Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 03/27/19 in all areas

  1. 17 points
    Bonjour à tous, Hier soir seeing pas terrible en début de nuit, avec du vent. Du coup j'ai monté l'ASI 294 MC Pro pour finir des couches couleurs en attente de meilleures nuits pour les luminances en poses rapides. J'ai commencé sur le Hamburger. Au bout d'une heure, au moment de changer de cible, j'ai vu que le seeing s'était nettement amélioré et que ce que j'avais à l'écran n'était pas mal du tout. J'ai donc changé mon fusil d'épaule et j'ai fini le hamburger. Exceptionnellement, tout avec la 294MC Pro et sans poses rapides . Il y a 100 X 130 secondes au T 350 f/3,6 - traitement SIRIL et CS : La full par ici (elle vaut le coup je pense) : Bons ciels, JF
  2. 9 points
    Bonsoir, Je vous livre un champ d'Orion réalisé au 6D avec un objectif canon EF 100 F/2 ouvert à 2,8. Le champ initial était plus large mais j'ai dû enlever les coins car je pense que mes flats n'étaient pas bons. On voit encore que les coins sont plus sombres. J'ai posé environ 1h15 avec des poses unitaires de 30 secondes. J'ai fait des poses courtes car au-delà les photos étaient vraiment blafardes à cause de la lune qui était un peu gênante. J'ai fait une première pose de 3 min mais ma photo était complètement blanche. C'était la première fois que j'utilisais cet objectif, il faut que j'apprenne à le connaître. N'hésitez pas à faire des commentaires afin que j'améliore mon image. Sur une photo antérieure, cela m'avait bien aidé, merci. Bonne soirée à tous, Yoann.
  3. 7 points
    salut a tous un ciel clair vers 22H J'ai vite sortit l'atlux et le c8 juste pour marquer le coup 60 poses de 1MN avec la 414 EX sans guidage j'avais le réducteur jean marc
  4. 6 points
    Bonsoir a tous les Astrosurfs , Voila le jets de mes 3 heures passés sur cette galaxie dans la nuit du 25 au 26 Mars 2019 . Fin des acquis vers 2h00 du matin après la montée de notre satellite naturel 😉. 85 poses retenu de 2 minutes de pose unitaire . Rappel du Setup : SC8 edge 203/2032 sur Atlas Eq6 non modifié . Camera imageur Atik 414 Autoguidage en // lunette de 60*220*2 avec ZWO 224C Pedigree de la galaxie : NGC 5907 est une galaxie spirale comme la notre, vue parfaitement par la tranche, située dans la constellation du Dragon à une distance de environ 13 Mpc. Son petit noyau, en partie cachée par une fine bande de poussières, en fait une galaxie de type Sc ou Sb+ Surnommée la lame de couteau 😉 sa dimension est de 12.3 x 1.8 arc minutes et sa magnitude de 10.38. Coté technique , j'ai repris ma mise en station avec la méthode proposé par Eqmod . Puis utilisation de l'outil d'aide , assistant de guidage de PHD2 . Au vue des courbes et de la cible des points de suivi de PHD2 , je suis passé de + ou - 1 " d'arc a + ou - .75" d'arc .Cible central réglé a 1.80" 😉 .
  5. 6 points
    Bonsoir à tous, Finalement une dernière version, c'est promis j'arrête! Christian
  6. 4 points
    Beaucoup de turbulences et très bas sur l'horizon sud. Mais bon je partage. Le rapprochement Lune Jupiter était superbe.
  7. 4 points
    Organisons une manif' pour exiger le retour de Daniel ! Je vois que ça... Da-niel ! Da-niel !
  8. 4 points
    Disons que cela résume ce que Serge Haroche exprime souvent dans la communauté scientifique française, et qui je crois, résume bien le sentiment de la communauté scientifique française dans son ensemble. Cela fait du bien d'entendre ça sur un média "grand public". Ah ? Je ne vois pas en quoi ?
  9. 3 points
    Plutôt qu'une 183 tu prends une ASI1600 et ta focale de 1440 est parfaite pour elle Avec les 1000 euros d'économie, tu as la roue, les filtres et le DO L'autre problème c'est la plupart des filtres ne fonctionnent pas correctement à F/2 et il faut acheter une série spéciale. Je ne sais pas où tu vas imager, mais échantillonner à 0.5" c'est pas donné à tout le monde. J'en ai un de 183 et j'échantillonne à 0.9" d'arc (à 530mm de focale et F/5) et déjà c'est pas tous les soirs que j'exploite cet échantillonnage.
  10. 3 points
    Bonjour Première sortie de l'année de la Lunette Solaire spécial H-Alpha de 230mm à F/D 9 avec la toute première image prise avec le filtre Solar Spectrum Observer Series 1,5 -0.3A° qui remplace mon PST ,au niveau bande passante c'est équivalent à ce que j'avais avec mon PST donc 0.3A° , le gros avantage par rapport au PST c'est que j'ai un champ H-Alpha homogène sur un grand champ , ce qui va me permettre de l'utiliser avec le CFF 350 et l'ERF-D de 312mm, ce que je n'aurai pu faire avec le PST, le seeing n'était pas terrible ce matin, une seule image exploitable ( voir SSM) mais je suis content du filtre il marche bien :) prochaine étape serra de tester le filtre sur le Cassegrain CFF350 et le filtre ERF-D triband de 312mm , mais là il va falloir un bien meilleur seeing... à suivre une seeing pas terrible pour 230mm !!!!
  11. 3 points
    La mienne est plus grosse que la tienne, je répète, la mienne est plus grosse que la tienne ! L'histoire ne dit pas ce qu'il se passera quand ces débris toucheront une flottille de satellites publicitaires !
  12. 3 points
    Bonjour à tous , Voici ma conjonction Lune-Jupiter de ce matin. Il aurait fallu appliquer des temps de pose différent sur la Lune et sur Jupiter mais j'étais en mode pressé ... ED80 + 600 D Philippe
  13. 3 points
    Bonjour Petit essai sur Jupiter hier matin. Bien basse sur 'horizon, c'est pas tres facile, seeing moyen... Flextube 305 barlow apm2,7 adc zwo, qhy5III224C La petite animation: trois captures de 10 minutes (pas de dérotaion, traitement AS3 et registax+cosmetique photoshop) Les deux moins mauvaises: à 5H18 et 5H28 TU (temps moyen) Bon, maintenant il n'y a plus qu'attendre de bonnes conditions... Bonne journée!
  14. 3 points
    Mais c'est quand même mieux quand daniel présente et explique ! polo
  15. 2 points
    Il y a quelques années, au détour de lectures, j'avais rangé ce petit challenge dans un coin de ma tête et c'est finalement dans ma cour ici à La Palma que j'ai tenté l'exercice. Le ciel était puissant en transparence (SQMz 22,05 mag.sec-²) avec une atmosphère sèche mais la turb. désolante côtée à S4 dans l'échelle de Ciel extrême. D'où le recours à la vision bino 1x. Il faut quand même être bien assis pour résoudre M81 et même dans ces conditions, c'était dans mon cas 1 à 2 glimpses par minute et seulement en début d'observation assidue car la vue fatigue vite. Si vous échouez par le dessin, vous aurez certainement pu déceler des étoiles assez faibles proches de magv 7, ce qui peut être un bon lot de consolation. Sur le dessin qui suit, la magv lim est à 7,2-7,3. C'est limite et bien différent de la perception d'un amas globulaire condensé ou d'une étoile faible qui apparaissent comme un glimpse "stellaire". A chaque fois, ce fut une tache diluée que j'ai perçue et non un point stellaire bien distinct comme on a coutume de détecter. Géographiquement, vous êtres mieux placés que moi pour le test puisque M81 trônait à h=50° le 9 mars dernier. Si vous réussissez ce challenge, vous aurez plus que quadrupler la distance qui nous sépare d'elle par rapport au test évident de M33. Avec M81, vous serez désormais à 12 millions d'al. Bienvenu au club restreint M81, Vincent Jacques en est déjà membre... Fabrice M.
  16. 2 points
    Bonjour, je ne post plus beaucoup mais je continue à travailler. Pour ceux que ça intéresse, une mosaique de la Lune du 16 mars dernier colorisée avec ma carte des couleurs des sols faite en mars 2017. La mosaique compte environ 25 tuiles (de mémoire) et coloriser tout ça n'a pas été simple. C'est néanmoins le meilleur résultat que j'ai eu jusqu'à présent et je pense que je vais avoir du mal à faire beaucoup mieux. La version présentée ici est une version réduite à 30%, la full faisant 90 Mpx pour la Lune seule. Setup : C9.25 à F/10 Caméra IMX178 mono + filtres verts (et rouge pour certaines tuiles) Voilà, c'est tout. Je repasserai quand j'aurai qqchose de mieux à montrer, c-à-d pas pour tout de suite. A+ Alain
  17. 2 points
    Me complaisant dans le ciel profond mode ultralight avec le Sony A7s, et plutôt satisfait des résultats sur les extensions galactiques faibles, je me suis tourné vers un objet mythique. Je vous propose donc le couple NGC 4038 / NGC 4039 "les Antennes". J'ai pu profiter d'un horizon sud bien dégagé sur les plateaux du Haut-Verdon. Newton 300 F4 Paracorr2 Sony A7s. 240 x 30s à 3200 iso. Siril/PS CS5. Je demande de l'aide pour la gestion du fond de ciel toujours bruité et qui contient portant la substantifique moelle de ce que je recherche en extension faible.
  18. 2 points
    Salut voici un petit bricolage qui me donne satisfaction pour faire du solaire, surtout!!! au niveau de la protection. on peut également faire du CP ou autre. au lieu d un carton mal fagoté et qui peut s envoler, j ai fait un contener en CP blanc, avec une casquette rabattante en CP, elle protége la tête, un second panneau fermoir avec une meurtrière, pour voir l 'écran du PC; l interieur est peint en Noir, il y a l obscurité voulue.A droite une ouverture pour passer la main pour la souris, et une petite plate forme pour les commandes focus. Sans ce fermoir, il y a un reflet du jour dans l 'écran du PC; je sais qu il existe des systemes prévus pour cela en solaire, mais c'était le clin d oeil bricolage..du jour... C est pas non plus du haut vol, mais c est efficace!! euh, j ai tondu juste après, j aurai du faire avant mais bon, quand le soleil est la il faut sauter dessus
  19. 2 points
    Bonsoir Voici une version C11 de cette nebuleuse qui montre une structure bipolaire très caractéristique. C'est un objet lumineux facile à capturer, bien que ses 2 extensions polaires se montrent plus avares en photons. Son étoile centrale est proche d'une Wolf Rayet, riche en carbone (source : Album de L Ferrero). Cette NP me fait penser à un bonbon papillote à la menthe. J'ai posé 22 x 5 mn à F10 avec la ST10XME et le C11HD, région Lilloise. Traitement Iris & Photoshop La couleur provient d'une précédente version C9. Image 2000 pix : Quelques mesures de seeing sur poses de 2, 4, 6, 30 et 280 secondes. 4 étoiles (les mêmes à chaque fois) L'étoile 1 est la centrale de la NP. Je fais mes pré images de MAP (= mesure de la FWHM) à 3 secondes, ce qui est suffisant pour intégrer toute la turbu, bien qu'ici il n'existe pas de différence significative entre 2 et 6 secondes. A noter que le guidage longue pose altère un peu le seeing, mais la perte (ici environ 0.2" d'arc) n'est pas très importante. L'étoile centrale n°1 de magnitude 14.5 environ est bien détectée à 2 secondes de pose avec un RSB de 17.7 Amicalement Le beau temps revient, je vais pouvoir dépoussiérer le C11 Christian http://www.astrosurf.com/chd
  20. 2 points
    Bonjour à tous Encore les galaxies de la GO ! Il en a même un peu partout ! 16 images de 300s à 800iso - canon 5dmk2 - epsilon180 - mach1 iris et photoshop Pat
  21. 2 points
    Bonjour on est bien d'accord, je fais pour vous un suivi de la lune, , des lunaisons, et vous m"envoyez vos compétences et en premier, hier, ne pas oublier son chercheur, merci bien 20 eme jours
  22. 2 points
    Bonjour Voici un moment que l'envie me démangeait de prendre le crayon afin de coucher sur papier mes observations visuelles, voilà c'est chose faite et j'aime ça. J'ai donc profiter d'une belle éclaircie hier soir pour immortaliser M51 et le trio M65-M66-NGC3628 avec mon Mak 127 mm. Je sais que j'ai encore beaucoup de travail mais je pense que ma technique va s'améliorer avec l'expérience.
  23. 2 points
    Et même double, pour augmenter mon bonheur, Ganymede et l’Europe ont fait un spectacle dans les cieux du Brésil. Sinon, c'était à cause du grand nombre de nuages, ce qui m'a obligé à faire des captures dans les quelques meurtrières afin d'obtenir ces images. Pour mettre fin à la souffrance, après 5h30, le métro commence à passer toutes les 5 minutes à 100 mètres de chez moi. https://www.astrobin.com/full/397394/0/?nc=
  24. 2 points
    - Chef, Chef le missile à manqué la cible... Mais on a de la chance, chef, l'ISS est de l'autre coté de la planète... Ah mince, le missile vient de se verrouiller sur une nouvelle cible, voyons ça... Norad id 20580... Flûte, ça va nous couter cher, Chef...
  25. 2 points
    salut c'est en ce moment https://www.france.tv/france-5/la-quotidienne/la-quotidienne-saison-6/948807-pollution-lumineuse-quelles-consequences-pour-la-nature.html
  26. 2 points
    mais la masse est plus petite aussi... J'aurais même tendance à penser que la surface d'un objet étant proportionnelle au carré de sa dimension alors que sa masse est proportionnelle au cube, toutes choses égales par ailleurs un petit objet sera plus freiné qu'un gros. Non ?
  27. 2 points
    Le disque d’airy n’apparaît que lorsque l’étoile est au foyer et à fort grossissement. Ce que tu décris n’est pas un contrôle de la collimation mais juste le premier stade où on contrôle le centrage du secondaire en intra et extrafocal. Vérifie ta collimation sur une étoile de magnitude pas trop élevée (5 ou 6) et à fort grossissement pour voir le disque d’airy.
  28. 2 points
    C'est pas ce qu'on constate sur le terrain. Le fond de ciel n'est jamais noir, même sous les meilleurs ciels, c'est bien pour ça qu'on voit le bord du champ de nos oculaires Et comme le fond de ciel a une luminance non nulle alors on peut toujours réduire l'éclairement rétinien qu'il procure en réduisant la pupille de sortie (donc en augmentant le Gr). Fred.
  29. 2 points
    Bonsoir, c'est un peu tard pour s'attaquer à cette grande cible, mais je ne suis pas fan des galaxies et encore moins des planètes alors j'ai quand même posé un peu là-dessus, je m'y attaquerai plus tôt l'année prochaine. J'ai fait surtout le Halpha, sous une lune à 99%, j'ai quelques images d'O et de S mais tellement pauvres et bruitées que j'ai tout jeté. 3h10 d'Ha, poses de 5 minutes. ASI1600mm-pro à -15c. Filtres ZWO 7 nm. Lunette AP130gtx avec field flattener soit 873mm f6.7, AP900, PH2guiding, SGP. Pixinsight, Lightroom. Conseils et critiques bienvenus. Bonne soirée Olivier
  30. 2 points
    As I am not très bon in Anglais, I am not sure to have compris what the Nasa dit : ils disent qu'ils veulent poser des gonzes (esses) sur la Lune en 2024 ? C'est bien ça ? Ils n'ont pas de "LEM", à ma connaissance, et il me semble que même Orion toute seule ne peut pas aller là-bas. Même si (je connais mal leur capsule Orion) elle est capable d'aller là-bas sans module supplémentaire, elle est faite pour le SLS, pas pour une FH ou une BFR. La FH a volé… une fois. La BFR a volé… zéro fois. Bref, la Nasa fait du Musc avec du vieux, c'est ça ????? S
  31. 2 points
    Je pense en effet qu'il y a un défaut de compréhension. Il ne parle que de la surreprésentation des sciences humaines dans le débat, absolument aucune allusion aux coût effectif de ces domaines de recherche..... Comme quoi, comme il le dit, toutes les interprétations et toutes les opinions ne se valent pas quand a évaluer les intérêt a financer telle ou telle disciplines scientifiques.... No comment....
  32. 2 points
    EPISODE 16 - Bague de correction de Tilt Nouvel épisode sur le sujet de la correction de tilt. Le tilt est souvent l'explication du problème lorsque malgré une collimation parfaite, une rigidité absolue et une mise au point aux petits oignons, on se retrouve avec des étoiles nettes sur le centre du champs et des étoiles qui deviennent floues en allant vers un bords. Ce problème est d'autant plus délicat à régler que le capteur est grand. Il ne faut pas confondre le tilt avec un problème de coma (étoiles en forme de goutte) qui se réparti souvent uniformément sur les bords du champs tout autour d'une zone centrale correcte. Vous trouverez ici et là beaucoup de documentation sur les différentes aberrations qui peuvent entacher les images. Le tilt, lui, est mis en évidence par les logiciels d'analyse type ccd inspector ou Prism avec ce genre de graphique qui montre un axe de déformation linéaire : En effet, la prise en compte de l'orthogonalité du capteur dans son boitier ne semble pas être une prioprité en usine, y compris chez les meilleurs fabricants (FLI). On peut donc se retrouver avec un un capteur "en biais" sur le plan focal et ce malgré tous les réglages mécaniques parfaits. On pourrait envisager de compenser ce tilt par un ajustement de la collimation, ce qui est fort possible pour de gros setup fixes mais beaucoup moins simple pour des setup évolutifs (plusieurs capteurs) et mobiles. Ce défaut d'orthogonalité peut avoir des valeurs bien supérieures à la tolérance de mise au point. Sur le Newthom, la faible épaisseur du focuser (Optec LEO - cf. image ci-dessous) laisse pas mal de place pour ajouter une bague de correction de tilt digne de ce nom, entre le focuser et le tube... C'est bien sûr le genre de chose à prévoir dès le début dans la conception. Il existe des bagues de correction légères (ZWO par exemple) mais en format T2. Il existe aussi d'autres bagues moins répandues en format un peu plus imposant. Le constat que j'ai fait en regardant ces différents éléments est que, dans la grande majorité des cas, le réglage du tilt se fait en enlevant le train optique, en réglant les vis tirantes et poussantes et en remettant le train optique. Il a donc été décidé de faire (merci AXIS Intruments) la conception d'une bague de réglage de tilt qui remplirait à la fois les fonctions de fixation du focuser et aussi les fonctions de réglage de tilt le tout SANS avoir à démonter le train optique afin de pouvoir faire des corrections en live ! Le réglage se fera donc sur les côtés de cette bague en vissant des vis en forme d'ogive qui permettront de faire jouer deux bagues l'une sur l'autre. Ces deux bagues sont ajustées et contraintes par des ressorts de rappel (équivalent 50kg de force). De grosses vis on été prévues par sécurité, pour tenir l'ensemble parfaitement en place une fois l'ajustement fait. En 3d ça donne ça (From Axis Instruments) : La suite au prochain épisode...
  33. 2 points
    Un jour on va se retrouver avec une situation à la Gravity, faudra pas se demander d'où ça vient…
  34. 2 points
    Super et très rigoureux....Première page de ton carnet d'observation. Il y a 40 ans on devait tous en ouvrir un au club. Rigueur oblige. Je l'ai gardé longtemps avant de le perdre. Conserves tout précieusement. Claude
  35. 2 points
  36. 2 points
    Hello😊 Moi aussi j'aime bien lorsqu'il y a les annotations, avec les conditions etc... On s'imagine mieux les conditions de cette façon ! Pour en revenir aux dessins, et bien ce petit mak est un super outil, les résultats de tes dessin le prouvent ! bravo 😊 fred😊
  37. 2 points
    Bonsoir Alain C'était très beau ces 2 images de 15 ans d'âge
  38. 2 points
    Bonjour les lunaires dessinateurs, Avant hier et hier je me suis lancé dans l'astro dessin le premier est le très connu et populaire mer des humeurs. Malheureusement en 20 min de temps, le temps s' est complément couvert puis une avalanche de grêle est tombé...ce premier dessin reste donc inachevé ! Le second concerne la vallée de Schroter, j'ai pu le terminé mais je me trouve moins réussi. Désolé pour la qualité des images, mon scanner mange les partis de l'image et les points vue photo au dessus des dessins ne sont pas très bon. Du coup il manque aussi les annotations, il faut que je trouve une solution.. Bon dessins lunaire bien sur !
  39. 1 point
    Bonjour à tous, Alors après un long moment d'arret, je reprends un peu du service mais bon, ça reste largement améliorable Donc, le 23 j'ai eu fait ce bel AG qu'est M5. Le problème est que son centre est très brillant et difficile à résoudre. Pour ça, j'ai eu fait 29x180s + 30x60s + 17x30s en Luminance avec la 414EX et le réducteur : Franck
  40. 1 point
  41. 1 point
    Très belle image, traitement très sympa. Belles extensions Bravo Patrick
  42. 1 point
  43. 1 point
    Plonge dans les archives, le sujet a déjà été abordé, c'est un peu plus compliqué que cela
  44. 1 point
    J'ai vu que le résumé, mais le Fredo, purée, la gloire Bon enfin, allez faire de l'astrophoto au Sacré Coeur aussi . . .
  45. 1 point
    Je viens de vérifier, l'explosion du satellite chinois par un missile chinois en 2007 a provoqué 3000 débris, mais, selon Christophe Bonnal, le problème est que ça c'est passé à 800 km d'altitude. Donc plus haut que "l'orbite basse"... A 800 bornes et autour, les orbites sont plus stables...
  46. 1 point
  47. 1 point
    Quand je serai devant mon PC, je posterai la capture également. -Jacques-
  48. 1 point
    toujours de belle images salut JP sa fait un bail jean marc
  49. 1 point
    Salut les amis des nouvelles de Corse la nuit de samedi a dimanche devait être très propice a l'astro d'où ma preparation Donc la veille petit test des tubes sur Sirius et collimation, je m'y suis pris un peu tard et malgré le refroidisseur j'avais des veines d'air de turbulence qui on retarder mes réglages puis Sirius c'est cacher derrière mon toit pas pu finalisé tip top. j'ai mis mes tube dans la voiture pour gagné du temps le matin . une bonne nuit sur le canapé pour pas déranger tous le monde et réveil a 4 heures 20 bein si j'avais su je me serais lever plus tot bigre elle nous laisse pas beaucoup de temps J'ai commencer au C8 le fidèle après avoir jeter un oeil a l'oculaire qui me laissais présager une session plutot banal qu'excellente Voici l'image je pense que la 2x était de trop traitement Asi3 Astrosurface j'ai peut être bourriné un peu Puis j'ai enclencher avec le C11 le pauvre était puni plusieurs fois bein il a pas été gâté a l'oculaire cela me semblai un poil mieux cela se resent peu être a vous de juger j'ai bourrine aussi Au foyer avec La barlow televue 1.8x ir pass 640 ir cut Une petite compo rvb a l'asi 178mm et filtre asi3 Atrosurface même punition sur les curseurs pouvez cliquez mais faut s'éloigné Bonne soirée Sauveur
  50. 1 point
    En fait, même cette approche est problématique, pour plusieurs raisons. D'abord, si on se restreint à la vitesse de la lumière, il faut commencer par se demander à quelle vitesse on fait réellement allusion. S'agit-il de : celle qui intervient dans les transformations de Lorentz, qui intuitivement fixe la vitesse maximale des interactions causales celle qui intervient dans les lois de l'électromagnétisme, càd qui détermine la vitesse des ondes électromagnétiques celle qui intervient comme facteur de proportionnalité dans les équations de la relativité générale celle qui intervient dans la propagation des ondes gravitationnelles etc. Parler de "variation de la vitesse de la lumière" sans préciser/réaliser de quoi on parle, et par suite, sans préciser la cadre théorique dans lequel on se place ne permet pas de faire grand chose. Il est possible et même facile de fabriquer une théorie dans laquelle le c de l'électromagnétisme diffère de celui de la relativité restreinte : il suffi que le photon ait une masse, auquel cas il n'y a pas une (unique) vitesse de la lumière, mais une vitesse dépendant de la fréquence. On peut cependant avoir des situations où la vitesse de la lumière ne dépend pas de la fréquence, tout en différent de la valeur de la relativité restreinte, mais c'est significativement plus compliqué et le rapport des deux n'est que localement constant dépend alors du champ de gravité local. Il est aussi possible de fabriquer une théorie dans laquelle le c de l'électromagnétisme diffère de celui des ondes gravitationnelle, mais alors c'est une théorie bimétrique et c'est plus compliqué. A cela s'ajoute une seconde problématique à laquelle se heurte cette notion de variation. La vitesse de la lumière, dans son acception usuelle, c'est 299792458 m/s, mais qu'est-ce que signifierait le fait que cette valeur (numérique) varie ? Si on considère l'ancienne définition du mètre, à savoir l'écart séparant deux graduations dans une barre de platine iridié, on peut ramener la définition du mètre comme étant 1010 fois (peu importe le chiffre exact) la taille d'un atome de platine. Jusqu'ici, OK. Mais la seconde est définie par rapport à la fréquence d'un certain type de transition dans un certain type d'atome, et va donc, de près ou de loin, être déterminée par la constante de Rydberg... qui est exprimée en fonction de c (je vous laisse déterminer duquel c il s'agit dans la liste ci-dessus). En fait, même la définition du mètre dépend aussi de c, car le rayon de Borh, qui détermine la taille du nuage électronique, est in fine dépendant de la masse desdits noyaux, qui est déterminée à partir de calculs compliqués de QCD et où intervient inévitablement la vitesse de la lumière (enfin, l'une des). On peut prendre un exemple plus trivial : supposons que l'on utilise comme unité de longueur le Tourne, qui fait dans les 2 m, et comme unité de temps le Sol, environ 45 ans, soit, pour éviter les confusions, 45 révolutions de la Terre autour du Soleil. c vaut, dans ces unités, un truc du genre 2,13x1017 Tourne.Sol-1. Sauf que dans un an (= une révolution terrestre plus tard), c vaudra plus, dans les 2,18x1017 Tourne.Sol-1. La raison de cette variation est simple : ce sont les étalons de mesure qui ont varié au cours du temps (la taille et l'âge de notre cher @Tournesol, si ça n'était pas déjà évident). Bref, parler de la variation d'une constante dimensionnée est en général une vaste blague car il est difficile de savoir de quoi on parle : de la quantité elle-même, ou des étalons d'unités dans laquelle elle est exprimée ? Ce qui a plus souvent un sens, c'est de parler de la variation éventuelle de quantités adimensionnelle, souvent (mais pas toujours), de rapports de quantités de même dimension. Un exemple simple simple est le rapport de masse du proton à l'électron. Celui intervient dans le rapport des fréquences des raies Lyman-alpha (ou n'importe quelle autre raie) entre l'hydrogène et le deutérium. Pour un système suffisamment propre genre un quasar avec strictement rien sur la ligne de visée, on peut observer la raie Lyman-alpha du deutérium, et même si la raie Lyma-alpha de l'hydrogène est complètement saturée, on peut observer une autre raie de Lyman (delta, epsilon, etc) de l'hydrogène, et vérifier que le rapport de fréquence des raies est bien celui observé en laboratoire, ce qui contraint les éventuelles variations de ce rapport de masse... à supposer que celui-ci soit le seul qui intervienne dans ce problème (ce qui, hélas, n'est pas le cas). Au final, la question initiale de ce fil peut se reformuler en se demandant si on sait dans quelle mesure les lois de la physique ont varié depuis le Big Bang. Que ce soient des mesures locales (l'étude des produits de fission du réacteur nucléaire naturel d'Oklo, qui a fonctionné il y a 1,8 milliard d'années), au sein du Système solaire (la strcture d'interne actuelle du Soleil prédite à partir d'un Soleil vieux de 4,567 milliards d'années), les spectres des quasars (z = 1 à 3, disons), le fond diffus cosmologique (380 000 ans après le Big Bang) ou la nucléosynthèse primordiale (entre 1 s et 30 minutes après le Big Bang), il n'y a rien qui indique, avec des limites supérieures très fortes (genre, de mémoire, 10-5 pour la variation relative dans la constante de structure fine), la moindre variation des lois physique. Cela n'assure pas qu'il n'y en ait pas eu, mais cela exclut de façon à peu près certaine que celles-ci aient été suffisamment fortes pour altérer notablement l'évolution de l'Univers.