Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 10/19/21 in all areas

  1. 47 points
    Hello mazette quelle période de beau temps. Plus de 1 To de Jupiter en quelques jours du 7 au 14 octobre. Que des nuits bonnes du 7 au 14 et celle du 9 et du 14 étaient particulièrement bonnes. Les autres nuits, c'est le fait d'avoir tout enregistré sur 3 h qui m'a sauvé. Il y a parfois de bons passages courts. Je vous mets déjà un peu en vrac les images du 7 au 13. Le 9 j'ai vraiment observé essentiellement en mode auto, du coup j'ai pu faire une belle animation bio, spécialement dédicacée à @ValereL J'ai volontairement laissé les couleur, on voit que c'est orange quand elle est plus bas. C'était déjà une nuit assez dingo, mais rien à côté du 14. Là jai fait du mono, du filtre bleu et tout le toutim. J'ai tout traité à 130% tellement c'était fin sur certaines brutes. imx462 seul : imx290 : imx462 seul : Et une mini animation pour rire. Ca vous montre en passant le niveau des brutes Je vous mets aussi des prises en live, ça plait bien à chaque fois. Ca c'est du g' (bleu) Du L en couleur avec un peu de gamma pour limiter la destruction par youtube Et en L en mono là encore avec un peu de gamma Et puis on va finir avec le plus intéressant. La carte globale obtenue du 10 au 14. Le truc que je ne suis parvenu à faire que 3 fois sur Jupiter. La vidéo qui met tout ça en mouvement, merci en passant à Benoit Reeves pour la musique. Et voilà, c'est tout pour cette fois. Un gros post évite de multiplier les petits @+ JLuc
  2. 22 points
    Bonjour, quelques images de Jupiter obtenues au foyer Cassegrain du T62 d'Astroqueyras fin septembre. Ce télescope a une focales de 9275 mm,. Malgré une turbulence de l'ordre de la seconde d'arc ce qui n'est pas exceptionnel pour le site de bonnes images ont pu être obtenues avec un ADC une camera ASI224 et une camera 290 utilisée dans l'infra rouge en particulier. Le meilleur seeing a été observé le 30 septembre avec une image rouge dont la résolution est proche de 0.3" d'arc. Il est certain qu'une meilleure résolution peut être atteinte avec ce télescope en particulier dans les années à venir avec la planète qui sera à des hauteurs plus favorables. Vos commentaires ou remarques sont les bienvenues bon ciel jean
  3. 21 points
    bonjour à toutes et à tous ! j'ai repris avec winjupos mes 150 fichiers de jupiter et j'en ai créé 275 avec la dé-rotation puis un zeste de wavelets en mode batch (merci à @Lucien puis irfanview et unfreez CFF 300 f/d de 20 asi 462c 150sers de 90s puis création de 275 fichiers avec winjupos ! de 17h26tu à 21h42tu : bon ciel et merci ! polo
  4. 17 points
    Ici le 5 Septembre 2021 il y avait l'ombre d'Europe qui s'avançais sur la surface de Jupiter, notez l'étirement au départ de l'ombre étant allongée a cause de la rondeur de la Géante gazeuse, je vous met avec l'animation "normal"
  5. 15 points
    Hello Petit test de rotation différentielle entre une image du 2 septembre et du 15 octobre. Je n'ai malheureusement pas d'autres images comparables, c'est bête c'est fun à faire 😊..... À part la différence de taille de la planète entre les 2 jours, ça c'est galere...! A+ 😊
  6. 11 points
    Bonsoir, Ce soir on vous présente le résultat de plusieurs années de travail, oui une mosaique de 16 champs c'est un peu long , vous l'aurez reconnu, il s'agit du Grand Nuage de Magellan dans la constellation de la Dorade. Nous proposons la version couleur HaLRGB et pour les amoureux du noir et blanc, la version Halpha seule. C'est sûrement un peu lourd à charger mais ça vaut la peine ;p Pour la technique: Observatoire remote APO - Chez Alain Maury - Chili TOA150 + Flattener 67: focale 1100mm, échantillonage 1.68" par pixel, champ 1°55' x 1°55' Alta U16M ( KAF16803) à -20° Filtre HaLRVB Gen2. Astrodon Pour l'image et par champ : Ha = 16 x 9 x 40 min L= 16 x 16 x 20 min R=V=B= 16 x 6 x 20min par couche soit 277h20 au total Monture Mini-OHP et MCMT Guidage par Atik 314L+ en bin2, acquisition 1 sec 25 Darks 25 Bias 9 Flats Chef d'orchestre pour l'acquiz, autoguidage et prétraitement: Prism v9 Traitement: Prism, Iris et CS6. La vignette est cliquable vers la full que nous vous recommandons comme chaque fois : et la version Halpha http://www.atacama-photographic-observatory.com/photos/0188_LMC_Ha_f.jpg Bonne année à tous malgré les circonstances.... Bon ciel et belles photos @+, Thierry APO_Team Thierry Demange, Richard Galli, Thomas Petit
  7. 10 points
    Bonjour aux visiteurs, Un petit moment que je n'avais pas posté une image, voilà c'est réparé. Pas mal de belles nuits en septembre pour imager, j'ai donc choisi ngc 7822 dans Céphée. J'ai fais ça avec ma lulu de 71 mm quadruplet ( j'attends toujours mon ONTC de chez TS, commande passée en décembre 2020 !!!). Pour les amoureux de l'image, c'est en dessous et pour les fadas de la tech c'est par là: Merci d'être passé, P@sc@L
  8. 10 points
    Enfin une nébuleuse qui porte bien son nom! La nébuleuse du Lion Sh2-132 On peut en effet y voir des pattes, une queue, une belle crinière rousse... Il s'agit d'un immense nuage de gaz et poussières, situé à quelques 10.000 années lumières de nous - on le voit donc tel qu'il était il y a 10.000 ans, bien avant que l'homme ne construise des pyramides! Le gaz est ionisée par les vents stellaires de deux étoiles extrêmement puissantes et actives - des étoiles dites de Wolf-Rayet, très massives et à la durée de vie courte, où se déroulent certains des phénomènes les plus extrêmes de l'univers, et qui terminent leur vie en d'énormes explosions supernova. La couleur rouge indique une zone à dominante de gaz hydrogène, alors que le bleu révèle plutôt de l'oxygène. Il y a peu de temps encore ce nuage était le siège de créations d'étoiles - une pépinières, comme beaucoup de nébuleuses - mais on pense que le processus est désormais terminé. La nébuleuse du Lion n'est pas souvent prise pour cible par les astrophotographe, car elle a la réputation d'être difficile du fait de sa faible luminosité. Ca a longtemps été vrai je suppose, mais avec les technologies et méthodes actuelles elle devient plus accessible et se révèle une très jolie cible d'automne. Elle reste cependant, en effet, peu brillante: il m'a fallu presque 10h de poses, en deux sessions, et ça ne suffit pas encore à tout en révéler! 196x180s=9h48 en deux nuits les 09/10/2021 (pas de lune) et 17/10/2021 (lune 93%) + 20x60s RGB pour la couleur des étoiles. Canon 650D (APS-C) défiltré partiel, ISO 800 Filtre STC duo-narrowband H+O version EOS-Clip, APO triplet 102 f/5 avec réducteur Monture AZEQ6 Guidage chercheur + Zwo ASI178mc, Ciel Bortle 4 dans le Vexin Température moyenne 9°C et 8°C Logiciels : Kstar/Ekos sur Stellarmate RPI4, PHD2, Siril, Photoshop
  9. 9 points
    un selfie quand j’ai vu les images du 14. Vraiment exceptionnelles. Et l’animation “pour rire”...
  10. 9 points
    Je vous propose une version un peu plus "normale"...
  11. 8 points
    Bonjour ! Je commence à faire de mes images prises cet été des cartographies. Pour le moment je le fait avec la GTR pour Jupiter et pour voir l'évolution des Spots s'approchant de la GTR. J'ai assemblé 7 images que j'ai cartographiées avec le Pôle Sud, ce qui donne un résultat assez surprenant . Bien entendu je suis encore en phase de test et j'espère bientôt pouvoir le faire avec une grosse partie de mes images prise cette saison Mon film.mp4
  12. 8 points
    Salut, NGC 1501, ou la nebuleuse de l'huitre est une nébuleuse planétaire qui se trouve dans la constellation de la Girafe. Elle est moyennement petite (89'') et assez brillante pour être capturée avec les poses courtes mais sans trop resserrer l'echantillonnage. Cette NP à la particularité d'abriter une étoile Wolf-Rayet (plus précisément [WC4/OVI]) . Environ 14% des NP connues possède une etoile [WR] au centre. La couleur particulière de la Nébuleuse est due à la faible teneur en hydrogène ,elle est dominé par les raies [OIII] ce qui donne sa couleur bleue-verte. Le contact des pulsations intense et rapide de l’étoile [WR] ( pulsations de quelques % de 22s à 1/2h plus une rotation stellaire de 1,17J) et des gaz environnants produit une déformation de la NP par 4 grands lobes plus une abondance de petite bosse donne sa forme si particulière à cette nébuleuse, comme une eau qui bout vaguement. matériels utilisés: TN300F4, barlow 1.7x, playerone neptune colorII. J'ai utilisé 3 type de captures: 1: au foyer de 500ms 2:barlow 1.7x pour le coeur à 500ms à 1s 3:barlow 1.7x pour l'envellope à 5s sans filtre gain 500, pour un total de :28000x500ms (environ 4h)+1h de 5s et un crop du centre avec le gros hubble: et pour finir, on me demande souvent comment je procede...alors ...une main dans la poche (je me suis fracturé l'epaule) et de l'autre je peaufine la mise en station... une photo pour comprendre: evidement cette photo est plutot destinée à tout ceux qui font du nightscape avec un gonze qui eclaire la voie lactée avec une torche à la con.
  13. 8 points
    bonjour, voici une mosaïque de 2 scans avec le sol'ex (125 mm, helioscope lunt, asi zwo 178mm sur FSQ106/850). Acquisitions Sharpcap (gain 150, bin 2, 280 fps) et traitement INTI/Gimp: à bientôt, vincent
  14. 8 points
    Bonjour à toutes et à tous Ci-joint Jupiter du 14 octobre avec la GTR pris avec le VMC 260L muni d'une Barlow 2x , ADC ZWO, et caméra ASI 462 MC capture de 120 secondes!. Conditions moyennes à assez bonnes (T= 6 à 7 /10). Traitement de 30 % des images avec AS!3, AstroSurface , Psp, et DxO Photolab Bonne fin de journée Christian
  15. 7 points
    Super traverse une petite phase "art contemporain" ces temps ci...
  16. 7 points
  17. 6 points
    Hier matin, après les observations et avant que le Soleil se lève, j'ai essayé d'attraper M 42 avec le télescope de 1 mètre C2PU. J'ai décentré M 42, j'adore la région qui entoure M 43... Caméra QHY 600, F/3.3, 60 minutes de pose en R, 0.47'' par pixel. Ensuite j'ai traité tout seul comme un grand avec Siril puis Photoshop, je voulais écraser le coeur d'Orion et faire monter les nuées, autour. Chu content du résultat, mais hésitez pas à critiquer. S
  18. 6 points
    Bonjour à tous, Après 6 ans consacrés quasi-exclusivement au ciel profond, j'ai eu envie de me remettre au planétaire ! Une envie qui a refait surface lors de la remise des prix de la SAF début octobre, où était également présent @Jean-Luc Dauvergne, qui a présenté à cette occasion quelques images fabuleuses réalisées au Pic et sur son balcon. En échangeant avec lui, je me rends compte que mon balcon parisien n'est pas beaucoup moins grand que le sien... Au départ, j'avais un Mak127 sur monture AZ-goto sur mon balcon, mais que j'ai fini par revendre car un peu frustré par le niveau de détails ; mais niveau encombrement je ne pensais pas monter en taille. Je décide de tenter le coup pour un essai, afin de vérifier qu'un instrument plus gros pourrait convenir ; et contacte Jean-Luc pour lui demander s'il n'a pas un tube à me prêter. Je pensais à un C8 ou un cassegrain 200mm qui trainerait ; mais à ma grande surprise Jean-Luc propose de me prêter son Mewlon210 ! Un immense merci Jean-Luc ! Un Taka, ça ne se refuse pas ; donc c'est parti ! Parfait en plus pour tester l'encombrement car le tube est assez long (70cm, 10 de plus qu'un C11 par exemple). Premier bon point, monté sur mon AZEQ6, ça passe crème sur le balcon : La vue est plutôt bien dégagée direction Sud-Sud-Est, bien que le grand bâtiment en face limite la visibilité après minuit. Première nuit avec la monture en mode azimutale, essentiellement dédiée au visuel : le Mewlon210 donne vraiment de belles images fines et contrastées et c'est un vrai régal d'en profiter en famille ! En fin de soirée, je fais quand même un essai avec la seule caméra que j'ai sous la main capable de faire du planétaire, à savoir ma caméra de guidage ciel profond Asi120mini. Juste une barlow x2, mais pas de filtres, donc c'est très moche mais plus destiné à prendre en main les nouveaux logiciels (Firecapture). Le lendemain, je reçois dans la journée ma commande passée la veille (avant de récupérer le tube), à savoir un ADC ZWO, un filtre UV/IRcut et une Asi462MC. La barlow est placée dans le PO spécial : Le soir-même, je refais quelques images, après avoir pris soin de recollimater le tube (la collim m'ayant pas tenu pendant le trajet en voiture), c'est déjà plus sympa ! Pas idéal pour la dérotation car sur monture Azimutale encore. Barlow 3x utilisée ce soir-là : Les soirs suivants, le ciel continue d'être bon, donc j'en profite pour de nouveaux essais ! Pas simple de reprendre toutes les techniques et d'appréhender les différents logiciels (Firecapture, AS!3, Registax, Astrosurface, winjupos), mais les supers tuto vidéo de Jean-Luc (https://www.youtube.com/user/jldauvergne77) ainsi que quelques conseils en direct me font gagner un temps fou ! Des hauts et des bas les jours suivants niveau turbulence, mais j'en profite pour faire des essais sur la capture et peaufiner la collimation ; ainsi que la réalisation d'une image PSF pour la déconvolution... Cette PSF facilite grandement le traitement et améliore vraiment les détails au final : Puis vient la magnifique nuit du 14 octobre, un vrai régal (même comparé aux nuits précédentes qui étaient déjà pas mal), avec beaucoup de détails visibles rien que sur les brutes lors des acquisitions. Bien content à ce moment d'avoir pris en main le matériel et les logiciels et d'avoir peaufiné les réglages les jours précédents pour profiter au maximum de cette soirée ! La monture a été repassée en équatoriale et la barlow x2 remise en place. Une petite sélection des bonnes images (dérotation avec WinJupos de 3 images à chaque fois ; 5000 images à 35%) Malheureusement, ça se détériore un peu en fin de session : Malheureusement, le passage de Jupiter derrière l'immeuble d'en face m'empêche de profiter de la sortie d'Io de l'ombre de Jupiter, quelques minutes après... Une animation réalisée avec les images de cette super soirée, sur une durée de 3h20 (3000 images avec 120s de délai, soit environ 2m45 entre chaque série) : Infos techniques pour cette vidéo : 74 images réalisées et création d'autant d'images intermédiaires avec Winjupos, soit 147 images utilisées au total. Traitement avec AS!3, Astrosurface (entre temps j'ai laissé tombé Registax) et WinJupos. Création de la vidéo avec VirtualDub, Lightroom et LR Timelapse + logiciel spécial pour interpoler des images intermédiaires afin de fluidifier la vidéo. Les soirées suivantes étaient moins bonnes ou couvertes, donc je vous épargne les images moins réussies ! Voila pour cette petite reprise du planétaire en mode balcon ! J'espère quelques bonnes nuits encore pour améliorer tout ça, surtout la partie acquisition (réglage du gain/temps de pose) et traitement ! Il va aussi falloir que je réfléchisse à l'instrument à acquérir pour installer sur le balcon... en tout cas une chose est sûre, ça va être compliqué de trouver un remplaçant à la hauteur du Mewlon210 ! Bon ciel à tous, JB
  19. 6 points
    Salut à tous, Voici les images de la Lune prises au RC 500 d'Astroqueyras le 24 septembre. Le seeing mesuré au zénith tournait entre 0.5 et 1 secondes d'arc. Moretus : Messier A et B, avec quelques dômes visibles ici et là : Frascatorius : Poséïdon : Jansen : Goclenis : La suite un peu plus tard ...
  20. 6 points
    Bonjour, Faire preuve de scepticisme est tout à fait normal et bienvenu en science. Aussi, même pour des chercheurs, il n’est pas toujours évident de comprendre des idées nouvelles. Et c’est normal, car il faut bien souvent y passer du temps, ce dont personne ne dispose vraiment. Par ailleurs, cette théorie est très loin d’avoir été suffisamment étudiée pour l’heure pour avoir confiance en sa robustesse théorique d’une part, et en son adéquation avec l’ensemble des observations d’autre part. Les deux commentaires, par contre, sont mutuellement incompatibles. Car soit la théorie n’a rien de nouveau, et alors elle n’a rien de surprenant, soit le contraire… J’en suis l’un de ses auteurs, donc je vais tenter d’expliquer un peu. D’abord, j’encourage les 2 personnes de référence en question à aller voir la courte introduction que j’en ai donné dans une présentation récente lors d’une conférence : https://youtu.be/IJimJQgn9Ec. (Je pars de l'hypothèse qu'il s'agit de chercheurs, car la vidéo est technique et n'est pas destinée au grand public). Je les encourage aussi à me contacter directement pour en parler s’ils ont des interrogations. Les (nombreux) arbitres des 5 articles publiés sur cette théorie (dans Physics Letters B, Physical Review D (x2), Classical&Quantum Gravity et European Physical Journal C) avaient souvent aussi des questionnements a priori, auxquelles nous avons répondu – il faut croire de manière convaincante. Je tiens aussi à jour un brouillon de page wikipedia avec uniquement les résultats publiés, en donnant les références appropriées. Ça peut être utile pour y voir plus clair et pour trouver les références appropriées – à destination des chercheurs et étudiants essentiellement. En ce qui concerne le premier commentaire: la théorie est belle-et-bien nouvelle. Par exemple, elle ne peut pas être définit en l’absence de matière, contrairement à la quasi-totalité des théories alternatives à la relativité générale proposées jusqu’ici. Ceci n’est pas un simple détail, étant donné notamment qu’il s’agissait d’une volonté d’Einstein non-accomplie par la relativité générale. Aussi, le couplage entre la matière et la gravitation au sein des équations de champ n’est pas nécessairement positif, mais peut devenir négatif dans des conditions de densités extrêmes. Pour rappel, en relativité générale, ce couplage est donné par une constant proportionnelle à la constante de Newton. Cela laisse envisager que la gravitation devient répulsive à très haute densité, même si cela reste à être démontré explicitement avec des modèles d’espace-temps et de matière donnés, en intégrant (vraisemblablement numériquement) les équations de champ. Il est cependant vrai que la théorie peut se ré-écrire sous la forme d’une théorie tenseur-scalaire (si et seulement si, on impose à la matière d’exister dès le départ). D’autres théories peuvent aussi s’écrire comme des théories tenseur-scalaire, telles que la limite effective à basse énergie de la théorie des cordes par exemple, des théories de Kaluza-Klein ou plus généralement des théories dites f(R). Est-ce que toutes ces théories sont pour autant les mêmes ? La réponse est non, car le diable, comme toujours, se trouve dans les détails, et chacune de ces théories possède en réalité des propriétés particulières qui la différencie des autres. Il en va de même pour la relativité intriquée, notamment pour les raisons que j’ai mentionné au-dessus. En ce qui concerne le second commentaire: j’ai envie de dire que c’est le propre des idées radicalement nouvelles. Ce qui dérange a priori avec la forme de la théorie, est le couplage purement multiplicatif entre la matière et la courbure dans la densité Lagrangienne qui définit la théorie. Et ce qui choque plus particulièrement est le terme au carré dans le numérateur. Un couplage aussi exotique est une première, et défit l’intuition de tout chercheur ayant travaillé dans le domaine. Il faut passer du temps à étudier les équations pour comprendre ce qu’il se passe réellement. Mais cela prend du temps. Pour info, nous (Hendrik Ludwig et moi-même) n’y avons pas cru nous-même quand nous sommes tombés presque par hasard sur cette forme, et nous avions donc demandé à Salvatore Capozzielo – une référence en terme de théories alternatives (https://scholar.google.com/citations?user=gGjuV8AAAAAJ&hl=fr) – de vérifier nos calculs. Il les a validé et nous avons donc publié le premier article sur cette théorie tous les trois dans Physics Letters B en 2015. (Mais ce n’est que cette année que nous avons publié le premier article qui nomme cette théorie « relativité intriquée » , dans un article de Physical Review D). Pour plus d’infos, vous pouvez aussi me suivre sur Twitter : @Ominazzoli Je vous invite notamment à lire le « thread » suivant : https://twitter.com/OMinazzoli/status/1442490470853013510 N’hésitez pas à me poser des questions aussi sinon, j’y répondrais avec plaisir. Olivier Minazzoli
  21. 6 points
    Bonjour et merci Sauveur celle du jour, vers minuit 00 h 06? bonne journée (je cherche encore une image comme celle de ce soir, en haute résolution, c'est pour agrandir mes connaissances sur la lune.)
  22. 5 points
    Ce soir pas d'astrophotographie Les nuages se sont encore invités Alors j'ai contre mauvaise fortune bon cœur en profitant d'un joli coucher de soleil et souhaite vous le faire partager. C'est bien des nébulosités illuminées par une étoile Bon ciel Patrick
  23. 5 points
    Bonjour, Je viens de tomber sur ceci : https://skyandtelescope.org/astronomy-news/jupiter-whacked-again-japanese-astronomers-record-possible-impact/?fbclid=IwAR3x0edsZR5EXvrvglPxnlLHAiiMcAetPGwx3npjAmp9SNvWsMrMYfp706Q Shooté le vendredi 15 octobre 13:24 UT
  24. 5 points
    Le seeing était surement très bon je n'ai pas encore d'adc Mak 127 Neq5 goto Caméra zwoasi 224mc couleur Filtre ir cut Barlow x3 explore scientific Expo 30 ms Gain 270 2249 frames Traitement Autostakkert 3 et registax 6
  25. 5 points
    Je dirais même quelques esthètes de l'art
  26. 5 points
    Ah non rectification, ce n'est que le deuxième, en fait il a également été filmé en bande méthane, ce qui est une première Document Isshi Tabe
  27. 4 points
    Salut, après pas mal d'essais de traitement différents, ça y est, je crois que je ferai pas mieux, je suis content, c'est l'essentiel . Donc voila la version finale de mon coeur serré (appelons un chat un chat ). j'ai retenu 47 poses de 180sec, traitement siril RVB, drizzle x2, photoshop et lightroom. j'ai essayé, contrairement à mes précédents traitement, de ne faire que le strict minimum, histoire de ne pas perde trop d'info dans l'image.
  28. 4 points
    Bonsoir à tous! Non non, ce n'est pas le résumé d'une virée au bistrot du coin mais plutôt d'un passage dehors hier le 14/10! Alors j'avais eu vent d'un passage d'une lune avec un volcan toussa toussa près d'une géante gazeuse.. Bon.. j'aurai plus vite fait d'aller photographier le piton de Sancerre ou un volcan d'Auvergne hein.. Mais bon, j'ai une petite bille déjà! Et puis alors pas la peine de chercher quelconque hexagone, division ou que sais-je chez la voisine aux cerceaux..! Mais le p'tit Mak127, la 224 avec la barlow x2 et l'ADC ZWO accompagné du type entre la chaise et tout ça ont pris l'air et c'est déjà pas mal Bon ciel à tous Julien
  29. 4 points
  30. 4 points
    Vincent, Je me suis amusé à comparer ton image d'hier avec celle d'aujourd'hui du spectrohéliographe de Meudon. Ton image est à droite et celle de Meudon à gauche. La tienne a une bien meilleure résolution: Et pourtant on ne peux pas vraiment dire que les deux instruments ont le même poids. Le spectrohéliographe de Meudon: L'image est tirée de la vidéo suivante: Jean-Pierre
  31. 4 points
    Salut à tous, Il y a des fois où les images au dobson 500 sont plutôt moins bonnes qu'au Celestron 5. Il faut l'accepter. Ca permet d'aller dormir plus tôt aussi. Malgré des prévisions plutôt correctes de turbu, c'était donc la cata. Turbulence hyper rapide, on a l'impression que c'est stable, mais en fait, c'est complètement délavé. Les détails visibles à l'oeil sur les vidéos sont les mêmes que ceux que l'on a après traitement : aucun whoua! une fois qu'on tire sur les curseurs. Pour info, de passer de 20ms à 1ms ne change rien, au contraire - AS!3 a encore moins de détails à accrocher... donc, T500 F3.3 alt-az motorisé, barlow x4, ADC, Filtre L, ASI224MC pour les planêtes. ASI290MM et filtre rouge pour la lune. Question bête : en filtre R, vous gardez l'ADC sur la lune, ou il faut le virer ? traitement AS!3 puis Astrosurface. Pas de dérotation. Voici, histoire de participer : A ce propos, je ne sais pas si c'est visible ici, mais Saturne fait de petits sauts, toutes les 4-5 trames...? est-ce que vous avez déjà vu ça ? c'est la caméra qui fatigue ? ou mon entrainement ? au bout, ça donne ça - les couleurs sont là (il y a du signal, là on voit la différence vs. un C5), mais côté résolution, évidemment, ....c'est ...disons : "faible" Sur Jupiter, c'était encore pire, alors qu'elle était plus haute. Bizarre. J'ai pas insisté. Du coup, ça faisait des lustres que je n'avais pas fait d'images de la lune - voici donc un petit Copernic, avec filtre R. - idem, c'est vraiment étrange, il y a des détails bien plus fins par endroits (idem, déjà visibles à l'œil sur la vidéo, rien de révélé par le traitement), et des zones complètements floues. Je crois que AS!3 a du mal aussi avec ce genre de turbu. Ca marche beaucoup mieux avec le cas "barbecue" (grosse déformation mais plus lente). 50 images gardées, au delà, c'est moins bon - du coup, c'est un peu bruité, j'espère que ça vous plaira quand même. Voilà, ce sera peut être mieux la prochaine fois ! Bon ciel à tous ! François
  32. 4 points
    A mon avis, ya trop d'ondelettes : c'est pas possible qu'on voit Encke aussi bien! a+ stéphane
  33. 4 points
    Flextube Newton 254/1200 GoTo Camera ASI 290 MM Filtre UV IR CUT Barlow APM*2.7 +/- 1000 images avec SharpCap, Autostackert3!, Astrosurface Aristachus et Herodotus, le 23 avril 2021, au lever du Soleil.tif Aristachus_et_Herodotus,_le_23_avril_2021,_au_lever_du_Soleil.tif
  34. 4 points
    C'est très particulier ! Un peu à l'instar d'un botaniste qui écraserait une feuille d'automne pour en faire ressortir les nervures... Je ne peux pas dire que je trouve ça beau parce que ce que j'aime dans les astrophotographies c'est la profondeur et la sensation vertigineuse d'un grand tout. Mais ce qu'il y a de bien c'est que justement c'est très déconcertant Y revient quand Jeff ?
  35. 4 points
    Ensembles de protubérances samedi 16 octobre avec ma lunette 120 mm Halpha + etalon PST Prototype optimisé + Barlow 2x + camera Touptek couleur et traitement astrosurface .
  36. 3 points
    La Caverne de Céphée, une demeure pleine de Joyaux ! Il y’a un an, je découvrais l’image d’ @idir, une mosaïque incroyable dans Céphée, mettant en scène des colossales colonnes de matières. J’ai été impressionné par l’originalité et la technicité de ce champ, et il ne m’en fallait pas moins pour me motiver à tenter l’expérience de la mosaïque grand champs. Après de longues balades dans Aladin, j’ai eu un coup de cœur pour ce champ qui allait au fil du projet révéler progressivement ses joyaux… En effet, en plus d’être un clin d’œil à Idir , ce titre résume assez bien l’ambiance de cette région, et particulièrement de ce champ riche en objets et en structures variées. C’est généreux en couleurs, on passe de régions sombres et obscures à d’autres très brillantes et lumineuses, et le tout baignant dans des voiles de cirrus galactiques. Aussi, a travers cette image, nous pourrons passer en revue une bonne partie des curiosités du ciel profond. · amas ouvert, · nébuleuse planétaire · nébuleuses obscures · galaxie spirale · grande nébuleuse en émission · petite nébuleuse par réflexion et émission · régions Hydrogènes · IFN (Integrated Flux Nebula) Mais fini de teaser ! Tout ce joli monde m’a donné l’idée de vous présenter cette image de manière moins habituelle ... Et comme la résolution le permet, je vous propose de vous dévoiler ce champ en commençant par une balade sur les régions intéressantes, pour ensuite finir sur l’image complète. Vous pouvez cliquer sur chacune des images afin de les visualiser en pleine résolution. LES JOYAUX DE CEPHEE Commençons par visiter NGC6939 cet amas ouvert bien dense, situé à 4000 A-L, et drapé de nébulosités. On distingue non loin UGC11583 une galaxie irrégulière à faible brillance surfacique, légèrement plus lumineuse que les cirrus galactiques. Passons ensuite à une région HII, comprenant la nébuleuse obscure Barnard 152. Nous remarquerons les nuances de couleurs, de droite à gauche, du rouge Hydrogène à un violet ténu, pour finir sur des voiles aux teintes grises et marron. Plus loin nous trouvons VDB 140, c’est une nébuleuse à émission et réflexion très intéressante avec ses deux teintes bleues et rouges, chacune bien localisées, Je n’ai malheureusement pas trouvé d’informations pouvant expliquer le contraste bicolore de cet objet. On peut cependant remarquer une ressemblance frappante avec M20 La nébuleuse de la Trifide. Pour la suite, vous reconnaitrez NGC6946, la Galaxie du Feu d’Artifice. Une galaxie spirale vue de face, située à 20 Millions d’A-L. Elle doit son nom au fait que l’on y détecte fréquemment des Supernovæ. Celles-ci y sont 10 fois plus abondantes qu’au sein de notre Voie Lactée. Les plus avisés auront remarqué qu’elle est habituellement présentée avec l’amas NGC6939 que nous avons visité en premier… Ici, j’ai volontairement fait un détour afin de brouiller les pistes… Passons maintenant aux objets vedettes de cette image ! SH2-129 : cette grande région HII s’étend sur un rayon de 3°. Ses structures se dévoilent sans trop de difficultés à travers un filtre H Alpha. Néanmoins sa forte dynamique rend son traitement assez exigent, les structures intérieures étant très faibles comparées à celles situées en périphérie. OU-4 : La nébuleuse planétaire de Nicolas Outters, est quant à elle bien plus faible, elle émet principalement en OIII et demande un temps de pose conséquent. Ici presque 10h de poses furent nécessaires afin d’obtenir ce résultat. La balade se termine par Barnard 150, une autre nébuleuse obscure, celle-ci est plus étendue et prend la forme d’un hippocampe. C’est probablement ma région préférée dans ce champs, on y distingue un entremêlement de couleurs, des nébulosités hydrogène et des nuages de poussières sombres. Les contrastes donnent une sensation de plongée dans les abimes cosmiques. Et voici enfin le champ complet : (l'image est fortement réduite pour passer sur le forum, vous pouvez accéder à la full ici : https://filedn.eu/lNcUxmmQIbgFrNcj21qBE1R/LES JOYAUX DE CEPHEE.jpg) Coté technique : Il s'agit d'une mosaïque de 3 panneaux, couvrant un champ de 7.2° par 3.6°. L’image complète non compressée, fait plus de 600 Millions de pixels (mon ordinateur les a vu passer…) J’ai souhaité relever le défi du grand champ et de la résolution, l’image a donc été traitée en drizzle puis réduite de 0.75, car les fichiers pesaient vraiment très lourd. PhotoShop notamment m’empêchait d’enregistrer des Tiff de plus de 4go... L’échantillonnage résultant est de 0,97"arc par pixel. Logiciels utilisés : Pixinsight, AstroPixelProcessor, Photoshop Matériel : APMach1 / FSQ106 / ASI6200MM Temps d’exposition : environ 45h (filtres L-RVB Ha OIII) Acquisitions en total nomade, sous des cieux bons, à très bons : - lors des Nuits du Causse Noir dans les Cévennes, - en vacances en Vendée, - en Seine et Marne dans les champs, - et aux NASE (Saint Eugene dans l’Aisne merci Miro !) Merci d’avoir lu ! Malik
  37. 3 points
    Bonjour à tous, Voici un joli groupe de galaxies qui aurait bien bénéficié d'un meilleur seeing mais il ne faut pas trop en demander! fwhm 2.6" sur l'empilement des 2h de luminance, 1/2 par couleur. L'ensemble de la full est couvert de petites galaxies. La région est dense! Newton 245/1472, asi 183, bin2 au traitement (0.66"/p sur l'image ci-dessous). Nathanaël clic gauche pour la full :
  38. 3 points
    Depuis notre setup dans l'Atlas Max a commis le délit galactique suivant : NGC 253 avec la complicité active de Thierry Demange Cette image est une image de validation de notre process full auto . la full : https://www.astrobin.com/full/qddldn/0/?mod=&real= Instruments de prise de vue: Takahashi FSQ85EDX FSQ 85EDX Caméras d'imagerie: QSI 6120wsg-8 Montures: Sky-watcher HEQ5 PRO Instruments de guidage: QSI Off Axis Guiding Caméras de guidage: ZWO ASI178MM Réducteurs/correcteurs de focale: Takahashi Flattener 1.01X for FSQ-85ED Logiciels: Photoshop · Alcor System Prism 10 Filtres: Astrodon Bleu · Astrodon Vert · Astrodon Rouge · Astrodon Luminance Dates:5 octobre 2021 Images unitaires: Astrodon Blue: 10x120" (20') -15C bin 1x1 Astrodon Luminance: 38x120" (1h 16') -15C bin 1x1 Astrodon Rouge: 10x120" (20') -15C bin 1x1 Astrodon Vert: 10x120" (20') -15C bin 1x1 Intégration: 2h 16' Âge de la Lune (moyen): 28.46 jours Phase de la Lune (moyenne): 1.30% Echelle d'obscurité de Bortle: 1.00
  39. 3 points
    https://mars.nasa.gov/news/9057/hear-sounds-from-mars-captured-by-nasas-perseverance-rover/ Cette illustration du rover indique l'emplacement de ses deux microphones. Crédit : NASA/JPL-Caltech. Traduction automatique corrigée : Grâce à deux microphones à bord du rover Perseverance, la mission a enregistré près de cinq heures de rafales de vent martiennes, des roues du rover crissant sur le régolithe et des moteurs ronronnant lorsque le rover déplace son bras. Ces sons permettent aux scientifiques et aux ingénieurs de découvrir la planète rouge d'une nouvelle manière. Tout le monde est invité à écouter. "C'est comme si vous étiez vraiment là", décrit Baptiste Chide, un planétologue qui étudie les données des microphones à L'Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie en France. « Les sons martiens ont de fortes vibrations de basses, donc lorsque vous mettez un casque, vous pouvez vraiment les ressentir. Je pense que les microphones seront un atout important pour la future science martienne et du système solaire." Ces microphones de qualité commerciale sont similaires à ceux du châssis du rover Perseverance. Crédit : Avec l'aimable autorisation de DPA. Perseverance est le premier rover à enregistrer le son de la planète rouge à l'aide de microphones dédiés, tous deux disponibles dans le commerce. Le deuxième micro se trouve sur son mât en complément des investigations de l'instrument laser SuperCam sur les roches et l'atmosphère. Le rover transporte deux microphones qui enregistrent directement les sons de la planète rouge, y compris ceux de l'hélicoptère Ingenuity et du rover lui-même quand il travaille. Pour la toute première fois, ces enregistrements audio offrent une nouvelle façon de découvrir la planète. Crédit : NASA/JPL-Caltech/LANL/CNES/CNRS/IRAP/DPA. Le micro du chassis a été fourni par le Jet Propulsion Laboratory, tandis que l' instrument SuperCam et son microphone ont été fournis par le Los Alamos National Laboratory (LANL) au Nouveau-Mexique et un consortium de laboratoires de recherche français sous les auspices du Centre National d 'Etudes Spatiales (CNES). SuperCam étudie les roches et le sol avec des tirs d'un laser, puis en analysant la vapeur résultante avec une caméra. Parce que le laser émet des impulsions jusqu'à des centaines de fois sur les cibles, les opportunités de capturer le son de ces tirs s'additionnent rapidement : le microphone a déjà enregistré plus de 25 000 tirs laser. Certains de ces enregistrements enseignent aux scientifiques les changements dans l'atmosphère de la planète. Après tout, le son voyage à travers les vibrations dans l'air. Depuis son perchoir sur le mât de Perseverance, le micro SuperCam est idéalement situé pour enregistrer les « microturbulences », des changements infimes dans l'air, et complète le travail des capteurs de vent du rover, qui font partie d'une suite d'outils atmosphériques appelée MEDA , abréviation de Mars Environmental. Analyseur de dynamique. Les capteurs de MEDA échantillonnent la vitesse, la pression et la température du vent une à deux fois par seconde jusqu'à deux heures d'affilée. Le microphone de SuperCam, en revanche, peut fournir des informations similaires à un rythme de 20 000 fois par seconde pendant plusieurs minutes. "C'est un peu comme comparer une loupe à un microscope avec un grossissement de 100 fois", explique le chercheur principal de MEDA, Jose Rodriguez-Manfredi du Centro de Astrobiología (CAB) de l'Instituto Nacional de Tecnica Aeroespacial à Madrid. Du point de vue du météorologue, chaque perspective, détail et contexte, se complète. " Le microphone permet également de faire des recherches sur la façon dont le son se propage sur Mars. Parce que l'atmosphère de la planète est beaucoup moins dense que celle de la Terre, les scientifiques savaient que les sons aigus en particulier seraient difficiles à entendre. En fait, quelques scientifiques, ne sachant pas s'ils entendraient quoi que ce soit, ont été surpris lorsque le microphone a capté les rotors bourdonnants de l'hélicoptère Ingenuity lors de son quatrième vol, le 30 avril, à une distance de 80 mètres. Les informations audio provenant de l'hélicoptère ont permis aux chercheurs d'éliminer deux des trois modèles développés pour anticiper la propagation du son sur Mars. "Le son sur Mars porte beaucoup plus loin que nous ne le pensions", a déclaré Nina Lanza, une scientifique de SuperCam qui travaille avec les données du microphone au LANL. « Cela vous montre à quel point il est important de faire de la science sur le terrain." Il y a un autre aspect de l'exploration spatiale qui pourrait bénéficier d'une dimension audio : la maintenance des engins spatiaux. Les ingénieurs utilisent des caméras pour surveiller l'usure des roues du rover Curiosity et l'accumulation de poussière sur les panneaux solaires d'InSight. Avec des microphones, ils pourraient également vérifier les performances d'un vaisseau spatial de la même manière que les mécaniciens pourraient écouter un moteur de voiture. L'équipe de Persévérance amasse des tonnes d'enregistrements à partir du micro du châssis du rover, qui est bien placé pour écouter ses roues et autres systèmes internes. Bien qu'il n'y ait pas encore assez d'enregistrements pour détecter des changements, au fil du temps, les ingénieurs peuvent être en mesure d'examiner ces données et de discerner des différences subtiles, comme un courant électrique supplémentaire allant à une roue particulière. Cela s'ajouterait aux façons dont ils surveillent déjà la santé du vaisseau spatial. "Nous aimerions écouter ces sons régulièrement", nous dit Vandi Verma, ingénieur en chef de Persévérance pour les opérations robotiques au JPL. "Nous écoutons régulièrement les changements dans les modèles sonores sur notre rover d'essai ici sur Terre, ce qui peut indiquer qu'il y a un problème qui nécessite notre attention."
  40. 3 points
    La distance du centre de la Terre au barycentre du système Terre-Lune est directement proportionnelle à la distance Terre-Lune. Ladite distance augmentant avec le temps, celle du barycentre au centre de la Terre augmente aussi. L'éloignement de la Lune par rapport à la Terre est dû aux effets de marée : la déformation induite par la Lune sur la Terre freine la rotation de celle-ci, ce qui par conservation du moment cinétique amène la Lune à augmenter sa distance à la Terre. Le rythme auquel cela se produit ne peut pas être prédit via un calcul simple car il dépend des phénomènes de dissipation d'énergie dans l'intérieur terrestre. Entre autres choses, on constate que le rythme auquel il se produit aujourd'hui est supérieur au rythme moyen depuis la formation de la Lune. Par contre, l'état final du système (valeur finale de la distance Terre-Lune) peut être déterminé. Dans l'hypothèse où on attend suffisamment longtemps (et que la Terre ne se fait pas happer par le Soleil quand il deviendra une géante rouge), alors la valeur ultime de la distance Terre-Lune sera d'environ 550000 km. Cela étant, le calcul est académique au sens où à une telle distance, l'influence des marées produites par le Soleil va altérer l'évolution du système Terre-Lune. Cela indique au passage que cette histoire de truc qui serait une planète double parce que le barycentre serait en dehors de la planète est une vaste fumisterie. On ne passe pas d'une planète "simple" à une planète double via ce seul critère.
  41. 3 points
  42. 3 points
    Je pensais pas que ça déplairait autant, à part quelques esthètes le moins que l'on puisse dire, c'est que j'ai pas eu bcp de succès. Bon, en même temps, Manet, Monet, Cézanne, Picasso et quelques autres ont pas été compris immédiatement non plus, alors... Bon, je vais essayer de faire une version plus "habituelle" pour voir. Merci à tous, en tout cas !!!! S
  43. 3 points
    Pour changer et pour s'adapter a la forte turbulence de ce jour, voici photos du soleil de ce jour avec ma lunette de 80 mm Halpha + etalon PST prototype optimisé + barlow 2x et camera Touptek couleur et pour finir traitement astrosurface. Le disque solaire est une image réalisé avec un réducteur de focale de 0.5x avec la camera Touptek couleur , la lunette ayant 500 mm de focale, ce qui m'a permis d'avoir l'image du soleil en entier sur mon capteur , ce qui m'a permis d'éviter l'ajout de mosaïque . je n'avais pas encore essayé cette configuration est cela marche pas mal du tout sur la lunette de 80 mm apo
  44. 3 points
    Le retour du Baby Mewlon au balcon au 8ème étage après plusieurs jours de pluie. Seeing correct sur Genève lundi 11 octobre, mais Jupiter se lève de plus en plus tôt et mon créneau pour la capture se réduit avant qu'elle ne passe derrière l'immeuble ! Par rapport aux fois précédentes, j'ai fait l'acquisition d'un filtre IR-Cut sur vos conseils et rapproché la Barlow TeleVue 2x de l'ADC ZWO pour avoir un tirage cette fois idéalement échantillonné. Le résultat me semble meilleur. Voici deux images du 11 avec quelques détails sur Ganymède, même si ça reste un peu flou à mon goût... pas non plus super satisfait du traitement, mais c'est mieux qu'avant. Capture de 60 secondes à 24 fps, 50% des brutes retenues dans AS3 soit environ 1200 images, niveaux, balance des blancs et ondelettes dans Astrosurface : Quelques minutes plus tard, c'est mieux encore, même traitement mais avec Double-Stack dans AS3 :
  45. 3 points
    t'as l'oeil ! j'avais effectivement remarqué cette tachouille, et on en avait parlé avec Idir, en fait on en trouve d'autres du même type, et un peu plus faibles dans le coin, ce n'est pas répertorié dans Aladin en tout cas pas dans les catalogues généraux ca émet principalement dans le Ha, donc peu probable que ce soit une NP mais surement des régions Hii soit des mini bout de trainée de SH2-129 , soit carrément situées dans d'autres plans Par contre il y a bien une NP dans le champs enfin officiellement en statut de candidate pour l'instant, mais vu l'allure, il y a quand même de grandes chances que c'en soit une Il s'agite de PN Fe 2 Repérée par : Laurent FERRERO, Pascal LE DU, Lionel MULATO, Nicolas OUTTERS, Stephane ZOLL et Agnes ACKER, et qui a fait l'objet d'un article dans L'Astronomie, n°129 (2015) source : http://simbad.u-strasbg.fr/simbad/sim-id?bibyear1=1850&bibyear2=%24currentYear&submit=Dans+le+tableau+&Ident=%409262143&Name=NAME+PN+Fe+2&bibdisplay=refsum&bibyear1=1850&bibyear2=%24currentYear#lab_bib je n'ai pas imagé en OIII sur cette partie du champs, je n'ai donc pas de signal dans cette partie du spectre, par contre elle emet quand meme pas mal en Ha... Voici un montage permettant de situer ces curiosités :
  46. 3 points
    Non pas de raison particulière de pas conseiller OS pour ma part...si ce n'est que 400mm c'est la limite haute pour la GM2000HPS et que OS ne fait pas plus petit. Mon plan de départ c'était : CDK 14" + FSQ85 sur la GM2000HPS Maintenant avec le 400mm, j'ai un peu peur de rajouter encore 8kg de matos en piggy-back...enfin faudrait que j'essaie mais je serai vraiment en dehors des specs de la monture. Le RC que j'ai est bien rigide et l'optique est bonne, j'en suis très satisfait. Rien à redire
  47. 3 points
    Hello ! Intéressant mais si l'heure de capture est exacte, et si je souligne bien le point que tu vois, la position ne correspond pas aux éphémérides... Je me trompe peut-être, mais dans tous les cas avec un traitement rapide et moins violent il n'y a rien d'autre qui ressort à part quelques vagues amas de bruit. Ceci étant dit, la dernière image est une bonne 1 micron bien sympa à voir
  48. 3 points
  49. 2 points
    Bonjour à tous, Toujours motivé à l'idée de possiblement attraper un signal de l'activité volcanique sur Io, j'ai remis le couvert jeudi 14 octobre dernier. La théorie ici : Et une première tentative négative : Avantage du 14 octobre, le passage dans l'ombre de Jupiter pour Io a lieu plus tard, donc plus facile d'être dispo une fois les enfants couchés ! Inconvénient, cela finit plus tard ! Bref, j'ai décidé de limiter les tests et de rester à F4,5 avec le dobson ES400 sur table équatoriale, avec une caméra QHY462 et un filtre IR1000. A priori, cela devant favoriser l'arrivée des photons de Loki... inconvénient, je suis peut-être un peu court en focale (1850mm). Une première image à 550ms de temps de pose, gain faible de 13% : Rien de visible en dehors de quelques étoiles. Autre essai, avec un temps de pose court (10ms) et un gain assez fort (40%) : Encore un avec un temps de pose de 370ms et gain à 23% : En jouant sur le gain et le contraste rien ne sort, j'ai essayé de traiter au de la du raisonnable (wavelets), je trouve un truc sur cette image : La même chose sur le film d'après : Bon, cela ressemble quand même furieusement à un artéfact, il ne faut pas trop rêver ! Je laisse ici le fichier sortie de AS3! pour qui voudra bien essayer de sortir quelque chose : 2021-10-14-2158_6-FC-IR1000-Jup_AS3__lapl6_ap21_Drizzle15.tif Enfin, voici une image saisie sans saturer Jupiter, après la sortie de Io de l'ombre, toujours dans les mêmes conditions : Une fois ces essais finis, j'ai jeté un œil à l'oculaire et je regrette de ne pas avoir mis une barlow et un filtre UV/IR cut ! C'était très stable, à l’œil, les barges foncées étaient ciselées, c'était magnifique. Bon ciel à tous, Fabien
  50. 2 points
    Quand on ouvre un sarcophage... on n’est jamais sûr de ce qu’on va y trouver Y enfermer un pharaonique miroir est un risque que les anciens n’auraient jamais pris, des fois qu’il passe de l’autre côté de lui-même durant son transit entre les deux mondes... A-t-on vérifié que la dorure est toujours du bon côté, au moins ?