Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content since 04/15/24 in Posts

  1. 39 points
    Yo ! de retour à la maison, après un formidable périple mexicain, dont le prétexte était cette éclipse prometteuse du 8 avril. Prometteuse car de longue durée, pensez-donc 4mn27s à l’endroit choisi, bien loin des 62 secondes de l'an passé en Australie, qui plus est avec une activité solaire bien musclée et avec des statistiques météo en ces contrées tout autant prometteuses - mais qui ne se concrétisa pas à l'optimum, comme on va le voir. Voyage organisé de longue date avec les copains, avec comme approche sur la ligne de centralité de fuir le Texas, de ne pas tenter le nord de l'Amérique dont les prévisions n'étaient pas folichonnes, et d’envisager un périple hors des sentiers battu en Basse Californie où l'on observerait le phénomène de l'autre côté de la Mer de Cortes à Mazatlan - ou dans l'arrière pays si nécessaire - site quasi au maximum de durée avec les meilleurs statistiques météo. Commençons donc ce récit par ce point d'orgue de l'éclipse, le reste suivra au fil du temps. Quinze jours auparavant, les premières prévisions météo montraient une dépression sur l'Amérique du Nord d'où s'enroulait une large trainée nuageuse se superposant diaboliquement avec la trajectoire de l'éclipse sur le continent, configuration des plus fâcheuses laissant à penser que les dieux nous boudaient et qu'il fallait remédier à ces disgrâces par des offrandes et libations de circonstances, ce qui fut pieusement fait à grand coup d'apéro désormais pleinement justifiés. Que ceux qui médisent sur la fiabilité des métrologues soient immolés car ces prévisions tinrent bon et s’affirmèrent jusqu'au jour J - à notre grand dam. C'est ainsi que la veille au soir, nous n'étions toujours pas déterminés à savoir où nous irons observer. Deux solution se présentaient, excluant la troisième qui était de rester sur la ville de Mazatlan : (A) aller vers le sud, le long du littoral pile sur la ligne de centralité, ce qui faisant gagner 10 secondes de totalité et nous écartait un peu de cette bande coquine de nuages d'altitude, (B) ou entrer dans les terres et gagner en altitude un peu avant Durango où une trouée semblait se dessiner - ce qui fut le cas. Aussi à l'aube faute d'avoir choisi, nous allâmes d'abord en A, découvrant un environnement de lagunes sauvages plein de jolis volatiles et de cultures de piments dont on pouvait lire qu'ils étaient les "mejor del Pacifico", mais avec un ciel perfectible qui nous fit prendre la décision de partir illico en B. C'est ainsi que par une route rapide, nous nous enfonçâmes rapidement dans l'arrière pays montagneux, jusqu'à - Caramba, consternation et merdum - être bloqués par une interminable queue de gros bahuts à l'arrêt pour cause d'accident et incendie dans un tunnel à quelques dizaines de kilomètres de là. Et là, on se trouve tout à coup bien couillon, pris au piège, dans l’expectative. Après un instant de sidération, nous la jouâmes à la mode mexicaine, à savoir remonter la file de camion à contresens jusqu'à l'une des rares bretelles d'accès, elle aussi prise à contre-sens, pour se sortir de ce pétrin. Mais de là, la route alternative pour se rendre à destination était bien plus tortueuse, moins roulante, plus longue et ne nous permettait plus d'arriver à temps, d'où la sage décision de rester sur place et s'installer tranquillement, car rien n'est plus important que de soigner l’installation où l'improvisation et l'à-peu-près ne sont pas de mise en ces circonstances. Pour ma part, ce sera la Swaro 80ED qui fait merveille sur ce sujet, un filtre astrosolar bricolé "maison" bien rodé lors des précédentes éclipses, les feuilles de papier où les gabarits de diverses dimensions ont été préalablement tracés, les crayons en double en cas de casse, le positionnement de chaque bidule où le geste doit être machinal et ergonomique. Ainsi, dans un joli paysage montagneux planté de conifères, nous regardâmes avec quelques autres spectateurs le ciel se faire envahir de cirrus échevelés, mâtinés d'autres d'aspect pommelés, toutefois pas suffisamment denses pour masquer le Soleil, mais juste un peu chiants pour une observation optimale. Bien que parfaitement compréhensible, je trouve extraordinaire la précision des phénomènes astronomiques. Une petite application fort bien faite me donne tous les paramètres de l'éclipse pour un endroit donné et pile à C1, soit 9h52mn38s, l'on observe la première morsure de la Lune sur la Soleil, l'émotion devient palpable, le tension monte, les commentaires vont bon train. Je fais un dessin toutes les 20mn de l'avancé du phénomène, note la présence de deux groupes de tâches qui inexorablement se feront grignoter par l'avancée de la Lune. A T-10mn, l'on sent physiquement un changement de température, de luminosité et à l'oculaire, le Soleil n'est déjà plus qu'une jolie griffe. A T-5mn, on entre dans le vif du sujet et je lance mon compte-à-rebours enregistré, aide précieuse qui permet une relative sérénité en ces instants où le temps semble s’emballer, ou être suspendu, ou en tout cas se déroule de façon étrange dans nos esprits totalement perturbés. L'on devient des animaux, on regarde hébétés de toute part les changements envahir l'espace, les couleurs, l’assombrissement progressif qui se fait de plus en plus intense, preuve d'une éclipse de longue durée. Le crépuscule s'affirme fortement comme je ne l'ai encore jamais perçu. T-1mn, l'on perçoit les premiers grains de Bailly, le découpage en petits tronçons aux extrémités de la très fine griffe du aux reliefs lunaires. Ça vacille, on perçoit déjà Vénus à droite, Jupiter plus loin à gauche, à T-30s on à la sensation de la présence de la couronne à l'opposé de la disparition éminente du Soleil, à T-10s je retire le filtre et regarde le monde environnant se faire engloutir par cette nuit si particulière, 9-8-7-6-5-4-3-2-1 TOPPPPPPPP !!!!! Hop punaise de-diou, quel spectacle !!!! Ça fuse de toute part, ça irradie, c'est fort, contrasté, étendu, magnifié par ces nuées d'altitude, bien qu'à 70° de hauteur, le Soleil noir me semble gros comme le ferait un plein Lune à son lever sur l'horizon, c'est magnifique, on en tremble. En mode automatique, je trace les principales lignes de la couronne, le trait est bien tremblotant, il faut se faire violence, s'appliquer. Délicate besogne car l’assombrissement est tel que je ne vois pas bien mon travail sur le papier. L'observation à l'oculaire n'est pas aisée car le contraste est tout de même atténué par ces voiles d'altitude. Je note les nombreuses protus du côté où le Soleil vient de disparaitre quand déjà quelques coquines énormes pointent leur nez à l'opposé. Ces 4mn27s sont un vrai luxe pour le dessin et quelque part, je m’apercevrais par la suite qu'elle ne m'oblige pas à une concentration maximale, on peut dire que j'étais davantage en dilettante. Je prends mon temps, reviens sur un détail, repasse autre part, affirme un contour, une lueur. Déjà la sortie s'annonce avec comme fleurons deux magnifiques protus d'un rose électrique incomparable, 5-4-3-2-1 FINI !!!!! Une sortie grandiose avec quelques diamants joliment répartis entre ces deux flammes, un régal ! Reste à peaufiner ce dessins que voilà : La suite à venir, restez à l'écoute
  2. 30 points
    Bonjour J'ai passé près de 3 semaines aux USA, entre autre pour voir l'éclipse du 8 avril, que finalement je n'ai pas vu . La malchance total ; j'ai pu suivre toute la phase partielle jusqu'à 10 min de la totalité, ensuite le ciel s'est couvert très rapidement et il s'est redégagé 10 min après la fin de la totalité . Mais bon, pendant 12 jours je me suis régalé en Arizona, dans des sites exceptionnels (Meteor Crater, Petrified Forrest, Grand Canyon, Bryce Canyon, Antelope Canyon…), alors j'en ai presque oublié la déception de ne pas avoir vu l'éclipse. Le 3 avril, je suis allé au point de vue Horseshoe Bend, près de Page, où le Colorado fait une magnifique courbe dans la roche rouge rouge/orangée. L'occasion de faire mon adieu à la comète Pons-Brooks, très basse sur l'horizon et noyée dans la lumière zodiacale. L'image suivante est un panoramique constitué de 31 photos prises avec un Canon 6D (refiltré Astrodon), un objectif Tamron 24 - 70 mm à f/2.8. Pose de 13 secondes à 6400 ISO. Sur un grand pano comme ça, la comète est toute petite, bien visible en bas à droite de Jupiter. Patrick
  3. 28 points
    Bonjour, Hier j'avais posté une image du croissant lunaire réalisé avec un Fuji X-S10 au foyer de la lunette Takahashi TS152/1216 mm de l'association Repères. Dans la foulée j'ai aussi tenté une série d'image avec une barlow Celestron 2x X-Cel LX afin de réaliser uen mosaïque. Traitement avec Capture One, puis compilation de 6 tuiles de 25 images avec Astrosurface, assemblage avec Hugin et finalisation avec Photoshop. Stéphane
  4. 28 points
    Salut à tous En avril...ne découvre pas le télescope Bon, après une lunaison de février compliquée, celle de mars tout pareil, je me disais que celle d'avril serait favorable côté météo ! ben que nenni ! Un coup il fait 5°, 2 jours après c'est 28, entre deux on se prend une averse...de sable...A quoi ils s'amusent là haut ? Et comme je peux difficilement imager depuis chez moi, chaque sortie astro me prend 1h30 de manutention, entre remplir la voiture, me déplacer sur mon site, installer et régler le bazar...et rebelote en fin de séance, les réglages en moins! Je me fie donc aux prévisions météo pour me décider . Sauf qu'entre meteoblue, ventusky et meteofrance, la fiabilité n'est pas leur point fort actuellement! Toutefois, sur un malentendu, j'ai pu sortir ces quelques bonnes images les 13 et 14 avril. le 13 sur mon site et le 14 depuis chez moi en vallée, exceptionnellement. En effet, les 3 sites météo prévoyaient entre 80 et 100% de couverture nuageuse dès 20h, malgré un bon seing. A 20h, pas un nuage mais je n'ai rien préparé, c'était pas prévu! quelques jurons accompagnent mon installation vite fait dans min jardin! Bon, par chance, la température extérieure est exactement la même que celle du lieu de stockage donc pas de problème de mise en température. Et finalement, les nuages sont bien arrivés...à minuit! Avec un bon seing de 20h30 à 21h15, et ensuite médiocre puis bouillie. Sur mon site d'observation, cela aurait été encore meilleure, comme dans 100% des cas, mais tant pis! Suis quand même content de ces 2 courtes séances Rappel du set up: T500/2000 sur table équato Barlow APM 2,7x (réglée entre 2,3x et 2,7x suivant les images Caméra QHY 678 mm Filtre IR642 le 13, Rouge le 14! Pour toutes les images, j'essaye de prendre entre 4000 et 5000 frames pour en conserver environ 10% avec AS3 Traitement registax, astrosurface, Gimp pour la finition Commençons par le 13 au soir avec Hercule et atlas...Je trouve l'image de Thierry, faite au T450, bien meilleure que la mienne (pour une fois ) Puis un petavius plus sympa Sur le terminateur, les remparts de Théophile apparaissent au delà de la mer du Nectare et de fracastore Quelques soucis de reflet sur cette image, je ne sais pas pourquoi... Le 14 au soir, à 20h30 dans pile au coucher de soleil, le seing est bon. J'en profite! C'est ma meilleure image obtenue du célèbre trio ! Posidonius est également sous un bon éclairage, mis je pensais faire mieux...Un seing déjà en léger retrait peut-être ? Et celle là je l'attendais depuis 3 ans: une vue de la mer de la tranquillité (pas si tranquille que ça!) avec un éclairage rasant, avec le cratère fantôme Lamont et les dômes volcaniques au dessus et à gauche de Arago visibles uniquement sous cette configuration J'ai un peu forcé les contrastes pour faire apparaitre toutes les plissures de la mer, mais je peux faire plus doux si vous préférez Jai continué mes films mais dès 21h15 la turbu haute fréquence est revenue J'ai donc décidé de sortir la petite nouvelle: une lunette triplet APO 80/500 achetée la veille à vil prix à la Journée de l'Occasion de l'Astronomie à Communay près de Lyon je ne sais pas encore ce que je vais en faire, mais sur la lune elle se débrouille très bien! Posée sur monture vixen porta manuelle (j'ai rien d'autre) Filtre vert vu la focale Sans barlow (donc sous échantillonnée mais y a toute la lune) Avec barlow 2x; c'est bien mieux mais il manque un morceau ! prochaine fois je ferai une petite mosaique... Voilà c'est tout pour aujourd'hui (c'est déjà pas mal! ) A priori pas d'autres images sur cette lunaison sauf si les prévisions météo se plantent complètement...mais je n'y crois pas! il fera beau...pour la pleine lune ! J'édite ce fil pour ajouter Janssen oublié, le pauvre, imagé le 13 avril également lorsqu'il sortait de la nuit lunaire. ç'eut été dommage !!
  5. 28 points
    Bonjour tout le monde .. Hier soir 16/04, le seeing était vraiment sympa avec une Lune très haute ici autour de 70° d'altitude . malgré tout impossible de passer un Filtre Vert , en dessous du Rouge 25A Toutes les images sont réalisées avec Barlow.Siebert1.5X C11 Barlow1.5X+ ASI290MM + Filtre R25A Acquisition Firecapture , Traitement AS4 & Astrosurface 4% d'environ 3800 images sélectionnées pour le traitement WBOND_BARROW_METO CASSINI HADLEY-RAINURE STOFLER_FARADAY_MAUROLYCUS MAREE_VAPORUM 3993393 PTOLEMEE_ALPHONSE_ARZACHEL 3 images en mosaïque VALLEE-ALPES Bernard_Bayle
  6. 27 points
    hello, image pas fraîche (de l'année dernière), mais traitement plus frais Il y avait 12 heures de poses avec une 2600MM à f/3,8, ca devait être sa première sortie ou pas loin. Avec une vue de plus près.
  7. 27 points
    Bonjour, Un premier jet de quelques images obtenues hier soir. Plutôt basée sur le sud de la Lune, plus j'allais vers le nord et plus les résultats sont passables. A retraiter donc pour ceux là. C8 Celestar Deluxe / RisingCam 224 / Barlow Ultima x2 . Rien que du classique pour l'instant, encore d'autres vidéos à traiter et peut être une mosaïque de la Lune gibbeuse si je n'ai pas de trous et que j'arrive à harmoniser les tuiles, ayant fait les vidéos avec beaucoup de différences de luminosité . Clavius : Moretus : Tycho : Longomontanus : Une mosaïque : Et ça se gâte en montant plus au nord, tentative de mosaïque sur Mare Nubium, mais obligé de faire plein de crops à cause des trous ! Et redimensionnés aux 3/4 ( à retraiter ) : Autre crop : Ce soir la mosaïque, peut-être ! Bonne fin de journée.
  8. 26 points
    Salut à tous, une petite reprise astro cette semaine avec mon mak de 200mm sur ma monture G11 qui s'est remise à fonctionner (en appuyant sur les microprocesseurs de la carte électronique). Le 17 : Le 18 (hier soir) transparence moyenne avant que ça se couvre: Avec camera ASI290mm et filtre vert. Jean-Yves
  9. 24 points
    Bonjour à tous, Alors hier au soir, j'avais trop envie de faire de l'astro (observation + imagerie) et avec cette lune bien présente, j'ai juste fait M5 que je voulais rajouter dans ma petite collection Pour cette image, j'ai fait 41 x 180s + 54 x 30s pour que je n'ai pas de surexposition au centre étant donné qu'il est déjà bien brillant au centre donc j'ai voulu assurer le coup pour pas le cramer. Bon, il n'y a rien d'extraordinaire mais je suis content d'avoir fait de l'astro cette nuit.
  10. 24 points
    Voila les dernière nouvelle de la grosse Shooté des que je la vois dans le chercheur pointage avec le goto Hier finalement le ciel c'est ouvert mais suis allez au lit dommage pour ma région preferer sur la lune 2024-04-13-1809_2-- 14 -W-L-Jupiter Taka 250-4-6142 2024-04-14-1803_9-- 13 --L-Jupiter Taka 250-4-6122_-V- Voila les news fraiche bon ça risque d'etre les dernière je vais essayer mais c'est pas gagné Plus qua essayer Saturne du matin a l'aube bonne journée
  11. 23 points
    Bonjour, Après une journée avec un ciel bien voilé, cela s'est dégagé en début de soirée sauf à l'horizon. Pas pu faire la comète. Pas grave, j'ai commencé plus tôt les prises de vues lunaires. Turbulence faible à moyenne. Mise en température "rapide" car il faisait 19°C dehors. Mak 180 - Barlow - Basler IMX265 (N&B) - Filtre Vert - Genika - AS3 - Astrosurface R4 ou V1 Une vue de Humboldt et Petavius avec une bonne libration. (Clic pour voir en grand) Un peu plus au Sud : Une mosaique de deux images de la mer des Crises, toujours à la barlow : Et enfin, une mosaique entière, de 6 images, au foyer : Toujours filtre Vert. Addition de 100 images par tuiles. L'image est légèrement réduite. Jérôme
  12. 22 points
    Bonjour à tous suite à mon image réussie de Théophile, Cyrille et Catherine du 14 février, j'ai consulté mes archives (pas très anciennes !) et trouvé une image quasiment identique point de vue résolution et éclairage mais...prise en phase descendante puisque réalisée en septembre 2023 au matin. Bon, celle du 14 févreier est quand même un cran au dessus... J'ai fait un petit montage pour les mettre côte à côte. C'est amusant et intéressant de les comparer ainsi sur des phases lunaires opposées Et j'en ai profité pour peaufiner le traitement de mon image du 14 février... Celle de septembre faite avec une caméra ZWO 178mm et la plus récente avec une QHY 678 Toutes les deux au filtre rouge; focale identique Traitement AS3, astrosurface, Gimp pour les 2
  13. 22 points
    Bonjour à tous, Je vous propose quelques vues lunaires, malgré les caprices de la météo normande ! Petit rappel du set-up pour commencer : - C11 sur EQ6 pro - Barlow 2X - Filtre vert Astronomik - Caméra Player One Mars-M II - Ser de 5 min - Empilement sous AS!3 et traitement sous Astrosurface La soirée du 16 .... qui avait plutôt mal commencée, avec la mise sous bâche du télescope et de l'ordinateur, le temps d’une petite averse ! Après ces quelques déboires, j'ai finalement pu réaliser des acquisitions sur la région du cratère Stofler et sur le pôle sud. Seeing très correct. ----- EDIT : une nouvelle version de la région de Stofler, avec une très légère réduction du bruit. Au delà, je tape dans les détails .... Fabrice La première version. Puis la soirée du 17. Bon seeing à nouveau pour imager la région de Moretus. Je rentre le télescope en fin de soirée ..... fortes bourrasques de vent et grosse averse à peine 15 min après avoir mis le télescope à l'abri. Je suis au chaud, le télescope aussi. Quelle chance ! Amicalement, Fabrice
  14. 22 points
    Coucou les ami(e)s, le soir de ce jour du 13 fut une toute autre affaire que pour le soleil quelques temps plus tôt, des conditions très cools nom di diou. Et bien que le C9 n'est pas très vieux en ma possession, je crois bien qu'il m'a déjà pondu mon plus beau croissant ! C9 + ASI462MM au foyer, 15 sers de 4000 images, 300 images retenues par film dans AS3, traitement Astrosurface. Mosaïque à la taille de 100% : J'ai voulu profiter ensuite du moment en mettant la Powermate 2x pour quelques vues. Je suis un peu déçu par contre des résultats, j'ai un ressenti de bougé quelque soit le traitement et la taille des APs. Les causes peuvent être multiples, dégradation des conditions, MAP pas top, collimation pas top ? ( non vérifiée, mais bon je l'aurais décelée au foyer déjà ). J'ai réduit ces petites mosaïques à la taille de 80% ( films de 4000 images, 400 images retenues par film ) : - Région d'Hercule et Atlas ( 2 images ) : - Région de Boussingault ( 4 images ) : - Région de Janssen ( 2 images ) :
  15. 22 points
    ah ca fait plaisir de retrouver un ciel clair avec une turbulence acceptable voila quelques classiques une grosse partie attend le traitement doctelescope 460 f 4.2 asi 290 mm barlow 2 filtre ir 742 dont 1 ou 2 filtre rouge ( premiere fois de l annee)
  16. 22 points
    Bonjour a tous le 13 m a plutot porté chance en fin il ne faut pas etre superstiieux,ça porte malheur du foyer de la barlow et 2mosaiques mak 127 cam sc 705C ce mak arrive encore a me surprendre et je suis sur qu il e a encore sous le pied bonne journée
  17. 21 points
    bonsoir content je suis .... après avoir eu des déboires certains, sur ma précédente images , M106 avec des franges colorées sur la brute empilée , je suis heureux de mon image du 12 avril dernier ; les franges ont disparu sur la brute empilée , ce que j'ai changé pas grand chose , toujours pas de dithering , j'ai juste viré le filtre optolong LPro..??? pourtant à l'heure où j'ai imagé , la lune était présente et l 'objet presque au sud ....!!! du coup le traitement a été un régal si on peut dire , entièrement réalisé sous PI , je remercie mon fils pour son aide pour les couleurs car étant daltonien je me suis un peu perdu... si JF (JEFFBAX) passe par là , je voudrais te demander comment ne pas avoir une montée de bruit significative lors d'un retrait de gradient ? j 'ai essayé dans Siril , Pixinsight , GarXpert ,en polymonial , RSB , AI etc toujours du bruit celà est surement dû à l'algorithme.. ne perdez pas à l'esprit que c'est fait à l 'APN !! j'ose montrer un crop à 100% lunette FS 60 correcteur + Sigma FP refiltré 127 images de 60 s à 1250 iso prétraitement Siril traitement PI bonne soirée Olivier
  18. 21 points
    Salut! j'ai fais un peu de lune hier et avant hier au 250 (Avant Juju que je posterai plus tard et la comete et du cp ) Asi 178mm filtre rouge au foyer pour le 13 et a la 662 mc juste pour tester avec et sans gamma pour voir la difference pour me donnée une bases pour juju de plein jour image a 100/100 (clic ou pas😁) ondelette douce je pense et un peu de local contraste et gamma dans astrosurface 2024-04-13-1848_6-U-L-Moon_Taka-4-6372 2024-04-13-1850_6-U-L-Moon_Taka-4-6353 2024-04-13-1851_4-U-L-Moon_Taka-4-6374 2024-04-13-1852_3-U-L-Moon_Taka-4-6368_stitch Hier c'est vraiment pour tester avec ou sans gamma a la capture Avec même traitement 2024-04-14-1749_3-U-L-Moon_Taka-4-6250_red Sans 2024-04-14-1750_4-U-L-Moon_Taka-4-62071_red Bonne soirée a tous et bon ciel Sauveur
  19. 20 points
    Bonjour à tous Voici donc un petit gif qui retrace mon lot de consolation (eclipse partielle) suite a l'annulation de mon voyage au Texas pour cause de mauvais temps. Un merci particulier à @ALAING pour son aide précieuse dans l'utilisation du logiciel iris. Voici ce que j'ai fait : - creation de la sequence sur IRIS des 726 images (une toutes les 10s). - Reduction 30% , puis leger masque flou. - Alignement (registration images planetaires apres avoir defini une zone contenant la tache non occultee par la lune) - Conversion des fit en bmp. Creation du gif avec le logiciel pipp Insertion a mes videos sur youtube Bonne reception Nicolas
  20. 19 points
    Bonjour À tous, pour le fun une nouvelle fois , une petite Saturne sans prétention à trente degrés, donc jour bien levé. pas de dérotation, PSF et un peu de cosmétique. 30% de 9000 images Bon week end à tous! Quentin
  21. 19 points
    bonsoir une lune faite hier soir et un soleil matinal vers 10h20 , avec la SW80 et fuji XT2 Astrosolar D5 voilà bonne soirée Olivier
  22. 18 points
    Bonsoir les petits lapins (et autres mammifères) ! Une image de ce soir au vieux newton 158/1220 et son irréductible Fuji XT20, mode vidéo bien sûr et barlow Televue x2 Presque pas de vent (ouf !) turbulence un peu frétillante mais fin détails perceptibles. Plusieurs mosaïques en prévisions, en empilage d'images ou vidéo 4k...on dirait que ce n'est pas trop mal, juste un crop pour voir... On verra tout ça demain ! Dormez bien
  23. 18 points
    Bonjour, C'est une cible peu commune et assez difficile que je vous propose aujourd'hui, un couple de galaxies en interaction Arp83 composé des deux galaxies NGC3799 et NGC3800 qui dessine un héron, rappelant fortement la plus célèbre galaxie du même nom alias le couple NGC 5394/5395 (ou Arp 84) mais c'est 2x plus petit en taille... ! NGC 3800 fait à peu près 1.7' x 0.5' NGC 3799 environ 1.1' de diamètre Pour mettre toutes les chances de mon côté, j'ai accumulé les poses mais le seeing peu coopératif du moment ne m'a laissé au final que 6 à 10h d'exposition selon le degré de sélection des images. Pour le traitement, j'ai tenté la totale en explorant deux pistes que j'avais tendance à délaisser jusqu'à présent : la correction de gradient appliquée à chaque image prétraitée, plutôt qu'une correction appliquée uniquement au compositage et la registration en dithering pour essayer de grignoter un peu de résolution Voici donc le résultat obtenu : ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% ) Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut, Nord à peu près en Bas Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering Sur 6 nuits durant les lunaisons des 10 mars puis 08 avril 2024 : * 13/14 mars 2024 * 03/04, 05/06, 11/12, 12/13 et 14/15 avril 2024 184 poses retenues sur 297 poses de 02min, Temps d'intégration de 06 h 08 min Traitement Siril-1.2.1, Finition avec Gimp 2.10.28 Échantillonnage porté à 0,83"/pixel (75% du dithering) Outre la vedette (Apr83), le champ regorge de petites tâchouilles, je vous invite à le parcourir sur la full Pour ma part, j'aime bien : * la faible UGC 6669 * le belle PGC 36366 : Voici une autre version, sans dithering, avec l'échantillonnage natif de 1.25"/pixel qui résulte d'un mix entre un traitement classique (avec correction de gradient uniquement sur l'empilement) et le résultat obtenu avec retrait de gradient sur chaque image prétraitée avant empilement. Mix des deux, car j'obtenais une image certes plus propre mais aussi plus sombre par la seconde voie, je ne sais pas pourquoi (?). 297 poses de 02min, Temps d'intégration de 09 h 54 min et de quoi identifier les tâchouilles : Ce n'était pas une cible facile et je suis plutôt content du résultat obtenu, j'espère que çà vous plaira aussi Bon week-end et bon ciel à toutes et tous
  24. 18 points
    bonjour à toutes est tous, Je suis heureux de vous présenter mon nouveau Newton de 300 f/d5 le bébé fait 15.1kg , environ 5 de moins que mon 250 orion chinois... c'est l'eq6 qui me remercie c'est sa première sortie sous "les étoiles" ... juste 1h sur la lune avant l'arrivés des nuages tout juste le temps de valider la conception et la sortie du foyer optique. même pas eu le temps de viser une étoile pour finir l'alignement optique. je vais pour l'instant me contenter du laser. le secondaire fait 70mm ce qui donne une obstruction d'environ 0.22 . il va y avoir encore un peu de travail afin de maitriser les éventuelles flexions, perte d'alignement.... et bien faire connaissance. je vais par avance m'excuser pour les mauvaises conditions météo à venir nouveau jouet = temps pourris Pour la couleur j'ai choisi un rouge brique proche du rouge DUCATI en référence au châssis tubulaire voilà pour cette petite présentation. l'image au téléphone est nul mais ça donne l'idée générale, par contre, c'est au chausse-pied pour le faire rentrer dans l,obs de 5m2 en position repos Une petite image de la Lune avec Clavius en guest star pour l'inauguration le miroir était en phase de refroidissement, barlow X3 et P1 neptune2
  25. 18 points
    Hello, J'ai pu traiter une image de cet été. Il s'agit de la région de la nébuleuse obscure LDN 886, dans le Cygne. C'est une région assez riche, tant en nébuleuses obscures que par émission. Pour ce qui est de la technique: L: 20 x 90s = 30 min R: 17 x 90s = 25.5min G: 18 x 90s = 27 min B: 18 x 90s = 27 min Hα: 18 x 180s = 54 min La luminance est un mix L/Hα à hauteur de 60/40. La couche rouge a aussi été boostée par le Hα. SkyWatcher 300mm f/5 Paramount ME II ASI 2600MM-Pro Filtres Baader LRGB, Hα 6.5nm Traitement Pixinsight Astronomicalement, José
  26. 18 points
    Bonjour à tous, c'est sans doute l'une des images les plus mythiques de la mission Apollo 11, le lever de Terre sur Mare Smythii ! Je pensais qu'il était possible de reproduire depuis la Terre ce survol lunaire...la libration étant très favorable le 13 avril et le ciel laiteux (mais capturable) j'ai cherché les cratères, la forme des parties sombres,... sans succès avant de réaliser que ma photo est prise depuis le croissant bleu !!! Donc Apollo 11 est bien passé sur la partie gauche de la photo ci-dessous (pour ceux qui en doutent encore) - j'ai gardé la capture couleur, je trouve le contraste meilleur Photo toujours au Mak 180 et Uranus-C, deconvolution wiener dans Astrosurface Bon ciel à tous ! Laurent
  27. 17 points
    Deux mots (enfin... un peu plus ) 1. Concernant la durée de vie du proton et sa mesure. Je vais illustrer par un exemple. Certaines théories prédisent que le proton peut se désintégrer en une particule que l'on nomme un pion (qui est connue) et un antiélectron. (Note : une certaine manière de se désintégrer se nomme un canal de désintégration) Cette désintégration pion + antiélectron, si elle existe, est possible par exemple dans le noyau du fer. Si je dispose d'une masse de 3,5 tonnes de fer (en gros un cube de 76 cm de côté), cela représente quelques 10^30 protons. Si je suis pendant 1 an ce cube et que je n'observe pas la désintégration attendue (i.e. je ne détecte pas de pion et d'antiélectron émis conjointement), je peux affirmer que la durée de vie du proton (dans ce canal de désintégration) est supérieure à 10^30 ans. Si la durée de vie du proton était de l'ordre de 10^29 ans par exemple, cela signifierait qu'il faudrait attendre cette durée pour espérer observer la désintégration de ce proton. Mais ici, on parle d'un phénomène qui est statistique. C'est une durée de vie moyenne, et donc, si je considère une population de protons, certains se désintégreront plus tôt, d'autres plus tard. Donc, si j'ai 10^30 protons, on peut espérer qu'en 1 an, une dizaine se seront désintégrés. Donc, si je n'observe rien pendant 1 an, cela signifie que la durée de vie dans le canal étudié est supérieure à 10^30 ans. Ce qu'il faut comprendre, c'est que les durées de vie sont en fait reliées à des probabilités de désintégration par unité de temps que l'on nomme "taux de désintégration". Il faut éviter de raisonner en terme de (par exemple) "le proton a une durée de vie 10^21 fois supérieure à l'âge de l'Univers". Il faut raisonner en terme de taux de désintégration, par exemple : 2*10^(-39) /s (en considérant ici le "10^21 fois l'âge de l'Univers"). Cela se lit en disant que la probabilité que le proton se désintègre en 1 s est de 2*10^(-39). Je rappelle qu'une probabilité égale à 1 correspond à un événement certain, et une probabilité de 0 correspond à un événement qui ne se produira pas. On peut aussi dire qu'il y a 2*10^(-39) désintégration par seconde pour un proton. On a donc ici un événement excessivement peu probable, mais observable néanmoins. Si on observe 10^31 protons (35 tonnes de fer) pendant 5 ans (1,6*10^8 s) on peut donc espérer observer (10^31)*(1,6*10^8)*(2*10^(-39)) ~ 3 désintégrations. Ces expériences sont rendues compliquées par le fait que de nombreux phénomènes peuvent conduire à des faux positifs. Il s'agit donc d'expériences remarquablement soignées pour éviter la radioactivité des éléments chimiques utilisés dans l'expérience, pour se protéger du rayonnement cosmique, et pour éliminer par traitement du signal les événements indésirables. 2. Concernant la durée de vie de l'électron étudiée dans l'article. Le mécanisme sondé ici est la désintégration d'un électron dans un atome de germanium, plus particulièrement les électrons les plus près du noyau. Les canaux sont assez généraux, il s'agit de canaux conduisant à des états peu ou pas détectables (par exemple des neutrinos). Donc la détection de la disparition de l'électron se fait indirectement. La disparition de l'électron va se traduire par un réarrangement des couches électroniques qui va entraîner un signal électromagnétique spécifique. Comme pour la durée de vie du proton, les auteurs suivent, ici, un bloc de germanium. Comme ils n'observent rien sur le temps d'étude, ils en déduisent leur contrainte sur la durée de vie de l'électron. Ces expériences sont cruciales, car elles fournissent des tests pour de nombreux modèles au-delà du modèle standard de la physique des particules et qui justement savent calculer les taux de désintégration évoqués.
  28. 16 points
    bonjour à toutes et à tous Comme william avait ouvert un sujet avec Clavius , j'en ouvre un autre avec ce cratère pas si souvent imagé ! CFF 300 f/d de 20 ASI 178MM filtre rouge le 4 avril 2020 , ça date un peu .......... à vous ! polo
  29. 16 points
    Bonjour, 12P/Pons-Brooks s'en est quasiment allée à présent et la prochaine sur les rangs, comme vous le savez, est C/2023 A3 (Tsuchinshan-ATLAS). J'avoue avoir été surpris par son aspect au début de mois, j'ai même pensé sur le coup à un sursaut tellement il y avait du changement par rapport au mois précédent, jugez plutôt : ou en animation : Le gain en brillance est flagrant, la chevelure s'est bien développée et la queue est de plus en plus marquée tout en montrant une rapide rotation dans le sens anti-horaire. La première image de cette série date donc du 06 mars au matin et vous la retrouverez ici : Voici la seconde image de la série : ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% ) Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut, Nord à peu près en Bas Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering pour une pose sur deux Nuit du 01 au 02 avril 2024, de 00h01 à 01h42 utc 88 poses de 60s à -15°C, Temps d'intégration de 01h 22 min Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28 Échantillonnage ramené à : 2"/pixel et la troisième : ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% ) Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut, Nord à peu près en Bas Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering pour une pose sur deux Nuit du 03 au 04 avril 2024, de 00h50 à 02h07 utc 68 poses de 60s à -15°C, Temps d'intégration de 01h 08 min Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28 Échantillonnage natif : 1,25"/pixel Voici l'évolution des différents paramètres mesurés sur ces 3 nuits : Après discussion sur la liste comets-ml, il en ressort qu'il n'y a pas eu de sursaut, la comète suit d'ailleurs parfaitement la courbe prévisionnelle publiée sur le site de Seiichi YOSHIDA, selon la formule : m1 = 4.5 + 5 log d + 10.0 log r donc avec : une magnitude absolue mo=4,5 et un indice d'activité n = 4 Mais elle vient de franchir la distance héliocentrique des 3 ua qui marqe le début de la sublimation de la glace d'eau (merci à Sam DEEN pour avoir mis en avant ce point) ce qui explique donc le regain d'activité. Quand à la rotation ant-horaire rapide de la queue, cela s'explique par le fait que la Terre a croisé début avril la ligne joignant le Soleil et la comète (merci cette fois à Andreas KAMMERER ). La bonne nouvelle, c'est donc que C/2023 A3 ressemble désormais a une vraie comète et son éclat la rend dores et déjà accessible à tous les instruments Bonne soirée et bon ciel à toutes et tous !
  30. 16 points
    Merci à tous ! Ha que oui qu’elle était belle celle-là. Outre une chromosphère très active dont il était assez aisé de placer chaque protubérance, il était plus délicat de dessiner les panaches de la couronne. Tout d’abord la principale à 10h, formée de deux plumets superposés chacun avec une forme particulière, puis celle presqu’en vis-à-vis dont le bord vers 6h est particulièrement marqué, formant comme une échancrure, une démarcation sombre avec les panaches en partie basse. De ces panaches se détache un jet particulièrement puissant, visible à l’œil nu et s’étendant au loin. Les panaches de la partie haute se montrent assez filandreux et je note vers 2h le départ d’un discret plumet. Pour te répondre mon cher Simon, le disque solaire occulté – qui est la face non éclairée de la Lune - n’est jamais plus noir que le noir du fond de ciel !!!! C‘est une erreur que je faisais jadis, corrigée depuis. Me reste à finaliser un chapelet qui me donne bien des difficultés. Ca va venir… Alors pour la suite, ce sera un plat de comète Pons-Brooks, astre brillant particulièrement bien visible dès le début du crépuscule et une vision allant en s’améliorant au fil de l’avancée de la nuit, jusqu’à un optimum à l’approche de l’horizon. C’est qu’ici, on a le ravissement d’un écliptique quasi vertical et quand le ciel est bon, c'est-à-dire les rares fois où l’on a eu le courage de quitter nos hébergements urbains pour aller dans la nature préservée. On observe alors avec ravissement une large lumière zodiacale qui monte sur Jupiter, passe le Taureau et se perd dans les Génaux quelque par vers le zénith. Nous sommes en début de séjour et, après une expédition plongée extraordinaire dans l’archipel de Revillagigedo, je retrouve Elyane et les copains, Pierre, jean-Françoué, Jean-Paul et Nicolas. Installés dans la baie de Magdalena, endroit paumé à l’écart d’un village de pécheurs, nous irons à la rencontre étonnante de la baleine grise, d’une colonie d’otarie et d’une multitude d’oiseaux. Il me faudra 3 nuits d’observation avant d’entreprendre un premier dessin, peut-être une flemme bien affirmée, attisée par la quiétude des lieux. Comme à l’accoutumé, c’est Nicolas –ce coquinou – qui lance les hostilités, ne perdant pas une seconde d’observation avec son T200 alors que seul Jupiter est visible dans le couchant. On repère vite cet astre cotonneux et au fil du temps, on note un noyau marqué évoquant une pette planète floue dans une petite bulle, ou plutôt une méduse, un parapluie, avec un bord avant marqué et un arrière évanescent, le tout baigné dans une large coma verdâtre. Expert en la matière, Nicolas nous explique que cette couleur est due au gaz éjectés et la présence de méthane d’acétylène (correctif du Nicolas, ce coquinou) qui rapidement va être dissocié par les UV du Soleil ; la recombinaison des atomes de carbone en C2 produit une raie d’émission principale verte, et deux autres dans le bleu puis le jaune. De ce noyau part une longue queue sur plus d’un degré. Elle forme un angle fermé présente des irrégularités. Elle est accompagnée de jets plus ou moins marqués. Au fil des jours au second dessin, un sursaut d’activité est noté, la partie centrale grossissant et évoquant une petite nébuleuse planétaire avec son étoile centrale. Le troisième dessin souffre d’un environnement urbain bien lumineux au pied de notre hébergement à a Paz. Sur le dernier dessin, on note le résultat de cette activité par une queue plus complexe. la suite à venir....
  31. 16 points
    Bonjour à tous, 2 jours sans nuages, enfin avec des cirrus mais en ce moment je ne vais pas faire le difficile. J'en suis à ma 6ème observation de l'année! Matériel utilisé: Esprit 100ED + 2500MC sur AZ eq6 le tout piloté par AsiAir (autoguidage parallèle) Donc voici mes images avec le premier soir M106 avec un traitement difficile pour enlever la trace des cirrus. 45 poses de 300s. la seconde le lendemain, un ciel bien meilleur, un peu de lune mais bon voilà ce que j'obtiens avec 57 poses de 300s. Bonne journée Patrick
  32. 16 points
    Salut, Quelques images traitées avec du retard, le we était chargé en émotions, on a encore perdu un copain du club, le troisième en l'espace de 6 mois ! Mercredi dernier, la comète 12P passait sous la Lune, Jupiter et Uranus étaient également visibles dans le même champ à 135mm de focale avec le Canon 70-200 /f4 + Canon 1200D Et la comète qui s'enfonce dans la pollution lumineuse : Samedi après midi, une sortie rapide pour se changer les idées, beaucoup de cirrus , mais quelques détails sont visibles sur le Soleil : Skywatcher 72 ED + ND16 + Sol'Ex + ZWO 178 mm + Halpha 12nm Puis en lumière blanche, Skywatcher 72 ED + Astrosolar 3.8 + Baader K Line + ZWO 178mm Enfin, une animation de la transition Halpha vers LB Daniel
  33. 16 points
    Hello, Les occasions de faire du planétaire ou du CP se font rares en ce moment. Malgré un bon paquet de sirrus, j'ai quand même tenté le coup... et j'ai bien fait finalement Difficulté supplémentaire, la HEQ5 me fait payer le fait de rester seule dans le jardin, perchée en haut de sa colonne fixe, sans pouvoir se dégourdir les courroies.... Elle est devenue capricieuse, avec un suivi saccadé... contrainte sur la roue dentée en AD, j'ai dû ajuter le backlash à la lampe torche, un vrai "plaisir" je vous assure... Bref tout a fini par enfin fonctionner nomdidioussss. NGC 2685 est une galaxie lenticulaire à anneau polaire située dans la constellation de la Grande Ourse. Elle est aussi connue sous le nom de galaxie de l'Hélice. Sa vitesse par rapport au fond diffus cosmologique est de 1 003 ± 9 km/s, ce qui correspond à une distance de Hubble de 14,8 ± 1,0 Mpc (∼48,3 millions d'al). NGC 2685 a été découverte par l'astronome allemand Wilhelm Tempel en 1882. Cette galaxie dont la taille est d'environ 50 000 années-lumière présente un anneau fait de poussière, de gaz et d'étoiles qui est perpendiculaire au plan de son disque. Les propriétés observées de la galaxie suggèrent que cet anneau est remarquablement stable et âgé. On pense que cette configuration très rare proviendrait de la collision entre deux galaxies. Les infos: Celestron C8 + réducteur f6.3 Antares @ 1350mm Player One Artemis-c imx294 + filtre Optolong L-quad Monture HEQ5 kit courroie Rowan Autoguidage via lunette guide 60/270, Asi290mm / PHD2 Map auto avec EAF Acquisition NINA 189 x 120s (un peu plus de 6H d'intégration) Gain 120 capteur -10°C Traitement Siril, Pixinsight. une brute de 120s: C'était aussi l'occasion de tester avec le C8 le filtre Optolong L-quad, mieux adapté que le L-pro car il laisse passer plus de bleu... L-pro: L-quad: Les couleurs sont mieux équilibrées maintenant
  34. 15 points
    Coucou ! texte court cause gamelle moto et épaule droite en vrac ! Newton 158x1220 barlow x2 et fuji xt20 mode4k A plus tard les ami(e)s !
  35. 15 points
    La 2ème édition d'Astronomie solaire arrive ! Une édition revue et largement augmentée avec 128 pages en plus par rapport à l'édition originale Disponible à partir du 29 avril La pratique de la passion solaire peut revêtir des formes bien diverses, de l’observation visuelle à l’imagerie à haute résolution, de l’usage d’instruments du commerce "clefs en main" à la conception et la réalisation complète de télescopes spécialisés, de l’observation en lumière blanche à celle offerte par les filtres à bande étroite. L’objectif de ce livre est de servir de guide pour chacun de ces aspects, en offrant une multitude de conseils et d’exemples, adaptés à différents niveaux de lecture. La 2ème édition d'Astronomie solaire est arrivée ! Une édition revue et largement augmentée avec 128 pages en plus par rapport à l'édition originale www.astronomiesolaire.com
  36. 15 points
    Bonjour à tous Je me décide à vous présenter une image de la nébuleuse du Crabe résultant de l'empilement de 1100 images de 30s réalisées avec un filtre IDAS NB1 (Nebula booster). Soit une durée totale d'un peu plus de 9h. Les images ont été prises en octobre 2023 sur 2 nuits à l'aide du newton 300 F/d4, du correcteur TS Wynne 3" et de la caméra ASI2400MC. Le tout sur la GM2000HPS sans autoguidage. Les acquisitions ont été effectuées avec NINA. Le pré-traitement avec APP en Drizzle 2 et le traitement avec Pix. La FWHM est de 3,3" en moyenne pour la séquence complète, ce qui constitue une valeur moyenne chez moi. Je suis mitigé sur le résultat obtenu dans le sens où je ne suis pas arrivé à bien mettre en évidence la partie éjecta de gaz qui se situe en partie supérieure de la nébuleuse. Ça sent la V2 à venir ! Le champ complet à la résolution graphique de 3200 x 2160 pixels : Un crop de M1 à la résolution de 2800 x 2000 pixels : Bon dimanche. Jean-Pierre
  37. 15 points
    Bonsoir à tous, Le beau ciel du 10 avril fut bref. La comète ne s'est pas montrée depuis, et devant cela s'annonce couvert... . Je n'attends pas pour rassembler les furtives apparitions de C 12P sur une planche. Le 10 au soir : la Lune, Jupiter et Uranus accompagnaient le couchant de la voyageuse. Daniel Skywalker a fait un mp4 avec 50 vues; (après les photographies, je ne sais pas si le mp4 passe ici (?) ). La nuit du 10 au 11 fut transparente (mais seulement SQM 20,80). Le T310N Marcon a imagé jusqu'à l'aube, dont Y CVn la rouge. Une étoile parmi les étoiles que nous contemplons avec tristesse, Michel a suivi Alain et Gérard au firmament. Merci Daniel Skywatcher pour les empilements et le petit film. Bon ciel. f. Premier avril 4 avril 5 avril 9 avril (le jour d'après !) Un barre nuageuse défile du Sud vers le Nord et masque Jupiter et la comète. Le croissant lunaire apparait dessous Ah ces nuages...la Lune et là. Enfin, mais c'est bas sur l'horizon. Le 10 : beau ciel C 12P les 4, 5, 9, 10 avril. Y CVn le 11 au matin pour clore la nuit. Là ça devrait fonctionner : Z 4 12p_down.mp4
  38. 15 points
    cette fois ci a l'epsilon 160 E plus de champ que le C11 J'ai eu un souci sur les étoiles des halo le temps que je trouve d'ou cela venais bein j'ai du bricoler pour ces images ( surtout les brillante) J'ai fais des courte session en visant chaque fois ou j'avais le moins mes lampadaire donc ic 1805 au nord en commençant puisque se couche tôt M100 RisingCam en pose de 30s sans autoguidage (fainéant et au moins il a pas déconné )Siril Gimp en finition mais en mode rapido et Cool M100 result_6450s M13 result_3330s Siril Gimp en finition mais en mode rapido et Cool M3 result_9240s Siril Gimp en finition mais en mode rapido et Cool ic 1805 L extrem+ couleur étoiles result_11880s sur 3 ou 4 soir idem Halo gommée mais je me rappelais plus le tuto partagé ici pas un astram alors j'ai bricolé Siril Gimp en finition mais en mode rapido et Cool c'etait la cible au nord pour évité mes lampadaire M104 result_7080s Siril Gimp en finition mais en mode rapido et Cool bon il me reste encore a traité je vient de m'en apercevoir en voulant les posté mais aujourd'hui démaquisée et plomberie réparation Pour les Halo c'etait sur le correcteur de la buée ou condensation sécher pourtant je je rentre et le laisse ouvert 😅 Bonne Soirée et bon ciel
  39. 15 points
    Salut à tous Je vous présente ma dernière image de notre satellite prise hier toujours avec le même setup (100ed+oculaire SPWA de 15 mm + POCO X3 NFC). J'ai tenté avec un oculaire de 5 mm mais sans succès en raison de la turbulence. Ci-dessus une morceau de la lune prise au 15 mm. On devine déjà que ça bougeotte pas mal pour 100 mm d'ouverture. Et pour ceux que cela intéresserait, j'ai une pris une photo du système "très" sophistiqué pour réduire le problème de flexion causé par le poids du portable (un fil tendu entre l'extrémité de l’adaptateur et une vis du PO). Bon, ce n'est pas très académique mais cela reste assez efficace quand même. L'image traitée (addition de 20 brutes) est montrée avec sa taille d'acquisition. Pascal
  40. 15 points
    Hello, Après presque un an sans dessiner, j'ai eu l'opportunité d'observer la semaine passée depuis le col du Marchairuz, à 1400m. La première nuit m'a gratifié d'un ciel cristallin, et d'une bonne noirceur (avec un SQM à 21.57). Malheureusement, une migraine m'a contré à rentrer prématurément. Le ciel était plutôt bon, mais la nuit très humide. J'ai eu une très belle vision de NGC 4490, que je dessinerai une prochaine fois. Pour éviter d'avoir à m'embêter avec la rotation de champ due au passage au zénith, j'ai décidé de temporiser en visitant M64. Je ne suis pas super satisfait du dessin, je n'ai pas assez marqué l'angle de la bande de poussières, alors que j'ai pourtant identifié que la zone était moins claire autour du noyau... Il faut dire que plus le temps avançait, plus j'avais de la peine à déchiffrer l'image, à ma grande incompréhension. La raison s'est ensuite clarifiée : l'humidité est tombée d'un coup et la moitié de mon miroir primaire était embuée. J'ai donc été malheureusement contraint de plier. C'est mon premier dessin de 2024, j'espère pouvoir en produire d'autres de meilleur acabit. Astronmoicalement, José
  41. 15 points
    Bonjour Hier soir, 18 avril est ce matin la lulu était de sortie.Hier soir j'ai observé la lune avec le C14. Il y avait un peu de turbule et comme j'ai pas mal de Copernic, Platon etc en stock (c'est souvent à cette phase que j'ai des possibilités niveau métèo??) je me suis dit que je ferai une ou 2 photos avec la lunette. J'ai enlevé le C14 et j'ai observé avec la lunette et la bino un petit moment. Ensuite j'ai fait 2 avis. Ce matin j'ai observé ces belles petites tâches et fait également 2 avis. Lunette TS de 80/480mm, caméra zwo 178mm. Traitement AS3, astrosurface et gimp (le soleil n'est pas orienté correctement).
  42. 15 points
    Deux photos parmi d'autres à traiter...(début/fin de totalité) afocal à min levée derrière le T203x40:
  43. 15 points
    Un test de magnitude limite avec un Vespera II utilisé malheureusement dans des conditions délicates (filtre anti-pollution indispensable) depuis Antibes, en poussant le temps de pose jusqu'à 10 heures. Ma cible a été l'amas d'Hercule... pas le globulaire, mais de galaxies ! Verdict, magnitude 18,5 (bande visible Gaia). Je trouve que c'est pas mal et j'anticipe la magnitude 19,0 - 19,5 avec un ciel bien noir et un temps de pose équivalent, ou magnitude 18 en une heure de pose. Il y a du potentiel pour de la science et de beaux challenges... qui changent de l'ordinaire . Noter qu'il n'y a aucun filtrage de l'image, je m'interdit absolument ce genre de chose pour conserver toute l'intégrité de l'image : Je me suis particulièrement concentré sur cet amas pour aussi mesurer son décalage vers le rouge, via la galaxie NGC 6041. Ce n'est pas un cadeau avec un diamètre de 150 mm et en ville, mais j'ai tout de même pu mesurer un z de 0,036 à comparer avec que la valeur admise de 0,035. Pas mal pour un le setup et le Star'Ex qui oberve ici ls détails du spectre d'objet situé à 500 millions d'année lumière et qui file à 10 000 km/s ! Les deux setup (Vespera II et Newton) fonctionnaient en même temps : Christian B
  44. 15 points
    Bonsoir ! Bon ce soir c'est voilé d'ou un peu de temps pour posté pas de juju pour ce soir bon des images bruité peu de temps de pose et j'ai pas assez bossé au Sony objo 200 c'est bruité je pense que l'iso 100 c'est vraiment pas top je ne vous l'avais pas présenté ca c'etait le 11 Le 12 C-2023 A3 (Tsuchinshan-ATLAS) r pp result_3060s crop hier en mode compo 571Mc en fichier ser 350ms gain a fond sans refroidissement c'était la surprise de la voie encore Ser traité Siril Asi3 pour le terrain c'est la dernière pour ma part Bon désoler je m'embrouille un peu car cp Juju comete lune seestar du coup j'oublie et j'en oublie que je capture et traite vite fais puis je sais plus ou elle sont au moment de posté Je vais demandé des vacances
  45. 15 points
    Je me demande en fait ce qui est attendu ici ?! Qu'est-ce qu'un modèle alternatif ? 1. Qu'est-ce que la cosmologie ? La première chose que l'on constate souvent dans le grand public, c'est l'incompréhension autour du modèle de concordance, perçu comme sorte de théorie monolithique. Comme si la cosmologie reposait sur la seule relativité générale. En réalité, la cosmologie nécessite de comprendre de nombreux phénomènes physiques qui interagissent ensemble. Aussi, la cosmologie repose sur l'étude de : - La relativité générale pour comprendre la dynamique globale de l'Univers en terme d'expansion - La gravitation (je nuance par rapport à la RG) pour étudier la formation des galaxies et des structures galactiques - La physique nucléaire pour comprendre la nucléosynthèse - Les deux domaines précédents pour comprendre la formation des étoiles - La physique des particules pour comprendre, entre autres, la baryogénèse - La physique des plasmas nécessaire sur plusieurs niveaux précédents - etc, etc... La cosmologie peut se ranger dans ce que l'on nomme aujourd'hui la multiphysique, i.e. l'étude des phénomènes complexes qui demandent des calculs faisant intervenir différents champs de la physique. N'en déplaise à certains, il n'y a pas d'ayatollahs du modèle de concordance. Les gens qui affirment cela sont des ignorants dont la suffisance les conduits à affirmer des contre-vérités qui appuient leurs délires complotistes, et dont la paresse intellectuelle ne les encourage pas à s'informer ce qui leur permet de se complaire dans leurs certitudes (l'éternel fantasme de la lutte du bon peuple contre les notables pervertis). Au passage, il est amusant de voir des gens défendre JPP en surfant sur son délire de "il n'y a pas de matière noire" alors que Janus EST un modèle de matière noire (indépendamment de sa cohérence physique et mathématique). Je ne connais aucun cosmologiste qui affirme que tout est compris. En l'occurrence, si c'était le cas, on arrêterait les missions d'études et on ne verrait pas fleurir des articles théoriques à la pelle ! Donc, ce qu'il faut comprendre, c'est que quand on s'interroge par exemple sur la formation des galaxies, cela ne signifie pas pour autant que l'ensemble de la physique connue est à revoir ! On ne commence pas par dire qu'il faut fiche à la poubelle la physique nucléaire et la physique des plasmas ! 2. Comment fonctionne la recherche ? De même, en physique, quand on a une théorie qui a marché parfaitement dans 999 expériences différentes, on ne la fiche pas à l'air à la première expérience qui semble en désaccord. On va déjà essayer de voir si cette dernière expérience ne comporte pas d'erreurs, et ensuite la répéter de diverses manières pour confirmer le résultat. Ensuite seulement il faudra retravailler la théorie. Mais là encore, cela ne signifie pas forcément de tout devoir repenser. Certains parlent de la matière noire comme d'une théorie des épicycles. C'est là encore mal comprendre le fonctionnement de la science. Ainsi, on aurait pu taxer le modèle de Bohr de l'atome comme une sorte de théorie des épicycles, une tentative de concilier maladroitement la mécanique classique avec les observations. Cela serait faire un procès injuste au travail de Bohr qui a justement permis à de Broglie de poser les bases de ce que l'on allait nommer la mécanique ondulatoire qui deviendra la physique quantique. Si on n'enseigne plus la théorie des épicycles (sinon en histoire des sciences), le modèle de Bohr est encore enseigné comme accroche à la physique quantique. Autre exemple : depuis que l'on connait la relativité restreinte, les ingénieurs en automobile continuent à utiliser la mécanique classique ! La physique classique est inclue dans la physique relativiste. Pour dépasser quelque chose, on a besoin de s'appuyer sur l'existant au risque sinon de s'égarer totalement (et surement). Pour reprendre Oscar Wilde : "Appuyez-vous sur les principes, ils finiront bien par céder". De même, certains ont une vision totalement erronée du fonctionnement de la science en terme de temporalité. Ceci dit, les scientifiques en sont aussi parfois victimes, un peu comme si une recherche qui s'inscrivait dans un temps trop long était synonyme d'absence de découverte possible. C'est la différence entre Katalin Karikó (prix Nobel pour le vaccin à ARN) ou Isamu Akasaki (prix Nobel pour la LED bleue) et les autres : l'opiniâtreté là ou les autres ont jeté l'éponge, abandonnés par l'espoir de découverte ou de profit rapide en terme de publications. A ce compte-là, on pourrait aussi abandonner toutes les recherches contre le cancer au motif que ça fait plus d'un siècle qu'on cherche à le traiter ! 3. Mais alors c'est quoi un modèle alternatif de la cosmologie ? Au sens strict, il n'y en a pas vraiment ! En revanche, le modèle de concordance n'est pas défini à certaines échelles de temps qui correspondent justement à des trous dans le tissu de nos connaissances en physique. Un exemple : la baryogénèse. En fait, il ne devrait pas y avoir de matière dans l'univers (ou presque) ! Dans les premiers instants, il y avait un équilibre thermodynamique entre le bain de photons et les particules élémentaires. Pour ces dernières, on doit avoir autant de particules que d'antiparticules. Avec l'expansion et le refroidissement de l'Univers, les particules et les antiparticules auraient dû pratiquement totalement s'annihiler pour ne laisser qu'un résidu de particules et d'antiparticules dans des quantités considérablement inférieures à ce que l'on observe aujourd'hui. En l'occurrence, on n'observe pas de structures constituées d'antimatière, et notre univers est largement dominé par la matière, même s'il y en a très peu : en gros 1 proton pour 4 mètres cubes. C'est ce que l'on nomme le problème de la baryogénèse. Sakharov a montré que cela n'était possible qu'à 3 conditions (qui portent désormais son nom) présentes au moment de la baryogénèse : - Les particules et les antiparticules doivent avoir un comportement différent (en terme techniques, on parle de violation C/CP). - Il doit exister un processus qui viole la conservation du nombre baryonique, celui-ci étant nul avant la baryogénèse, et non nul après. - Il doit y avoir une rupture de l'équilibre thermodynamique. Aujourd'hui, on ne sait pas ce qui est à l'origine de la baryogénèse. En revanche, on ne manque pas de modèles ou théories candidates pour l'expliquer. En ce sens il y a de nombreux modèles alternatifs. A ce stade, ce qui manque, c'est des expériences pour invalider des modèles ou confirmer quelle est la bonne interprétation. 4. Pourrait-on parler de ça ici ? Objectivement, cela n'est pas forcément évident. Concernant la violation C/CP, certains mécanismes permettant de la décrire sont terriblement abstraits et techniques. On ne peut qu'en dresser l'idée générale et à ce stade, le lecteur curieux et non spécialiste doit accepter de faire confiance aux chercheurs, car aucun quidam n'est jamais assez fort pour ce calcul.
  46. 14 points
    Salut Oui pas terrible J'ai voulu ressortir le C11 pour un test sur M100 le pauvre il sort pas souvent le pauvre mais ca vas changé apres modification (baflage et musu black fait aujourd'hui) Les Manque pas de flat pas de Dark et pas de bias ou je sais mais les reflets sur les images mon dissuadé Sous mes beaux lampadaire avec une monture qui me faisait des sienne Equilibrage sans doute j'avais laissé celui du Taka correction orientation Bonne soirée et bon ciel
  47. 14 points
    Hello, Image capturée, non sans mal, le 13/04 dernier... Mon HEQ5 fait des siennes depuis quelque temps..... elle chope de l'arthrose à force de rester immobile perchée sur sa colonne fixe, à attendre que le ciel veuille bien se découvrir chaque soir. Et quand le moment est venu, forcément y a toujours un truc qui cloche Là c'était un point dur lorsque le tube pointait vers l'Est, rendant le suite en AD catastrophique voir impossible, je voyais les étoiles saccader en live à l'écran... Pas bon ça. Réglage du backlash, perte dans l'herbe haute de la petite clé allen, me voilà à 4 pattes avec la lampe frontale à chercher après (quelle idée de faire des clé de couleur noire...) et les 2 toutous qui viennent me voir tout content "hey on joue à quoi, on peut participer...." Bref au bout d'une heure (perdue) ça finit par fonctionner mais autre pb, pas moyen d'avoir une étoile guide visible dans le DO... démontage, remontage, pas mieux. Tant pis je soigne la mise en station, et décide de me passer de guidage pour une fois, pas de dithering non plus par la même occasion... On verra bien le lendemain matin la récolte... NGC 4725 est une vaste galaxie spirale intermédiaire située dans la constellation de la Chevelure de Bérénice. Sa vitesse par rapport au fond diffus cosmologique est de 1 492 ± 20 km/s, ce qui correspond à une distance de Hubble de 22,0 ± 1,6 Mpc (∼71,8 millions d'al). NGC 4725 a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1785. Vous noterez au passage que NGC4725 ne présente qu'un seul bras alors que les galaxies spirales ont souvent 2 voir 3 bras... Les infos: Celestron C8 + réducteur f6.3 Antares @ 1350mm Player One Artemis-c imx294 + filtre Optolong L-quad Monture HEQ5 kit courroie Rowan Autoguidage via lunette guide 60/270, Asi290mm / PHD2 Map auto avec EAF Acquisition NINA 629 x 30s Gain 120 capteur -10°C Traitement Siril, Pixinsight. une brute de 30s: édit: V2
  48. 14 points
    Bonsoir tout le monde, Enfin, je peux poster quelques images. Première sortie de l'année sur mon site de l'été à 1 000 M d'altitude. Malgré un voile présent en altitude je ne me suis pas gêné pour photographier le ciel La cible était la galaxie NGC 4051. C'est une galaxie spirale intermédiaire située dans la constellation de la Grande Ourse. NGC 4051 a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1788. Elle est située à environ ∼44,5 millions d'A.L. Les données de la prise de vue : Matériel : C9 + réducteur Starizona sur EQ6 + caméra 1600MC et filtre antipollution IDAS LP3 Suivi : Lunette TS 80D + caméra 120 mini Lights : 70 x 300s Darks : 7 x 300s Offsets : 29 x 1ms Flats : 29 x 120ms Total : 5 h 50 Traitement : Sirilic, Siril et Gimp Et comme à mon habitude, voici un joli quartier de Lune présenté en deux versions. Les données de la prise de vue : Matériel : C9 + réducteur Starizona sur EQ6 + caméra 1600MC et filtre antipollution IDAS LP3 Suivi : Lunette TS 80D + caméra 120 mini Lights : 57 sur 231 x 1s Traitement : AS4, Astrosurface et Gimp La galaxie ne me plaît pas trop. Je ne saurais dire pourquoi. Par contre pour mon quartier de Lune, je l'adore Vos commentaires sont la bienvenue. Bon ciel à toutes et tous. XavS
  49. 14 points
    Lame démontée et nettoyée Il y a quelques petites marques mais je ne vais pas insister : Et je vous montre aussi le Astrola Cave 8" que je restaure : Merci pour précédents vos conseils avisés, Frank
  50. 14 points
    Salut a tous J'ai profité de la conjonction lune Jupiter pour faire un petit test : tester si avec une caméra qui a une très grande dynamique, on peut correctement exposer la partie lumineuse et cendrée de la lune et même pourquoi pas les étoiles, le tout sur une unique image. brute sans stretch brute stretch 40 images empilée stretch Et effectivement ça fonctionne !! Bien-sûr, pour l'empilement de 40 images, j'ai du faire une empilement pour les étoiles et une autre pour la lune, mais sinon, ces images ne sont pas de composition de plusieurs images exposées différemment. C'est une image de 0.3s de temps d'exposition, avec la partie brillante de la lune à la limite absolue de la saturation, ce qui permet de récupérer un peu de signal dans la parie cendrée, qui faut ensuite révéler un jouant finement sur les courbes. J'ai aussi fait la conjonction, ca aurait été dommage de ne pas en profité ! - Instrument : Takahashi FSQ85EDX avec Flatner x1.01 (450mm de focale à f5.3) - Caméra : ZWO ASI 6200MM avec un gain de 10, très faible pour maximiser la dynamique ! - Filtre Antlia vert - monture : PEGASUS NYX-101 - 40 images de 0.3s - Prétraitements/Empilement avec Siril et traitement avec Gimp Et voilà, c'était une belle soirée