'est couvert à ce moment-là et j'ai dû interrompre mon marathon. J'ai encore observé quelques galaxies de la Vierge et de la Chevelure avant de rentrer. En tout cas, merci Charles Messier pour ce grand catalogue qui nous offre ce que le ciel boréal a de plus beau. Je me devais de rendre hommage à ce grand Lorrain en cette période équinoxiale où l'attrait du Sud agit sur moi comme un aimant. Le 5 avril je m'envolerai à nouveau avec Timm et de nouveaux amis allemands pour une nouvelle demi-lunaison riche en aventures et en découvertes sous le merveilleux ciel étoilé du Stellaland. Le Petit Prince m'y appelle et il est irrésistible! Un lien pratique sur le marathon de Messier < http://www.astrosurf.com/luxorion/marathon.htm Portez-vous bien et que les cieux vous soient ouverts! " Fais de ta vie un rêve, et d'un rêve, une réalité." (Antoine de Saint-Exupéry) " Regardez vers les étoiles et pas vers vos pieds!" ( Stephen Hawking) Adieu Monsieur Hawking, vous allez bien nous manquer! Patrice S.
  23. 2 points
    Bonjour, Je vous présente NGC3184, une petite galaxie de 6.9'x6.8' située dans la grande ourse à 30 millions d'années-lumière. Magnitude apparente de 9.7 2 soirées compliquées avec pour la L seulement 17 poses de 5min en Bin1, un guidage un peu à la limite qui m'a donné un léger étalement d'1 pix...grrrr Et là 2eme soirée avec pas mal de vent et des nuages qui m'on obligé à stopper après seulement 8 poses de RGB. Du coup la LRGB fut difficile à réaliser mais bon je suis quand-même content d'avoir une image à montrer Je suis passé par Regim pour la correction de la couleur La dernière supernova date de 2016, on peut encore la voir même si elle est maintenant un peu faible. C9.25 à f10 (2350mm) + Eq6 kit rowan + CCD sigma1603ME + DO lodestar L: 17x5min (1h25') R : 8x150s bin2 V : 8x135s bin2 B : 8x210s bin2 Traitement iris + CS5 et guidage via PHD2 Assistance via maxpilot pour divers opérations EDIT 12-03 19h50' une nouvelle version avec entre autre plus de bleu, merci Christian le pro des galaxies
  24. 2 points
    UNE PETITE VEILLEE DU SAMEDI SOIR, LE 11 MARS 2018 Bonjour Voici une petite observation faite hier soir depuis l'Ile de La Réunion, en attendant en principe, une belle virée prochainement au volcan... Au programme, un amas globulaire, Messier 68. Il se situe dans la constellation de l'Hydre. Au T280, l'amas est déjà piqueté d'étoiles de partout. Il va sans aucun doute se métamorphoser à plus de 2000 mètres d'altitude. Le dessin a été effectué à l'aide du Nagler 17mm (164x) L'autre cible de la soirée fut une jolie petite nébuleuse planétaire qui, à son tour, devrait dévoiler quelques structures intéressantes sous des cieux plus purs. Les lumières de la commune en effet dégradent sensiblement la qualité du ciel même si ça reste gérable. Cette nébuleuse se nomme NGC4361. Elle est de magnitude 10,1. Son centre est marqué par la présence très prononcée de l'étoile centrale. Le filtre OIII permettra de distinguer des nuances dans la nébulosité sphérique l'entourant mais, comme chacun sait, l'OIII assombrit aussi considérablement l'objet et le ciel des bas ne suit pas en terme de qualité. Je verrai ça cette semaine si tout va bien côté météo. Enfin, bien que ce soit encore délicat en terme de turbulence, Jupiter aux alentours de 2H00 du matin monte suffisamment haut dans le ciel pour se laisser prendre en photo. Mais l'image avait bien du mal à se stabiliser. Bref, un premier bonjour adressé au roi du système solaire, mais il y aura du mieux sans aucun doute ! Beaucoup de mal à obtenir une image plus fine. Bon ciel à tous ! gildas
  25. 2 points
    Bonjour, Voici un autre objet qui mérite l'attention, situé cette fois dans la constellation du Cancer. Ngc 2750 est une spirale vue de face, un objet assez difficile de faible magnitude surfacique. Elle mesure 2' d'arc pour une distance estimée à 125 millions d'AL. Son disque est curieux, de forme asymétrique avec un coeur un peu décentré. Sa magnitude de 12.1 est probablement un peu optimiste pour un astrophotographe. C'est sans doute un "Arp manqué" vu sa morphologie et son bras très massif qui déborde de la structure principale. La teinte est dans l'ensemble assez bleue. Juste au dessus remarquez la tite galaxie annulaire, en forme de disque. Elle est de magnitude 16.5, très loin en arrière plan à plus de 650 millions d'AL. Le couple de galaxies à gauche de l'image est encore plus lointain, à 900 millions d'AL, mais ce n'est pas grand chose si on examine la distance qui nous sépare de 3 quasars visibles sur l'image, situés au fin fond du cosmos à 11.5 milliards d'AL. L'étoile bleue à gauche est de magnitude 9.7, c'est SAO80618 à 192 années lumière. 22 x 5 mn de pose à 0.5"/pix au C11HD F10 et la Sbig ST10XME Image acquise le 06/03/2018 depuis la région Lilloise, SQM 19.4 et seeing 1.8" d'arc en pré image. R et B bin2 , 25 mn par couche, vert synthé via Iris. Acquisition MaximDL Traitements Iris et PS CS2 Image 2000 pix : Que voit on sur une pose de 300 secondes à 2.8 metres de focale ? : Amicalement Christian http://www.astrosurf.com/chd http://www.astrosurf.com/arp
  26. 2 points
    bonjour à tous ! un peu de soleil ce matin , j'ai décidé d'explorer le soleil , je n'ai pas trouvé de tache , même pas une petite !! alors j'ai essayé la granulation , turbulence assez prononcée , le filtre rouge s'en est mieux sorti ! cff300 f/d de 20 asi 178mm binx2 filtre rouge astro solar d : 5 as3 ond registax cliquez pour la 100% lien vers 150% : https://www.noelshack.com/2018-11-3-1521045841-granulationx1-5.png 10h40 loc : bon ciel ! polo
  27. 2 points
    Bonjour la belle est maigre, mais je suis à l'affut , bonne chance
  28. 2 points
    Oui ! Et j'en entends encore régulièrement des OPLV lors de soirées publiques ... ou privées ! La Vache !!!
  29. 2 points
    Vous avez déjà entendu parler de la classification des objets céleste de type LV, OLV et OPLV ? Copyright by Joël Cambre
  30. 2 points
    Ce que faisait un certain . . . ah comment déjà . . . heu . . . John Dobson non ?
  31. 2 points
  32. 2 points
    Grace à une CG5 bien **** !! la moitié des poses sont passées à la corbeille... reste seulement 32 poses d'une minute, la rosette fait bien pale figure... au moins elle est bio lol !! loin d'etre évidente ! Souvenir de la session, en pleine campagne sur une vielle route désaffectée LoL. (pas de sanglier dans le coin ce soir.. °u°)
  33. 2 points
    bonjour ! bravo alain et mamish! vos versions montrent bien qu'il y avait de la marge dans le traitement ! polo
  34. 2 points
    Avec ou sans bruit ces images sont plutôt sympas, t'as pas perdu ta soirée ! Puisqu'on s"amuse, j'ai repris l'image retouchée par AlainG et l'ai complétée d'une réduction des bruits (chromatique et luminance), appliqué une petite réduction d'étoiles et remis un poillième de contraste. MM
  35. 2 points
    c'est pas sur le capteur (= au plan focal), sinon ça serait net. là un peu plus haut, il passe encore de la lumière et le flat va pouvoir faire son travail. Pour le flat, il faut rester dans la zone de linéarité du capteur. Donc le max doit être à 2/3 du max possible d'ADU. Le min devrait être à plus d'1/3 du max d'ADU idéalement, sinon ça va vraiment devenir difficile à corriger, le signal à bruit sera trop mauvais dans les zones sombres par rapport au reste. Te dire si ton flat est bien ou pas dur à dire. Il faut que tu traite avec et sans le master flat et voir si tu améliore ou pas. Flat sur le ciel, pas besoin du Tshirt. Tu le fait directement sur le ciel, au sud, légèrement à l'ouest avant le lever du soleil ou à l'est après le coucher du soleil, en arrêtant le suivit sidéral et en en faisant une bonne cinquantaine, pour pouvoir virer les trainées d'étoiles ensuite.
  36. 2 points
    Un groupe galactique en interaction Lors du week-end du 23-24 février 2018, la météo nous avait encore gâtés et nous permis de faire un peu d’imagerie ciel profond. Comme la Lune était plutôt présente, nous avons décidé de ne pas aller sur le site du Mémorial mais plutôt de faire de l’astrojardin en utilisant nos filtres CLS (anti-pollution lumineuse). Le premier soir, nous avons tous deux pointé la ceinture d’Orion. Denis n’eut que des ennuis techniques, à tel point qu’il songeait sérieusement à revendre tout son matériel. Quant à moi, aucun souci majeur si ce n’est les cheminées des voisins dont les fumées s’étaient invitées sur toutes les poses. Tout le travail de la soirée était bon pour la poubelle. Pour Denis, heureusement, la fin de soirée fut plus souriante et nous nous sommes promis de remettre ça dès le lendemain. Le samedi soir, nous voilà tout deux à pointer les « nébuleuses de Bode », au nord, plus connues sous le nom de Groupe de M81. Le groupe de M81 est un groupe de galaxies dont le centre est situé dans la constellation de la Grande Ourse à environ 11,8 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Plus d'une trentaine de galaxies ont été identifiées au sein de ce groupe, dont M81 et M82 sont les plus notables. Elles furent découvertes par Johann Elert Bode le 31 décembre 1774, puis indépendamment par Pierre Méchain en 1779 qui les signala à son ami Charles Messier. Les galaxies M81 (en haut à droite), M82 (à gauche) et NGC 3077 (en bas à droite) sont en interaction gravitationnelle étroite entre elles causant la formation de filaments d'hydrogène atomique entre ces galaxies ainsi que l'effondrement gravitationnel de gaz interstellaire au cœur de M82 et NGC 3077, provoquant au sein de ces dernières un sursaut de formation stellaire. Ce soir-là, j’ai pu pousser le vice à tenter des poses unitaires à 3 mn… et cela a plutôt bien marché. C’est sûrement dû à la position près de Polaris qui a permis ce bon suivi. L’image en résultant est plutôt sympa mais il faudra que je retente ce trio sans filtre CLS ;) Photo prise le 24 février 2018 à Ayguemorte-les-Graves (33) – Canon 350D défiltré (avec filtre CLS) au foyer d’une lunette 100/900 Skywatcher sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 55 poses de 3 mn – 15 DOF – ISO 800 – IRIS et Toshop.
  37. 2 points
    L’Arbre de Noël céleste Revenons à 13 mois en arrière (eh oui, j’ai du retard dans mes traitements d’images)… En ce mois de février 2017, les conditions météo étaient passables mais assez bonnes pour tenter une sortie. J’en ai profité pour pointer cet amas d’étoiles peu connu qu’est NGC 2264, aussi appelé l’amas de l’Arbre de Noël, en direction de la constellation de la Licorne. Cet amas d’étoiles ouvert est situé à 2.080 années-lumière de nous, a un diamètre d’environ 24 années-lumière et est âgé d’environ 9 millions d’années. Il a été découvert par William Herschell en 1784. L’amas est entouré d’un vaste complexe nébuleux qui fait environ 3° dans le ciel (6 pleines Lune). Ce complexe comprend des nébuleuses en émission, des nébuleuses par réflexion et des nébuleuses obscures. A gauche de la photo, on aperçoit la nébuleuse du Cône, une dense nébuleuse obscure de gaz et de poussière. L’étoile juste à côté du cône représente la pointe de l’Arbre de Noël. L'étoile la plus brillante, au centre droit, est S Monocerotis (en réalité une étoile triple) et représente le pied de l’arbre. La nébuleuse de la Fourrure de Renard, en-dessous de S Monocerotis, est à peine visible sur l’image. Malheureusement, les passages de voiles nuageux m’ont obligé à jeter pas mal de poses. Et c’est justement là qu’il en faut pour bien révéler toutes ces magnifiques nébuleuses présentes dans le secteur qui forment à elles toutes les décorations de ce céleste Arbre de Noël ! L'image a un rendu un peu féerique et fantomatique qui me plaît bien. Encore un objet à retenter dès que cela sera possible ;) Photo prise le 17 février 2017 à Saucats (33) – Canon 350D défiltré au foyer d’une lunette 100/900 Skywatcher sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 74 poses de 2 mn – 15 DOF – ISO 800 – IRIS et Toshop.
  38. 2 points
    Les brillants bébés de la Crèche Revenons encore à 13 mois en arrière (eh oui, j’ai du retard dans mes traitements d’images)… En ce mois de février 2017, les conditions météo étaient passables mais assez bonnes pour cumuler les sorties... et les photons. Ce soir-là, les voiles nuageux m’obligèrent à me détourner des nébuleuses. Je me rabattis sur un célèbre amas ouvert dans la constellation du Crabe. Catalogué par Charles Messier sous le numéro 44, mais également NGC 2632 et connu sous les noms de Praesepe, la Ruche ou la Crèche, cet amas était connu dans l’Antiquité. Il faut dire qu’il est parfaitement visible à l’œil nu, dans un ciel noir, comme une nébulosité au centre du Crabe céleste. Avec une simple paire de jumelles, on peut résoudre plusieurs dizaines d’étoiles. D’ailleurs Galilée fut le premier à résoudre l’amas en étoiles avec la lunette en 1610. En vrai, la Crèche contient au moins mille étoiles liées entre elles par la gravité. L’amas est situé à environ 560 années-lumière de nous et est âgé d’environ 600 millions d’années. J’ai été agréablement surprise du résultat final qui s’avère « étincelant ». Je savais que je n’aurais pas beaucoup de poses et j’ai poussé les ISO plus haut qu’habituellement. Je pensais que le fond du ciel s’en ressentirait cruellement… mais pas tant que ça en fait. L’amas est richement coloré et vaut le détour photographique… d’autant, qu’en scrutant la full, on trouve tout un tas de minuscules galaxies. Je recommencerais donc, là aussi, sous des cieux plus cléments ;) Photo prise le 18 février 2017 à Saucats (33) – Canon 350D défiltré au foyer d’une lunette 100/900 Skywatcher sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 31 poses de 2 mn – 7 D & 15 OF – ISO 1600 – IRIS et Toshop.
  39. 2 points
    Le PERL JPM bas de gamme? Je m'offusque. J'ai encore deux JPM 115/900 qui associés avec de bons oculaires OR me donnent de magnifiques images. Y compris en ciel profond ! En voici un qui a la classe: Avec ce set-up Pascal nous fait des photos du tonnerre. Pour s'en convaincre, il suffit de visiter son site. http://www.astrosurf.com/pascalc/ Pascal, si tu nous lis, je t'en pris viens défendre le bon vieux JPM.
  40. 1 point
    Bonjour, IDFM Radio Enghien vous donne rendez-vous le vendredi 16 mars de 17H15 à 18H00 pour l’émission A toi les étoiles. Thème : Le mécanisme d'Anticythère, un instrument astronomique vieux de 2000 ans Invité : Frédéric Lequèvre, Docteur en physique Note : cette émission était programmée à l'origine le 19 janvier, mais a été reportée, en raison de l'indisponibilité de Frédéric Lequèvre. Vous pourrez écouter l’émission dans toute l’Ile de France sur les 98.0 FM et/ou Internet à l’adresse suivante : http://www.idfm98.fr Il est possible de vous procurer les précédentes émissions. Plus d'infos ici : http://www.astrosurf.com/ubb/Forum4/HTML/001117.html Franck
  41. 1 point
    Yann, pas mal cette idée... faudra prévoir des thermos de Redbull
  42. 1 point
    Huit personnes sur dix que nous recevons à l'observatoire n'ont jamais observé à travers un instrument de grand diamètre. Ce qui est gratifiant lors des séances publiques c'est de voir l’émerveillement dans les regards. De toutes les cibles célestes proposées celle qui provoque à chaque fois cet émerveillement c'est bien Saturne. Voir de ses propres yeux les anneaux de Saturne parfaitement définis provoque des "ouah" d'admiration que je ne me lasserai jamais d'entendre. Alors quand on leur propose d'aller beaucoup plus loin...c'est carrément le vertige.
  43. 1 point
    Très Jolies couleurs. Traitement en douceur très sympa !
  44. 1 point
    Moi aussi j'aime bien le rendu étincelant, ainsi que les couleurs des étoiles. Belle image Corinne !
  45. 1 point
    Ben elles sont super chouettes tes 5 nébuleuses d'un coup Et magnifiquement traitées Et cet été, quand tu en seras aux mouches, c'est 7 d'un coup Bonne journée, AG
  46. 1 point
    Excellente approche dans le ciel austral. -Jacques -
  47. 1 point
    Parfait, merci Petit Ours, je vais essayer de virer le correcteur, voire mettre la bague T2 de l'Omegon, et voir ce que ça donne. Le plus fou, c'est qu'à l'œil, rien ne vignette: il est gros le correcteur!
  48. 1 point
    Des poses de 2mn sans autoguidage, je suis admiratif J'aime beaucoup le traitement assez soft et la couleur des étoiles. Elle se débrouille bien la petite nouvelle Bonne soirée, AG
  49. 1 point
    Vraiment agréable à voir ! Les couleurs sont là, discrètes, mais comme il faut. Claude
  50. 1 point
    Pour revenir au sujet, Voici le liste complète des Meade Research-Grade "ORTHOSCOPIQUES". Le 26,6 mm m'avais complètement échappé !!