Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 05/17/21 in all areas

  1. 25 points
    Bonjour à tous, La dernière d'une belle série de nuits claires en avril, voici ngc 4565, la galaxie de l'aiguille. Sur deux nuits, la première en luminance, avec 3h10 de pose par 5mn. Une fwhm de 2.4" sur les plus faibles étoiles de l'empilement, dommage de n'avoir pas eu les 1.8" cette nuit-là! Une deuxième nuit pour les rvb, un peu plus d'une heure par couche, ça aide pour le traitement des couleurs. Le time-lapse de la deuxième nuit ici. Newton 245/1467 (paracorr2), asi183 (0.33"/p), image à 0.5"/p. Je mets un crop pour ceux qui n'aiment pas cliquer Nathanaël
  2. 16 points
    bonjour entre 2 averses, au total 1h de pose, ASI 6200mc, T250 F/D5, pas de dark, offset, flat acquisition : moi traitement : Colmic
  3. 11 points
    Bonsoir, Ce soir j'ai tenté de capter Mars un peu plus tôt que d'habitude. La petite était dans l’oculaire du Mewlon 250 avant 20 heures en heure locale. Totalement invisible aux jumelles 10 x 50 et dans le chercheur du Mewlon qui est aussi un 10x50. La turbulence était vraiment forte et le ciel d'un joli bleu très soutenu. Le Soleil n'était pas encore sous l'horizon. J'ai attendu un peu que le tube se mette à température avant les premières prises. Le niveau de turbulence n'a guère fléchi et il y avait du vent par rafales. Depuis que le gars là-haut ne fait que me taquiner en agitant le bocal, je réponds en allongeant les films à environ 10 minutes. Puis je procède par des tris successifs d'images afin de n'en retenir qu'environ un pourcent et guère plus. Visiblement le gars d'en haut veut vraiment me contrarier ou simplement me dire à demi-mots qu'il y a quelqu'un. Merci pour avoir gentiment éloigné les nuages car la situation est devenue ainsi bien plus confortable. Visiblement il ne pouvait guère faire plus sans que ça ne paraisse suspect. Sans doute j'aurais fait tout comme lui, qui sait ? Une vidéo sur la Lune dans la même configuration optique que Mars montre que ça bougeait beaucoup sur cet autre monde. Décidemement c'est tout le ciel qui tremble ce soir. Ce bon soir. Pour les traitement comme d'habitude c'est avec le chronomètre en main. Demain il y a le train de 7H12... Bonne semaine. Lucien
  4. 11 points
    Enfin des images ! Et toute la séquence EDL en plus !
  5. 9 points
    Bonjoir humains des confins et des intérieurs. Que vous soyez d'ici ou d'ailleurs soyez les bienvenues sur cette page aussi vraie qu'elle est virtuelle. Voici ma Lyre, la belle nébuleuse planétaire que j'ai dû aligner image par image, prise sans suivi grâce à mon 200/1000 et mon canon 100D. Temps de pose moins d'une seconde / iso 6400 / Bortle 5-6 / A ce moment je n'avais pas non plus d'intervallomètre... À sommeiller dans mon coffre à images, se trouvaient plusieurs photos de cette planète de nébuleuse que j'avais photographiée en 2020. Il me prit, pas plus tard que tout à l'heure, de sélectionner dix d'entre elles, soit la moitié, que je trouvais suffisamment nette et me mis à la tâche de les convertir puis les aligner et les empiler via Siril... Mais qu'elle ne fut pas mon désappointement quand je constatais que le logiciel n'arrivait pas à les aligner, quelle que soit la méthode, et c'est donc, via photoshop que je le fis, a la main, une à une. Ce fut un peu long, mais ça en valait la peine. Je finis finalement le travail via photoshop histoire de savoir ce qu'il avait dans le ventre (savoir surtout si j'en étais capable) puis j'entrepris de faire deux autres versions : Format non crop de la version Photoshop :
  6. 9 points
    Bonjour à tous , cela fait maintenant un petit moment que j'expérimente cette technique , et je commence à avoir des résultats. A priori une monture altazimutale ne permet pas de faire de l'astrophoto : -à cause de la rotation de champ -à cause du suivi moins précis versus monture équatoriale. Donc on ne peut se permettre que des poses courtes , et les nouvelles caméras CMOS , avec de faibles bruits de lecture , le permettent. La rotation de champ est variable suivant la position de l'objet , et , en général des poses de 5 à 10 sec sont possibles : voir mon tableau Excel joint. Le logiciel SharCap pro permet le live-stacking , c'est à dire la capture des images , traitement par le dark , alignement et empilements au fil de l'eau . On fait un traitement d'histo en live (c'est le but premier du live-stacking) mais surtout ,on peut à tout moment enregistrer en .fits l'image empilée sans traitement d'histo. En faisant plusieurs sessions de live-stacking on récupére autant d'images que l'on pourra ensuite traiter avec SIRIL . J'ai fait quelques aménagements sur le Dobson 250 X 1200 prêté par mon club :St Quentin Astronomie : -une bague rotative (pierro astro) pour compenser la rotation de champ entre chaque session) -un système de focalisation Baader pour une meilleure précision de la MAP Je monte ma 385 MC avec les réglages suivants (calculés par SharpCap): pose:4.3 sec ; gain 300 ; BL 36 J'ai fait 6 sessions d'environ 5 minutes de live-stacking J'ai traité les 6 images résultantes avec SIRIL + finitions CS3 A noter que la capture s'est faite en zone urbaine , couvre feu oblige ! En campagne le résultat aurait été tout autre ! Laurent Cliquer sur le lien ci dessous pour accéder au fichier Excel rotation-champ.xls
  7. 9 points
    Bonjour, M 104, plein sud et peu haute , voila une de mes galaxies préférées , malheureusement il me manque de la focale pour bien l'exploiter. Je me contente du grand champs , que je trouve très joli aussi , avec des petites tachouilles et des étoiles colorées. Réalisée sur une nuit mi avril Newton 200/1000 - QHY 294 mono , que je commence a beaucoup aprrécier : L +/- 2 h , RGB 40 min par couche. Plus d'info ou la full : Astrobin Bon ciel , alain
  8. 9 points
    Oui.. mais non ! Faut pas croire que les ricains vont laisser faire..
  9. 8 points
    Salut une petite session du 13 avec les nuages m'ayant empêcher de faire plus qu'un ser Très turbulant sur Mercure et un peu moins sur Mars plus haute pas mieux que la phase Bon Dimanche Sauveur
  10. 7 points
    Bonjour à tous, Je tenais à vous faire partager mon incroyable experience de ce matin, le ciel était bien dégagé, aucun voile nuageux ni même de brouillard Alors que j'étais gentiment en train d'observer Jupiter, je me suis décidé à faire quelques vidéos. je monte mon ASI224MC sur mon tout nouveau jouet un magnifique CGX 14 je tente de faire la mise au point et je ne comprends pas tout de suite pourquoi c'est si difficile. Quand tout à coup, je comprends que j'ai laissé la Barlow x2 sur le porte oculaire et que je viens d'y ajouter une Barlow X3 !!!! Alors je tente quand même le coup, après tout on ne sait jamais, ça peut toujours faire un truc sympa. Je vous laisse juge, moi je trouve ça plutôt honnête GreG
  11. 7 points
    Bonjour, Cela fait depuis le 29 avril que je n'avais pas fait d'image, à cause de ses p***** de nuage. Ne nous fâchons pas, voici Sélène très haute et bleu 25 images additionné sous Autostakkert et traité avec Astrosurface. J'en ai profité pour perfectionner ma lunette pendant ce temps grisonnant en y ajoutant une baffle dans le P.O, et cela marche Bon ciel lunaire
  12. 7 points
    Bonjour, Enfin des fenêtres de beau temps cette lunaison ici, même si la météo n'a pas été facile à gérer pour autant... J'ai pu me faire plaisir avec le Newton 200 mm à F/4 et l'ASI294MC-pro, entièrement pilotée avec l'ASIAir+EAF, un régal d'ailleurs clin d'oeil à @Colmic, je deviens ASIAir-addict et comme promis dans un post sur l'EAF que j'avais mis dans la rubrique Astro pratique, @airbus340 je te dédie cette image ! Voici donc un grand classique, le hibou M97 accompagné de la belle galaxie M108, NGC 3594 une galaxie plus quelconque et autres tachouilles dans le fond, dont une faible galaxie dont je ne connaîs pas le nom mais que j'ai trouvée plutôt photogénique. Pour commencer, un crop sur les 3 objets : M97: M108 et la belle inconnue : puis le portrait de famille : 2h d'intégration : compositage de 241 poses de 30s (gain 120, -15°C), SW200/800 + correcteur TS optic x0.9 + ASI294MC-pro avec filtre IR-cut dans la nuit du 13 au 14 mai 2021 (22h00-00h10 utc). Traitement avec Siril v 0.99.8.1, le Nord est en bas (à peu près) Je suis content de la résolution (FWHM de l'ordre de 3 arcsecondes) et du signal (mag limite de l'ordre de 20,5) mais j'en ai bavé pour la colorimétrie. L'étalonnage photométrique automatique avec Siril fonctionne super, mais je trouvais les couleurs pâlichonnes : A ce propos, si quelqu'un peut me dire comment enlever les annotations qui apparaissent quand on fait un find après la photométrie, je suis preneur car je n'ai pas trouvé ! L'image présentée juste après les crops a donc été reprise comme j'ai pu avec Gimp, mais je ne maîtrise pas du tout, ce ne sont que des essais et je suis preneur de toute information pratique en la matière. Bonnes observations
  13. 7 points
    Gros plan sur M13 : ya du monde au balcon ! Et sur M64 par la même occasion : EDIT : version 2 reprise moins bleue :
  14. 7 points
  15. 7 points
    Mouais... j’avais déjà vu ça. Certainement pas. Une zolie animation irréaliste sans plus. Au premier coup d’œil ce truc n’est pas mécanique. Si la tour est orientée vers le pas de tir selon sa diagonale, ce n’est pas un hasard : outre pour des considérations vibratoires au décollage, cette disposition offre la meilleure résistance à la charge ainsi que le meilleur dégagement latéral des bras chargés de la saisie (ouverture de 270° contre 180° sur cette animation). Sans compter tous les autres trucs qui clochent. Bon pour les studios Disney, mais pas chez SpaceX ! Allez zou : au piquet avec un bonnet d’âne ! Pour la conception du bidule il faut se laisser uniquement guider par sa fonction : cueillir en douceur, vite et sans coup férir, un cylindre vertical de ~200(?) tonnes qui ne va jamais arriver dans une position parfaite ni avec une vitesse totalement nulle... Ce qu’il faut bien voir, c’est qu’on n’a pas tout son temps pour faire de petits ajustements précis côté booster à coups de pschitt-pschitts des moteurs verniers pour corriger sa position : il faut réussir à l’attraper avant d’avoir brûlé la dernière goutte d’ergol. Pas le droit de merder, ni à un second essai ; ça doit marcher du premier coup, sinon sanction immédiate : çavapété ! Il faut ainsi, pour commencer, un système robuste capable d’amortir le contact, qui s’adapte en temps réel en x-y à la position vraie du booster quand il arrive, avec une marge de manœuvre réaliste pour tenir compte de son imprécision de positionnement (et qui ne fait pas le job que pour une position idéale et figée comme ici : ceci n’existe pas dans la vraie vie ). Si c’est un système de pinces, elles doivent donc associer au minimum une rotation et une translation par bras, et pouvoir se mouvoir rapidement avec peu d’inertie, ce qui implique de limiter les masses en mouvement. Pour des mouvements de ce type destinés à manipuler des charges importantes avec précision, je me tournerais vers les savoir-faire des constructeurs de gros engins de génie civil, car les problématiques de base combinent celles de la pelleteuse et de la grue ou de l’élévateur, pour schématiser. On a su résoudre dans l’industrie lourde - je pense à la fonderie et au forgeage de pièces massives par exemple - des problématiques similaires, voire plus difficiles. Il faut aussi, je pense, que la tour prenne le contrôle du booster dans les dernières secondes de son approche. Ce n’est pas pour rien que les engins lourds sont de plus en plus pilotés de l’extérieur par télécommande, avec beaucoup plus de précision et de réactivité. La tour, en outre, dispose en temps réel des données aérologiques sur site : elle peut ordonner instantanément au booster les corrections qui s’imposent au moment de la capture, si une saute de vent malvenue se produit au mauvais moment, par exemple. Pour une saisie non agressive mais ferme tout en offrant une certaine souplesse, je verrais bien une garniture d’airbags. Puis au dégonflage on assure la prise. Enfin, la nature demeurant une source d’inspiration inépuisable, je n’exclurais pas pour ma part une approche biomimétique : deux pinces de crabe géantes pour se saisir de l’engin, ça aurait quand même une autre gueule que ce bricolo pas fonctionnel, non ? (Voici 170 Ma les crabes ont trouvé une solution pour capturer des proies mouvantes et peu coopératives, qui n’a plus évolué ensuite tant elle est efficace ; Musk - dont l’approche Darwinienne par essais/erreurs est incontestable - pourrait gagner de précieux millions d’années en s’en inspirant )
  16. 6 points
    Bonjour à toutes et à tous. Un post un peu long sur un projet d'estimation de H0 que je viens de finir. Bonne lecture. Le Projet Le projet que j'ai mené au cours des 12 derniers mois a eu pour but d'estimer la constante de Hubble, H0, avec le moins de données externes possible et en utilisant au maximum mes propres observations. Pour estimer la valeur de H0, il est nécessaire, pour un objet suffisamment éloigné, de pouvoir déterminer sa distance et sa vitesse de récession. H0 est alors obtenu en divisant l'un par l'autre. La réalisation de ces mesures présente, pour chacune d'elle, des difficultés spécifiques. Pour l'estimation de l'éloignement d'un objet comme une galaxie, il est en général nécessaire de pouvoir réaliser des mesures photométriques sur des objets dont on détermine par ailleurs la magnitude absolue. La difficulté est double : la première consiste en la détection de sources « standards » résolues à grande distance et la seconde est relative à l'étalonnage de leur magnitude absolue. Même à des distances cosmologiques faibles, les moyens amateurs sont rapidement poussés dans leurs retranchements. En ce qui concerne la mesure de la vitesse de récession, la principale limitation est celle de la faiblesse du flux lumineux à l'entrée du spectroscope pour des sources assez lointaines. L'équipement utilisé est un C14 ouvert à f/7,3 et un C11 ouvert à f/6,3 pour la photométrie, le C14 et un Alpy600 pour la spectroscopie. Les traitements d'images et l'extraction des données ont été réalisés avec PixInsight et AstroImageJ. Au total une cinquante heures d'observation ont été réalisées. Méthodologie Afin de pouvoir déterminer H0, il est nécessaire d'étudier un/des objets suffisamment éloignés pour qu'ils appartiennent au « flux de Hubble », c'est à dire pour que leur vitesse radiale vue depuis la Terre soit dominée par la vitesse d'expansion de l'Univers et non par des mouvements locaux (intra- amas galactique). Comme indiqué précédemment, cet objectif est « mitigé » par la disponibilité de sources d'éclat suffisant pour être visibles individuellement avec du matériel d'amateur. On se retrouve alors avec le choix suivant : - Des sources dans l'amas local : possibilité d'observer des étoiles brillantes individuelles mais les distances sont insuffisantes pour la participation au flux de Hubble - Des sources dans des amas galactiques externes mais néanmoins encore relativement proches, comme l'amas de la Vierge : plus de possibilité d'observer des étoiles individuellement, mais possibilité d'observer des groupes d'étoiles comme les amas globulaires. Vitesses de récession de l'ordre de 1000km/s, donc dans la fourchette basse de du flux de Hubble - Des sources dans des amas galactiques plus éloignés, comme l'amas d'Hercules : plus de possibilité d'observer même des amas globulaires individuels, l'examen de la population des galaxies pourraient peut-être servir à estimer la distance. Pour la spectroscopie, il est nécessaire de pouvoir trouver des sources à raies d'émissions type AGN dans ces amas. Dans le cadre de ce projet, je me suis tenu aux deux premiers « niveaux de l'échelle » des distances : à savoir M31 dans un premier temps et l'amas de la Vierge dans un second temps. L'observation de céphéides dans M31 m'a permis d'estimer la distance de cette galaxie. En parallèle, j'ai réalisé une étude photométrique d'une partie de la population des amas globulaires de cette galaxie qui permet d'établir l'éclat intrésèque des amas les plus brillants. Un second jeu d'observations menées sur l'amas de la Vierge a permis d'identifier une partie des amas globulaires de M87 et d'en faire la photométrie. En faisant l'hypothèse, non validée par ailleurs, que les populations d'amas globulaires des deux galaxies sont semblables et que, en particulier le haut de la distribution en magnitude absolue est similaire dans les deux cas, alors il est possible d'estimer la distance de l'amas de la Vierge connaissant celle de M31. Pour finir, une série de mesures de vitesses radiales déjà faites dans le cadre d'un projet de détermination de la masse sombre dans l'amas de la Vierge, permet de connaître la vitesse de récession d'ensemble de l'amas. La donnée de la vitesse de récession de l'amas de la Vierge et sa distance permettent alors d'estimer H0. Le diagramme ci-dessous illustre l'architecture du projet. Mesure de la distance de M31 par la méthode des Céphéides Les Céphéides sont des étoiles variables brillantes dont la particularité est que la période est liée à la magnitude absolue. Pour les Céphédies de type I (les plus brillantes), la relation entre ces deux variables est simple et s'écrit : Mabs = -2,43 * [log(P) - 1] – 4,05 où Mabs est la magnitude absolue et P la période Le champ cible que j'ai choisi pour ce travail est celui de NGC206, une zone active de formation d'étoiles avec de nombreuses géantes et, parmi elles, plusieurs Céphéides. Ce champ a aussi l'avantage d'avoir été bien documenté dans un excellent post Astrosurf de Mathieu Conjat sur l'observation de ces étoiles. Pour l'identification des Céphéides cibles, je me suis aussi beaucoup servi d'Aladin qui fournit de nombreux catalogues, dont un en particulier (Cepheids in M31 – Andromeda Cepheid Sample (Kodric+, 2018) – Main Catalog) qui indique l'amplitude de la variabilité de l'étoile. Cet élément est important car beaucoup des étoiles listées montrent des variations faibles (inférieures à 0,1 mag) ce qui rend la photométrie difficile pour des objets de magnitude 18-21 pour les plus brillants. Dans ce catalogue, et en tenant compte des contraintes instrumentales (angle de champ, magnitude et présence d'autres sources proches de la cible), j'ai donc choisi de suivre 8 Céphéides (les numéros 2149, 2230, 2247, 2651, 2684, 2900, 3703 et 3946 du catalogue de Kodric). L'image ci-dessous montre le champ étudié tel qu'imagé par le C14 à f/7, équipé d'une caméra ZWO ASI1600MM Pro. Le temps de pose moyen de ces observations a été de l'ordre de 1h30 par nuit, sans filtre. Anotées sont les Céphéides cibles ainsi que les étoiles de référence pour la mesure des magnitudes. Les données des étoiles de référence proviennent du catalogue Gaia (bande G). L'analyse des résultats montre que l'écart type des mesures réalisées avec AstroImageJ est de 0,05 magnitude et que ce résultat est obtenu de façon consistante au cours des différentes observations. Cette valeur est à mettre en regard de l'amplitude de variation de l'ordre de 0,3 magnitude, ce qui donne un SNR d'environ 6 pour la détection de la variabilité... pas loin de la limite de ce qui est raisonable on va dire ! Les observations se sont étalées sur la période du 23 août au 4 novembre 2020. Malheureusement, la météo n'a guère coopéré et seulement 9 observations ont pu être faites. Cette limitation a rendu l'analyse des mesures et la détermination des périodes relativement difficiles. En effet, une simple analyse de Fourier n'a pas donné de résultats exploitables... trop de trous dans la raquette je pense ! Il m'a donc fallu utiliser une méthode plus manuelle de « repliage de courbes » et de minimisation de l'erreur quadratique. La courbe ci-dessous illustre ce travail de « repliage » dans le cas de l'étoile 2149. Les graduations de l'axe des ordonnées ne représentent que des valeurs internes à mon calcul, et non des magnitudes. La courbe est une courbe de référence assez standard d'évolution de la magnitude de ces étoiles au cours de leur cycle, avec une montée en luminosité rapide suivie d'une baisse progessive. Les points correspondent à mes mesures sur l'étoile en question. Les résultats obtenus sur l'ensemble de l'échantillon des Céphéides observées sont les suivants : Pour la magnitude apparente (Mapp), j'ai considéré la moyenne des mesures pour chacune des étoiles. Ceci permet alors d'estimer une distance pour chaque étoile suivie. On détermine la distance de M31 en effectuant la moyenne de ces mesures individuelles. Une estimation de l'erreur de la mesure (hors systématiques) peut être faite en divisant l'écart type par la racine du nombre de mesures, soit 150 Kal. La détermination de la distance est entachée d'une erreur assez importante (-17%) si on la compare avec les données Simbad (2,51 Mal et un écart type de 0,11 Mal). Pour la suite du projet, j'ai donc adopté la valeur de 2,09 Mal. A noter que l'écart type est important et souligne la qualité modeste de mes mesures. Observation et calibration des amas globulaires comme « chandelles standards » Pour l'observation photométrique des amas globulaires, j'ai utilisés des images prises dans le cadre d'un projet parallèle d'imagerie de M31. Ces images ont donc été réalisées avec un C11 ouvert à f/6,3 et une caméra couleur ZWO ASI294MC. Ce n'est sans doute pas la caméra idéale pour ce genre de travail, mais s'agissant de l'observation la plus facile du projet, ce choix a été ok. L'image ci-dessous illustre le champ, situé à l'est du noyau de M31, sur lequel la recherche et la photométrie des amas globulaires ont été faites. Les indications en rouge sont les flux mesurés par AstroImageJ pour quelques uns des amas. Au total, 56 amas globulaires ont été observés dans ce champ. Leur identification a été faite grâce au catalogue «M31GC Revised Bologna Catalog of M31 globular clusters (Galleti+, 2004) » consultable sur Aladin. J'ai ensuite simplement tracé le graphe de la magnitude visuelle « RGB » de ces amas, après tri par ordre croissant. On obtient alors le graphe suivant : Le bas de la courbe représente les amas les plus brillants avec une magnitude apparente de 12. En se basant sur la distance estimée de 2,09 Mal, on en déduit que ces objets ont une magnitude absolue de l'ordre de -12, soit une luminosité d'environ 5 millions de fois celle du Soleil et environ 1500 fois la luminosité d'une Céphéide de type I. Observation des amas globulaires de M87 et estimation de sa distance Maintenant que la distance de M31 est estimée et que la calibration en magnitude absolue des amas globulaires principaux est réalisée, la phase suivante consiste en la mesure photométrique de la population des amas globulaires de M87, ou tout du moins, de la partie « haute » de cette population comprenant les amas les plus riches et brillants. Pour ce faire, j'ai réalisé une image de M87 en posant 4h au C14 à f/7 avec l'ASI 1600. Cette image (ci-dessous) permet de faire de la photométrie sur un certain nombre de sources dans la périphérie de la galaxie, jusqu'à une magnitude (non filtrée) de 21,2. Une fois de plus, Aladin a permis de consulter un catalogue des amas globulaires identifiés dans cette région du ciel : « Spectroscopic and photometric data for all M87 globular clusters and ultracompact dwarfs (table9) (Strader+, 2011) ». Les identifiants sur l'image ci-dessus sont ceux du catalogue de Strader et les magnitudes indiquées viennent aussi de ce catalogue. Cependant, pour mon projet, je n'ai pas pris directement ces valeurs. J'ai calibré l'image en magnitude sur un certain nombre d'étoiles à l'aide des données Gaia dans le vert. J'ai ensuite estimé les magnitudes d'une cinquantaine d'amas globulaires et ai recrée, pour M87, un graphique similaire à celui obtenu pour les amas de M31. En superposant ces deux graphiques, comme montré sur le graphe ci-dessous, on observe que les courbes de population des amas dans les deux galaxies sont assez similaires, mais décalées d'environ 6,2 magnitudes en moyenne. On interprète alors ce décalage comme une indication de la différence de distance entre les deux systèmes. Un delta de magnitude de 6,2 correspond à un rapport de luminosités de 300, et donc un rapport de distance de 17,3 entre M31 et M87. Ce rapport permet d'estimer la distance nous séparant de M87 à 36,3 Mal (11,2 Mpc). Ce chiffre est à rapprocher des 16,67 Mpc estimés par les professionnels, soit un delta de 50% entre mes mesures et la valeur communément acceptée. La moitié environ du budget de cette erreur provient de la sous-estimation de la distance de M31, l'autre moitié provient du process d'estimation de la distance à base des amas globulaires. Mesure de la vitesse radiale de l'amas de la Vierge Pour cette dernière phase du projet, je me suis servi d'observations que j'avais réalisées dans le cadre d'un projet de mesure de la masse sombre dans l'amas de la Vierge. Ce projet avait inclus la mesure de la vitesse radiale d'une vingtaine de galaxies de l'amas et avait permis de mettre en évidence la vitesse globale de l'amas ainsi que les vitesses intra-amas des 20 galaxies. Une trentaine d'heures d'observation au C14 + Alpy600 avaient été nécessaires pour mener à bien ces mesures. Le diagramme ci-dessous montre les valeurs de vitesses radiales mesurées avec Isis ainsi que celles relevées dans la litérature pour ces mêmes galaxies. La moyenne des vitesses radiales s'établit à 1053 km/s et représente la vitesse de récession d'ensemble de l'amas de la Vierge, correction faite des mouvements de la Voie Lactée dans le Groupe Local. Cette valeur est consistante avec les mesures professionnelles avec une marge de quelques pourcents. Estimation de la constante de Hubble-Lemaître et remarques Il ne reste maintenant plus qu'à diviser la vitesse de récession de l'amas de la Vierge par sa distance exprimée en méga-parsec pour avoir une idée de la constante H0. Le projet donne alors une valeur de H0 égale à : H0 = Vr / D = 1053 / 11,2 = 93,8 km/s/Mpc Cette valeur surestime d'environ 1/3 la valeur de 70km/s vers laquelle les différentes méthodes professionnelles de mesure « convergent ». Bien que le projet soit basé sur un nombre certain de raccourcis, d'hypothèses simplificatrices et d'incertitudes de mesures, le résultat est grosso-modo en ligne avec la valeur actuelle de H0. Si l'on voulait aller plus loin, il faudrait reprendre la mesure des Céphéides, qui est certainement celle la plus entachée d'erreur, et chercher aussi des sources plus lointaines que l'amas de la Vierge, ne serait-ce que pour avoir confirmation de la linéraité de la loi de Hubble-Lemaître. En effet, je n'ai effectivement réalisé qu'une seule mesure pour estimer H0, donc rien ne me permet d'affirmer que ce paramètre est constant ! Malgré tout cela, la cohérence du résultat est une constatation qui me fait plaisir et qui confirme que l'on peut s'amuser en faisant de la science en amateur. Les moyens à notre disposition sont très conséquents : optiques et mécaniques de qualité, caméras sensibles, spectroscopes simples d'utilisation, accès à nombre de bases de données pros, excellents logiciels de traitement et d'analyse des images, matériel disponible à notre convenance... toutes les conditions sont réunies pour faire de la science en amateur : profitons-en ! Arnaud
  17. 6 points
    Salut, Calsky est mort depuis quelques mois, mais il reste par chance l'excellent ISS Transit Finder pour la préparation des transits d'ISS devant la Lune ou le Soleil ! Les données numériques de ce site sont très précises, mais l'accès aux cartes précises n'est pas pratique. En cherchant longuement sur le net, j'ai trouvé une astuce vraiment top pour avoir accès aux cartes Google, et en plus, c'est très facile à mettre en oeuvre Voici la procédure : le site de prévisions : https://transit-finder.com A l'ouverture de la page d'accueil, il suffit de se localiser, automatiquement ou manuellement , Puis , un message d'erreur s'affiche et empêche l'utilisation des cartes précises de Google, Et lorsque on sélectionne un transit dans la liste : C'est une carte assez basique qui s'affiche, même si on peut zoomer dessus : La solution existe, il faut donc rajouter dans le navigateur un signet (Bookmarklet ) pour avoir accès aux cartes et là, ça fonctionne parfaitement ! Donc, sur le navigateur, (Chrome dans mon cas , mais je l'ai testé sous Firefox , c'est la même procédure ) , on va sur "barre personnelle" puis "toujours afficher" Puis, on va créer un nouveau marque-page , Qu'on peut nommer bookiss ( ou autre ) : Puis, le point le plus important, dans la ligne adresse, on va coller le script suivant : javascript:(function(){if(document.getElementById('map_type_switch')==null){try{var mapmenu = document.getElementById('map_menu');var togglecenterlines = document.getElementById('toggle_center_lines');var typesw = document.createElement('input');typesw.id='map_type_switch';typesw.type='button';typesw.value='To SATELLITE';typesw.onclick=function (event) {if(typesw.value=='To SATELLITE'){typesw.value='To ROADMAP';__map.setMapTypeId( google.maps.MapTypeId.SATELLITE );}else{typesw.value='To SATELLITE';__map.setMapTypeId( google.maps.MapTypeId.ROADMAP );}};mapmenu.insertBefore(typesw, togglecenterlines.nextSibling);var gmapsw = document.createElement('input');gmapsw.id='opengmap';gmapsw.type='button';gmapsw.value='GMap';gmapsw.onclick=function (event) {var p=__mapdata.info_marker.position;window.open('https://www.google.com/maps/search/?api=1&query='+p.lat()+','+p.lng(),'_blank');};mapmenu.insertBefore(gmapsw,typesw.nextSibling);var gstvsw = document.createElement('input');gstvsw.id='map_type_switch';gstvsw.type='button';gstvsw.value='St.View';gstvsw.onclick=function (event) {var p=__mapdata.info_marker.position;window.open('https://www.google.com/maps/@?api=1&map_action=pano&viewpoint='+p.lat()+','+p.lng(),'_blank');};mapmenu.insertBefore(gstvsw, gmapsw.nextSibling);}catch(e){}}})(); Puis valider le tout en cliquant sur "Ajouter" et c'est tout le ficher au format txt : book.txt On voit le nouveau marque-page au-dessus de la carte de Transit-Finder , il suffit de cliquer dessus pour voir apparaître 3 nouveaux menus sur la carte. Ces 3 menus donnent accès à la carte routière / carte satellite, à GoogleMaps et à StreetView Et en détails: Voilà ! Ça ne remplace pas le Soleil qui nous manque tant, mais c'est une astuce que je voulais partager avec vous ! Daniel
  18. 6 points
    Bonjour, Je continue l'apprentissage de la spectrohélio sous le vent et les nuages... Mon EQ8R remise en route a tout de même eu du mal avec les rafales !!! Par dépit j'ai tenté un scan express d'a peine plus de 500 images en défilement forcé vers l'ouest, et paradoxalement c'est celui que j'ai pu traiter, sans passages de nuages et de vibration du au vent... comme quoi !! les captures Sodium sont parties à la poubelle et je n'ai pas tenté le CA, il faut un peu plus de sérénité pour ça !! la H alpha du jour, pratiquement pas de protus, je n'ai pas fait le mixage : J'ai extrait de cette capture une image du continuum, c'est beaucoup plus calme : Pour finir j'ai tenté un dopplergramme... l'image qui me plait le mieux à +/- 7 pixels soit +/- 2.33 Angström si je ne me trompe pas... j'ai du mal à interpréter mais d'après Christian cela tient la route, il faut que j'approfondisse le sujet par contre.. Fini les vacances, la semaine va être plus calme pour moi côté soleil... Xavier
  19. 6 points
    Bah oui... Les rovers américains profitent de plusieurs relais en orbite (Mars Odyssey, MRO, MAVEN, Mars Express, TGO) pour transmettre leur données, je ne suis pas sûr que les Chinois demandent aux USA de transmettre leur données et pour les relais européens, je ne sais pas s'il y a eu des accords... Donc avec une seule sonde orbitale qui passe pas tout le temps au-dessus de Zhurong (et ça doit aussi dépendre de l'orbite!), et sans le DSN, que les capacités de transmissions chinoises ne soient pas les mêmes, que celles offertes à persévérance, n'est peut-être pas surprenant! (Et quid de la puissance de communication directe des landers respectifs?) Nicolas
  20. 5 points
    hellorecette d'été : vous prenez une semaine de vacances dans le sud-est, un C14, une ASI1600MM, vous cueillez des séries de champs lunaires en mosaïque, vous jetez le tout dans diverses marmites logicielles, vous touillez et après un petit assaisonnement, vous avez un quartier de Lune aux petits oignons, ici du 24 août.Je vous ai mis la réduite à 15% mais ça n'apporte pas grand chose par rapport à la full : http://www.astrophoto.fr/l160824-100-copyright.jpg Attention c'est un peu grand : 56 Mo pour 140 Mpixels :be:J'ai mis aussi un crop 100% sur les Alpes et Platon, ça donne une meilleure idée de l'ensemble. D'autres acquisitions les 26, 27 et 28 août, traitements pas commencés donc je ne sais pas du tout ce que ça va donner.Sur ce, je vous laisse vous perdre dans la foule...heu la full
  21. 5 points
    Bonjour à toutes et à tous, NGC 2403 est une galaxie spirale intermédiaire classée SAB dans la séquence de Hubble. Elle est également appelée Caldwell7. L'image est légèrement croppée dans la longueur, la largeur restant inchangée. J'ai trouvé que la présentation en carré lui convenait mieux.... Bonne fin de journée Romain Les infos:
  22. 5 points
    salut tt le monde un super ciel bien lavé avant hier et hier soir , fait apparaître mercure et une belle cendrée. je sors la staradventurer , le 7 d et mon zoom pour immortaliser tout ca , avant que des nuages reviennent en fin de session poses de 2 et 3 secondes a 1000 iso bon ciel serge
  23. 5 points
    Une vidéo qui montre les différences entre le rover chinois, Zhurong, et Perseverance. Zhurong, nom du dieu chinois du feu ! Pour Mars, dieu de la guerre, c'est pas mal trouvé. https://www.youtube.com/watch?v=1ePgJAqhXgY
  24. 5 points
    Ben ! Jack, tu n'es pas visiblement pas le seul à t'interroger sur l'absence actuelle de diffusion d'images : http://www.parabolicarc.com/2021/05/15/pics-or-it-didnt-happen/ Autrement, en se renseignant à droite, à gauche, on commence à comprendre la raison qui apparaît être une attente de communication à haut débit avec l'orbiteur (éventuellement, Mars Express pourrait le faire), car on en reste pour l'instant à 16 bps de com. directe avec la Terre, ... très, très insuffisant pour retransmettre de l'imagerie Explication vidéo : https://twitter.com/cosmos4u/status/1394109753572401159 Après la réduction de la période de révolution à 8 h (1/3 sol) de l'orbiteur (si ce n'est déjà fait ?), on peut espérer une com. haut débit vers mardi 18 et des images en milieu de semaine ? https://twitter.com/yangchengkai/status/1393980365111504896 https://twitter.com/zzbar/status/1393987816762318848 D'après ce tweet, si ça peut te rassurer, au moins les panneaux solaires, l'antenne, la rampe, etc ..., sont OK (en vert) https://twitter.com/Tiger_HTG/status/1393986311573315585
  25. 5 points
    Depuis qu'ils sont sur Mars, ils s'exclament tous zut ! avec leur petit rob.
  26. 5 points
    La dure lutte hors des temps, c'est ce qu'un chinois médite avec son rare sérieux !
  27. 4 points
    Bonjour à nouveau à toutes et tous, Voici une image de la galaxie M108 (NGC3556), communément appelée la galaxie de la Planche de surf Cette galaxie est située dans la constellation de la Grande Ourse. Elle est distante de 32 millions d'années-lumière et a un diamètre de 80 000 années-lumière. Elle a pour particularité d'être gravitationnellement isolée de tout groupe ou amas de galaxies. * Acquisitions : - Caméra ASI533, refroidissement activé (capteur à -15°C), gain 100. 39 images de 5min, tri de 38 images retenues (soit 3h10min de pose), nuit du 05 au 06/04/2021. 100 flats,11 Darks et 100 Offsets. Logiciel d'acquisition : Sharpcap * Optique : - Télescope Celestron C11 avec réducteur à 1901 mm de focale (mesure astrométrique). Pare-buée et résistance chauffante. Filtre Baader Neodymium. * Monture : - AZ-EQ6, Autoguidage par diviseur optique ZWO, caméra GPCAM2 IMX224. Logiciel : PHD2 Guiding * Prétraitements : - Alignement et empilement (moyenne additive + mise à l'échelle + rejet Winsorized sigma clipping) de 38 images (97% des images) avec masters dark, offset, flat. Logiciel : Siril 0.9.12 * Traitements : - Extraction du gradient. Étalonnage des couleurs par photométrie. Transformation de l'histogramme. - Masque de fusion : déconvolution, réglage des tons foncés / tons clairs, ajustement des niveaux. - Masque de fusion : contraste. - Léger flou Gaussien sur les étoiles en avant plan de la galaxie. - Réduction du bruit chromatique. - Ajustement des niveaux. Correction gamma. - Saturation sélective sans fond de ciel. Logiciels : Siril 0.9.12, Photoshop CS2. * Lieu : - Vauréal (Cergy-Pontoise, 95) * Lien à mon site internet : http://encelade18.free.fr/photos/M108.html
  28. 4 points
    Bonsoir à tous, Voici la petite voisine de M109 (que j'avais faite en Avril) et qui est NGC 3953 avec un reflet qui est venu s'inviter sur mon image . Pour cette image faite avec la tsa120 & l'asi2600mc, j'ai pu faire 70x180s + dof :
  29. 4 points
    Bonjour à toutes et tous, Voici l'Amas globulaire M53 (NGC5024). Il est situé dans la constellation de la Chevelure de Bérénice. Il est distant de 58 000 années-lumière et a un diamètre de 250 années-lumière. Son âge d'environ 12.7 milliards d'années. * Acquisitions : - Caméra ASI533, refroidissement activé (capteur à -15°C), gain 100. 20 images de 5min, tri de 20 images retenues (soit 1h40min de pose), nuits du 03 au 04/04/2021 de 2h31 à 4h18. 100 flats, 11 Darks et 100 Offsets. Logiciel d'acquisition : Sharpcap * Optique : - Télescope Celestron C11 avec réducteur à 1900 mm de focale (mesure astrométrique). Pare-buée et résistance chauffante. Filtre Baader Neodymium. * Monture : - AZ-EQ6, Autoguidage par diviseur optique ZWO, caméra GPCAM2 IMX224. Logiciel : PHD2 Guiding * Prétraitements : - Alignement et empilement (moyenne additive + mise à l'échelle + rejet Winsorized sigma clipping) de 20 images (100% des images) avec masters dark, offset, flat. Logiciel : Siril 0.9.12 * Traitements : - Alignement et empilement (moyenne additive + mise à l'échelle + rejet Winsorized sigma clipping) de 20 images (100% des images) avec masters dark, offset, flat. - Extraction du gradient. Étalonnage des couleurs par photométrie. Transformation de l'histogramme. - Masque de fusion : transformation de l'histogramme avec moins de basses lumières. - Filtre passe-haut. Réduction du bruit chromatique. Réglage des tons foncés / tons clairs. Réduction du bruit par médiane. - Saturation sélective sans fond de ciel. Ajustement des niveaux. Correction gamma. - Masque de fusion : contraste. Logiciels : Siril 0.9.12, Photoshop CS2. * Lieu : - Vauréal (Cergy-Pontoise, 95) * Lien à mon site internet : http://encelade18.free.fr/photos/M53.html
  30. 4 points
    A la malveillance, l'indifférence, on peut toujours répondre par l'indifférence, la malveillance...On est bien avancé ! En ce lendemain de la fête de l'Ascension qui a envoyé nombre de nos compatriotes sur les côtes, une façon comme une autre de prendre de la hauteur...à l'horizontale , nous fîmes une petite balade au fil de notre fleuve royal en cette Cité ducale Après tout, à chacun sa façon de monter au ciel Bref, depuis Pâques, en ce mois de mai qui ressemble à un automne sans les couleurs de feu, le moment est propice à la réflexion, que l'on utilise miroirs, lentilles, objectifs, pixels, Siril, et, c'est important , nos yeux , quand même ! Il est peut-être temps de tenter de sortir de sa condition de mesquin, d'attaquer un régime sévère de son narcissisme, d''offrir ce que l'on peut de ce monde que nous aimons jusqu'au fond des yeux, juste pour le geste, sans vouloir le reste, comme dit le chanteur qui trouva refuge en Terre de Feu. Déjà, ne rien attendre, attendre trop de tout, est la meilleure façon de ne point être déçu. Un bon point pour donner, simplement et attaquer ce régime sévère. Au bal des faux-culs je ne suis certes pas le dernier et me trouve sur le forum en bonne compagnie, mais ceci n'est guère une consolation, acceptons après tout ces travers qui font ce que nous sommes : des êtres humains. Regardons ce verre à moitié plein ( que je vais m'empresser de vider ! ) et ne gâchons pas des millions d'années d'évolution en nous contentant de ce constat implacable : l'Homme n'est qu' un signe menteur Je suis en effet un authentique menteur en tant qu'" Hamilton ", sur un forum encore un peu plus ( si cela est possible ! ) mais bigrement étonné de cette drôle d'aventure qu'est la Vie telle qu'elle se donne parfois en spectacle et je ne triche pas en disant que ça m'étonne de plus en plus. Sûrement parce que de toute façon, j'ai très largement dépassé le milieu du guet qui me conduira un jour à.....? ..Et si on m'avait menti ? Amitiés ascensionnelles
  31. 4 points
    Bonjour à tous, Un bon seeing ce soir là, 3h30 de poses sur ngc4438 en luminance et près d'une heure pour chaque couleur. Je vous présente la vedette, mais d'autres galaxies sont accessibles sur la full en cliquant "gauche" sur l'image qui souffre malheureusement d'un bon gradient, probablement à cause le la lune en fin de nuit (jeudi). On voit aussi "ma signature" sur les aigrettes de la plus grosse étoile. Newton 10" f6 (avec paracorr2) + asi183, échantillonnage acquisition 0.33"/p, image à 0.5"/p. Nathanaël Edit du 14/05 : déconvolution et ondelettes au centre, merci jean-Claude Mario!
  32. 4 points
    Il faut dire que certaines dispositions avaient été prises par les autorités pour contrôler autour de notre site les envies d'escapades en boite de nuit. Okay, je sors. Si on me le permet...
  33. 4 points
    Tu as raison: les chinois sont réputés pour l'ardeur (et leurs fouilles curieuses, donc ça m'étonnerait pas qu'ils fasse progresser la géologie martienne)
  34. 4 points
    Je ne sais pas s'ils rient de nous, mais en tout cas ils ont de bonnes idées : Il ne s'agit pas d'avoir une millionième photo de Mars supplémentaire, mais une preuve que leur robot est en bon état et apte à fonctionner...
  35. 4 points
    je me suis dit qu'ouvrir la full et naviguer dedans était un peu laborieux, alors j'ai fini par concocter un survol des régions les plus emblématiques, à regarder en full HD : attachez vos ceintures !
  36. 4 points
    Bon d'accord, c'est pas vraiment jupiter, mais seulement un petit zoom sur un jolie nuage Mais ça fait tellement longtemps que je n'ai pas sorti mon telescope que lorsque j'ai vu cette "petite" ressemblance, je n'ai pas pu résisté. J'espère n'avoir froissé personne L'original ci dessous. GreG.
  37. 3 points
    Venus se couche en premier ( en bas à droite du peuplier )
  38. 3 points
    En attendant les 1ères images, un petite séquence émotion, snif (traduction) : CCTV News : Le concepteur en chef de Tianwen-1 a répondu en larmes. Le concepteur en chef de Tianwen-1 a déclaré que les larmes étaient sucrées et salées. Aujourd'hui, après l'atterrissage réussi de Tianwen-1, le concepteur en chef Zhang Rongqiao a pleuré. Il a déclaré : la grande majorité des personnes présentes ont versé des larmes. Après 6 ans de développement et de production, nous sommes restés sur le site de lancement pendant plus de 110 jours, plus 202 jours supplémentaires après le lancement et sommes restés aussi durant la phase orbitale pendant 93 jours supplémentaires jour et nuit pour l'atterrissage réussi d'aujourd'hui. Il y a de l'excitation et de la libération dans les larmes d'aujourd'hui, donc il y a du sucré et du salé. (CCTV News Vidéo Weibo) https://m.weibo.cn/detail/4637257162818701
  39. 3 points
    Vu les moyens des facs américaines (comparés à ceux des écoles française), c'est clair qu'il vaut mieux être aux US... Après, la différence entre les étudiants chinois est les étudiants occidentaux, c'est que la majorité des étudiants chinois sont là pour étudier (et accessoirement faire la fiesta) alors que l'étudiant occidental est là pour faire la fiesta (et accessoirement étudier). Et aussi, que les étudiants chinois ont été soumis à un processus de sélection dès le début de leur scolarité (école élémentaire, hein, pas études supérieures) ...
  40. 3 points
    Merci Valère, J'avoue que hier soir je ne comptais pas vraiment obtenir ce résultat, moyen dans l'absolu mais satisfaisant au vu des conditions. Merci à toi cher Sauveur ! Bonsoir Alain, Ah si l'on pouvait s'arranger avec le Ciel ! Mais d'un autre côté c'est bien qu'il reste des domaines où l'on n'a pas (encore) prise. Bonne soirée à toi cher ami. Merci Paul ! Mais fais gaffe car si tu abandonnes la rouge, tu risques de perdre une place pour Mars offerte par Elon Musk. Bon ciel Paul, Lucien
  41. 3 points
    Salutation gourmets ! Ce soir, rien a l'horizon, pas un nuage, les insectes dans les herbes hautes lancent leur mélodie à la face du ciel. C'est la saison des amours. Je pointe une cible, comme l'autre jour, un peu au pif, un peu au mètre. Je sais qu'il y a une galaxie qui traîne dans le coin, non loin de la queue de la grande Ourse, je ne sais plus laquelle, bah, on verra bien. Mise en station réussie, rien a signaler, pas de souci, bizarre. Quelque chose se trame, tout est fait dans la demi-heure...hum. Bon, j'ai ma cible, pile au milieu de mon oculaire, j'installe mon APN et hop je lance la série à 800 iso, temps de pose, 1m22. Les étoiles ne filent pas. Aller hop je sors le thermos de thé et je m'endors sur mon transat en regardant le ciel... À mon réveil, j'ai un peu froid. Je me lève et lance les DOF pour que je puisse remballer et aller me coucher. Le lendemain, levé tardif, traitement photo : SIRIL/Iris/Photoshop. la majeur partie se fait sur SIRIL, le reste sur Iris et Photoshop pour corriger les décalages couleurs ainsi que les contrastes et autres menus détailles. 20 h 30, je vais en cuisine pour préparer le repas. Une soupe coréenne tout ce qu'il y a de plus facile et je reviens sur mon pc vous poster ce sujet et ses quelques mots, en espérant que le plat qui les accompagnent vous plaise : Galaxie (du) tourbillon sur lit d'étoiles a la sauce grand champ : Accompagnement : zoom d'objet saisi à point sur lunette 72 ED l'ensemble cuisiné avec un temps de cuisson de 1minute 22secondes x 51 sur Canon 100D et Monture NEQ5 et moteur EQStarPro.
  42. 3 points
    Humour à la chinoise (interprétation perso ), où Zhurong vient apporter un coup à boire (saké chinois ?) aux pauvres Mars-3 et 6 soviétiques, histoire de les "rebooster" ! Gambeï ! Côté US, Percy (à gauche) semble armé ... d'un séche-cheveux (*) et Curiosity (à droite) se fend d'un sourire crispé (*) une énigme pour notre spécialiste maison Vaufy Autrement, quelqu'un pourrait traduire ...
  43. 3 points
    Apparemment, le changement d'orbite s'est produit cette nuit (ou au petit matin en Chine ?). C'était la 4ème manoeuvre orbitale (freinage) depuis l'insertion du 24 février (35/36 orbites parcourues depuis), ... à confirmer officiellement. On devrait donc passer de l'orbite 265 × 65 000 km × 86,9° (période 2 sols ou 49,2 h) à celle : 65 × 15 000 km × 86,9° (période 1/3 sol ou 8,2 h). https://m.weibo.cn/detail/4637756602454200 https://twitter.com/coastal8049/status/1394142090020327429 Ah aussi, cette nuit (22 h ---> 01 h), une transmission à grande vitesse aurait eue lieu lorsque l'orbiteur s'approchait du périastre. Si j'ai bien compris, ce genre d'info provient de l'observatoire allemand de Bochum équipée d'une antenne parabolique de 20 m. Je demande, si ce n'est pas cet observatoire qui dans le passé avait capté (avant les soviétiques) les 1ères images de la face cachée lunaire prises par Luna-3 (Lunik à l'époque), à moins que je ne confonde avec celles de Zond-3 ? https://m.weibo.cn/detail/4637738227991866 Bref, avec cette com. haut débit, on aura peut-être des images plus tôt que prévu, qui sait ?
  44. 3 points
    en pur H-a 5nm binx2 (je n'avais pas bcp de temps) 11x600 FSQ106 AZEq6, guidage multietoile avec la ASI 120 mini aquisition maximdl traitement : pixinsght + starnet + photoshop si vous aimez, un petit like sur la bin serai bien cool ( https://www.astrobin.com/gzkuie/ ) et une version sans étoiles ça me fait kiffer ( reseau de neuronnes starnet )
  45. 3 points
  46. 3 points
    C'est marrant, chez nous c'est "croix de bois, croix de fer" on fait avec les matières premières locales ...
  47. 3 points
    Vérification, un 19 avril... Un peu moins de 12 h 30... moins 8 minutes : pas mal !
  48. 3 points
    Bonjour, Je continue à nettoyer le disque dur car la météo est instable. Voici un hibou en poses courtes. Je l'ai fait sur 2 soirs (19 mars et 12 avril) et évidemment j'ai du cropper sévèrement vu que l'angle de prise de vue n'était pas le même sur les deux soirs. Voilà ce que j'obtiens dans siril (pffff quelle quiche ! ) J'ai comme excuse qu'on ne voyait rien de rien sur les brutes et que je n'avais pas de goto le 19 mars. En plus j'avais beau faire des essais de vérification sur 30s, je ne voyais quasi pas le hibou dans mon ciel de ville (bortle6) Mais je suis quand même contente car si l'image finale on voit des espèces de petites nébulosités près du hibou une à 20h et comme une petite galaxie à 13h. Pas beaucoup de rouge malheureusement, et le fond de ciel n'est pas terrible. Toujours la lunette 80Ed sur l'HEQ-5 avec la caméra planétaire zwo asi 290MC. Environ 3h de pose sur 2 nuits par pose unitaire de 4s. Merci pour vos avis et conseils et bonne journée
  49. 3 points
    Merci à ceux qui ont posté les derniers commentaires. @santacana Quel compliment, tu vas me faire rougir, promis un jour je serais grande. (si je me décide à grandir) Crop de l'image déschtroumpfée avec netteté améliorée et couleurs légèrement modifiées en guise de conclusion.
  50. 3 points
    il ne faut pas trop sur-échantillonné , tous les cadors le diront ! j'avais fait le pélican en cp : polo