Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 05/09/24 in all areas

  1. 15 points
    Bonjour tout le monde Du soleil ce matin en Bretagne , on en profite . Hier j'ai collimaté le C11 ....après ses 3000 km depuis le Maroc , disons que c'était nécessaire et tests ce matin sur le soleil . Le seeing était bon à très bon . C11 + ASI290MM + Filtre Rouge , j'ai passé le Vert, mais moins bon Duration=20.000s, Frames captured=1642, FPS (avg.)=82 , Shutter=0.587ms Gain=0 (0%) Bernard_Bayle
  2. 13 points
    Salut, la nuit dernière il fallait être patient. Météo France prévoyait un ciel dégagé dès la soirée sur Paris, malheureusement il à fallu attendre minuit pour que l'épaisse couche nuageuse dégage enfin . Trop tard pour commencer un nouveau projet mais suffisant pour en terminer un commencé en 2022. La vedette de ce champ est la galaxie dite du Héron, couple de galaxies spirales en interaction NGC 5394 et 5395, ou Arp 84, à environ 107 millions d'années lumière. Plus à droite se trouve la galaxie lenticulaire NGC 5380 à109 millions d'a.l., puis enfin la photogénique spirale barrée NGC 5378 à environ 136 millions d'a.l. En 2022 j'avais fait 200*60 sec en luminance, 30*60 sec en R et B que j'avais assemblé avec une couche verte synthétique. @FranckiM06 avait fait remarqué à juste titre que la galaxie manquait de couleurs, je lui avait promis de shooter une vraie couche verte, mieux vaut tard que jamais J'ai donc pu ajouter 200*60sec en luminance (donc 6h40 de luminance au total) et 25*60sec pour une véritable couche verte. Voici le champ complet (clic droit pour la full) : Un recadrage : Et la luminance annotée : J'ai dû me résoudre à utiliser la couche verte synthétique pour les étoiles en raison de halos asymétriques, la couche verte "bio" n'a servi que pour les galaxies. Bonne journée, Dan Données techniques Astrographe newton 200/800 carbone optiques Zen + Wynne 2.5", focale effective 750mm (échantillonnage 0,66"/pix) Monture : AZEQ6 (2022) puis AP900 (2024) Train d'imagerie : ASI183mm+filtres LRGB ZWO, guidage OAG + ASI120mini + ASIAIRv1 Luminance : 200*60sec en 2022, même chose en 2024 Chrominance : 30*60sec par couche R et B en 2022, 25*60sec pour la G en 2024 Empilement Siril, traitement PI et Rawtherapee Conditions de prise de vue : pollution lumineuse (Tour Eiffel à 20km), turbulence moyenne
  3. 11 points
    Bonjour, Un peu de Soleil ce jour, qui m'a fait installer le scope muni de son filtre AS D=5 Les nuages sont aussitôt apparus esprès pour me faire ch de l'ombre J'ai pu extraire une image du groupe de taches très étendu qui agrémente le disque solaire en ce moment TN192 F/D:14 et ASI 662MC Mon flat a foiré, ce qui fait qu'il y a des taches parmi les taches Bonne ascension (par la face Nord ?) Glob
  4. 10 points
    Bonjour à tous, Deuxième nuit dégagée en quelques jours, de plus en période de nouvelle Lune, ce n'était pas arrivé depuis bien longtemps. Voici donc la fameuse galaxie NGC 4565 toujours capturée avec mon fidèle Fuji X-T1. Ja'i aussi suivi les conseils de Danielo et abandonné mon filtre Optolong L-Pro, c'est vrai que les couleurs sont beaucoup plus présentes. Télescope Newton Skywatcher 150/750 mm PDS modifié, correcteur MaxField TS Optics x095, APN Fuji X-T1 (non défiltré) à 800 ISO, sur monture HEQ5+ (sans autoguidage). 118 poses de 1 mn traitées avec SIRIL, GraXpert et Photoshop. Stéphane
  5. 10 points
    Salut à tous, Très pratique le site SDO pour suivre l'évolution des taches, et actuellement le principal groupe est devenu très spectaculaire. Superbe en visuel avec la lunette de 107mm. En imagerie: Lunette APM 107/700 avec filtre continuum, barlow 2X, hélioscope Lunt et camera ASI290mm. Jean-Yves
  6. 10 points
    Salut les ami(e)s, je voulais copier ( de loin ) Matthieu et Stéphane à la première occasion , ce fut ce matin très tôt ! Grosse turbu malheureusement mais bon, c'est dans la boite. Le Gif ressemble à un jeu, j'en ai au moins 3 de façon certaine. C9 + réducteur optique 0,64x + ASI462MM sans filtre. 18 sers de 2 minutes ( roi 1024x664, expo 100ms, gain 493, 1200 images par film ) + 1 ser dark de 00H09 à 2H15 local, soit 2 heures en gros. 400 images retenues par film dans AS3. Traitement avec Astrosurface : HDR contrast à la valeur 30 + wavelets avec déconvolution Lucy Richardson ( valeur 6 ). Traitement final avec Iris : COREGISTER2 ( la monture n'est pas parfaitement en station ) + NOFFSET2 . Je vous laisse trouver les lanternes cosmiques ! Gif à la taille de 100% :
  7. 8 points
    Bonjour à tous, superbe spectacle depuis la haute Ariège... Lunette VAF 150mm APO F/7 + ERF + modif PST + BF-15 + barlow 3x / Basler 1920-155 Phil : photoastro.com
  8. 8 points
    Merci les gars ! Stéphane, pas facile pour flécher, j'ai agrandi le gif, accéléré et détouré quelques zones : Peut-être une quatrième :
  9. 7 points
    Bonjour à tous, Alors hier au soir, j'ai enfin pu ressortir mon setup (10µ avec la TSA 120 et la 2600MC) . Il était temps car j'étais au bord de la crise de nerfs . Il m'a fallu une demi-heure le temps d'enlever les toiles d'araignées . Bon, cette nuit je me suis remis sur ma M89 et sa couronne mais avant ça, j'ai fait quelques poses sur cette belle petite comète qui se trouve dans la Vierge actuellement. Donc, voici la petite C/2023 A3 Tsuchinshan-Atlas avec juste à côté une belle petite spirale barrée de magnitude 13; NGC 4904. J'ai fait seulement 10 x 180s avec le filtre UV/IR/L :
  10. 7 points
    salut a tous ce matin enfin du ciel bleu les nuages sont revenu pour midi cette fois ci fallait pas loupé cette tache solaire voici les images
  11. 7 points
    bonjour, ciel bleu ce matin que du bonheur , un peu turbulent ???? pas un nuage en vue. du Ha bande étroite (~1nm) et du Ha bande large (7nm) pour un même groupe de taches Paul
  12. 6 points
    M100 (NGC 4321) dit Galaxie du Sèche-cheveux est une vaste galaxie spirale intermédiaire de grand style vue de face. Elle est située dans la constellation de la Chevelure de Bérénice Elle fait partie du groupe de M87. M87 et M100 font partie l'amas de la Vierge et ils comptent parmi les membres importants de cet amas. Ses bras très nettement définis sont peuplés de jeunes étoiles bleues nées des interactions de la galaxie avec ses voisines. Distance : 66,5 millions d'années-lumière (méthode des céphéides) Exifs : 85x120s à 1000 iso, Canon 60D dé-filtré DOF (15-25-25) Autoguidage lunette 60D, GPcam2 SW Quattro 250P (250/1000) EQ6 rPro Traitement : Siril + LR
  13. 6 points
    Bonjour à toutes et tous, Le premier Mai, lorsque les conditions sont enfin réunies pour faire un peu d'imagerie, on ne chôme pas, on n'hésite pas non plus à travailler de nuit ! Le setup : C11 XLT + ASI178MM + filtre rouge Baader + AstrosurfaceV2 + photoshop distance 373600 km, élévation 46° au dessus de l'horizon, seeing 6 à 7/10 J'ai peaufiné un peu le traitement et innové en réduisant le bruit bonne ballade Pitatus, Hésiodus et leurs rimae respectives Hainzel et Schiller Clavius : Platon et son jeu d'ombres portées: détails de la muraille externe d'Archimède, dont l'intérieur est plongé dans la nuit : l'extrémité des Appenins, Eratostène, le cratère fantôme Wallace et Stadius Copernic, Stadius et Eratostène : Le mur droit ( ou le mur blanc ?), rima Birt et Thebit : Lionel
  14. 5 points
    Salut, une nuit dégagée sans lune ce n'était pas arrivé depuis bien longtemps Il fallait quand même être efficace car le temps de ciel noir raccourcit à vue d'œil dans le nord (moins de 4h de nuit astronomique déjà). Seeing correct dans l'ensemble, mais quelques pics dans le suivi assez étranges, comme les copains d'IdF. Voici donc M102, ou NGC5866, ou encore la Galaxie du Fuseau, une lenticulaire relativement proche, à environ 40 millions d'a.l., caractérisée par une très fine bande de poussières. Comme d'habitude j'ai choisi le cadrage pour inclure un maximum d'autres galaxies, y compris une jumelle de M102 tout à droite. Le champ complet (clic droit pour la full) Un recadrage Et enfin la luminance annotée (galaxies NGC et PGC + quasars repérés par leur redshift) Vers le centre on voit un quasar de redshift z=4,5.... les photons recueillis ont donc été émis il y a 12,4 milliards d'années Bon week-end à rallonge , Dan Détails techniques : Astrographe 200/800 carbone optiques Zen + Wynne 2.5" sur AP900 ASI183mm (0,66"/pix) Guidage OAG + ASI120MM, ASIAIRv1 Luminance 220*60sec à gain 110, -10 °C Chrominance 20*60sec à gain 110, -10 °C par couche Turbulence correcte (FWHM médiane 2" après empilement), pollution lumineuse de l'IdF, ciel humide
  15. 5 points
    Bonsoir les soleilleux, Après toutes ces superbes images du 8 mai, je vous propose mon soleil du 9 Mode super cool au Seestar un peu avant midi, addition de 24 images Astrosurface, un poil de Sharpen et un soupçon de HDR : J'ai tenté aussi le zoom x2 à la prise de vue sur le Seestar mais pas très convaincu du résultat : Quand même assez sympa ce jouet Bonne soirée, AG
  16. 5 points
    Les conditions atmosphériques étaient très bonnes tôt ce matin et j'ai sorti mon spectrohéliographe à grande ouverture pour la première fois depuis l'automne dernier. Gauche : H-alpha SHG, ouverture de 106 mm. Pile de 18 scans. À droite : Ca-H SHG, ouverture de 72 mm. Pile de 17 scans. Fente en quartz chromé de 9 microns de large, 12 mm de long. Filtre Astronomik L1. Réseau de diffraction de 2400 l/mm, 50mm x 50mm. ZWO 183MM, ZWO EAF. La résolution spectrale de l'image H-alpha est d'environ 0,12 angström et celle de Ca-H d'environ 0,21 angström. Cliquez sur l'image pour l'agrandir, mais pour la voir en pleine résolution, vous devez l'ouvrir dans un nouvel onglet.
  17. 5 points
    salut a tous images de ce matin avec cette fois ci des nuages venu du nord et du vent Newton 200 fd/4 carbone Zwo-174 pour le L/B voici quelques shoot avec cette belle tache solaire jean-marc
  18. 5 points
    merci Thierry il y avait aussi une belle protu jean marc
  19. 4 points
    Bonsoir, Toujours dans le cadre d'un projet d'imagerie du catalogue Messier, je me suis attardé sur le couple M95 et M96 durant les lunaisons de mars et avril dernier (image à venir ) et suis tombé par hasard sur la supernova SN2024gda découverte le 09 avril 2024 à 07h54 UTC par la programme de surveillance ATLAS, à la magnitude 19.4 ( https://www.wis-tns.org/object/2024gda ). Ça tombe bien puisque ma première séquence d'images datait de la nuit du 15/16 mars et la seconde de celle du 09/10 avril, pratique pour faire un blink sur l'apparition de la SN : La vidéo détériore la qualité des images, autre essai en N&B du coup : Et les 3 mêmes images sous forme d'une planche : ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% ) Il n'y a donc rien le 15 mars au soir et je la mesure à V=17.4 les 09 et 11 avrul au soir. Noyée dans le bras de galaxie, près d'une zone dense de celui-ci qui plus est, la SN ne saute vraiment pas aux yeux ! @pleclech94 je suis vraiment admiratif de voir que tu l'as détectée au C8 sur des brutes de 3 min : un grand bravo encore Pour ceux qui n'auraient pas vu ce post, voici le lien: Très bon ciel à toutes et tous
  20. 4 points
    Bonsoir faite à l'instant, bonne soirée (je sais qu'elle est floue, bougée et moche, mais c'est la mienne ! !
  21. 4 points
    Dessin effectué ce matin entre 10h45 et 11h15. Lunette zeiss 63/840. Filtre pleine ouverture astro Solar densité 5. Oculaire ortho zeiss 10mm. Bonne clarté turbulence moyenne. À noter qu'après le dessin j'ai ajouter un filtre zeiss spécial mars, et l'image fut transformée avec beaucoup de nuance et de détails. Prochain dessin je garderai cette formule.
  22. 4 points
    bonjour. J'ai profité de la superbe tache solaire du moment et de la protu hier (comme beaucoup ) ma petite contribution à la lunette 107/700,barlow 2x , prisme de Herschel et coronado SMII 90mm malheureusement la turbulence était assez présente ! j'espère pouvoir ressortir demain ,mais la famille profite de ce long week end pour venir dire bonjour, ça occupe !
  23. 4 points
    bonjour, et bien, on est nombreux à imager le soleil en ce 08 mai j'y vais également de mes scans en SolEx en Ha et CaK. Les acquisitions sont faites avec un SolEx sur une SW72ED, avec filtre Hoya ND16; SharpCap, puis les traitements avec INTI/AutoStakkert/Gimp et pixinsight pour la couleur ... les conditions étaient pas forcément optimales, mais les nuages sont arrivés en fin de journée au moment où c'est le plus stable chez moi ... a+ vincent
  24. 4 points
    Malgré le fort mistral je n'ai pu résisté à immortaliser ce magnifique groupe de taches. TsOptic 94 EDPH + ASI462MC (IR cut) + filtre Explore Scientific densité 5 (80 mm) sur ma vielle GP Vixen.
  25. 4 points
    Avec un peu de vent du coté de Antibes, mais beau ciel clair, le Soleil ce 8 mai avec Sol'Ex en mode SunScan, avec une focale de 200 mm et un diamètre de 25 mm : Et une image continuum prise avec le nouveau Vespera Pro (une seule trame) : Les setups : Christian B
  26. 3 points
    Des moyens de calcul toujours plus puissants permettent à la NASA de proposer de nouvelles simulations spectaculaires : (Traduction automatique) https://science.nasa.gov/supermassive-black-holes/new-nasa-black-hole-visualization-takes-viewers-beyond-the-brink/?utm_source=TWITTER&utm_medium=NASA&utm_campaign=NASASocial La nouvelle visualisation des trous noirs de la NASA emmène les spectateurs au-delà du bord du gouffre Vous êtes-vous déjà demandé ce qui se passe lorsque vous tombez dans un trou noir ? Désormais, grâce à une nouvelle visualisation immersive produite sur un superordinateur de la NASA, les spectateurs peuvent plonger dans l’horizon des événements, le point de non-retour d’un trou noir. « Les gens posent souvent des questions à ce sujet, et la simulation de ces processus difficiles à imaginer m’aide à relier les mathématiques de la relativité aux conséquences réelles dans l’univers réel », a déclaré Jeremy Schnittman, astrophysicien au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, dans le Maryland, qui a créé les visualisations. « J’ai donc simulé deux scénarios différents, l’un où une caméra – un substitut pour un astronaute audacieux – manque de peu l’horizon des événements et se fait renvoyer façon lance-pierres, et l’autre où elle franchit la frontière, scellant son destin. » Les visualisations sont disponibles sous plusieurs formes. Les vidéos explicatives agissent comme des guides touristiques, éclairant les effets bizarres de la théorie de la relativité générale d’Einstein. Les versions rendues sous forme de vidéos à 360 degrés permettent aux téléspectateurs de regarder tout autour d’eux pendant le voyage, tandis que d’autres se jouent comme des cartes plates du ciel. Pour créer les visualisations, Schnittman s’est associé à son collègue scientifique de Goddard, Brian Powell, et a utilisé le supercalculateur Discover du Centre de simulation climatique de la NASA. Le projet a généré environ 10 téraoctets de données, soit l’équivalent d’environ la moitié du contenu textuel estimé de la Bibliothèque du Congrès, et a pris environ 5 jours de fonctionnement sur seulement 0,3 % des 129 000 processeurs de Discover. Le même exploit prendrait plus d’une décennie sur un ordinateur portable typique. La destination est un trou noir supermassif de 4,3 millions de fois la masse de notre Soleil, soit l’équivalent du monstre situé au centre de notre galaxie, la Voie lactée. « Si vous avez le choix, tombez dans un trou noir supermassif », a expliqué Schnittman. « Les trous noirs de masse stellaire, qui contiennent jusqu’à environ 30 masses solaires, possèdent des horizons d’événements beaucoup plus petits et des forces de marée plus fortes, qui peuvent déchirer les objets en approche avant qu’ils n’atteignent l’horizon. » Cela se produit parce que l’attraction gravitationnelle à l’extrémité d’un objet plus proche du trou noir est beaucoup plus forte que celle à l’autre extrémité. Les objets qui tombent s’étirent comme des nouilles, un processus que les astrophysiciens appellent la spaghettification. L’horizon des événements du trou noir simulé s’étend sur environ 25 millions de kilomètres, soit environ 17 % de la distance entre la Terre et le Soleil. Un nuage plat et tourbillonnant de gaz chaud et incandescent appelé disque d’accrétion l’entoure et sert de référence visuelle pendant la chute. Il en va de même pour les structures lumineuses appelées anneaux de photons, qui se forment plus près du trou noir à partir de la lumière qui l’a orbité une ou plusieurs fois. Une toile de fond du ciel étoilé vu de la Terre complète la scène. Au fur et à mesure que la caméra s’approche du trou noir, atteignant des vitesses de plus en plus proches de celle de la lumière elle-même, la lueur du disque d’accrétion et des étoiles d’arrière-plan s’amplifie de la même manière que le son d’une voiture de course venant en sens inverse augmente en hauteur. Leur lumière apparaît plus brillante et plus blanche lorsqu’on regarde dans la direction du déplacement. Les films commencent avec la caméra située à près de 400 millions de miles (640 millions de kilomètres) de distance, avec le trou noir remplissant rapidement la vue. En cours de route, le disque du trou noir, les anneaux de photons et le ciel nocturne sont de plus en plus déformés – et forment même de multiples images à mesure que leur lumière traverse l’espace-temps de plus en plus déformé. En temps réel, la caméra met environ 3 heures à tomber à l’horizon des événements, exécutant près de deux orbites complètes de 30 minutes en cours de route. Mais pour quiconque observe de loin, il n’y arrivera jamais tout à fait. Au fur et à mesure que l’espace-temps se déforme de plus en plus près de l’horizon, l’image de la caméra ralentit et semble se figer juste en dessous. C’est pourquoi les astronomes appelaient à l’origine les trous noirs des « étoiles gelées ». À l’horizon des événements, même l’espace-temps lui-même s’écoule vers l’intérieur à la vitesse de la lumière, la limite de vitesse cosmique. Une fois à l’intérieur, la caméra et l’espace-temps dans lequel elle se déplace se précipitent vers le centre du trou noir – un point unidimensionnel appelé singularité, où les lois de la physique telles que nous les connaissons cessent de fonctionner. « Une fois que la caméra traverse l’horizon, sa destruction par spaghettification n’est qu’à 12,8 secondes », a déclaré Schnittman. De là, il n’y a plus que 79 500 miles (128 000 kilomètres) jusqu’à la singularité. Cette dernière étape du voyage est terminée en un clin d’œil. Dans le scénario alternatif, la caméra orbite près de l’horizon des événements, mais elle ne traverse jamais et s’échappe pour se mettre en sécurité. Si un astronaute pilotait un vaisseau spatial lors de ce voyage aller-retour de 6 heures alors que ses collègues d’un vaisseau-mère restaient loin du trou noir, elle reviendrait 36 minutes plus tôt que ses collègues. C’est parce que le temps s’écoule plus lentement près d’une source gravitationnelle forte et lorsqu’il se déplace près de la vitesse de la lumière. « Cette situation peut être encore plus extrême », a noté Schnittman. « Si le trou noir tournait rapidement, comme celui montré dans le film de 2014 « Interstellar », il reviendrait beaucoup plus jeune que ses compagnons. » Plus d'animations ici : https://svs.gsfc.nasa.gov/14576
  27. 3 points
    Dans la matinée du 7 mai, j'ai pris des images H-alpha et Ca-H au spectrohéliographe (SHG) en utilisant mon triplet APO SHG. L'après-midi, j'ai changé d'instrument pour utiliser mon 80ED SHG que j'ai optimisé pour l'imagerie infrarouge. Le réseau était de 1800 l/mm au lieu de 2400 l/mm afin d'accéder à des longueurs d'onde plus grandes. J'ai également utilisé une fente lithographique formée avec du chrome de 400 nm d'épaisseur, au lieu du chrome de 200 nm que j'utilise habituellement. Les fines couches de chrome sont de plus en plus transparentes aux grandes longueurs d'onde, de sorte que la couche de chrome plus épaisse, plus opaque, a permis d'améliorer le contraste de l'image. Dans le domaine visible, j'utilise également un filtre Astronomik L1 UV/IR pour limiter la charge énergétique du système. Pour l'infrarouge, j'ai utilisé un filtre Astronomik ProPlanet 807 pour réduire la charge énergétique et agir comme un filtre d'ordre (parce que la lumière bleue de deuxième ordre se superpose à la lumière IR de premier ordre). Gauche : Calcium 854.2 nm avec Skywatcher 80ED (ouverture 80mm, longueur focale 600mm). Exposition 4.0ms, gain 50 (9%), 241fps. Caméra IMX 178. Pile de 23 images. A droite : Calcium 396.8 nm avec APO triplet (ouverture 72mm, longueur focale 720mm). Exposition de 3,0 ms, gain 50 (11 %), 318 images/s. Caméra IMX 183. Pile de 17 images. Notamment, la longueur d'onde infrarouge ne montre que des protubérances extrêmement faibles alors que la ligne Ca-H montre des protubérances très clairement. Les filaments sont également moins visibles dans l'infrarouge. L'ouverture complète de 80 mm du Skywatcher 80ED a un critère de Rayleigh de 2,7 arcsec. En utilisant le réseau de 1800 l/mm, la résolution spectrale est de 0,16 angstrom. Le télescope triplet APO, masqué à 72 mm, a un critère de Rayleigh de 1,4 arcsec. Avec le réseau de 2400 l/mm, la résolution spectrale est de 0,21 angström. J'avais précédemment constaté que les APO triplets, bien qu'optimisés sur l'ensemble de la gamme visible, avaient des performances assez médiocres dans l'infrarouge. Le doublet ED, même avec une ouverture de 80 mm, donne des images infrarouges beaucoup plus nettes.
  28. 3 points
    turbue pas terrible , mais on va pas faire le difficile surtout en ce moment ..... le groupe de taches ..... l eruption du moment et ce que je préfere , les limbes qui donnent une impression 3D, pas mal de details ds la première , surement un moment calme vue rapprochée sur une autre prise comme dab 125 Altair avec IMX432 et le quark
  29. 3 points
    Bonjour à tous, Le soleil s'étant décidé à montrer le bout de son nez en ce 8 mai, il était tentant de sortir le Sol'Ex. Agréable surprise, une belle protubérance était bien visible ! Même si des nuages d'altitude gâchent un peu la fête et limitent la transparence, voici une petite promenade sur notre soleil à différentes longueurs d'ondes. Pour les plus pressés, voici un panneau récapitulatif, le détail ci-dessous. Tout d'abord, le soleil en H-Alpha. Empilement de 4 images, traitement JSol'Ex 2.2.3. Les images ont été obtenues avec une lunette Photoline FLP53 avec un réducteur 0.79 et diaphragmée à 55mm. Pour obtenir cette image je suis passé par le mode batch avec un script permettant d'empiler le tout : [params] # banding correction width and iterations bandingWidth=25 bandingIterations=3 # autocrop factor cropFactor=1.2 # contrast adjustment clip=1.1 [tmp] corrected = fix_banding(img(0);bandingWidth;bandingIterations) corrected2 = fix_banding(img(-10);bandingWidth;bandingIterations) continuum= fix_banding(img(60);bandingWidth;bandingIterations) [outputs] decon=rl_decon(corrected) decon2=rl_decon(corrected2) decontinuum = rl_decon(continuum) [[batch]] stacked=auto_contrast(stack(decon);1.5) stacked2=auto_contrast(stack(decon2);1.5) stacked_continuum=sharpen(auto_contrast(stack(decontinuum);1.2)) protus=asinh_stretch(disk_fill(remove_bg(stacked));1200;6) color=colorize(asinh_stretch(stacked;1200;8);"h-alpha") grid=draw_solar_params(draw_globe(draw_obs_details(stacked))) Décalé de 10 pixels (~0.63Å) : La carte de repérage : Les magnifiques protubérances : La version "couleur" : Et le continnum (décalage de 60 pixels) : Il aurait été dommage de s'arrêter là, voici donc la version H-beta : En hélium : Magnésium (b1) : Calcium K : Et calcium H : Les images en calcium sont celles qui m'ont donné le plus de fil à retordre, je n'en suis pas complètement satisfait. Mais quoi qu'il en soit, quel bonheur de retrouver enfin le soleil ! Enfin, utiliser un réducteur était plus simple pour pouvoir visiter rapidement le spectre, mais il est aussi possible de passer en focale plus longue (480mm) et de stacker/créer une mosaïque. C'est ce que j'ai fais ici, avec 2 images par panneau (nord/sud) stackées et composées avec JSol'Ex encore une fois: J'ai utilisé ce script de post-traitement de mosaique : rescaled=autocrop2(image;1.1) sharpened=rl_decon(rescaled) [outputs] compo=auto_contrast(sharpened;1.5) protus=asinh_stretch(disk_fill(sharpened);1200;8) Je ne peux pas terminer sans la traditionnelle animation, décalage de pixels de -30 à 30, permettant de voyager à travers l'atmosphère solaire : https://family.champeau.me/index.php/s/BTojq3daSazi6xo Voilà pour aujourd'hui !
  30. 3 points
    Merci les amis. J'ai eu de la chance pour le seeing. Bien envie d'essayer au 200mm demain.
  31. 3 points
    Une magnifique protubérance d'envergure ! ce 8 Mai 2024 photo réfracteur 185 mm APO Askar - Fabry Perot PST prototype optimisé et pour la deuxième photo double stack avec deux fabry Perot PST , Barlow 2x et camera player one
  32. 3 points
    Merci beaucoup @sebseacteam, @Pascal C03, @polo0258, @FranckiM06, @COM423 et @jpl34390 ! Bon ciel également, Dan
  33. 3 points
    Le transit de la veille Transit duration : 156.7 minut +/- 3.6 Transit depth : 0.0216 mag Calcul du rayon de la planète : Rayon planète = (racine de la variation de flux) x (rayon étoile) Rayon planète = (racine 0.0216) x ( rayon soleil x 1.25) Rayon planète = 127 925 km Dans la littérature, le rayon de la planète est plutôt de l'ordre de 108 000km, ça colle bien
  34. 3 points
    Je n’ai pas trouvé de grandes nébuleuses diffuses à shooter dans le créneau 23h-2h du matin. Je suis donc allé sur la région de la Vierge faire du grand champ galactique. Matériel : Canon EOS 6D avec Samyang 135 mm sur monture Heq5 Réglages : Ouverture : f/2.8 Longueur focale : 135 mm Sensibilité ISO : 3200 Temps d’intégration : 100 x 1mn Images de calibration : 0 Dark, 200 Offsets, 100 Flats, BPM Logiciels : Empilement : APP Traitements : Pixinsight
  35. 3 points
    Mouais, pas mal, pas mal C'est vrai qu'en 2h, on ne voit pas toutes les variables, qui ont des périodes d'environ 10h. Et puis il y a quelques variations de rendu, ce qui ne facilite pas les choses. Avec une turbulence fluctuante, c'est pas évident de remarquer ces petites variations. J'en ai repéré 5. Sans tricher ! Matthieu
  36. 3 points
    Bonsoir, je vous ai tous lu et finalement je reconnais que cette "douche", que j'ai trouvée un peu froide , était finalement salutaire, et je vous en sais gré J'ai posté, dans un enthousiasme excessif, ce qui m'a amené à écrire un peu n'importe quoi. J'avoue moi aussi que j'ai eu des expériences douloureuses sur d'autres forums. Et je reconnais qu'ici les gens sont plutôt corrects Ce qui m'a amené à prendre les remarques pour moi, et non pour la non-cohérence des informations que j'exprimais, vient du fait que lorsque j'imagine quelque-chose, c'est comme si je devenais moi-même le sujet auquel je pense. Tout mon être est habité par l'objet de mes pensées, c'est très "possédant". Et la partie cérébrale qui doit normalement s'occuper des analyses, du tri, des comparaisons avec des données de référence, ainsi que de la communication devient comme inhibée. C'est aussi la raison pour laquelle je n'ai pas vraiment pris conscience sur le moment de la réponse assez tranchante que j'ai publiée. Les remarques reçues, sont alors prises comme des attaques personnelles Après avoir mis un couvercle sur cet évènement et laissé de côté , à tête reposée je rejoins le sentiment exprimé par le groupe, du décalage et des incohérences Mais cela prend du temps, et ne peut se faire seul. Il faut aussi des aides extérieures, que j'ai sollicitées... Donc oui, je reconnais avec humilité que j'étais parti un peu en vrille. Et comme m'a dit un ami : "il faut accepter beaucoup d'humiliations pour gagner en humilité...". 2ème point : Oui, les auteurs d'ouvrages sont en effet des personnes qui ont parcouru un bout de chemin bien plus long que ceux qui n'ont pas fait cet exercice de collecte d'information, de synthèse, de pédagogie, et de relectures de nombreuses fois, par soi et par des pairs. Cela permet d'atteindre un niveau et une acuité sur un sujet, qui est précieux pour ceux qui veulent s'y référer. Encore faut-il appliquer sa volonté à lire les informations de ces ouvrages de référence, ce que j'ai plus ou moins fait à un moment, mais que j'aurais du refaire avant de foncer tête baissée. 3ème point : Ce qui m'a plu dans certain développements persos, ce n'est pas forcément d'avoir réalisé un truc impossible, mais c'est plutôt les petites pépites trouvées sur le chemin. A un moment (2006), j'ai imaginé le "Cagnoteur" : (prototype intégralement câblé en wrapping avec circuit sur supports) qui enregistrait le montant de la valise au moment où la valeur était indiquée par Vincent Perrot (basé sur le principe d'un enregistreur dans une RAM FIFO en boucle, associé à un à filtre à crevasse pour détecter finement une fréquence sonore afin de stopper l'enregistrement), ce qui m'a permis ensuite d'imaginer la ram fifo pour le replay intégré dans des TVs (mais cela existait déjà). Avec le cagnoteur, l'objectif était d'en finir avec les sanglots en direct à la radio des petites grand-mères qui écoutaient l'émission depuis plus de 20 ans, et qui décrochaient le téléphone après être allées chercher une bricole à la cave, ou passait l'aspirateur, ou autre chose, et qui avaient, bien-sûr, manqué le montant indiqué 30s avant. Contact pris par téléphone avec la radio, mais jamais développé, la peur du vol d'idée... Dernier point : l'idée souvent exprimée que "puisque qu'ils ne savaient pas que cela était impossible, il l'ont fait". Avec l'idée du stabilisateur de faisceau optique, je suis complètement tombé dans ce créneau. Et là je me suis dit : "bingo, je fonce !". Vous connaissez la suite... Je ne vais pas étaler ma vie personnelle, mais c'est un assemblage plus ou moins empirique, d'expériences diverses, parfois, voire souvent, fructueuses, qui peut conduire à ce type de raisonnement. En effet, la prudence doit être de mise, autant pour épargner ses efforts, et donc sa santé, que son argent... Bien à vous
  37. 2 points
    Bonjour, La comète C/2021 S3(Panstarrs) est passée au périhélie il y a pès de 3 mois et fut un bel objet (elle a brillé vers la mag 10), je vous en avais déjà parlé en mars : Elle est donc sur le déclin, mais par un effet de perspective, elle est magnifique en cette fin avril : la Terre a croisé le 26 avril le plan orbital de la comète, ce qui rend la queue particulièrement bien visible : Voici une pose unique de 60s : et le résultat du compositage : ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% ) Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut, Nord à peu près en Bas Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering pour une pose sur deux Nuit du 29 au 30 avril 2024 entre 00h13 et 02h51 utc 61 poses de 60s à -15°C, Temps d'intégration de 01 h 01 min Traitement Siril-1.2.1, Finition avec Gimp 2.10.28 et GraXpert 3.0.0 Échantillonnage natif de 1, 25"/pixel La coma fait encore 2.4' de diamètre et on suit donc la queue sur 43' de longueur, vers PA=262°. Voici les mesures photométriques : magnitude totale, m1 = 11.5 (rayon d'ouverture de 1.3') magnitude nucléaire : m2 = 13.9 (rayon d'ouverture de 6") La nuit fut très compliquée, avec de nombreux passages nuageux... Je tenais absolument à tenter le coup, avant que l'effet de perspective ne soit terminé, alors j'ai patiemment attendu : près de 3h dessus pour en extraite 1h à peine Mais je suis très content du résultat au final J'espère qu'il vous plaira aussi, même si je n'ai pas fait le montage comète + étoiles figées (trop long à la main ). Bonne soirée et bon ciel à toutes et tous !
  38. 2 points
    Bonjour à tous, En 2018, avec le télescope Janus Sud nous avions déjà fait une photo de cette galaxie, mais depuis nous avons changé de camera pour un capteur offrant 4 fois plus de champ, tout en travaillant avec un échantillonnage toujours aussi intéressant. Cette nouvelle photo, nous permet d'aller chercher le jet dans son ensemble. Il reste faible, mais il est visible jusqu'à l'extrémité haute du capteur. Il y en a surement d'autres, mais la seule image que j'ai facilement trouvé en référence de comparaison, et avec un niveau de détail proche est réalisé en 2012 par le télescope de 2.2m de la Sila. https://www.eso.org/public/images/eso1221a/ Cette image intègre les composantes LRVB, mais aussi Ha et OIII. Car le jet ne peux pas être traité sans regarder les deux bandes. On observe les parties très bleu et riche en jeune étoiles par exemple, avec une belle séparation dans la deuxième partie du jet. On voit aussi que la partie la plus brillante du jet est contient plus d'OIII que de Ha. Le tout montre un niveau de détail vraiment très intéressant que l'on retrouve aussi sur l'image réalisé par l'ESO prouvant que rien n'est inventé par le traitement. Le coté technique: Télescope JANUS Sud situé à l'Hacienda des Étoiles au Chili. Temps de pose: Couche L, 10h de pose. Couche R, V et B: 1h45mn de pose par couche. Couches Ha et 0III avec 6h par couche. Poses élémentaires de 5min. Les meilleures images élémentaires présentent un seing de 1 sec d'arc, et la moins bonne retenue de 2.2 sec d'arc. L'image finale a un seing d'environ 1.4 à 1.5 sec d'arc. Télescope de type Newton de 520mm de diamètre FD 3.5. Echantillonnage de 0.4 sec d'arc par pixel. Camera ZWO 6200MM-PRO. Filtres Baader LRVB, Ha et OIII avec la roue à filtres ZWO. Motorisation Directdrive Alcor System. Correcteur de Champ 4 pouces Alcor System. Conception mécanique de l'ensemble du télescope (tube et monture) de Michel Meunier. Fabrication de la monture TELESCOPECAST. Piloté en automatique sous NINA, vérification des images sous Prism V11, prétraitement sous PixInsight, et traitement final sous PixInsight et CS2022. Utilisation de BXT. Voici l'ensemble de l'image, mais surtout à regarder en pleine trame, ne pas hésiter à se promener!! Le fond de ciel vaut aussi largement le détour. Nous avons rattrapé notre retard en traitement, on a de belles choses à vous montrer par la suite:-). Amitiés et Bonne Astro à tous!!! La JANUS Team Michel Meunier et Laurent Bernasconi http://team-janus.astrosurf.com/ https://www.facebook.com/JanusTeamNordSud/
  39. 2 points
    Et pour compléter mon post précédent, les images du 09/05 : (lunette 102 mm / ERF / Quark / ASI 174 + lunt LS50tha / ASI 178) C'était un régal aujourd'hui
  40. 2 points
    merci a vous tous jean-marc
  41. 2 points
    Bonjour Toujours une très belle protubérance au sud-ouest du disque solaire ce 8 mai ! Conditions de prise de vue: SOL'EX en mode sunscan - 20240508 - 08.01 TU - petite lunette 50mm/190mm de focale diaphragmée à 28mm avec un filtre Baader ND3 en entrée, filtre Baader H-alpha 6,5nm et caméra ASI178mm binning 1 - Mode Sunscan (même si tout est monté sur une monture équatoriale à fourche d'un ancien C8, le balayage est en mode diurne avec arrêt du moteur) - Traitement JSOL'EX et léger masque flou sous GIMP Lumière blanche - 20240508 - 08h37 TU - Lunette 76mm/focale 1250 mm, image au foyer - Filtre Astrosolar ND5 en entrée et filtre continuum 540nm/bp8nm - APN Canon 2000D 1/30s-100iso en RAW - Compositage de 15 images sous PlanetarySystemStacker et reprise sous GIMP (contraste/luminosité/masque flou) Michel
  42. 2 points
    Merci Astreau. La version SDO pour mieux se rendre compte de la taille:
  43. 2 points
    Merci Alain, oui la météo est sympa depuis que je suis rentré, même si j'ai perdu 15° Merci Sauveur, en attendant les planètes, on s'entraîne Merci Jean Pierre, je profite de ce soleil breton. Merci Will, je ne comprends pas qu'avec de bon seeing, le filtre Vert Baader 500 nm ne passe pas, je ne connais pas sa bande passante. Et le Continuum que j'ai, c'est pire #et merci aux suiveurs Bernard Bayle
  44. 2 points
    M13 hier soir , 500 frames , de 1 seconde , siril , gimp . au c11 , asi 224 mc .😀
  45. 2 points
    Oui tu peux me contacter moi ou directement Eric Piednoël. C'est sûr qu'il faut de l'ELT et si personne s'y colle ce sera moi . J'y étais pas plus tard que ce matin.
  46. 2 points
    première correction , refaire de bons taraudage pour les vis de collim
  47. 2 points
    Bonjour à tous, Je vous présente la nouvelle image de notre équipe Northern France Remote (NFR). Cette image conclut notre saison printanière 2024, avec un champ présentant une belle galaxie spirale, une galaxie irrégulière et une nébuleuse planétaire qui n'est pas sans rappeler Abell 6 que nous avons photographié plus tôt dans l'année ! Il s'agit d'une version LO/ RV(O)B(O). La couche O de 14h30 a permis d' accentuer sur la luminance la nébuleuse ainsi que sa couleur par renforcement du V et du B. C'est sur le site "photon millenium" de Jean-Baptiste Auroux que nous avons trouvé l'inspiration: Un grand merci à lui pour la qualité de son site! Le champ est décrit ici: https://millenniumphoton.com/portfolios/ngc4725/ Setup: Askar 107PHQ ZWO ASI2600MM Pro Sky-Watcher EQ6-R Pro Exifs : 51h30 de prise de vue avec: 14h30 de O 12h RVB 24h de Luminance Version de meilleure qualité ici: https://www.astrobin.com/3uhg1h/ Bon ciel à tous, Julien Cadena et Mickael Coulon
  48. 2 points
    LE SOMBRERO, LA GALAXIE DITE DE L' AIGUILLE ET M64 Bonjour à tous, Je le dis toujours, je ne me connecte pas assez souvent sur Astrosurf, et pourtant, ce ne sont pas les anciens qui manquent et cela rend volontiers nostalgique....Le beau dessin de l'oeil noir sur un autre post me décide à mettre en ligne trois esquisses faites avant hier soir sous la fraicheur croissante des nuits réunionnaises...Et nous n'allons pas nous plaindre ! L'été fut chaud et humide, voire cyclonique... J'ai contemplé trois célébrités qu'on ne présente plus. Tout le monde sait où elles se situent. Ouvrons le bal avec le beau Sombrero. Puis dirigeons-nous vers une toute autre beauté du ciel pré-hivernal de l'hémisphère sud : la galaxie dite de l'Aiguille. Enfin, achevons cette promenade céleste tout près d'un oeil ténébreux, M64 : Bon ciel à tous ! Gildas
  49. 2 points
    Arfff, un ch'tites effort pour nous la présenter en JPEG : un Android ne lis pas les .tif !!! 😕
  50. 2 points
    Du 1er, œuf corse...