Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content since 07/03/21 in Blog Entries

  1. 4 points
    Dans la suite du billet de blog précédent à propos du Système DIY pour allumage informatique d'une lampe néon, j'ai créé un petite application Caliblite pour éviter de passer par le lancement d'un script à chaque fois que l'on souhaite allumer ou éteindre la lampe de calibration. Il s'agit d'un premier jet qui me permet surtout de faire mes premiers testes en condition réel. Pour l'installer, il faut récupérer le code source sur github et ensuite lancer les commande tel qu'indiquer dans le README.md qui vont visible sur la page principal du projet : https://github.com/splanquart/caliblite. python ./src/caliblite.py Donc pour le moment juste un sélecteur pour le port COM à utiliser pour communiqué avec le module relai et un bouton "switch" qui permet d'allumer et éteindre la lampe. Voilà c'est hyper simpliste mais ça fait bien le taf et ça évite de se lever pour aller allumer ou éteindre cette lampe. Le rond vert est l'indicateur visuel qui change de couleur (vert ou rouge) pour indiquer si la lampe est allumer ou éteinte. Au démarrage de l'application, il n'y a pas de couleur car le module relai ne fourni pas l'état du relai et donc il n'est pas possible de le connaitre avant d'avoir envoyer un premier signal pour allumer ou éteindre la lampe. Attention tout de même, les périphérique astro sont assez nombreux généralement et si comme moi tout est connecter au même ordinateur cela peut parfois rentré en conflit. Si une de vos périphérique ne fonctionne pas, ce qui m'est arrivé lors de mes tests première test, il faut simplement se déconnecter du module relai. Pour cela il suffit de fermer l'application et de la relancer. Autre remarque, pour le moment il n'y a pas vraiment de gestion d'erreur donc si l'application crache avec un message comme celui ci-dessus, c'est simplement que vous avez choisit un port COM qui n'est pas le bon. Il suffit alors de relancer et de de choisir le bon pour COM. Enfin j'ai ajouter un port appeler Simulator qui est bien pratique pour développer ou test l'application et qui permet de ne pas avoir besoin d'un module relai de connecter pour vérifier le fonctionnement de l'application. Vous pouvez donc tester l'application avant même d'avoir reçu votre module relai si vous en avez envie.
  2. 3 points
    Dans le cadre du projet Star'Ex (un spectro DIY en impression 3d) nous avons besoin de faire des spectre avec ou sans la lampe néon. Je décrit ici un petit bricolage que j'ai réalisé afin de pouvoir contrôler l'allumage et l'extinction de ma lampe néon depuis un petit script en python. Le composant de base est un module relais usb. Vous pouvez en trouver facile sur amazon ou aliexpress. Ce sont des module basé sur une puce CH340 qui convertie de l'usb en série ce qui simplifie pas mal la communication. Pour ma part j'ai pris ce model : https://www.amazon.fr/gp/product/B07DJ549LX/ Au niveau du câblage c'est vraiment du basique: on relit le port noté COM à l'ampoule néon le port noté NO à l'arrivé du neutre provenant de la prise. COM veux dire commun et NO veux dire normalement ouvert. Cela implique que par défaut, le circuit sera ouvert ce qui veux dire que notre lampe néon sera éteinte. Coté informatique j'ai décider de me base sur un script en python en utilisant la lib pyserial. Vous devez donc installer python. Sous windows vous pouvez le faire via Microsoft Store en recherchant "python". Actuellement c'est la version 3.10 que j'utilise. Ensuite pour installer pyserial, tapez dans un invite de commande (ouvrez le menu windows et taper CMD) : pip install pyserial Vous devez aussi connaitre quel port COM est utilisé par votre module relais. Chez moi c'était le COM5. Vous pouvez découvrir cela en allant dans le gestionnaire de périphérique de Windows. Ensuite vous pouvez créer deux fichier : switch_on.py et switch_off.py qui contiennent chacun : import serial on = b'\xA0\x01\x01\xA2' ser = serial.Serial("COM5", 9600, timeout=2) ser.write(on) ser.close() import serial off = b'\xA0\x01\x00\xA1' ser = serial.Serial("COM5", 9600, timeout=2) ser.write(off) ser.close() Ensuite vous pouvez taper dans votre invite de commande : python switch_on.py ou python switch_off.py Pour allumer et éteindre l'ampoule néon. Voila prochainement je vais probablement créer une petite application pour que ce soit plus simple à utiliser et je regarderais ensuite autour des script Prism pour voir ce que je peut faire assez facilement.
  3. 3 points
    mettre en station une monture équatoriale 10 micron demande de passer par différentes étapes pour obtenir de bons résultats. en louper une seule et les conséquences peuvent être lourdes de conséquence pour le suivi. 1 étape : la mise en place de la monture passe par l'étape de la mise à niveau du trépieds et de la monture équatoriale. chacun de ces éléments possède un niveau qui est assez peu précis. on ne recherchera pas une mise à niveau parfaite car cela que peut d'incidence . au contraire des autres montures , l’ergot du trépied ne sera pas mis du cote de la polaire mais à l'inverse ! veuillez vous assurer que l'ensemble de ces éléments soient bien fixés car le porte à faux est l'un des ennemis de cette perfection que nous recherchons. 2ieme étape : après avoir installer la monture équatoriale sur le trépied , vous devrez - mettre les vis qui maintient la monture au trépieds et bien les serrer - y mettre la barre et ses contre poids ce n'est qu’après ces deux opérations que vous pourrez poser votre tube sur la monture et vérifier le niveau ! 3 ième étape : le passage des câbles d'alimentations et de gestions des flux est souvent problématique et est responsable des déconnexions intempestives. dans ce lien , j'aborde cette problématique les câbles de liaisons une rotation jusqu'en butée en RA et en DEC vous permettra de vous assurer que la rotation de la monture équatoriale n'aura pas d'incidence sur les câbles ! il vous permettra aussi de vous assurer que votre tube ou caméra ne vient pas buter sur le trépied ! 4 ième étape : le serrage des axes RA et DEC doit être fait en respectant les témoins sur la monture. il est important de ne pas trop serrer et il est fortement conseillé d'utiliser la clé vendue par la société 10 micron 5 ième étape : pour mettre en service le boitier de contrôle , vous devrez vous assurer que le GPS/station météo soit connecté ; connectez la raquette , connectez le câble de liaison moteur à la monture ; installez le câble réseau et raccordez l'alimentation 24V vous pourrez alors mettre en service la monture en appuyant sur le bouton poussoir ON/OFF du boitier de commande . lors de l’initialisation , la raquette vous affichera : le modèle ,la version , @IP de connexion, la reconnaissance du GPS et du nombre de satellites reconnus avant de pouvoir l'utiliser et la paramétrer le paramétrage de la 10 microns ne se fait qu'une seule fois en théorie : paramétrage de la 10 micron. il se peut mais c'est rare que votre GPS ne trouve pas les satellites. vous serez donc obligé d'y mettre les paramètres manuellement ou alors d'y enregistrer le(s) site(s) d'observation(s) si vous utilisez un PC portable pour la gerer , vous devrez paramétrer la connexion réseau et le paramétrage de la réfraction atmosphérique paramétrage du PC pour gérer la monture lien paramétrage gestion monture 10 micron paramétrage de la réfraction atmosphérique : lien paramétrage refraction gestion monture par cable serie : lien gestion série 6 ieme étape : l'équilibrage en RA et DEC est une étape à ne surtout pas négliger et tout se fait logiciellement. cet équilibrage se réalise avec tous les éléments installés et vous devez vous assurez que le niveau de votre monture équatoriale est bien réglée dans ce post je décris précisément comment réaliser l'équilibrage : lien il est important que cette erreur d'équilibrage soit inférieur à 0,4% en DEC et en RA . le moindre déséquilibre a de lourdes conséquences sur le suivi ! 7 ième étape : la mise en station passe par l'alignement de la monture équatoriale sur l'axe de rotation du pole nord céleste et le synchronisation sur à minima trois étoiles de référence du CP . c'est le principe de triangulation qui permet à la monture de se repérer dans son espace .l'alignement sur 3 étoiles doit être fait du même coté du méridien ; sur des étoiles au dessus de 30°C et formant un triangle. pour l'astrophoto , il est conseillé de faire la MES finale sur au moins 20 étoiles ! . bien souvent je le fais que sur un coté du méridien..... là ou je vais photographier l'objet ce type de monture ne possède pas de chercheur polaire et tout ce fait là encore logiciellement . vous avez plusieurs possibilités pour aligner cet axe et mettre en station : soit en utilisant le logiciel interne : - précision moindre de 2' arcs . - peut être fait avec la caméra mais il devient tributaire de la focale du tube . en dessous de 1 m c'est tout a fait faisable - peut être fait avec avec un oculaire => pas de nécessité d'un PC pour la réaliser . pratique en nomade et un APN - un peu longue à réaliser 15mn - prend en compte logiciellement des écarts d'orthogonalité,de suivi,écart sur la polaire , la réfraction atmosphérique etc... c'est là le vrai plus de cette monture !. toutes les informations d'alignement sont indiquées dans le module "align info " : l'erreur sur la polaire, les corrections à apporter ,l'erreur d'orthogonalité lien alignement sur la polaire lien : pointage sur la polaire -soit utiliser une Polemaster : - précision de 45" à 30'arcs . - nécessité d'un PC pour la réaliser - peu importe la focale du tube puisque elle a sa propre optique - moins de 5 mn pour réaliser cette étape - prend en compte la réfraction atmosphérique mais l'incidence est vraiment minime voir nulle lien : mise en service par pole-master puis il suffit d'utiliser le logiciel de la 10 micron pour la MES sur 3 étoiles -soit utiliser l'ASI pro : - précision de 30" à 10' arcs suivant ces utilisateurs - nécessité d'un PC pour la réaliser - moins de 5 mn pour réaliser cette étape - fortement tributaire de la focale du tube . NT : allez chercher une étoile avec une focale de 3375mm c'est comme chercher une aiguille dans une meule de foin. d'autre part plus la focale est grande plus le temps de pause devra être long. lien : asiair puis il suffit d'utiliser le logiciel de la 10 micron pour la MES sur 3 étoiles 8 iéme étape : l'erreur d'orthogonalité : en cours de test. cette erreur est souvent importante 9 iéme étape : avant d'utiliser votre setup pour photographier le ciel , vous devrez synchroniser votre logiciel à la monture , effectuer une focalisation , renseigner la position de la monture et de la caméra par rapport au CP et éventuellement effectuer un modèle de pointage lien initialisation 10 ieme étape : pour utiliser correctement votre monture , vous devrez choisir la vitesse de suivi de la monture à l'objet désiré ! pour cela il faudra aller dans le module "drive" et "tracking speed" . 4 modules vous sont proposés : Sidéral : pour le CP Solar : pour le soleil lunar : pour la lune Custom : vitesse spécifique à votre besoin Stop : utile quand on veut faire de l'observation terrestre ou pour régler son chercheur. surtout n'oubliez pas de remettre le "dual tracking" pour avoir un suivi sur les deux axes ! vous voila donc prêt pour faire une séance de photographie bon ciel Christophe
  4. 3 points
    J'ai pu récupérer auprès d'un astram italien un superbe Baker Schmidt de chez Zen. Il s'agit d'un 200 ouvert à 2(!) dont les optiques sont dans un état impeccable. La partie mécanique est assez impressionnante avec un tube Alu de 3mm d'epaisseur, des barres en Invar entre le barillet et le secondaire, et des ajustement sans aucun jeu. La focalisation s'effectue en tournant une bague à l'arrière du barillet. Il y a aussi une bague rotative pour le cadrage de la caméra. Ça respire la solidité. Au niveau cosmétique, par contre, il y a à redire.... Le tube a bien vécu et mérite une restoration en bonne et due forme. Ce à quoi je vais m'atteler dans les prochains jours...
  5. 3 points
    Le 9 Décembre 2021 Matériel : Takahashi TOA130 avec réducteur de focale et ASI1600GT Acquisitions perturbées par l'arrivée des nuages Composition de 13 poses de 30 seconde - BIN 2 Composition de 40 poses de 30 seconde - BIN 2
  6. 3 points
    Bonsoir, Je suis l’heureux propriétaire de l’un des premiers Dobson de marque Skyvision commercialisé (un 300 / 1200). Ce dernier n’avait pas été révisé depuis sa fabrication en 2005. C’est désormais chose faite depuis le mois de Septembre dernier. Les optiques ont été traitées, la motorisation type « DOB DRIVER 2 » devenue inopérante a été remise en état. La caisse du primaire qui était extrêmement lourde a été allégée sans pour autant perdre en rigidité. La cage du secondaire a été remplacée par une cage métallique plus rigide. Le système d’assistance au pointage de type SKYCOMMANDER a été remplacé a par un NEXUS beaucoup plus performant. Il permet d’avoir sur le téléphone une représentation dans l’application SKYSAFARI de ce qui figure à l’oculaire. Il me tardait de le tester, et j’attendais avec impatience des conditions clémentes pendant un week-end pour pouvoir le faire. En effet contrairement à l’astrophoto, je ne suis pas en mesure de m’en servir sur ma terrasse. Après avoir été rejoints par Pierre, nous avons décidé au vu des paramètres météo de nous rendre sur un site se trouvant sur la départementale D2 entre Caixas et Saint Michels Llotes. Ce site est situé à 600m d’altitude et il permet d’avoir un ciel avec un SQM de 21.1/21.2 au maximum. Selon le modèle de la chaine météo, l’humidité devait augmenter progressivement en cours de nuit et devait devenir gênante à partir de 2h du matin. Le vent dans cette zone devait être nul, ce qui permettait d’avoir de bonnes conditions de turbulence locale. Une fois sur place, le matériel fut monté en moins de 15 minutes, et après avoir pris un bon repas nous avons été rejoint par Bernard. Nous avons alors commencé la séance d’observation. Le SQM était alors de 20.8 au zénith et de 20.50 environ sur l’horizon. La collimation a été réalisée au laser puis a été affinée sur une étoile légèrement défocalisée à D de grossissement puis à 2D. La turbulence ne permettant de voir la tâche d’Airy, j’aurais pu l’affiner encore un peu plus sur les SPECKLES, chose que je n’ai pas faite. Nous avons commencé par regarder Saturne sur laquelle nous avons vu par intermittence la division de Cassini, une bande équatoriale, l’ombre de la planète sur l’anneau. Le spectacle était saisissant au Nagler de 7mm. Je ne me rappelle plus si nous avons grossi plus. Nous avons ensuite pointé Jupiter. Ce fut le premier objet où tous les trois avons commencé à faire des commentaires du type « c’est magnifique ». En effet nous avons pu voir de nombreux détails sur le disque : Multiples bandes équatoriales avec de subtiles nuances colorées, des échancrures, etc. Nous avons pu nous servir sur cette planète du Nagler de 5mm. Nous avons ensuite regardé l’amas M13 dans la constellation d’Hercules et nous avons été déçus. En effet celui-ci bien que parfaitement défini manquait de « peps » par rapport à d’autres fois où il avait plus d’éclat. La pollution lumineuse y était sans doute pour beaucoup. En effet le groupe observe souvent dans des conditions ou le SQM est supérieur à 21.5. Nous avons ensuite pointé M57 dans la Lyre. Nous avons été tous les trois été scotchés. Le bleu de la nébuleuse était saisissant au Nagler de 16mm. Cette couleur était toujours perceptible avec le Nagler de 7mm et quasi inexistante avec le Nagler de 5mm. Les deux petites extensions qui font comme des sortes de poignées qui se trouvent de part et d’autre de l’anneau (qui est en réalité ovale) étaient visibles. Une des moitiés de l’anneau semblait plus sombre. La zone centrale se détachait du fond du ciel. Nous avons ensuite pointé M27. Là aussi le spectacle était au rendez-vous. Au Nagler de 16mm la nébuleuse avait la forme d'une haltère avec des extensions sur les côtés. Elle offrait peu de de détails à ce grossissement. Nous avons pu voir des détails de structures dans la partie en forme d’haltère et dans les extensions avec le Nagler de 7mm. Avec cet oculaire quelques étoiles pouvaient être perçues en vision directe et la centrale apparaissait en vision décalée. Cette dernière devenait visible en vision directe avec le Nagler de 5mm. Nous nous sommes ensuite attardés sur les dentelles du Cygne. La grande dentelle et le balai de la sorcière nous ont là aussi offert un spectacle magnifique au Nagler de 16mm avec le filtre OIII. Ce n’a pas été toutefois la meilleure vision que j’en ai eue. Il me tarde de revoir cet objet dans de meilleures conditions. Nous avons ensuite vu NGC 891 et M33, mais du fait de la dégradation progressive des conditions météo le spectacle fut décevant. Ces objets ne se détachaient pas du fond du ciel. Nous avons vu quand même la bande d’absorption de NGC 891 au Nagler de 7mm (elle n’était pas visible au Nagler de 16mm). Nous ne nous sommes donc pas attardé dessus. Nous avons terminé la soirée sur M31. Il était possible de voir les deux galaxies satellites en même temps que la grande galaxie d’Andromède et une de ses bandes d’absorptions avec le Nagler de 20mm. Le spectacle était là aussi saisissant, mais on sentait que l’on pouvait faire nettement mieux sous un meilleur ciel. Au final je suis pleinement satisfait de mon nouvel instrument, et il me tarde de pouvoir m’en servir à nouveau dans de meilleures conditions. PS : voici un paysage avec la voie lactée, le Canigou et des arbres 😊 Vincent
  7. 2 points
    si comme moi vous avez plusieurs tubes et une seule monture ce petit appareil devrait vous intéresser . Vu sa forme de "l'appareil" vous avez du mal à comprendre sa fonction . c'est normal ! j'ai actuellement quatre Set-ups différents et bien entendu 4 poids pour ma monture . A chaque fois c'est une galère pour se remémorer la position des poids et encore plus compliqué lorsque se poids n'est pas positionné en butée . je suis parti dans un premier temps par marquer l'emplacement des poids sur la barre avec un feutre (surtout pas indélébile ) mais la marque s’effaçait au fil du temps. puis j'ai utilisé un ruban electro-isolant qui n'a pas donné de meilleurs résultats . avec le temps la colle n'accrochait plus et le contre -poids l'enlevait je me suis dit que prendre une photo serait la meilleure idée mais mettre un poids , regarder la photo et régler le pieds à coulisse n'était pas le plus approprié . par contre c'est efficace lorsque les poids sont en butées . c'est alors que m'est venu l'idée d’utiliser une chute bois qui trainait pour marquer les positions l'idée est très simple et tellement efficace . il faut juste un peu d'huile de coude pour scier la barre aux endroits désirés prenez une chute de bois assez épaisse installer votre set-up faite l'équilibrage repérer l'emplacement des contre-poids sur votre tasseau enlever le bois là ou vient s'intercaler les contres -poids repérer sur la face le nom du set-up vous avez ainsi les repères pour effectuer votre équilibrage à tous les coups avec les quatre faces du tasseau vous pouvez ainsi repérer 4 set-up différents . d'ou sa forme finale ! bon ciel Christophe
  8. 2 points
    Bonjour à tous, Un peu déçu par ma série d'images solaire du 09 Mars, je réalise à nouveau quelques images centrées sur la tache AR 2960 avec: une image au foyer de l'instrument deux images avec la barlow TV 2X deux images avec la barlow TV 3X. J'ai volontairement mis deux clichés avec un traitement ondelettes un peu différent. Un petit calcul de résolution et de dimension de la granulation suit. Un petit bonus avec Venus en plein jour au foyer. J'ai supprimé quelques films de Venus trop suexposés avec les barlows. Quel setup pour l'ensemble: Lunette APO APM LZOS de 152mm de diamètre et de 1200mm de focale. Hélioscope de Herschel APM pour le soleil, et filtre vert Baader continuum pour réhausser le contraste. Caméra ASI ZWO 290MM Les échantillonnages sont approximativement les suivants: 0.6" au foyer de l'instrument, 0.3" avec la barlow 2X, et 0.15 " d'arc/pixel pour la barlow 3X. Quelques remarques: Il faut bien penser à doper le contraste lors de la prise de vue, de telle sorte que la granulation soit bien apparente sur le film. Je crois bien que c'est l'erreur que j'ai commise lors de mes prises vidéos du 9 mars 2022. La veille donc. Sans un motif clairement apparent de la granulation sur la surface du soleil, l'empilement par astrosurface ne doit pas etre possible. J'utilise ASICAP qui est relatrivement simple à utiliser. Les taches et la granulation doivent être toutes deux bien visibles sur les vidéos, aux aléas de la turbulence près. Pensez aussi à vouis mettre à l'ombre, ou dans le noir, car un écran éclairé par la lumière diurne est quasiment inutilisable pour réaliser la MAP. Faites un coffrage de l'écran si vous ne pouvez pas faire autrement. Pas simple quand il fait jour avec un beau soleil. J'ai retenu en moyenne 5% des images sur un millier, voir deux milles images par film maximum, soit entre 50 et 100 images d'empilement. Au foyer E=0.6"/pixel s'entend. Barlow 2X E=0.3"/pixel Barlow 3X E=0.15"/pixel Quelques mesures. Pas très simple de faire quelques mesures de résolution et des dimensions de la granulation sur les clichés, mais j'ai quand même été tenté de le faire. En moyenne, une cellule de granulation mesure entre 6 et 12 pixels, soit 9 pixels moyen pour un échantillonnage de 0.15" d'arc/pixel pour le cliché ci-dessous avec la barlow 3X, et agrandi à 400%, soit 9 x 0.15" d'arc soit 1.35" d'arc. Un petit calcul montre que la tangente de l'angle, soit tg(1.35/3600) en degré, pour une distance moyenne du soleil de 150 000 000 kms, on trouve par le calcul environ 1000 km. C'est la valeur habituelle qui est donnée dans la littérature. Les parties sombres séparant les cellules sont plus petites. J'ai mesuré entre 4 et 6 pixels, soit 5 pixels en moyenne, soit 0.7 à 0.8" d'arc pour un échantillonnage de 0.15"/pixel. C'est assez amusant de trouver cette valeur, car cela montre bien que l'instrument n'est pas en mesure de réellement calculer l'épaisseur de ces structures, car elles seraient probablement d'une épaisseur inférieur au pouvoir séparateur de l'instrument, qui est de 0.8 à 0.9" d'arc selon la longueur d'onde. Et donc, du fait de la diffraction, l'instrument a "étalé" l'épaisseur des parois sombres des granulations à son pouvoir séparateur. Pas de miracle en optique....la diffraction pointe toujours son nez lorsque l'on veut faire des mesures proches, ou sous le pouvoir séparateur de son instrument. https://fr.wikipedia.org/wiki/Granulation_solaire https://www.facebook.com/groups/280054505501593 VENUS au foyer Claude Schuhmacher
  9. 2 points
    Bonjour à tous, Une reprise d'images avec fusion (2 tuiles) car la version précédente est trop traitée avec les ondelettes. Ces images ont été prises le 14 janvier 2022. Materiel utilisé: Maksutov STF 200 à F10. Camera ASI ZWO 290MM. Filtre UV/IR cut ZWO Lune: Fraction éclairée 86% Elongation: 136° Est 500 images retenues sur 1440 pour la première image, et 500 images sur 2010pour la suivante. Prise des vidéos environ 1h30 avant le passage au méridien. Hauteur approxim ative de 60°. Traitement astrosurface proxima et registax 6. Recadrage avec FastStone Image Viewer et fusion avec Microsoft ICE. Claude Schuhmacher Golfe des Iris / Sinus Iridium - Mer des Pluies / Mare Imbrium Bonne visibilité du plateau d'Aristarque, plateau incliné d'environ 200 km de diamètre qui s'élève à une altitude maximale de 2 km au-dessus de la mer lunaire dans sa région sud-est.
  10. 2 points
    Bonjour à tous, Ces images ont été prises le 14 janvier 2022. Materiel utilisé: Maksutov STF 200 à F10. Camera ASI ZWO 290MM. Filtre UV/IR cut ZWO Lune: Fraction éclairée 86% Elongation: 136° Est 500 images retenues sur 1440 pour la première image, et 500 images sur 2010pour la suivante. Prise des vidéos environ 1h30 avant le passage au méridien. Hauteur approxim ative de 60°. Traitement astrosurface proxima et registax 6. Recadrage avec FastStone Image Viewer. Golfe des Iris / Sinus Iridium Mer des Pluies / Mare Imbrium Image centrée sur Hérododus et Aristache Rima Marius Alignement des plans lunaires Plongée sur quickmap LROC https://quickmap.lroc.asu.edu/?extent=-90,16.98492,-4.8850546,58.7753573&proj=10&layers=NrBsFYBoAZIRnpEBmZcAsjYIHYFcAbAyAbwF8BdC0yioA
  11. 2 points
    NGC2237 /NGC2238 - La nébuleuse de la Rosette Infos et localisation : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nébuleuse_de_la_Rosette Matériel : Takahashi TOA130 avec réducteur de focale et ASI1600GT Exposition : H alpha: 2 h et 30 sec de pose (241 x 30 sec) de pose - bin 2
  12. 2 points
    Bonjour, Voici le premier résultat de ma session photo de la nuit. La voie lactée au dessus de la falaise qui surplombe le mas de la guardia à Arles-sur-Tech. Cette image a été réalisée avec l'empilement de 20 poses de 8 secondes à 3200 iso prises au canon R6 avec un objectif de 24/70mm ouvert a 2-8. L'empilement a été réalisé avec SEQUATOR, et le traitement sous LIGHTROOM. Lien la full : https://1drv.ms/u/s!Av0AgEx_bcdckbFXl5haiDLbdvouvw?e=cSgwTB Vincent
  13. 2 points
    j'ai découvert en 2020 lors de l'achat de mon ASA 10N le collimateur cats'eye . lien du site constructeur http://www.catseyecollimation.com/ au premier abord , j'étais plutôt dubitatif sur son utilisation et sur son efficacité a collimater un newton dont le F/D est court 3,8. comme on dit souvent essayer c'est l'adopter . il s'est révélé excellent. pas de pile , il ne se dérègle pas et le tout peut être fait au chaud en pleine journée . ça donne envie ! c'est un système qui se compose de plusieurs tubes dont chacun à une fonction bien déterminée . - un TELETUBE XL (F/D 3.5 à 6) ou XLS (F/D 3 à 5) pour vérifier la position du secondaire par rapport au PO qui lui même doit être perpendiculaire au tube. je le fait autrement et il ne sert qu'une seule fois au début . donc INUTILE si vous suivez ma procedure - un appareil pour régler l'inclinaison du secondaire (le TELECAT ). https://www.catseyecollimation.com/sighttubes.html XL: f/3.5 to f/6.0 et XLS: f/3.0 to f/5.0 - un appareil auto collimateur (l'Infinity XL ) il montre absolument toutes les erreurs résiduelles (alignement fin du secondaire) - le BLACKCAT XL qui est un cheshire. moi j'ai le hotech qui est plus précis par son maintien dans le PO : le collimateur HoTech 2 pouces crosshair SCA son utilité : la nuit sur le terrain . n'ayant pas de documentation de son utilisation les débuts ont été difficile . j'ai trouvée celle ci qui est à peu prêt bien détaillée https://www.catseyecollimation.com/Collimate-R3-FR.pdf pour résumer : - TELECAT seul : réglage de l'inclinaison du secondaire - TELETUBE + BLACKCAT : réglage de la position du secondaire et collimateur - Infinity + TELECAT réglage de la position du secondaire et auto-collimation - Infinity + Blackcat : réglage de la collimation du primaire et du secondaire mais pas la position du secondaire. - Infinity+Blackcat+Teletube : le pack complet avant d'effectuer cette collimation il vous faudra déjà préparer le tube et vous assurer que l'ensemble des optiques soient bien réglées. je décris toutes ces étapes dans le post suivant . ce qui fait que je me passe du TELETUBE XL au préalable il faudra : - poser votre tube à l'horizontal avec le porte oculaire vers le haut afin d'éviter que le collimateur puisse bouger et fausser le réglage . - vous vous assurerez que votre mire est bien en place (un triangle collé en centre du miroir primaire ) - mettez une source de lumière à deux mètres en indirecte . le but n'est pas de vous éblouir mais d'éclairer assez le tube pour effectuer ce réglage . si votre temps est compté on peut effectuer cette collimation à la nuit nautique en mettant le générateur de flat debout à deux mètres pleine éclairage sur le coté. comme quoi on peut même réaliser cette étape en début de nuit - pour me faire gagner du temps , je remet le primaire en butée du barillet (les poussantes retirées et les tirantes serrées à fond) je considère que si le barillet est bien alignée et perpendiculaire au tube le primaire le sera tout autant. mais entre la théorie et la pratique il y a parfois une marge d'erreur passons à la première étape : réglage de l'inclinaison du secondaire insérez le TELECAT jusqu’à ce qu'il vienne en contact sur la surface TOTALE du Porte Oculaire. NT : si votre Porte oculaire n'est pas "fiable" , le tube bougera dans l'emplacement 2 pouces et le réglage sera faussé . et c'est malheureusement le cas sur pas mal de porte oculaire . on remet souvent en cause les collimateurs lasers sur leur efficacité mais c'est bien souvent votre Porte oculaire qui en est responsable ! la croix en sortie de ce tube doit apparaitre et le but en est faite assez simple : mettre la croix au centre du triangle . A l'aide d'une clé vous allez pouvoir agir sur l'une des trois vis qui "pousse" le secondaire .vous en déserrez une et vous vissez les deux autres. ne dévissez pas la vis centrale car elle maintient le secondaire sur l'araignée" ! votre secondaire est donc bien réglé en inclinaison . passons à la deuxième étape : réglage des erreurs résiduelles insérez l'auto collimateur INFINITY dans le porte oculaire le secret de cet appareil est de voir le triangle collé sur le miroir puis son reflet dans l'autocollimateur plus son reflet dans le miroir primaire (le reflet du reflet...). http://www.catseyecollimation.com/vicseq3.avi https://www.catseyecollimation.com/INFINITY XL Care Use - R2 - FR.pdf dans les faits on en voit au moins 3 et tous doivent se superposer. le 4 est vraiment très faible à voir et l'exposition à la lumière est très importante . trop de lumière on ne les voit pas et pas assez on n'en voit qu'un. la dernière étape : consiste au réglage du primaire avec le collimateur laser : le réglage du primaire se fait à l'aide d'un chershire que j'ai abordé dans ce post il vous faudra ensuite re-vérifier l'autocollimation. après 3 ou 4 itérations entre ces deux appareils votre tube sera parfaitement collimaté . la collimation future avec le laser se fera rapidement pour tout vous dire j'ai souvent pratiqué autrement et cela pourra surprendre je ne fait pas le réglage sur le secondaire avec INFINITY mais sur le primaire ! j'évite ainsi l'étape de collimateur laser ; les itérations entre le deux appareils et le résultat est aussi bon. enfin j'ai pas vu de différence quand une collimation n'est pas parfaite vous obtenez ce type d'étoiles à la forme disgracieuse . alors que dire de cet appareil : - une précision redoutable - ne se dérègle pas dans le temps - assez cher - s'utilise principalement de jour - un éclairage indirect est nécessaire (lampe , générateur de flat ,soleil ) et un mur clair conclusion : c'est le meilleur "collimateur" que j'ai pu avoir entre mes mains bon ciel Christophe Collimate-R3-FR.pdf INFINITY XL Care Use - R2 - FR.pdf Spotting_hotspot_FR.pdf TELE-TUBE XLS Care & Use-FR.pdf XLKCDP-R7_fr.pdf XLK-HotSpot-R1_fr.pdf
  14. 2 points
    dans le monde des focusers , le TCF leo s'est fait une place parmi les astrographes. certes il n'est pas donné mais c'est ce qui se fait de mieux à ce jour . il y a bien le ESATTO mais a ce jour il n'y a pas encore beaucoup de retour sur celui ci pour faire la comparaison et lui faire de l'ombre. le TCF leo est fabriqué par la société Optec https://www.optecinc.com/astronomy/catalog/tcf/19740.htm sa forme est atypique et il permet d'y loger des correcteurs de coma de 3 pouces Spécifications du TCF-Leo : Épaisseur totale: 31,8 mm à 40,6 mm Déplacement de la mise au point: 8,9 mm Point médian de la mise au point: 36,2 mm Voyage total en étapes: 112 000 étapes Résolution de l'étape: 0,08 microns Poids: 0,85 kg Capacité de charge utile: 9 kg Montage côté télescope: queue d'aronde OPTEC-3600 Montage côté caméra: OPTEC-3000, tube de traction de 3 pouces Système de contrôle: contrôleur FocusLynx (inclus) j'ai choisi le modèle Split-Clamp sur recommandation de "florent poiget" en faite c'est un serrage annulaire et non avec 3 vis comme on peut le voir sur les autres focusers : très pratique pour serrer le correcteur de coma il est fournit avec deux clés dont l'une est utilisée pour ce serrage (clé jaune) et l'autre plus spécifique pour fixer le focuser à la base par trois vis (clé rouge) il est fournit avec un boitier de contrôle Focuslynx qui permet de gérer l'ensemble des éléments : sonde thermique , raquette , 2 focusers , liaison avec PC les points négatifs ou pouvant être gênants : - le premier défaut étant que ce module de gestion n'a pas été intégré au focuser et il faut bien l'installer quelque part. moi je l'ai pour le moment installé sur ma demi colonne mais j'envisage de le pose en fixe au dessus de mon newton. - le deuxième point noir c'est que le fonction Wifi est en option là ou il est intégré sur le ESATTO. pour le moment je le gère avec le câble USB et cela me suffit largement.donc pas vraiment une contrainte - la course est très faible de 8,9mm par pas de 0,08 microns là ou le sestosenso et ESATTO font mieux il faut donc bien calculer sa position pour être au bon backfocus. la bague adaptative a été réalisée par la société skyméca : solide , finition impeccable pour un prix contenu - la quatrième point noir c'est sa sonde qui faut bien positionner quelque part (idem aux autres focusers) et sa connectique est spécifique et pas des plus pratiques. je les bloqué sur la fixation d'un des anneaux - le dernier points noir c’est pour régler le Tilt de la caméra . étant large il est difficile de passer une clé allen pour régler le tilt si le backfocus est faible entre le correcteur de coma et la caméra ( dans mon cas de 57mm). j'ai donc préféré raccourcir la bague pour laisser plus de mou sur la fixation du correcteur. Spécifications fonctionnelles: Commande de moteur pas à pas: moteurs pas à pas bipolaires et unipolaires, Résolution: contrôleur 16 bits avec une plage de 65 535 pas par focaliseur, Connectivité PC: USB / série, Ethernet ou WiFi 802.11 en option, Commande manuelle: 2 boutons en option avec lecture numérique, Connexion WiFi: compatible 802.11b / g en option, Deuxième pas: carte fille enfichable en option, Puissance d'entrée: alimentation universelle 12VDC (entrée 110 à 230VAC) Connexions du port FocusLynx: Focuser 1: prise RJ45 pour Cat-5e / Cat-6 standard vers focuser, Focuser 2: deuxième carte pas à pas en option pour prise RJ45, Alimentation: entrée 12VDC, fiche 2,5 x 5,5 mm, broche centrale positive, Réseau: prise Ethernet RJ45 standard, Contrôleur manuel: prise RJ22 pour cordon téléphonique standard, Série: prise RJ12 pour câble USB / série Optec (inclus). voulant faire aussi de l'observation bien que ce ne soit pas vraiment approprié pour ce tube , j'ai acheté la bague adaptative en sortie 2 pouces. elle est aussi utile pour y mettre le collimateur cateyes. https://www.optecinc.com/astronomy/catalog/adapters/optec-3000/17804.htm passons à ces avantages : - il est compact et ne prend pas de place en épaisseur - le poids est contenu - la finition du focuser est indéniable - il supporte un poids de 9kg test du TCF leo - le serrage annulaire (option) est sensationnel pour ne pas dire fantastique - et le must : au démarrage de celui ci il se rétracte au point zéro pour reprendre sa position home (celle décidé par vous lors de l'arret ) c'est ce que je reprochais au système sestosenso de primaluce : en cas de plantage ou d’arrêt brutal il faut refaire l'initialisation , et a chaque arrêt il fallait le rétracter j'ai dernièrement décidé d'acheter la raquette de commande pour me passer du PC lorsque je fais du visuel . il existe deux raquettes #17680 - TCF Hand Controller with IN and OUT buttons : https://optecinc.com/astronomy/catalog/tcf/17680.htm #19695 - Hand Control with Digital Read-Out https://www.optecinc.com/astronomy/catalog/focuslynx/19695.htm j'ai choisi la plus complète pour installer le logiciel de gestion sur le PC , il vous faudra passer par ce lien pour télécharger les drivers et le software https://www.optecinc.com/astronomy/downloads/focuslynx.htm ce logiciel est simple d'utilisation et comporte tous les options nécessaire pour bien le gérer. il est très bien reconnu par le logiciel Prism V10 et le déplacement se fait non pas en pas mais en mm. la température à l'air d'être conforme mais j'ai constaté un décalage avec le système du pégasus. c'est un point que je vérifierais plus tard le constructeur vous permet de choisir deux options mais il faut pour cela que le firmware FocusLynx Hub soit à la version v2.2.1 : Avec les moteurs pas à pas, la vitesse et le couple fonctionnent généralement inversement. Autrement dit, des vitesses plus élevées entraîneront généralement un couple plus faible. 1- L'option TCF-Leo Hi-Torque Focuser Type peut gérer de manière fiable des charges utiles jusqu'à 9 kg 2- Si vous préférez un mouvement plus rapide de votre porte-oculaire, sélectionnez plutôt le type d'appareil de mise au point TCF-Leo Hi-Speed. Il y aura une réduction du couple disponible, mais le porte-oculaire rentrera généralement en moins d'une minute. La charge utile maximale recommandée pour le type d'appareil haute vitesse TCF-Leo est d'environ 5 kg. les mouvements de ce focuser sont très rapides mais aussi audibles . conclusion : il transpire la qualité et je suis contant de son acquisition. il est fiable ; performant et répond à toutes exigences même si il m'a fallu attendre 6 mois pour l'avoir. Test de la température : il fallait bien trouver un défaut à ce porte oculaire . le décalage est minime mais bien présent (1°C ). le câble de la sonde est bien embêtant : ni trop grande ni trop petite . on ne sait pas trop ou la fixer ! la compensation en T° : cela fonctionne normalement avec prims V10 mais j'ai constaté une chose très étrange. - une chute des températures puis une remontée de celle ci pour ensuite redescendre..... chose que je ne pourrais expliquer le backslash : il existe bien mais il est tellement minime qu'il est inutile de le prendre en compte . 19740_TCF-Leo Installation_rev1.pdf
  15. 1 point
    C/2022 E3 voguait non loin de M56 hier soir: https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25643 N200 F3.8 QHY 294M 80x30s
  16. 1 point
    dans le monde l'astronomie planétaire les télescopes cassegrains ayant un diamètre supérieur à 250mm ne sont pas courant sur le marché de l’occasion . par un concours de circonstance , je suis tombé sur une vente d'un astram nommé hAlfie lien de la mise en vente du vixen VMC 260 L en ces mots il décrivait son matériel : "Sa formule optique est un dérivé du Maksutov Cassegrain, le ménisque étant remplacé par un correcteur devant le miroir secondaire. Cela permet de garantir un champ plan sur plus de 10mm avec petits pixels (15mm avec gros pixels), Le tube est équipé des accessoires suivants : -Chercheur 7x50 réticulé( non éclairé) -Baader ClickClock au format Vixen M60/50,8mm -Une bague Skyméca neuve sur mesure au format M60 Vixen/SCT 2’’ en sortie permettant de visser n’importe quel accessoire SCT, Niveau pedigree : -acheté en 2008 à Galileo par Raymond Sadin qui s’en servait pour faire des articles sur la lune, -racheté ensuite par Jean-Marc Bédon qui a adapté des ventilateurs pour accélérer la mise en température (il est électronicien) et a repeint le tube en blanc (au lieu du vert d’origine) pour de meilleurs échanges thermiques, -racheté en 2017 par moi-même après l’avoir passé sur le banc à Optique Unterlinden, Rémi l’a jugé excellent (comparé à ce qu’ils ont l’habitude de voir avec des Mewlons 250 et 300)." A la vue de cette annonce je n'ai eut que 15mn pour prendre ma décision pour l'acheter. suivant le descriptif du constructeur il a tout pour plaire d'autant que les personnes qui l'ont utilisé sont connues et reconnues dans ce domaine. ce tube n'est pas très connu et pourtant il mériterait de l'être . les tests sur ce tube ne courent pas les rues . descriptif technique du VMC260L : MC signifie Maksutov-Cassegrain . le télescope est un Field-Maksutov-Cassegrain Type de construction Cassegrain Ouverture 260 mm Focale 3020 mm Grandissement de l´ouverture (f/) 11,6 Pouvoir séparateur 0,44 Valeur limite (mag) 13,9 Pouvoir collecteur de lumière 1380 Grossissement utile maximum 520 Poids du tube 12 kg diamètre du tube 304 mm Longueur du tube 650 mm Matériau du tube : en Aluminium Type de miroir secondaire :sphérique Construction du miroire principal : sphérique Aération miroir primaire : non mais modifié depuis Araignée du miroir secondaire : 4 branches de seulement 1,3 millimètre d'épaisseur poignée pour le transport ménisque dans le secondaire. obstruction de 40% apparemment un champs corrigé de 10mm en le voyant la première fois ce tube rien ne présage à la bonne impression qu'on peut en avoir par la suite . il ressemble à tant d'autres ! première particularité constaté .....le tube est ouvert avec un correcteur intégré dans le secondaire et ça pour le planétaire ce n'est pas commun. la plus part sont fermés par une lame dont les SC ou par un ménisque comme sur les mak Il permet une rectification sphérique et non parabolique ou hyperbolique du miroir secondaire, ce qui est beaucoup moins coûteux et plus précis. De plus, le ménisque évite d'avoir à utiliser une lame de Schmidt à l'extrémité avant du tube cela a permis de réduire au maximum sa longueur et éviter la buée . je tiens à préciser je n'ai jamais utilisé de résistance chauffante ou de pare buée . pourtant le temps ne s'y prête pas vraiment en ce moment ! la deuxième surprise et pas des moindres : son poids . j'ai l'impression d'avoir entre mes mains ma lunette Astrotech 106LE et pourtant non c'est bien un tube de 305mm de diamètre . A peine 12kg ! d'origine ce tube n'est pas de couleur blanche mais vert foncé. d'autre part il ne comporte pas de ventilation à l’arrière du tube ce qui est bien dommage car cela accélère la mise en température . là ou il me faut facilement 1 heure 30mn pour mettre mon zen 250 en température ici il ne me faut qu'une 1h00 ventilos activés. c’est toujours ça de gagner . ces ventilos sont assez bruyants en raison de leur diamètre mais l'efficacité est au rendez vous (malgré la pose de filtres en entrée) la mise sous tension des ventilos se fait par une simple fiche jack 2,1 . simple et efficace ! attention la sortie est en M60 et non au filetage SC . pour cela vous devrez acheter un bague adaptatrice A partir de là tout sera possible d'être installer . passons au chercheur . c'est un 7x50 . le système d'attache est simple et sur . le réglage du chercheur se fait classiquement par 3 vis . il est assez précis et assez lumineux pour remplir sa fonction . le seul défaut et pas des moindres : il n'est pas rétro éclairé . c'est bien dommage car cela n'aide pas à rechercher l'objet désiré . on est obligé de le régler avec un petit décalage pour s'assurer de sa bonne mise en position autrement l'étoile disparait . cote collimation . est ce assez simple à réaliser ? la réponse est ambiguë : oui et non . tout se fait par l'avant mais a chaque réglage votre bras vient obstruer le tube . pas simple ! il suffit de dévisser une des vis et de régler les deux autres tout en respectant les préconisations : - avoir une nuit calme (avec un bon seeing ) - mettre en température le télescope (sortie 1 heures avant , tête en bas et ventilé) - mettre le pare buée - prendre une étoile de forte magnitude - proche de la polaire - grossissement avec une Barlow Televue 2x sans renvoi coudé ! - bien centrer l'étoile sur le centre de la caméra - vérifier en intra et extra l'alignement - s’aider de la croix virtuelle de la caméra pour avoir l’étoile centré et vérifier le centrage de l’ombre du secondaire - prendre une photo pour vérifier avec le logiciel " Al's Collimation Aid" la bonne collimation. - faire une vidéo pour s'assurer que la tache d'airy est bonne par contre une chose est indéniable : sa collimation ne bouge pas ou presque pas même après avoir fait 500Km . surprenant ! l'autre bonne nouvelle réside du cote Shifting . il est très très faible sauf si on y fait attention. l'étoile reste dans le champs et ça s'est un vrai plus ...et pour la collimation c'est aussi un bon point le deuxième problème auquel j'ai été confronté : la queue d'aronde ne rentre pas sur celle de la 10 micron . un des bords est oblique alors qu'il faudrait l'avoir droit (de plus la queue était trop large). un coup de disqueuse et le tour est joué au final après avoir posé mon focuser feather touch 2 pouces et son moteur de mise au point sesto senso 2 me voila prêt pour effectuer les tests visuels le test visuel : l'image est stable et le piqué est là . c'est la CLAQUE ! mais les choses sont un peu moins brillantes après cette premier impression . l'image a tendance a aller vers un jaune très très léger et ça quelque soit l'oculaire utilisé . il est presque certain que c'est l'obstruction de 40% du baffle qui est responsable de cette chute de luminosité - avec un nagler 16mm la teinte part vers une couleur plus orangée . je vous déconseille ces oculaires pour ce type de tube - avec un TS20mm réticulé la couleur est plus neutre et tend vers un très léger jaune . il faut dire que cet oculaire n'est pas un foudre de guerre - avec les oculaires orthoscopiques Tani on retrouve "presque" le noir et blanc demandé . sur ce point le Zen 250 le surpasse même avec une barlow car son obstruction n'est que de 33% lors de mon premier essai avec un 9mm j'ai pu monter à un grossissement de 338x avant que l'image ne se dégrade .sur le second essai après avoir refait la collimation et avec un meilleur seeing j'ai pu à ce moment monter à un grossissement de 500x l'objectif est remplit puisque je voulais atteindre les x2D .par contre j'ai déjà fait mieux avec le mak zen250. avec une collimation plus affinée je pense pouvoir encore améliorer les capacités de ce tube le test en VA : avec la même caméra et en faisant le test avec les deux tubes (le vixen et le zen 250 ) le résultat est sans appel : l'image est bien meilleure et est beaucoup plus stable sur le VMC260L cela est certainement du à la mise en température beaucoup plus longue sur le Zen 250 en raison du ménisque qui ferme le tube. certains pensent que le focuser est inutile en planétaire .... bien au contraire je le trouve très utile . la molette de mise au point est douce et assez précise jusqu’à un certain point. c'est au moment ou l'image devient nette que je vous conseille de passer au moteur pour affiner la mise au point . cela évite les tremblements du tube et la gène que cela peut occasionner. côté photographie lunaire et jupiter : c'est presque un jeu d'enfant . je ne dis pas qu'on réussi a chaque fois ces vidéos mais on a beaucoup moins d'échec qu'avec le mak. les "images" des vidéos sont plus stables et cela en facilite le traitement pour Jupiter c'est plus compliqué . autant je maitrise à peu prêt les paramètres avec le lunaire autant je découvre le monde photographique et du traitement des planètes lointaines une chose est certaine ,je vais devoir reprendre la collimation et l'affiner....et ne pas forcer sur la focale. beaucoup de travail (et d'échecs) en vue pour s'améliorer cote ciel profond : j’attendrais d'avoir acheté le reducteur Vixen 0,62x pour donner mon avis . alors que dire de ce tube en planétaire. un grand nombre de points positifs : - Un poids de seulement 12Kg alors que mon zen en fait 15kg - Un tube ouvert qui permet une mise en température rapide (compter 1h00) - Pas de lame de fermeture évitant ainsi le dépôt de buée - Une correction dans le bleu (sphérochromatisme) - La collimation qui ne bouge pas sur de courtes distances ou très peu sur de grandes distances - le piqué des images - un grossissement de 500x voila pour les bon cotés . passons aux mauvais même si ils sont rares : - un très infime Shifting ..... si on y prête attention . -une obstruction de 40% avec une perte de luminosité - un chercheur qui n'est pas retro éclairé . dommage car cela complique un peu les choses ! - son prix qui pique un peu mais face au mewlon aucun regret conclusion : ce télescope a tout pour plaire pour faire du planétaire en visuel comme en astrophotographie de part sa conception il rivalise avec plus d'un mak ou de SC .....voir les dépasse par la stabilité de sa collimation , son piqué , sa mise en température et sa légèreté . de par son diamètre il fait même concurrence aux lunettes dont le prix s'envole a partir des 100mm de diamètre il est particulièrement adapté au nomade par son poids très léger ; sa mise en température rapide et sa collimation qui reste stable malgré de longues distances parcourues je vous le conseille . si vous avez la chance d'en voir un vente d'occasion , n'hésitez pas l'achetez vous ne le regrettrez pas . c'est le meilleur rapport perf/prix/qualité que j'ai pu trouver à ce jour bon ciel Christophe
  17. 1 point
    Malgré une transparence mauvaise, j'ai pu imager deux comètes la nuit dernière: C/2022 E3 en 39x30s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25636 et C/2017 K2 en 27x30s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25635
  18. 1 point
    Deux nouvelles comètes imagée sous un ciel peu transparent: C/2019 U5 en 20x30s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25614 et C/2020 O2 en 20x30s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25615
  19. 1 point
    Bonjour, Comme je n'ai pas mes lentilles adaptées à ma vue (je me suis fait opérer de la cataracte en janvier dernier et que j’ai eu des problèmes pour faire calculer ma nouvelle correction) et que la météo était clémente, je me suis rabattu sur une soirée d'astrophotographie sur ma terrasse. J'ai décidé de lancer deux projets simultanément : - commencer la prise de vues de la galaxie m101 avec la lunette 76 EDPH sur monture AZ EQ6 asservie par un boitier ASIAIR PRO. - faire un timelapse montrant les lueurs du couchant et celles du levant (je dis ça parce que ma poignée grip a lâchée 1h avant le lever du soleil que j’avais prévu de capturer) avec l’Eglise saint sauveur et le début du VALLESPIR en fond. J’avais également pour objectif de profiter des quelques heures séparant le crépuscule et l’aurore astronomique pour faire une circumpolaire avec les images capturées durant cette période. Après avoir retiré les deux bâches protégeant mon matériel, j’ai constaté que celui-ci était resté bien au sec malgré plusieurs mois de mauvaises météos. Je dispose donc désormais d’un poste fixe ou semi-fixe que je ne compte plus faire bouger tant le fait de pouvoir disposer de mon matériel en cinq minutes est pratique. J’ai pu réaliser durant cette session mes darks, offsets à -10 degrés avec un gain de 111, la couche rouge et ses flats ainsi que la couche verte et ses flats. Il me reste à faire la couche bleue et la couche luminance avec les flats qui correspondent. Je vous présente ce soir la circumpolaire réalisée avec un canon R6 et un objectif RF 15-35mm série L réglé sur 15mm. Le boitier était réglé en mode priorité ouverture. Cette dernière était fixée à 2,8. Les ISO maximum pour une sélection automatique étaient réglés à 6400. J’ai utilisé une commande externe que j’ai configurée pour déclencher une pose toute les 9 secondes (pour avoir des étoiles ponctuelles, l’application photopills, avec la règle NPF, donne pour ce boitier, cette focale et cette ouverture une pose de 9,28 secondes maximum) et un nombre illimité de poses. Cette image résulte de superposition sous le logiciel SIRIL de 1 931 images, le process a été le suivant : importation des images au format en cochant l’option « dématricer », puis dans l’onglet empilement utilisation de la méthode empilement du pixel maximum. Elle a ensuite été enregistrée au format TIFF puis traitée sous LIGHTROOM : correction manuelle de la distorsion de l’objectif, légère baisse de l’exposition etc… Bientôt le timelapse et j’espère l’image de M101. Vincent
  20. 1 point
    cette fois je vais m'attaquer a la charge utile que peut porter un 10 micron HPS1000 et vous montrer que l'on peut déporter une partie de la charge ailleurs bien souvent on considère que la 10 micron est une monture équatoriale à faible capacité en charge . c'est en théorie vrai et faux en même temps 25kg de charges ça à l'air peu mais il ne faut pas oublier que pour la "plus part" des autres montures on doit souvent retirer 1/3 du poids en charge pour faire un bon suivi en astrophoto du CP . mais pourquoi ? les constructeurs ont l'habitude de surévaluer le poids en charge et le suivi est moindre que sur une 10 micron en CP. autant pour le visuel et pour le planétaire cela n'a que peu d'effets autant sur le ciel Profond c'est un paramètre a ne pas délaissé. avec la 10 micron c'est 25Kg QUELQUE SOIT ce que l'on veut faire avec une précision remarquable. autant dire que c'est un régal quand on sait que les tubes planétaires sont plus lourds et que leur focale est importante pour alléger la charge de cette monture il suffit de la reporter ailleurs. mais ou ? après avoir vendu un lunette guide une TS60/330 , je me suis retrouvé avec des anneaux de guidage Primaluce sur les bras . comme je n'aime pas jeter (vu le prix) et que j’envisageais d'acheter un eagle 4S je me suis posé la question suivante : comment utiliser cet eagle 4S sur mes différents set-up, sans alourdir la charge utile et tout en le déposant à la fin de chaque séance ? il est bon de préciser que je ne suis pas à poste fixe ! j'ai bien mon système de fixation propre au boitier pegasus lien que j'utilise depuis 2 ans mais il faut reconnaitre que cela demande un petit effort et l'utilisation d'une clé allen. rien de bien méchant mais en pleine nuit c'est un peu embêtant de perdre une vis dans le noir . d'autre part cela allonge la barre de contrepoids et le boitier eagle 4S que j'aborderais dans un autre post est d'une taille assez imposante. et quand la place est limitée cela peut devenir un vrai soucis. je parle en connaissance de cause c'est a ce moment qu'une idée m'est venue : ré-utiliser ces anneaux sur la coque de la 10 micron. j'ai comparé le diamètre de ces anneaux avec le diamètre de la coque de l'axe de l'ascension droite de la monture et j'ai constaté qu'ils étaient identiques . l'idée de base était née . restait à le mettre en œuvre et a vérifier sa faisabilité . ça été chose faite en deux jours de tests avec une dizaine de montages possibles les montages sont multiples avec seulement deux anneaux de guidages et un queue d'aronde mâle vixen de primaluce. on peut ainsi mettre un boitier asiair , un boitier pegasus , un eagle 4 de primaluce , un boitier d'alimentation , boitier de gestion pour un focuser , etc...et j'en passe les choix sont modulables suivant vos setups . A vous de choisir vous n'avez que l’embarras du choix . mais voila cela me posait quelques soucis car je dois déposer le tout en fin soirée . j'étais donc confronté à 3 problèmes principaux : 1- pouvoir le démonter facilement tous les soirs sans abimer le revêtement de la monture car les anneaux ne sont pas protégés par de la feutrine . vous n'aurez pas ce soucis en poste fixe 2- pouvoir augmenter le nombre de supports car sur ces anneaux de guidage il n'est pas possible de fixer une autre barre de l'autre coté 3- éviter que la monture vienne taper dans les supports et ces équipements . Faite bien Attention à ce point car l"espace entre le tube et la monture n'est pas tres grand ! la solution est assez simple mais 3x plus chère : utiliser des colliers de fixations de 115mm à 249€ de primaluce on répartit ainsi la charge en rajoutant une autre queue d'aronde mâle de l'autre coté (24cm sur la photo) , le système de fixation est plus simple et j'évite avec la feutrine d'abimer le revêtement de la monture vous me direz : c'est bien tout ça mais cela a un coup . en effet il vous faudra débourser à minima 370€ pour les colliers et deux queues d'arondes la finalité : cela m'évite de dépasser la charge maximale de 25Kg de la HPS1000 et de débourser 14600€ pour passer à une HSP2000 combi avec 25KG je peux facilement mettre un Tube optique PlaneWave CDK 12.5" + raf et caméra comprise j’espère que cette idée vous aura plus. en tout cas elle répond à mes attentes bon ciel Christophe
  21. 1 point
    Bonjour à tous, Une sortie le 7 mai pour imager la lune avec la lunette APO APM LZOS de 152mm. Pas trop de difficultés pour faire la mise au point malgré la turbulence atmosphérique assez présente. SETUP: Lunette + Barlow Televue 3X + filtre UV/IR cut + ASI ZWO 290MM échantillonnage: 0.15"/pixel 600 images retenues sur 1915 avec asicap. Traitement astrosurface proxima complet Recadrage FastStone Image Viewer Commentaire: L'echantillonnage étant de 0.15" d'arc/pixel, le ratio : PS de 0.9" d'arc à 550 nm (critère de Rayleigh) par rapport à l'échantillonnage de E=0.15"/pixel donne une valeur de 6. On est assez loin de la valeur de 3 communément admise pour la haute résolution. La conséquence de ce suréchantillonnage est qu'il est variable selon la longueur d'onde. En effet, le pouvoir séparateur de l'instrument varie selon la longueur d'onde de la lumière. Le tableau joint donne un ratio variant de 7.7 à 700 nm pour se réduire à 4.4 à 400 nm. En faisant abstraction de la variation du strehl de l'instrument selon la longueur d'onde, et de la réponse du capteur 290MM, on conçoit qu'il est mathématiquement impossible d'avoir une image nette. Par contre, le logiciel de traitement astrosurface Proxima doit probablement pallier ce problème lors de l'empilement et du traitement ondelette de l'image. Nous n'avons pas fait appel à Registax 6 pour cette dernière opération. Sur les conseils de @sebseacteam, il doit être possible d'améliorer la définition avec un filtre vert Wraten #56 (UV/IR cut inclus). J'ai pu vérifier que le filtre Baader continuum ne pouvait pas convenir, car la bande passante est trop étroite pour cet échantillonnage. Le temps de pose nécessaire devient excessif pour passer au travers de la turbulence atmosphérique. Réponse du capteur ASI ZWO 290MM Tableau de préconisation des filtres colorés: http://www.astrosurf.com/luxorion/rapport-filtres-colores.htm Claude Schuhmacher
  22. 1 point
    pendant un an je me suis servi de mon module GPS et de la station météo j'ai donc décidé de passer à la version supérieur : le MGBOX V2 c'est un tout en un (GPS, station météo ) et nul besoin d'avoir un PC pour envoyer les informations à la monture j'ai donc reçu ma MGBOX.V2 model 17-2 et j'ai été surpris de voir que le boitier était noir comme les MGPbox alors que l'étiquette marque bien le modèle MGbox.v2. bon passons cela n'a pas d'importance ce n'est qu'une coque il faut installer le logiciel MGBOX 1.5.1 , avoir la derniere version 10 micron 1.16.11 (à minima 1.15 ) et mettre le bon firmware du module. le module est connecté au PC par la câble USB avec la version standard , au bout d'un moment j'ai enfin pu avoir les coordonnées GPS /température / hygrométrie. c'est assez long à mon gout.....il faut être patient. vous allez comprendre à la fin le module fonctionne donc normalement et m'affiche des valeurs très très proche de la réalité. reste un petit réglage d'offset (calibration) pour avoir les bonnes valeurs. je veux l'utiliser en direct sur la monture. je connecte donc ma MGBox V2 sur le port RJ11 de la monture et là patatra . bien qu'ayant validé la reconnaissance au démarrage du GPS il ne le voit pas. j'essaye de nouveau avec mon ancien module GPS et là il le reconnait bien. j'ai donc bien un soucis avec ce nouveau module et le soucis vient qu'il ne faut SURTOUT pas utiliser le firmware 10 micron . il est dépassé et inutile à ce jour on se demande pourquoi il est encore disponible (pour les anciennes versions ) il faut dire que la documentation fournie par astromi n'est pas très claire et c'est le moins que l'on puisse dire . oubliez celle de leur site et prenez ce lien qui est sur ma page : https://astromi.ch/Files/MGBox/MGBox recommended setup English.pdf vous devrez utiliser le firmware standard ! le module MGBOX V2 sera reconnu sur un port COM (8 chez moi ). vous pouvez choisir le RS232 ou l'ASCOM. la différence : le module ascom remonte l'info dans les applis qui ont besoin de ces données . le port RS232 va envoyer les infos à la monture ou les stocker dans un fichier "bootlock.txt" j'ai choisi "ascom" pour que prism V10 puisse avoir ces données. si vous voulez utiliser le module en autonome avec la monture il vous faudra valider plusieurs fonctions sur la raquette local Data , site ,current : from GPS local Data , USE GPS Data : ON local Data , Boot GPS Sync : ON local Data , refraction ; auto pressure : ON local Data , Enable Refraction : ON local Data , Weather Station : Always Update autre chose importante et pas des moindres : brancher le module sur la monture et mettez l'alimentation . même si la monture est arrêtée , le module est toujours sous tension ! le boitier MGBOX V2 s'initialise et se met à clignoter. TANT que la led clignote vous ne devez pas lancer le logiciel de la monture . lorsqu'elle s’éteint le module est initialisé et est fonctionnel. vous pouvez démarrer la monture qui reconnaitra votre boitier comme un GPS et une station météo. si vous lancez la monture avant l'initialisation du module MGBOX V2 il ne sera pas reconnu. et le tour est joué. V2.0 apporte des corrections vous pouvez aussi le raccorder sur la monture et sur le PC en même temps . la monture verra les données et votre applicatif MBOX vous donnera les valeurs. en remote vous pourrez ainsi mettre à jour le firmware du Module bon ciel christophe MGBox recommended setup English.pdf MGBox Series Windows Application English.pdf la version MGBOX V2.0.P0 apporte certaines corrections et l'ergonomie a été revue liste des versions avec les améliorations et modifications : -Version 2.0.0 -Complete rewrite of the application to make it more modular and introduce new functionality -Installs in parallel with your existing installation -New Options available in the setup screen -New Options for exporting data -Data can now be automatically exported -Humidity is now exported as well -Please see Manual for additional details -Version 1.5.0 -Add command line support for MGPBox pulses. See manual for further details -Minor fixes -Version 1.3.5 -The chart now uses imperial units as well when that is selected in the setup screen. -Version 1.3.2 -Minor improvements here and there -Version 1.3.1 -Add logging to ASCOM discovery code -Improve parsing of altitude value -Version 1.3.0 -Fix small bugs -Fix issue where values would not be displayed correctly if "," was used as decimal sign -Add option to set units in setup screen. Default is metric. Imperial just changes the display, behind the scenes metric units are still used. -Version 1.2.4 -Minor improovements and bugfixes -Version 1.2.3 -Only bring the log window to the front when it's not already there, in case an error is logged -Version 1.2.2 -Allow Firmware updates if the devicetype is unknown (e.g. because of older Firmware versions) -Version 1.2.0 -Partial rewrite of the application -Addition of Autoupdater -Version 1.1.3 -Change NMEA Ticket handling -Version 1.1.2 -Added option to reboot MGBox thru the Setup Screen -Version 1.1.1 -Fix Application crash when closing the log-Window via the 'X' in the top right corner -Version 1.1 -Small change to the output of debug information -Version 1.0.9 -Add option to output debug information -Version 1.0.8 -If searching MGBox, invalidate values. This will make the display (such as pressure etc) go N/A instead of staying at the last value. -Bugfix: In some cases the application window location was outside the screen rectangle, thus the user had no way to get the app back
  23. 1 point
    Images prises dans les mêmes conditions que celles décrites dans le billet du 20 avril 2022. Pour comparaison. On met en évidence la rotation solaire sur une journée terrestre avec l'apparition du groupe AR2996 sur le bord solaire, ainsi que les modifications de la structure des taches. Certaines semblent rester assez homogènes, d'autres se modifient rapidement sur 24 heures. Rien que l'on ne sait déjà, mais c'est toujours bien de le visualiser. Le soleil est un astre "vivant"
  24. 1 point
    L'association " Astronomie en baie d'Armor " à laquelle j'ai appartenu jusqu'en 2021 a désormais son site internet http://www.astrosurf.com/astroenbaiedarmor/
  25. 1 point
    Bonjour à tous, Mêm setup que le précédent billet mais avec un filtre OIII ce coup-ci, pour la première image centrée sur la tache AR2960, puis avec une barlow, la TAL 2X pour l'image suivante. La turbulence ainsi que les passages nuageux n'ont pas aidés aujourd'hui pour faire une bonne mise au point. J'ai laissé tomber une prise vidéo avec la barlow 2X et son extender pour avoir du 3X. Claude Schuhmacher
  26. 1 point
    Bonjour à tous, Mon abri étant opérationnel depuis peu, j'ai installé ce matin ma lunette de 152mm. Le ciel étant parfaitement dégagé, j'ai pris le temps d'observer le soleil et de constater qu'il y avait un certain nombre de taches solaires. Setup: Lunette Apo 152mm F1200mm, Hélioscope de Herschel 2" APM, caméra ASI ZWO 290MM, et filtre IR/UV cut ZWO. L'échantillonnage doit se situer à 0.6" d'arc par pixel. Sur une vidéo de 2000 images, j'en ai retenu 10% avec Astrosurface Proxima, suivi d'un emplilement Registax 6. 2022-03-08-1105_7-CapObj.AVI.txt Pour l'identification des groupes, on peut se référer à l'image suivante. Claude schuhmacher
  27. 1 point
    Deux images hier soir sous un ciel peu transparent... C/2020 V2 en 60x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25247 et 67P en 62x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25248
  28. 1 point
    Infos et localisation : https://fr.wikipedia.org/wiki/M95_(galaxie) Matériel : Takahashi TOA130 avec réducteur de focale et ASI1600GT + Filtre IDAS LPS-P3-ZF Exposition : 2 h 44 min de pose - bin 1 Luminance 2 h 44 min (164x60sec)
  29. 1 point
    Malgré une forte humidité ambiante, j'ai pu imager/mesurer trois comètes hier soir: 29P/Schwassmann-Wachmann en 31x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25235 70P/Kojima qui se ballade dans un chouette champs galactique du Lion.65x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25234 Et C/2020 J1 en 48x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25234
  30. 1 point
    J'ai pu imager trois comètes hier soir: 29P/Schwassmann-Wachmann en 43x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25194 71P/Clark en 40x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25195 et 73P/Schwassmann-Wachmann en 35x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25201
  31. 1 point
    Je me suis à nouveau tourné hier soir ver la comète 108P/Ciffreo avec 2h30 de poses cumulées. Il semble que le pseudo nucleus soit bien toujours actif. Magnitude mesurée de 19.5 tout de même! https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25163
  32. 1 point
    Infos et localisation : https://fr.wikipedia.org/wiki/M109 Matériel : Takahashi TOA130 avec réducteur de focale et ASI1600GT + Filtre IDAS LPS-P3-ZF Exposition : 6 heures 9 mn de pose - bin 1 Luminance 1 h 47 min (107x60sec) Rouge v 1 h 8 min (68x60sec) Vert 1 h 2 min (62x60sec) Bleu 1 h 2 min (62x60sec) Halpha 1 h 10 min (70x60sec)
  33. 1 point
    Petite moisson cométaire la nuit dernière avec pas moins de 6 comètes imagées. De 19h à23h30, le SQM a évolué de 19.2 à 19.92, un record par chez moi (zone périurbaine) 19P/Borrely en 18x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25123 104P/Kowal en 34x60s et un Gradient rotationnel de 15° https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25124 4P/Faye en 40x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25125 67P en 30x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25126 C/2020 V2 en 30x60s avec un GR de 15° https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25127 et enfin C/2020 M5 https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25128 Il semble que de nouveaux darks soient nécessaires...
  34. 1 point
    Une image rapide ce soir de la comète 29P/Schwassmann-Wachmann qui a connu un sursaut le 11 février. https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25089 infos sur l'image.
  35. 1 point
    Quelques images cométaires d'hier soir: 4P/Faye en 30x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25007 108P/Ciffreo et son aspect toujours particulier, en 40x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25008 C/2019 L3 en 30x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25009 et 67P, toujours aussi photogénique, en 40x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25010
  36. 1 point
    Salut Deux astres chevelus imagés ce matin C/2020 V2 https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=24952 et A/2021 F1 dont la dénomination devrait changer rapidement au vu de son aspect cométaire bien établi depuis quelques jours. https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=24953
  37. 1 point
    Levé tôt ce matin pour imager deux comètes au N300 F3.8 et QHY 294M A/2021 F1 pour confirmer son aspect cométaire 27x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=24933 Et C/2017 K2 qui fait son retour le matin, en seulement 7x60s avant l'aube. https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=24934
  38. 1 point
    Trois comètes mesurées hier soir sous un ciel très humide. 274P/Tombaugh-Tenegra en 40x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=24921 "Considéré comme un astéroïde à l'époque de sa découverte par les astronomes amateurs Paulo R. Holvorcem et Michael Schwartz, l'objet mineur fut nommé en tant que tel en 2012. Quelques jours après, la nature cométaire de l'objet fut mise en évidence. Le calcul de l'orbite et son tracé historique permit alors de mettre en évidence que la comète était déjà connue et qu'elle fut en fait découverte au XXe siècle, dans les années 30, par l'astronome américain Clyde William Tombaugh, découvreur bien connu de la planète naine Pluton. L'objet fut même à nouveau observé en 2003, mais pas reconnu comme comète à cette époque ."(wiki) 67P en 29x60s https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=24923 avec un gradient rotationnel de 15° A noter que 67P semble avoir eu un episode. Edit: c'est juste une faible galaxie et 116P/Wild en 40x60s, https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=24924 GR de 15°:
  39. 1 point
    J'ai imagé 4 comètes la nuit dernière, profitant d'un ciel assez stable C/2021 Y1 très faible à Mag 19 https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=24801 67P toujours aussi photogénique https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=24804 Un GR de15°: C/2019 U5 non loin de t Her https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=24805 et enfin C/2020 V2 https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=24806
  40. 1 point
    Bonsoir, Je suis allé observer hier soir avec Bernard et Pierre au terrain de foot de Corsavy. Cela a été pour moi l’occasion de me servir à nouveau de mon Skyvision remis à neuf. Nous nous sommes rejoints aux alentours de 17h30 au fond du terrain. Le montage du télescope m’a pris une quinzaine de minutes tout au plus. Après avoir fait la collimation avec le laser, j’ai pointé Vénus qui était déjà très bas sur l’horizon. Elle apparaissait sous la forme d’un croissant très brillant, la lumière cendrée était visible et permettait de deviner la partie non éclairée de la planète. J’ai ensuite pu finir de collimater le télescope sur la polaire. Malheureusement la turbulence ne m’a pas permis de la faire au maximum (je me suis arrêté aux plages légèrement défocalisées à 2D de grossissement). Je ne me suis pas attardé sur Saturne et j’ai observé directement Jupiter : plusieurs bandes équatoriales étaient visibles ainsi que la tache rouge. Il était presque 19h. J’ai pointé l’amas globulaire M15. Il était bien visible au Nagler de 20mm ainsi qu’à celui de 16mm. Son centre m’a semblé triangulaire. Mais du fait de la présence d’humidité dans l’atmosphère et de la lune il manquait de « peps ». J’ai donc décidé de me rabattre sur l’observation de nébuleuses planétaires. Bien m’en a pris. Grâce à la fonction planification d’observation de l’application Skysafari j’ai pu en sélectionner plusieurs toutes plus belles les unes que les autres. En plus de M57 et de M27 (qui elle aussi était bien pâle), j’ai pointé : • NGC 6543 (l’œil de chat) • NGC 40 • NGC 6826 (blinking nébula) • NGC 6905 (blue flash nebula) • NGC 7662 (blue snow ball) • M76 (little dumbell) • M1 (nébuleuse du crabe) • NGC 2392 (nébuleuse de l’eskimo) Plusieurs d’entre-elles étaient de couleur bleu/vert et ont produit un effet de clignotement (effet Blink). En fin de soirée j’ai pointé M42 (nébuleuse d’orion), ou nous avons vu dans le centre de la nébuleuse des tons de vert tendant par endroit vers le jaune et une couleur ocre dans les ailes. Nous nous sommes séparés il était 23h30 la tête pleine de belles images. Il me tarde de recommencer. Je penserai à prendre mon dictaphone pour pouvoir retranscrire ce que je vois et ce que je ressens tout au long de la soirée plutôt que de dresser une simple liste. Vincent
  41. 1 point
    dernièrement j'ai changé le PO de ma lunette astrotech 106LE en achetant un moonlite CFL 2,5 " avec l'adaptateur approprié à la lunette car il il commençait a donner des signes de faiblesse. le focuser moonlite CFL 2,5" rappeler vous qu'avec du jeu dans l'axe et dans la mise au point vous n'obtiendrez rien de bon et puisque vous le changer c'est le moment de passer à des gammes de meilleures qualités Nota : si cet adaptateur n'est pas fournit ou non disponible , il vous faudra en fabriquer un ! A partir de là vous pensez que le plus dur est fait ....pas vraiment. même si ce focuser est vissé sur l'adaptateur rien ne certifie qu'il soit bien aligné . il faut donc aligner l’axe de déplacement du porte oculaire sur l'axe central de la lunette et s'assurer que ce déplacement soit bien parfait . pour effectuer cette tache on peut le passer sur un banc de test professionnel ou s'en faire un . j'ai choisit la deuxième option pour différentes raison : aucun magasin pres de chez moi , le cout et l'envie de le faire. il vous faudra une feuille , un stylo , des clés allens américaines et un laser de précision . dans mon cas j'utiliserais le Collimateurs lasers Howie Glatter 650nm 2"que j'avais déjà utilisé pour aligner l'araignée de mon ASA 10N avec le miroir primaire . ce laser est ce qui se fait de mieux et il n'y à pas plus précis . lien c'est le seul qui soit arrivé chez moi vraiment bien collimaté ! bref autant dire que vous n'aurez jamais à passer par cette étape on le trouve en trois modèles : 31,75mm , 2 pouces ou mixte des deux 2pouces/31,75mm et dans deux gammes de fréquence 650nm et 635nm . son prix avoisine les 400€ ce qui est déjà une forte somme vous en conviendrez . ce laser possède plusieurs accessoires dont : - un embout permettant d'afficher des cercles concentriques - un embout permettant d'afficher une croix et un cercle (celui que j'ai pris ) - un embout permettant d'afficher un damier - un tublug 2 pouces pour régler votre newton - une barlowed collimated - un adapteur T - un variateur de laser etc lorsqu'on l'active on trouve que les traits crées par le laser sont un peu gros.il est aussi lourd très lourd et c'est peu dire. ça c'est pour le mauvais coté du produit . passons aux bons il s’insère parfaitement dans le PO sans laisser de jeu ....son usinage est parfait! en cas de chute il est garantie pour ne pas se dérégler .autant dire qu'il est résistant ! si jeu il y a, il vient certainement de votre porte oculaire et il vous faudra trouver un moyen pour l'éliminer . une des solutions est d'entourer d'une bande adhésive la circonférence du laser pour aligner le porte oculaire , j'ai utilisé deux méthodes 1er méthode : - prenez un plan de travail et assurez vous qu'il soit bien à l'horizontal . - assurez vous aussi que le mur d'en face soit aussi a l’équerre du plan de travail - collez y une feuille blanche - dévissez le pare buée - coller la lunette sur la feuille et modélisez la surface extérieure de la lunette. il faut que la lunette soit dans l'axe du plan de travail - éloignez la lunette tout en vous assurant qu'elle soit toujours bien alignée au plan de travail et dans l'axe de la feuille - activez le laser et vérifiez que la croix modélisée soit bien positionnée au centre de votre cercle - si ce n'est pas le cas , veuillez agir sur les vis de collimations du PO . sur le moonlite il y en a une au quatre coins du PO. votre croix se décale sur la gauche ...agissez sur la vis de droite si votre croix part sur le haut .....agissez sur la vis d'en bas . 2ieme méthode : - scotchez une feuille transparente sur la sortie du tube - modélisez le cercle de sortie de votre lunette ou marquez les limites de la croix - activez le laser et vérifiez que la croix modélisée soit bien positionnée. si ce n'est pas le cas modifiez sa position en actionnant les vis du PO - faite varier la sortie du PO pour éloigner le laser de point d'origine . vérifier que la croix reste bien au centre et que la croix reste correctement postionnée . j'ai marqué les bords pour vérifier ce décalage. - si c'est le cas et il y a forte chance vous devrez de nouveau visser ou dévisser les vis de positionnement . PO rétracté correction a effectuer sur la vertical PO sortit et centré je la trouve plus précise car trop de paramètres rentre en jeu sur la 1er méthode après avoir effectué ce réglage grossier , il faudra le vérifier sur une étoile pointez une étoile , faite la map de cette étoile, activer la croix de votre caméra et positionnez celle ci au centre de la croix. on part du principe que votre suivi est bon . faite la tourner sur elle même : si l'étoile décrit un cercle c'est que votre PO n'est pas encore bien positionné . si elle reste au centre votre Porte Oculaire est réglé bon ciel Christophe
  42. 1 point
    Bonjour à tous, Il s'agit là d'une reprise de ma vidéo du parachute d'Andromède avec le logiciel Siril. Je rappelle que cette vidéo a été réalisée avec une optique de 152mm non filtrée (APM LZOS 152/1200 + Barlow TAL2X), en poses courtes, avec seulement 100 images de 4 secondes et une camera ASI ZWO 290MM munie d'une barlow. Donc un service minimum en quelque sorte pour la prise de vue, mais qui déjà a donné un excellent resultat très interessant car permettant des mesures de séparation du mirage gravitationnel. Je rappelle l'échantillonnage de 0.21" d'arc par pixel (voir le billet : Échantillonnages et mesures de séparation sur HL9001, double triple de résolution de M57 / STF2691 et STF2985AB: LZOS 152/1200 et TAL Barlow 2X et ASI ZWO 290MM avec adaptateur 31,75mm (caméra non vissée) à la barlow donne E=0,21" d'arc/p) J'ai donc procédé avec Siril, alignement 3 étoiles, et empilement par somme. Ici la première image avec Siril avec un légér traitement Registax6. La deuxième image est ensuite traitée avec Sharpen AI. Le parachute est la forme allongée au-dessus de l'étoile la plus brillante du cliché. Traitement SIRIL Traitement SIRIL + Sharpen AI Ici un agrandissement de la dernière image qui m'a permis de faire une mesure d'écartement des trois composantes du mirage gravitationnel avec le logiiel GIMPS fonction compas. Agrandissement 800% Les mesures donnent 12 pixels pour la séparation des composantes extrèmes BC soit 2.52 " d'arc, avec A au centre soit 1.26 " d'arc entre AB et AC. D n'est pas clairement visible, noyé dans le bruit de fond du capteur. Avec plus de poses, il devrait-etre possible de le faire apparaitre. Les valeurs exactes sont pour la forme du mirage C - A - B D B-C : 2.48" d'arc , soit un écart de 4 centième d'arc avec ma valeur A-B : 1.26" , soit aucun écart A-C : 1.27" , soit un écart de 1 centième d'arc avec ma valeur A-D : 3.34" , non mesuré, D invisible Conclusion: Le ciel profond extrème est accessible dès 150mm de diamètre. Certes, on est bien aidé en cela par la technologie (caméras hyper-sensibles et logiciel de traitement). Le champ d'application de cet instrument est donc quasiment infini en astrophotographie. Bonne journée, Claude Schuhmacher
  43. 1 point
    SH2-234 - IC417 - La nébuleuse de l'araignée Matériel : Takahashi TOA130 avec réducteur de focale et ASI1600GT Exposition : 7h19min de pose en h alpha (878x30sec) - bin 2 Le coeur de la nébuleuse en gros plan
  44. 1 point
    Bonsoir, Il y a quelques mois, j’ai investi dans un boitier ASI AIR PRO, une lunette TS 76/342EDPH avec le système de mise au point EAF ainsi que dans une caméra refroidie ASI 183mm PRO et une roue à filtres. J’avais dans le même temps changé le trépied, et pris un PLANET BERLEBACH. Mon but étant de me servir le plus souvent possible de ce matériel, j’ai cherché à identifier et à corriger les causes des dérives et des pertes de mise en station que j’observais lors de mes séances photos sur ma terrasse. Pour réduire le phénomène de glissement provoqué par la pente de cette dernière, j’ai collé des carreaux de céramique pour bloquer les pointes de chaque pied. Les tests réalisés au POLEMASTER montraient toujours des problèmes. J’ai alors décidé de comparer les résultats de la mise en station avec ce dispositif avec ceux de la mise en station réalisée avec le boitier ASI AIR. Le résultat fut surprenant : la dérive observée suite à une mise en station au POLEMASTER est plus importante (quelques minutes) que celle observée suite à une mise en station avec le boitier ASI AIR (une fraction de secondes). Par ailleurs cette dernière est plus stable…. Depuis je me sers uniquement de la mise en station avec le boitier ASI AIR. Je dois maintenant apprendre à rendre le cadrage de la caméra identique d’une session à l’autre pour cumuler les poses. Une fois ce problème réglé je pourrais faire comme tous ceux qui prennent leurs pieds en faisant des images sur plusieurs années. Voici le résultat d’une de mes sessions : NGC 6995 avec des poses de 60 secondes réparties de la façon suivante : 60 en rouge, 80 en vert, 60 en bleu. J’ai fait des poses en luminance mais ces dernières ont été mal cadrées et je dois tout recommencer. J’ai remarqué que je me débrouille mieux avec PIX INSIGHT qu’avec SIRIL. Je vais donc pré traiter et traiter mes images avec PIX INSIGHT. Pour les amateurs de visuel : comme je vais pouvoir imager sur ma terrasse en semaine, je vais profiter des week-ends pour faire des sorties dans mes spots favoris et le SKYVISION a été révisé et mis au gout du jour 😊 Bon ciel Vincent
  45. 1 point
    après avoir testé la Barlow APM 1,5x , j'ai testé la Barlow APM 2,7x corrigée en CP . j'ai longtemps hésité à l'acheter non pas pour son prix mais plus pour ces capacités visuelles et le rendu qu'elle donnerait certains vous diront : "il ne faut pas prendre de Barlow pour faire du CP ". je leur réponds : "alors évitez de prendre un réducteur de focale dans ce cas ". on peut tout faire du moment que l'on sait à quoi s'attendre ! en mettant une Barlow corrigée, on va automatiquement : - allonger la focale => le champs est donc réduit et le centrage difficile à obtenir - modifier l'échantillonnage => le binning sera obligatoire ou alors il faudra prendre une camera avec de plus gros pixels - devoir poser plus longtemps - et surtout soigner le guidage si vous en avez un => chose difficile à faire quand le champs est réduit et les étoiles de guidages ne sont pas légions . en plus elles seront assez faibles rappel : Quand on double le F/D on multiplie par 4 le temps de pose ! là encore la 10 microns va se démarquer et prouvez que son suivi est tout bonnement parfait . en prenant cette Barlow , ma focale d'origine va passer de 950 à 2565 ; mon rapport F/D passer de 3,8 à 10,26 et mon échantillonnage de ma 1600mm pro se réduire à 0,3"/pixel .bien trop bas ! je vais donc devoir faire du binning 3x pour ramener cet échantillonnage à 0,9"/pixel cette Barlow a les caractéristiques suivantes : Facteur d'agrandissement : 2,7 à 3x Connexion (au télescope) 1,25" Passage libre (mm) 22 Connexion : M 28,4 Matériau de la monture : Aluminium Approprié pour télescopes : Newton f/4 Focale (mm) : 62,9 Transmission 99 . verres en ED FK61 recouvert sur ses deux faces d'un revêtement multicouche à large bande, qui par une transmission plus de 99% dans la plage de 400 nm à 700 nm champ corrigé de la coma : 22mm dédié pour le format APS-C Longueur :18,5mm Poids : 50g cette Barlow peut aussi être utilisée avec des mak , des lunettes ou des SCT mais c'est une autre histoire ou un autre post concernant la qualité de cette Barlow : toujours égal à ce que peut faire APM . pour calculer la focale résultante vous devez utiliser la formule suivante : G= 1 + T/f G: grossissement T : tirage f: focale de la Barlow 62,9 mm le "Bf" de cette barlow est de 5mm entre l'optique et le filetage dans votre calcul vous devrez obligatoirement retirer 5 mm pour obtenir le tirage optimal avec un grossissement de 2,7x , vous devrez avoir une distance de 105mm entre le verre de la Barlow et le capteur CMOS vous avez la possibilité avec cette barlow d'aller à un grossissement de 3x sans avoir le champs corrigé trop réduit le point que l'on remarque tout de suite : qu'est ce qui leur a pris de faire une Barlow dont le corps à la base est au diamètre de 31,75? cela va apporter du jeu dans un porte oculaire 2 pouces .il y a un moyen très simple pour l'éviter que je vais vous expliquer un peu plus loin. cette Barlow se compose de trois parties : 1 - d'un bloc optique dont le corps est en 31 ,75 mm ;avec un filetage mâle 28mm et en sortie en 28mm femelle 2 - d'une base en 31,75mm avec un filetage mâle au 28mm et et mâle en M48 en sortie 3 - enfin du corps en 2 pouces de 55mm de longueur avec un filetage M48 femelle en entrée et avec serrage concentrique en sortie . très pratique dans le cas de son utilisation je vous conseille de faire votre chemin optique en vissé . l'ensemble sera solidaire et le tilt ainsi évité. comme vous pouvez le voir sur cette photo , je réutilise le corps en 2 pouce avec des bagues allonges 2 pouces pour améliorer la fixation de la barlow dans le PO j’insère donc le bloc optique avec sa base dans le corps en 2 pouces . dans quelle cadre l'utiliser ? - le F/D étant grandement augmenté le champs se réduit drastiquement .les objets visés seront donc assez petits comme vous pouvez le voir . comme ma mise au point n'était pas parfaite ....le cadrage ne l'était pas non plus . M81 se retrouve décalée et elle tient juste dans le champs Dans le cas de M101 , le résultat est plus probant sur une pose de 240s. elle se montre majestueuse et les détails des bras sont magnifiques pour une simple brute - comme les poses sont plus longues , on évitera de prendre des objets dont la surface et la luminosité sont faibles. malgré une pose de 300s sur NGC6252 galaxie spirale de Type: S et de mg 10,424 dans la constellation de la petite ourse on a du mal faire ressortir cette galaxie très petite et très faible . ces dimensions angulaires ne sont que de : 0.70'x0.3' cela devient plus facile avec NGC3077 galaxie spirale Type: Sd - située dans la constellation de la Grande Ourse de mg 10,6 à environs 11,9 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Ces dimensions angulaires sont plus importantes: 5.20'x4.7' voici ce que l'on peut obtenir avec un empilement de 20 brutes de 180s de pause soit 1h00 sur NGC6217 galaxie spirale barrée de mg 11,2 avec dans la constellation de la petite ourse j'ai grossis l'image pour bien vous faire bien apparaitre ces bras et sa barre centrale en analysant une image brute sur Prism on détecte pas moins de 119 étoiles dont la plus faible est de magnitude 17.848 . a titre de comparaison j'arrive à atteindre des étoiles de magnitude 22/23 avec le correcteur wynne 3 pouces cela restreint évidemment son utilisation à certains objets du ciel qui n'était pas possible avec une focale à 950mm je vous conseille ce site qui répertorie toutes les messiers et NGC . c'est bourré d'informations utiles https://kosmoved.ru/ngcic.php?lang=fra conclusion : pour celui qui veut faire de l astrophoto sans avoir à changer de tube , il est tout à fait possible d atteindre des objets très faibles mais à condition d'avoir un excellent suivi ou une bonne monture équatoriale je vous conseille vu la durée des temps de pauses de l'utiliser en hivers
  46. 1 point
    adepte de la lune , j'ai souvent effectué mes traitements avec registax au tout début mais il faut reconnaitre que l'empilement est long et ce n'est pas son fort. c'est un peu par hasard que j'ai fait connaissance du logiciel autostakkert 3 et de ces capacités à empiler les images . dans ce domaine il est nettement plus efficace que registax et permet plus facilement de trouver visuellement "l'image de référence". ce logiciel est disponible sur cette page lien en 64 bits et 32 bits . il est d'une utilisation déconcertante et d'une redoutable efficacité . Étape 1 : Ouvrir la Vidéo cliquer sur open pour aller chercher le fichier .ser choisir la technique de stabilisation un carre vert s'affiche sur votre image. c'est sur ce secteur que le traitement va se faire pour analyser les images de votre vidéo . cliquer sur la touche "ctrl" et le clic gauche de la souris pour sélectionner la partie la plus intéressante au niveau contraste et détail deux modules : surface ( pour la lune ou soleil ) et planète ( pour les planètes ) cocher la cas improved tracking (suivi de l'image ) deux autres modules : expand (toute l'image) ou cropped (minimale ) Étape 2 : l'Analyse après avoir choisit l'image qui semble être la plus nette cliquer sur "Analyse" vous avez la possibilité de chosir l'image de référence en validant la case "reference image" et en y mettant le N° concerné il va effectuer deux analyses (carre en orange ) et il va apparaitre un graphique vous donnant la qualité des images sur la vidéo (en bleu ) en bas à gauche il vous donne le nombre d'images sur la vidéo (carre en vert ) sélectionner sur l'image qui semble être la plus nette.et qui va devenir l'image de référence pour cela vous allez passer en revue les "frames" et essayer de rester dans la zone la plus stable au niveau de la qualité du graphique Étape 2 : l'Empilement ou "stack" choisissez le nombre d'image ou un % d'images que vous allez conserver et empiler. eviter de choisir un % inférieur à 10% . en deça le bruit se fait tres présent vous allez ensuite choisir le nombre de points d'alignement deux choix : - soit manuellement : "Manuel Draw" - soit un positionnement automatique : "Place AP grid" privilégiez le mode automatique car autrement vous passerez un temps interminable pour les positionner quatre choix : 24 -48-04-200 ....cela représente le carré d'analyse . plus ils sont petits plus l'analyse sera minutieuse mais aussi très longue en vert : le nombre de carré en violet : cocher cette case pour passer en mode manuel en bleu : le choix automatique il vous suffit ensuite de lancer le stack le fonction drizzle est rarement utiliser .moi je le mets à 1,5x l' avantage principal est : - le lissage du bruit tout en gardant la finesse . - certains détails par endroits sont mieux rendus pour le format de stockage vous avez différentes possibilités; vous pouvez changer le format d'enregistrement et l’ouvrir par la suite directement avec registax (tres pratique pour ensuite traiter les Wavelets) ce qui va être important c’est le nombre d'image que vous allez stacker sur 10000 on peut se permettre 10%. cela fait encore 1000 images stackées vous n'avez plus qu'a lancer le "stack". la vidéo traitée ci dessous à pour but de vous montrer que l'on peut obtenir comme différence de traitement en prenant la même image de référence et les mêmes valeurs de traitements des wavelets mais en la traitant avec deux deux méthodes différentes . ce n'est pas une image splendide et ce n'était pas le but. - empilement et traitement sur registax en 2 heures avec empilement AS3 puis traitement sous registax en 1 heure la seconde image est plus nette et le contraste est moins prononcé . Et pourtant ce sont les mêmes valeurs qui ont été insèrées bon ciel christophe
  47. 1 point
    qui n'a jamais pesté contre le nombre de câbles USB ou d'alimentation qui peuvent trainer sur sa monture ? moi je l'ai souvent fait soit les câbles sont trop longs ou ils trainent pas terre et là bonjour pour faire attention de ne pas marcher dessus surtout quand il fait noir . soit le câble reliant le portable à la monture est trop court et vous devez tourner autour de la monture à chaque mouvement. j'en avais donc assez ! après avoir reçu certains conseils d'astrams équipés du Boîtier Ultimate Powerbox V.2 Pegasus Astro - PEG-UPBv2 , j'ai donc décidé de sauter le pas. lors de son déballage on est surpris de sa taille et de sa légèreté. Largeur : 12 x 10 x 3 cm Poids : Boîtier → 400 g Caractéristiques mécaniques : Boîtier en aluminium anodisé il est livré avec un câble d'alimentation 12V/10A avec prise allume cigare. si vous désirez comme moi l'utiliser sur du 220V~ , il vous faudra débourser la modique somme de 67€ pour obtenir la référence Pegasus-POWXT60 https://laclefdesetoiles.com/alimentations-et-cables/6401-alimentation-12v10a-pegasus-astro-xt60.html première surprise et pas des moindres : le câble secteur pour l'alimenter n'est pas fourni et la sortie de ce boitier est spécifique .sic deuxième surprise : il n'est pas fourni de fixation ! comme d'hab il faudra de nouveau passer au tiroir caisse pour acheter ces fixations à 40€ . il n'y a pas de petit profit ! https://laclefdesetoiles.com/colliers-queues-d-aronde-supports/6405-fixation-pegasus-astro-pour-boitier-ultimate-powerbox-v2.html ce n'est pas le seul à pratiquer de la sorte . ZWO est aussi bien placé dans ce domaine. il est par contre livré avec : d'une Interface sonde de température d'un câble USB-B 3.1 d'une longueur de 3 m d'un câble d'alimentation type allume-cigare 10A longueur 2 m et de 4 câbles d'alimentation continu 2.1 à 2.1 mâle longueur 1 m les fonctionnalités de cet appareil sont nombreuses , outre le fait de gérer ces moteurs de mises au points , il est capable de gérer les résistances chauffantes et de jouer le rôle d'un HUB USB . L'Ultimate Powerbox V2 réunit les fonctionnalités suivantes : - 4 sorties 12V de 7A maximum pour chaque sortie (sorties prises jack diamètre 2,1 mm / centre positif) - 3 sorties d'alimentation pour la gestion de résistances chauffantes , ventilateur et flat - un Hub de 4 ports USB 3.1 (SuperSpeed, 5 Gbit/s) et de 2 ports USB 2.0 protégés électroniquement et gérables individuellement - un Contrôle de moteur pas à pas pour la mise au point (voir onglet "Accessoires") _ une interface pour sonde environnementale (température, humidité, point de rosée) → ajustement de la mise au point en fonction de la température - une sortie Variable / Software Configurable entre 3 et12V / sortie regulée de 3Amps il est donc polyvalent et capable de gérer n'importe quel set up. ça c'était pour le hardware . passons au software les drivers sont disponibles sur cette page du constructeur https://pegasusastro.com/support/ la documentation d'installation et de configuration sont accessibles sur celle ci https://pegasusastro.com/products/ultimate-powerbox-v2/ comment faire ?rien de plus simple . vous installez le driver du boitier compatible avec votre OS puis le logiciel Ultimate Powerbox V2. vous connectez l'ensemble de cordons et lancez cette applicatif la fenêtre principale "power" sur laquelle vous arriver vous permet de gérer l'ensemble de vos éléments de puissances la documentation est succincte et peu gourmande en explicatif. il faut dire que l'ensemble est d'une simplicité déconcertante et il ne vous faudra pas plus d'une heure pour avoir le tout des menus elle se compose de 5 modules : - en gris le menu de configuration et de mise sous tension - en jaune l'alimentation en entrée -en mauve la gestion des sorties 12V= - en rouge la gestion des résistances chauffantes - en vert la température externe l'onglet "Data" vous permet d'activer ou de désactiver les ports USB le port "focus" que je n'utilise pas permet de gérer les moteurs de mise au point. je ne l'aborderais pas. ensuite les autres onglets permettent de vérifier sous forme de graphique l'ensemble des alimentations et des températures actuelles . le dernier onglet "settings" permet de connecter ou de démarrer les modules lors de l’initialisation du boitier . voila c'est aussi simple que ça . les points forts : - petit et leger - logiciel simple d'utilisation - multi taches ( HUB , gestion puissances , gestions résistances chauffantes , gestion focuser,etc...) - cordons et câbles fournis les points négatifs : assez cher (695€ avec les options) pas de fixation comme l'eagle 3 de primaluce et non fournit de base alimentation 220V~ en option pas de pc en interne pour le stockage si vous désirez l'utiliser sur plusieurs set up sans le fixer en définitif , j'ai opté provisoirement l'installation par deux bandes munies de scratch sur la demi colonne en attendant de remettre les câbles en ordre conclusion: il ne lui manque plus qu'a intégrer un Rasberry PI 4 et vous avez l'équipement pour passer une bonne soirée d'observation son petit frère vient de sortir : Boîtier Pocket Powerbox Advance Pegasus Astro on y retrouve tous les modules concernés mais il est plus compact et possède moins de sorties mais à l'avantage d'y raccorder un rasberry PI Le Pocket Powerbox Advance réunit en un seul boîtier les fonctionnalités suivantes : 4 sorties électrique 12V DC pour un total de 12A max Système ON / OFF géré depuis le PC 1 sortie de puissance réglable (3, 5, 8, 9, 12 Volts) / 3A (peut être allumé / éteint) pour alimenter votre appareil photo reflex numérique / ou non reflex 4 ports USB 3.0 ou 3 ports USB 2.0 disponibles 1 port USB 3(jusqu'à 3 A) pour connexion un appareil de type Raspberry PI (3/4) 1 port Ethernet connexion RJ12 pour le contrôle d'accessoires périphériques (focuseur...) 2 sorties d'alimentation à connecteurs RCA pour la gestion de résistances chauffantes ou de boîte à flats 1 interface pour sonde environnementale (température, humidité, point de rosé) → ajustement de la mise au point en fonction de la température Canaux de réglage automatique de température de la résistance chauffante Protection contre l'inversion de polarité Fonctionnement USB / PC contrôlé ou autonome Dimensions : 100 mm x 73 mm x 25 mm Boîtier léger et compact en aluminium Compatibilité : ASCOM et INDI Nota : un seul bémol concerne la sonde . cette sonde n'est pas très "optimisée et compacte" . le câble est tellement sensible qu'une des patte c'est désolidarisée du CI. je vous conseille de bien la fixer quitte à renforcer l'attache du câble en sortie de module certains astrams ont constatés des coupures récurrentes sur ces modèles . il s’avère en faite que les câbles sont soumis à des contraintes de mouvement de la monture . depuis que je l'ai connecté en bout de la barre de contrepoids ce soucis a totalement disparu.
  48. 1 point
    après avoir passé en revu les différents thèmes de Asicap, il est temps d'aborder le logiciel Firecapture connu de tous les astrams. ce logiciel est téléchargeable sur le lien suivant : lien vous allez voir que firecapture ne diffère que de très peu du logiciel de ZWO . sur le principe car sur le fond on peut maitriser d'autres parametres ! vous y trouverez toutes les versions téléchargeables de Win à linux mais il faut vous faire remarquer que toutes les caméras ne sont pas capables de fonctionner avec tous les OS. il vous est même possible de télécharger les anciennes version ( en cas d'instabilité ) . si vous n’êtes pas à l'aise avec l'informatique , privilégiez toujours les versions stables et non les versions betas le fichier téléchargé est zippé . en cliquant dessus il va vous le dézipper dans un répertoire "document" (laisser par défaut) et va y installer tous les fihciers et .exe nécessaire à son bon fonctionnement en sélectionnant le FireCapture.exe puis clic droit "envoyer vers" , "le bureau" vous copiez le raccourci pour lancer plus tard le logiciel applicatif. il suffit alors de retourner sur le bureau windows et de lancer firecapture . une page de garde va vous demander quelle caméra vous utilisez . sélectionnez celle que vous possédez et si aucune d'elle est branchée il l'en lancera une virtuelle A l'ouverture de celui ci le panneau de contrôle se trouve à gauche et non à droite comme sur asicap les deux premiers modules que vous allez modifier sont "l'image" et le "contrôle" le premier permet de choisir la résolution de l'image , le mode binning et différente taille prédéfinie . A vous de voir laquelle est la mieux adaptée a votre observation. le deuxième onglet permet de régler le gain et l'exposition. Ajuster toujours le Gamma à 50% (c’est le contraste de l’image). on peut le pousser lorsqu'on désire faire la MAP sur une lune de jupiter mais dans tous les cas il faudra le remettre apres. comme sur Asicap vous avez la possibilité de faire du RIO (region of objet interest) en sélectionnant avec la souris la zone de capture . plus cette zone est petites plus le fichier est moindre et les débits sont importants vous avez aussi deux cases l'une permettant de modifie la plage d'exposition,et l'autre les paramètres de "balances" , "la température",ect... et le nombre de fps maxi. très pratique pour régler la bande passante et dédié l'ensemble de cette bande à la caméra . a vous de tester avec usbtrafic et et le highspeed . on peut même effectuer du binning hadware avec une caméra CCD . le troisième module permet de prédéfinir le type d'acquisition suivant la planète que l'on observe . les paramètres de profils sont prédéfinies par défaut . très utile quand on débute vous n'avez plus qu'a choisir la planète de votre soirée ou d'en changer aussi simplement . ça déroute un peu mais l'on comprend vite le fonctionnement la première case définie le nom du fichier d'enregistrement et la case adjacente permet de modifier le répertoire ou va être enregistré votre vidéo le deuxième case permet de choisir le type de planète observée et juste à cote le type de filtre que vous utilisez (inutile si rien n'a été défini ) la case d'en dessous permet de limiter la durée d'acquisition ou ne nombre d'images à enregistrer et le type d'enregistrement (vidéo ser ou avi , mode image, les trois dernières cases permettent de lancer l'enregistrement , de mettre en pose ou de l’arrêter le status vous indique le nombre d'images maximales que vous pouvez acquérir et ceux réellement enregistrables ; ceux que vous avez capturés et ceux réellement sauvé l'état du disque vous permet de vous indiquer la place disponible sur le disque et la mémoire tampon pour conserver les images. ces indicateurs sont très utiles pour déterminer si votre DD est saturé , si vos débits sont limités . le module suivant vous indique l'histogramme . très utile pour l'acquisition planétaire ( à mettre au 2/3 pour évite de surexposer les portions les plus claires de la planète ) et celui qui suit vous indique la température de la caméra dans le module "option" ; vous pouvez activer certaines fonctions comme le réticulé , inverser l'image en Y ou X , enlever le bayer ,faire des flats ou des darks pour obtenir une image plus correcte enfin les deux derniers modules sont dédié au paramétrage du logiciel car firecapture est capable de géré lui aussi des moteurs de mise au point , une RAF et même effectuer un prétraitement . comme sur Asicap vous avez un onglet sur le coté de l'image qui récapitule l'ensemble des fonctions : histogramme, autoalignement , la matrice de bayer , le répertoire de stockage . un peu répétitif à mon gout mais il faut les voir comme des raccourcis d'accès. sur la barre d'en haut vous avez pas mal d'indications ou de fonctions vous permettant de sélectionner la vitesse de capture maximale ou de gérer l'agrandissement de l'image enfin dans le paramétrage certains cases devront être validées - le nommage des fichiers sous le format winjupos car une planete comme Jupiter tourne vite (sert à la dérotation des vidéos si le temps d’exposition dépasse la durée avant la rotation de la planète.) -et la récupération agressive de la mémoire pendant la capture comme vous pouvez le constater il est complet logiciellement et il permet de gerer de multiples équipements bon ciel Christophe
  49. 1 point
    ayant fait l'acquisition d'un newton dont l'age approche les 10 ans , j'ai constaté que celui ci péchait au niveau du Porte Oculaire. il faut dire que le PO d'origine l'OK 3 est pour le moins capricieux voir médiocre. voulant le changer , j'ai du déposer la base du PO et refaire une bague pour y installer le nouveau TCF Leo tout en respectant le Backfocus. A partir de là , il devenait évident que pour maitriser sa collimation je devais revoir l'ensemble des éléments qui le compose. j'ai fait pas mal de site et lu de nombreuses publications qui y font référence. https://www.webastro.net/forums/topic/59324-comment-régler-son-télescope-avec-méthode/ http://www.astrosurf.com/cielextreme/page180F.html http://www.astrosurf.com/altaz/collimation.htm il devient évident que la collimation est un jeu d'enfant sur ce type d'appareil mais quand on s'attaque à la géométrie des éléments qui le compose cela devient assez compliqué au premier abords. je ne parlerais pas de cette collimation mais les moyens que j'ai utilisé pour vérifier la position de chaque éléments. pour cela je me suis aidé d'outils utilisés pour d'autres fonctions (laser, caméra , niveau, équerre , etc...) quand on réalise une collimation , il faut au préalable s'assurer que votre tube soit à température et je vous conseille de bien vous assoir pour ne pas à avoir à se tordre le cou . il est certain que positionner le PO en haut est un avantage mais la contorsion vous provoquera des lombalgies. il est souvent fait état que pour vérifier la géométrie des optiques d'utiliser l’œil qui est certes efficace mais pas d'une précision absolue. vérification de la Perpendicularité du porte-oculaire. : la première chose à vérifier dans un newton est que l'ensemble PO avec son focuser et éventuellement sa platine soit d'équerre avec le tube. on recommande souvent de positionner une glace et de vérifier à l’œil nu le bon positionnement des éléments. facile au premier abords , c'est un peu plus compliqué de tenir la glace et de vérifier à l'oculaire. je trouve aussi que cela manque de précision ! j'ai donc fabriqué un outil à partir d'une glace , un double face , d'une équerre , d'une baguette d'angle et d'un serre joint. grâce à un laser, je peux ainsi vérifier à mon aise que l'ensemble soit bien positionné et que la perpendicularité du PO+bague + platine soit bien en place vérification de l'araignée : pour vérifier le positionnement de l'araignée , je me suis aidé de deux niveaux . un que l'on utilise régulièrement dans le bricolage et un autre venant d'une récupération. mais on peut utiliser les niveau à bulles vendus par pierro astro https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/montures/accessoires-montures/niveau-a-bulle-60mm_detail j'avais un petit décalage que j'ai vite corrigé. la précision n'est pas hyper rigoureuse mais assez suffisante pour passer à l'étape suivante il faut aussi s'assurer que le bloc d'attache du secondaire soit bien centré dans le tube. pour ça rien de plus simple que d'utiliser un pied à coulisse ou d'une règle pour le confirmer vérification du positionnement du primaire : là encore on vous conseille de vous positionner devants le tube pour vérifier à l’œil nu son positionnement. sachant que le positionnement de l araignée a ete réalisée au prealable, je l ai pris comme référence pour verifier son positionnement . Pour cela j'ai utilise le centre du filetage de fixation du secondaire et un laser pour m'en assurer. avec du scotchs pour les tableaux (ne laisse pas de colle ou trace sur le tube) , j'ai dessiné le point centrale du tube et j'y ai fait un trou assez fin pour y laisser passer le faisceau laser. ainsi avec le hotech 2 pouces , j'ai pu ainsi m'assurer que le laser venait éclairer la partie centrale de œillet. c'est efficace et très précis du moment que votre laser est bien reglé le positionnement du secondaire : là encore , on vous conseille de vérifier le positionnement de l'orientation du secondaire à l’œil nu. moi j'ai préféré m'assurer que le positionnement soit parfait avec une caméra ASI 385MC et en utilisant le logiciel "AI's Collimation Aid" c'est nettement plus simple de vérifier à l'écran le position du secondaire tout en le manipulant pour cela j'ai utilisé la technique des deux feuilles de couleur pour bien mettre en évidence le secondaire par rapport au PO https://www.astrofiles.net/collimation le résultat est probant . vous risquez d'avoir une petite déformation du à l'objectif de la caméra mais cela ne gène en rien la manipulation. une vérification ensuite à l’œil nu et voici votre secondaire positionné comme il se doit. alignement du secondaire avec le primaire : pour cela je me suis aidé du système catseye et du laser. https://www.catseyecollimation.com/ Le teletube permet de bien positionner le secondaire en centrant l oeillet du primaire. le laser Howie Glatter 650nm avec sa croix permet de s en assurer . après c'est un jeu d'enfant , il vous suffit d'utiliser le système catseye ou le Cheshire sur ce lien on explique très simplement comment l'utiliser pour effectuer sa collimation https://www.pbase.com/strongmanmike2002/collimating_with_the_catseye ces systèmes sont très pratiques lorsque vous avez une surface blanche éclairée mais totalement inutilisables lorsqu'il fait nuit . si ce n'est pas le cas , vous pouvez vous aider d'un écran à Flat positionné sur le côté pour éclairer votre surface. le plus dur est de faire ressortir les 4 œillets en superposition ; trop de lumière on ne les voit pas et pas assez on n'en voit qu'un. le meilleur moment : lors de la nuit nautique. sur le terrain , je préfère m'aider du hotech 2 pouces et de valider l'ensemble sur une étoile très brillante comme Véga pour effectuer cette collimation , comme le miroir primaire est collé au barillet je rétracte au maximum les supports (petites vis poussantes rétractées et tirante vissées au maximum) . ainsi je part du principe que les optiques sont alignées et que l'araignée et ce support sont parallèles . ce qui devrait être le cas en théorie ainsi si l'on effectue le réglage du secondaire on devrait avoir d'office un alignement parfait. dans les faits c'est un peu différent . il suffit alors de jouer finement sur les tirantes/poussantes pour régler le primaire. c'est plus simple mais cela modifie un peu la focale . dans mon cas je suis à 911mm au lieu de 906mm par contre comme ce type de télescope à un F/D <4 , le secondaire est surdimensionné et il faut lui mettre de l'offset pour avoir le cône de lumière dans le plan focal lien du tutoriel : https://www.espacioprofundo.com.ar/topic/12426-error-en-tutoriales-de-colimación/ dans les faits et c'est logique on se retrouve avec un secondaire désaxé et la tache d'airy l'ai tout autant. j'ai mis du temps pour le comprendre et je m'évertuais à faire à l'identique de ce que l'on peu obtenir dans un SC : une tache d'airy centrée tire d'une discussion avec astram "maire" sur le sujet et qui montre ce que l’on doit obtenir . "ce dessin est juste incomplet et à été fait à la va-vite suivant le propriétaire. La réalité à l'oculaire peut être différente Le calcul du décalage est expliqué sur l’excellent site de Serge Bertorello http://serge.bertorello.free.fr/calculs/posplan.html L'axe de symétrie est représenté en pointillés. Il se matérialise visuellement à l'oculaire en faisant varier la MAP autour du point de focalisation si possible en agissant alternativement de manière symétrique. Sur le schéma le bleu correpond à la partie lumineuse d'une étoile. Le point noir représente le meilleur point de focalisation possible. Les aigrettes du plan focal ne sont pas représentées. La barre rouge indique que l'image de l'ombre du secondaire est parfaitement symétrisée par rapport à l'axe de symétrie. Le décalage intra/extra est d'autant plus sensible que le F/D est court, ce qui ne nuit pas du reste à la qualité de la collimation." bon ciel christophe
  50. 1 point
    Bonsoir, Voici une arche galactique prise le week end dernier depuis l'Hermitage de saint Ferréol près de Céret. Cette image a été réalisée à partir de 12 poses de 15 secondes avec le samyang de 14mm ouvert à 2,8 et le 6D réglé à 3200 iso. On peut voir les Albères, les villes côtières. Il y avait des nuages ce qui a considérablement augmenté la gène liée à la pollution lumineuse. Lien vers la full : ici Vincent