Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 04/28/19 in all areas

  1. 15 points
    Bonjour à tous, Je me suis lancé le défi d'imager NGC4038 qui constitue, avec NGC 4039 le couple connu sous le nom des "Antennes", en raison des extensions assez faibles qui partent de ce couple en interaction. Le défi, c'est qu'avec une déclinaison de -18°51 elle est plutôt basse et que les extensions sont plutôt faibles. Mon C11 étant installé en Espagne, je gratte quelques degrés par rapport à mon ciel du sud-ouest. A l'arrivée, je fais des séances de 1h30 par nuit, quand elle "culmine" à environ 30° de hauteur. J'en suis à 4 séances, qui m'ont permis de faire 61 poses de 300s, avec un FWHM très variable (de 2,2" à 2,9"), ce qui n'est pas plus mal que si c"était pire Voici l'image actuelle ... Les extensions commencent à "sortir", je vais sans doute ajouter encore quelques poses sans filtre avant d'attaquer l'acquisition des couches couleur, mais je ne résiste pas à l'envie de vous montrer où j'en suis avec une première image de luminance seule : Ne me demandez pas d'où viennent ces étranges aigrettes sur les étoiles brillantes : je n'en sais rien ... je les supprimerai au traitement final. C11 Edge HD avec réducteur de focale 0,7x et caméra Atik 4000MM 61 poses de 300s traitées avec Siril
  2. 8 points
    Pas du tout, ce ne sera pas nécessaire de débourser un centime : nous serons tous chinois ! Plus sérieusement Tournesol - quoique - je suis tout à fait d'accord avec toi : eux sont encore gouvernés par des gens qui ont un cerveau, même si leurs méthodes non démocratiques nous déplaisent ; ils vont (et sont déjà en train de) nous laminer, non seulement au plan économique, mais aussi scientifique et technique, car ils mettent le paquet dans tous les domaines-clés : enseignement, recherche, industrie. Par ailleurs tu as répondu plus haut à la question que je voulais hier te poser, à savoir de combien de temps on disposerait raisonnablement avec les réserves connues ou estimées, si on passe au thorium. Pour rester donc dans cette logique, de combien de temps les chinois ont-ils besoin pour mettre au point puis industrialiser à grande échelle la filière thorium en récupérant tous les acquis dans ce domaine ? Assez peu en regard des réserves fossiles qui nous restent ? (sachant que pour se passer d'hydrocarbures, dont on dérive d'innombrables produits, l'industrie chimique doit subir une mutation profonde aussi, et disposer d'encore plus d'énergie pour, schématiquement, synthétiser ce qui ne peut être extrait). Sur la base de la demande actuelle, si j'extrapole tes chiffres, il faudrait construire l'équivalent de 6500 tranches nucléaires standard pour passer la planète au "tout-nucléaire", c'est de cet ordre ! On peut sûrement limiter les dégâts avec le renouvelable, mais d'ici que la demande soit stabilisée... no comment. Même si ton hypothèse n'est pas réaliste concernant la stabilisation des besoins à leur niveau actuel, donc l'estimation de l'horizon d'épuisement des ressources non plus, on disposerait tout de même, en ordre de grandeur, du millénaire, pour inventer une suite et la mettre en place : il me semble que ça pourrait changer la donne, non ? Ça rendrait peut-être moins utopique l'accès futur à la fusion. Mais pas si l'homme repart de plus belle dans son fonctionnement débile, évidemment ! (c'est pas gagné, là !) Peu importe cependant que nos dirigeants français soient trop stupides - ou vendus - pour faire le nécessaire : ce n'est pas d'hier, on a déjà encouragé à fuir une quantité choquante de cerveaux et laissé s'évaporer des compétences irremplaçables en matière de nucléaire civil, depuis plusieurs dizaines d'années, avec des politiques iniques. C'est juste bien navrant pour la France. L'important maintenant c'est que quelqu'un quelque part reprenne le flambeau, en Asie ou ailleurs. Les premiers qui réussissent à mettre au point et fiabiliser la filière deviennent les rois du Monde, s'ils peuvent asseoir leur suprématie. Évidemment je ne suis pas euphorique à l'idée qu'on devienne un jour prochain tous chinois, par ce biais-là et par bien d'autres : j'imagine très bien mon impuissance 10^-10 dans une communauté humaine planétaire qui comptera bientôt 10^10 individus... Quand l'individu devient une fourmi parmi dix milliards d'autres, il s'illusionne beaucoup s'il s'imagine encore qu'on va toujours lui demander son avis pour décider comment il doit vivre, ou même seulement s'il doit vivre. Pour finir, ce sont toujours les ressources disponibles et les conditions environnementales qui contrôlent une espèce et déterminent son expansion géographique et son évolution, quel que soit le système social par lequel elle organise son fonctionnement interne. Celui-ci d'ailleurs ne fait qu'optimiser la gestion des ressources et des menaces. On le voit avec les insectes sociaux : ça ne va pas dans le sens de la démocratie, en général. Je ne partage pas ta belle confiance en un avenir radieux Tournesol (ou alors très lointain). Non à cause d'une supposée impasse technologique - à laquelle je ne crois pas, tant est remarquable l'ingéniosité humaine pour contourner les obstacles - mais plutôt en raison du fonctionnement désespérant de la psyché de l'homme, chez qui je doute d'une évolution intérieure notable de nature à me convaincre qu'il se serait substantiellement amélioré sur la période historique (c'est intéressant d'étudier l'Histoire ). Ce, malgré ses découvertes et avancées extraordinaires sur les plans scientifique et technique. En parallèle, sur ma seule petite durée de vie, je constate une dégradation objective, considérable, de mon environnement vital. Nous épuisons à grande vitesse toutes nos ressources. Mauvaise combinaison de ces deux facteurs, à grande échelle, dont le second nécessiterait d'immenses progrès du premier pour être surmonté : ça ne colle pas. Si le subconscient humain évolue, c'est comme pour toutes les espèces, au fil des générations successives : combien en faut-il - des centaines ? - pour produire un changement significatif ? Cela représenterait des millénaires vu le temps qui sépare deux générations successives... C'est beaucoup trop lent pour s'adapter à la vitesse des bouleversements qu'ont engendré nos fulgurants progrès techniques et l'impact croissant qu'ils ont sur nos existences d'une génération à la suivante. On m'objectera que l'Homme est une exception particulièrement intelligente, un être social, qu'il se forme par l'apprentissage et l'éducation, grâce à quoi il a la capacité d'évoluer beaucoup plus vite que les autres espèces d'une génération à l'autre : c'est sûrement vrai, en partie. Pourtant force est de constater qu'il demeure toujours aussi incapable de construire durablement ; tandis qu'il a fait d'innombrables fois la preuve, aussi loin qu'on puisse remonter et jusqu'à présent, de ses pulsions destructrices. Ce hiatus grandissant à une vitesse exponentielle, ne fait que mettre entre les mains d'un Homme toujours aussi inconscient et immature, des outils d'une puissance toujours plus démesurée, constructrice ou destructrice selon l'usage qu'il en fait. Or la démesure, il n'en manque pas, plus souvent pour le pire que le meilleur ! Ça ne s'appelle pas faire du catastrophisme : c'est juste regarder froidement les choses en face, derrière l'écran de fumée des merveilles technologiques qui pourraient être extraordinairement bénéfiques à condition d'être gérées et exploitées très intelligemment, collectivement, dans l'intérêt commun pourtant manifeste, mais qui se révèlent en pratique des catastrophes inimaginables... Pour la première fois dans l'histoire on voit diminuer les capacités cognitives de l'Homme dans les pays "développés" : qu'est-ce que ça signifie ?
  3. 5 points
    Bonsoir à tous, Voici une nouvelle "tranche de ciel" avec un vieux tube et une vieille CCD ( vu la vogue actuelle des CMOS...). Cette fois le "ToutouFive" c'est offert un safari... et a chopé un lion et au passage HICKSON 44. TSC225 (1990) tube carbone @ F/7.15 soit 1609mm de focale, réducteur 0.63X soit 1.15" asp ( pixels de 9µ KAF1603) JMI" NGFs" + RoboFocus, map avec FOCUSMAX Acquisitions avec MaximDL Monture NJP 160( 1992) + Transmission poulies / courroies+ moteurs Nanotec alimentés en 24V + contrôleur BOEXDOERFER ( Tuning by AXIS) , pointage GoTo avec The Sky ( 150X vitesse sidérale), contrôle à distance via TeamViewer + CPL. Caméra CDD SBIG ST8 XME @ -20°C L: 37 X 10mn B 1X1 R: 14 X 5mn B 2X2 G: 14 X 5mn B 2X2 B: 14 X 5mn B 2X2 Filtres BAADER L RGB 9 heures 40 d'acquisitions cumulées. L : nuits du 25/02 (3 heures) au 26/02 et du 26/02 au 27/02 (3 heures 10 mn), RGB : nuits du 27 au 28/02, trois belles nuits d'affilés, du très rare par chez nous... Olivier
  4. 5 points
    Salut, Ma seule image du mois, pour clôturer la saison hivernale, prise le 3 avril depuis le jardin avec l'aide des jolis éclairages de la rue (qui s'éteignent vers 23H00). On remarque bien également l'axe du spot qui éclaire le ciel et qui est situé sur le terrain de foot il me semble (je ne sais pas à quoi ça sert ce type d'engin). Bref, c'est Orion donc qui part sous d'autres horizons, avant de nous revenir en fin d'année. Rien d'exceptionnel, mais c'est sympa aussi à faire ce type d'image. 10 poses de 30 sec en suivi pour le ciel, 4 poses en fixe pour le sol. A7S astrodonisé, filtre Nisi natural night, Samyang 35 f2.8, Star Adventurer.
  5. 5 points
    Bonjour à tous et toutes , C'est la suite des Jupiter du 26 , pour ceux qui ont suivi …………. , et pourquoi pas essayer Saturne malgré le grand jour déjà bien présent ……… Newton maison de 400 , miroir SkyVision de 400 F/D 4 en Zérodur , capture avec Genika Astro , traitement avec AS!3 et R6 , et PS . Saturne en RGB le 26/04 à 04h08 TU , Barlow Clavé longue + Barlow Clavé courte + ADC MK2 PA + caméra ASI 224MC . images à la taille de capture . à 04h12 TU . Michel
  6. 4 points
    Bonjour à tous, j'ai récupéré la semaine dernière une ASi 183MM pro. Comme j'ai toujours l'Altair 183M pro Tec prêtée par Skyvision, j'en profite donc pour faire un test comparatif entre les 2 caméras. Pour rappel, les tests de l'Altair 183M pro Tec sont ici : Pour le moment il fait moche ici, donc je vais me contenter dans un premier temps de comparer les caméras au niveau de leurs caractéristiques, poids, tailles, accessoires fournis, etc.. et je propose un comparatif de darks réalisés dans les mêmes conditions. Allez, c'est parti ! Tailles et poids : Hauteur ALTAIR : 104mm Hauteur ASI : 72mm sans la bague de 11mm - 83mm avec la bague Diamètre ALTAIR : 85mm arrière - 80mm avant Diamètre ASI : 76mm Vue côté capteur : Poids ALTAIR : 566g Poids ASI : 444g A ce stade du comparatif, on peut dire que : - l'Altair est plus lourde, plus volumineuse que l'ASI - le ventilateur arrière est un peu plus gros sur l'Altair - on a 4 leds de contrôle sur l'Altair (12V, usb, ventilo, refroidissement), 1 seule sur l'ASI (12V) - le hublot de l'Altair est rond, celui de l'ASI est rectangle (le nettoyage du hublot a été très simple sur l'Altair avec un lens-pen, alors que sur l'ASI le nettoyage est beaucoup plus problématique, on n'arrive pas à aller dans les coins) - le hublot de l'Altair est muni de résistances chauffantes pour éviter le dépôt de givre, l'ASI en est dépourvue - le metalback au capteur est de 17.5mm sur l'Altair, sur l'ASI il est de 6.5mm + une bague démontable de 11mm Accessoires fournis : ALTAIR : - un nez 2 pouces/M42 avec filetage pour filtres M48 - un câble USB3 de 1.80m - une alimentation 220V/12V pour le refroidissement - une cartouche recharge de dessicant - une valise de transport rigide et hermétique ASI : - une bague M42 de 11mm - une bague M42 de 16.5mm - une bague M42 de 21mm - un nez 1.25 pouces avec bouchon - 1 câble USB3 de 2m - 2 câbles USB2 de 50cm (pour la roue à filtres et la caméra de guidage) - 2 bagues spacers pemettant d'orienter correctement la caméra quand elle est vissée à fond A ce stade du comparatif, on peut dire que : - L'ASI est bien mieux fournie en accessoires que l'Altair, notamment au niveau des bagues et des câbles - néanmoins l'ASI n'est pas fournie avec l'alimentation 220V/12V (en option) - la valise de l'Altair est très costaud et protègera bien la caméra et quelques accessoires Les darks : J'ai réalisé 2 darks de 120 et 300s sous SharpCap pour chacune des caméras, dans les mêmes conditions, à savoir : - température -15°c - gain unitaire pour chaque caméra ALTAIR : DARK 120s, mesure du fond : DARK 120s, mesure sur l'ampglow : DARK 300s, mesure du fond : DARK 300s, mesure sur l'ampglow : ASI : DARK 120s, mesure du fond : DARK 120s, mesure sur l'ampglow : DARK 300s, mesure du fond : DARK 300s, mesure sur l'ampglow : Je ne peux pas trop juger des valeurs mesurées, aussi je m'en remets à vous en vous fournissant les FITs de ces 4 darks ici : http://www.astrosurf.com/colmic/ASI183_vs_ALTAIR183/?C=M;O=D A ce stade du comparatif, on peut dire que : - pour arriver à -15°c, le Peltier de l'Altair n'est qu'à 57% alors que celui de l'ASI est à 69% - la réduction de l'ampglow donnée comme argument de vente pour l'Altair ne m'a pas l'air convaincante, les niveaux d'ampglow sont quasiment les mêmes pour les 2 caméras sur 300s de pose - les 2 darks de 300s sont très propres avec quasiment aucun pixel chaud de part et d'autre A noter que cet ampglow se retire vraiment très bien au pré-traitement comme j'ai déjà pu le montrer lors de mes tests précédents. Conclusion : Pour rappel voici les différences principales entre les 2 caméras : - l'ALTAIR possède 4Go de Ram DDR3 contre 256Mo pour l'ASI - l'ALTAIR possède un hublot traité anti-IR/UV, l'ASI possède un hublot non traité (il faudra rajouter un filtre L) - l'ATAIR possède des résistances chauffantes pour éviter le givre sur le hublot, l'ASI n'en possède pas - L'ALTAIR est sensée posséder une réduction de l'Ampglow, ceci n'est pas mentionné pour l'ASI L'argument concernant la réduction de l'ampglow de l'ALTAIR n'est, après les tests, pas recevable, à moins que l'ASI ne le possède aussi sans le mentionner. On voit bien que le niveau d'ampglow est quasi-identique, on pourrait presque dire que l'ASI en a un peu moins. L'ASI est livrée d'origine avec des bagues et des câbles, puisque ZWO propose également roue à filtres et diviseur optique, ce qu'ALTAIR n'a pour l'instant pas à son catalogue. En revanche l'ALTAIR propose un bloc d'alimentation 220v/12V, ce qui est quand même bien utile. C'est bizarre que ZWO ne propose celui-ci qu'en option. Les 4Go de RAM de l'Altair seront bien utiles en imagerie lunaire/solaire ainsi qu'en Ciel Profond rapide, ce qui permet un tampon d'images plus important. Concernant les résistances chauffantes sur le hublot de l'ALTAIR, je ne peux pour le moment pas juger puisque je n'ai pas fait d'essais sur plusieurs nuits avec l'ASI. Il est clair qu'avec l'ALTAIR je n'ai jamais eu de givre sur le hublot lors de tous mes tests, à -15°c. Le refroidissement de l'ALTAIR a l'air plus efficace que celui de l'ASI, je pense que l'ALTAIR pourrait descendre plus bas que l'ASI. Maintenant il n'y a pas forcément d'intérêt à descendre sous les -15°c avec ce type de capteur. L'ALTAIR est plus lourde et volumineuse que l'ASI. Les tarifs sont quasi-similaires, 1180 euros pour l'ASI contre 1260 euros pour l'ALTAIR. La différence se justifie par l'ajout des 4Go de RAM, le bloc d'alimentation et la valise fournie.
  7. 4 points
    Bonsoir tout le monde J'ai quitté le Maroc il y a 2 jours , comme je n'ai pas vraiment hâte de retrouver les frimas Bretons , petite halte au Sud de l'Espagne en sierra de Maria Avec un jet stream de 95 kmh ...je pouvais pas espérer grand chose , les jours prochains ils sont annoncés moins forts .... Bon c'est pas terrible .......mais je poste ...pour IO.... :-)) C11 BX1.5 ADC ASI224MC Filtre UV/IR.Cut Bernard_Bayle
  8. 4 points
    Bonjour Michel, Tout d'abord bravo pour tout ce que tu nous montres et ça il faut le dire ! Avec les images dégradées tu as su à mon avis être mesuré sur les accentuations afin de ne montrer que ce qui existe : du moins on le croit. Pour réaliser une animation, le plus simple serait que les images ne subissent pas de rotation. ***************************************************************************************************** Michel : Pourquoi tes images sont aléatoirement tournées ? Est-ce dès la prise de vue ou après ? **************************************************************************************************** Car les translations peuvent être traitées par alignement logiciel : il ne faudra pas classer les images en qualité par contre ! Dans AstroSurface/Analyze-Register..., il y a le bouton Export avec ses options. Cependant dans la logique si l'on a vraiment des images tournées un peu au hasard, - il faudrait procéder en premier à corriger la ROTATION et ensuite la TRANSLATION (ou finir cette dernière pas logiciel). ******* La grosse difficulté ****** est la qualité moyenne des images et leur espacement dans le temps qui rendent l'alignement/rotation difficile. D’autant que l’œil est ici perturbé par la différence de couleur et de netteté (fort variables). Et ça malgré tout bon alignement. Cependant la bonne nouvelle est que l'on en apprend plus des cas difficiles... J'ai passé ton gif à ma moulinette et ça m'a permis de faire évoluer la méthode : - dans Menu " Mix / Merge " : Align-Rotate 2 images. Au départ cette méthode était surtout destinée au ciel profond afin d'assembler du L + (RGB) de façon manuelle à la fraction de pixel près et avec rotation. Pour faciliter la comparaison, les 2 images sont montrées en monochrome quelle que soit leur nature. NB : il y a de la visualisation en couleur pour montrer la différence d'images qu'elles soient monochromes ou pas : c'est pour faciliter les réglages, "coches Drgb". On peut se servir du réglage de Gain et Offset du Viewer dans les modes de différence pour montrer l'écart. Ici on pourrait charger en REF l'image 1 de ta série et puis progressivement aligner 2,3...les autres 9 images en les enregistrant sous un autre nom. Ensuite, faire une Registration des 10 images par Analyze/Register pour finasser(?) et en extraire les images pour faire le GIF... C'est un bon exercice pour un résultat qui sera forcément assez moyen avec les images à disposition de toute façon. /*************** Sinon, le développement ultime serait de pouvoir réaliser des modifications d'image en cours de visualisation du film. C'est possible mais franchement, pas vraiment envie de m'y lancer actuellement. /*************** En tout cas je te remercie pour ton gif que j'ai subtilisé pour mes tests. Dans la version 095, il y aura ces modification intégrées. Si toutefois tu le souhaitais, je peux fournir une version. Lucien
  9. 4 points
  10. 3 points
    CROA du 26 avril 2019, montagne de Lure Altitude : 1600 mètres Température : environ 0°C Vent fort de nord-nord-ouest Passages nuageux très réguliers Seeing prévisionnel excellent, très dégradé par le vent en pratique. Télescope : C8 EdgeHD CGEM, oculaires de 9,7mm ; 15mm ; 25mm ; 40mm, filtres CLS Astronomik et Orion Ultra Block Le télescope n'était pas encore sorti que le toit de la voiture est déjà couvert de glace. Première surprise pour cette première nuit en montagne, la couleur du crépuscule sur l'horizon opposé au Soleil. Il y a une barre blanche à environ 10° de hauteur comme en plaine, mais entre elle et l'horizon une zone avec diverses nuances de bleus très inhabituelle. Deuxième surprise, la légère pollution lumineuse, quoique bien visible bas dans le ciel en direction du sud-sud-ouest, n'est pas orangée comme en plaine mais d'un étrange vert électrique. Pourtant ce sont bien des lampes jaunes, presque exclusivement, qui éclairent la vallée. NGC2237 (nébuleuse de la Rosette) : très basse vers l'ouest avant le début de la nuit astronomique, et plus grande que le champ de vision, indétectable même avec les filtres spectraux. NGC3242 (nébuleuse du fantôme de Jupiter) : l'oculaire de 15mm avec filtre CLS Astronomik donne le meilleur résultat. On voit un boule quasiment ronde, et on devine un 0 ou un C plus lumineux au centre, qui rappelle la nébuleuse de la boule de neige bleue, mais en plus gros et plus flou. NGC2392 (nébuleuse du clown) : testée avec les oculaires de 9,7mm 15mm et 25mm tous avec filtre CLS Astronomik, étoile centrale assez brillante et rond diffus autour, bien visible mais sans qu'on distingue les structures caractéristiques des photos qui s'appuient sur d'autres gaz que l'oxygène. NGC3521 : le bulbe central est assez brillant, entourée d'un ovale diffus. Sans structure apparente. NGC3621 : Très basse pour tester les limites. Elle n'est pas perceptible. M66 : Avec oculaire 25mm et 40mm, on perçoit bien qu'il s'agit d'une galaxie spirale barrée, car une barre assez lumineuse accompagne le bulbe, et cette barre n'est ni alignée ni perpendiculaire avec la silhouette ovale de l'ensemble, qui est cependant très peu lumineuse. La silhouette générale spécifique de M66 est reconnaissable, même si les bras spiraux ne sont pas détectables jusqu'au bout. M65 : De forme allongée, sans structure apparente, mais cependant très lumineuse. NGC3628 : Avec oculaire de 25mm, beaucoup plus faible que ses voisines, mais bien visible cependant. On reconnaît une galaxie vue de la tranche, une bande de poussières centrale se devine en vison décalée, avec un poil d'imagination peut-être. NGC4244 : Vers 23h15, entre deux nuages, avec les oculaires de 25mm et 40mm, elle apparaît proche du zénith comme une galaxie vue de la tranche, assez nette. M99 : Vers 23h27, entre deux nuages, avec oculaires de 25mm et 40mm, elle apparaît ronde et peu lumineuse. On devinerait l'idée d'une rotation en vision décalée, avec un peu d'imagination. M106 : Vers 23h35, entre deux nuages, son centre est lumineux mais la luminosité chute très vite autour. On distingue un ovale plus petit que prévu et sans structure apparente. On ne voit manifestement que la zone, voire la barre, centrale, de cette vaste spirale barrée. M51 : Vers 23h50, entre deux nuages, avec oculaire de 25mm et 40mm. La spirale est plus « charnue » qu'en plaine, ce qui fait qu'on ne distingue pas forcément mieux sa structure interne. On perçoit l'idée d'une rotation, mais il est plus difficile que prévu de fixer proprement chaque bras. M81 : Pas de différence avec la plaine, un bulbe central très brillant, mais ce qui est autour est trop faible et diffus pour montrer une quelconque structure. M82 : Le contraste de cet objet sur le fond de ciel est presque incroyable s'agissant d'une galaxie. On perçoit quelques détails (zones moins lumineuses en raison des poussières) avec le 25mm. M100 : Un bulbe central net mais un halo autour vraiment très faible. NGC4449 : Très petite et compacte, bien visible, mais sans grand intérêt. NGC4559 : Vague trace allongée très diffuse. NGC4565 : Bande très allongée avec un grossissement de 80x et bande de poussières centrale visible même avec un grossissement de 50x. M60 : Tache floue sans intérêt, accompagnée d'une plus sombre tout à côté (NGC4647). NGC4631 : Avec un grossissement de 50 fois, on distingue une galaxie vue de la tranche ou presque, peu lumineuse mais assez grande car peu contrastée. On devine une bande de poussières décalée sur le bord de la tranche, avec beaucoup d'imagination. NGC4656 : Détectable vue de la tranche, mais assez petite et peu lumineuse, sans grand intérêt. M104 : Avec un grossissement de 80x, c'est une bonne surprise, la forme spécifique de l'objet et sa bande de poussières sont bien perceptibles. Le fond de ciel est dans l'absolu loin d'être noir malgré un grossissement qui atteint 0,4 diamètre, car l'objet reste relativement bas et touché par la pollution d'Aix-Marseille. Malgré cela, la différence de latitude et surtout d'altitude offre une image de l'objet nettement supérieure à une observation en campagne dans la moité nord de la France. M98 : Galaxie vue de la tranche, plus large au niveau du bulbe central, mais ensemble peu lumineux. M94 : On distingue un bulbe central brillant, entouré d'une zone ronde assez lumineuse mais petite, puis d'une zone ronde plus large mais beaucoup plus diffuse. Ces 3 éléments sont concentriques. M64 : Bien que le cœur de la galaxie soit lumineux, la région noire en fait que se deviner. Elle n'est pas aussi nette qu'espéré. Par rapport à un souvenir ancien, c'est moins probant qu'une observation au C11 dans un ciel de campagne moyen. M63 : Centre et halo autour tous deux assez brillants, mais sans aucune structure en flocon détectable. M83 : Très bas pour tester, centre très compact bien brillant, que l'on confondrait presque avec une étoile, mais rien de perceptible autour. M3 : Avec un grossissement de 206 fois, le fond de ciel est presque parfaitement noir. L'amas globulaire est très dense et riche. Un objet qui vaut le détour dans un tel ciel. Vers 2h, je pointe Jupiter pour rigoler. Trop basse, trop de vent. Je décide de rentrer. Avec le vent de plus en plus violent, le froid est vraiment difficile à supporter. Une nuit entière à cette altitude avec un tel vent, même à cette période de l'année, doit être très difficile physiquement. Conclusion : La voûte céleste est dans son ensemble bien meilleure qu'à Hauviné ou Grézac : plus sombre et plus régulière. La meilleure qualité n'est pas réservée qu'à une petite fenêtre autour du zénith. Les halo de pollution montent beaucoup moins haut, même si l'horizon sud-sud-ouest est pollué. Côté opposé, la bande de la Voie Lactée montre des détails dès le moment où elle se lève couchée sur l'horizon, un peu relevé par la crête qui surplombe il est vrai. Les étoiles sont visibles en plus grand nombre sur toute la voûte céleste, et jusqu'à l'horizon même dans les directions où il est un peu pollué. Alors que la luminosité du fond ciel devrait théoriquement provenir, à la louche aux ¾ de sa lumière naturelle et ¼ seulement du pollution lumineuse, le fond de ciel est loin d'être complètement noir avec un grossissement d'un quart de diamètre, et même avec un grossissement de 0,4 diamètre on distingue très nettement la frontière entre le champ de vision et l'intérieur de l'oculaire. Il n'y a qu'avec un grossissement de 206x que la perception de cette frontière devient approximative sans filtre. Ceci confirme l'utilité des filtres spectraux pour les nébuleuses à faible grossissement, et ce même en l'absence de toute lumière artificielle. Malgré cela, le gain de contraste sur les galaxies demeure très significatif. Elles ont toutes été perçues sans aucune difficulté (sauf pour les tests aux limites de l'horizon), y compris certaines très peu lumineuses. Cependant ce gain de contraste ne se traduit pas systématiquement par un gain de détails dans la structure des galaxies, voire pas du tout. Si le site apporte le contraste, est-ce qu'un plus grand diamètre pourrait apporter les détails dans les galaxies spirales ? La question reste ouverte.
  11. 3 points
    Bonjour à tous Je vous présente M106 bien connue mais que je revisite car mes dernières moutures m'avaient laissé des regrets quant au rendu de la galaxie qui a un voile peu lumineux et nécessite plus de poses. J'aurais aimé faire plus de poses et surtout des unitaires de 600sec sur la couleur mais la fenêtre météo est passée... faudra y revenir.... difficile de tirer sur la couleur sans trop bidouiller avec ce que j'avais alors je suis resté soft sur la périphérie de la galaxie.... je vous laisse juge du résultat. bon ciel jérôme https://www.zupimages.net/viewer.php?id=19/17/4fbb.jpg
  12. 3 points
    Bonsoir, Michel, Mea culpa car la version qui se nomme V094 n'est pas la vraie V094. Je viens de m'en rendre compte avec ces essais. --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Je me suis trompé quelque part dans les fichiers et donc EN PRATIQUE N'UTILISE PAS LA MÉTHODE CI-DESSUS qui peut ne pas bien marcher dans tous les cas ! Il s'agit d'une version antérieure. --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Si Alain veut bien mettre la 'vraie' V094, je me permets dans un ou deux jours, de lui envoyer le lien correspondant et pour bien marquer la différence, on va l'appeler V094b. C'est une version assez aboutie comme ça devait être. Bonsoir Alain, Bien sûr Alain et j'utilise pas mal de sources d'images pas toutes issues de ma production. Cher ami, je te mets encore à contribution pour cette bourde alors que je pensais ne pas t'ennuyer avant la V095 en cours. Sinon, je te souhaite une bonne semaine Alain et avec toute mon amitié. On aura l'occasion de partager des images en ciel profond lorsque le ciel le permettra et un peu de temps aussi. Bien à toi Alain. Lucien
  13. 3 points
    Une pause ! Je sais, je suis pénible...
  14. 3 points
    Oui Mais ce qui est stupéfiant dans le cas de notre espèce, c'est que nous ne sommes en compétition qu'avec nous-mêmes ! Nous sommes donc les seuls responsables de cette situation, qui résulte exclusivement de notre atavisme à régler les problèmes par la compétition plus que par la collaboration (donc par l'affrontement plus que par la mutualisation des moyens). Or nos besoins fondamentaux sont mutualisés, que nous le voulions ou non (l'air que nous respirons, l'eau que nous buvons, l'énergie que nous utilisons, les produits que nous consommons, nourriture et autres...) S'affronter quand il faudrait coopérer, est donc un comportement archaïque hérité de notre cerveau reptilien (au moins !) totalement inadapté aux enjeux de notre époque, de là où nous en sommes, de l'indispensable mutualisation des moyens pour continuer d'avancer : les dirigeants que nous nous choisissons dans les systèmes de gouvernance que nous ne parvenons pas à réformer, ne correspondent plus en rien aux ambitions (et plus grave : aux impératifs vitaux) qui sont aujourd'hui les nôtres ! On revient à ce que je dis plus haut : notre évolution spirituelle n'accompagne pas notre évolution technologique ; elle s'avère dramatiquement à la traîne, avec toutes les redoutables conséquences qui s'ensuivent...
  15. 3 points
    Merci Sauveur , oui , j'ai fais un petit essai avec R6 , un petit mieux avec AstroSurface Merci Séverin , c'est fait , pas parfait ……. mais c'est un peu mieux il me semble PS ; merci aussi aux " Likeurs " Michel
  16. 3 points
    Encore quelques progrès après pas mal d'heures de travail. Pendant que la machine égalisait le dos du miroir numéro 2, j'ai continué à creuser un peu le disque numéro 1. J'ai dépassé la moitié de la flèche souhaitée (les valeurs numériques sont la profondeur atteinte à divers rayon avec à côté la profondeur souhaitée) : L'outil diamant improvisé a bien fait son office de niveler les deux disques. Ca a pris à peu près 6h par disque. C'est assez long mais contrairement au carbo, il n'y a rien à faire, juste laisser tourner en faisant autre chose. La surface obtenue est largement plus lisse qu'au départ mais elle n'est toutefois pas plane. Pour finaliser, j'ai commencé à travailler les 2 miroirs l'un sur l'autre (dos sur dos) avec du carbo 80. C'est un peu sportif, surtout pour poser délicatement le disque de dessus qui fait pas loin de 25kg. Voila l'évolution sur le disque 2 qui est le plus irrégulier des deux. Les zones non attaquées sont profondes de l'ordre de 0,15 mm maxi il me semble. Je vais continuer comme ça jusqu'à ce que toute la surface soit dépolie uniformément. Je serais sûr alors d'avoir une sphère sur les deux disques. En surveillant au sphéromètre, je peux choisir mettre le disque le plus convexe dessus pour au final atteindre une surface plane sur chaque disque.
  17. 3 points
    Un panorama par ici (Sol 2381 et 2385, pour les bouts de Mont Sharp) :
  18. 2 points
    Edit du 11/05/19 : recherche de détection avec Aladin et le catalogue NED: Bonjour à tous, Voici une galaxie assez méconnue et pour cause : bien étendue, elle est de magnitude surfacique très faible, et l'on ne voit pas grand chose sur les premières brutes. J'ai dû poser 9h55 en luminance et 1h30 par couleur, afin de faire ressortir quelques détails au centre et surtout l'ensemble de la galaxie du fond du ciel, sans trop de bruit. Le tout par poses unitaires de 5mn en bin1 en luminance et bin2 en couleur. Fwhm 2.6" sur l'empilement des 119 images. Newton 253/934 (réducteur 0.73) et ICX814, traitement Iris et PSCS2. Nathanaël clic-clic vers la full
  19. 2 points
    Hello hello Voili voilou la version finale Merci merci Gaylord @Bofix pour ta couleur Origin color (Gaylord) : https://www.astrobin.com/full/297275/B/?real=&mod= A+ David Color version : https://www.astrobin.com/full/394687/H/?real=&mod= 200% Color version : https://www.astrobin.com/full/394687/I/?real=&mod= Full : https://www.astrobin.com/full/394687/F/?real=&mod=
  20. 2 points
    Le mathématicien Henry Sederman aime visualiser des objets mathématiques au moyen d'imprimantes 3D. Dans le lot, je trouve cette mise en scène d'un de ces objets très parlante : On y voit comment la projection d'un espace de dimension 3 courbe peut générer un espace de dimension 2 linéaire. Par extension et avec un peu d'imagination, on peut concevoir que notre espace de dimension 3 linéaire est issu de la projection d'un espace-temps courbe à 4 dimensions.
  21. 2 points
    bonjour à tous, une image d'une jolie galaxie dans le Lynx faite le 3 Janvier dernier depuis l'observatoire Sirene sur le plateau d'Albion. Surnommée "UFO galaxy", elle se situe à environs 20 millions AL de nous. Si les conditions de turbulence avaient été de la partie, on aurait surement vu plus de détails dans le disque mais ce n'était pas le cas (il faisait même chaud sur le plateau à cette date là!) d'où une réduction de l'image pour faire illusion. sinon C8/GP-DX + réducteur 0.5 optec + filtres LRVB astronomik + atik16HR autoguidage en // avec fs60c et dmk41 avec phd guiding L : 12 x 300s avec artemiscapture en binning 1x1 R : 6 x 180s avec artemiscapture en binning 2x2 V : 7 x 180s avec artemiscapture en binning 2x2 B : 8 x 180s avec artemiscapture en binning 2x2 prétraitement imageviewCA, iris traitements iris, photoshop réduction à 78% a+ stéphane
  22. 2 points
    Bonjour De retour d'un road trip d'une semaine dans les parcs de l'ouest americain, je vous presente un petit file d'etoiles (seult 25min) au dessus de monument valley eclaire par la presque pleine lune. C'est pris vendredi dernier vers 4h du mat :vieux 5D objectif 24-105mm a 24mm / 320 iso a f 5.6 / 100x15s traite avec startrail (il fait tout tout seul ce logiciel !) Je n'ai pu faire que 25min car une de mes batteries que je pensais pleine etait presque dechargee !! C'est mieux que rien ! J'ai passe bcp de temps pour la cosmetique (avec le logiciel iris) car mon capteur est plein de petites poussieres qu'il a fallu enlever. En tout cas cela me donne envie de recommencer. Tous ces paysages magiques s'y pretent bien (Death Valley / Bryce Canyon / grand Canyon/ Zion etc..) Cela m'amene une question surement un peu bete : Sur mes photos prises de jour, on voit les petites poussieres sur le capteur ; si je fais des flats est ce que j'ai moyen de les enlever ? De retour a San Francisco autre style d'image avec un transit de l'ISS devant le soleil. C'est pris Mardi dernier. Toujours tres dur la mise au point en l'absence de tache. Bonne reception Nicolas
  23. 2 points
    Merci encore Alain, J'ai du muguet dans le jardin et je souhaite que tu en aies aussi, afin de respirer un peu de parfum de ce monde : du bon parfum. Sinon j'ai repris rapidement le gif de Michel, Pas facile de faire du fluide quand même. Bon il y a " Les vestiges du jour " at the TV... et l'éternel chocolat à 90% de cacao. Lucien
  24. 2 points
    Bonjour à tous , Merci Polo , oui ! l'est très fort Lucien ! pis c'est un spécialiste …………. " toujours faire appel à un spécialiste " Merci René , et c'est tellement vrai en plus Merci Lucien , bon alors ………….. on va faire comme Charles ………………………. Merci Alain , tient ……………. j'ai entendu ça il y a pas longtemps ben oui , et comme dis plus haut …………………. c'est tout à fait ça , pis ça tombe bien PS ; et merci aussi aux Likeurs présents et à venir Michel
  25. 2 points
  26. 2 points
    Ce que je ne proposerais jamais ! La barbarie pourrait être de s'abandonner à la croyance que la science seule nous sauverait quand il nous manque la sagesse. Mais ayant peur de dire plus d'idioties, et de généralités, je vais m'en remettre à vos expertises en attendant la mort.
  27. 2 points
    Pas d'accord. L'évolution ne recule jamais, elle explore en parallèle toutes les bifurcations et sacrifie les branches qui se trouvent dans une impasse. C'est la raison pour laquelle on ne croise aucun diplodocus nain le matin en allant au boulot.
  28. 2 points
    Michel, Oui, sauf que je n'ai pas le ciel et estime encore disposer de 15 jours pour Mars. Je l'aurais ça ne fait pas de doute. ( On fanfaronne comme d'habitude...) Lucien
  29. 2 points
    Signal du 14 septembre 2015 LIGO Hanford et Livingston Légèrement décompressé ! gazouillis.mp3 Cordialement !
  30. 2 points
    Et un panorama par là (Sol 122). Fin de journée.
  31. 1 point
    Wahoo, quelle superbe image avec plein de détails. Par contre je trouve ton fdc un chouilla sombre mais sinon, c'est un superbe résultat surtout la version couleur. Il me plait bien ce capteur 174 MM et il irait bien pour ma lulu.
  32. 1 point
    mixte entre pose de 31x120s-20x180s-7x600s + DOF Ts optics 80/500 sur azeq6 Canon 700Da autoguidage 66/400ed (240) + réducteur 0,6x avec risingcam imx178 Siril + photoshop pas très satisfait du résultat j'ai l'impression qu'il me manque quelque chose ou que je fais mal un truc
  33. 1 point
    Bonsoir, regarde ton fond de ciel un peu éclairci et un peu zoomé : Toutes ces bandes verticales sont dues au manque de dithering. Ces bandes apparaissent quand on additionne x images qui n'ont aucun décalage entre elles. Le dithering consiste donc à décaler, pendant la prise de vues, chaque pose de quelques pixels avant de prendre la suivante. Ensuite, au recalage des images pendant le traitement, ces bandes parasites vont être moyennées sur les x images du fait du décalage entre chaque image. Et à l'addition finale après recalage, ces bandes auront quasiment disparues J'espère avoir été assez clair Bonne soirée, AG
  34. 1 point
    C'est une vision que je ne partage pas. Faire une pose, reculer quand on est dans une impasse, emprunter une autre voie, c'est ce que fait l'évolution depuis près de 4 milliards d'années.
  35. 1 point
    Rdv dans 20 ans pour une nouvelle mise à jour 😥
  36. 1 point
    On s'éteint ! Alain donne aussi le sens de mon propos : Exactement, c'est là qu'il y a un saut conceptuel à atteindre dans notre civilisation ! Curieusement, les scientifiques (dont ceux qui tirent la sonnette d'alarme sur ce que nous sommes en train d'infliger à la planète et donc à nous-mêmes) sont aussi les seuls, en tant que sous culture ou diaspora humaine, à avoir ériger la collaboration en fondement culturel, au-delà de la seule compétition, ayant souvent un rôle d'émulation. Cependant, dans mon propos, il n'est pas seulement question de prendre la théorie de la reine rouge au pied de la lettre ! Ce que je voulais souligner, c'est que nous ne pouvons nier les apports significatifs des sciences et de la technologie dans notre confort de vie, et pas uniquement de manière "légère" ou "superficielle" ! Je pense notamment à un thème qui m'est cher : la santé ! Or, le maintient des compétences scientifiques et techniques ne peut reposer sur la seule existence de bibliothèques ou de bases de données ! Il faut des gens pour pouvoir comprendre ces connaissances, et surtout, des gens pour faire vivre les savoir-faire ! Pour revenir sur la santé, un excellent chirurgien du genou ou de la thyroïde, ne pourra le devenir en se plongeant dans des livres ou en lisant une rubrique Wikipedia ! Or, pour former ces gens, il faut des enseignants, des chercheurs, dont la pratique quotidienne leur donne leur maîtrise, maîtrise qu'ils peuvent transmettre. Or, pour donner à ces chercheurs, enseignants, le moyen d'exercer leur art, il faut des moyens financiers. Les moyens financiers sont indexés sur la santé économique. La santé économique est indexée sur le coût de l'énergie. Dit autrement, nous avons une société scientifiquement avancée, qui tire humainement des avantages à cette avance, mais maintenir cette avance a un coût, notamment énergétique. Evidemment, je prends beaucoup de raccourcis. Mais cela peut vouloir dire aussi qu'il va falloir faire des choix sur ce que nous estimons essentiel à conserver comme étant important ou pas dans notre civilisation pour la rendre pérenne, sans pour autant nuire aux réels avantages de notre civilisation.
  37. 1 point
    Oui mais quand les espèces avec lesquelles l'homme coévolue sont en voie de disparition (merci l'ome !) ça donne quoi ?
  38. 1 point
    salut Sauveur ok il fait gris, mais bon, j'ai aussi du bleu bonne chance
  39. 1 point
    bravo pour cette belle image ! polo
  40. 1 point
    Bonsoir à tous , Merci Sauveur , ce sont des images " essais " qu'on va dire , car c'était pas au programme ce matin là , la voyant juste au dessus de ma cheminée , elle devait avoir froid aux m...… je me suis dit ……… ben pourquoi pas une où deux captures de la belle vite fait Merci Séverin , dans ma configuration là , c'est deux Barlow Clavé , une courte dans une longue , Saturne cette année reste au raz des toits …………………. Merci Lucien , très sympa la reprise , bon….. là tu part d'une PNG ……c'est pas l'idéal non plus , mais ça le fait bien , Bravo , reste que ça va être copieux cette année pour en sortir des pas trop " moches " encore un " challenge " en vue …………. Mars pour moi c'était à Calern les dernières , c'est encore jouable pour toi ? Michel
  41. 1 point
    Le terme (anglo saxon, bien sûr) de chirp, existe depuis belle lurette en électronique pour désigner ce phénomène (amplitude qui augmente avec la fréquence). Mais dans le cas qui nous intéresse, quand on transforme en ondes sonores le train d'ondes gravitationnelles de la coalescence de deux trous noirs, il est clair que ça ne tient pas vraiment du rossignol.
  42. 1 point
    Salut camarade Facile !! Il s'agit de : C/2017 O1 ASASSN Center (RA, Dec): (61.405, 21.263) Center (RA, hms): 04h 05m 37.114s Center (Dec, dms): +21° 15' 45.365" Size: 5.32 x 3.55 deg Radius: 3.196 deg Pixel scale: 8.19 arcsec/pixel Orientation: Up is 90.6 degrees E of N ne me demande pas comment on fait ....pas le temps Bernard_Bayle
  43. 1 point
    Bonsoir raikko21, C'est issu un logiciel de peinture électronique ? (Pour rire !) Bonne soirée et bonne semaine, Lucien
  44. 1 point
    A.J.S. Rayl • 26 avril 2019 Mars Exploration Rovers : LE RAPPORT FINAL (A.J.S. Rayl est une auteure, journaliste d'investigation et rédactrice qui collabore aux publications de la Planetary Society depuis 2002) http://www.planetary.org/connect/our-experts/profiles/a-j-s-rayl.html Quelques extraits : MER était sociale avant les médias sociaux. C'était la première mission à ouvrir la porte et à donner à tous ceux qui avaient un ordinateur et un accès Internet un «ticket» pour suivre les excursions dans les cratères de Gusev et Meridiani Planum, pour voir les données brutes provenant des rovers en même temps que l'équipe . Cette porte ouverte a permis de rassembler des personnes de tous les horizons, d'élargir les horizons de chacun et d'offrir une nouvelle perspective sur Mars et sur notre monde, qui grandira au fur et à mesure de l'avancement de la mission. Ceux qui ont pris ce billet pour voyager, ils le savaient. MER est sûrement devenu la meilleure émission de téléréalité de tous les temps, avec des résultats scientifiques changeants, des avancées en matière d'ingénierie et d'enregistrement de mobiles, toutes ces images captivantes et des aventures mémorables de plus de 7,5 téraoctets. Mais une mission miracle ? Voici la chose : Il y avait deux rovers très complexes. Il y avait des collègues humains. Il y avait Mars. Et il y avait le siège de la NASA. Tous ces éléments devaient fonctionner et interagir de manière parfaitement homogène pour que toutes les épreuves et les tribulations soient gagnées et pour que la mission continue de progresser, jour après jour, sol après sol, année après année. Ce qui est vraiment remarquable, c’est qu’un groupe de scientifiques, d’ingénieurs et de deux géologues sur le terrain, qui se sont souvent montrés intelligents, ont réussi à tout faire pendant 15 ans à la surface de Mars, pour un coût total estimé à 1,1 milliard de dollars : 820 millions de dollars pour le démarrage et la mission principale, le reste pendant près de quinze ans - avec un retour sur investissement déjà incalculable. /../ À un moment donné, après que Spirit et Opportunity eurent achevé leurs missions principales, je réalisai que ces rovers, avec cette équipe, avaient le potentiel de mettre des distances considérables du terrain martien dans leurs rétroviseurs. Ils passaient devant les points d'excursions et entreprenaient des expéditions. Je pense que Squyres a été le premier à utiliser cette expression, mais je me suis vite rendu compte que je couvrais en fait les premières expéditions terrestres de l'humanité menées par l'humanité. Dans l'intervalle, alors même que les scientifiques et les ingénieurs qui commandaient Spirit et Opportunity parcouraient Mars, la demande d'une mission humaine sur la Planète Rouge devenait de plus en plus forte. Mais avec ces rovers, les membres de l'équipe MER étaient déjà là, initiant une nouvelle façon d'explorer, « une nouvelle façon de se projeter dans un environnement extraterrestre», telle que Matijevic l'avait définie pour moi il y a de nombreuses années. En d'autres termes, Mars était déjà "occupée". Tout au long de la mission, les membres de l’équipe MER ont été les pionniers de cette nouvelle méthode d’exploration et nous avons finalement rattrapé la science-fiction. Peut-être que les scientifiques de la mission ne tenaient pas la terre martienne entre leurs mains, mais avec l'aide des manipulations des rovers, ils réalisaient sur Mars ce que les géologues sur le terrain faisaient partout où ils exploraient, se promenant, prenant des photos et vérifiant les rochers, terrain et caractéristiques de leur site. "Nous avons été le premier groupe de personnes à "marchersur Mars", a résumé Larry Crumpler, membre de l'équipe scientifique du MER Athena, chargé de recherche en volcanologie et sciences spatiales au musée d'histoire et de sciences naturelles du Nouveau-Mexique. "Les gens essaient souvent de créer une grande différence entre l'exploration robotique et l'exploration humaine, mais nous, les hommes, explorons Mars avec des robots équipés d'outils", a expliqué Golombek, responsable de l'équipe de sélection du site d'atterrissage chez JPL. "Il y a une conscience sur Mars", a-t-il déclaré. "C'est une conscience humaine , et cela existe depuis longtemps". /../ Aller travailler sur Mars est immédiatement devenu une routine. Chaque matin, des ingénieurs et des scientifiques prenaient leur café ou leur thé du matin et ouvraient les fichiers d’images et de données téléchargés du jour au lendemain par les rovers. Ensuite, ils examinaient généralement les données, se téléportaient mentalement sur le site du rover et se préparaient pour le travail à venir. Les MERtiens se sont consacrés à leur travail et à leurs robots. Pendant sept ans, ils travaillaient à deux endroits à la fois et la vie de la mission dépendait d’eux. Ils étaient conscients de cela chaque minute de chaque jour. L'ethos résonnait si profondément que les membres de l'équipe vivaient autour des rovers et de Mars. Ils ont programmé des événements de la vie, même la naissance d'enfants, autour des saisons martiennes et ont sacrifié de nombreuses vacances sur la Terre . Chaque jour, ils allaient travailler sur Mars et en étaient heureux. Mars est devenue leur nouvelle maison, le cratère Gusev et / ou Meridiani Planum leur résidence secondaire. /../ MER était de son temps. Dans sa forme la plus simple, il s’agissait de deux endroits sur Mars, de deux rovers et d’un groupe de personnes disposées à explorer la planète rouge. Ils nous ont emmenés dans le cratère de Gusev et les plaines de Meridiani et, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, nous avons vraiment pu nous promener sur Mars et visiter ces endroits de près. Ce sont les endroits où nous avons grandi en explorant une planète extraterrestre à travers les yeux de deux robots intrépides. Ce sont les endroits où nous avons perdu notre innocence martienne. /../ Ensuite, bien sûr, il existe une énorme abondance de données scientifiques au cœur de ces archives de missions : un volume total à ce jour de 4,97 téraoctets (To) d'Oppy; et 2,68 To de Spirit. "Les recherches issues de l’exploration de données scientifiques de Spirit et Opportunity pourraient facilement prolonger des décennies dans le futur", a déclaré Arvidson. /../ Dans les mois à venir, Arvidson et les équipes PDS Geosciences et Science et cartographie de l'imagerie à l'USGS achèveront la conservation de toutes les données et images scientifiques de MER. Puis, à un moment donné, probablement en septembre 2019, la NASA fermera officiellement les livres, révélera cette dernière lumière, et la première expédition terrestre sur Mars de l’histoire de l’humanité entrera officiellement dans l’histoire. FIN DE CITATION (A.J.S. Rayl est une auteure, journaliste d'investigation et rédactrice qui collabore aux publications de la Planetary Society depuis 2002) NASA / JPL-Caltech / Université de l'Arizona / A. McEwen Dernier arrêt La caméra HiRISE (High Resolution Imaging Science Experiment) embarquée à bord de l’orbiteur de reconnaissance Mars (MRO) a pris cette image le 27 décembre 2018. OpportunitY se situe à mi-chemin dans la vallée de Perseverance, à l’endroit où IL se trouvait quand le pire épisode de poussière entouraIt la planète ( Le 10 juin 2018). NASA / JPL-Caltech Applaudissements pour les rovers d'exploration de Mars et l'équipe L'équipe MER, Opportunity et Spirit ont été applaudies à la fin de la mission le 13 février 2019 au JPL. De gauche à droite: Administrateur associé de la NASA pour les sciences Thomas Zurbuchen, Lori Glaze, directeur par intérim des sciences planétaires de la NASA, Chef de projet MER, John Callas, Directeur du JPL, Michael Watkins, Chercheur principal du projet MER 2020, Steve Squyres, Ingénieur système de projet Mars 2020, Jennifer Trosper, Responsable de projet du projet MER, Matt Golombek Scientifique adjointe du projet, Abigail Fraeman. MER était «un changement de paradigme», a déclaré Trosper, qui était l'ingénieur système du projet pour la mission à ses débuts. "C'était la première fois que nous prenions tout avec nous." NASA / JPL-Caltech / D. Ellison / J. Sorenson, D. Davis Autoportrait de Oppy Il n’y aura jamais un autre rover comme Opportunity et probablement encore longtemps avant qu’un autre rover enregistre 5000 sols d’exploration de Mars. Ainsi, plusieurs membres de l'équipe de mission MER ont travaillé ensemble pour aider le rover à célébrer son 5 000e jour sur Mars, le 16 février 2018. À l'aide de l'imageur microscopique (MI), il a réalisé la plupart de son premier autoportrait complet, et ensuite ajouté une semaine plus tard pour inclure sa (ses) roue (s) droite (s). Le producteur de visualisations JPL, Doug Ellison, responsable des liaisons montantes pour la charge utile de la caméra, MER Engineering, a supervisé le traitement de la version officielle en noir et blanc de la NASA à gauche. James Sorenson a traité la version à droite et Don Davis l'a colorisée à l'aide d'une palette réaliste de Mars. NASA / JPL-Caltech / Université de l'Arizona / A. McEwen Oppy en stéréo Sortez vos lunettes et admirez cet anaglyphe d'Opportunity dans Perseverance Valley. Avec la permission d'Alfred McEwen, chercheur principal de HiRISE, directeur du laboratoire de recherche d'images planétaires de l'Université de l'Arizona.
  45. 1 point
    heu... il n'y a qu'une seule version de notre part La 2eme image sur les commentaires est celle de LITOBRIT (et elle n'a rien a voir en terme de résolution, temps de pose, traitement car ce n'est pas fait avec le même matériel) Merci à tous
  46. 1 point
    Avec ta matière visuelle de premier ordre, des images ciselées, avec une belle résolution, des éclairages qui mettent en valeur les reliefs visités, tu offres un fort joli spectacle. Aussi, on peut être exigeant avec toi. Comme je suis formé plutôt à l'école du 24 images seconde...( et passé par celle terriblement exigeante du super 8 dans mon adolescence ) , j'ai quelques règles de base....Par exemple, éviter un panoramique aller...et retour. La fluidité du plan est rompu, idem pour les brusques changements de direction. J'imagine davantage ta vidéo par un survol dans une direction unique dont les transitions sont assurées par des fondus enchaînés. Avec en ouverture et clôture le panoramique avant, puis arrière qui se justifient pleinement. Dans tous les cas, c'est un bien joli voyage auquel tu nous invites ! Amitiés
  47. 1 point
    Encore un touriste dans la lune! Ca me rappelle mes etudes.... Tres jolie paire de lune!
  48. 1 point
    merci Polo et Achaim. Achaim dommage ----> je suis surpris que tu es une liaison plus mauvaise que moi si tu es sur PC ,sur téléphone ou tablette ça marche pas chez moi et je sais pas pourquoi. Paul
  49. 1 point
    Pour BobMarsian et pour tout ceux qui ont suivit de près cette mission J'ai fais une dernière mise à jour pour Opportunity ! Les Panoramiques Martiens https://sites.google.com/site/lespanoramiquesmartiens/
  50. 1 point
    proposition :des photocops de l'Urano, sous pochette plastique se trouvent etre hyper performantes ! et ne craignent pas l'humidite. Le Night Sky Observer Guide est pas mal, mais en anglais, pour les possesseurs de T200, le Brunier (Nebuleuses et Galaxies ou les Objets du Ciel Profond) trouvables d'occase sont impec.