Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 01/09/20 in all areas

  1. 14 points
    Salut, une image sans prétention prise depuis Queyras, en sortant de l'appart en attendant que l'appareil photo refroidisse pour réaliser l'image des Pléiades postée la semaine dernière. Pentax K-1 Mark II avec Samyang 135mm à f/2 sur pied photo (avec suivi astro-tracer par mouvement du capteur). 18 poses de 30 sec à 800 ISO, 60 images de calibration (darks, flats, bias) Prétraitement Siril, réduction d'étoiles avec PS CS2 et ajustement final Rawtherapee Dan
  2. 14 points
    Bonjour à toutes et tous, Tous mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année et surtout une excellente santé, ce qui apparaît comme essentiel. Devant le florilège d'images aussi superbes les une que les autres, j'y insère ma petite contribution, loin d'être facile, car les nuages ont énormément perturbé les séances sans compter la turbulence de la vallée du Rhône. Toujours le même set-up: Celestron 8 orange de 1982 Caméra Skynyx 2-0 et 2-1 (je présenterai de nouvelles images prochainement) Filtre rouge Baader RG610 + IR cut: barlow Takahashi 2X et tirage Pré-traitement AS2! et traitement Iris. On commence par Barrow et Scoresby, du 7 décembre. Catluc avait présenté cette zone photographiée au 625mm il y peu de temps: la zone est intéressante car des éjecta sillonnent le sol lunaire. Ensuite, le 30 décembre: avec un ciel très voilé et au crépuscule , deux célébrités: Langrenus: Puis Pétavius: ces deux cratères ont souffert du manque de luminosité, j'ai du pousser les curseurs de la Skynyx pour obtenir une image "présentable": La mer des crises et les quelques éjecta de Proclus: La même, le 1 janvier, mais avec une turbulence élevée et toujours des nuages: la précision s'en ressent, hélas. Toutefois les éjecta de Proclus sont plus lumineux. Enfin, un rescapé du 6 janvier: Copernic: beaucoup de nuages mais quelques trouées sympathiques: Comme d'habitude, tous vos commentaires seront les bienvenus. Cyrille
  3. 12 points
    Hello hello Voili voilou une version provisoire de la belle M109 en attendant de pouvoir doubler voir tripler le nbre d'image Merci merci Christian (@candrzej) pour ta couleur Origin color : https://www.webastro.net/forums/topic/121949-m109-au-t260/ A+ David Edit 20200128 Coooooooooooollll J'ai pu retourner voir la belle cette année Bon dommage, car j'ai jeté une soirée sur deux à la poubelle tellement le seeing était horrible Par contre, celle que je conserve est excellente car j'ai eu le même fwhm en pose de 3s que les années d'avant en 2s https://www.flickr.com/photos/187071820@N02/49606702636/sizes/o/ 200% https://www.flickr.com/photos/187071820@N02/49606723456/sizes/o/
  4. 11 points
    Uranus est la septième planète par rapport au soleil et a été accidentellement découverte. Bien qu'elle soit visible à l'œil nu, la planète a longtemps été confondue avec une étoile en raison de son obscurité et de son orbite lente. En raison de la distance à la Terre et des quelques missions exploratoires, beaucoup de choses sur Uranus restent un mystère pour nous. Mais ce qui a déjà été découvert fait de cette planète l'une des plus fascinantes jamais connues. Entre 21 saisons et des averses de diamants, découvrez certains des faits qui font de cette planète l'une des plus fascinantes du système solaire. Comme Vénus, la rotation d'Uranus tourne d'est en ouest, à l'opposé de la direction dans laquelle la terre et la plupart des autres planètes tournent. De plus, l'axe de rotation de la planète est incliné à un angle presque parallèle à son plan orbital, ce qui donne l'impression qu'elle tourne latéralement. Les scientifiques théorisent que cette anomalie rotationnelle peut être le résultat d'une collision gigantesque entre Uranus et un autre corps céleste, comme un astéroïde. En raison de cette étrange rotation d'Uranus, les saisons sur cette planète durent environ 21 ans! Cela provoque d'énormes variations de la quantité de lumière solaire que la planète reçoit à différents moments de l'année uranienne. Pensez à une planète où l'été dure environ 21 ans, recevant la lumière du soleil tout le temps, tandis que l'hiver a la même durée, avec la planète dans l'obscurité totale et le froid glacial. À Uranus, le jour et la nuit n'existent qu'au printemps et en automne. Ces étranges saisons traversent Uranus au cours de son année, ce qui correspond à 84 années terrestres. Pendant ce temps, la journée ne dure que 17 heures. Si vous pensez que Saturne est la seule planète du système solaire à avoir de beaux anneaux, alors Uranus a également deux ensembles qui lui sont propres, totalisant 13 anneaux! L'ensemble le plus intérieur se compose principalement d'anneaux plus minces et plus foncés, tandis que celui le plus extérieur est composé de deux anneaux colorés, l'un bleu et l'autre rouge. De plus, Uranus a - pour autant que l'on sache - 27 lunes, et au lieu d'être nommées d'après des divinités de la mythologie grecque ou romaine comme d'habitude, elles ont été baptisées avec des noms de personnages créés par Willian Shakespeare et Alexander Pope, comme Miranda. , Oberon, Puck et Ariel. La vitesse de l'orbite d'Uranus est de 27 400 kilomètres à l'heure et sa masse est 14,5 fois celle de la Terre. L'atmosphère d'Uranus se compose principalement d'hydrogène, d'hélium et de méthane. La température de surface atteint 216ºC négatif. La couleur bleuâtre résulte de l'absorption de la lumière rouge du méthane dans les couches supérieures de l'atmosphère. Sur la photo ci-jointe, nous pouvons facilement voir la région plus claire du pôle Sud, inclinée pratiquement à 90 ° comme le dictent les costumes. Capture effectuée dans des conditions de vision médiane, à l'aide d'un filtre Long Pass 610 nm, la région polaire plus claire était très évidente, tandis que la zone sombre dans laquelle les différentes nuances traitent probablement des artefacts. https://www.astrobin.com/l5vk98/B/
  5. 9 points
    Hello hello En rentrant du boulot, j'ai vu des étoiles dans le ciel !!!!! C'est un évènement exceptionnel depuis fin Septembre. J'ai donc installé à l'arrache mon AZ-EQ6, installé mon "Shai-hulud Tooth" qui était au garage presque en température, dirigé celui-ci vers "Hamal", fait une première MAP au bahtinov, fait la collimation à l'arrache au hotech (pas le temps de faire une MAP sur étoile), fait la MAP définitive au bahtinov, et go to "the moon" pour 2 heures de shoot avant que les nuages arrivent La colli était à 95% bonne. Le seeing était très moyen. Cela se voit car cela manque de finesse J'ai déjà fait largement mieux avec ma "Dent" mais je me suis bien fait plaisir et surtout, j'ai imagé des zones que je n'avais jamais snipé. Bon survol (sur les full pour avoir tous les détails ) A+ David https://www.astrobin.com/full/g3i8oc/I/?real=&mod= https://www.astrobin.com/full/g3i8oc/M/?real=&mod= https://www.astrobin.com/full/g3i8oc/H/?real=&mod= https://www.astrobin.com/full/g3i8oc/J/?real=&mod= https://www.astrobin.com/full/g3i8oc/G/?real=&mod= https://www.astrobin.com/full/g3i8oc/O/?real=&mod= https://www.astrobin.com/full/g3i8oc/V/?real=&mod= https://www.astrobin.com/full/g3i8oc/U/?real=&mod= https://www.astrobin.com/full/g3i8oc/W/?real=&mod= https://www.astrobin.com/full/g3i8oc/T/?real=&mod= https://www.astrobin.com/full/g3i8oc/X/?real=&mod= https://www.astrobin.com/full/g3i8oc/Y/?real=&mod= https://www.astrobin.com/full/g3i8oc/Z/?real=&mod=
  6. 9 points
    Bonjour, Je vous présente cette image de Clavius prise au C14 le 6 janvier 2020 vers 20h55 TU. Matériel : C14 + filtre IR Pass 685nm + barlow Powermate x2,5 + ZWO 174. Version 2 : Version 1 : Olivier
  7. 8 points
  8. 7 points
    Bonsoir à tous, Je viens de fouiller mes dossiers astrophoto lunaire et je suis tombé sur les lunes que j'ai faites en afocal avec mon APN kodak qui date maintenant 14 ans, l'âge de mon fils. De 2014 à aujourd’hui en passant par la lunette de 70/700 au newton 130/900. A l'époque, pas de traitement poussé, je venait juste de débuter mais elles sont bien sympas. Un petit retour en images sur l'aventure de la lune: Et le responsable de la prise de vue: Bonne soirée.
  9. 6 points
    Salut, Le 4-5 janvier j'ai eu une fenêtre pour capturer cette superbe nébuleuse, la nébuleuse du crabe. Par rapport à l'année dernière j'ai pu améliorer la résolution sur les faibles signaux avec ma 290MM, plus sensible que la 224 et surtout plus propre , ce qui permet de gratter assez loin. j'ai eu 2 nuits correctes avec la 290MM, le seeing était clément cette nuit là mais la buée m'a limité mes temps de pose globaux. Mais j'ai pu gardé 16000x1s sur 35000. Je suis en 8b, gain 450. Une brute de 1s pour voir que la nebuleuse est assez visible quand même: Pour la couleur j'ai essayé une exposition plus longue, 2s je voulais avoir des nuances plus prononcées, une brute: L'image finale: Full: https://www.astrobin.com/full/r8wzjq/B/ matériels utilisés: TN 300mm4 Atlas (EQ6) QHYIII-290MM pour la luminance:16000x1s gain 450 ASI224 MC pour la couleur:4100x2s gain 400 Logiciels utilisés: Siril pour le tri,empilement et calibration colorimetrique Astrosurface pour la deconvolution, et le collage des calques Photoshop pour la cosmetique Stephane
  10. 6 points
    Bonsoir à tous, Hier soir un seeing fluctuant mais avec de bonnes séquences sur la lunette de 228 mm F/9 + ERF interne. Barlow Clavé 2x / Basler 1920-155 / Mosaïque de 2 vues. Traitement AS3, Astra image et Photomerge. La suite au Newton 410mm....pas forcément meilleur...ça mouline Phil
  11. 5 points
    Bonjour les lunaires, Ah enfin, le temps m'a permis de faire une sorti hier ce qui explique mon absence de lundi. Nouvelle année , nouvelle présentation,et première lunaire 2020.... je vous propose des plans de certains point de vue lunaire très célèbre un Quadriptyque en couche verte seule. Et un dessin du cratère Mee , inachevé à cause d'un front nuageux qui m'as tous gâché ! ATTENTION TOUTES LES IMAGES SONT VUES COMME DANS UN RENVOI COUDE Bon ciel lunaire
  12. 5 points
    Un article sur le site de Nature Ce qui me frappe c'est que personne ne semble faire pression pour instaurer une réglementation drastique pour prévenir la dégradation du ciel nocturne... Traduction automatique : https://www.nature.com/articles/d41586-020-00041-4 SpaceX teste un satellite noir pour réduire la menace des «mégaconstellations» pour l'astronomie Le dernier lancement comprend le prototype «DarkSat» pour réduire la réflexion des flottes de satellites Internet à large bande. La société aérospatiale SpaceX a lancé en orbite le 6 janvier 60 de ses satellites Internet haut débit Starlink, dont un, appelé DarkSat, partiellement peint en noir. La sonde teste une stratégie pour réduire la luminosité des «mégaconstellations» des satellites, qui , selon les scientifiques, pourraient interférer avec les observations astronomiques . Diverses sociétés prévoient de lancer des milliers de satellites Internet dans les années à venir; SpaceX, de Hawthorne, en Californie, vise à lancer 24 lots de Starlinks cette année. D'ici le milieu des années 2020, des milliers à des dizaines de milliers de nouveaux satellites pourraient monter en flèche. Des stries lumineuses causées par la lumière réfléchie peuvent dégrader les images astronomiques. «Je me plaignais à ma femme que je ne pouvais pas très bien dormir ces jours-ci à cause de cela», explique Tony Tyson, physicien à l'Université de Californie à Davis et scientifique en chef de l'Observatoire Vera C. Rubin, un des principaux États-Unis. télescope en construction au Chili. (Il a été renommé cette semaine du grand télescope synoptique pour honorer le regretté Rubin, qui a découvert des preuves de l'existence de matière noire.) Les astronomes ont discuté des impacts potentiels des satellites sur divers télescopes et de ce qui pourrait être fait à leur sujet, le 8 janvier lors d'une réunion de l'American Astronomical Society à Honolulu, Hawaï. «2020 est la fenêtre pour comprendre ce qui fait une différence dans la réduction de l'impact», explique Jeffrey Hall, directeur de l'Observatoire Lowell à Flagstaff, Arizona, et président du comité de la société sur la pollution lumineuse. "SpaceX est absolument déterminé à trouver une voie à suivre afin que notre projet Starlink n'entrave pas la valeur des recherches que vous entreprenez tous", a déclaré Patricia Cooper, vice-présidente de SpaceX pour les affaires gouvernementales par satellite, lors d'une réunion lors de la réunion d'astronomie. Lumière d'étoile, étoile brillante Trois lots de Starlinks ont été lancés, pour un total d'environ 180 satellites à ce jour. Ils sont plus visibles dans le ciel nocturne immédiatement après le lancement, avant d'augmenter leurs orbites à des altitudes plus élevées où ils sont plus éloignés et semblent plus faibles. On ne sait pas encore à quel point un problème Starlinks sera important pour l'astronomie; les scientifiques se sont plaints des traînées dans leurs images depuis le premier lancement, mais si la société décide finalement de peindre la plupart des Starlinks en noir, l'impact pourrait être considérablement réduit. De nombreux astronomes ont paniqué en juin, peu de temps après le lancement par SpaceX du premier lot de 60 Starlinks et télescopes ont commencé à photographier leurs traces. Leur luminosité est venue comme une surprise, explique Patrick Seitzer, astronome à l'Université du Michigan à Ann Arbor. «Les nouvelles mégaconstellations mises en ligne ont le potentiel d'être plus brillantes que 99% de tout le reste en orbite terrestre, et c'est de là que vient la préoccupation», dit-il. Plusieurs facteurs contribuent à leur luminosité déroutante, ont rapporté les astronomes lors de la réunion. SpaceX dit que la position des panneaux solaires pourrait avoir quelque chose à voir avec cela: à des altitudes plus basses, avant l'augmentation de l'orbite, les panneaux des satellites sont positionnés comme un livre ouvert pour réduire la traînée. Cette orientation temporaire pourrait les faire réfléchir davantage de lumière solaire. La vitesse à laquelle un satellite se déplace dans le champ de vision d'un télescope est également importante - plus il se déplace lentement, plus la luminosité s'accumule par pixel d'images. Il n'y a aucune réglementation qui contrôle la luminosité ou la luminosité d'un satellite, note Ralph Gaume, directeur de la division des sciences astronomiques de la US National Science Foundation à Alexandria, en Virginie. Zone floue Les calculs suggèrent que les sentiers Starlink interféreront avec l'astronomie de manière plus significative pendant les heures entourant le crépuscule et l'aube. C'est un problème particulier pour les observations qui doivent être faites pendant le crépuscule, comme les recherches de certains astéroïdes proches de la Terre. Et les courtes nuits d'été, les pistes satellites peuvent être visibles toute la nuit. L'observatoire Rubin est particulièrement vulnérable car il balaye très fréquemment d'énormes quantités de ciel. Lorsqu'il entrera en service en 2022, il photographiera l'ensemble du ciel nocturne tous les trois jours, pendant dix ans. L'équipe de Tyson travaille sur des correctifs logiciels possibles pour les traînées satellites prévues, comme des moyens d'effacer électroniquement les traînées et autres pépins qu'ils induisent dans les images astronomiques. Mais «nous nous retrouvons avec toute la complexité d'avoir toutes ces choses supprimées et toutes ces erreurs systématiques», dit Tyson. Si les opérateurs de télescopes savent précisément où chaque satellite apparaîtra et à quelle heure, ils peuvent faire pivoter le télescope pour pointer vers une autre partie du ciel qui ne contient pas de satellite, explique Tyson. C'est faisable s'il y a 1 000 satellites, mais pas s'il y en a des dizaines de milliers, car le télescope perd tellement de temps à manœuvrer que «c'est sans espoir», dit-il. Cela laisse l'assombrissement comme une option de premier plan. Avec DarkSat, les ingénieurs de SpaceX ont peint des surfaces sur le satellite qui diffusent la lumière ou réfléchissent la lumière de manière diffuse, explique Cooper. Cela pourrait les rendre suffisamment faibles pour être invisibles pour quiconque regarde un ciel nocturne typique - mais presque certainement encore visibles pour la plupart des télescopes de recherche astronomique. «Cela fera toujours partie intégrante de la vie des astronomes», explique Jonathan McDowell, astronome au Harvard – Smithsonian Center for Astrophysics à Cambridge, Massachusetts. "Tout simplement pas une partie de la vie de tout le monde."
  13. 4 points
    Pour une supernova, c'est une vingtaine de jours entre le début de l'explosion et le maximum de luminosité. Pas de montée directe de mag 1 à mag -10. La durée évolue un peu en fonction du type de supernova, mais on est dans cet ordre de grandeur à 2-3 jours près. Ensuite ça baisse pendant des années. Et si ça monte à mag -10, ça restera visible à l’œil nu une bonne année. Ça laissera aux humains de l'époque du temps pour lui dire "adieu". Comme ce sera une supernova de type II (effondrement de coeur), on peut gagner encore quelques semaines d'observations s'il s'avère que c'est un sous-type IIp, mais je n'ai jamais lu quoi que ce soit comme prédiction de sous-type pour Bételgeuse. Par contre, si on veut vraiment bien suivre l'explosion de Bételgeuse, elle serait sympa d'attendre un mois d'Août, quand Orion revient dans le ciel du matin, pour qu'on puisse en profiter pendant de nombreux mois sans interruption. L'écliptique passe tout près d'elle. Donc si le Soleil est dans le secteur, ça compliquera toutes les observations pour l'ensemble des observateurs.
  14. 4 points
    Est-ce que c'est mieux?.. J'ai combiné le Ha à la Luminance mais pas à la couche rouge
  15. 4 points
    Moi aussi je vote pour la supernova, même si j'aime beaucoup la constellation d'Orion dans sa configuration actuelle (de toute façon les chances que ça arrive de notre vivant sont infimes....). Pour la mag V à +2, je viens de jeter un œil et je la vois plutôt plus brillante que Alnitak (donc plutôt vers mag +1.5). Mais bon, je n'ai aucune expérience en mesure de magnitude à l’œil (la réduction de données CCD je connais un peu, mais pas ça) donc je peux me tromper. jf
  16. 4 points
    Je cite un intervenant inconditionnel de Musk qui opère sur un forum dédié à l'astronautique : "Evidemment, comme d'habitude, ceux qui n'aiment pas la réussite des audacieux orientent l'attention vers la thématique de la gêne pour les astronomes". Sachant que de toute façon on est vraiment cons, on s'inquiète pour rien : "SpaceX fait tout ce qu'elle peut pour atténuer ce problème, en testant différentes formules". … "atténuer"... bien sûr.. avec12000 puis 42000 satellites à terme.. sans oublier que d'autres sociétés concurrentes vont en rajouter d'autres milliers.. Et puis cette polémique est accessoire, le ciel et les astronomes pro ou amateurs on n'en a rien à foutre , car - je cite toujours : "cela ne doit pas masquer l'essentiel, qui est que le projet va de l'avant à un rythme jusqu'alors inconnu dans l'histoire du spatial." YES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Bref, on est tous des emmerdeurs "qui n'aiment pas la réussite des audacieux".. À vomir ..
  17. 4 points
    La version 2 est très bonne, mais le contraste est un peu faible Pas mieux comme ça ?
  18. 4 points
    Ouais mais avec une p... tain de nébuleuse à la place, ça vaudrait le coup M42 pourrait aller se rhabiller Sinon la mag V à +2 du 7 janvier j'y crois pas trop... ou alors si c'est le cas, c'est qu'effectivement elle va péter. J'ai fait une mesure à +1,5 le 4/01
  19. 3 points
    Bonsoir les astrams, Voici qq images de Selène d'hier soir au C11 + 224 MC faites avec mon pote @SAUTIER Sylvain Vos avis seront les bienvenus ...même s'ils sont critiques Les images sont issues de .SER de 3000 images avec entre 600 et 1000 images conservées Ph
  20. 3 points
    Le communiqué de presse, qu'on peut trouver ici : https://tds.virgo-gw.eu/?content=3&r=16615 Et que je copie : GW190425 : la fusion d’un système formé de deux astres compacts de masse totale environ 3,4 fois celle du Soleil Aujourd’hui lundi 6 janvier 2020, la Collaboration Scientifique LIGO et la Collaboration Virgo annoncent la découverte du signal GW190425, la première détection d’ondes gravitationnelles rendue publique pour la troisième période de prise de données commune, O3. Le 25 avril 2019, le réseau de détecteurs d’ondes gravitationnelles comprenant l’instrument européen Advanced Virgo situé en Italie et les deux détecteurs Advanced LIGO construits aux Etats-Unis ont détecté un signal baptisé GW190425. Après GW170817, c’est le second événement dont la source pourrait être une fusion de deux étoiles à neutrons. GW190425 a été enregistré à 10 heures 18 minutes et 5 secondes, heure de Paris ; environ 40 minutes plus tard, la Collaboration Scientifique LIGO et la Collaboration Virgo ont envoyé une alerte pour déclencher les observations de suivi par des télescopes. « Nous avons observé un second signal compatible avec la fusion d’un système binaire d’étoiles à neutrons : c’est une confirmation importante de GW170817, l’événement qui a lancé l’astronomie multi-messagers il y a deux ans. La masse totale mesurée pour GW190425 est plus élevée que celle de toutes les binaires de ce type connues dans la Galaxie : cette observation a des conséquences astrophysiques intéressantes pour la formation de ce système », explique Jo van den Brand, porte-parole de la Collaboration Virgo et professeur à l’Université de Maastricht, au laboratoire Nikhef et à l’Université VU d’Amsterdam aux Pays-Bas. « La surprise, c’est que ce système est bien plus massif que ce à quoi nous nous attendions » renchérit Ben Farr, de l’Université d’Orégon aux Etats- Unis et membre de la Collaboration LIGO. La source du système GW190425 se trouve à environ 500 millions d’années-lumière de la Terre. Elle est localisée dans une région du ciel environ 300 fois plus grande que celle obtenue pour le célèbre signal GW170817, dont la découverte a marqué le début de l’astrophysique multi-messagers avec ondes gravitationnelles. Cette différence est due au fait que le signal GW190425 n’a été observé avec un fort rapport signal sur bruit que dans un seul instrument : LIGO Livingston. Au moment de la détection, le détecteur LIGO Hanford ne prenait pas de données. Et le signal reconstruit dans les données de Virgo était faible – d’une part à cause de la sensibilité de ce détecteur, moins bonne que celle de LIGO Livingston, et d’autre part parce que les ondes gravitationnelles provenaient probablement d’une région du ciel à laquelle Virgo était peu sensible au moment de l’arrivée du signal sur Terre. Cette localisation moins précise rend très difficile la recherche de contreparties (signaux électromagnétiques, neutrinos ou particules chargées). Et d’ailleurs, contrairement à GW170817, aucune contrepartie n’a été identifiée à ce jour. Néanmoins, les données de Virgo ont été utilisées dans la suite de l’analyse pour améliorer notre compréhension du phénomène astrophysique. « Malgré l’écart entre les rapports signal sur bruit enregistrés par les différents instruments – dû à des différences connues de sensibilité et de couverture angulaire du ciel – cette nouvelle détection conjointe démontre encore une fois l’importance du réseau international d’interféromètres », ajoute Stavros Katsanevas, le directeur de l’European Gravitational Observatory (EGO), le laboratoire d’accueil du détecteur Advanced Virgo, situé près de Pise en Italie. Il y a plusieurs hypothèses pour la source du signal GW190425. La plus probable est la collision de deux étoiles à neutrons mais le système qui a fusionné aurait pu également inclure un, voire deux, trous noirs – bien que des trous noirs assez légers pour correspondre aux masses mesurées pour GW190425 n’aient encore jamais été observés. Néanmoins, sur la seule base des données fournies par les ondes gravitationnelles, ces scénarios « exotiques » ne peuvent pas être écartés. La masse totale du système binaire a été estimée à 3,4 fois celle du Soleil. En supposant que la source de GW190425 soit une fusion de deux étoiles à neutrons, ce système aurait été très différent de ceux que l’on connaît dans notre Galaxie et dont la masse totale varie entre 2,5 et 2,9 fois celle du Soleil. Le système initial d’étoiles à neutrons dont GW190425 serait issu pourrait donc s’être formé différemment. « Après la surprise des premiers résultats, nous avons analysé avec soin les données en utilisant des modèles analytiques robustes, basés sur la théorie de la relativité générale d’Einstein, pour l’émission d’ondes gravitationnelles par le système de deux étoiles à neutrons », explique Alessandro Nagar de la section INFN (« Istituto Nazionale di Fisica Nucleare ») de Turin en Italie. « Au bout de plusieurs mois de travail, nous avons finalement obtenu un bon niveau de compréhension pour cet événement. Bien qu’ils aient été prédits par des travaux théoriques, des systèmes binaires lourds comme celui dont la fusion aurait pu produire le signal GW190425 peuvent être invisibles aux observations électromagnétiques. » « Bien que nous n’ayons pas observé l’astre formé par cette fusion, nos simulations numériques, basées sur la théorie de la relativité générale, prédisent que la probabilité qu’un trou noir se soit formé immédiatement après la collision est très élevée, de l’ordre de 96% », complète Sebastiano Bernuzzi, chercheur à l’université d’Iéna en Allemagne.
  21. 3 points
    Bonjour tout le monde, Finalement je n'ai pas résisté à l'envie de faire la couche Ha.. j'ai profité d'une nuit claire le 29 décembre pour une série de 40 poses de 600" chacune. J'était curieux de voir si ça changeait l'aspect de la galaxie, étant donné que c'est ma première HaLRVB, le résultat est plutôt significatif..! A l'avenir je ferai des poses de 900 voir 1200", le rapport signal/bruit était un peu juste pour le nombre de poses que j'ai faites mais une fois la couche intégrée dans le rouge et dans la luminance, je ne trouve pas que ça soit trop bruité. Le setup habituel, TSA 120 + ST2000XM + EM 200 Temma 2Z + Prism 10 Ha: 40x600" bin 1x1 L: 40x600" bin 1x1 RVB: 40x600" bin 1x1 Total 20 heures à -15°c En bonus ma version de 2014 Version HALRVB remasterisée: Version LRVB: Version de 2014, pour rire..
  22. 3 points
    Un autre article : https://spacenews.com/spacex-astronomers-working-to-address-brightness-of-starlink-satellites/ Cooper a déclaré que la luminosité est affectée par plusieurs problèmes. Les satellites Starlink semblent initialement brillants lorsqu'ils sont libérés dans une orbite de stationnement inférieure, et la configuration du grand panneau solaire unique de chaque satellite lors de l'élévation de son orbite peut également influencer sa luminosité. Une fois sur une orbite opérationnelle finale de 550 kilomètres, la luminosité de l'engin spatial diminue à une magnitude visuelle d'environ cinq, les rendant visibles à l'œil nu uniquement dans un ciel nocturne plus sombre. L'un des défis, a-t-elle déclaré, est que la conception unique du satellite rend difficile la détermination exacte des causes de la réflexion de la lumière par le vaisseau spatial. «Il s'avère que nous pensons que les surfaces qui diffusent la lumière ou réfléchissent la lumière de manière diffuse sont également des contributeurs importants», a-t-elle déclaré. Cela a conduit à tester des surfaces sur le satellite expérimental, surnommé «DarkSat» par certains, pour réduire cette réflectivité. Bien que DarkSat soit maintenant en orbite, il faudra un certain temps pour voir son efficacité. Patrick Seitzer, astronome de l'Université du Michigan qui étudie l'effet des constellations de satellites sur l'astronomie optique, a déclaré lors d'une conférence de presse ultérieure que le satellite n'atteindra probablement pas son orbite opérationnelle avant fin février. "Des mesures sérieuses peuvent alors commencer", a-t-il déclaré. Cooper a déclaré que SpaceX travaillerait rapidement pour réduire la luminosité de ses satellites, mais n'a pas donné de calendrier ni d'état précis si d'autres satellites expérimentaux étaient en cours. Dans l'intervalle, la société continuera de lancer la conception originale des satellites Starlink qui sont conçus pour être opérationnels pendant cinq ans, un plan que certains astronomes lors de la réunion ont critiqué. «Nous ne savons pas encore si ces atténuations sont utiles et efficaces», a-t-elle déclaré. «Nous avons tendance à travailler très rapidement. Nous avons tendance à tester, à apprendre et à répéter. » SpaceX a rencontré un comité de l'AAS pour discuter des préoccupations de la communauté astronomique à propos de Starlink et pour examiner les moyens de les atténuer. Ce travail a inclus une demi-douzaine de téléconférences et une réunion en personne au cours de cette conférence AAS, a déclaré Jeff Hall, directeur de l'Observatoire Lowell et président du comité AAS. (...) Hall a ajouté qu'il était prématuré de discuter des réglementations concernant la luminosité des satellites. «La régulation du Far West là-haut est nécessaire, mais cela va prendre beaucoup de temps à mettre en œuvre», a-t-il déclaré, tandis que le problème posé par Starlink et d'autres constellations est un problème à court terme qui doit être résolu maintenant. . Hall et d'autres astronomes ont déclaré que, comme SpaceX, ils étaient surpris par la luminosité des satellites Starlink. "Ce qui a surpris tout le monde - la communauté de l'astronomie et SpaceX - a été la luminosité de leurs satellites", a déclaré Seitzer. «Nous savions que ces dizaines de milliers de mégaconstellations allaient arriver, mais en fonction de la taille et de la forme des objets actuellement en orbite, je pensais qu'elles seraient peut-être de huitième ou neuvième magnitude. Nous ne nous attendions pas à une deuxième ou une troisième magnitude. » Les astronomes et SpaceX ont déclaré qu'ils espéraient, comme première étape pour obtenir les satellites Starlink suffisamment faibles pour ne pas être visibles à l'œil nu, même dans le ciel le plus sombre. La prochaine étape consistera à déterminer ce qui peut être fait d'autre pour atténuer leurs effets sur les principaux observatoires, en particulier l'Observatoire Vera Rubin (anciennement Large Synoptic Survey Telescope) en construction au Chili. Les astronomes ont déclaré que le télescope à champ large était particulièrement menacé par Starlink et d'autres satellites de mégaconstellation. Hall a déclaré que son comité AAS prévoyait d'entamer des discussions avec OneWeb plus tard ce mois-ci, peu de temps avant que la société ne commence le déploiement à grande échelle de sa constellation. Six satellites de démonstration OneWeb sont actuellement en orbite, à des altitudes supérieures à SpaceX. Seitzer a déclaré que les satellites, à environ huitième magnitude, sont trop faibles pour être vus à l'œil nu, mais posent dans certains cas de plus grandes préoccupations aux astronomes professionnels que les satellites Starlink car, à leurs altitudes, ils peuvent être visibles toute la nuit pendant l'été, plutôt que juste autour du coucher et du lever du soleil. Avec SpaceX cherchant à déployer jusqu'à 1500 satellites Starlink en 2020 seulement, et avec OneWeb et d'autres constellations en développement, les astronomes ont averti que c'était un problème majeur pour eux. "La question des mégaconstellations et de l'astronomie est un problème sérieux", a déclaré Seitzer. «Nous avons très peu de temps pour régler ce problème.»
  23. 3 points
    Oui le Pilanesberg est un superbe parc dans lequel on voit en deux jours autant d'animaux qu'en une semaine au Kruger. Si tu tues les araignées, tu cours un risque énorme d'avoir ta chambre infestée de moustiques même en laissant les fenêtres fermées: ces sales bêtes passent partout.
  24. 3 points
    Bonjour En plus de Vénus trois images sauvées de cette soirée. Il y en avait encore un peu mais la turbulence devenait très forte par moment donc films poubelle mais l'année commence bien. Le cratère Gassendi je mets sur youtube un crop des premières images du film pour vous donner une idée de la résolution et de la turbulence : https://youtu.be/3unOhK9S3_o La vitesse des images a été réduite à 20 img/s mais qualité youtube minable. C'est l'IR742 qui a sauvé la séance cliquez sur les images pour les 100%. Bonne journée. Luc Une version bien moins hard. J'étais fatigué avant de faire la précédente.
  25. 3 points
    Bonsoir Hier soir les conditions étaient vraiment au top! Des vents en altitude au ralentit, pas un pète d'humidité donc un seeing d'enfer!!! Les soirées comme celles ci sont rares. J'ai pu observer au C11 avec la bino et deux oculaires de 15mm (c'est rare quand je les utilise). J'ai tout de suite vu que la soirée allait être au top! J'avais l'impression que j'allais tomber dans Copernicus tellement l'effet était top! J'avais l'impression d'avoir un C12!! Platon me montrait ses craterlets minuscules mais bien visibles. Voici deux ou trois photos. C11,zwo asi 120mm au foyer. Avi de 3000 images et une moyenne de 450 pour le stack. J'ai laissé mon filtre IR472 sur la caméra (il me réussit bien ) mais vu les conditions c'était peut-être une ânerie de l'utiliser? Qu'en pensez vous? J'ai pris l'habitude de le laisser sur la caméra en permanence ou presque. Clavius est une mosa de 2 images (avec ice pano). Avec la barlow de 1.6 je n'ai pas de bons résultats à mon goût.
  26. 3 points
    Ces petits c*ns se croient tout permis, arrogants avec ça...
  27. 3 points
    hello, encore un globulaire fait en septembre dans une très courte éclaircie, donc 2,5 heures de pose LRGB, pas plus. Il est en pleine voie lactée mais il s'en sort pas si mal que ça : Full : https://www.astrobin.com/full/ovgwv0/0/?real=&mod=
  28. 3 points
    Oui, au vu du léger angle de la jupe, on peut penser qu'il va sauter encore plus haut que la première fois, si ça se trouve c'est un dernier étage, on sait pas.
  29. 2 points
    Hello tout le monde ! Il y a bien longtemps que je n'ai pas posté, la faute à un temps exécrable en bordelais...du coup, je me suis barré et me voilà au fin fond du sud est, dans un drôle de village en bord de mer à la frontière espagnole orientale ...tiens, j'ai plus d'émoticones...??? Bref, la bonne surprise est que le seeing n'a rien à voir...je shoote pour l'instant depuis un balcon au dessus de la mer J'y ai installé à l'arrache le newton 158/1220 en attendant la mise en poste du gros sur le toit terrasse...un peu camping pour l'instant...un réchaud, des fayots, un télescope, une bouteille de pif Donc un petit aperçu en vrac de ce que j'ai pu attraper....punaise, presque tous les soirs un ciel clair...va falloir investir en disque dur ! Allez c'est parti dans tous les sens, de l'APN au foyer et en x 1,5 ou x2, plus un chouïa à la 120 MC le tout traité à l'arrache parce que j'ai pas mon écran ! En suivant, j'ai les deux lune en x2 pas mal du tout mais que j'ai pas le temps de traiter et de faire l'assemblage...gasp... Donc à bientôt quand je serai plus organisé...les meubles et tout le reste de mon matos arrivent demain....argh
  30. 2 points
    Bonsoir à tous, toujours difficile à imager avec un seeing en baisse vers 23h30 hier soir. Mais bon... la formation est superbe et ce n'est pas toujours évident d'avoir du beau quand elle est là... Lunette de 228 mm F/9 + ERF interne. + barlow 3x pour le plan large Newton 410 mm F/5.6 "maison" optique et mécanique (obstruction cent 21%) Basler 1920 -155 à l'arrière de l'oculaire de projection Taka 20 mm + 60 mm de tirage + filtre rouge Atik Traitement AS3 (300 images) et Astraimage. En bonus Schiller au Newton Phil
  31. 2 points
    Salut les amis Bon c'est pas de la haute resolution mais bon c'est traité donc je vous les présentes Le 05 le jet etait annoncer a 160 km/heures chez moi et effectivement le C8 avais du mal du coup quelques plans dont deux gardé et réduite pour l'aspect les suivante etait pas gérable Observer=Sauveur Location=Afa Scope=C8 Camera=ZWO ASI290MM Filter=R le 06 ca devait se calmer et pour le coup j'avais sortie les tube tot pour la mise en temperature archt Alain mon copain d'Ajaccio ma demander de descendre l'aidé a installer Phd2 du coup, je rentre le C11 de peur qu'il disparaisse dehors tous seul Donc des que je remonte comme le c8 etait rester dehors caché et deja a temperature. c'est le premier en piste et j'envoie un texto a Emilio pour qu'il monte vite tester son tube (on trainera ses images ensemble) Bon Elie au telephone me dit que ca clignote pas mal et effectivement en imageant ca bougeait un peu bein je l'ai eu car il ma consoler du 300 de Jerome que j'ai louper cause que je suis loin tsouin tsouin Dommage clic sur les images a vous de voir Observer=Sauveur Location=Afa Scope=C8 Camera=ZWO ASI178MM Filter=G Profile=Moon_c8 Observer=Sauveur Location=Afa Scope=C8 Camera=ZWO ASI290MM Filter=R Profile=Moon_c8 Observer=Sauveur Location=Afa Scope=C8 Camera=ZWO ASI178MM Filter=R Profile=Moon_c8 Observer=Sauveur Location=Afa Scope=C8 Camera=ZWO ASI178MM Filter=R Profile=Moon_c8 01 02 03 bon j'ai essayer le c11 apres une collim bon pas top et peut etre aussi la mise en temperature moins bonne Observer=Sauveur Location=Afa Scope=C11 Camera=ZWO ASI178MM Filter=R Profile=Moon_C11 la j'ai pas trop d'ébruité et il n'y a que 270 images sur 5000 Observer=Sauveur Location=Afa Scope=C11 Camera=ZWO ASI290MM Filter=R Profile=Moon_C11 le une petite dernière a la Lulu et la 178 MM Bon peut etre un poil fort et un peux bruité aussi sur certaine puis le C11 pas au mieux de sa forme Collim et mise en temperature Dommage pour le 300 donc j'économise et verrai pour peut etre du Zen ou si une occas se presente bonne soirée et bon ciel
  32. 2 points
    La mentalité des dirigeants de SpaceX (et de nombreux américains) est toujours celle des cow boys de la ruée vers l'or, nous sommes comme le dit Jeff Hall en plein Far West spatial, les indiens, ce sont les astronomes pour qui des réserves de ciel seront probablement concédées. Triste époque. This is the laaaawww of the west !!! Celle du plus fort et du fric.
  33. 2 points
    lune brille 21h00 à 21h45 test Bellatrix 1.64 bélelgeuse 1.6 mag (+/- 0.1 mag) meade etx 70 mm / 350 mm F/5
  34. 2 points
    Il faut penser au PC en déstockage, en terme de durabilité un PC pro d'il y a 1 ou 2 ans sera plus intéressant qu'un PC dernier cri à moins de 1000€. Dans la mesure où l'évolution ne suit plus la loi de Moore depuis un moment déjà, on ne perd pas grand chose à avoir ce qui était une bonne config il y a 1 an, 2 ans ou 3 ans. Il faut vraiment bien regarder les performances de la carte graphique. Attention à la vitesse des disques durs également. Un HD mécanique à 5400t/m c'est vraiment lent. Et même si il ne sert qu'en stockage c'est peu pratique. C'est intéressant de lorgner du côté des PC de gammer aussi, ils sont vendus moins chers que les gammes pro avec un niveau de performance parfois supérieur. La seule concession à faire c'est un look de kéké, mais parfois c'est notamment à base de led rouge ce qui est pas mal pour nous. Voir les gammes ROG chez ASUS par exemple. Ca veut dire Republic Of Gammer (si si ils osent) .
  35. 2 points
    "Te résoudre à la fuite du temps tu dois, René ..." Bravo pour cette série nostalgie , un plus pour la 12 ème, un croissant lunaire particulièrement bien rendu Les sels d'argent ont vraiment été transformés en or par l'avènement de l'appareil numérique, même le plus "familial" Ciel à portée de pixels, avec des satisfactions qui donnent envie de progresser ! Amitiés
  36. 2 points
    Bah ouais, parce que les " méthodes " de Mossieur Valère avec Iris !
  37. 2 points
    Bonjour Par contre avec firecapture en mode 8 bt le format video ser est proposé Je suis dans le même cas que petit ours je n'arrive pas a me décider sur le mode d’acquisition et traitement Je pense utiliser apt et siril avec des fichiers fits en mode ciel profond pose longue Apt fait le lien avec phd2 sans utiliser phdmax Daniel
  38. 2 points
    Ben si hélas Ce n'est pas un filtre de luminance tel qu'on l'entend en astrophotographie C'est juste un filtre qui coupe le rayonnement IR D'ailleurs en photo, avec un filtre de luminance il n'y a pas besoin IrCut, le filtre L coupe les IR.
  39. 2 points
    Je dirais que 2104 , ça nous vieillit pas mal hein !!!!!!!!!!!!!!! je rigole bien sûr inversion des chiffres !!!!!!!!!!!!!!!
  40. 2 points
    De bien belles images pour l'époque et avec un simple petit appareil comme ça
  41. 2 points
    Bonjour Une réponse pour asicap avec 294 en mode raw 8 bt capt image format png et en capture vidéo format avi en mode raw 16 bt capt image format fit et en capture vidéo format ser Je pense qu'avec la 533 c'est identique Pour le ciel profond il vaut mieux travailler en format de fichier 16 bt Cdt Daniel
  42. 2 points
    Le ser peut parfaitement sortir en 8 bits. Par contre l'AVI, c'est un conteneur, il faut un codec pour lui faire sortir ne serai-ce que du mono 8 bits (je l'ai eu à l'époque de ma DMK). "Normalement" c'est pas plus important que cela ... sauf que l'AVI apporte son lot de contraintes : limite à 2Go (avant 1996) puis 4Go actuellement. Du coup pour des grosses vidéos ca risque de pas le faire. En lunaire, j'ai pas franchement vu de différences entre 8 bits et 12 bits pour ma part. Pareil en planétaire/stellaire. Il n'y a guère que quelques rares cas où j'ai trouvé une quelconque utilité : il y a des années, j'ai capturé Saturne, avec une exposition calée pour Saturne, donc mag ~ 0, et j'ai trouvé mimas (mag ~13) dans le fond du ciel avec une exposition de moins de 50 ms a la sortie du post-traitement (en poussant largement les curseurs et en cramant Saturne). En 8 bits je n'y voyais rien. Mais attention, c'est plus un jeu qui permet de savoir ce que l'on gagne en dynamique, sous un ciel "moyen" (d'où l'exposition de 30 ou 50ms car je ne peux généralement pas aller plus haut chez moi). C'est un peu comme faire du HDR, on s'en lasse vite. Marc
  43. 2 points
    Les dernières valeurs AAVSO sont à +1,5, il s'agissait donc bien d'une mesure incorrecte.
  44. 2 points
    La bino 7kg... Un pied correct (je te laisse chercher...) 7kg. Tu es à 14 kg. Et je compte pas la quincaillerie, les vivres, l'habillement. Le Sumerian c'est 12 kg "seulement". Tu n'as jamais essayé de Dobson apparemment. Et ça c'est grand dommage. Parce que si tu veux faire du ciel profond et y voir quelque chose qui mérite plus qu'un coup d’œil, genre du détail sur les galaxies, il faut taper au moins 250 ou 300mm. C'est pas pour rien que le "Strock" existe dans ce diamètre. Fais une petite recherche sur ce thème, ce sera fructueux. On a souvent ce genre de question de l'astro nomade "sac au dos" en montagne. Celà me laisse circonspect à chaque fois. Je n'ai pas dis sceptique hein, un brin de folie ne fait pas de mal mais... Il faut avoir la double compétence montagnard noctambule et astronome amateur ayant une certaine expérience du matériel et du ciel (montage, collimation, pointage, choix judicieux d'oculaires...). Il faut travailler les deux indépendamment. Cela permet d’éviter bien des déconvenues une fois sur le terrain. Et je pense qu'il faut vraiment que tu creuses ta motivation. C'est quoi le but? Un délire fugitif et romantique où la sensation d'aventure prime, ou bien la pratique raisonnée de l'astronomie visuelle dans de bonnes conditions? Nous sommes nombreux à pratiquer l'astro nomade en montagne, mais dans des lieux accessibles en voiture, et ce n'est pas ce qui manque. Quitte à déplacer le matériel sur quelques dizaines de mètres. Le confort que cela procure contribue autant à la qualité de l'observation que les performances de l'instrument ( diamètre, qualité ) crois moi. Et je t'avoue par contre qu'en rando d'altitude de nuit, à pince, à ski, en ce que tu veux, je ne m’embête même plus à charger mes jumelles 7 ou 10x50 On parle bien de visuel d'accord ? Pour la photo genre time lapse le deal est différent parce que le choix de l’esthétique et du site devient primordial et nécessite un certain engagement. C'est un autre sport!
  45. 2 points
    Je profite de ce fil pour vous reparler du pays voisin de la Namibie, l'Afrique du Sud où je me rends trois fois par an. Prochain départ le 13 avril pour deux semaines d'astro de rêve. http://www.astrosurf.com/topic/116480-out-of-stellaland-7-est-enfin-sorti/
  46. 2 points
    A la demande générale, des versions en x2 120MC un peu plus travaillées...pfou, j'suis crevé...
  47. 2 points
    Bonjour en faisant du tri sur mes disques durs j'ai retrouvé cette image de la Lune du 20 avril 2018 prise avec ma TSA 120 et mon Nikon D850 qui n'ait jamais été traité! Bonne journée Christian
  48. 2 points
    J'ai la chance d'avoir pu voyager avec l'AFA dans l'hémisphère sud : Afr. du Sud, Chili, Namibie, Australie. Pour ceux qui n'ont pas eu cette chance il faut bien avouer que le ciel Austral c'est le paradis comparé au notre, PL ou pas... Mon meilleur souvenir c'est en plein coeur de l'Australie, près de Ayers Rock : aucune ville à mille km à la ronde, le silence et le cosmos qui se dévoile. Juste allongé par terre avec une paire de jumelles...
  49. 2 points
    Non non, la constellation d'Orion si parfaite à voir, vous imaginez sans Bételgeuse ! ça ressemblerait à rien ! , je peux même pas imaginer, tout ça c'est du bluff !!!
  50. 2 points
    Un nouveau communiqué de LIGO/VIRGO : (en français) https://www.ligo.org/science/Publication-GW190425/translations/science-summary-french.pdf GW190425 : Le système binaire d’étoiles à neutrons le plus massif jamais détecté ? La Collaboration Scientifique LIGO et la Collaboration Virgo peuvent aujourd’hui annoncer que, le 25 avril 2019, des ondes gravitationnelles émises par la fusion de deux astres compacts ont été détectées. Cet événement a été baptisé GW190425. LIGO pilote deux détecteurs d’ondes gravitationnelles, l’un à Hanford, dans l’État de Washington et l’autre à Livingston, en Louisiane. Au moment du signal GW190425, le détecteur LIGO-Hanford n’était momentanément pas en train de prendre des données, mais ce fort signal a été détecté par le détecteur LIGO-Livingston. Le détecteur Virgo, situé à Cascina en Italie, était lui opérationnel mais, à cause d’une sensibilité moindre et du fait que la source de GW190425 se trouvait probablement dans une région du ciel moins visible pour Virgo que pour LIGO-Livingston, le signal observé n’était au-dessus du seuil de détection que pour LIGO-Livingston. Les données de Virgo ont néanmoins servi pour la détermination des paramètres de la source de GW190425. La masse totale de ce système binaire a été mesurée entre 3,3 et 3,7 fois celle du Soleil. Etant donné cet intervalle de masses, le scénario le plus probable est que deux étoiles à neutrons sont entrées en collision à une distance approximative de 520 millions d’années-lumière. Toutefois, la masse de ce système binaire est significativement plus élevée que celles de tous les autres systèmes binaires d’étoiles à neutrons connus à ce jour.