Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content since 09/06/17 in Blog Entries

  1. 1 point
    Bonjour, Je suis allé observer le ciel à la SERRE de MONTFERRER (site qui se trouve sur la route qui relie CORSVAY et MONTFERRER dans le VALLESPIR - les coordonnées googlemap de cet endroit sont indiquées avec une possibilité de calculer un itinéraire dans l’entête du BLOG) la nuit dernière avec PIERRE et BERNARD. Le ciel était correct malgré la lune (après son coucher le SQM était, suivant le moment et la zone du ciel visée, compris entre 21,69 et 20,80). Les variations de SQM pour une même zone montrent la présence d’humidité et/ou probablement d’un voile fin en altitude. La turbulence était forte et n’a pas permis de dépasser l’étape 2 de la collimation du C9. Les piles de la lampe frontale ont lâché durant la séance, ce qui a rendu nettement plus complexe certaines tâches. J’avais prévu de piloter la monture avec EQ MOD, mais un problème de synchronisation entre l’astrométrie et APT m’a obligé à ma servir de la raquette. Le convertisseur DC / AC a parfaitement fonctionné. Il m’a permis d’alimenter l’ordinateur, le polemaster, le hub, la caméra ainsi que l’appareil photo et la star adventurer sans rencontrer de problème d’autonomie. La monture AZ EQ6 était alimenté, quant à elle, par une batterie séparée. J’ai pu utiliser pour la première fois ma star adventurer en dehors de ma terrasse : Elle a parfaitement fonctionné. J’ai testé l’objectif canon 70/300 mm IS USM II sur le ciel : Les poses de 30 secondes à 135mm de focales et à 4,5 d’ouverture sont belles et la COMA est peu gênante selon mes critères actuels en bord de champ. Le test de prise de vue sur la lune à 300mm ne permet pas de déceler aisément du chromatisme. La raquette de la monture AZ EQ6 m’a permis, en utilisant la fonction PAE, de ne pas être gêné par le problème de flexions que je rencontre habituellement avec mon trépied et que je corrige quand je fais de la photo en refaisant la mise en station (cf lien ici). C’est ce qui m’a permis de voir les objets que je désirai pointer. Ainsi après une longue période sans regarder à l’oculaire, j’ai enfin repris contact avec le ciel. Compte tenu de la luminosité de ce dernier j’ai observé quelques amas globulaires que je prendrai très certainement en photo un jour. J’envisage dorénavant de dormir sur place dans une tente (en cours de soirée et/ou à la fin de cette dernière) pour éviter de me précipiter lors du démontage du matériel (ce qui m’est arrivé hier). Cela augmentera le confort, me permettra peut-être d’observer en semaine (le fait de dormir plus facilement va certainement m’éviter la peur de ne pas être en forme lorsque je travail le lendemain). Au plaisir de partager le ciel avec vous 😊 Vincent
  2. 1 point
    Bonjour, Hier du fait des conditions météos annoncées je suis allé voir un ami dans la plaine après avoir chargé le matériel dans la voiture (on ne se sait jamais dès fois que cela se dégage en cours de soirée). Quand je suis reparti, j’ai constaté que l’air était très humide et que les nuages étaient bas. Je suis allé par acquit de conscience au site de la bataille du BOULOU et je me suis rendu compte que dans la direction du CANIGOU que les nuages semblaient moins denses. Je me suis alors dit que j’allais rentrer et voir au stade d’ARLES SUR TECH quelles étaient les conditions d’observation ». LE STADE D’ARLES SUR TECH L’air était gorgée d’humidité. Mais il n’y avait pas de nuages. J’ai alors effectué la première série de mesures de la soirée (1 mesure à 45 degrés par point cardinal et une mesure au zénith), la moyenne a été de 21,10. Les halos provoqués par la pollution lumineuse culminaient à moins de 30 degrés (donc en dessous du point de mesure). La moyenne de l’ensemble des mesures était supérieure à 21. La mesure réalisée au zénith était au-delà de 21,2. Il était 1h30 du matin, j’ai alors pris la décision d’aller mesurer le SQM des autres sites d’observation pour me faire une idée de leur vraie qualité et tenter de comprendre pourquoi je me désintéresse du visuel dans des conditions réputées bonnes voire très bonnes. Je suis allé rechercher un complément d’affaires à mon appartement et je suis monté sur CORSAVY. LE TERRAIN DE FOOTBALL DE CORSAVY L’air est beaucoup plus sec qu’au stade. La principale source de pollution lumineuse est dû au parking d’un centre pour enfants en difficultés qui se trouve à proximité. La meilleure zone du ciel se trouve au NORD, le SQM y est de plus de 21,5 (l’impression était proche de celle laissée certain soir ou je ne pouvais plus reconnaitre les constellations tant il y avait d’étoiles). La moyenne de l’ensemble des mesures étaient supérieures à 21.3, la plus basse était de l’ordre de 21,1. LA SERRE DE MONTFERRER Ce terrain se situe sur une crête à 881m d’altitude. Il surplombe CORSAVY, il s’agit du point culminant de la route qui relie CORSAVY et MONTFERRER. La meilleure zone du ciel se trouve au NORD, le SQM a été mesuré à plusieurs reprises lors de la soirée à plus de 21,55 (l’impression était proche de celle laissée certains soirs où je ne pouvais plus reconnaitre les constellations tant il y avait d’étoiles). Les mesures varient en fonction de la montée de la brume. Elle pouvait diminuer à 21,48 et cela se voyait. Le zénith a été mesurée lui aussi à une valeur supérieure à 21,5. Les halos provoqués par la pollution lumineuse culminaient à moins de 30 degrés (donc en dessous du point de mesure). Le plus important se situe au NORD EST. La moyenne de l’ensemble des mesures étaient supérieures à 21.4. La plus basse (toujours réalisée à 45° de hauteur par rapport à l’horizon était de 21,33). PRISE DE PHOTOS Pour partager avec vous cette soirée inespérée, j’ai tenté de faire des astro-paysages (NIGHTSCAPE) avec le 6D et le CANON 24/105 IS STM. Par négligence ou bien par ignorance (par moment il ne réagit pas comme il l’a fait) je n’ai pas jugé utile de débrayer le stabilisateur d’image de mon objectif. Bien mal m’en a pris : toutes les images ont un bougé qui ne peut s’expliquer que par des déclenchements intempestifs de ce dernier. Je partage donc la seule image correcte après réduction ou l’on voit Jupiter et Antares qui se lèvent avec le scorpion qui se cache derrière un arbre ! Les paramètres de prise de vues sont : objectif réglé à 24mm et ouvert a 3,5 - temps de pose 6 secondes et iso fixé à 6400. CONCERNANT LE VISUEL A plusieurs reprises, pendant la soirée, je me suis dit que j’avais une impression de confusion en regardant les étoiles dans certaines zones du ciel : il y en avait tellement que le cerveau, non habitué a ce phénomène, ne parvient plus à reconnaitre la forme des constellations. Le SQM dans ces zones étaient au moins de 21,5 voire même de 21,55. Et il y avait moins d’étoiles que dans mes souvenirs. J’en déduis donc que si je boude le ciel en visuel c’est parce que j’ai eu la chance de pouvoir observer à plusieurs reprises dans des conditions excellentes sur des sites se trouvant à deux pas de chez moi. Je me suis donc habitué à ces conditions et je vais devoir apprendre à choisir mes cibles en fonction de la qualité du ciel qui peut varier d’une fois sur l’autre (en fonction de la brume). Je sais donc que je me déplacerai difficilement pour faire des observations visuelles dans des conditions moins bonnes. Je sais aussi qu’il existe à l’étranger des endroits faciles d’accès avec une météo très favorables ou le SQM est encore meilleur… Je me plais à rêver 😊 Vincent
  3. 1 point
    Bonsoir, Ce soir je suis monté au pin parasol qui se trouve à 2km de distance et 100m plus haut que mon appartement. J’en ai profité pour faire plusieurs relevés SQM (je ne sors jamais sans): · Sur ma terrasse il est environ de 20,50 / 20,55 (moyenne sur les 4 points cardinaux à 45 degrés de hauteur et d’une mesure au zénith) ; · Au pin parasol, j’ai fait une mesure a 21,36, avec une moyenne qui se serait situé aux alentours de 21,10 / 21,15. Ces résultats m'ont surpris. Je pensais qu'ils seraient moins bons, en effet les images faites un soir précédent ou il devait y avoir des nuages et de la brume montrent les ravages de la pollution lumineuse . Il me tarde d’aller observer plus en altitude vers CORSAVY ou MONTFERRER😊Le ciel que j'avais eu à l'époque la bas me paraissait bien meilleur. Les mesures vont elles confirmer ce ressenti ? Je ferai part ici même de mes relevés. Je poste ici une photo du point de vue depuis le pin parasol Vincent
  4. 1 point
    Bonsoir, Voici la carte qui montre l’emplacement d'un des sites d'observation du ciel ou je me rend avec des amis dans le VALLESPIR. Il se trouve entre CORSAVY et MONTFERRER. Le ciel y est très stable, j'ai pu y voir du pourpre dans la nébuleuse M42 dans Orion avec mon 300mm et une lunette de 60mm. https://goo.gl/maps/F7go4bLNRzt J'espère y observer prochainement.Je ne manquerai pas de faire relevé SQM à cette occasion. Vincent
  5. 1 point
    Bonsoir Hier soir j’ai pris en photos le champ de M51 avec le canon 24/105mm et le 6D : Je me suis rendu compte que le champ est énorme (il va jusque M101) et que les galaxies sont semblables à des confettis. Je me suis alors demandé quels seraient les objets d’une taille significative pouvant être pris en photo avec le zoom réglé à 105mm ? Avec un atlas classique il conviendrait de chercher la liste des objets se trouvant dans les constellations visibles, puis de consulter leur taille afin d’en dresser une liste. Cette façon de faire est faisable mais chronovore. J’avais entendu parler dans une vidéo d’astro image processing de l’outil de planification de soirées d’observations du logiciel C2A. Je me suis donc employé à le tester et à voir quelles sont ses suggestions. Sur ma terrasse seul l’horizon EST est dégagé (azimut allant de 0 à 180 degrés). Et je n’ai retenu que les objets ayant une taille supérieure au degré (60 minutes d’arc) et qui se trouvent à une hauteur supérieure à 30 degrés. Le seul objet répondant à ses critères est l’amas ouvert NGC2632. Or je n’aime pas les amas ouverts… Sur l’horizon OUEST les objets d’une taille significative sont plus nombreux ! Je devrais donc bouger. Ca sera chose faite la semaine prochaine (avec ma nouvelle batterie de 80ah) 😊 Vincent
  6. 1 point
    Bonsoir, Voici la même image que celle déjà postée ici même. Le prétraitement et le traitement ont été réalisé sous pixinsight. J’ai suivi le tutoriel sur le prétraitement de lightvortex : J’ai utilisé le superbias pour calibrer les images et le subframe selector pour n’en retenir que 62 sur 90 (sélection automatique sur la base de critère que j’ai moi-même définis) puis les pondérer en fonction d’une note. J’ai utilisé la normalisation locale pour éliminer les effets de la fumée. J’ai ensuite suivi un tutoriel de base de chez AIP pour le traitement de l’image. Lorsque j’ai cherché a éliminer le bruit je me suis rendu compte qu’il y en avait très peu, les masques d’étoiles ont fonctionné à merveille et la fonction HDRMULTISCAN a permis d’éviter d’avoir le cœur d’orion cramé. Je ne regrette pas d’avoir pris la License de ce logiciel. Je met un lien vers la full. lien full Je referai une prise de vue sur ORION si je suis suffisamment en forme avant la fin de la saison : j’aimerai bien faire ressortir la boucle de BARNARD. Je laisse la partie cramée par la pollution lumineuse pour avoir la constellation en entier. Vincent
  7. 1 point
    Je vous livre ma première version de la constellation d’ORION au 6D et à la STARDVENTURER sur ma terrasse à ARLES SUR TECH. L’objectif de la soirée était de couvrir les points suivants : · Maitrise de la mise en station ; · Intégration matérielle et logicielle ; · Utilisation de la mise au point motorisée de l’objectif canon ; · Commencer à étudier le positionnement de la table en vue de préparer des sorties en dehors de chez moi ; · Répéter le montage/démontage de l’ensemble du matériel en vue de préparer des sorties en dehors de chez moi ; · Déceler d’éventuels problèmes de contraintes et flexion sur la monture pouvant occasionner des problèmes de suivi. Je me suis rendu compte en début séance que mon viseur polaire, contrairement à ce que je pensais, n’était pas bien réglé (la mire de test était trop proche et trop grosse pour pouvoir voir le défaut). J’ai donc utilisé le POLEMASTER. Le logiciel APT m’a permis de réaliser l‘ensemble de mes prises de vues et les flats. Le contrôle de la mise au point fonctionne parfaitement. La fenêtre LIVEVIEW permet de voir des étoiles de magnitudes 2 ou 3 sans aucun problème (la visée est donc très simple). La mise au point motorisée fonctionne très bien, elle est précise au pas moteur prêt. Un écart de 1 pas moteur est sensible. La fonction FWHM permet de faire une mise au point quasi parfaite. J’ai ainsi obtenu des étoiles dont la FWHM est comprise entre 2 et 3 après prétraitement. Je n’ai pas encore compris où placer la table de façon idéale. Si j’utilise le pole master je devrais avoir l’ordinateur portable près de moi lors de la mise en station. Peut être que je vais prendre une petite caisse pliante pour placer le portable dessus lors de cette étape. Le montage de l’ensemble et son démontage (convertisseur DC/AC compris) prennent 20 à 30 minutes. Ce qui est très rapide en comparaison d’une comparaison plus lourde. J’ai constaté une flexion qui entraîne une perte de précision de l’alignement polaire bien visible au POLEMASTER. Cette perte d’alignement a été sans conséquence sur le suivi. Je devrais en trouver la cause et voir si je peux y remédier. Si je ne peux éliminer ce problème et qu’il s’avère gênant avec des focales plus longues que celle utilisée lors de ce test (105mm), j’utiliserai mon protocole de correction des problèmes de flexions et de tassement du sol pour y remédier. Il me reste à tester le pointage aux coordonnées. Comme le ciel était correct, j’ai réalisé 90 poses de 60 secondes à 3200 ISO avec le 24/105 IS STM CANON ouvert à 5,6 et réglé à 105mm. J’ai ensuite réalisé 40 flats de 1 secondes avec un écran à flat. J’ai utilisé 50 offsets de 3200 ISO pour les brutes et les darks, 50 offsets de 100 ISO pour calibrer les flats et 10 darks de 3200ISO. Bien que j’ai PIXINSGHT je me suis rabattu pour cette première version de l’image sur un prétraitement SIRIL (beaucoup simple et surtout automatisable avec les scripts que j’ai personnalisés), et j’ai ensuite suivi les première étapes du tutoriel de chez AIP pour le traitement de mon image. Je suis assez satisfait du résultat. Je posterai ici même une prochaine version prétraitée intégralement et traitée sous PIXINSIGHT. Vincent
  8. 1 point
    Bonjour, Un soir, à défaut de faire une soirée d'astrophoto à cause des nuages de haute altitude, j'ai préparé mes bias (offsets) du 6D afin de pouvoir : - Mesurer le bruit de lecture à chaque sensibilité ISO; - Déterminer la sensibilité ISO optimale; - permettre de calculer le temps de pose optimal lors de ma prochaine séance d'astrophoto avec cet appareil (bruit du fond de ciel trois fois supérieur au minimum au bruit de lecture). J’ai utilisé deux protocoles pour réaliser mes mesures : · Prise d’un offset a 1/4000 de secondes aux ISO voulus et mesure dans PIXINSGHT de la valeur STDDEV pour la totalité de l’image · Prise de deux offsets a 1/4000 de secondes aux ISO voulu, puis soustraction dans PIXELMATH des deux images, et enfin mesure dans PIXINSGHT de la valeur STDDEV pour la totalité de l’image résultante. J’ai obtenu les deux résultats suivants : Les deux jeux de valeurs permettent d’arriver à des conclusions similaires : le réglage des ISO optimal semble se situer entre 1600 et 6400 ISO (pour ces valeurs le bénéfice en termes de sensibilité du doublement des ISO dépasse la variation du bruit). J’ai ensuite croisé mes résultats avec une mesure de la dynamique du capteur réalisé sur le site DXOMARK (lien vers les mesures DXOMARK : lien mesures dxo mark). Je peux déduire de ce tableau que la sensibilité ISO optimale va varier en fonction de mes besoins : La dynamique étant de 11 (soit 8,5 magnitudes environ) à 1600 ISO, 10 (soit 7,9 magnitudes) à 3200 ISO et 9 (soit 7,28 magnitudes) à 6400 ISO. Il me tarde de tester tout cela sur le ciel 😊 Vincent
  9. 1 point
    La lune ce matin avec le 6D prise avec l'objectif 24/105mm réglé à 105mm. Cette image est créée à partir de 3 photos et d’un traitement HDR sous LIGHTROOM. J’ai ainsi pu obtenir une image avec des détails sur la lune et des éléments de paysage exposés correctement. Il ne s’agit pas de mon premier cliché de ce type et j’arrive maintenant à reproduire ce genre d’image assez facilement ! Je suis content. L'appareil était réglé de la façon suivante : · Sensibilité à 800 ISO · Priorité ouverture avec l'ouverture fixée a 5,6 · Fonction autobracketing activée · Autofocus activé · Stabilisation activée L'ensemble était posé sur le trépied. La mise au point et le réglage de la luminosité se sont fait sur la lune. Vincent
  10. 1 point
    Retour aux galaxies avec le 150/750 NGC 4088 Appartient au groupe de M109 Galaxie spirale avec une irrégularité dans le bras supérieur gauche, liée à un effet gravitationnel provoqué par la galaxie 4085 en bas, elle est incluse dans le catalogue ARP des galaxies particulières les autres tachouilles sont des galaxies beaucoup plus lointaines. Lune au premier quartier 13/02/2019 40x40s ( fond de ciel à 3860) puis 70x 60 s( fdc 4392 ) Quelques poses de 160s (fdc 7156 malgré la montée de l’objet dans le ciel) un peu de RGB (30x40s bin1)
  11. 1 point
    Bonsoir, En me promenant après être rentré du travail, j’ai été ébahi par la beauté du ciel au stade de rugby d’arles sur tech : la falaise sur domine le village avec orion qui commençait à être visible juste au-dessus. Je suis rentré, je me suis dépêché de manger et je suis revenu avec mon appareil photo et le trépied. Voici l’une de mes deux prises : La falaise, les buts, ORION et sa nébuleuse (sur l’image plein format, à côté d’alnitak en zoomant, on peut deviner NGC 2023), et la constellation du grand chien. L’image est constituée d’une pose unique de 8 secondes réalisée avec le 6D et l’objectif 24-105 réglé sur 24mm et ouvert à 5,6 . ISO réglé à 12800. L'autofocus et le stabilisateur étaient coupés. Le SQM dans cette zone du ciel était de 20,92 et de 20,96 au zénith. Lien vers la full : https://1drv.ms/u/s!Av0AgEx_bcdckOAHXn-LV1ERTAT8dA Bonne soirée
  12. 1 point
    Bien que ça ne soit pas ma tasse de thé je m’essaie de temps à autre à la couleur voilà donc M108 de la grande Ourse capturée avec le 200/1000. les zones rouges sont sans doute des zones H alpha J’ai entouré les petites galaxies environnantes en indiquant leur vitesse radiale ce qui est censé donner leur distance par rapport au jardin sachant que V/21,8 = distance en millions d’A/L (Ça n’est peut-être pas valable pour le quasar SBS en rouge qui s’éloigne à une vitesse proche de la lumière) Il y a un éclaircissement à la périphérie de la photo lié au retrait du gradient sous Iris (estimateur local) cela nuit à la qualité de l'image ,mais j'aurai dans ce cas perdu l'image de SBS 1108+560 et ça il n'en est pas question l'information prime l'esthétique. la synthèse RGB + L accroit le bruit de fond donc je pense que ce que l'on gagne en information couleur on le perd en définition d'image,mais l'information couleur n'est pas uniquement cosmétique Une image un peu moins "artistique- artificielle" et on en voit des objets !!! La caméra attrape tous les photons si on lui donne du temps ,même dans un ciel de centre ville cf photos argentiques
  13. 1 point
    A partir du moment où j’ai décidé de faire de l’astro à la maison c’est-à-dire dans le centre de Saint-Brieuc, il est devenu évident qu’il serait difficile en visuel d’accéder à autre chose qu’au système solaire. En mettant un reflex argentique en //du télescope, les résultats ont tout de suite été évidents : les tachouilles tremblotantes entrevues dans l’oculaire se transformaient en formes discernables tel ce trio du lion (pour ceux qui ont une bonne vue où un bon écran): Quelle émotion du même type que, lorsqu’avec mon récepteur ondes courtes j’ai pu capter la conversation entre un concurrent d’une transat en difficulté et son assistance. Finalement peu importe la qualité, le principal c’est d’établir le contact. Fin de la séquence introspection Avec le 135 pentax puis le 500 astro rubinar ce fut le début d’une progression dans la qualité des images, améliorées ensuite par l’acquisition d’une GPDX et d’un canon eos (le choc et l’immédiateté du numérique) ? Le même trio du lion La photo au foyer du newton 200/1000 m’a permis de viser des objets plus difficiles : sans goto je ciblais des objets presqu’invisibles à l’oculaire, quel plaisir alors que de les voir se matérialiser sur l’écran de l’APN !! Après toutes ces années le matériel s’est affirmé : une CCD a capteur de taille modeste mais très sensible (825)et tellement facile d’utilisation +un 150/750 plus léger que le 200+la Vixen avec goto et moteurs Starbook + l’autoguidage assuré par une caméra sur le chercheur. La photo sans problèmes quoi ! Il a fallu quand même que j’achète une roue à filtre ! Ce matériel associé à un capteur grand champ type APN défiltré me semble couvrir une grande partie des cibles de l’amateur de ciel profond. En revanche l’imagerie des petits objets avec de grandes focales (au delà de 1m) nécessite un matériel conséquent et …l’expertise qui va avec. A n’en pas douter l’évolution de capteurs de plus en plus sensibles en poses courtes permettra un saut qualitatif .Mais si i on attend la dernière révolution technologique on ne fait jamais rien .Et les années passent !!
  14. 1 point
    Pour modifier la fiche d'un club, il y a deux possibilités : 1. Le club existait déjà sur la base de données des clubs de l'ancienne version d'Astrosurf et vous avez le mot de passe qui était celui du club dans l'ancienne base de données Alors il suffit d'envoyer un email au Webmaster (webmaster@astrosurf.com) en indiquant : Le nom du club Le mot de passe Votre nom de membre Astrosurf Vous deviendrez alors "propriétaire" de la fiche du club et vous pourrez la mettre à jour quand vous le souhaiterez. 2. Le club existait déjà sur la base de données des clubs de l'ancienne version d'Astrosurf, mais vous n'avez pas le mot de passe qui était celui du club dans l'ancienne base de données Alors il faut d'envoyer un email au Webmaster (webmaster@astrosurf.com) avec : Le nom du club Votre nom de membre Astrosurf Un document prouvant que vous êtes bien un responsable du club concerné (une attestation du Président ou d'un membre du bureau du club conviendra, numérisée et jointe à l'email conviendra). 3. Le club n'existait pas sur la base de données des clubs de l'ancienne version d'Astrosurf Alors sélectionnez le département (ou le pays si ce n'est pas un club en France), puis cliquez sur le bouton "Ajouter une association".