Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 12/16/18 in all areas

  1. 16 points
    Après quelques mois d'absence, qui correspondent à pas mal de remises à niveau de la monture, du train optique et de mon utilisation de Pixinsight, me voici de retour avec cette première image acquise début décembre. Je garde un peu de coma dans les coins, le réducteur de focal dédié Edge HD n'est pas aussi parfait que veut le faire croire Celestron ... Si quelqu'un a une idée / a testé un réducteur de focale qui tienne vraiment la route pour un C11 Edge HD, je suis preneur C11 Edge HD, réducteur de focale Célestron x0.72, ATIK 4000 MM, Paramount ME Logiciels CCD AP MaximDL Pixinsight 6 poses unitaires de 600 secondes en filtre L, R et B. G synthé. Résolution de 0.78" Découverte le 9 mars 1788 par William Herschel, NGC 2841 (= CG 1823) est une galaxie spirale de magnitude 9 de type SA(r)b de la Grande Ourse. Per Dreyer l’a décrite comme "très brillante, grande, très étendue, très soudainement équivalente à une étoile de magnitude 10". En se fondant sur une vitesse de récession de 640 km/s et sur le décalage spectral vers le rouge, sa distance est estimée de 30 millions d'années-lumière, ce qui ne concorde pas avec les estimations de distance indépendantes du redshift (de 40 à 85 millions d’années-lumière, elles-mêmes ne concordant donc pas beaucoup plus entre elles). La distance généralement admise est de 46 millions d'années-lumière. En utilisant cette distance et la taille apparente de la galaxie de 8,1 x 3,5 minutes d'arc, NGC 2841 mesurerait environ 110 000 années-lumière ; mais elle est souvent donnée comme mesurant 150 000 années-lumière, ce qui suggère que les estimations de distance plus grandes sont encore d'usage courant. NGC 2841 est une galaxie spirale régulière (barrée du bulbe, mais nous y reviendrons un peu plus tard) de type précoce plutôt isolée, sans aucun signe morphologique d’interaction passée (NED répertorie NGC 2841 en tant que galaxie de Seyfert de type Sy 1 et en tant que galaxie "isolée"). Elle possède un noyau LINER faible et une structure spiralée floculante. Le noyau galactique est chimiquement découplé, plus riche en métal que le renflement environnant d’un facteur de 2,3. Crop Elle présente un nombre relativement restreint d’étoiles jeunes dans ses bras, qui éclairent de rares régions de gaz chaud. Cette observation a fait évoquer qu’un stade précoce de formation intense d'étoiles avait peut-être balayé les gaz susceptibles de former de nouvelles étoiles dans les régions centrales de la galaxie, hypothèse semblant trouver sa confirmation dans les études du rayonnement X par Chandra qui révèlent des émanations rapides de gaz par des étoiles géantes et des explosions de supernova au sein du disque, visibles sur la photo ci-dessous sous la forme de bulles de gaz chaud qui se dilatent rapidement pour s'élever au-dessus du disque. Cette magnifique image est une preuve directe de ce processus, montrant ce processus des « cheminées galactiques » qui répandent du gaz chaud enrichi en métal du disque des galaxies vers leur halo. NGC 2481, à travers quelques publications, par ordre chronologique : 1999 : L’observation d’un petit « anneau polaire » de gaz ionisé autour du noyau avec une rotation dans le plan strictement orthogonal au plan galactique (qui est également le plan de rotation des étoiles du centre de la galaxie) révèle par deux astronomes russes de façon indirecte deux zones de « contre-rotation » au sein du bulbe (dans un rayon compris entre 10 "et 100"), visibles toutes les deux à travers le disque au nord-ouest du centre galactique. En effet, ces anneaux de gaz « polaires » sont normalement considérés comme des signatures d’interactions galactiques ou de fusions mineures ayant entrainé une accrétion de gaz ; et les auteurs avaient assez astucieusement soupçonné qu’un tel événement n’aurait pas affecté uniquement le centre de la galaxie. A titre personnel, ça faisait longtemps que je n’avais pas lu un papier scientifique russe. On y reviendra ci-dessous toutefois. 2007 : Puisqu’elles présentent une morphologie très similaire d'anneaux de poussière, une étude comparative japonaise en spectre IR de NGC 2841 et de NGC 2976 révèlent que leurs anneaux ont des caractéristiques très différentes, NGC 2481 présentant un anneau de poussière « froid » et des températures assez variables, NGC 2976, un anneau de poussière chaud avec des températures relativement uniformes. NGC 2841 présente par ailleurs une composante de poussière chaude détectée à partir du centre qui pourrait être attribuée au chauffage provoqué par son noyau LINER. 2009 : Pour la blaguounette, tentative italienne de classification morphologique des galaxies par isophotes (schématisation de l’architecture de la galaxie par des lignes d'égales luminosités - méthode 1, cf image de gauche ci-dessous), méthode soustractive (méthode 2, f image de droite ci-dessous) et profils de luminosité (méthode 3). Ils incluent NGC 2481 dans une étude de….. attention, roulement de tambours.. QUATRE galaxies.. oui messieurs dames. Bon, je suis taquin. Ils ont l’air content de leur méthode, qui donne plutôt de bons résultats en ce qui concerne NGC 2481 mais les auteurs n’expliquent pas trop l’intérêt de la chose, si ce n’est qu’il y a une concordance entre les données fournies par SIMBAD et leurs résultats, comme on peut le voir ci-dessous (iimage centrale). Mais de là à dire « bonne concordance » … une galaxie sur les 4 de l’étude (M85) ne rentre pas dans le moule…. Ca sent la publication pour la publication. 2016 : juste pour le plaisir de la photo : A gauche, la distribution HI de NGC 2841 superposée à une photo sur émulsion Kodak IIIaJ !! Ca parlera aux vieux dont je suis ! 😊L’encart adjacent montre une image « optique ». Le panneau du milieu montre les modèles de contrainte. A droite, un modèle de masse ajusté à la courbe de rotation superposée à l'échelle sur une image obtenue à partir du SDSS. L'ellipse centrée sur l'image de la galaxie décrit les dimensions de Holmberg de la galaxie (= mesure de la taille d'une galaxie fondée sur la luminosité de sa surface observée. Ainsi, le Rayon de Holmberg est le rayon pour lequel la luminosité de la surface est de 26,5 magnitudes par seconde d'arc carré en lumière bleue, ce qui représente environ 1 à 2% de la luminosité du ciel nocturne). 2017 : une nouvelle fois, un autre petit échantillon de 4 galaxies dont NGC 2481 a servi de test de modélisation à travers le logiciel DiskFIT que vous pouvez télécharger ici (DiskFit est un code permettant de modéliser des asymétries en photométrie (images d'ajustement) ou en cinématique (champs de vitesse d'ajustement) des galaxies à disques) : Son emploi ne s’adresse clairement pas aux Astrams, comme vous pourrez le voir dans le papier, mais on peut tirer de la lecture de l’articule une remarque assez intéressante des auteurs sur NGC 2481 et qui donne le titre de ce post… NGC 2841 ne présente pas manifestement pas de manière évidente de « barre » et la galaxie n’est d’ailleurs pas classée dans les catalogues comme étant de type « barrée » : elle est classé SA(r)b dans le troisième catalogue de référence des galaxies lumineuses (de Vaucouleurs, 1991), Sab sur SIMBAD (à l'époque de la publication) et Sb dans la cohorte THINGS. Pourtant, des observations du noyau en filtre Hα et en [NII] par Keel dès 1983 évoquent la présence d’une barre interne (dans les 10’’), confirmée par la suite par décomposition triaxiale du halo par Varela et par l'étude des Russes Afanasiev et Sil’chenko (cf. supra). Comme les auteurs le remarque, donc, ces données sont en fait cohérentes avec les résultats obtenus par DiskFit, mais curieusement il n’est fait nulle part mention d’une barre chez NGC 2841 dans les différents catalogues (elle est effectivement classée SAa C sur Simbad à la date du 16 décembre 2018,) Sources : Global Structure and Kinematics of the Spiral Galaxy NGC 2841. V. L. Afanasiev et O. K. Sil’chenko. 1999. The Astronomical Journal, Volume 117, Issue 4, pp. 1725-1732. Far-infrared distributions in nearby spiral galaxies NGC2841 and NGC2976 observed with AKARI/FIS. H. Kaneda, T. Suzuki, T. Onaka, Y. Doi, M. Kawada, B.-C. Koo, S. Makiuti, T.Nakagawa, Y. Okada, S. Serjeant, H. Shibai and M. Shirahata. Mai 2007 Morphological classification of M85, NGC 4394, NGC2336, NGC2841 F. Bazerla , A. Cristofoli, E. Delibori, D. Fraizzoli, A. Susca. Il Cielo come Laboratorio, 0. A.S. 2008-2009 Dark matter and ISM in THING galaxies. E. de Block. Astron. Netherlands. Green Bank. Avril 2012 Extended HI disks in nearby spiral galaxies. A. Cosma. Formation and evolution of galaxy outskirts Proceedings IAU Symposium No. 321, 2016 Photometric and kinematic DiskFit models of four nearby spiral galaxies. W. Peters, R. Kuzio de Naray. 2017, MNRAS, 469, 3541
  2. 14 points
    Bonjour Hier le ciel c'est ouvert un peu mais pas toute la nuit j'ai sortie vite fais le C8, une petite heure de mise en temperature pour essaye de ne pas perdre la main Whaou j'ai pas penser a essayer la comète mais bon chez moi les lumières s'éteigne a 1 heure et les nuages était prévu pour 22 heures Donc j'ai commencé par un shoot au sc8 A7s au foyer en mode video faut pas grossir car c'est pas tres fin Puis j'ai essayer la 178 MM avec la barlow 1.8x c'est la que je me suis apercu que ca bouillonnais même avec l'ir 640 J'ai décide de faire un petit coucou a Mars bein c'est petit et elle doublais presque de volume avec les turbulences et je suis assez cotent du résultat au vu des conditions Sc8 barlow 1.8x adc zwo ir cut pour la couleurs et ir pass pour la nb 178 MM ir 640 224 MC ir cut Voila ca fais du bien d'avoir un petit créneau même si on peut espéré mieux comme condition Bonne journée et bon ciel Merci Gégé
  3. 11 points
    Salut les amis, un petit croissant pour participer un peu. Soirée très glagla avec une lune très turbulente malheureusement, d'où une réduction importante de 60% pour cacher la grosse misère ! C8 + 120MC au foyer. 15 sers de 2500 à 2800 images, 300 images retenues par film sous AS2. Traitement de la couche rouge sous Iris. J'ai fait une première série de poses sur la comète Wirtanen le 14, M45 était déjà dans le même champ avec une focale de 85mm ( Sony A7s ). Comme c'est fait avec le soft Remote ( intervallomètre ), je n'ai pas encore regardé les résultats...Je croise les doigts.
  4. 11 points
    S'lut à tous, une petite imagette de M78 en passant. Ca fait longtemps que j'avais pas obtenu d'image sympa de cet objet, alors comme la turbulence n'était pas trop mauvaise fin novembre et début décembre à l'Observatoire de Nice, j'ai tenté le coup. (La semaine dernière, c'était tout le contraire: ma 2è pire nuit depuis 10 ans, niveau turbulence...) J'ai fait la luminance sur 3 nuits (ça m'a permis de repérer une flopée d'étoiles variables ). Je pense continuer si le temps le permet pour affiner beaucoup plus les nuages. L: 10x250" + 20x120" R: 3x360" V: 4x280" B: 6x360" Foyer primaire du Cassegrain (400/6000), à 2m de focale (400/2000, donc...) Traitement Iris et PaintShop Pro. Matthieu
  5. 9 points
    Salut, Bah comme il me manquait une grosse boule bien verte pour mon sapin de Noël, elle a bien fait de passer cette comète 46P/Wirtanen... Un créneau de beau temps la nuit du 13 décembre pour lui tirer vite fait son portrait au téléobjectif avant de replonger dans les ténèbres de décembre et cette météo pourrie. 13 décembre 2018 de 22:54 à 23:48 HL Téléobjectif Canon EF600 f/4 L IS USM II Boitier Canon EOS 6D 60 x 45s à 1600 ISO Traitement : Iris, MaximDL et CS2 Bonnes fêtes à toutes et à tous, Marc
  6. 9 points
    Salut, j'ai pu profiter d'une eclaircie pour filmer les Géminides , j'ai utiliser ma 224mc avec un objectif de 12mm ( pas celui founie avec la camera). 2800 poses de 10s gain 300. J'etais present en debut de soirée et c'était assez impressionnant, normalement l'année 2019 serait excellente avec tout les voeux que j'ai fait!
  7. 8 points
    Avec notre lunette de 127mm, plus de 19h de poses cumulées en Ha, L RVB et voici la célèbre "Tête de Cheval" alias Barnard 33 devant les rideaux rouges de IC434
  8. 8 points
    Bonjour les astromaniaques! Pas facile de choper cette comete! Mais jeudi 13 j'ai eu une ouverture, comme aurait dit Jean-Claude Dusse... J'ai eu droit a une demie heure de bonheur.. et retour des nuages. Pas facile les cometes, et tres deroutant pour un planeteux comme moi, j'ai eu un mal fou a aligner, et ensuite traiter. Une dizaine de minutes cpturée avec sharpcapture, avec flextube 305, correcteur/reducteurx0.9 sur 224c donc F/D de 4,4 (sans adc evidement). Pré-alignement avec pipp, stacking par paquet de 100 images avec AS3, et retouche gamma+correction couleur image par image avec photoshop, et gif realisé à nouveau avec pipp. La couleur semble moins verte que ce qu'on voit sur le forum: c'est parceque j'ai capturé avec un reglage prévu pour rééquilibrer les couleurs de capture prévu pour jupiter, afin de donner des couleurs naturelles, et corriger l'excés de vert dû au capteur imx224, et compenser le deficit de bleu dû a l'atmosphere: Je pense que cette couleur est plus fidele à la réalité. Mais comme la correction etait un peu forte (prevue pour des planetes basses sur l'horizon) il a fallu que je recorrige un peu ensuite.. Resultat un peu "bof".. Le ciel n'etait pas tout a fait pur, et ça se sent.. Version sans correction de gamma Bon Dimanche!
  9. 8 points
    Bonjour, Pas facile de choper cette comète vue la météo que nous avons en ce moment (quel samedi ). Mais cette nuit, vers 4h, il y avait quelques trouées (petites et très très courtes )alors j'ai tenté de l'imager simplement avec ma Star Adventurer et mon Canon EOS760d. Un grand champ avec le Samyang : Ajout des aigrettes sous Photoshop 46P Wirtanen-20181216_f by Frank TYRLIK, sur Flickr Et un petit zoom pour choper la comète bien cadrée entre le Taureau et les Pléïades : 46P Wirtanen-20181216_d by Frank TYRLIK, sur Flickr Quelle galère ces nuages ! 46P Wirtanen-20181216_a by Frank TYRLIK, sur Flickr Il restait encore quelques Géminides mais évidement, aucune vers la comète. A 5h, j'ai tout replié car la comète plongeait vers l'Ouest qui est pollué chez moi. Frank
  10. 5 points
    Bonsoir à toutes et tous , Est-ce que ça va durer encore longtemps …………….? Polo , en veut toujours , alors on continue Newton maison de 400 , miroir Skyvision de 400 F/D 4 en Zerodur , Barlow Clavé de X2 , ASI 224MC + ADC PA , capture avec Genika Astro , traitement AS!3 et R6 . Mars en RGB le 10/12 à 18h13 TU , caméra ASI 224MC , Drizzle de 1.5 dans AS!3 . à 18h18 TU . Drizzle de 1.5 dans AS!3 . Gif de 7 images de 18h31 à 18h57 TU , caméra ASI 290MM avec filtre IR 742 . c'est pas fameux hein ? ********************************************************************************************************************************* Mars du 14/12 , juste une petite session par une soirée des plus froide que j'ai eu ……. pas loin de - 3°/4 ressenti au moins du + plus que ça c'est pas grave …… on y croit encore Mars en RGB le 14/12 à 17h32 TU , alors là ………. attention on à pas fait semblant , Barlow Antarès de X3 + Barlow Clavé de X2 + ADC PA + caméra ASI 224MC les images sont à la taille de capture , pas de bidouille où j ' ne sais trop quoi à 17h36 TU . une version B&W Iris , vite fait pour voir ……………. Michel
  11. 4 points
    J'avais posté ça en octobre : des simulations du survol (l'exemple pris est Phoebe) pour illustrer la résolution attendue
  12. 4 points
    Qu'on laisse Mars aux sondes inhabitées, aux rovers, au atterrisseurs robotisés. L'être humain est conçu pour vivre sur Terre. On est synchronisés avec elle, que ce soit par l'ensoleillement, la luminosité solaire, la gravité, la pression atmosphérique… Y en a marre de ces fantasmes occidentaux de colonisations. L'espace n'est pas une nouvelle frontière à repousser, et notre avenir n'est pas dans cette zone morte. Je préfère regarder The Expanse ou Battlestar Galactica. Au moins, ça coûte moins cher que d'envoyer des gugusses sur Mars.
  13. 3 points
    C'est le titre d'un article sur les "red sprites" dans le dernier Science&Vie et l'occasion de vous parler un peu de ma passion pour ces phénomènes transitoires lumineux. Tout a commencé avec cette prise en juin 2016 avec le Sony A7s sur une pose de 10 secondes : 1) A partir de là, j'ai décidé de me consacrer à leur captation, c'était aussi le moment de recycler le matériel vidéo pour les aurores (enregistreur 4K Atomos Shogun). La plus intéressante survient le 21 janvier 2017 avec un orage sur la Sicile et une prise de vue au Grand Ballon soit 850 km de distance. Ici, la technique de prise de vue change, car cette image est issue d'une vidéo ( 1/25 s - 80000 ISO - Sony A7s - Nikkor 85/1,4 ) 2) La technique consiste à viser un orage multicellulaire ( c'est eux qui génèrent les red-sprites) en se trouvant dans une zone avec un ciel dégagé entre l'orage et le lieu d'observation). Sachant que ces phénomènes lumineux transitoires (TLE = Transient Luminous Event ) peuvent s'élever entre 20 et 80 km au dessus des orages, on peut espérer les photographier à plusieurs centaines de kilomètres. Le 28 mai 2017, un puissant MCS ( MesoScale Convective System) sévit sur le sud de l'Angleterre, je suis au Hohneck (Alsace - 550km) et durant plusieurs heures, c'est une déferlante de TLEs, l'image la plus significative est celle d'une salve de sprites dansants (Dancing Sprites) 3) Sony a7S - Nikkor 85mm/1,4 - stacking frame 1/25s - 80000 ISO Ici en vidéo : temps réel et ralenti : 20 juin 2017, en Croatie, on change de focale avec un 24mm, car ici, l'orage n'est qu'à 200 km. Pas besoin d'être en altitude pour photographier des TLEs : 4) Le 29 juillet 2017, au 35mm, depuis un sommet de la Forêt-Noire (HochBlauen) avec un orage sur l'Italie du nord (300 km), certainement la prise la plus détaillée ... 5) Quelques jours plus tard, c'était la fête sur nos crêtes vosgiennes avec des orages proches sur Nancy et Francfort, l'occasion de voir des formations inhabituelles ... ici avec une étoile filante : 6) Nikkor 24mm/1,4 Avec l'éclair générateur ... 7) Nikkor 24mm/1,4 Pour finir, l'image, la moins spectaculaire, mais celle dont je suis le plus fier, un ELVES ( Emission of Light and Very low-frequency perturbations from Electromagnetic pulse Sources ). Le 27 juin 2017 au Ballon d'Alsace avec des orages sur Neuchâtel en Suisse (Nikkor 14-24@14/2,8) 8) Voilà pour 2017 . En 2018, on remet çà avec pour objectif d'intégrer du paysage ou de l'architecture avec les TLEs Stephane
  14. 3 points
    Apres la tempete hier soir le ciel s'est degage au pico veleta, mais avec de la glace/neige partout et du vent par -9 C, ce qui ne donne pas envie de trainer dehors J'ai fait quelques photos avant de geler sur place - pendant celles-ci il pleuvait des geminides en grande quantite (3h du matin, radiant quasi au zenith, SQM=20.9): quasiment une toutes les 30secondes, si ce n'est plus. 7 min de comptage un peu pessimiste donnaient ZHR > 80, mais avec un peu de patience il y avait de quoi avoir une geminide bien cadree avec la comete, tellement cela donnait. Resultats mitiges, ci-dessous, sinon avec un extrait d'une video de 1.5 min ou j'en ai eu 3! 20 sec au 24mm a F/D=4: 20x5s au 70mm: extrait video de geminides: GEMINIDS141218-00033_f0832.avi Nicolas
  15. 3 points
    Bonsoir , Que la nuit fut bien froide , Température ambiante -5°C avec un peu de vent . Mais après 1mois 1/2 sans fenêtre de tir , j'ai bravé le froid en tenu de sport d'hiver . Plus de deux heures de pose , retenu 1h43 environ après traitement . Pas de quoi casser trois pattes a un canard mais le plaisir d'une petite nuit d' acquisition sous plusieurs filés d' étoiles filante . Materiel : SC8 edge Atik 314l+ sur Atlas Eq6 via eqmod . Guidage en parallèle lunette guide 60*230*2 avec barlow et ASI 224C Bon Weekend a tous .
  16. 3 points
    Avec le 350 NGC 2170, une nébuleuse sombre à l'ouest d'Orion LRVB 8h de pose Et une deuxième version
  17. 3 points
    Bonjour à toute l'équipe, En dépouillant mes dernières prises de vues j'ai remarqué une trace suspecte laissée prés de Ngc 673, une petite galaxie située dans le Sud de la constellation du Bélier. Comme d'hab je suis allé sur le site du MPC (Minor Planet Center) pour identifier ce cailloux baladeur. A ma surprise je n'ai rien trouvé... je sais que les chances de découvrir un nouveau cailloux sont infimes et j'ai probablement commis une erreur quelque part avec l'outil recherche du MPC.. Donc si quelqu'un connait bien ... Voici un recadrage de la zone avec pointage de la trace (qui apparait bien sur les brutes comme un signal), l'allongement montre un leger déplacement pendant les 90 mn de pose, sans interruption, curieusement cet allongement se traduit par 2 spots cote à cote, plutôt qu'un simple trait. Prise de vue Jeudi soir 13/12, banlieue Lilloise, entre 20 et 22 heures locales, coordonnées de l'objet indiquées en haut à gauche. Merci par avance pour d'éventuels avis, suis preneur, j'aime mettre un nom sur ces "minor planets".. : Amicalement Christian http://www.astrosurf.com/chd
  18. 3 points
    Salut, J'experimente depuis plusieurs mois la pose rapide sur l'A7s avec l'excellent Siril, en attendant de vous partager mes résultats sur d'autres objets, voici l'animation que j'ai réalisé sur 46P en mode pose rapide: poses unitaires de 0.5s sur Dobson Orion XX16g (suivi alt-azimutal) à 1800mm de focale. Cette animation est le résultat de l'empilement de 8000 RAW groupés 40 par 40 (40*0.5s par image) , la rotation de champ étant compensée en soft par l'alignement avec Siril. Je n'utilise pas de PC pour l'acquisition, juste l'A7s en mode prise continue avec l'obturateur activé et le dobson en tracking classique que je viens vérifier toutes les 15/20minutes pour le centrage de l'objet. Grace à Siril, je peux automatiser l'ensemble à partir des 8000 brutes : preprocessing, alignement/empilement, posttraitement et assemblage final en vidéo, tout est réalisé exclusivement avec Siril et un script externe en Python. Je réaliserai d'autres versions à partir des brutes en jouant sur le nombre d'images par groupe , sur la résolution finale de l'image/vidéo et sur le post processing (MTF uniquement pour l'instant), mais je voulais déjà vous partager mes premiers résultats. Voici le fichier vidéo exporté : https://drive.google.com/open?id=1IpMefdUrbf-Ezi0rObA3fCp-BxBxSRh3 Merci à @Impla007 et @lock042_CyrilRichard Au plaisir d'en discuter avec vous, Fabrice
  19. 3 points
    Bonjour à tous un petit souvenir aussi de cette belle comète dans la nuit de jeudi à vendredi j'ai galéré pour trouvé un gifanimator et pas moyen de d'inverser le sens de la marche on a l'impression qu'elle descend en faite elle monte APN 350D 9X2mn N254/1200 Bon WE
  20. 3 points
    Un bolide à défaut de comète A la demande d’un enseignant d’une classe de CM2 du village de Cérons en Gironde, les animateurs d’ASTRONOMIE GIRONDE 33 se sont déplacés dans cette commune du Langonnais pour offrir une animation astronomique le vendredi 7 décembre 2018. Les enfants et leurs parents s’étaient réunis à la salle des Fêtes afin de visionner un film et des photos issus de leur voyage dans les Pyrénées, voyage qui les a emmenés du Château d’Henry IV à Pau, jusqu’à la Cité de l’Espace de Toulouse, en passant par l’Observatoire du Pic du Midi. L’environnement autour de la salle était plutôt pollué par l’éclairage public et sportif. Mais comme les nuages et la pluie était de la partie, ce n’était point gênant. Après le film, un repas façon « Auberge espagnole » fut pris en commun. Ensuite, on montra aux enfants quelques photos sur des panneaux d’exposition et les instruments d’optique montés dans la salle. Des discussions s’entamèrent, des questions trouvèrent leurs réponses, chacun put assouvir sa curiosité. Puis il fut décidé de sortir avec un petit groupe d’enfants voir si les étoiles montraient le bout de leur nez… ce fut le cas ! Mars, les Pléiades, Aldébaran, etc. étaient parfaitement visible bien qu’un voile nuageux semblait présent. Et d’un coup, alors que tous les yeux regardaient vers l’est, un bolide passa à toute vitesse, brillant de mille feux, un peu comme une ampoule gonflée de lumière trainant un sillon lumineux. Il explosa en trois ou quatre morceaux rouge qui s’éparpillèrent avant de disparaître. Les enfants hurlèrent, s’excitèrent, tous persuadés d’avoir vu la comète dont on leur parlait tant ! Une animatrice, après avoir repris son souffle, tout aussi impressionnée qu’eux par la vision de ce météore, calma leur enthousiasme. Elle leur expliqua ce qu’ils avaient vu, revenant petit à petit à la réalité des phénomènes atmosphériques attachés à la Terre. Comme ce météore se déplaçait du sud-ouest vers le nord-est, il était exclu que ce soit une grosse Géminide. Après quelques recherches, il semble que ce bolide ne soit pas attaché à aucune pluie d’étoiles filantes mais est simplement un météore isolé, comme il en tombe tant. Des jumelles et une petite lunette permirent aux enfants et à leurs parents de mieux observer les Pléiades et M42. Il ne fallait pas espérer en voir plus, malgré les tentatives de pointer la comète Wirtanen. La pollution lumineuse était trop importante, même placé derrière la salle à l’abri des spots du stade. Il restait les rangées de lampadaires à quelques mètres en face de nous. Si la météo avait bonne dès le départ, l’enseignant aurait choisi d’aller mettre les télescopes à l’école où le site était bien plus noir. Quand la soirée prit fin, les enfants et leurs parents étaient ravis du peu qu’ils avaient pu voir, même si ce peu était assez frustrant pour les animateurs qui espéraient en montrer beaucoup plus ! Mais ce bolide restera graver dans leurs jeunes esprits et, nous l’espérons, feront de certains d’entre eux quelques futurs astrams qui viendront grossir les rangs des observateurs réguliers du ciel nocturne !
  21. 3 points
    Bonjour Les nuages étant revenus, je traite une image acquise il y a quelques jours, après avoir fait la comète P46. 20 poses de 5 minutes à 1600 iso avec le Canon 6D (refiltré Astrodon) au foyer d'une lunette Takahashi FS 152 mm à f/6. Traitement réalisé avec (l'excellent) Siril et retouches sous Lightroom. Patrick
  22. 3 points
    magnifique image , bien traitée , douce , j'adore et un post très intéressant ! polo
  23. 3 points
    Je crains que la Lune va noyer le halo de la comète bien visible aux jumelles Ici j'ai essayé de faire ressortir ce fragile halo: addition 9X2mn
  24. 2 points
    Bonsoir à tous, Je sais que ce n'est pas trop la saison, mais je profite de quelques jours de congé pour reprendre des images brutes qui trainent sur mon disque dur. Je propose une image de la nébuleuse annulaire de la Lyre. Vous la trouvez bien petite et vous ne la reconnaissez pas ? C'est normal, il ne s'agit pas de M57 mais de Minkowski 64 qui se trouve au centre de la constellation de la Lyre et qui se présente également sous forme d'un anneau comme sa proche voisine bien connue. Elle est évidemment beaucoup plus petite (à peine 17'') et beaucoup plus faible. Son traitement m'a donné pas mal de fil à retordre car je pense être à la limite du setup et surtout du temps de pose utilisé. Pour tirer le portrait à cet objet très peu vu (à peine 3 images trouvées en cherchant sur internet), j'ai utilisé mon bon vieux SC200 avec une caméra ASI ZWO224MC au foyer (f/10). Temps de pose des images individuelles de 1s avec un gain à 475. J'ai finalement retenu un peu moins de 3000 images sur 4000 sélectionnées, registrées et additionnées sous SIRIL. Le traitement assez poussé a été ensuite réalisé avec Pixinsight. Jean-Christophe
  25. 2 points
    Avec le 350 Galaxie NGC1515 et sa petite voisine ESO 356-54. Elles semblent proches mais NGC 1515 est à 53,5 Mal et la spirale barrée vue de face est à 600 Mal... Lum = 22 x 5min, RVB = (8, 7, 7 x 5min) soit 3h 40 au total.
  26. 2 points
    Oui enfin l'Afrique c'est où ? C'est pas une autre planète hein. On pourrait provenir d'Asie ou d'Amérique que ça n'y changerait rien. Ce que je veux dire c'est que nous et la totalité du monde vivant est adapté à la Terre parce que c'est là qu'il est apparu et là qu'il évolue. Et que les processus évolutifs sont longs, et encore incompris. Ou bien on accepte le fait de créer d'autres branches évolutives à "Homo Sapiens" mais là… C'est carrément autre chose et hors de notre temporalité. En attendant, les robots sont très efficaces pour rapporter des données scientifiques (et j'oserai rajouter que la quasi-totalité de ce que nous connaissons sur le système solaire, on le doit à des sondes spatiales et pas à des astronautes).
  27. 2 points
    Félicitations Daniel pour cette ouverture Et en fait tu as conclu, bravo Bonne soirée, AG
  28. 2 points
    Histoire de convertir ça en terme de résolution: Si je ne me trompe pas, étant donné le champ de LORRI, la caméra principale (0,29°), le champ à 3500 km de distance couvre 18 km (la taille des lobes de MU69, j'imagine que c'est fait exprès), avec donc une résolution de 18m/pixel. Lors du survol, la distance pendant laquelle la résolution sera de 50m/pixel ou mieux est de 9000km, ce qui à une vitesse de 14 km/s correspond à une durée de 10 minutes.
  29. 2 points
    Hello, il faut charger tes images sur astrometry.net ensuite tu cliques sur original ensuite sur full puis tu copies l'adresse..
  30. 2 points
    Salut JB Normalement le réducteur 0.7 dédié au C11HD doit te fournir un champ correct sur la surface de ton capteur, mais c'est vrai qu'en regardant ton image L les étoiles sont déformées et allongées par effet "rayonnant" vers les coins. Question : le backfocus est il bien respecté entre la sortie du red et le plan du CCD ? Les indications données par Celestron sont à respecter avec soin surtout avec un grand capteur. Je ne me souviens plus comment tu guides, probablement avec un DO, donc un élément sur le train optique... à vérifier éventuellement... Je n'ai pas réussi à faire mieux en traitant ta luminance avec ma méthode, je veux dire obtenir d'avantage de détails dans la galaxie, le seeing de ton site a du jouer un rôle également. Juste une chose, une suggestion : en examinant ton image L finale que tu m'as expédiée je mesure un bruit (écart type) de 16 ADU pour un fond de ciel moyen de 730 (mesure Iris). A mon sens c'est beaucoup pour une image obtenue avec ton CCD, le nombre N de 6 poses unitaire de 600 secondes est peut être insuffisant, il serait interessant de faire 12 poses de 300 secondes, ce qui donne le même RSB final, mais une meilleure réduction du bruit sur fdc (qui réduit par racine carrée du nombre N de poses unitaires).... ? Bref des pistes d'amélioration à explorer en même temps que la calibration de tes filtres RGB... Bonne continuation Christian
  31. 2 points
    Merci à tous ! Ah, j'ai oublié ! C'est une QSI 583ws. Les pixels sont un peu petits pour une telle focale, alors quand on réduit l'image, ça passe. Là, j'ai mis l'image à 45% de sa taille originale. Hé hé, ça c'est un message aux niçois qui croient que les instruments de l'Observatoire sont inutilisés depuis des années A part pour l'astrographe double, ils fonctionnent tous encore à peu près bien ! Matt
  32. 2 points
    Évidemment , cette "chic planète " n'a probablement pas d'équivalent dans l'univers. Déjà, avant de placer des hommes sur Mars , notre priorité est bien plus de trouver une place à chaque homme sur Terre. Ce challenge là est bien plus complexe qu'une escapade ruineuse,dangereuse,inutile, illusoire, sur Mars. Les rovers vont leur train de sénateur, une sonde se degourdit lentement les oreilles, les panneaux, les bras mécaniques . ..Et alors? On a tout notre temps sur Mars! Depuis notre bonne vieille Terre, le son de la brise martienne , les panoramas de vallées désertiques, de fleuves defunts suffisent à mon bonheur. La lumière, le son de Mars... Mais pour la Terre, c'est une autre musique Bien sûr en tant qu'amateur de SF j'ai mille fois posé mon bagage sur Mars, et ailleurs. Mais ça aussi, c'est une autre histoire. Amitiés
  33. 2 points
    Merci... et pourtant j'en ai vu de bien meilleures photo par ici... Il ne faut pas dire aux cadors de l'astrophoto que les journalistes acceptent des photos en jpg sans dark ni flat,... posees que quelques dizaines de secondes C'est juste que la com de l'obs. de Paris a fait circuler l'info vers l'AFP,... peu importe en fait l'origine de la photo, l'important c'est d'interesser un peu les medias a autre chose... ... une vue par la porte de la salle de controle avant hier soir (quand les 60-70 km/h de vent rendaient difficile la sortie de l'appareil photo sur la plateforme exterieure... ... Juste histoire de montrer que je travaille avec l'antenne bien pointee sur la cible d'actualite - un peu surexposee a cause de la lune Nicolas
  34. 2 points
    Petit ours , Alain , Mathieu , merci de votre visite . Pour la couleur , c'est dans le tuyau pour bientôt avec changement de CCD . Mathieu pour inversion miroir comme ceci ?
  35. 2 points
    Enfin! C'était bien le réglage du chercheur point rouge qui n'était pas bon. Merci en tout cas!
  36. 2 points
    Belle animation de la vedette du jour . . . enfin . . . de la nuit Très bon le gradient qui met bien les jets en valeur. Et ton halo est tout bonnement fabuleux, bravo Bon dimanche, AG
  37. 2 points
    Bonjour Paul, Juste une petite information ou deux avant d'aller courir... A plus tard, Lucien
  38. 2 points
  39. 2 points
    Bonjour à tous Voilà donc la comète 46P faite vendredi dernier en Sologne après une journée de fortes pluies Sony A7m3 astrodon (1ere lumière) et Samyang 135mm f/2 sur monture Star Adventurer 65 poses de 30s à 800 iso Empilement stellaire et cométaire sous PixInsight et assemblage sous Photoshop. Champ : crop 100% a+ philippe
  40. 2 points
  41. 2 points
    Martin, JP, Pierre-Alain, Kaptain, AG, Idir, Daniel, Wilexpel, Petit Ours, JC, Sauveur,grelots et Nono35 : merci les amis, content que çà vous plaise Thierry : merci beaucoup, ... il y a quelques mois : https://apod.nasa.gov/apod/ap170615.html Polo : merci tout plein, la visibilité à l'oeil nu est la grande question, car lors des captures, je passe mon temps à regarder l'écran de l'enregistreur externe. C'est aussi dans les "must to do" de l'année prochaine. D'après plusieurs témoignages, les TLE sont visibles à l'oeil nu, mais il faut être dans des conditions sans pollution lumineuse et que les orages soient proches. Chris74 et Bernard_B : un grand merci d'apprécier la résolution, elle est tout simplement le résultat d'une technique maintenant bien rodée : extraction des images à partir d'une video 4K HD codec ProRes et stacking d'une dizaine d'images en mode "éclaircir" (avec Photoshop) pour améliorer le rapport S/B. Ces images sont possibles grâce au Sony A7S qui a permis de monter les ISO dans les très courtes poses (1/25s). Ceci dit, il est tout à fait possible de photographier les TLEs avec un APN classique, mais dans ce cas, il faudra toujours des poses inférieures à 3 secondes et surtout utiliser des objectifs lumineux (<1,4). Un lien qui explique en détail la technique utilisée.
  42. 1 point
    Salut à tous ! Voici ma version de la comète 46P/Wirtanen obtenue mardi 11 décembre au soir. Je n'avais pas encore eu l'occasion de jeter un œil à cette comète en raison d'une météo bien pourrie. Mardi soir, étonnamment, le ciel était très clair en Beaujolais. J'ai pu admirer un très beau croissant de Lune accompagnée de sa lumière cendrée dans les lueurs du couchant. J'en ai profité pour longuement observer la comète aux jumelles 10 × 50, très facilement visible (magnitude visuelle limite à l'œil nu dans la Petite Ourse ~6,2 mag., T1) et constater son rapide déplacement parmi les étoiles au fil des heures. Elle passait alors non loin des étoiles Kappa 1 et Kappa 2 de la Baleine. La comète est d'ailleurs bien visible à l'œil nu. Pas en vision directe, mais très facilement en vision décalée (VI1). Le temps de la laisser monter dans le ciel, j'ai installé ma petite monture SkyWatcher Star-Adventurer pour essayer de la photographier. La météo étant restée clémente toute la nuit, j'ai pu lui tirer le portrait pendant près de trois heures avec le Canon EOS 600D équipé pour l'occasion de l'objectif Rubinar 300 mm. Malheureusement, vue la focale et l'erreur périodique, j'ai dû me limiter à des poses unitaires de trente secondes. Même ainsi, il a fallu me débarrasser d'une bonne partie des brutes acquises pour cause d'étoiles trop allongées. J'ai finalement conservé 192 poses. Le prétraitement a été réalisé dans Siril, le post-traitement dans Gimp, le tout sous Debian GNU/Linux. J'ai décentré le cadrage pour inclure les deux étoiles Kappa de la Baleine. Un peu trop peut-être, car je me suis trompé dans l'estimation du sens de déplacement de Wirtanen Toujours est-il que c'est toujours aussi chiant à traiter, compte tenu du déplacement de la comète parmi les étoiles... À noter que j'ai bien fait de sauter sur l'occasion car, dès le lendemain et jusqu'à aujourd'hui encore, le ciel était de nouveau pourave. J'ai quand même bien les boules que l'ordinateur du télescope contrôlable à distance de l'observatoire Sirene, Pollux, soit en maintenance. Ça aurait été l'idéal pour cette comète, et sous un bien meilleur ciel qui plus est. Bien évidemment, il faisait grand beau... Date : 11 décembre 2018 Appareil : Canon EOS 600D Instrument : objectif Rubinar 300 mm f/4,5 Temps de pose : 192 x 30 sec., soit 96 min. Sensibilité : 3 200 iso Qualité : Raw Acquisition effectuée sur monture Sky-Watcher Star-Adventurer. Traitement sous Siril et Gimp. Page web : https://www.cypouz.com/imagerie/181211/46p-wirtanen
  43. 1 point
    S'agissant d'un instrument pour des sorties rapides et éventuellement en itinérant, la question du poids doit également se poser. Je ne sais pas pour la FC 100 mais pour ma part j'ai possédé une FS 128, superbe instrument mais dontj'ai fini par me séparer essentiellement à cause de ce problème de poids. J'avais souvent la flemme de la sortir ! Une banale 100 ou 120ED est à cet égard beaucoup plus transportable, avec des résultats en visuel loins d'être ridicules.
  44. 1 point
    Très sympa ce petit post Sauveur , et avec des Mars en RGB , plutôt réussies , c'est bien , Bravo Michel
  45. 1 point
    Se déguste bien quand même Valère ton croissant turbulent Bon dimanche, AG
  46. 1 point
  47. 1 point
    Contrairement à ce que je pensais, Il semble bien que le déploiement du... de SEIS soit imminent.
  48. 1 point
    Très beau croissant, et courage pour ta capture comète, on est là, on attends patiemment .
  49. 1 point
    Toujours aussi étonné de voir ces Mars avec la Planète à guerre plus de 8" Super Michel Bernard_Bayle
  50. 1 point
    bonjour, j'ai pratiqué il y a quelques années de "l'astro-balcon" en ville avec un mak 127 et avec pas mal de pollution lumineuse; En ville, les cibles prioritaires sont bien sur la Lune et les planètes mais il ne faut pas oublier les belles étoiles doubles brillantes et colorées (il y en a dans pratiquement chaque constellation) qui ne demandent pas un ciel noir, sans oublier les principaux amas ouverts (M34, M35, M44, le double amas…) qui restent observables en ville même avec un modeste instrument. Le fait d'habiter en ville réduit le nombre de cibles mais quand la passion y est on arrive à voir de belles choses. bon ciel