Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 02/15/22 in all areas

  1. 16 points
    LDN 1235 – nebuleuse du requin sombre – Vdb 150 – VdB 149 LDN 1235 (Lynds Dark Nebula) est un vaste complexe de nébuleuses qui ressemble un peu à un requin, ainsi communément appelé la « nébuleuse du requin noir ». Sur cette image, nous ne pouvons voir que la tête avec les mâchoires ouvertes. il est composé uniquement de gaz interstellaire et de poussière. La poussière sombre comme celle présentée ici est un peu comme la fumée de cigarette et créée dans les atmosphères fraîches des étoiles géantes. Après avoir été expulsées avec du gaz et recondensées gravitationnellement, les étoiles massives peuvent sculpter des structures complexes dans leur nuage de naissance en utilisant leur lumière de haute énergie et leurs vents stellaires rapides comme outils de sculpture. La chaleur qu’ils génèrent évapore le nuage moléculaire trouble et provoque la dispersion et la lueur rouge de l’hydrogène gazeux ambiant. Pendant la désintégration, nous, les humains, pouvons imaginer ces grands nuages comme des icônes communes, comme nous le faisons pour les nuages d’eau sur Terre. En incluant de plus petites nébuleuses bleues à réflexion de poussière telles que Lynds Dark Nebula 1235 et Van den Bergh 149 & 150, la nébuleuse Shark s’étend sur environ 15 années-lumière et se trouve à environ 650 années-lumière de la constellation de Céphée. Details & full astrobin : https://astrob.in/vzkaaz/0/ Notre Facebook : https://www.astrobin.com/users/Astro-TAPAS/
  2. 15 points
    Hello Je n'ai pas fini le traitement de mes survols lunaire du 20211222 et du 2022015 mais je n'ai pas pu me retenir de traiter mon 'Monts Apennins" Cela fait hyper hyper longtemps que je rêvais de sortir cette mosaïque au "KH" avec une résolution et un jeu d'ombre comme j'aime donc je partage de suite le traitement car je kiiiiiiiiffffeeeeee cette beauté A+ pour la suite du survol du 20220209 et pour aussi mon survol du 20220211 David MONTS APENNINS Edit 20220221 WERNER / WALTHER / REGIOMONTANUS / DESLANDRES / LEXELL LA CAILLE / ARZACHEL / THEBIT / RUPES RECTA / BIRT / RIMA BIRT Edit 20220223 HALLEY / ALBATEGNIUS / ARGELANDER / AIRY / KLEIN / PTOLEMAEUS / ALPHONSUS / ARZACHEL 150% pour le fun Edit 20220224 ARISTILLUS / AUTOLYCUS / ARCHIMEDES Edit 20220403 UKERT / TRIESNECKER / PALLAS / MURCHISON Edit 20220404 AGRIPPA / GODIN / LADE / RHAETICUS / HORROCKS MANILIUS / BOSCOVICH / HYGINUS / UKERT / TRIESNECKER Edit 20220405 MONTES CAUCASUS / EGEDE / EUDOXUS / ARISTOTELES / MITCHELL / GALLE Edit 20220406 AUTOLYCUS / ARISTILLUS / CASSINI 150% pour le fun
  3. 11 points
    Ça bouge ça danse, c'est la belle du soir sur fond de velours noir...(enfin bleu plutôt)
  4. 11 points
    Je l'ai toujours dit, tout est dans le limbe Newton 158 x1220 x2 Fuji XT20 4K 4 tuiles 1 carambar à qui trouve le rapiéçage (Val tm)
  5. 11 points
    Bonsoir, Avec un peu de chance j'ai eu un ciel dégagé en début de soirée, j'ai tenté la cible ! Ca ne m'a pas l'air d'être une supernova, (à prendre avec des pincettes, je ne suis pas pro !). Le spectre de l'objet bien que pollué par l'abondante hydrogène de M82, ne ressemble pas à celui d'une SN de type I ou II, mais plutôt à un spectre stellaire englué du spectre de M82 : avec les émissions Ha, [NII] et [SII] ainsi que du continuum qui monte vers le rouge. Ce sont les raies d'absorption présentes qui me font dire cela. Spectres typiques des supernovae : (http://supernovae.in2p3.fr/~baumont/outreach/TheseHTML/node14.html) Ci dessous le spectre de la galaxie de M82 on voit qu'il est plat, qu'il monte vers le rouge et qu'il y a des raies d'émission (spectre de galaxie en interaction) : Le bleu se trouve à gauche et le rouge à droite. Les raies d'émission dans le rouge montrent pourquoi la galaxie est en grande partie rouge en photographie. Voici le spectre de l'objet de l'alerte, ce soir de 22h à 0h30 - 5 poses de 1200 secondes au C11 x0.63 et Alpy 600 : ici, les spectres de l'objet et de la galaxie M82 pour comparaison : On voit que le continuum est à peu près le même que celui de la galaxie car l'objet se trouve dans M82, il monte vers le coté rouge du spectre et les émissions viennent de M82. A cela s'ajoute des raies d'absorption typique des étoiles ! Bon la Lune est présente mais le fond de ciel a été soustrait pour extraire le spectre final. On remarque que les raies d'absorption stellaires sont décalées vers le rouge très légèrement donc ça vient bien de M82. On retrouve la série de Balmer et le blend du Sodium à 5893A. Ci dessous le décalage des raies Na et Hb en zoom, on remarque que le creux d'absorption est légèrement vers le rouge par rapport à la longueur d'onde théorique. Avec les raies en absorption de l'objet on peut calculer le redshift de la galaxie et sa distance avec Ho = 70km/s/Mpc raie Na = 5897.08 A ; Na au repos = 5893A ; z = 0.0007 raie Hb = 4864.48 A ; raie Hb au repos = 4861.33 A ; z = 0.00065 z moyen = 0.000675 (simbad donne z = 0.00073) On obtient une vitesse de récession v = c.z , soit 202.36 km/s Comme la Terre tourne autour du Soleil, cela rajoute ou enlève une certaine vitesse, pour ce soir le mouvement de la Terre nous éloigne de l'objet à la vitesse de 8.1 km/s. Donc on trouve une vitesse de récession corrigée de 210.46 km/s (simbad donne 219 kms/s +/-27). On trouve l'ordre de grandeur de la vitesse, mais ce n'est pas forcement une vitesse de recession car l'objet est trop près et soumis à interraction avec M81. Avec la vitesse et la cosntante de Hubble-Le Maitre on peut trouver la distance : D = V / Ho soit D = 3Mpc soit 9.78 millions d'années-lumière. Des mesures de distances non basées sur le redshift donne une distance de 12 millions d'années-lumière. Pour ceux qui aiment bien l'instrumentation, voici la caméra de guidage : Carte du ciel pour trouver les cibles et PHD pour l'autoguidage. On remarque le trait noir horizontal au centre de l'image, c'est la fente du spectrographe ou rentre la lumière. On distingue faiblement dans le fond de ciel éclairé par la Lune, la galaxie M82 et ces zones intenses. Caméra Atik314L+ en binning 2x2 Pour trouver l'objet à placer je me suis servis d'une pose de 15 secondes en bin2x2 pour le localiser. Il faudra le mettre minutieusement dans la fente de 23µm. Avec des poses de 3 secondes c'est vite fait ! Et ici l'acquisition du spectre (le 5ème), logiciel AudeLA, Atik414EX. Le trait horizontal est la trace de l'objet dans la fente du spectro. Comme la fente est longue la pollution de la Lune (spectre solaire est étalé sur toute la longueur de la fente. On remarque la double raies à gauche H&K du CaII et vers la droite du spectre les raies d'émission de M82 d'un coté et de l'autre du spectre de l'objet. On retrouve Ha, [NII] et le double [SII] Voila comme quoi même avec la Lune et juste avec 1.3h de poses on peut faire de l'astrophysique (amateur). Vive l'astro, la photo et la spectro !!
  6. 10 points
    Au T520 f/4.7 correcteur skywatcher, Nikon Z6 défiltré 1600 iso. Siril et Toshop. Premier traitement par Maître Tosi et la deuxième par votre serviteur. 2h45 sub de 2min. Jérôme
  7. 10 points
    Il est 18h00, les baskets sont prêtes. Il est temps de joindre l'utile a l'agréable, et ce ne sont pas les dix petits kilogrammes de mon sac à dos qui entameront mon enthousiasme. La lune est déjà omniprésente et devient une précieuse alliée pour discerner les "aspérités" du sentier me permettant de continuer mon entrainement quotidien. Dix km plus tard, je pose le sac à dos, j'installe à la hâte ma petite monture de voyage tout en procédant un alignement sur l'étoile polaire avec un cœur battant encore la chamade. Le boitier photo est réglé, l'intervalomètre est paramétré. Je pointe M42 : c'est parti! (étirement, et fractionné !). Après une quarantaine de minutes d'intégration, les basses températures auront raison de ma patience. Je range le matériel et retourne au pas de course à la maison. C'est ainsi que je suis particulièrement heureux de vous présenter cette image, issue d'une de mes sessions "d'Astro-running Données techniques : Canon R5 (non défiltré bien entendu) 100-500rf à 500 f7.1 Monture Star Adventurer 98 pauses de 25s à 1000iso Pixinsight & Photoshop. https://www.astrobin.com/wzdlnc/ Bon cieux!
  8. 8 points
    Bonjour à tous, voici PK164+31.1, avec son résidu d'étoile au centre (est ce un pulsar ?) Prise en 3 nuits, avec un total de 552 poses de 120s = 18h quand même. Au C8 Edge sur Eq6R et Altair 294c. En OCS avec filtre L'Xtrem Optolong. En espérant qu'elle vous plaira ! Seb
  9. 8 points
    elle est très belle david , mais je la vois mieux verticale c'est mon point de vue ! bonne journée ! paul
  10. 7 points
    Hello toute première image Solaire de l'année avec la Lunette de 230mm, condition très moyenne au niveau seeing et surtout beaucoup de brume !!!! le Soleil est encore trop bas , il faut qu'il monte encore un peu AR2941 ( 12.02.2022 ) Réfractor H-Alpha 230 mm F/D 9 Baader TZ3 ( 6210 mm ) Filter H-Alpha Solar Spectrum 0.3A Genika Transparency ( 5/10 ) Seeing 5/10 SSM 1.5" la Lunette H-Alpha 230mm F/D9 sur sa nouvelle monture ( AP1600 GTO ) plus adaptée que la précédente, çà passe mieux
  11. 7 points
    Bonjour tout le monde Désolé de vous avoir imposé le 12 février des images maltraitées par le seeing mais plus inquiétant aussi maltraitées par moi-même .........( faut pas avoir le nez dans le guidon ) Critiques bienvenues , j'ai toujours du mal au traitement des images Lunaires C11 Focuser +Barlow Siebert 1.5X + ASI290MM+ Filtre r25 F5400 F/D.19 e=0.11"/pix Morétus non traité dont j'avais oublié le *.Ser et Copernic retraité Bernard_Bayle
  12. 7 points
    John Wheeler a pourtant dit "un trou noir n'a pas de poils" Glob
  13. 6 points
    Un traitement un peu en retard d'images prises au mois d'octobre dernier en prévision d'apprendre à traiter SHO. C'est chose faite. C'est mon deuxième traitement SHO et qui rend pas mal je trouve. Pris avec une 61EDPH. Le guidage a merdé sur la prise SO, ce qui a malheureusement valu à l'âme d'être tronquée. Mais ça rentrait au chausse-pied de toute façon. Elle seront plus à l'aise avec la FS60. A refaire donc. La full et les données techniques en cliquant sur l'image.
  14. 6 points
    C'est clair, surtout quand il nous donne des dates d'échéance pour ses projets, c'est de notoriété publique qu'il est très précis aussi là dessus. Et puis bien sûr il est parfaitement précis et réaliste quand il évoque sa mégapole martienne et "l'espèce multiplanétaire" promise par les nuées de Starship . Sauf qu'avec lui ça se transforme systématiquement façon "showbiz", centré sur sa petite personne style "rock star évangéliste", Saint Elon notre sauveur et porteur du destin de l''Humanité !!... Amen ! Insupportable... Il aura encore gagné que dalle.. Il demeure quelques phases post-décollage qui vont être de sacrés défis, des détails quoi , et entre autres valider la notion de base fondamentale de son projet qui va régir les coûts : la réutilisabilité. Puis au delà du suborbital Space X devra affronter les multiples difficultés de la rentrée atmosphérique (à mon sens un des points le plus critique), résoudre les problèmes du très périlleux et complexe ravitaillement en orbite terrestre prévu pour les Starship HLS lunaires et aussi les 1000 Starship nécessaires à la construction de la future mégapole martienne, point de départ de l'espèce multiplanétaire. Sinon tout va bien, les retards actuels c'est uniquement la faute des méchants de l'administration US, un aspect que les gentils de Space X ne pouvaient absolument pas anticiper, évidemment .
  15. 6 points
  16. 5 points
    Hello, Habitant désormais à Porto, je suis malheureusement trop souvent en disette astronomique, surtout que je n'ai ni balcon ni jardin. Fort heureusement, je ne suis qu'à une petite heure de Vila Real, où mes parents ont une maison, et où mon papa passe une bonne partie de son temps depuis le début de sa retraite à s'occuper de ses oliviers. J'ai eu la chance de passer la nouvelle lune de février en compagnie de mon père et d'avoir pu en profiter pour aller observer. Le Portugal est un joli pays et la météo y est généralement clémente, cependant l'éclairage y est souvent outrancier. J'ai fréquemment eu la désagréable surprise de constater une fois la nuit tombée, que la chapelle en haut de sa "colline" offrant une très belle vue était en fait éclairée. Paraitrait que dieu est lumière, mais apparemment il vaut mieux y mettre 3 ou 4kW, histoire d'être sûr. De plus, je ne suis pas super fan d'observations au bord de route et tous les chemins ne sont pas carrossables. Heureusement, mon père s'est pris un 4x4 pour les oliviers, ce qui a considérablement agrandi la liste de spots possibles. Ces observations ont donc été effectuées à 20 min de la maison, à un peu plus de 800 m d'altitude. Le ciel y est à peine correct (SQM 21.05) mais au vu de la nature irrégulière du terrain dans la région, c'est l'un des meilleurs accessibles si vite. On triple vite le temps de trajet pour une amélioration pas si grande. J'ai passé une nuit sans dessiner, le vent ayant eu raison de ma motivation à sortir les crayons. Je voulais surtout m'en mettre plein la rétine. Lors de mon 2e soir d'observation, la vision de la nébuleuse variable de Hubble m'a "forcé" à m'y mettre. Voilà le résultat: Je me suis pas mal baladé dans le ciel et ai taquiné de la galaxie. Un joli couple m'a aussi tapé dans l'oeil: NGC 3395-96. Je pense que ça mériterait un coup d'oeil plus approfondi sous un meilleur ciel. Pour illustrer, le véhicule qui me permet d'élargir mes possibilités de sites d'observation, et une observation en cours. Astronomicalement, José
  17. 5 points
    C'est grossier quand même comme raccord. Quand on zoome bien dans l'image, Voici ce qui apparaît : C'est vrai que ceux là collent bien aux dents, ils bouchent bien les trous 😂
  18. 5 points
    Bonjour à tous, Que dire sur IC342, pour ma part, c'est surement ma galaxie préférée. je les photographié de nombreuses fois depuis que je fait de l'astronomie. Avec le temps, la modification du matériel, les nouvelles cameras, la progression dans le traitement, je vois une bonification du résultat. Mais aussi une manière différente de présenter cette magnifique galaxie. C'est objet difficile, il extrêmement étendu et au final faible, voir très faible au niveau des extensions. Sur cette version, vous verrez des amas d'étoiles très loin du centre de la galaxie, et des traces des bras très éloigné du centre de la galaxie. Il sera pour notre part difficile de faire mieux en détectivité. Nous sommes limités clairement par la luminosité le fond de ciel lié à la qualité du site. Le champs énorme de cette image d'environ 1°x1,5° semble presque encore insuffisant. Quelques info sur IC342: C'est une galaxie spirale intermédiaire vue par de face et située dans la constellation de la Girafe à environ 11,4 millions d'années-lumière de la Voie lactée. La brillance de surface d'IC 342 est faible. Elle serait beaucoup plus brillante dans le ciel de la Terre si elle n'était pas située près du plan de notre galaxie et cachée à notre vue par des nuages de gaz et de poussière. Comme pour la plus part des galaxies, elle renferme un trou noir supermassif en son centre. Elle n'est qu'a 10,6 millions d'a.l. Étant donné cette proximité, on pourrait penser que cette galaxie est un membre du Groupe local, mais ce n'est pas le cas. En fait, IC 342 ainsi que NGC 1560, NGC 1569, UGCA 92 et UGCA 105 sont des galaxies du groupe IC342/Maffei. Le coté technique: Telescope JANUS Nord. Lieu : Observatoire des Engarouines. Temps de pose: 10h40mn sur la couche L, et 1h15min sur chaque filtre R,V et B. Poses élémentaires de 5min. seing sur images élémentaires entre 1.5 sec d'arc et 2.4 sec d'arc. Seing sur image final à environ 2.0 sec d'arc. Télescope de type Deltagraph de 500mm de diamètre FD 3. Échantillonnage de 0.52 sec d'arc par pixel. Camera ZWO6200MM-PRO avec roue à 7 filtres. Filtres BAADER LRVB.. Motorisation MCMT32. Piloté en automatique sous PRISM V11, prétraitement sous PRISM V11 et traitement final sous CS6. Voici l'ensemble de l'image, mais surtout à regarder en pleine trame zoom 1. Il y a beaucoup de pixels, et de nombreux amas d'étoiles, perdu, loin du centre de la galaxie: Bonne astro à tous!! La JANUS Team Michel Meunier et Laurent Bernasconi http://team-janus.astrosurf.com/ https://www.facebook.com/JanusTeamNordSud/
  19. 5 points
    T’es gentil roul, avec tes "réflexions" à deux balles, mais t’as toujours pas compris qu’on n’est plus des lapins de six semaines... Il existe une constante absolue chez les artistes de la communication façon grand show à l’américaine : c’est de prendre leur public pour des naïfs et des demeurés. Et encore pire quand le moindre technicien de surface (ben oui on est dans l’astronautique, tout le monde ne vole pas, y en a qui sont de corvée de sol ) est fier d’être américain : les plus forts de tous les techniciens de surface du monde, pensez-donc !!! J’ai bossé pendant 12 ans dans une boîte gérée de cette façon, avec cette mentalité, ces rituels de grandes pompes et leurs promesses invariables de croissance exponentielle, de richesse illimitée, sa grand’messe annuelle tonitruante avec effets spéciaux pyrotechniques et objectifs mirobolants annoncés par les personnalités médiatiques du moment, les séminaires où on affrétait trois long courriers pour acheminer tout le gratin des forces vives à l’autre bout du monde histoire d’en foutre soi-disant plein la vue aux petites âmes sensibles et impressionnables... Toute cette vaine agitation pour essentiellement flatter l’ego des dirigeants histoire d’exhiber à la cantonade prétendument la plus grosse ! (et accessoirement craquer le budget annuel "formation" des petites mains applaudissant mollement l’exploit pour la photo) Mais les actionnaires (voire simplement l’homme de la rue, doué d’encore une once de bon sens faute de capitaux à investir) ce qui les impressionne - eux - ce sont les résultats tangibles, pas les concours de bites de la cour de récré ! Alors tu comptes faire quoi pour ces plaques finalement ?
  20. 5 points
    Merci à tous ! Je continue mon reportage lunaire jour après jour...mais toujours sous tramontane Faut pas s'attendre à beaucoup plus de détails, ça bouillonne sévère... mais c'est sympa à faire quand même ! Faut que j'arrête d'ouvrir plusieurs fils à la fois...j'suis paumé..va falloir que j'embauche une secrétaire...
  21. 5 points
    Bonjour celle d'hier, la moche, et celle de ce matin, vers 04 h 13 , presque mieux ( celle de gauche ! ) bonne journée
  22. 5 points
  23. 4 points
    je vous propose de visiter ma petite réalisation d'une astrobx qui concentre pc, gps, hub HSB 220v 5v 12v et thermomètre qui pourrai peut-être vous inspirer https://avex-asso.org/ips/topic/7689-astrobox/ bises
  24. 4 points
    Bonsoir, NGC253 est une galaxie qui reste malheureusement bien basse sous nos latitudes (elle culmine à 21° seulement chez moi), communément appelée la galaxie du Sculpteur. Je l'avais découverte visuellement, par hasard visuellement au C8 il y a bien longtemps et c'est un objet qui marque et que j'adore personnellement. Je tenais donc à lui tirer le portrait en couleurs et m'y suis attelé sur les lunaisons de septembre, octobre et novembre dernier. Elle a été imagée sur 11 nuits, avec des poses individuelles de 2 minutes, accumulant un total de 270 poses (09h d'intégration). Malheureusement, le seeing n'a pas été assez souvent de la partie., comme je l'aurais voulu... J'espérais initialement compléter ces acquisitions pour pouvoir sélectionner de façon plus drastique, et c'est pourquoi je n'ai traité que maintenant, 2 mois après les dernières acquisitions (NGC 253 n'est plus observable correctement, c'est foutu pour cette année). En même temps, à cette faible hauteur, il ne faut peut-être pas trop en demander. L'image ci-dessous a un FWHM de l'ordre de 3,9", malgré un échantillonnage à l'acquisition de 1,25"/pixel. 162 des 270 poses ont été retenues : Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut, 162 poses de 02min à -15°C (gain 120), Nord à peu près en Bas Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering Du 01 septembre au 07 novembre 2021, temps d'intégration de 05h 24min Traitement Siril 1.0.0-rc2, Finition avec Gimp 2.10.28 Réduction de l'image d'un facteur 0,627 pour ramener l'échantillonnage à 2"/pixel J'espère qu'elle vous plaira Bonne nuit
  25. 4 points
    Bonjour Depuis des mois pas de concordance entre la Lune, le beau temps, et pas trop de turbulence donc j'ai délaissé l'astronomie (et les forums) pour l'aviation. Ce jeudi comme souvent je jette un oeil dans le 300mm et là miracle ça tremble encore mais moins. Beaucoup de films à la poubelle mais j'ai pris plaisir à retraiter des images. C'est pas les meilleures mais c'est un début pour 2022. Pour la prochaine lunaison je vais essayer mon barillet sans astatique. Bonne journée. Luc Sauvée de la poubelle mais juste.
  26. 4 points
    Bonsoir, Voilà tout est dans le titre je viens d'acquérir une CEM70G et vais vous en faire un premier retour. La première surprise est la monture livrée dans une belle caisse de transport, et quand on ouvre on voit la taille de la tête de monture, une belle bête. Par contre on s'aperçoit vite que la monture ne peut-être rangée qu'en position...... 0 deg de latitude. Donc il faut la dérégler chaque fois. P..t.. les c..s ils ont pas prévu cette monture pour des nomades? Deuxième surprise pas top les vis de fixation de la monture sur son pied demandent une clé allen et sont mal foutues, trop près du pied. Et encore je l'ai montée à l'intérieur avec de la lumière et les doigts pas engourdis par le froid. Encore mal vus pour les nomades... Par contre bonne surprise du coté du trépied Berlebach : quel pied léger et robuste. J'avais entendu beaucoup de bien mais je suis impressionné. C'est au niveau d'un trépied de G11 mais en plus léger. La construction de la monture est flatteuse. La fluidité de rotation des axes est vraiment magnifique. Il y a des plus par rapport à mon ancienne AZEQ6 comme le GPS, le Wifi, la raquette est plus complète (même si il ne manque pas grand chose à l'EQ6). Ayant eu du beau temps la semaine dernière, comme quoi on a pas toujours du mauvais temps avec du nouveau matériel ;-). J'ai fait quelques tests sur le ciel. J'ai mis d'abord un petit newton carbone 200/800, la monture rigole avec ce tube grâce à ses 32kg de capacité. J'ai un peu galéré avec la raquette, car il faut le temps que le GPS s'initialise et que je m'y fasse aussi (tellement l'habitude de la raquette Synscan). J'ai testé le Ipolar, c'est un peu le Pole master version Ioptron. J'avais des doutes et ca fonctionne très bien. La mise en station est rapide et efficace, encore plus simple que le Pole master. J'ai même poussé le vice à n'avoir qu'un demi-ciel vers la polaire car le plus gros tube (newton 300mm) demande à décaler la monture pour tourner et la polaire est au bord d'un toit. Eh bien pas de soucis même avec un demi-ciel la mise en station se fait (le "plate solving" a fonctionné et reconnu le demi-ciel). Inconvénient il faut toujours un PC sous la main pour la mise en station. Quand on ne fait pas photo et que de l'observation, je ne trouve pas cela très pratique de devoir se trimbaler un PC. Autre bonne surprise la monture pointe vite et est très précise. J'ai ensuite enregistré le PEC (erreur annoncée à +/-3.5" par une feuille de test livrée avec la monture) et fait mes premières poses avec une lunette de 80/400. J'ai fait des poses de 3 min sans autoguidage et avec le PEC activé. Les poses sont quasi parfaites (on ne voit une légère ovalisation que sur certaines en zoomant à fond mais en plein écran sur PC on ne voit rien). Donc avec du petit matériel point d'autoguidage nécessaire. Les prochains tests seront : le IGuider ou autoguidage intégré dans la monture (il faut quand meme un PC avec PhdGuiding mais bon un seul câble vers la monture et pas de flexions). Le Wifi Mettre le newton de 300mm et faire des images avec pour voir si ca marche bien. Donc bilan très positif (car je vais la laisser en poste fixe). Sinon ca serait plus mitigé pour un nomade... Du coup j'ai mis en vente l'AZEQ6. David.
  27. 4 points
    Si, la tarte aux pommes de ma mère. Depuis le temps que je lui dis qu'elle pourrait être millionnaire...
  28. 4 points
    Il y a 4 heures, vaufrègesI3 a dit : Space X devra affronter les multiples difficultés de la rentrée atmosphérique (à mon sens un des points le plus critique) Il y a 3 heures, Kaptain a dit : Absolument, définitivement le plus gros problème... Vraiment très curieux de voir comment ça va se passer, la navette a quasiment été abandonnée à cause de ça, qui concernant l'utilisation des Starships, va plomber justement la réutilisabilité.... A moins qu'ils aient trouvé un autre matériau plus léger et plus résistant pour les tuiles Pareil : Pas de réutilisabilité du Starship sans protection thermique réutilisable de nombreuses fois, quasi sans intervention entre 2 vols (surtout au rythme délirant visé par le boss !!!) On en est TRÈS loin ! À ma connaissance (mais je n’ai pas d’infos top secrètes sur l’état de l’art sur ce point dans le domaine militaire ) on ne dispose toujours pas du matériau miracle - à la fois indestructible et inarrachable aux feux de l’enfer, léger, bon marché - capable d’encaisser sans broncher les ré-entrées successives d’un vaisseau réutilisable... Si quelqu’un a l’info, qu’il parle ! (ou sinon qu’il se taise ). Juste pour rappel cependant : en admettant qu’une solution technique soit en cours de mise au point chez les militaires, elle n’est pas près d’être divulguée ni utilisée dans le civil vu les enjeux qui se dessinent avec la militarisation de l’espace et la course aux armes hypersoniques dont l’avantage stratégique serait un atout majeur dans le contexte actuel de recrudescence des tensions internationales. Quant aux moyens alloués aux projets militaires, ils sont sans commune mesure avec les gesticulations de Musk malgré sa fortune toute relative, restant de surcroît aux antipodes des critères économiques dont il argue pour vanter ses visions colonisatrices. Pas de réutilisabilité non plus du Starship sans celle de ses moteurs : vu les difficultés rencontrées sur la mise au point du Raptor et sa fiabilité, il y a encore un peu de pain sur la planche avant de voir les 42 redoutables prédateurs s’élancer en routine 3 fois par jour dans l’espace pour dévorer les miles comme s’il s’agissait de "simples" turboréacteurs assoiffés de kérosène sur des moyens courriers... Enfin, tout le modèle économique muskien - censé nous ouvrir grandes les portes des étoiles en ramenant demain matin le prix de la tonne en orbite à celui du kilo de ce soir (j’exagère à peine) - repose sur ces points clés, et donc sur le franchissement avec brio de ces divers gaps technologiques ! Autant dire que ce n’est pas gagné ; et certainement pas, de toute façon, même en étant TRÈS optimiste, dans les délais totalement irréalistes avancés avant de reculer !
  29. 4 points
    Bonjour ! Voici les dernières nouvelles de mon projet de doublet achromatique de 242 mm à F/15… Pour mémoire, il s’agit d’un projet de lunette repliée destinée à être montée sur ma G11. Pour plusieurs raisons j’ai opté dès le départ pour un assemblage du Crown et du Flint avec un liquide d’indice, donc avec la contrainte d’avoir R2=R3. J’utilise un Flint zF2 (Flint lourd fabriqué en Chine par CDGM équivalent du SF5 de Schott, densité 4,08). L’avantage énorme de ce verre est qu’il permet de faire lorsqu’il est associé au BK7 un doublet assemblé film d’huile très bien corrigé dans le champ, ce qui n’est pas le cas du « classique » doublet BK7- F2. Après de nombreux calculs d’optimisation sur ZEMAX, incluant des calculs de tolérancement, et plusieurs échanges très fructueux avec Myriam, alias « Lyl », j’ai choisi une longueur d’onde de repli voisine de 550 nm (voir photo Chromatic Focal Shift). Le sphérochromatisme reste très faible, les calculs ZEMAX (fonction PSF Huygens) de Rapport Strehl incluant les aberrations et la diffraction donnent un rapport de Strehl théorique supérieur à 98 % sur l’axe (bien entendu en refocalisant pour chaque valeur de longueur d’onde) entre 480 nm et 640 nm. Lorsque l’on inclut (comme décrit ci-après) l’impact des casquettes des lentilles, ce rapport reste supérieur à 96 % pour la longueur d’onde de repli de 556 nm dans un champ au foyer de 32 mm de diamètre. Ceci me permettra de faire un barillet démontable sans réglage : en cours de projet j’ai eu un gros problème d’hernie discale et le poids du plus gros morceau à installer sur ma G11 est devenu une contrainte ultra prioritaire… J’arrive à un poids total théorique du tube de 15 kgs en deux parties : barillet avec les deux lentilles de 8 kgs et 7 kgs pour l’ensemble boite en bois (incluant le PO Moonlite et le second miroir de renvoi en face du PO) + 8 tubes Serrurier carbone dia 16x14 mm et le premier miroir de renvoi dia 130 mm ep 20 mm. La longueur totale (hors pare-bué amovible) sera voisine de 1820 mm. Le second miroir de renvoi face au PO est un miroir octogonal Clavé trouvé sur les PA. Ma combinaison optique est la suivante : R1 = 2184 mm épaisseur du BK7 environ 23.6 mm (l’épaisseur finale dépendra de la phase de doucissage sachant que +/- 0,5 mm n’impacte pas la qualité de l’image) R2=R3 = - 1594 mm épaisseur du Flint environ 19,8 mm R4= -4800 mm ; Tirage environ 3570 mm J’avais fait ébaucher les deux Blanks ainsi que deux outils en verre ordinaire dia 250 ep 25 aux bons rayons de courbure par la Société Ediver (superbe travail comme on le verra plus tard) courant de l’été 2020. D’où ici un premier avantage d’un assemblage film d’huile : Crown sera ébauché sur le Flint, ne reste que deux outils pour face d’entrée Crown et face sortie Flint. Un doublet Aplanétique BK7 + F2 avec 4 rayons de courbure différents nécessiterait quatre outils en verre ordinaire, et non deux dans mon cas. Le travail d’ébauche et de contrôle sera également significativement simplifié. Grace à la solution film d’huile il y a trois «couples » à ébaucher : face d’entrée Crown en BK7 sur outil en verre, qui m’a servi à me faire la main car le Crown est moins fragile que le Flint, puis face de sortie du Flint sur outil en verre puis enfin Crown sur Flint. J’ai alterné sans problème particulier outil dessous et outil dessus afin de contrôler la courbure mesurée avec deux sphéromètres, un moins précis de 69 mm de rayon et l’autre de 105 mm, les deux utilisant le même palpeur Suisse Sylvac affichant le micron, et garanti à mieux que 3 microns. Les zéros sont faits sur un plan optique de qualité. La seule chose que je ne comprends pas bien est qu’il y a des différences de flèches voisines de 20 microns (rapportées au diamètre utile de 242 mm) entre concave et convexe doucis l’un sur l’autre, mais heureusement j’ai constaté que cet effet diminue lorsque l’on utilise des émeris de plus en plus fins pour finir avec des différences de flèches de 3 à 4 microns, qu’il sera sans doute possible de corriger sans difficultés insurmontables en cours de polissage. En fin de travail à l’émeri 280 (durée de travail effectif d’environ 4 heures par faces, sauf le travail Crown sur Flint de 1h40 en tout, l’assemblage film d’huile gommant les petits défauts de doucissage) les surfaces sont bien doucies, les traces d’usinages à la meule diamantée ont totalement disparu et la variation d’épaisseur au bord, la « casquette », mesurée en 16 points sur le pourtour, cf photo, n’est plus que de 7 microns sur le Flint (j’ai eu du mal à croire mes mesures) et 20 microns sur le Crown ceci sans aucune action pour uniformiser cette épaisseur au bord. Avant de passer à l’émeri « 400 », je me suis longuement demandé s’il était utile de corriger (il aurait fallu le faire en début d’émeri « 400 ») ces « casquettes », ce qui présentait le risque (sans doute faible) de créer de l’astigmatisme. Pour cela j’ai fait des calculs avec le logiciel ZEMAX d’influence de ces casquettes, suivant en cela le conseil de Thierry Lépine : « c’est la modélisation qui permet de trancher dans ce cas ». Ceci est effectué en introduisant un tilt de la seconde face de la lentille. Il est apparu, comme on pouvait s’y attendre, que l’effet sur les diamètres GEO et RMS des spot diagram en monochromatique était totalement négligeable. J’ai ensuite regardé l’impact de la dispersion chromatique latérale, le tilt se comportant en première approximation comme très léger prisme. Pour cela j’ai pris deux valeurs de longueur d’onde qui encadrent la longueur d’onde de repli (555 nm) et qui focalisent dans le même plan. Ceci en choisissant une des deux longueurs d’onde (520 nm) et en recherchant par tâtonnement la longueur d’onde qui focalise dans le même plan (607,7 nm). Il apparaît que l’effet des casquettes est très faible et, de plus que la casquette sur la lentille Crown peut être partiellement compensée par la casquette sur le Flint en choisissant l’orientation relative des deux lentilles. Par exemple un angle de casquette du Crown de 0.05° et Flint de 0.01° (en gros 10 fois les valeurs mesurées) donne un écart latéral de 7 microns entre les centroids des spots à lambda = 520 nm et 607,7 nm , écart à diviser par 10 vs les mesures réelles de casquette, l’effet de l’angle de casquette étant quasiment proportionnel à cet angle. Il résulte de ces calculs que les valeurs de casquettes mesurées sur mes deux lentilles entrainent un chromatisme latéral de 0,7 microns au foyer de l’objectif entre les deux longueurs d’onde de 520 nm et 607,7 nm. Avec la focale de 3600 mm ce chromatisme latéral sous tend sur le ciel un angle de 0,04 secondes d’arc, dont est parfaitement imperceptible. Sur le Spots de ZEMAX (deux photos, l’une avec 10 fois les casquettes mesurées pour mieux voir le phénomène et la seconde avec les valeurs mesurées) on voit mieux l’effet qui est à comparer aux cercles donnant le diamètre de la tache d’Airy. Donc passage aux émeris suivants tous oxyde d’alu calcinés : 400 (2h20 de travail sur chaque face), 600 (2h30 de travail sur les faces externes du doublet et 1h45 sur les faces internes) puis pour finir émeri 5 microns (2h20 sur les faces externes et 1h30 sur les faces internes du doublet), ceci avec la machine à polir qui m’a été prêtée par mon ami Pierre Delmas, par ailleurs grand spécialiste des test sur les miroirs très ouverts. Ces temps de travail incluent les ajustements des rayons de courbure. Sur le conseil de Christian Beurthe, je répartis bien avant de commencer le travail l’émeri au pinceau sur la surface avec un pinceau à virole en plastique et après avoir mis quelques gouttes de Paic citron et mes séchées durent environ 7 mn sans remettre ni eau ni émeri. Puis nettoyage et on recommence pour la séchée suivante. J’ai constaté que le rendement était d’environ 1/5 soit 5 heures de travail incluant les mesures et les phases de nettoyage (très importantes car le Flint se raye très facilement) pour chaque heure de travail « utile ». Par rapport aux épaisseurs des ébauches, le travail de douci a enlevé 0,35 mm de matière (réparti sur les deux faces) sur la lentille en BK7 et 0,87 mm sur la lentille Flint (verre bien plus « mou » que le BK7), voir la photo pour la procédure de mesure des épaisseurs des lentilles au centre. En parallèle j’ai acheté (voir photo) des joints plats de dia 252x243 mm et d’épaisseur 1,5 mm en Nitrile et en Viton (choix entre les deux à faire ultérieurement) pour l’appui axial du doublet dans le futur barillet, mais j’en suis pas encore à la réal mécanique, reste d’abord à polir et à contrôler les lentilles… A suivre donc Bertrand
  30. 4 points
    Ouaih… Ça marche pas fort quoi….. 😕 😕
  31. 4 points
  32. 3 points
    Bonjour à tous, Je vous propose cette image d'une jolie nébuleuse près du cône. J'avais déjà tenté cette région l'année dernière, et je n'avais pas eu assez de poses à F4. Cette année, à F6, c'est une MAP approximative (entre les huitres et le saumon du 31/12 !) et un résidu d'ampglow qui me feront retenter cet objet l'année prochaine. Il me manque peut-être du diamètre aussi, cette cible doit être magnifique avec un plus gros instrument, pas sûr que la map explique tout. Finalement, il y a 4h de Ha et 1h40 de SII et OIII par poses de 10mn et la fwhm sur l'empilement du Ha est de 3.5" avec un ciel pourtant bon ! Enfin, pour nous autres en métropole sans remote, une image (moins bonne; passable; médiocre *) est une image quand même! Newton 245/1472 et asi 183, image à 0.66"/p (bin 2 au traitement). Nathanaël * barrez les mentions inutiles
  33. 3 points
    bonjour à toutes et à tous ! je continue les traitements , voici quelques images encore , en espérant pas trop vous gaver ! CFF 300 F/d 20 asi 178mm as3 + astrosurface ! cliquez pour la full bien sur ! le trio du 9 /2 au filtre vert : le 11 filtre rouge : clavius le 11 filtre rouge : Tycho et Longomontanus le 11 filtre rouge Platon et la vallée des alpes le 11 filtre rouge : le mur droit , purbach le 11 filtre rouge : voilà , je mets pas tout juste un petit tour bonne journée et merci ! paul
  34. 3 points
    Bonjour, pour illustrer le côté vintage avec des lunettes, voici un morceau de lune avec une lunette vintage et une camera moderne (Asi 462mc). mauvaise acquisition car des zones sont surexposées mais bon c'est juste pour participer. thierry
  35. 3 points
    Salut, hier ce n'étaient pas les conditions à mettre un astrographe dehors (lune, turbulence, voiles d'altitude) néanmoins cela faisait longtemps qu'il n'avait pas passé la nuit dehors donc ça le démangeait un peu. Dans ces circonstances j'avais choisi une cible relativement facile, la belle galaxie spirale barrée M 109 à 48 millions d'a.l. environ avec, hors champ, la présence de Phecda qui se fait bien sentir (j'aurais peut-être dû la mettre dans le champ ?) Recadrage redimensionné sur la galaxie : La full (clic droit) : Luminance annotée : Détails techniques Astrographe newton 200/800 carbone optiques Zen + Wynne 2.5", focale effective 750mm (échantillonnage 0,66"/pix) Monture : AZEQ6 Train d'imagerie : ASI183mm+filtres LRGB ZWO, guidage OAG + ASI120mini + ASIAIRv1 Luminance : 240*60sec, gain 111 à -10°C Chrominance : 50*60sec par couche, gain 111 à -10°C Darks, flats, offset synthétique Prétraitement et empilement Siril, traitement PI et Rawtherapee Conditions de prise de vue : pollution lumineuse (Tour Eiffel à 20km), turbulence forte, lune gibbeuse, voiles d'altitude. bon dimanche, Dan
  36. 3 points
    Hum, soyons sérieux, donc...hum...En ce post je vous présente deux approches éminemment scientifiques sur le sens de la vie...ah non, je m'égare...ah oui tiens, un filtre vert, à quoi ça sert ? Un monde plus vert pensez vous ?...en aucun cas mes ami(e)s, celui ci particulièrement étant de toute évidence fabriqué en Chine, tout comme la muraille et des tas de trucs qui ne servent finalement pas à grand chose. Mais dans ce cas ci, je développe : avec un filtre vert, on a une image verte...logique...qu'il faut convertir en noir et blanc, moins logique...parce qu'une lune verte, mais sur un tout jeune croissant n'a rien de crédible. Et miracle, le vert convertit les valeurs, pour les non avertis, en une image pervertie dont le revers est étonnamment contrasté, envers et contre tout...mais en mieux C'est bon j'arrête (j'suis crevé), Newton 158x1220 Fuji XT20 4K filtre vert (vous aurez compris) et puis sans.
  37. 3 points
    Bonjour, Samedi soir, de nouveau une belle nuit. Enfin, il a fallu attendre un peu car le ciel était un peu voilé en début de soirée. Température de 2°C, quasi pas de vent et pas d'humidité. En visuel, un peu plus de turbulence que le 08. Que ce soit en visuel ou en imagerie, la mise au point était compliquée, pas facile de savoir si c'était net ou pas. Mak 180 au Foyer - J'ai quand même utilisé le filtre Vert - Basler IMX265 - AS3 - Iris - Astrosurface Mosaique de 12 images (clic pour la voir en grand) : Jérôme
  38. 3 points
    Parcours d’environ 20 mètres le 14 février, toujours en montée assez raide vers le fronton. Le paysage est de plus en plus époustouflant.. Curiosity est désormais positionné au pied de la butte spectaculaire "Maringma". POSITION AU 14 FÉVRIER 2022 (SOL 3386) – Nogal : CONTEXTE : Encore quelques mètres avant d'arriver sur le haut du fronton et se diriger vers la crête Vivian Sun, géologue planétaire : "Avant de continuer à rouler vers le fronton, nous avons prévu de nombreuses activités scientifiques de contact et de télédétection à notre emplacement actuel. Nous allons obtenir des mesures APXS et MAHLI d’une surface de roche lisse, qui nous fourniront plus de données sur les changements de composition de la roche à mesure que nous approchons du contact avec l'unité de couverture du fronton. Les observations ChemCam de deux cibles nodulaires, fourniront des données sur la composition de ces textures diagénétiques, similaires à celles que nous avons observées dans nos espaces de travail précédents. Nous allons également documenter de manière approfondie le paysage fantastique qui nous entoure, avec plus d'images Mastcam et ChemCam de "Maringma Butte", en se concentrant en particulier sur des roches saillantes et des images Mastcam de "Blackcraig Butte". Bien que nous ayons déjà pris des images de ces buttes à partir d'emplacements précédents, ces images supplémentaires sont utiles non seulement parce qu'elles auront une plus haute résolution (puisque nous sommes plus près maintenant), mais aussi parce que l'imagerie de la même caractéristique sous différents angles est la façon dont nous construisons notre compréhension tridimensionnelle de la stratification et de la sédimentologie de ces buttes". MOSAÏQUE NAVCAM - 14 FÉVRIER 2022 (SOL 3386) – Stuart Atkinson : Curiosity au pied de la butte "Maringma" NAVCAM - 14 FÉVRIER 2022 (SOL 3386) : Des vagues de sable incroyables !!!.. Un autre monde.. PANO NAVCAM - 14 FÉVRIER 2022 (SOL 3386) – Jan van Driel : PANO NAVCAM - 14 FÉVRIER 2022 (SOL 3386) – Olivier de Goursac : Une vue fantastique : au loin au Nord malgré la poussière atmosphérique on devine les remparts du cratère Gale, beaucoup plus proche au centre la Butte "Maringma", à droite le "Mont Rafael Navarro" plus sombre que le "Mont Sharp" au loin à l'arrière ANAGLYPHE : PANO MASTCAM - 14 FÉVRIER 2022 (SOL 3386) – Landru : La butte "Maringma" MASTCAM - 13 FÉVRIER 2022 (SOL 3385) : Un petite bille sombre (concrétion) visible en haut à droite de cette image : …. et en gros plan ci-dessous : Une roche vraiment très étonnante repérée devant le rover le 11 février (image navcam) : …. et en gros plan avec cette image Mastcam du 13 février (probable résultat d’une trrrès longue érosion éolienne - c'est fou !) :
  39. 3 points
    Ah zut, je pensais répondre à une discussion du bistrot I am desoled because i am tromped de forum ( in english for the american friends )
  40. 3 points
    Bonsoir, Je voulais absolument essayer mon nouveau matos, ASI294MM, ASIAIR Plus. Les conditions sont déplorables depuis fin Octobre en région Toulousaine, avec beaucoup de brumes et brouillards par "beau temps" . J'ai quand même essayé ce rémanent avec un objectif 55-250 Canon ouvert 5.6 câlé à environ 134mm, car avec ma lulu 81/352 et mon Newton 254/1000 c'est à coup sûr de la mosaïque et je ne pratique pas . La lune commence à être bien présente et assez proche de la cible, mais bon...qui ne tente rien ..... Les conditions : Sur AZEQ6GT , ASI294MM avec roue ZWO et objectif Canon EFS 55-250 , filtres Ha et OIII 7nm, guidage avec mini290mm, OAG ZWO sur lulu TS 81/352, le tout piloté par ASIAIR Plus. Programmée : 20 poses de 10mn à gain 200 bin2 pour chaque filtre. Exploitées 9 en Ha sur 20 et 0 en OIII. Au final donc un petit 1H30 !!! Après un petit boulot de prétraitement avec D, Flat avec Dark , avec Siril ( merci) , puis finalisé avec Photoshop, j'ai réussi à obtenir ce que je vais qualifier de petit souvenir . Pas moyen de sortir du HOO, j'ai simplement coloré le Ha. Je pense que pour obtenir une résultat correct, il me faudrait un type 135MM F2 comme le Samyang et à minima pas de lune pour le OIII. Je présente mon petit résultat car ce rémanent est de de toute beauté et on voit sur le net des images magnifiques. Bonne nuit et à bientôt Alain
  41. 3 points
    Boujour les amis!... Hier 16h10TU, les nuages se sont enfin écartés, le soleil était déjà bien bas! Aujourd'hui à 15h07 TU (juste sorti d' INTI sans post-traitement):
  42. 3 points
    Bonjour à tous Je me suis offert le plaisir de comparer ma Canon T5I EOS Rebel avec la Sony a6500 avec le même objectif, le 300 mm de Canon. J'ai photographié la Lune à 100 iso, 1/800 sec et sur la Vixen Porta 2. Pour installer le 300 mm de Canon dans la Sony a6500, j'ai utilisé une bague. Et il y a quelque chose qui n'a pas fonctionné. Vous pouvez voir sur le dernier tif que la Lune ressemble à un casse-tête. Je n'ai aucune idée de la raison qui explique cela. Peut-être que la bague était mal mise ? Pourtant, je me suis appliquée pour bien faire. Le CR2 est un one shot au Canon tandis que l'ARW est un one shot avec la Sony. Voici le one shot non traité avec la Sony : Et la one shot non traité de Canon Et le résultat de 50% de 30 poses avec la Canon, PIPP, AS3 et Astrosurface : Vos commentaires sont les bienvenus Je trouve que mon empilement de 15 poses à la Canon est réussie. Les one shot (tant à la Sony a6500 qu'à la Canon T5I) sont réussis. Ce qui est un échec, c'est l'empilement de 20 poses avec la Sony, l'objectif Canon et la bague. Voici l'échec en question : Julie DSC01280.ARW IMG_7196.CR2 AS_stack_check_settings.tif AS_stack_check_settings.tif
  43. 3 points
    Bonjour, Cette vue du Soleil a été faite à 7h56mn (TU) le 12/2/2022, avec une lunette FSQ-85 F/D6.5, un hélioscope de Herschel Baader, un Sol'Ex, avec ASI178mm. Le film comprenait 14000 frames à la cadence 99 fps, l'exposition était réglée à 10 ms et le Gain à 20. La monture Takahashi ne permettant pas des vitesses x8 ou x16 VS, j'ai réalisé le scan entraînement arrêté, donc le temps de scan est autour de 2mn30s. INTI m'a fournit le fichier RAW seul, mais il a été facile de rendre sphérique ce Soleil très allongé, de plus il n'y avait pas de tilt. Avec la couleur rajoutée je trouve que ca donne un plus à l'image, même si c'est moins scientifique. C'est la première image correcte en Ha après plusieurs jours de tâtonnements. Ce montage si petit soit il promet de bons moments. Bonne journée. Patrick.
  44. 3 points
  45. 3 points
    J'ai placé une version avec la balance retouché et au final, un fond de ciel un peu plus clair... C'est du rapide; en semaine j'ai peu de temp pour faire plus.
  46. 3 points
    L'essentiel comme toujours avec Mr Muscle, c'est la com', le pipo, sonnez hautbois, résonnez musettes !!!! À nous la Lune, Mars... les étoiles, les galaxies, l'Univers, le multivers !!!!!!!!!! Je lui ai quand même trouvé une petite mine pendant son discours... Malgré la mise en scène grandiloquente il a été moins flamboyant. Il semble qu'il ait quelques petits soucis, et pas forcément que du côté de la FAA (qui a bon dos)..
  47. 3 points
    Et 440P Kobayashi qui ne bouge quasiment pas de la magnitude 19 ... Image du 4 Février - et animation à 65 mn d'intervalle
  48. 3 points
    Elektra (suite) : une photo sur le site de l'ESO : https://www.eso.org/public/france/images/potw2207a/ Entre Mars et Jupiter se trouvent certaines des reliques des débuts du système solaire : la ceinture principale d'astéroïdes. Cette ceinture est pleine d'astéroïdes inhabituels dont les origines révèlent les éléments constitutifs des premières planètes terrestres. Parmi ceux-ci, l'un des plus intrigants est Elektra, observé ici à l'aide de l'instrument SPHERE, installé sur le Very Large Telescope de l'ESO à Paranal, au Chili. Auparavant, Elektra était connue pour avoir non pas une mais deux lunes en orbite autour d'elle, représentées respectivement par les orbites orange et verte. Mais maintenant, une équipe d'astronomes, dirigée par Anthony Berdeu, de l'Institut national de recherche astronomique de Thaïlande, a découvert un nouveau satellite en orbite autour de l'astéroïde - représenté par l'orbite bleue. Cette découverte fait d'Elektra le tout premier système d'astéroïdes quadruples. Cette nouvelle lune, la troisième d'Elektra, provisoirement nommée S/2014 (130) 2, est plus proche de son astéroïde parent que les autres lunes, à une distance moyenne d'un peu moins de 350 km, et est 15000 fois moins lumineuse qu'Elektra. L'équipe a utilisé des données publiques provenant des archives scientifiques de l'ESO et une nouvelle technique de traitement pour révéler cette petite lune. Cette découverte aidera les astronomes à comprendre comment ces satellites se forment et, à son tour, fournit des informations cruciales sur la formation des planètes et l'évolution de notre propre système solaire.
  49. 3 points
    J'ai essayé de reprendre mon image. Pensant qu'il subsistait un gradient j'ai fait un traitement manuel dans SIRIL en supprimant le gradient sur les brutes. Mais le résultat en sortie de SIRIL est similaire sur ce point ... J'ai quand même traité cette seconde image mais cette fois sans chercher à faire disparaître les zones colorées (je les avais désaturé dans la première version). J'ai peut-être un petit gain en netteté et en bruit mais c'est pas folichon. D'où viennent ces plages de couleurs et comment puis-je les faire disparaître ? Pensez-vous qu'on puisse faire mieux avec cette image ? D'avance merci pour votre aide !
  50. 2 points
    Salut la communauté, dans le cadre de mon esclavage consentant pour le traitement des images du C2PU , et surtout maintenant que j'ai la fibre pour charger les données, @DVernet m'a demandé de reprendre 2 images qu'il avait déjà publiées en 2019. Il m'a envoyé toutes les brutes et DOF. Ces images ont été réalisées avec l'ancienne Sbig STX qui a rendu l'âme depuis et a été avantageusement remplacée par une QHY 600. La première image est celle d'Abell 1185 avec ses galaxies en interaction. sur celle-ci, j'ai obtenu un gain très significatif par rapport à la première version où des soucis de FDC avaient empêché un travail plus poussé. Je trouve l'image très profonde, même si la STX est moins sensible et plus bruitée que la QHY à laquelle je suis maintenant habitué. Je vous mets la full puis un crop pour ceux qui ne cliquent pas les fulls (ce qui serait une erreur ici, il y a des pétouilles partout). La 2e image est une image de NGC 206 dans M31 en HaLRVB. Sur celle-là le gain est moins net car David avait déjà fait un excellent boulot. La granulation stellaire est tout de même améliorée et j'ai passé un peu de Ha dans la luminance. On a beaucoup échangé sur le rendu final tous les deux, en mixant plusieurs nouvelles versions avec l'ancienne de David. Le contraste et la saturation sont assumés (je veux dire que c'est voulu et non un accident de traitement). Ca ne plaira pas à tout le monde, je sais, mais nous on aime bien. Et comme sur celle là @Superfulgur n'est pas impliqué, ben on s'est lâchés . Données techniques : Abell 1185 : L 270 x 1mn + RVB 3x90x1mn. Soit 9h. NGC 206 : L 240 x 1mn + Ha 180 x 1mn + RVB 3x90 x 1mn. Soit 11h30. Seeing moyen à juste passable sur les deux images (empilées à 1,6" et 2" en luminance). Place au spectacle : ABELL 1185 : Lien Astrobin : NGC 206 DANS M31 : Lien Astrobin : Bon ciel les amis. JF