Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 04/11/19 in all areas

  1. 12 points
    Bonjour les ami(e)s Avec toutes mes excuses pour cette période de mauvais temps, j'aurais du vous prévenir que j'allais faire une grosse acquisition ! Une petite rentrée d'argent, pas beaucoup de place dans mon poste du grenier...et des envies de gros tuyau ! Ben, le Skywatcher Flextube (vraiment moche) 305/1500 GOTO c'est imposé pour 1700 balles, d'autant qu'il va subir la greffe du miroir Mosser 305/1760 acheté quelques temps plus tôt. Je vous fait du coup un petit Croa depuis le déballage du bidule, jusqu'aux premières images : Pinaise ! les boites sont grosses et lourdes ! A monter jusqu'au 3ème, puis au 4ème...plus de mon âge Pour commencer, c'est bien emballé, polystyrène et carton épais, du sérieux ! Ca se monte comme un meuble Ikea, le tube il n'y a rien à faire. Bon, j'suis pas fan du médium, c'est lourd et pas super rigide, mais la finition sur tranches est clean, les trous bien ajustés, les moteurs déjà en place. Le tube (lourd quand même) se monte facilement, à enquiller en position horizontale. On serre la vis de blocage, et on est prêt. Collimation catastrophique, je m'y attendais un peu. C'est pénible à collimater un gros newton, les vis sont bien loin !...alors j'ai bidouillé avec un gros renvoi coudé 2" pour voir ce que je faisais depuis l'autre bout ! Au dernière nouvelles, je ne suis toujours pas content. Cheshire et tout le bazar, pas moyen encore d'avoir un beau rond dans rond dans rond. A croire que le secondaire n'est pas collé au milieu de son support. Ca m'énerve ! Le collage grossier du secondaire, sans aucune protection est assez moche, aussi. Ca ira bien le temps d'en changer. Le barillet du primaire est pas mal, avec ses 9 points d'appui. Début de lunaison, elle est déjà bien basse sur l'ouest. Pas plus d'une heure avant que le tube ne bute sur le bord de mon ouverture. C'est bête, ça ! Allez, on lance les moteurs après avoir un peu farfouillé dans la raquette, suivi à l'arrache sans alignement : et ben ça marche, meilleur qu'avec ma CG5 ! Correction douces sur les deux axes, un peu de backlash en altitude mais facile à compenser dans le menu. Quelques CLONK sonores sur les rotations rapides...pas très haute technologie, ça !...à améliorer plus tard. Et les images, alors ? Ben même sur ces premières lunes un peu basses sur l'horizon ouest, on sent que ça pique correctement, et surtout cette luminosité !...un truc à observer avec les Ray-Ban Je pousse le grossissement jusqu'à 375 fois ce soir là. Ben ça tient bien le coup, pas d'empâtement sensible des détails, et toujours la lumière. Cool ! Le PO, crayford non démultiplié est agréable et précis, la mise au point est franche. Bon signe ça. Alors, ben on sort la caméra, toujours la petite 120 MC qui n'en revient pas. Gain et expo au raz des pâquerettes, y'a du jus, quoi ! Donc voilà les premiers essais sur 2 soirs. Turbulence présente sur cette lune basse, mieux pour hier soir mais surtout du vent...et moi qui pestait après le 158/1220 (dit le catamaran) pour sa prise au vent...là, j'ai là un trimaran de compétition toutes voiles dehors Donc voilà les images, quelques lumières un peu cramées, édition un peu hasardeuse. Le tout à barlow x2, Asi 120MC, environ 2000 images par Avi, autour de 10% retenues. AS3! / Astraimage. Merci de m'avoir (ou pas) longuement lu et à bientôt pour la suite ! Fred Edit : Je rajoute une image du trio Théphile/Cyrille/Catherine avec un traitement plus light !
  2. 9 points
    Bonjour à tous, Je me rends compte que je n'ai rien posté depuis un petit moment... j'ai encore beaucoup d'images sur le DD qui restent à traiter, y compris certaines de l'été dernier ! Histoire de reprendre les bonnes habitudes, je partage avec vous cette petite image toute simple d'un objet qui l'est tout autant : l'amas ouvert M44, dans la constellation du Cancer. Une petite image toute simple d'un objet facile, avec un traitement sans prise de tête... ça change ! J'ai profité d'une nuit où le ciel n'était pas top, avec un peu de brume et des passages nuageux... mais c'était surtout pour tester le nouveau réducteur de focale sur mon apo66/400 : le résultat est plutôt bon pour la correction sur tout le champ ! La full ici : Le matos : Astropro66/400 - réducteur 0,70x (focale : 280mm) AtikOne 6.0 - Guidage DO + AtikGP Filtres Astronomik LRGB Traitement : Pix & PS 1h par couche LRGB par poses de 300s en bin1 Total : 4h 23 février 2019 - Fouras (17) J'en profite pour vous signaler que mon site perso est en ligne depuis quelques jours : https://millenniumphoton.com/ J'ai passé pas mal de temps dessus (ce qui explique mon retard dans les images à traiter et ma quasi-absence ici depuis quelques mois...) ; j'espère que vous y trouverez des choses utiles. Il y a quelques tutos et contenus additionnels en plus de la galerie et d'autres références ; et je compléterai au fur et à mesure... Vous y trouverez également des "fiches" pour de nombreux objets (galaxies, nébuleuses, amas) avec des infos sur l'objet, des conseils de prise de vue et de traitement, etc. Si vous souhaitez consulter celle dédiées à M44 justement, je vous fait gagner du temps, c'est ici : https://millenniumphoton.com/portfolios/m44/ A bientôt pour d'autres images ! JB
  3. 8 points
    Bonjour à tous, après le sombrero direction ce superbe amas d'Hercule, 20X3mn 350D 800iso N254/1200 sous iris A+
  4. 8 points
    Bonjour à tous, petite sortie bien fraiche cette nuit avec le sombrero: N250/1200 350D 800iso 10X5mn sous iris A+
  5. 8 points
    Bonsoir à tous, suite des images obtenues au Newton "maison" optique et méca de 410 mm F/5.6 + Paracorr 2 + Sony A7S à 3200 iso + Baader Booster. Très forte pollution lumineuse et 35 min de pose réparties en 70 poses de 30 sec pour les 3 clichés. Traitement sous Siril, PI et CS6. Phil Messier 65-66 Messier 99 NGC 4565
  6. 7 points
    Bonsoir à tous, de retour de la Drôme, j'ai posté dans un autre topic les résultats de mes tests sur la caméra Altair 183M pro Tec. J'ai repris les images à tête reposée car certaines étaient traitées rapidement sur l'écran du portable et très bruitées. Voici donc un petit florilège de galaxies réalisées au foyer de la FSQ106 avec la 183M Pro Tec... Comme quoi on peut déjà bien s'amuser avec 500 de focale en dehors des grands champs Ces caméras à petits pixels ouvrent de nouveaux horizons, ça allège les setup Pour toutes les images : FSQ106 au foyer sur EM200 Temma2 Caméra Altair 183M Pro tec à -15°, gain unitaire, pilotée par SharpCap pro 3.2 Guidage sous PHD2 par Altair 290M derrière diviseur OAG ZWO Traitement SiriL 0.9.11 alpha 5 Finition CS5 Cliquez dans les images pour obtenir les full... M65, M66 et NGC3628. 55 poses de 60 secondes. M101 dans la Grande Ourse. 60 poses de 120 secondes. M58 et les galaxies Siamoises NGC 4567-68 dans la Vierge. 25 poses de 60 secondes. NGC4725 et son compagnon NGC 4712, accompagnées de la belle NGC 4747, dans la Chevelure de Bérénice. 72 poses de 60 secondes. M51 quasiment au zénith, avec des passages de cirrus qui ont provoqué quelques halos sur les étoiles brillantes. 78 poses de 60 secondes. M81 et M82 dans la Grande Ourse. 40 poses de 120 secondes. Les étoiles sont bien empâtées. M63 le Tournesol dans les Chiens de chasse. 37 poses de 120 secondes. NGC4565 la galaxie de l'Aiguille dans la Chevelure de Bérénice. 13 poses de 120 secondes. Et juste avant que les nuages n'envahissent tout le ciel (et provoquent les halos sur les étoiles brillantes), M108 et M97 dans la Grande Ourse. 15 poses de 120 secondes.
  7. 7 points
    Le vent du noooooooord ....... bonjour à tous et à toutes ! un petit passage pour dire que les conditions ne sont pas faciles , le vent du nord a dégagé le ciel , mais il apporte beaucoup de turbulence ! je présente une image sans trop de détails , juste pour participer un peu CFF 300 f/d de 20 adc asi 224c as2 20% avec io à 6h05 loc : polo
  8. 7 points
    Bonjour a tous Pour ne jamais gâcher les nuits, et parce que ma cible de la soirée était trop basse , je me suis fait un pti M92 en 3h de pose en RVB juste avant le levé du jour (Un peu en avance sur la saison, mais ça sent l'été qui arrive ) Le traitement et le plus naturel possible, et j’espère que les couleurs très peu saturée plairons à @ALAING Pour le traitement, Siril bien sur , avec un empilement des 3 couches pour faire une superluminance et ensuite traitement séparé des couches couleur pour le RVB Il me plait bien, j’espère qu'a vous aussi Le Crop: Info technique: Instrument ou objectif:Skywatcher 150/750 Explorer BD Imageurs:ZWO ASI1600MM-Cool pro Monture:Skywatcher HEQ5 PRO (belt modification) Instrument de guidage:GSO 50mm Finder Guide Scope Caméra de guidage:ZWO ASI120MM-S Réducteur/correcteur de focale:Baader MPCC coma corrector Logiciels:siril, APT - Astro Photography Tool Astro Photography tool Filtre:ZWO LRGB 31 MM Accessoires:ZWO EFW 5x31 Résolution: 4543x3370 Dates:29 mars 2019 Images: ZWO B 31 mm: 60x60" bin 1x1 ZWO G 31 mm: 60x60" bin 1x1 ZWO R 31 mm: 60x60" bin 1x1 Intégration: 3.0 Heures Âge moyen de la Lune: 23.33 jours Phase moyenne de la Lune: 37.51% Astrometry.net job: 2637139 Centre AD: 259,354 degrés Centre DEC: 43,141 degrés Échelle des pixels: 1,036 arcsec/pixel Orientation: 57,878 degrés Rayon du champ: 0,814 degrés Bon ciel et a bientot Guillaume
  9. 6 points
    NGC 5962 15 mars 2019, une de mes dernières nuits avec le C11 Edge HD à Nerpio… 20L 15R15G10B gardées Poses unitaires de 150 s guidées. Paramount ME, ATIK 4000 MM. MaximDL, CCD AP et FocusMax. Traitement PixInsight exclusif. Image Plate Solver script version 5.1.1 =============================================================================== Resolution ........ 0.772 arcsec/px Rotation .......... 163.517 deg Field of view ..... 25' 5.5" x 25' 39.5" Image center ...... RA: 15 36 34.130 Dec: +16 36 38.82 Image bounds: top-left ....... RA: 15 35 59.155 Dec: +16 20 46.96 top-right ...... RA: 15 37 39.478 Dec: +16 27 53.33 bottom-left .... RA: 15 35 28.682 Dec: +16 45 23.04 bottom-right ... RA: 15 37 09.201 Dec: +16 52 30.31 =============================================================================== NGC 5962 a été découverte par William Herschel le 21 mars 1784. Il s’agit d’une galaxie spirale de magnitude 11,3 de type SAc C (Seo & Ha, 2015) appartenant à la constellation de la Tête du Serpent, décrite par Per Dreyer comme « assez faible, assez grande, irrégulièrement un peu étendue, un peu plus brillante au centre ». Il s’agit du membre le plus brillant du groupe du Serpent, située à 90 millions d’années-lumière de distance, qui est associé au superamas de la Vierge. Simbad donne comme galaxies parentes NGC 5951, NGC 5953, NGC 5954, UGC 9991 et UGC 9925. Elle présente un noyau relativement gros et dense, mais un petit bulbe central duquel se déroulent ses bras en spirale. Elle semble présenter trois galaxies satellites naines, plus petites, aux teintes orangées. Elle s'étend sur environ 80 000 années-lumière. La sonde GALEX a mesuré son décalage vers le rouge à 1957 ± 2 km/s (c’est précis !). Chaque année, environ six masses solaires s’y transforment en étoiles. Sa taille exacte et sa masse ne sont pas connues avec précision, mais sa masse a été estimée à l'aide des vitesses de ses galaxies compagnes. Le nombre d'étoiles estimé dans NGC 5962 atteint les (1 ± 2,5) × 10^12 (mille milliards, ou billions). Elle a servi d’échantillon dans une étude récente (2018) de la base de données SDSS qui a montré que 14% des galaxies du volume local présentaient des signes de caractéristiques diffuses susceptibles de résulter d'événements de fusion mineures. En effet, dans les modèles de formation des galaxies, des courants de marée sont attendus dans ou autour de la plupart des galaxies, sinon toutes. Bien que ces caractéristiques puissent fournir des diagnostics utiles au modèle Λ CDM, leurs propriétés observationnelles restent limitées, car elles sont difficiles à détecter et à interpréter. Conformément aux études précédentes, cette dernière étude en date a retrouvé que le type de structure de marée le plus couramment observé étaient soient des enveloppes « en coquille d’œuf » soient des arcs. Elle apparaît aussi dans le catalogue d'une étude photométrique du rayonnement ultraviolet proche et lointain via les outils GALEX et IRACI à 3.6 µm du télescope Spitzer, ce rayonnement UV étant un moyen direct de déterminer le taux de formation d'étoiles (SFR) des galaxies. Cette étude intéressante a permis de montrer qu'à une luminosité de surface inférieure à 20.89 mag.arcsec – 2 (ou inférieure à 3.10^8 masse solaire par kpc carré en densité de surface en masse stellaire), le taux de formation spécifique d'étoiles (sSFR) moyen des galaxies à formation étoiles et des galaxies quiescentes était relativement liénaire avec le rayon. Cependant, une grande partie des galaxies de la "Vallée Verte GALEX » (aka GGV) présentent une diminution radiale du sSFR. Ce comportement suggère qu'un mécanisme d'amortissement externe-interne possiblement lié à des effets environnementaux pourrait être le témoin d'une évolution précoce de la séquence bleue des galaxies formant des étoiles vers la séquence rouge des galaxies au repos. Qu’est-ce que la "vallée verte GALEX", me direz-vous ? Il s’agit d’une vaste région séparant les pics bleu et rouge du diagramme de magnitude des couleurs ultra-violets-optiques, révélé pour la première fois à l'aide de la photométrie GALEX UV. Le terme a été inventé par Christopher Martin en 2005. La Vallée Verte met en évidence le pouvoir discriminant des UV vis-à-vis de très faibles niveaux relatifs de formation d’étoiles en cours, auxquels les couleurs optiques, y compris les u-r, sont insensibles. Il correspond à des galaxies massives situées en-dessous de la séquence "principale" de formation d'étoiles et constitue donc un outil essentiel pour l'étude de l’arrêt de la formation d'étoiles et de sa résurgence possible dans des galaxies par ailleurs quiescentes. Sources : Systematic search for tidal features around nearby galaxies I. Enhanced SDSS imaging of the Local Volume. G. Morales, D. Martínez-Delgado, E. K. Grebel, A. P. Cooper, B. Javanmardi & A. Miskolczi. A&A, Volume 614, June 2018 The GALEX/S4G Surface Brightness and Color Profiles Catalog. I. Surface Photometry and Color Gradients of Galaxies. A.Y.K. Bouquin, A. Gil De Paz, J.C. Munoz-Mateos, S. Boissier, K. Sheth, D. Zaritsky, R.F. Peletier, J.H. Knapen & J. Gallego The Astrophysical Journal Supplement Series, Volume 234, Number 2. A catalog of visually classified galaxies in the local (z ∼ 0.01) universe. H.B. Ann, M. Seo a D.K. Ha. 2015ApJS..217...27A - Astrophys. J., Suppl. Ser., 217, 27 (2015/April-0) Voili voilou pour la séquence "souvenirs" et le début de traitement à postériori de mes dizaines de fichiers du C11 qui trainent sur mon DD JB
  10. 6 points
    Vite fait, sans doute pas exact mais j'espère dans le bon ordre de grandeur, ce petit montage pour montrer l'échelle de l'image délirante délivrée hier par le HET. A gauche, un seul pixel du télescope spatial Hubble, à droite, le champ entier de l'image du trou noir… J'espère que je me suis pas trop gourré dans les ordres de grandeur : j'ai pris 0.02'' comme taille de pixel de Hubble, et 0.0001'' pour le champ de l'image du HET.
  11. 5 points
    Surfeurs, surfeuses, bonjour, Avec le mauvais temps ici dans le sud, je vous propose un petit CROA de ce dernier trimestre 2019, durant lequel j' ai essayé de me familiariser avec mon matos et différents logiciels de traitement... Le météo n' était pas très coopératif, et même s'il faisait "beau" il y avait soit du mistral soit un ciel peu transparent, mais on fait ce qu' on peut . Vos remarques et suggestions pour améliorer mes exploits dans le future sont bienvenus En poses courtes, j' ai eu des résultats encourageants avec mon TN 30cm f/d 5.3 et l' ASI ZWO 385 que m' était généreusement offert par ...les lutins de père NoëL Le premier est M1, pris en photo fin décembre et début janvier. Acquisition totale de 1733 images de 5 secondes, soit 2h25min en total. Suite, NGC 2392, la fameuse nébuleuse d' Eskimo, prise le 15 janvier, 5400 subs de 400 msec et 7500 subs de 200 ms (1h en total) La nébuleuse NGC 1514 ne se prêtait pas pour des poses courtes, ici le résultat de 5h d' exposition (115 x 30 secondes, 771 x 10 secondes et 1021 x 7 secondes): Ces derniers mois j' ai aussi essayé de revaloriser mon ancien tube Meade Schmidt-Newton (25cm - f/d 4) un relique myope que j' ai depuis 20 ans.... j' ai changé PO, miroir secondaire, nettoyé l' optique, collimation infernale....eh bien vous voyez les résultats (photos prises avec un Toupcam EP3 6300) ci-dessous. Mon schéma de traitement: -Acquisition avec le logiciel Risingsky fourni avec le Toupcam -empilement avec DSS (après présélection des images sur base de leur FWHM et score) -SIRIL (autostretch/Asinh, deconvolution, réduction du gradient) -GIMP et FITSWORK, corrections cosmétiques. M 106, 118 x 120 secondes (binning 2x2) M90 (et sa voisine IC 3583), 135 x 60 secondes (2h15 en total) : En RVB (avec un ASI 178 MM) j' ai fait un shoot de la NGC 2903 (Leo), 6h25 temps de poses, binning 2x2: Enfin, pour compenser vos efforts de lecture jusqu' à ici, une image des galaxies NGC 4568 et 4567, (les jumeaux siamois) prise le 11 mars, quand j' avais 10 minutes d' accès au Liverpool Telescope (2 mètres) sur La Palma. L' image est composée de deux poses avec le filtre sloan "g" (115 secondes) et "r" (175 secondes) -enfer à calibrer en RVB . Le but était surtout de distinguer la différence de couleurs (et donc l' âge) entre les jumeaux.... J' espère que mon CROA vois plaise. Bonne journée, Jacques
  12. 5 points
  13. 4 points
    Deux postes à la fois pour que vous puissiez attraper votre prise.
  14. 4 points
    Je reviens à mon post précédent. Le papier II est dédié à l'instrumentation ; Comme on peut le lire ci-dessous ils ne manquent pas d'idées pour améliorer leur dispositif dans les années qui viennent : (la traduction automatique n'est pas assez bonne et j'ai pas trop le temps de corriger) 6. Future Developments The EHT array is continuing to develop. With the ability to image SMBHs on horizon scales now confirmed (Papers I; III; III; V; VI), the focus of EHT development will shift to enabling observations that can refine constraints on fundamental black hole properties, processes of black hole accretion and outflow, and tests of general relativity. This depends on achieving higher angular resolution, enhancing image fidelity, and enabling dynamic imaging of time-variable phenomena. Higher resolution will allow more detailed studies and modeling of sub-horizon structures as well as sensitive tests for asymmetries in shadow features. Greater image fidelity will bring fainter emission near the horizon into focus for the study of accretion and jet processes, and it will enable a sensitive comparison across imaging epochs, which is especially germane for M87 with its dynamical timescale of days to weeks. For SgrA*, the light-crossing time of ∼20s requires a dynamic approach to image reconstruction, with the potential of observing the near real-time evolution of a black hole. The planned and in-progress addition of telescope facilities at new geographic sites will improve the (u, v), or Fourier, coverage, and thus imaging fidelity. Over the course of the next two years, the EHT expects to add two more facilities: a beamformed NOEMA in France, which, once completed, will be the equivalent of an approximately 50m dish, and a 12m diameter dish on Kitt Peak in Arizona. A newly realized and important consequence of designing high-bandwidth systems is that adding telescopes with modest diameters (;6m ) creates VLBI baselines with sufficient sensitivity to detect the primary EHT targets. An expansion of the EHT can, therefore, include the possibility of deploying numerous smaller apertures, enabling not only improved image quality but also snapshot capability, which is a precursor to constructing black hole movies (Bouman et al. 2018; Johnson et al. 2018). Additional plans to enhance the data throughput of VLBI backend and phased array systems are underway, linked to new generations of wideband millimeter and submillimeter receivers and industry trends that will allow for rapid design and implementation. With the inclusion of more sites and wider bandwidths, the computational requirements for VLBI correlation will increase: linearly with bandwidth, and as the square of the number of stations. The exploration of scalable approaches to address future EHT correlation needs is underway (Gill et al. 2019). The combination of these efforts is aimed at the substantial expansion of aperture plane sampling of the EHT and improved imaging. To significantly improve angular resolution requires development in different directions. Planned extension of the EHT to operation at 0.87mm wavelength, a standard receiving band at many facilities, would increase the angular resolution of the array by ∼40%. VLBI tests at 0.87mm are underway and this capability is expected at a subset of EHT sites over the next 3–5yr (see Table 4). An alternate approach to increased angular resolution is to deploy EHT antennas in space where baseline length is not limited to the diameter of the Earth, potentially allowing horizon-scale imaging of additional SMBH candidates (Johannsen et al. 2012). Space platforms also offer the possibility of rapidly sampling the Fourier plane, thereby opening the potential for dynamical imaging of black hole accretion and outflow processes (D. Palumbo et al. 2019, in preparation; F. Roelofs et al. 2019, in preparation; M. Shea et al. 2019, in preparation). EHT observation strategies continue to be refined. With further development of remote monitoring and control tools, the EHT can explore triggering observations during the best conditions throughout the year outside the current March–April window. One consequence of this flexibility would be that observations for SgrA* and M87 could be optimized separately in a given observing cycle, instead of grouped together as they are currently. Distributing the observations over a larger portion of the year also increases the likelihood that the EHT would detect emission transients or flaring on intermediate timescales should they occur, and affords, in general, the opportunity to study M87 on timescales that correspond to the expected ISCO period of order one to several weeks (Table 1). Not all EHT sites may be able to participate in such flexible campaigns, but even a subset of the array, especially if augmented with many smaller dishes, could provide useful observations for variability studies.
  15. 4 points
    Merci par ces petits coeurs... de démontrer qu'une vision poétique de l'astrophoto, mise en scène, a voix au chapitre au même titre que les époustouflantes images à haute résolution des planètes et du ciel profond, les panoramas stellaires.Je trouve que ces images là se suffisent à elles-mêmes tant elles sont chargées d'émotion...et d'informations! Un petit "bonus" sous cerisier: Lune blottie au creux des branchages et accompagnée d'une étoile.... Amitiés
  16. 4 points
    Si, il a été vu mais l'image étant moins bonne ils ne se sont pas étendus sur le sujet La raison étant que Sgr A* est beaucoup moins actif que le trou noir de M87. Voir mon message plus bas (14h)...
  17. 4 points
  18. 3 points
    Salut, titre de sujet peu original, j'étais pas inspiré Voilà trois dessins de ces derniers jours, faits depuis l'observatoire du CAV en Vendée, avec mon T406. NGC2903, à 220X. La dernière fois que je l'ai dessinée remonte à 2007 il me semble, à l'époque où je dessinais encore sur papier noir. Joli bulbe traversé par la barre bien visible, à l'extrémité "droite" de laquelle un départ de spire dessine un crochet contrasté. M101, à 88X, 146X, 220X. Pas dessinée depuis 2010. D'ailleurs ça faisait plusieurs années que je ne l'avais pas pointée, à tort ! Quelle beauté. Dans le genre "vue de face" et par rapport à sa voisine M51, elle est ténue et pourtant l'enroulement se dessine aisément. Peut-être parce qu'il est plus "lâche" que dans le cas de M51. En la parcourant un long moment on perçoit en vision indirecte que les bras se fractionnent en paquets ; par endroits on saisit des ponts de matière. Les deux zones HII extérieures et quasi diamétralement opposées sont très visibles, allongées et décomposées en quelques nodules lumineux. A posteriori je m'aperçois que j'ai raté un certain nombre de détails (notamment d'autres zones HII) situés très en périphérie, j'ai pas eu idée d'aller explorer aussi loin du centre. Il faudra donc y revenir ! M97, à 220X. voilà une NP qui ne m'avait jamais inspiré jusque-là. Mais en ce dimanche 7 avril au soir, en menant le dessin l'objet prend progressivement de l'intérêt. Sans filtre je perçois les deux cavités, aux frontières mal définies. Je tente l'OIII Lumicon puis l'UHC Astronomik, je les ai également mais pas mieux définies en fait. Je dessine donc sans filtre. L'étoile centrale est discrète mais visible sans ambiguïté, Très piquée. La cavité de droite est un peu plus sombre que sa voisine, son bord situé près du centre est plus net que celui de l'autre cavité. La bordure de la NP n'a pas de symétrie de révolution, j'ai perçu deux zones plus lumineuses qui donnent l'impression qu'elles dépassent du contour circulaire. J'ai ressenti une teinte clairement bleutée. Fred.
  19. 3 points
    Bonjour a tous ! Je continu mon apprentissage avec une deuxième sortie ce Lundi 8 Avril les nuages ayant décidé de me dégager la voie. Troisième sortie en vérité, la deuxième ayant été écourtée a cause de la bague T qui a grippé sur une bague adaptatrice, ma passion première pour la mécanique a repris le dessus et qd j'ai séparé les 2 bagues l'une était ovale et l'autre ressemblait a un haricot Suite à ma première tentative sur le duo M81 / M82, je me suis procuré un correcteur de coma Baader RCC I ainsi qu'un filtre CLS explore scientific. Je vous rappelle mon matériel, un Newton 254mm f/d 4, monture NEQ6, APN Nikon D5500, correcteur de Coma et filtre CLS J'ai fait 98 poses de 45" à 800 iso avec 45 DOF, pre-traitement Siril et traitement Siril et photoshop J'ai toujours ces projecteurs de stades et lampadaires allumés, mais cette fois j'ai visé a l'opposé. Etant lancé et chaud comme la braise j'ai tenté d'imager M101 et M51, j'ai fait mes DOF en fin de session vers 3h du mat avec le matos qui dégoulinait de flotte, bonjour l'humidité, j'ai été trop gourmand et j'aurai du couper plus tôt Les brutes de M101 et M51 sont bcp trop sombre pour sortir qq chose de correct, l'humidité je pense. J'ai eu un doute sur mes flats, ma boite à flat étant une conception maison, mais un traitement sans flat laisse apparaître un bon vignetage. Pour M65 j'ai eu un peu de mal a traiter le stack bcp de gradient, je pensait qu'avec le filtre j'en aurait moins Voila le résultat final, je suis preneur de toutes critiques et conseils afin de m’améliorer
  20. 3 points
    Bonjour Une petite balade sur la chaîne de Markarian dans l'amas de la Vierge. Image réalisée avec l'astrographe TS 81/352 - HEQ5 - zwo asi 1600 mono (Lum. 90"x 140 - RVB 90"x 46 pour chaque filtre) + guidage. Quelques petites poussières sur le filtre luminance qui ont bougé entre le moment du positionnement de la boite à flats et leurs réalisations. Il est temps de tout nettoyer. Voilà, il fallait bien raconter quelque chose... Virginie
  21. 3 points
    Ben moi j'vais vous dire que je m'enquiquine pas avec tous ces trucs et ces machins J'ai des lunettes, des télescopes, des caméras et je fais mes petites images sans m'occuper de tout ça Et au final, je m'embrouille pas la cervelle et chus assez content de mes images Bonne soirée à vous, AG
  22. 3 points
    Instrument ou objectif:Skywatcher 150/750 Explorer BD Imageurs:ZWO ASI1600MM-Cool pro ASI 1600MM pro Monture:Skywatcher HEQ5 PRO (belt modification) Instrument de guidage:GSO 50mm Finder Guide Scope Caméra de guidage:ZWO ASI120MM-S Réducteur/correcteur de focale:Baader MPCC coma corrector Logiciels:siril, APT - Astro Photography Tool Astro Photography tool Filtre:ZWO LRGB 31 MM Accessoires:ZWO EFW 5x31 Résolution: 4543x3370 Dates:29 mars 2019 Images: ZWO B 31 mm: 60x60" bin 1x1 ZWO G 31 mm: 60x60" bin 1x1 ZWO R 31 mm: 60x60" bin 1x1 Intégration: 3.0 Heures Âge moyen de la Lune: 23.33 jours Phase moyenne de la Lune: 37.51% Astrometry.net job: 2637139 Centre AD: 259,354 degrés Centre DEC: 43,141 degrés Échelle des pixels: 1,036 arcsec/pixel Orientation: 57,878 degrés Rayon du champ: 0,814 degrés
  23. 3 points
  24. 3 points
  25. 3 points
    Image des galaxies NGC 4568 et 4567, (les jumeaux siamois) prise le 11 mars. Plus de details dans ce post:
  26. 3 points
    Merci à tous pour vos messages. En réfléchissant, en parlant beaucoup autour de moi avec mes amis, je pense qu'il faut tout de même que je continue ma passion, que c'est important. Je ne suis pas une girouette... C'est décidé, je continuerai pour le plaisir de partager aussi. Alain toute compte fait, ce n'était qu'un tout petit au revoir qu'il faut vite oublier. Ce n'était qu'un gros coup de blues. J'ai eu tord. Oui Nicolas, c'est un très bon échappatoire. Virginie 🐌
  27. 3 points
    Bonjour à tous, Juste après le dîner, un petit tour dans le jardin pour admirer Dame Lune , et juste avant un long métrage aux accents de Caraïbes... Franchement, ce fut un véritable enchantement. Avec l'appui des cerisiers, des pêchers de vignes, des magnolias, des cognassiers du Japon tous en fleurs, un écrin de couleurs pour la Belle. Et un de mes visiteurs habituels qui aiment à s'inviter dans le cadre. Quelques images ...histoire de partager. A suivre...? Amitiés
  28. 3 points
    En tous cas il faut le faire sentir aux financeurs...
  29. 3 points
    Une vidéo ou Katie Bouman explique, expliquait !, comment serait faite la première image d'un trou noir... https://www.20minutes.fr/sciences/2494095-20190411-premiere-image-trou-noir-ex-etudiante-mit-heroine-web
  30. 3 points
    Tu veux quand même pas dire que certains astronomes p....t plus haut que leur c.l pour prouver qu'il y a du méthane sur Mars ?
  31. 3 points
    J'ai essayé de regrouper quelques mesures avec leurs incertitudes, car évidemment dans tous ces communiqués de presse et articles Nature ou Science (c'est là leur grand défaut), il y a plus de place à la com et la (sur-)interprétation que la présentation scientifique et rigoureuse des mesures...: PFS (Mex) 2004: 15+-5 ppbv (mais faut voir le spectre... à noter que les chiffres sont donné avec des multiples de 5...) CFHT 1999: 10+-3 ppbv PFS (Mar express) 2019: 15.5+-2.5 ppbv Curiosity: 0.69+-0.25 (2-sigmas (?)) avec les mesures d'enrichissement (le sigma diminue, la valeur aussi...) 7.19+-2.06 (2-sigmas) Mumma et al. (IRTF/Keck) 2003 et 2006: 6 à 24 +-8ppbv en gros (pas très locaces sur le sigma... plus sur les variations locales et temporelles) ... il y en a d'autres mais c'est juste un extrait, dans la conférence de presse plus de mesures sont citées mais je ne crois pas que les incertitudes soient données! ... et pour TGO on a donc < 0.05 (je ne sais pas si c'est du 2 ou 3 sigma, mais avec cette sensibilité toutes les autres mesures auraient du donner des détections sûres à 99.9999% et pas moins....) (Je/on appelle "sigma" en général l'incertitude qui dans une statistique gaussienne donne un intervalle de confiance de 68.3% à +-1sigma, 95.4% à +-2sigma, 99.73% à +-3sigmas... mais il faut savoir dans les incertitudes ce qui est réeellement du statistiquement aléatoire ou du biais de mesure / étaonnage... voire biais politique pour le résultat visé ) Nicolas
  32. 3 points
    Avant l'outil spécifique et s'il n'y a pas de risque pour les coatings, le WD40, ca marche plutôt bien (mais c'est déconseillé pour ouvrir les bocaux de confiture)
  33. 3 points
    Salut Une dernière image avant reconditionnement et amélioration de mon vieux C8 dont le primaire à tendance à pivoter selon l'orientation du tube, entraînant une décollimation visible sur l'image. Il s'agit de la comète 123P/West-Hartley qui navigue depuis quelques jours parmi de petites galaxies, ici NGC3504 et 3493. Traitement Siril et Photoshop. Yoann
  34. 3 points
    Bonsoir oui elle est peut être moche, mais j'ai mis 1200 pixels tellement je suis content
  35. 2 points
    Salut astronomiques ! Dans la foulée de l’impressionnant anticyclone de février, la météo a continué en mars de nous offrir de beaux ciels dégagés et remarquablement purs. Ne pouvant hélas pas profiter d’autant de soirs clairs que souhaité, j’ai quand même eu la chance d’entamer copieusement de belles portions de ciel printannier. Pourtant, le manque n’était peut-être pas si fort que d’habitude, suite aux ripailles gargantuesques dans les amas de février. Je souhaitais prolonger l’enthousiasme et l’ambiance de cette belle entrée en matière galactique printannière. Quoi de mieux qu’un CROA pour faire suite à tous ces debriefings d’observations et autres consultations d’atlas ? Comme souvent, je ne vais pas détailler chacune des dizaines de petites tâchouilles observées, mais m’attarder plutôt sur les principales, celles qui m’ont le plus marqué. Les observations sont toutes effectuées au T300 (Panoptic, Delos, Pentax XW) dans les Monts du Lyonnais. Entrons donc dans la vif du sujet. Le 26/03/2019, par transparence très bonne (pour mon site) et turbulence assez forte dûe à un vent en rafales (étoiles non piquées à 170 X) je profite du Petit Lion avant qu’il ne monte trop au zénith. NGC 3432 est un long fuseau surprenant, très allongé en vision indirecte, mais déjà bien visible en vision directe. Par contre, elle est difficile à repérer ! A faible grossissement, c’est un ensemble curieux diffus inscrit entre deux duos stellaires. En poussant l’amplification, le fuseau émerge bien des étoiles voisines, et on distingue une ou deux condensations à la surface, qui a un aspect un peu granuleux. Certaines parties sont plus brillantes par intermittences. Peut-être des régions HII ? Très intéressant en tous cas ! Dans le Lion cette fois, NGC 2964 est facile en vision directe, ovalisée, avec une extension NE un peu courbée. A côté je vois facilement sa comparse NGC 2968 de mag 11,7, plus petite et à peine moins brillante. Vers une centaine de fois le duo est magnifique et contraste avec les étoiles assez piquées du champ.. Je finis cette soirée sur quelques galaxies secondaires de l’Hydre, assez faciles à ce diamètre. Le 28/03, après m’être comme d’habitude habitué au noir en profitant de quelques étoiles doubles, j’inaugure cette soirée par le grand amas ouvert M48 dans l’Hydre. La turbulence est encore assez forte à cause du vent. En outre la transparence n’est pas au top, réduite par une légère brume de pollution comme c’est souvent le cas en période prolongée de beau temps. Cet amas est majeur, très grand, brillant, de forme un peu triangulaire, avec une répartition un peu irrégulière des étoiles et surtout une condensation en ligne brisée d’une douzaine d’astres un peu plus lumineux. Il y a des petits groupes un peu plus denses à l’est, la partie ouest étant moins riche. Même si le grossissement est un peu fort ici (préférer des réfracteurs à 20 – 40 X) l’amas ressort bien du fond céleste. J’estime le nombre d’étoiles à 80 ou 100 au moins. Juste après je vise la nébuleuse planétaire NGC 2610 toujours dans l’Hydre. Notée très difficile et peu intéressante à la L100 en 2017, c’est au 300 un astre bien plus facile, limite en vision directe à 170 X. Surtout elle trône dans un joli champ groupant une quinzaine d’étoiles en pyramide, menée par une dorée. Elle s’étend au SO d’une étoile de mag 13 environ. Le magique OIII renforce encore son éclat. Elle est facile en vision indirecte, assez grande, et le centre paraît difficilement plus sombre. Elle se pare aussi d’une subtile teinte gris-verdâtre, mais c’est assez sujectif …Hélas le joli groupe d’étoiles est un peu éteint de par la présence du filtre. Quelques petites galaxies de l’Hydre plus tard (dont la très élusive NGC 3109 …) voici encore une intéressante nébuleuse planétaire dans cette constellation : Abell 33. L’intérêt ici provient, je dois l’avouer, de la bonne surprise de pouvoir accéder de façon sûre à cet astre que je pensais bien plus délicat et réservé à plus gros diamètre. En effet, si rien n’est visible à l’oculaire de recherche (Pano 24, 56 X) sans filtre, le Magic OIII permet de sortir tout de suite un vague halo s’étendant au nord d’une étoile de mag 9 environ. Peu à peu il devient plus évident et mieux défini, plus marqué à l’ouest et avec un condensation au nord. En grossissant il semble difficile d’en voir plus, même si une zone à l’est apparaît par rares intermittences. Le contraste global est moindre comme souvent sur ce type d’objet diffus, mais la surface est moins unie, plus « sectionnée » en portions de luminosité à peine différente. L’intégralité du disque n’est pas perçue. Un belle émotion toutefois, comme souvent sur les Abell de rude réputation ! Direction les Chien de Chasse maintenant pour l’un des clous de la soirée : le long fuseau de NGC 4244 ! Notée très faible à la L100, la voici facile en vision directe quoique pâle et moyennement contrastée. Le rapport longueur sur largeur est supérieur à 5. Une étoile de mag 13 sur l’extension N contraste avec le matériau diffus. Elle est légèrement plus brillante au centre, et un aspect déjà un peu grumeleux et irrégulier est confirmé à 100 X. A 170 X elle devient immense et différentes zones plus marquées apparaissent. Elle me fait penser à sa célèbre voisine NGC 4631 ! NGC 4460 est un joli fuseau aussi, bien étiré de rapport 3/1, vu en vision directe, mais un peu plus modeste. Il est agrémenté d’une belle étoile double proche (STF 1645), que je perçois légèrement colorée bleue et jaune. A 170 X la galaxie est jolie, bien effilée, et très légèrement irrégulière, avec peut-être des zones sombres comme sur M82. Ah quel régal cette succession de galaxies dans l’oculaire, chacune différente de l’autre, accessibles avec confort grâce au diamètre, et montrant déjà parfois quelques détails …Certes, vu l’aspect diffus des galaxies, 400 ou 500 mm ne seraient pas du luxe pour clarifier tout cela, mais contentons-nous de ce que nous avons ! Le lendemain 29/03 les conditions sont les meilleures de ces trois soirs, le vent ne souffle plus, et même si la turbulence est encore un peu notable, la transparence est redevenue très bonne (pour un site de campagne entre deux grandes villes). Cette fois j’installe mon Dobson dans une position nouvelle, pour lui permettre de viser dans la Grande Ourse côté Chiens de Chasse, au-dessus du mur de ma maison. NGC 3184 dans ce fameux et vénéré Grand Charriot m’a souvent déçu par le passé aux faibles ouvertures. Sa morphologie de spirale vue de face, malgré sa mag de seulement 10, ne se prête guère aux conditions approximatives et « molles du genou ». Dès 56 X elle est pâle et étendue, conforme à ce que l’on peut en attendre, mais vue en direct et assez facile en vision indirecte. Une étoile de mag 12.5 trône sur le bord nord. Rapidement on voit que la surface est irrégulière, et à 96 X une condensation assez ronde apparaît à l’ouest. A 170 X c’est confirmé, et je vois apparaître une structure en équerre rejoignant l’étoile de mag 12. Un vague arc se détache à l’est, d’autres irrégularités se devinent …la structure spirale est bien amorcée et tout cela invite à y passer plus de temps. Intéressant ! Une autre fois, lors d’un dessin certainement ! Aimant bien les galaxies par la tranche, NGC 3877 a forcément retenu mon attention aussi. Notée assez facile à la L100, elle n’est ici que moyennement brillante mais contraste magnifiquement avec l’étoile brillante très proche. D’allongement 4/1 environ, l’aspect est déjà un peu granuleux dès l’oculaire de recherche. Surtout, en grossissant, la condensation centrale apparaît clairement décentrée vers le nord, avec une zone sombre côté sud et une extension de ce côté très fine et diaphane. En montant encore, les différences de luminosité à la surface sont accrues. Après quelques galaxies de la classe des magnitudes 10,5 à 11 dont certaines évidentes en vision directe ( NGC 3893, NGC 3949, NGC 3941), voici NGC 4051. Elle est facile en vision directe, ovalisée, avec un noyau perçu par intermittences en décalé. J’ai noté le côté nord plus marqué alors que le côté sud est diffus un peu en éventail. En grossissant elle devient moins contrastée (sa taille de 6’ X 5’ y est pour quelque chose) mais sa structure se précise : un bras s’incurve à l’ouest vers une étoile de mag 10, et on note une légère barre centrale. Tout cela n’est perçu que 50 % du temps en vision indirecte, et il aurait fallu grossir plus que 100 X. Voilà une piste bien dégrossie pour une prochaine fois (quoi de mieux qu’un dessin pour fouiller et comprendre une structure, et sortir tous les détails accessibles peu à peu …) Je voulais voir depuis longtemps M106, car déjà à la L100 un mouvement se dessinait à la surface. Je passe ici sur ses galaxies satellites (NGC 4346, 4220 et 4217 vues ce soir, cette dernière intéressante de par sa configuration avec les étoiles proches). Bien sûr, la Maîtresse des lieux est déjà très remarquable à 56 X, brillante tout de suite, et étendue ! Un fort gradient est immédiatement noté entre le bulbe brillant et les extensions bien plus diffuses et pâles. Elle me fait penser à M31 aux jumelles dans un ciel de montagne. Elle est très allongée au moins 5/1, et le bord Est me paraît plus tranché. Le départ de bras nord est assez facile en VI2 (75 % du temps), se courbant un peu. Le centre est allongé en barre décalée par rapport à l’orientation globale de la galaxie. A 96 X le bras est confirmé, et l’autre se devine difficilement. Je note deux ou trois parties plus condensées. Bref, c’est du lourd qui invite aussi à y revenir ! Enfin, pour la première fois le 300 est positionné pour viser M51 ! Enfin, je vais voir ce qu’il en est à ce diamètre, si souvent décrit avec enthousiasme sur les forums et autres ! A noter qu’il s’agit ici d’un simple et rapide premier coup d’œil, et non d’une réelle observation avec notes. Tout de suite je suis frappé par un aspect auquel je ne m’attendais pas : les spires et le pont sont moins évidents et nets que prévu. Les deux galaxies sont brillantes et bien définies, mais je perçois seulement une sorte d’anneaux vagues concentriques dans le halo, moyennement définis, et le pont ne m’apparaît vaguement qu’en vision indirecte. Mais l’astre n’est pas encore assez haut, et le grossissement n’a pas été poussé. Inattendu, mais intéressant et troublant certes ! Hypnotisé par ces anneaux concentriques ! Enfin, hier soir 08/04, sous un ciel d’abord couvert, je ne suis ressorti pour constater l’omniprésence des étoiles que vers 22h30. Fatigué, j’ai toutefois décidé de profiter du Dob monté pour aller picorer quelques délices dans la Chevelure de Bérénice. La transparence était un peu altérée par une forte humidité diffusante, gênante sur les astres très diaphanes, mais par contre j’ai constaté une quasi absence de turbulence historique, les étoiles à 270 X étaient piquées comme jamais ! Je retiens le beau fuseau de NGC 4293, méconnu à tort. Superbe, il est visible en vision directe facilement et s’étend dans un rapport de 5/1 environ. A partir de 100 X, quelques détails intéressants apparaissent, comme une étoile de mag 14 sur l’extrémité est, des irrégularités de silhouette (encoche), une nodosité à l’ouest du léger bulbe central, séparée par une zone sombre. J’ai préféré la vue à 96 X, une ligne marquant toute la galaxie en longueur en vision indirecte. NGC 4676 A et B, alias les fameuses Souris, m’avaient semblé être perçues à l’extrême limite à la L100 sous un ciel très pur (plateaux sans agglomération de Haute Loire), comme une seule tâche floue. Ici, c’est encore une observation « musclée » mais bien plus facile : les deux nébulosités sont bien perçues dans une sorte de halo, même si la vision indirecte est de mise. Je pense que la faible turbulence de ce soir aide à cette séparation ardue. A 170 X elles sont bien confirmées, mais il faut 10-15 secondes pour qu’elles réapparaissent après le changement d’oculaire. Elles sont ensuite pas trop difficiles en VI1. 270 X permet de voir que la galaxie sud est plus apparente, mais pas de trace de la fameuse queue partant de la galaxie nord. Je distingue tout au plus une légère diffusion très mal définie entourant cette partie. Des témoignages donnent la queue de la Souris facile à T 1000 ! Mais probablement perçue vers T 500 ou 400 sous très bon ciel, je ne me souviens plus des lectures … Pour finir, petite plongée dans l’amas Coma, ou Abell 1656. A la L100, seules les deux principales (NGC 4889, NGC 4874, mag 11.5 environ) étaient visibles. Ici elles sont assez faciles mais le souci c’est qu’une étoile brillante gêne bien. Il faut donc grossir pas mal pour éloigner cette étoile, et je commence donc à 170 X. La vision indirecte est toutefois nécessaire, toujours à cause de cette étoile. A 270 X on augmente encore les chances de détection d’autres galaxies, d’autant qu’elles sont petites et donc peu étalées en grossissant. Au final j’identifie dans les environs proches des deux galaxies principales : - NGC 4864 (mv 13,6) - NGC 4860 (mv 13,5) - NGC 4865 (mv 13,7) - NGC 4873 (mv 14,1) - NGC 4871 (mv 14,1) Avec plus de patience, plus de temps, moins de fatigue oculaire il aurait peut-être été possible d’aller plus loin encore … Voilà pour ce petit florilège de début de printemps. Je vous fais grâce des autres nombreuses petites tâchouilles moins intéressantes trouvées sur les chemins célestes, souvent faciles mais sans détails. Juste (bien) plus évidentes qu’à la lunette. A présent le programme se complexifie, de par la présence croissante de la lune, une disponibilité moindre cette semaine, et une météo capricieuse. Dommage, car les prochaines zones préférentielles sont déjà connues : galaxies basses de printemps peu fréquentées (Hydre, Coupe, Corbeau), Grande Ourse et Vierge, à fond !
  36. 2 points
  37. 2 points
    Bonjour a tous Une image qui date du 28 et 29 Mars dernier, et que je viens a peine de traiter pour cause de travaux dans mon appart! Il y a deux heures par couches soit 8h au total, toujours avec le 150/750 sur monture Heq5 et asi1600pro Les infos et détails technique se trouve ici: https://www.astrobin.com/399551/0/?nc=user Le Crop: V2 Info techniques : Instrument ou objectif:Skywatcher 150/750 Explorer BD Imageurs:ZWO ASI1600MM-Cool pro ASI 1600MM pro Monture:Skywatcher HEQ5 PRO (belt modification) Instrument de guidage:GSO 50mm Finder Guide Scope Caméra de guidage:ZWO ASI120MM-S Réducteur/correcteur de focale:Baader MPCC coma corrector Logiciels:siril, APT - Astro Photography Tool Filtre:ZWO LRGB 31 MM Accessoires:ZWO EFW 5x31 Résolution: 4388x3177 Dates:28 mars 2019 Images: ZWO B 31 mm: 24x300" bin 1x1 ZWO G 31 mm: 24x300" bin 1x1 ZWO L 31 mm: 24x300" bin 1x1 ZWO R 31 mm: 24x300" bin 1x1 Intégration: 8.0 Heures Échelle des pixels: 1,038 arcsec/pixel Orientation: 58,172 degrés Rayon du champ: 0,781 degrés Bon ciel et a bientot Guillaume
  38. 2 points
    On s'en fout, de vos discussions de soye disant experts, nous ce qu'on veut savoir, c'est si ya des bactéries qui pètent sur Mars, enfin sous Mars. A l'intuition, je parie depuis des décennies que non, et des @vaufrègesI3 et consorts font semblant de croivre que oui, pour pouvoir alimenter des fils ad nausea… oups, ad vitaernam, sur Astrouf, quand des gonzes plus éclairés, genre @Tournesol voudraient passer à autre chose, style envoyer des sous-marins sur Europe ou Encelade.
  39. 2 points
    Je pense que « ms » est à l’origine des traitements d’images ... :-) Sérieux : finalement il n’y a pas de « bon angle » pour imager un TN puisque la déformation est sous trois dimensions ? Correct ?
  40. 2 points
    On retrouve ici la video de Katie Bouman https://www.franceculture.fr/sciences/katie-bouman-la-jeune-chercheuse-grace-a-laquelle-a-pu-contempler-un-trou-noir Désolé, je ne comprends pas le principe de son algorithme, disons voilà ce que j'ai compris. - Au même moment, chaque radio télescope prend une photo de M87 (mais est-ce bien une photo ?) - Chacune des photos est découpée en petits morceaux - On recherche des analogies de ces morceaux entre chaque photo - Après ????
  41. 2 points
    Merci Polo, plutôt content de l'échauffement...mais il y a encore du boulot, réglage du tube, paramètres caméra et tout et tout...et surtout un belle nuit ! Merci merci Avec un 300, il faut le faire exprès pour ne pas sortir de détails !...je crois que mon long entrainement au N158 devrait me faire gagner du temps ! Pour la 2ème, en effet il faudrait que je remonte un peu les lumières...tout fait à l'arrache ! Comme tu dis l'ami Sauveur ! il y du jus dans ce gros tuyau !... Vivement les tests en x3 ! C'est gentil Un newton 150 ou 300, finalement c'est tout pareil...reste à l'exploiter à fond !
  42. 2 points
    Merci Polo, eh oui... 2m...même à f/10, ça marche bien Mais hélas, mon balcon est trop petit
  43. 2 points
  44. 2 points
    Clair, la surface collectrice totale reste très faible, qui ne doit pas être loin, au mieux, de celle d'un gros radiotelescope avec un diamètre de l'ordre de 100 ou 200 m de diamètre. Et si on part du principe qu'une planète réfléchi grosso-modo un spectre de corps noir, on a une magnitude/flux en ondes millimétriques bien plus faible que dans le visible ou IR.
  45. 2 points
    Merci à tous, pour le bleu le filtre coupe un peu...donc faut faire avec
  46. 2 points
    Excellent tout ça Philippe surtout M65/66 je trouve juste que tu as été un peu léger sur le bleu Tu as dû avoir aussi un peu de vent, visible sur M99 Plus qu'à nous faire le hamburger et une mosaïque avec la première Bonne journée, AG
  47. 2 points
    Bernard ne pouvant pas vous répondre pour l'instant, je réponds à sa place et je sais qu'il ne m'en voudra pas. Je pense qu'il voulait dire la nébuleuse de la Carène. Virginie
  48. 2 points
    Twité par Event Horizon T donc ça doit être crédible :
  49. 2 points
    Bonsoir à tous les ami(e)s, Et merci pour vos retours positifs et enjoués, ça fait plaisir ... Nous n'allons pas tarder à débriefer entre nous pour faire un bilan à chaud et voir ce que l'on peut améliorer pour l'année prochaine. Effectivement, il nous manquait du ciel pour cette 1ère édition et nos scopes n'ont vus que les coffres de voitures, mais bon ... Sinon, en chiffres, ce sont 240 enfants (8 classes) de la maternelle au cm2 qui ont été accueillis le vendredi pour les différents ateliers (planétarium, etc ...). Plus de 1 000 visiteurs sont venus nous rendre visite entre le samedi et dimanche. Les différents conférenciers étaient ravis de l’événement et nous ont assurés de leur participation pour l'année prochaine, génial .... A noter que les enfants s'en sont donnés à cœur joie avec le concours de fusées à eau (réalisations + lancements) et que pour les plus grands, le duplex avec l'observatoire Québécois du mont-Tremblant à été un grand moment. Une nouvelle fois, nous vous remercions tous pour votre participation et votre soutien Nous espérons vous compter parmi nous l'année prochaine, car c'est sûr ... on remettra le couvert en 2020 .... Amicalement, L'organisation.
  50. 2 points
    il doit avoir un trou dans son atmosphère au-dessus de lui, c'est pas possible