Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content since 11/13/19 in Posts

  1. 31 points
    Bonjour, toutes et à tous, Je vous présente une image de la Lune prise en mode trépied photo le 8 novembre 2019 avec mon Nikon AF-S 500 mm f/5,6E PF ED VR muni du TC-20E III et mon Sony A 6300. Je dédie cette image à Gérard en ultime hommage, car nous avons parcouru un long chemin ensemble du temps de la photo argentique. Au revoir l'artiste, Christian
  2. 29 points
    Bonjour, Sh2-129 est une nébuleuse située dans Céphée, elle est issue du catalogue Sharpless et répond bien en h-alpha, par effet d'optique il existe une autre nébuleuse dans le même champ c'est Outters 4 qui n'a été découverte que récemment par Nicolas Outters (cette nébuleuse est surnomée "le calamar"), son signal principalement centré sur l'émission OIII est tout de même très faible ce qui explique sa découverte tardive. Pour cette image il y a 22 poses de 15 minutes en ha + 31 poses de 15 minutes en OIII, la technique de combinaison est : ha/OIII pour la luminance et HOO pour réaliser les couleurs. Même si cela semble conséquent en terme de temps de pose, il en faudrait encore bien plus avec un ciel bien noir pour vraiment traiter à l'aise, ici on est obligé de jongler avec les process pour limiter le bruit. optique : TEC 140 + moravian G4 16000, acquisitions en automatique avec Maxpilote, traitement pixinsight + photoshop. Pour le traitement j'ai vu pas mal d'images où "le calamar" est franchement découpé par des techniques manuelles sur SH2-129, j'ai pris le parti de rester plus soft avec juste un léger rehaussement de la vision du "calamar" je trouve que cela reflète plus la "réalité". l'image réduite à 1400px : Version full à la taille d'acquisition: http://astro.equinoxe.free.fr/images/images_constelations/cephee/calamar_full.jpg Jean-Claude Mario
  3. 23 points
    Bonjour, Mercredi soir, première tentative de photographier un passage de l'ISS devant la Lune . C8 à F/D10 sur monture Vixen SPDX et Sony A7s défiltré . J'ai enlevé la couleur .... Le Sony était en mode vidéo. L'image a été extraite via le logiciel VLC , PIPP n'ayant pas fonctionné dans mon cas .
  4. 22 points
    Bonjour tout le monde, Enfin, c'est pas la Lune qui est incroyable mais mon ciel J'ignore ce qui se passe à la météo, mais on avait pas vu ça depuis . . . . je sais même plus J'ai donc voulu vous en faire profiter vous pensez bien Donc ça, c'est vers le nord. Mais en regardant vers l'ouest, qu'aperçois-je ? Ben oui, ce truc que j'avais oublié qu'on pouvait le voir même en plein jour On en revient pas chez moi Je vous souhaite la même chose et une excellente journée Pourvu que ça dure AG
  5. 21 points
    Bonsoir à tous, 80.94% c'est la phase de la lune prise de bon matin le 17 Novembre 2019. 1e version: Mosaïque de 31 tuiles avec C8, asi224, filtre Ircut au foyer. (réduite à 75%) Double clic sur l'image. 2e version: Tuiles avec cette fois ci Asi290mm + filtre IR650nm: Turbulence variable par moment. ça se voit sur certaines images. J'ai déjà fait bien mieux avec ce tube mais c'était sympa de sortir de bon matin Merci d'être passé par ici et bon ciel. A bientôt.
  6. 20 points
    Salut à tous, Une cible que l'on ne présente plus : les galaxies M81 et M82, accompagnées de NGC3077 et de quelques galaxies naines (Arp-Loop et Holmberg IX notamment), situées à environ 12 millions d'années-lumière. Beaucoup plus près de nous, des "cirrus galactiques", l'IFN, se sont invités en avant-plan... La full : Un fait intéressant est que ces galaxies sont toutes situées à peu près à la même distance de nous... cela signifie que la manière dont nous percevons leur distances respectives sur une photographie correspond bien à la réalité : la galaxie M82 est bien aussi rapprochée de M81 que ce qu’on peut voir sur l’image, à peine 120 000 années-lumière de distance (à comparer avec les 2 millions d’années-lumière de distance de la galaxie la plus proche de la nôtre, à savoir M31, la galaxie d’Andromède). Comme on peut le voir, cette distance est vraiment réduite, puisqu’elle correspond à peine à 1,5 fois le diamètre de la galaxie M81 ! Toutes ces galaxies sont liées entre elles par des "ponts" de matière et de gaz visibles uniquement en onde radio. Pour une présentation plus détaillée, je vous invite à consulter la "fiche-astro" dédiée sur mon site : https://millenniumphoton.com/portfolios/m81-m82 Pour réaliser cette image, j'ai utilisé de précédentes données réalisées avec la TSA102 en 2017, et de nouvelles avec une apo 66/400 avec réducteur (420mm de focale) pour obtenir un champ plus grand (le capteur de la AtikOne6, utilisé dans les 2 cas, étant assez petit...). Cette image intègre les brutes réalisées à l'occasion de ces deux sessions, 2017 et 2019, avec au final une incrustation des détails obtenus avec la TSA pour les détails dans les galaxies M81 et M82. La contrepartie de cette méthode: ce sont les étoiles les plus "grosses" des deux versions qui restent au final, pour des raisons évidentes d'harmonisation. Et les étoiles obtenues avec l'apo 66/400 sont bien moins fines que celles de la TSA... 24h de pose au total (11h pour le champ resserré, 13h sur le champ large), ce qui permet de bien mettre en valeur l'IFN. Pour la session 2019, j'ai attendu que la Lune soit couchée pour réaliser les images, afin de ne pas dégrader le faible signal de l'IFN. La visualisation sous STF de Pix montre l'IFN de manière beaucoup plus accentuée, mais avec un bruit à la mesure... perso j'ai préféré rester "soft" sur l'IFN, qui reste encore bruité malgré le temps de pose. Setup: Astropro 66/400 - TSA102 AZEQ6 - CCD AtikOne6 L : 40 x 900s (bin1) - 66/400 L : 84 x 300s (bin1) - TSA102 RGB : 36 x 300s (bin2) - 66/400 RGB : 60 x 180s (bin2) - TSA102 Ha : 12 x 300s (bin2) - TSA102 64 darks, 101 bias, 16 flats. Total : 24h Pixinsight & PS Cette image est dédiée à la mémoire de notre ami Gérard Thérin. Bon ciel à tous, JB
  7. 18 points
    Bonsoir les amis astrams, Un essai sur les Pléiades (Subaru en japonais ) l'autre soir… Canon 600d à 1600iso, lunette TS 72-432 et réducteur de focale (341mm), 34 poses de 1 minute, image recadrée because angles pas terribles (flats foirés?) et manque de pose (bruit)…
  8. 18 points
    Je partage un nouveau timelapse avec cette fois-çi la Voie lactée. Réalisé avec un ami : Jean Philippe Kornmann dans la vallée de Névache. Avec de la musique..., choisir en tenant compte des remarques suscitées par mon timelapse sur la Lune cendrée... Remarques et suggestions bienvenues Dominique
  9. 17 points
    Les cieux crépusculaires de ce dimanche 10 novembre accordaient à la Lune sa souveraineté contestée depuis le début d'automne. Ma Cité un peu assoupie en cette veille de commémoration et sous les feux de lumières un peu blafardes, donnaient aux ruelles , aux bâtiments , des ombres allongées. Bien sûr Séléné aimantait mon regard , mais je sentais que d'autres mystères me poussaient à explorer la ville devenue théâtre de la nuit étrange, à la recherche de l'inconnu. Elle m'apparaît enfin, à l'angle du palais ! Quelle draperie délicate , la pierre est devenue étoffe Un belle étoile bleutée vers le zénith me dit que cette nuit est celle du regard nouveau sur ma Cité Ciel , automne et terre s'unissent , la Lune ne craint plus le feu des hommes... Luminaire ultime faîtage des maisons qui gardent leurs secrets Possessive jusqu'à la plus singulière effusion ! Comme une épée dressée en serment de fidélité à la Cité ducale Je vais bientôt m'en retourner et jette un dernier regard vers la Lune gardienne des secrets gardés derrière les fenêtres anciennes. Je longe ces vitraux qui ont fait la lumière sur les princes et leurs décisions secrètes d'autres vieux remparts de l'ancien temps des princes des ruelles aux recoins propices aux maléfices de démons embusqués...? Me revient à la mémoire, avant de rejoindre le monde nouveau une étrange sensation : quel cas singulier cas se cache derrière cette nuit si magique dominée par une Majesté souveraine ? Ces temps anciens et de mystère seront mon secret , hors de l'espace et du temps de dimanche-là , de ces recoins d'ombres....et de lumière ! Amitiés
  10. 17 points
    Bonjour Aujourd'hui pas de transit de Mercure dans le Gers, les nuages en ont décidé autrement. Mais hier soir, peu avant le coucher du Soleil, un superbe arc-en-ciel est apparu, très intense avec une belle lumière chaude de fin de journée. C'est pas vraiment de l'astro, même s'il s'agit d'un météore, mais depuis dix jours, le ciel est désespéramment nuageux. Panoramique de 6 photos avec un Canon 6D et un Irix 15 mm à 2.4. Patrick
  11. 16 points
    dernière version de M45 Total = 3h 45 en RVB La full https://www.astrobin.com/uy5x6l/I/?nc=user
  12. 16 points
    hello, c'est ma dernière image estivale sur matos léger (à peine 20 kgs total) : T150, AZEQ5 et Atik One. C'est une tambouille perso obtenue par mixage d'une version SHO et d'une autre HOO jusqu'à ce que les couleurs me conviennent 🤣 Un peu moins de 12 heures de pose, beau ciel aveyronnais. Full : https://www.astrobin.com/full/kg0zx5/C/?real=&mod=
  13. 16 points
    Bonjour à tous, NGC 1169 est une galaxie située à environ 109 millions d'années-lumière dans la constellation de Persée. C'est une spirale intermédiaire, c'est-à-dire à mi-chemin entre une spirale régulière et une spirale barrée. Elle est aussi très pâle (magnitude 11.6). L'image a été réalisée le 25 octobre 2019, avec quelques poses datant du 11 janvier, en utilisant ma ST10 et le C14 de la Société Astronomique de la Montagne de Lure. Le temps de pose est de 180 minutes en luminance, 244 en chrominance, soit 7 heures. Le seeing était remarquable (1.37'' sur la luminance après compositage), ce qui permet de distinguer une bande de poussière devant l'embryon de barre, ainsi que les nodosités dans les bras spiraux. La petite galaxie en bas à gauche de NGC 1169 s'appelle PGC2280846. La full est ici (à voir dans une pièce sombre, car le champ est très riche en petites galaxies) : http://pfilliatre.free.fr/images/images_astronomie/ngc1169_20191025_v3.jpg A bientôt, Philippe
  14. 16 points
    Salut les amis, finalement je crée un nouveau post pour ce petit film pace que j'ai beaucoup travaillé et pis c'est tout J'ai donc retenu les 120 meilleures images pour faire ce film. Pierre Alain va être content, j'ai finalement composé un p'tit truc pour l'occasion ( port du casque obligatoire ). Vous ne ferez pas attention aux variations importantes de la luminosité, et à deux artéfacts qui se produisent pour je ne sais quelle raison, mais pas motivé pour recommencer ! Mais bon, ça fait quand même un beau souvenir de ce phénomène. J'espère que ça vous plaira un p'tit peu.
  15. 16 points
    Bonjour à tous, Pour faire original... Après une pause de plusieurs mois côté astronomie, difficile de résister comme beaucoup, à l'appel de Mercure en transit devant le soleil. Malgré une belle impréparation et surtout des nuages, des averses... une trouée se présente vers 15 heures : j'ai sauté sur l'occasion. Voici donc ma petite capture de l'événement de lundi : mes 2 meilleures captures sur les 6 réalisées, un montage commenté et une petite animation. Le tout avec mon setup light : Mak 127 et NEQ3. Opérateur content ! 1/ 13h55 T.U. 2/ 14h12 T.U. 3/ Photomontage commenté de 5 de mes captures entre 13h53 et 14h12 T.U. J'estime à environ 183 000 km/h la vitesse de déplacement de Mercure par rapport à l'axe Terre - Soleil !! 4/ Et une petite animation de mes 6 captures en tout... de qualité très inégale : des conditions médiocres et un travail mal préparé, mais la chance d'avoir pu capturer le messager Bon ciel. Julien
  16. 15 points
    Un bel interview de Richard Galli pour Optique Unterlinden . Mais désolé, je ne comprends pas tout. A partir de 13:00 Pourquoi les latitudes 23° sud sont "les endroits ou l'on voit le plus de ciel disponible" ? (Et donc les plus favorables à l'astrophoto) 🤔😳🧐
  17. 15 points
    Bonjour voici une image de la galaxie naine irrégulière NGC 1156, comme c'est une naine elle n'est pas bien grosse : taille apparente 2.6' x 1.7', elle est du type magellanique, sa distance estimée est de 17 Mal. Très peu d'images amateur sur le web à cause de sa petite taille et de sa morphologie. 20 poses de 3 minutes en bin 1 luminance, 3 x 7 poses de RVB en bin 1. Intégration des 15 meilleures L + 4 meilleures RVB pour constituer le stack en Luminance, la chrominance est constituée des 7 RVB. Astrosib 360 + SBIG STL 11000, acquistions en automatique avec Maxpilote, traitement pixinsight et photoshop. Image réduite à la taille d'acquisition ECH : 0.63" /px: Jean-Claude MARIO.
  18. 15 points
    J'ai l'immense plaisir de vous annoncer que mon article de Science et Vie sur I2C a remporté le Prix Roberval 2019 du journalisme scientifique de L'Université de Compiègne... Le jury était composé d'une dizaine de chercheurs et d'ingénieurs francophones, dont entre autres Catherine Langlais, Présidente de la société française de physique, Luc Alba, de chez Safran, Daniel Kaplan, Académie des Sciences, ou encore Philippe Courtier, Directeur de l'Université de technologie de Compiègne. Je remercie du fond du cœur l'équipe de I2C qui m'a accueilli, et l'équipe de Science et Vie. S
  19. 14 points
    Bonjour, Je vous présente le cratère Pythagore faite le 10 novembre 2019 à 21H05 TU. Matériel : C14 + filtre IR Pass 685nm + barlow Powermate x2,5 + ZWO 174. Olivier
  20. 14 points
    Bonjour à tous, Un premier test avec un nouveau setup dans la classe des T50, avec un magnifique T51!! Bon, vous comprendrez, que ce n'est pas un tube de 51cm mais une mini lunette de 51mm de diametre et une focale de 250mm. On aime resté dans les 50:-). On regarde avec quoi nous pouvons nous amusez avec du grand champ, tout en expérimentant avec une de nos ZWO1600MM. Optiquement, ca semble pas mal du tout, et je pense qu'il est possible encore de faire mieux avec une focalisation un peut mieux maitrisée sur l'ensemble des poses (une correction mécanique sera réalisée ce Week-end). On va continuer notre petite expérience dans les mois à venir, puis nous verrons au printemps, si nous cherchons autre chose, ou si nous envisageons une installation d'un setup de ce type au Chili. En attendant voici une premiere image avec NGC7822, ou Cederblad 214. C'est une version SHO-SHO comme on aime. J'ai trouvé une belle description de cette objet réalisé par idrir en 2017, donc vous le rappel simplement: Le coté technique: Télescope JANUS Nord2 situé dans le Vaucluse. Temps de pose: 10h par couche SII, Ha et OIII. Poses élémentaires de 20min sans guidage. Utilisation d'une petite lunette WO RedCat 51. C'est une petite lunette sous formule Petzval. Focuseur AF3 avec kit pour la RedCat 51. Camera ZWO 1600MM Cool. Filtres SII, Ha et OIII ZWO avec la roue à filtres de la même marque. Monture 10Micron GM2000HPS2. Piloté en automatique sous PRISM V10, prétraitement sous PRISM V10 et traitement final sous CS6. Voici l'image, la full comme toujour via clic sur l'image elle meme puis les fenêtres Astrosurf: Et voici le montage: Amitiés a tous, et bonne astro! La JANUS Team Michel Meunier et Laurent Bernasconi http://team-janus.astrosurf.com/ https://www.facebook.com/JanusTeamNordSud/
  21. 14 points
    Bonjour tout le monde, Sous ce titre délibérément trompeur, je ne résiste pas au plaisir de vous montrer l'animation que j'ai faite d'un des rares moments où j'ai pu voir Mercure... à travers les nuages :-) Au moins je l'ai vue! Juste avant de devoir partir pour le travail... Lunette Lunt H-alpha 60 mm, caméra Point Grey Grasshopper 3. Ça s'est passé exactement à 14h17 TU (9h17 heure du Québec) ce matin-là. Daniel
  22. 13 points
  23. 13 points
    Bonsoir à tous, L’opportunité d’observer un passage de Mercure étant peu commune et le ciel de novembre donnant de chez nous une probabilité d’observation quasi nulle il était évident qu’une fois encore il fallait se sauver pour ne pas rater cet événement et tant qu’à faire, vers une destination où l’ensemble du phénomène était visible. En la circonstance, le meilleur rapport distance/ qualité de l’observation était l’île de Tenerife et, de fait, hors arrivée ou stagnation de dépression c’était du zéro nuages assuré au-dessus de la couche d’inversion, donc, sur le plateau faisant la base du Teide placé entre 2000 et 2300m d’altitude et très facile d’accès pas la route. Cette image ne composite qu’une toute petite partie du butin (1 image / 10 minutes) car en plus d’environ 200 images entre P1 et P2 puis P3 et P4, l’intervallomètre a joué durant 5h29 au rythme d’une image toutes les 30 sec. Comme il fallait du léger et de la focale j’ai sortie deux « collectors » : un C90 de 1000mm de focale et une Barlow Clavé X2 amenant l’ensemble à 1454mm de focale. L’ensemble et le boitier Sony A7R était monté sur une Star Adventurer. Seul traitement sur le compositage, un passe-haut de 6,2 pixels. Philippe Morel.
  24. 13 points
    Bonjour à tous Voilà je vous propose ma première photo de Jupiter réalisée ce soir (17-11-19) au foyer de ma petite lulu de 100 mm. Premièrement, j'ai été surpris d'apercevoir les bandes équatoriales sur certaines photos ! Deuxièmement, je ne pouvais pas avoir sur la même photo les bandes et les satellites ! (Monture en "mode" non motorisée) Du coup j'ai bidouillé sur Photoshop les deux photos, (en deux minutes) pour avoir les deux sur la même photo. Mais c'est de la triche ;-) C'est sûr les deux photos ont bien été réalisées avec la Perl-Vixen, mais il m'a fallut deux prises de vues ! Perl-Vixen 102/920 FL Barlow AP 2X Canon EOS 5D II NB . l'horizon est bien parallèle à la prise de vue Bon ciel
  25. 13 points
    Cet été, je me suis décidé à réaliser ce qui est à ce jour mon unique photo de Saturne depuis un lieu unique. Quand en l'année 2000, j'ai dû fréquenter ce lieu alors que l'heure était à demander aux cieux d'être accueillants pour un voyageur en partance , cette bâtisse blanche, en prise directe avec le cosmos avait attiré mon attention. J'appris que son propriétaire , était un vieux monsieur manifestement passionné , artisan menuisier de métier qui ne pouvait trouver une éminence plus au calme , un voisinage plus silencieux pour assouvir son amour du ciel ! Je m'étais promis de le rencontrer , il fallait simplement ne pas être trop pressé de tenir cette promesse dans un délai raisonnable. Plusieurs fois, parcourant ce lieu beaucoup moins assidûment, j'ai remis le moment d'immortaliser l'oeuvre accomplie par cet autodidacte acharné. Je ne sais si c'est le moment, mais l'hommage rendu à un homme animé de la même passion que la nôtre, l'est toujours à mon sens au bon moment. Cet été donc, je me suis approché au plus près pour faire la photo Je n'irai pas plus loin vers la coupole que je devine , il y'a forcément une barrière. Prenons un peu de recul à présent pour mieux avancer vers le "lieu" inscrit dans ma mémoire Le temps est venu de la visite sous le signe des étoiles, de Saturne , de l'éternité? Me pardonnerez-vous d'avoir détourné votre Saturne pour la nimber d'une aura particulière , d'une apparence qui n'est plus celle du marbre un peu froid tout de même, mais davantage de la texture des rêves ou des instants magiques passés sous le ciel, et que la mémoire auréole parfois du sentiment d'absolu , de magie éternelle? Dans tous les cas, j'ai la conviction que, sorte de dormeur invisible de ce val qui domine votre demeure ultime, vous ne pouviez rêver d'un observatoire plus protecteur, plus proche et plus ouvert, pour voguer dans les galaxies les nébuleuses, au-dessus de Saturne ou même au-dessus des passants dont votre oeuvre et cette plaque auront piqué la curiosité ! Votre observatoire, oeuvre de votre vie et sur laquelle vous veillez encore. *Dédié à tous les passionnés qui ont posé les jalons par la force de leur enthousiasme afin que nous connaissions la joie d'arpenter le ciel au mieux , d'en découvrir, d'en cueillir des parcelles chacun à notre façon, à tous ceux que nous avons croisé , que nous croisons , et que nous croiserons demain. A tous ceux aussi que nous aurions pu croiser mais dont la mémoire et l'oeuvre restent un héritage commun, à partager encore. Amitiés
  26. 13 points
    Lors de notre mission AstroQueyras du début Août 2019 nous avons pu mettre un APN Sony A7S au foyer du T620 F/D15 pour imager la célèbre galaxie NGC 7331 dans Pegase ! Quelques pbs de couleurs au traitement final ,beaucoup de vent cette nuit là et surtout une collimation perfectible ! Je vous propose un montage comparatif de la partie centrale en noir et blanc !! désolé pour les étoiles allongées( 9m de focale sans autoguidage !!!) Je rajoute un lien vers l'image couleur réduite à 50% http://www.astrosurf.com/pixiel/AQ2019NGC7331T620A7Sred50.htm et la version Noir et blanc réduite à 50% http://www.astrosurf.com/pixiel/AQ2019NGC7331T620A7Sred50NB.htm Robert
  27. 13 points
    Bonsoir à tous, La météo exécrable nous oblige à retravailler certain films afin d'en extraire le meilleur... Une image datant du printemps dernier. Newton 410 mm F/5.6 "maison optique et méca. Oculaire Taka 20mm spécial projection + filtre rouge Atik / Basler 1920-155 / env. 350 images sous AS3 et Astra image. Phil
  28. 13 points
    Bonsoir Vu le temps pourri et très humide voici quelques images pour égayer la soirée. Canon 750D/18-55/70-300 et 500mm
  29. 12 points
    Bonsoir, Superbes conditions ce matin de bonne heure, entre 5H et 6H30. Lune super haute, turbu raisonnable. Le C8 en forme Superbe région à imager, je me suis bien régalé... Big pano avec la barlow 1.6X, asi290mm, filtre rouge 23A: Double clic sur l'image: A plus pour la suite
  30. 12 points
    Bonjour à tous, Alors en fouillant et rangeant mes dossiers astro, nombreux, qui contiennent des tas de choses sans valeurs, je suis tombé sur une série d'image de la Lune prise...le 23 mai 2019 à Faugères (34). Vu que j'avais fait des dark, offset et flat (pas terribles) eh ben j'ai mis tout ça dans iris , j'ai bien secoué, j'ai remis un coup dans photoshop CS2 et voilà un résultat qui me plait bien! Cela fait un moment que je prend plein d'acquisitions de la Lune mais je suis souvent très déçu, je dois dire que là je suis bien content du résultat. Cela devait être un bon ciel... Voilà je vous propose cette Lune de 18 jours faite au foyer de mon mak127 et au canon 450D non défiltré à 200 iso et 1/200: 20 brut, offset et dark, 2 flats. Qu'en pensez-vous? La seule chose qui me chagrine c'est quand on zoom dessus on voit la matrice de Bayer . Mais on va pas s'plaindre! Bonne soirée Emilien
  31. 12 points
    Bonjour, Ci-joint ma petite contribution. Image prise dans les Bouches du Rhône, à l'arrache (courte visibilité entre les nuages), à main levée. Il s'agit d'une pose unique avec le RX10 IV, focal 600 mm, 1/400, F5.6, 200 ISO, filtre visuel TOO en verre (aieee!!!). Bonne journée. Jacques
  32. 12 points
    Bonjour temps sec et froid, c'est top, bonne chance aussi
  33. 12 points
    Superfulgur, mon C8 orange, que j'ai eu un peu plus tôt que toi (à peine), qu'elle émotion. Un Rolls au prix de l'époque, mais quel bonheur. A31, si je suit votre raisonnement, si on ne construit pas soi-même une caméra CCD ou CMOS en soudant les composants, on a raté ca vie d'astronome, on ne mérite pas d'observer, c'est même interdit, on ne mérite pas le nom d'astronome ! Et bien, je ne suis pas du tout d'accord. Des caméras j'en ai construit de mes doigts (énormément), mais du jour au lendemain où j'ai pu en acheter dans le commerce, j'ai arrêté. Pas de pitié, pas de sentiment, l'efficacité avant, et l'impression de vivre une autre aventure... avant tout ce concenter sur ce que l'on observe, pas comment on l'observe. A31, si pour vous l'astronomie ce limite à ce geler la nuit et à pointer un télescope à la main (j'au eu fait aussi !), cela se respecte, mais il y a autre chose à faire de mon point de vu. Pour moi tout ceci est un peu l'écume des choses (alors que je suis un hyper technicien). Ce qui compte bien plus à mes yeux, c'est de comprendre ce que l'on voit, d'exploiter ce que l'on voit, confronter ces résultats, voir ce qui bouge, mesurer, faire de la science. La vrai astro quoi ! Quant à la notion de télescope capitalistique, ca me fait bien rigoler (tu tape fort chronun, faut pas aller si loin dans la caricature, mais je comprend assez bien ce que tu veux dire ;). Et si ca vous parait trop cher un Stellina, et bien faut arrêter de râler, retrousser ces manches, et tacher de faire mieux ! Sinon faut laisser bosser ceux qui veulent. Christian Buil
  34. 11 points
    Bonjour, Gérard s'en est allé, la vie doit continuer...Nous lui dédierons particulièrement notre prochaine grosse mosaique en cours d'acquisition sur un objet qui lui aurait fait particulièrement plaisir....En attendant nous vous présentons une "petite" mosa de deux champs, représentant 2 nébuleuses très rarement photographiées, et pour cause ! de une elles sont très faibles et de deux elles sont éclipsées par sa voisine proche, IC2118 la tête de sorcière Nous étions parti sur un LRGB seul au départ puis nous avons constaté un fond brunâtre qui en LRGB n'était pas beau du tout...on s'est dit qu'il devait y avoir un fond très faible de Halpha...alors oui il y en a ! Mais je vous épargnerai la couche Ha seule tellement c'est faible de chez faible, qques ADU au dessus du fond même avec 10h de pose !! Par contre elle apporte un vrai plus sur l'image couleur ! Il s'agit donc de LBN906 et LBN917 dans la constellation de l'Eridan. Elles sont appelées les nébuleuses des points d'interrogation !! Pour la technique: Observatoire remote APO - Chez Alain Maury - Chili TOA150 + Flattener 67: focale 1100mm, échantillonage 1.68" par pixel, champ 1°55' x 1°55' Alta U16M ( KAF16803) à -20° Filtre HaLRVB Gen2. Astrodon Pour l'image et par champ : Ha = 15 x 40 min L= 24 x 20min R=V=B= 6 x 20min par couche Monture Mini-OHP et MCMT Guidage par Atik 314L+ en bin2, acquisition 1 sec 25 Darks 25 Bias 9 Flats Chef d'orchestre pour l'acquiz, autoguidage et prétraitement: Prism v9 Traitement: Prism, Iris et CS6. Les vignettes sont cliquables vers les full: Bon ciel ! @+, Thierry APO_Team Thierry Demange, Richard Galli et Thomas Petit
  35. 11 points
    Bonsoir à tous, Un passage de ciel clair, j'en ai profité car la lune m'a cruellement manquée! Un peu humide et plutôt basse, je me suis dépêché car les nuages n'ont pas tardaient à faire leur apparition. Sans prise de tête, j'ai oublier de cocher 30 s en durée, donc ce sera 10 s chacune! 28 tuiles imagés au 150/750 et caméra altair IMX224 et résolution classique 640x480. Traitement avec mon fidèle registax6 et compilé avec ICE...trop facile. Un coup de photofiltre7 et hop! J'en ai pas eu assez, un petit shoot à la lunette 70/700 avec oculaire de 25 mm, beaucoup moins belle... Et pour le transit de mercure, mauvais temps. J'ai tenté vers 17h mais le soleil trop bas est venu se nicher dans les arbres, c'est niet et bien dommage!!! Bonne soirée.
  36. 11 points
    Bonsoir , Comme annoncé dans un post précédent sur NGC7822 imagé avec mon Newton 254 F/4" : j'y reviendrai avec ma lulu de 352 ultérieurement ". pour mémo : Voilà c'est fait depuis le 10 Octobre. Je présente un champ plus élargi, sachant également que.... j'ai reculé au fond du jardin Approche bicolore H, O de cette nébuleuse. J'aime moyen le résultat obtenu mais bon en ce moment , on va pas faire les difficiles. je n'ai pas retrouvé facilement les mêmes tons et le relief que précédemment . je continue pour le coup mon apprentissage avec Photoshop. je n'ai pas encore essayé le dithering avec PHD2 , ça va venir. L'équipe : Lunette TSAP081Q _81/352 _ AZEQ6GT_ camera ASI183MM _ filtres Astronomik _Ha _OIII_roue EFW 8 _ guidage DO ZWO avec miniASI290MM et focuser 1.25" Le détail avec SharpCap Ha : 30x300s _ gain 120 _ offset 5 OIII : 21x300s _ gain 120 _ offset 5 -15°C (D,O, F) Prétraitement _assemblage SIRIL _ type L(H)_HOO Finition PS A une prochaine Alain @penn kalet Pour le (mon) plaisir, un crop de la version Newton que modestement j'adore 🙄
  37. 11 points
    Au 15 novembre (sol 2586) Curiosity est donc redescendu de sa position haute sur "Central Butte" et a contourné son côté escarpé. Le rover a maintenant une autre butte en vue ,"Western butte". NAVCAM – 15 NOVEMBRE 2019 (SOL 2586) : Sur son nouvel emplacement les 16,17 et 18 novembre (sols 2587 à 2589) Curiosity devait observer deux cibles avec Mastcam, ChemCam, MAHLI et APXS. Mastcam devrait prendre également des images de 5 autres cibles, tout en effectuant des mesures d’opacité atmosphérique. MAHLI a pris une image du capteur UV de la station météo REMS. Navcam a réalisé une série d’images pour tenter d’observer des dust devils. Par ailleurs les instruments REMS, RAD et DAN ont effectué leur surveillance environnementale habituelle. Le 18 novembre, dernier jour du plan d’activité du week-end, Curiosity avancera d’environ 20 mètres, après quoi il prendra des images Navcam de son nouvel environnement. Le rover calculera ensuite une cible ChemCam à l’aide du logiciel AEGIS qui demandera à l’instrument d’en prendre une image. HAZCAM AVANT – 17 NOVEMBRE 2019 (SOL 2588) : L'APXS au travail PANO NAVCAM - 15 NOVEMBRE 2019 (SOL 2586) – Jan van Driel : 6,8mb Curiosity fait progresser notre compréhension de ces environnements anciens et de leur habitabilité à mesure qu'il monte explorer des couches de plus en plus jeunes. Curiosity a atteint "Glen Torridon", une vallée présentant des traces d’argile (smectite hydratée). Les observations initiales du rover découvrent des mudstones finement laminés porteurs de minéraux argileux, avec des grès minces intercalés (Les mudstones - terme d'origine anglaise - sont des roches sédimentaires à grains très fins composées à l'origine d'argile ou/et de boue). Les analyses en cours visent à comprendre le contexte stratigraphique de ces unités, leurs paramètres de dépôt, l'origine des minéraux argileux et leurs implications pour l'habitabilité et la préservation des molécules organiques. Dans l'avenir le rover examinera également les unités stratigraphiques plus jeunes qui recouvrent des strates tronquées du mont Sharp et qui sont essentielles à la compréhension de la longue liste d'environnements habitables. L'une de ces unités est le "fronton de Greenheugh", une surface plane en pente légère, résistante à l'érosion, couvrant de près de 3 km2 et qui peut indiquer une activité fluviale plus récente. À "Glen Torridon" (l'unité d'argile en vert image ci-dessus) Curiosity a récupéré des échantillons contenant les plus grandes quantités de minéraux argileux découvertes à ce jour par la mission (plus de 30 % de l’échantillon)). On ignore pourquoi cette région est si riche en dépôts d'argile, mais elle renferme des caractéristiques géologiques complexes, entre autres une roche constituée de dizaines de couches ondulées de sédiment qui se sont durcies. Contrairement aux couches minces et plates associées aux sédiments lacustres étudiés plus bas par Curiosity (Formation Murray), les couches ondulées de ces caractéristiques suggèrent un environnement plus dynamique. Le vent, l'eau qui coule ou les deux pourraient avoir façonné cette région. On observe des modifications du paysage suggérant l'évolution de l'ancien environnement lacustre. Ceci est encore illustré par la zone au-dessus de l'Unité d'argile. C’est une région riche en dépôts de sulfates, ce qui indique qu’elle était en train de se dessécher ou de devenir plus acide alors que les pentes inférieures étaient encore riches en eau. La crête "Gediz Vallis" semble avoir été formée par les eaux descendant du Mont Sharp peu après la formation des unités d’argile et de sulfates avant de s’étendre dans le "fronton de Greenheugh" qui s’étend à travers "l’unité de sulfate". Cela indique que la région a connu des changements considérables dus aux changements climatiques.. On assiste à une évolution de l’environnement lacustre antique enregistrée dans ces roches. Ici n’existait pas simplement un lac statique, une vision trop simpliste de l’histoire compliquée de l’eau sur Mars, très loin de figurer un processus linéaire. La partie inférieure de la crête "Gediz Vallis" de 2,5 km de long chapeaute une vallée en forme de U d'environ 800 m de largeur et 75 m de profondeur. Une crête riche en blocs de 15 m de hauteur et de 100 m de longueur semblant être un gisement qui s’étend partiellement sur le fond de la vallée et se termine par un chenal qui débute à environ 200 m en amont. Le gisement de crête peut représenter des glissements de terrain en phase avancée ou, peut-être, une activité glaciaire. Le chenal d'environ 100 m de large est creusé dans le fond de la vallée encombré de rochers et se remplit progressivement de débris vers le bas, devenant ainsi inversé lorsqu'il se dirige vers la crête ""Gediz Vallis". La crête s'étend en aval sur près de 2 km et s'élève à 70 m au-dessus de la plaine adjacente à son altitude la plus élevée. Les plaines environnantes, baptisées "fronton de Greenheugh", couvrent près de 3 km2 et déclinent progressivement en pente de 25% à 12% sur une distance d’environ 1400 m. Bien qu'apparemment en forme d'éventail, la surface ne présente pas la convexité de surface caractéristique des deltas alluviaux terrestres. Au lieu de cela, cette surface relativement légèrement inclinée présente une pente presque plane. La surface du fronton est rugueuse, préservant les petits cratères d'impact et présentant des crêtes bien organisées, espacées de manière uniforme (~ 10 m). chenal Gediz Vallis (A)(B), (C) chenal inversé, (D) crête Gediz Vallis, (E) fronton de Greenheugh et (F) crête Vera Rubin La ligne verte indique le trajet prévisionnel du rover Des études antérieures utilisant des données orbitales avaient interprété la crête "Gediz Vallis" comme un dépôt en éventail mais différaient quant à savoir si le "fronton de Greenheugh" était antérieur ou postérieur à la crête et si ces caractéristiques s'étaient formées lors de l’édification du Mont Sharp ou suite à la phase d'érosion finale. Ils ont proposé que le fronton puisse avoir été recouvert de dunes. Sur la base de la cartographie stratigraphique réalisée par l’équipe de Curiosity et d’observations de la surface du fronton, ils ont proposé que le dépôt de surface soit l’équivalent de la "Formation Stimson"(*) rencontrée plus bas. (*)La "formation Stimson" témoigne du restant de couches de grès résultant des dépôts de sable apportés par les vents. Cette couche de grès a été rencontrée et examinée par le rover lors de son trajet sur le "plateau Naukluft" dans la première moitié de 2016.
  38. 11 points
    suite de mon message : bonjour à tous, j'ai enfin fini de traiter toutes mes images prises le 11 novembre dernier, toujours à la fs60 muni de son sm40 double stack, glasspath x1.25, BF10 et zwo178mm j'étais au taquet pour 13h35m35s, heure prévue du premier contact .... sauf que j'avais oublié un petit détail : le 1er contact est calculé pour la photosphère (lumière blanche) et non pas pour la chromosphère (halpha) ! Et donc, en déclenchant mon premier film à 13h35m06s, ben, mercure était déjà rentré dans la chromosphère en résumé: 1er contact externe chromosphère : non 1er contact interne chromosphère : oui 1er contact externe photosphère : oui 1er contact internet photosphère : euh ... peut-être, mais pas sur (je pense que j'ai arrêté le film un chouia trop tôt) version xvid ( 6 Mo ... moins gros que le gif ci-dessus en fait ) : http://www.astrosurf.com/ls35dx/transit2019/S20191111-12h35UT-12h37UT-sm40DS-fs60-gpx1.25-bf10-asi178mm-crop.avi j'ai fait ensuite des films en jonglant entre les passages nuageux (comme tout le monde) ce qui donne un chapelet de Mercure sur le soleil, tout sauf régulier j'ai pris le soleil de 14h45 HL comme référence pour le fond animation du transit version youtube : mais en moins compressé ici en xvid (50% - 70Mo) : http://www.astrosurf.com/ls35dx/transit2019/S20191111-sm40DS-fs60-gpx1.25-bf10-asi178mm-12h36UT-16h13UT-r50.avi A noter que pour celle de 17h13 HL c'était vraiment proche de l'horizon, le soleil se couchant à 17h33 HL. Une petite dernière à 14h45 HL avec les protubérances, cette fois ci : Et pour les images faites au 1100D muni du samyang 500mm f/6.3 et astrosolar ? Et bien rien, ou pas grand chose : je me suis complètement planté dans la mise au point (très sensible au samyang, surtout quand il n'y a pas de tache pour aider) que j'ai du (mal) refaire vers 13h après le passage d'une averse et la mise à l'abri de l'engin (j'avais pas encore tiré le store) et, bête comme je suis, je n'ai pas pensé à la refaire sur mercure! j'ai bien celle de 11h29 HL mais son intérêt est très limité! ou celle de 17h26 HL (où j'avais refait la MAP sur l'arbre ) sans astrosolar : Mais bon, mon but principal était d'avoir ce transit en halpha, et là, je suis plutôt content de moi a+ stéphane
  39. 11 points
    C'est vrai, revenons aux tomates à LEDS Je disais donc que plutôt que ce Canada dry que l'on nous vend comme étant des tomates, Je préfère la reproduction naturelle à tous ces autres modes de production de la tomate Pourquoi toujours vouloir aller contre la nature et les saisons ?
  40. 11 points
    La suite: Lac de la Perfection, Schickard, Hainzel Wargentin, Schiller,Longomontanus Clavius, Scheiner, Blancanus Longomontanus, Tycho, Clavius, Maginus, Scheiner, Blancanus Gassendi: Et des régions déjà présentées: T H E E N D
  41. 10 points
    C'était ironique, bien sûr, c'était pour amener ma petite blaguounette à deux euros sur Monsieur Musc. Perso, je crois que la pleine page de la lunette astronomique dans l'Etoile mystérieuse a du faire bcp pour ma vocation… Quant à la vanne du Capitaine Haddock concernant le cirque d'Hipparque qui n'a pas besoin de clowns, donc que les Dupontd ne peuvent pas faire l'affaire, elle est dans mon panthéon perso de vannes au sommet de l'Olympe absolue de l'Univers.
  42. 10 points
    Quand on lit des trucs de science fiction, ou des BD, comme "On a marché sur la Lune", on est amusé par la naïveté des auteurs, qui envoient des fusées gigantesques, avec, comme dans Tintin, même un tank pour se promener sur la Lune… Ce genre de délires décrédibilise un peu cette science fiction populaire, mais bon… En revanche, quand on s'intéresse vraiment à ces sujets, avec des professionnels de la profession, on a des projets sérieux, crédibles, pas ces âneries à la Hergé. Tiens, au hasard, ce projet de vaisseau lunaire pour 2022, proposé par SpaceX et Monsieur Musc. C'est là qu'on voit que Hergé ou autres, c'est pas sérieux, voire carrément ridicule…………………………….
  43. 10 points
    Bonjour vola la belle , de bonne heure , et à l'instant bonne chance aussi et hier? chut !
  44. 10 points
    On peut sans se tromper affirmer que c'est une image fausse. En effet, à l' époque, il n'y avait pas encore d'épingles.
  45. 10 points
    Bonsoir, Pour le moment, je n'arrive pas à mieux aligner les images du gif. 5Mo pour 12 images. Et ça représente 4 minutes en réalité. Bonne soirée. Christophe
  46. 10 points
    Merci Jack !.. Traduction de la news de la Nasa : Curiosity news - 12 Novembre 2019 Le mystère du méthane de Mars n’ayant pas encore été résolu, Curiosity en offre un nouveau aux scientifiques : l’oxygène Source : https://mars.nasa.gov/news/8548/with-mars-methane-mystery-unsolved-curiosity-serves-scientists-a-new-one-oxygen/?site=msl Pour la première fois dans l'histoire de l'exploration spatiale, les scientifiques ont mesuré les variations saisonnières des gaz qui remplissent l'air directement au-dessus de la surface du cratère Gale sur Mars. En conséquence, ils ont remarqué quelque chose d'inquiétant : l'oxygène, le gaz que beaucoup de créatures terrestres utilisent pour respirer, se comporte d'une manière que les scientifiques ne peuvent jusqu'à présent expliquer par aucun processus chimique connu. Au cours des trois années martiennes (presque six années terrestres), un instrument du laboratoire de chimie SAM ( Sample Analysis at Mars ) situé dans le ventre du rover Curiosity inhalait l'air du cratère Gale et en analysait la composition. Les résultats obtenus par SAM ont confirmé la composition de l'atmosphère martienne à la surface : 95% en volume de dioxyde de carbone ( CO2 ), 2,6% d'azote moléculaire (N 2 ), 1,9% d'argon (Ar), 0,16% d'oxygène moléculaire (O2 ) et 0,06% de monoxyde de carbone (CO). Ils ont également révélé comment les molécules de l'air martien se mélangent et circulent avec les changements de pression atmosphérique tout au long de l'année. Ces changements surviennent lorsque le gaz carbonique gèle sur les pôles en hiver, ce qui abaisse la pression atmosphérique sur la planète après la redistribution de l'air afin de maintenir l'équilibre de la pression. Lorsque le CO 2 s’évapore au printemps et en été et se mélange à travers Mars, il augmente la pression atmosphérique. Dans cet environnement, les scientifiques ont découvert que l'azote et l'argon suivent un schéma saisonnier prévisible, avec des variations de concentration dans le cratère de Gale tout au long de l'année par rapport à la quantité de CO2 présente dans l'air. Ils s'attendaient à ce que l'oxygène fasse de même. Mais ça n'a pas été le cas. Au lieu de cela, la quantité de gaz dans l'air a augmenté de 30% tout au long du printemps et de l'été, puis est revenue aux niveaux prévus par la chimie connue à l'automne. Cette tendance se répète chaque printemps, bien que la quantité d’oxygène ajoutée à l’atmosphère varie, ce qui implique que quelque chose la produit puis l’enlève. Variations saisonnières de l’oxygène au cratère Gale: Graphique illustrant la concentration en oxygène au cours des saisons martiennes. Crédit d'image: Melissa Trainer / Dan Gallagher / NASA Goddard «La première fois que nous avons vu cela, c'était ahurissant», a déclaré Sushil Atreya , professeur de sciences du climat et de l'espace à l'Université du Michigan à Ann Arbor. Atreya est co-auteur d'un article sur ce sujet publié le 12 novembre dans le Journal of Geophysical Research: Planets. Dès que les scientifiques ont découvert l'énigme de l'oxygène, les experts de Mars se sont mis au travail pour tenter de l'expliquer. Ils ont d’abord vérifié à deux et trois reprises la précision de l’instrument SAM utilisé pour mesurer les gaz : le spectromètre de masse quadripolaire. L'instrument était correct. Ils ont envisagé la possibilité que des molécules de CO 2 ou d'eau (H 2 O) aient libéré de l'oxygène lorsqu'elles se sont brisées dans l'atmosphère, ce qui a entraîné une hausse de courte durée. Mais il faudrait cinq fois plus d’eau au-dessus de Mars pour produire l’oxygène supplémentaire, et le CO 2 se dissocie trop lentement pour le générer sur une période aussi courte. Qu'en est-il de la diminution de l'oxygène ? Le rayonnement solaire aurait-il pu décomposer les molécules d'oxygène en deux atomes qui se sont envolés dans l'espace ? Non, les scientifiques ont conclu, car il faudrait au moins 10 ans pour que l'oxygène disparaisse au cours de ce processus. «Nous avons du mal à expliquer cela», a déclaré Melissa Trainer , scientifique en sciences planétaires au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, dans le Maryland, qui a dirigé cette étude. «Le fait que le comportement de l'oxygène ne soit pas parfaitement reproductible à chaque saison nous fait penser que ce n'est pas un problème lié à la dynamique atmosphérique. Ce doit être une source chimique et un puits que nous ne pouvons pas encore prendre en compte. ” Pour les scientifiques qui étudient Mars, l’histoire de l’oxygène est étrangement similaire à celle du méthane. Le méthane est constamment présent dans l'air à l'intérieur du cratère Gale en quantités tellement réduites (0,00000004% en moyenne) qu'il est à peine perceptible, même par les instruments les plus sensibles sur Mars. Pourtant, il a été mesuré par le spectromètre laser accordable de SAM. L'instrument a révélé que, même si le méthane augmente et diminue de manière saisonnière, son abondance augmente d'environ 60% en été, pour des raisons inexplicables. (En fait, le méthane augmente également de manière aléatoire et spectaculaire . Les scientifiques tentent de comprendre pourquoi.) Avec les nouvelles découvertes d'oxygène en main, l'équipe scientifique se demande si une chimie similaire à celle qui régit les variations saisonnières naturelles du méthane pourrait également générer l'oxygène. Au moins occasionnellement, les deux gaz semblent fluctuer en tandem. "Nous commençons à voir cette corrélation alléchante entre le méthane et l'oxygène pendant une bonne partie de l'année Mars", a déclaré Atreya. «Je pense qu'il y a quelque chose à faire. Je n'ai pas encore les réponses. Personne ne le sait." Variations saisonnières de l'oxygène et du méthane au cratère Gale: Tendances en méthane et en oxygène sur Mars. Crédit d'image: Melissa Trainer / Dan Gallagher / NASA Goddard L'oxygène et le méthane peuvent être produits à la fois biologiquement (par des microbes, par exemple) et abiotiquement (par une chimie liée à l'eau et aux roches). Les scientifiques étudient toutes les options, même s'ils ne disposent d'aucune preuve convaincante de l'activité biologique sur Mars. Curiosity ne dispose pas d’instruments permettant de déterminer de manière définitive si la source de méthane ou d’oxygène sur Mars est biologique ou géologique. Les scientifiques s'attendent à ce que les explications non biologiques soient plus probables et travaillent avec diligence pour les comprendre pleinement. L'équipe scientifique a considéré le sol martien comme une source d'oxygène supplémentaire au printemps. Après tout, il est connu pour être riche en l'élément, sous la forme de composés tels que le peroxyde d'hydrogène et les perchlorates. Une expérience sur les atterrisseurs Viking a montré il y a plusieurs décennies que la chaleur et l'humidité pouvaient libérer de l'oxygène du sol martien. Mais cette expérience s'est déroulée dans des conditions assez différentes de l'environnement printanier martien et n'explique pas entre autres la chute d'oxygène. Les autres explications possibles ne correspondent pas non plus pour le moment. Par exemple, une radiation du sol à haute énergie pourrait produire une quantité supplémentaire d’O2 dans l’air, mais il faudrait un million d’années pour accumuler suffisamment d’oxygène dans le sol pour rendre compte de l’augmentation mesurée en un seul printemps, rapportent les chercheurs . «Nous n’avons pas encore mis au point un processus produisant la quantité d’oxygène dont nous avons besoin, mais nous pensons qu’il doit y avoir quelque chose dans le sol de surface qui change de façon saisonnière car il n’ya pas suffisamment d’atomes d’oxygène créer le comportement que nous voyons », a déclaré Timothy McConnochie , chercheur adjoint à l'Université du Maryland à College Park et un autre co-auteur du document. Le seul engin spatial précédent doté d'instruments capables de mesurer la composition de l'air martien près du sol était les jumeaux atterrisseurs Viking de la NASA, arrivés sur la planète en 1976. Les expériences sur les Vikings ne couvraient que quelques jours martiens, de sorte qu'elles n'ont pu révéler les schémas saisonniers des différents gaz. Les nouvelles mesures SAM sont les premières à le faire. L'équipe SAM continuera à mesurer les gaz atmosphériques afin que les scientifiques puissent recueillir des données plus détaillées tout au long de la saison. Entre-temps, Trainer et son équipe espèrent que d'autres experts de Mars travailleront pour résoudre le mystère de l'oxygène. «C’est la première fois que nous observons ce comportement intéressant sur plusieurs années. Nous ne le comprenons pas totalement », a déclaré le scientifique. "Pour moi, il s'agit d'un appel ouvert à toutes les personnes intelligentes qui sont intéressées par ceci : voyez ce que vous pouvez proposer." Par Lonnie Shekhtman Centre de vol spatial Goddard de la NASA, Greenbelt, Md.
  47. 9 points
    Et bien sûr Paris au centre, décidément même sur la Lune rien ne change ...
  48. 9 points
    bon alors j ai mis suggestion puisque pas de catégories qui puisse correspondre ,une simple ouverture aux paysages célestes de jours comme de nuit mettant en valeur nos astres préférés serait pas mal c est un clin d œil aux administrateurs de ce site le paysage , de jour comme de nuit à pour moi sa place dans le fait d étre sensible au ciel , l environnement céleste peut se satisfaire d observations très au delà de notre sphère ou tres en deça de la dite ...l observation de notre soleil en direct ou à travers les nuages a autant d importance que celle a travers un télescope , tout est question de sensibilité ....et d interrogations ... de fait , une petite propo de paysages solaire ...et neigeux interrogation ? je suis surpris sur l aspect de la première ..? aucune idée de quoi vient les rayons
  49. 9 points
    Bon c'est fait Sinon c'était l'Aveyron au mois d'Août S'il y en a qui aimaient le cocon je peux la remettre, mais ca datait de 3 ans Bon allez je la remets pour le fun, c'était avec une APO 80x480 en LHa-RGB, prise du même endroit (Rieupeyroux) :
  50. 9 points
    Merci à tous pour vos témoignages à l'égard de Gérard, oui moi aussi Alain je me souviens bien du temps de l'argentique avec le TP 2415. J'ai retrouvé deux de mes meilleures photos argentiques prises en 1988 ou en 1989 avec mon Cassegrain de 305 mm, qui est maintenant entre les mains d'Elie. Quand je vois ces photos ci-jointes je les trouve totalement dépassées! jm-fluo, oui nous sommes tous que des amas d'atomes et un principe de la physique dit que rien ne se perd et que tous se transforme….. Bonnes soirée Christian Photos: Christian Arsidi au Cassegrain de 305 mm et TP 2415 de 1988 ou 1989.