Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

La Bible face à la critique historique

La Cène et l'arrestation de Jésus

La Pâque de l'an 30 et l'erreur de l'Église

En se basant sur les Évangiles, l'Église prétend que le Christ aurait célébré le dîner de la Pâque juive (Pessa'h) à Jérusalem où il aurait mangé une dernière fois en compagnie de ses douze apôtres la veille de sa condamnation à mort et sa crucifixion, lors de la célèbre "Cène", au cours de laquelle il aurait bénit le pain et le vin.

On sait aujourd'hui, que ce repas eut lieu dans la chambre haute d'une maison d'ami située sur la colline de Sion située juste à l'extérieure des murailles de Jérusalem (aujourd'hui devenue la vieille ville) comme on le voit ci-dessous.

Panorama sur environ 120° en direction du mont des Oliviers et du mont Sion de Jérusalem. Photo prise en avril 2017 en direction de l'est-sud-est à hauteur de l'hôtel Inbal situé au coin des rues Ze'ev Jabotinsky et David HaMelech.  Ci-dessous la carte annotée. Sur la gauche on reconnaît les remparts de la vieille ville de Jérusalem. A l'arrière-plan, à gauche du centre, on distingue le mont des Oliviers et l'église du monastère de l'Ascension (monastère féminin russe orthodoxe) reconnaissable à son haut cloché comprenant trois fenêtres de style roman. L'édifice trapu situé au centre avec la coupole grise et les piliers tourelles est l'Abbaye de la Dormition construite entre 1900-1910 pour les Bénédictines allemandes. A sa droite, l'hôtel des Trois Arches (YMCA) reconnaissable à sa grande tour. L'endroit se trouve à côté de la Tombe du roi David et du Cénacle où Jésus pris le fameux repas de la Cène avec ses disciples. Sur la droite, on aperçoit le quartier de Silwan (cf. l'ossuaire de Jacques). Le quartier de Talpiot est situé à l'exrême droite mais en dehors de la photo et hors du plan. A l'arrière-plan, on devine le désert de Judée et à l'horizon, à environ 24 km, Qumrân et son parc national situés en bordure de la mer Morte. Masada est située à 52 km dans la même direction. Jéricho est situé à environ 10 km au nord de Qumrân, sur la gauche. Documents T.Lombry.

L'Église a fixé ce repas dit "pascal" le jeudi soir, traditionnellement fixé le 4 avril 30. L'Église a pris cette date car selon la Bible, il fallait descendre le corps de Jésus de la croix et l'inhumer "avant le sabbat" qui débutait à la tombée de la nuit, supposant que le lendemain était le vendredi de Pâque. Mais l'Église n'est pas juive et s'est trompée de calendrier ! En effet, dans la tradition juive, presque tous les jours de fêtes sont chômés, c'est sabbat (qui signifie "cessation"). Ainsi, en l'an 30 la Pâque, Pessa'h, tombait le vendredi 5 avril, le 15 du mois de Nissan dans le calendrier juif; c'était un jour chômé et dont sabbat ! Cela signifie que la Cène eut lieu un jour plus tôt, le mercredi soir 3 avril 30, la crucifixion ayant eu lieu le lendemain, effectivement la veille de sabbat, qui correspond au 14 de Nissan (cf. ce convertisseur de calendriers).

Ces deux sabbats consécutifs sont confirmés dans le texte grec de Matthieu qui précise que les deux femmes ont visité la tombe de Jésus "après les sabbats", au pluriel, c'est-à-dire le dimanche matin 7 avril 30 ou 17 de Nissan où elles découvrirent que le tombeau était vide. Notons que dans la version latine et française, Marc parle de "sabbat" au singulier (Matthieu 28:1), les quatres Évangélistes précisant que la visite eut lieu "le premier jour de la semaine", donc le dimanche.

Notons que selon Gabriel Gobin, auteur du livre "Sous Ponce Pilate" (2016) dans lequel il décrit toute la chronologie du ministère de Jésus depuis la fin de l'an 27, la date de la Pâque évoquée serait celle du 4 avril 33, la Cène ayant eu lieu le 2 avril 33. Mais même si cette date est peut-être correcte sur le plan historique, elle ne correspond pas à la tradition juive qui veut que le "jour de la Préparation" où on immole un agneau pascal (ou une chèvre) dans le Temple (Jean 19:14; 19:31-42) soit le 14 de Nissan. On reviendra sur cette date à propos de la condamnation de Jésus et sa crucifixion.

La Préparation de Pessa'h

Puisque nous évoquons la préparation de la fête de Pessa'h, précisons que cette notion, tout comme le sabbat remonte aux Commandements instaurés dans le livre de l'Exode où il est précisé : "Le sixième jour, ils ramassèrent une quantité double de nourriture, deux omers pour chacun. Tous les principaux de l'assemblée vinrent le rapporter à Moïse. Et Moïse leur dit : C'est ce que l'Éternel a ordonné. Demain est le jour du repos, le sabbat consacré à l'Éternel; faites cuire ce que vous avez à faire cuire, faites bouillir ce que vous avez à faire bouillir, et mettez en réserve jusqu'au matin tout ce qui restera. Ils le laissèrent jusqu'au matin, comme Moïse l'avait ordonné ; et cela ne devint point infect, et il ne s'y mit point de vers. Moïse dit : Mangez-le aujourd'hui, car c'est le jour du sabbat ; aujourd'hui vous n'en trouverez point dans la campagne. Pendant six jours vous en ramasserez ; mais le septième jour, qui est le sabbat, il n'y en aura point" (Exode 16:22-30).

La Bible de Jérusalem ouverte sur une page de l'Évangile selon Jean au chapitre de la Pâque. Document T.Lombry.

Ces instructions divines pour le jour de la Préparation sont données à titre d'exemple du travail séculaire que les Juifs ne peuvent pas exécuter le jour du sabbat sous peine d'être lapidé (Nombres 15:32-36), même si ce supplice ne se pratique plus aujourd'hui. Les préparatifs communs de la cuisine (rassembler les aliments, les préparer, les cuire, les bouillir, etc.) doivent obligatoirement être exécutés le sixième jour de la Préparation. En revanche, le rôtissage même peut être réalisé lors du sacrifice et des festivités du sabbat. Par la suite, les Pharisiens ont insisté sur ce commandement et l'ont même détourné au point que Matthieu rappelle qu'il n'est pas permis d'arracher des épis le jour de sabbat (Matthieu 12:2) alors qu'il n'y avait aucune faute religieuse à les arracher à la main, même un jour de sabbat, en cas de nécessité. Nous verrons à propos de son discours politique, qu'à plusieurs reprises Jésus viola sciemment certains commandements parfois justement pour dénoncer les sacrificateurs qui profanaient la Loi sans être inquiété et parfois pour signifier qu'il était la Loi, ce qui lui vaudra quelques ennuis avec l'autorité religieuse.

Enfin, peu de Chrétiens savent qu'il y a un lien direct entre la Préparation, le sabbat et le Messie. Selon la tradition chrétienne, le règne du Christ et des Saints dure 1000 ans, durée nécessaire pour que les forces du Mal ne séduisent plus les nations. Ainsi on lit dans l'Apocalypse ou livre des Révélations de Jean : "[les âmes] revinrent à la vie, et ils régnèrent avec le Christ pendant mille ans. Les autres morts ne revinrent point à la vie jusqu'à ce que les mille ans fussent accomplis. C'est la première résurrection. Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection ! La seconde mort n'a point de pouvoir sur eux ; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et du Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans" (Apocalypse 20:4-6).

Cette période de 1000 ans correspond au "jour du repos en Jésus-Christ" : "Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c'est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour." (2 Pierre 3:8).

Au sens prophétique, pour les juifs, l'après-midi du sixième jour de la Préparation du Sabbat correspond à la fin de la période finale des 6000 ans de la Préparation de l'Avènement du Messie. Ensuite commence le nouveau millénaire de "repos du sabbat de Dieu en Jésus-Christ". Aujourd'hui, le judaïsme a séparé les deux notions (Messie et Sabbat) mais elles restent unies dans la Loi de Moïse.

Le repas pascal

Page de l'Évangile selon Matthieu (vv.26:19-52, la Cène) C'est une copie en grec du IIIe ou IVe siècle. Manuscrit (réf. 1570r) de l'Université du Michigan.

La deuxième erreur concerne la Cène proprement dite. Les Évangiles synoptiques suggèrent que la Cène correspond au repas pascal. Matthieu et Marc évoquent ce que l'Église appellera l'Eucharistie (Matthieu 26:26-27, Marc 14:22-25) tandis que Luc dit clairement que Jésus "a ardemment désiré manger la Pâque" (Luc 22-15). Or dans leur récit, Jean et Matthieu prennent la peine de préciser qu'on conduisit Jésus chez Caïphe (Jean 18:13, Matthieu 26:57)[1] mais : "eux-mêmes n'entrèrent pas dans le prétoire, pour ne pas se souiller, mais pour pouvoir manger la Pâque" (Jean 18:28). On en déduit que lors de la Cène Jésus ne célébrait donc pas la Pâque mais prenait simplement un repas avec ses proches avant de célébrer Pâque.

Une fois de plus, il existe une preuve plus concrète dans les textes grecs originaux qui utilisent le mot grec artos  (áρτος signifiant goût, saveur) qui n'est pas la miche de pain ordinaire comme certains le pensent et qu'on appelle Psomi (ψωμί) mais le pain préparé à l'occasion d'une fête religieuse (en Grèce, il contient généralement des épices et du miel). Ce n'est pas non plus la matsa, la galette non fermentée ou pain azyme du grec ázumos (αζυμος) que les juifs consomment lors du Seder pascal (le soir précédant le jour de Pâque), c'est-à-dire un pain fabriqué sans levain et avec des herbes amères en souvenir de la hâte de leurs ancêtres à quitter l'Égypte (Exode 12:8). Notons que la Loi juive leur impose d'en consommer pendant une semaine. De l'avis général, s'ils supportent ce pain azyme quelques jours, cela devient un vrai calvaire le septième jour.

Enfin, dans ses Épîtres aux Corinthiens, Paul mentionne que Jésus rendit grâce et rompit le pain non pas lors du dîner de Pâque ni même la veille mais "la nuit où il fut livré" (1 Corinthiens 11:23). Si cela s'était déroulé la veille de Pâque, on imagine que Paul n'aurait pas manqué de le mentionner.

On en conclut que Jésus n'a donc pas célébré le "dîner de Pâque" (ou le souper de Pâque) avec ses disciples, mais qu'il avait l'intention de fêter Pâque puisqu'il envoya ses disciples vérifier les préparatifs à Jérusalem (Marc 14:2). Marc précise également que les ennemis de Jésus voulaient aussi reporter son arrestation après la Pâque qui était d'abord une fête de famille : "les grands prêtres et les scribes cherchaient comment arrêter Jésus par ruse pour le tuer. Car ils disaient : 'Pas en pleine fête, de peur qu'il n'y ait du tumulte parmi le peuple' " (Marc 14:2).

Ensuite, il y a la question des lumières le jour de repos notamment. A l'origine, la Loi exigeait de ne "point allumer de feux, dans aucune des demeures, le jour de sabbat" (Exode 35:3). Cette loi fut modifiée après la première Pâque célébrée en Égypte, le Deutéronome précisant : "tu ne pourras point sacrifier la Pâque dans l'un quelconque des lieux que l'Éternel, ton Dieu, te donne pour demeure mais c'est dans le lieu que choisira l'Éternel, ton Dieu, pour y faire résider son nom, que tu sacrifieras la Pâque, le soir, au coucher du soleil, à l'époque de ta sortie d'Égypte" (Deutéronome 16:3 et 16:5-6). Mais par la suite (historiquement vers le IV-IIIe siècle avant notre ère), le prophète Ézéchiel précisa à propos des offrandes et jours de fêtes : "Tout le peuple du pays devra prélever cette offrande pour le prince d'Israël. Le prince sera chargé des holocaustes, des offrandes et des libations, aux fêtes, aux nouvelles lunes, aux sabbats, à toutes les solennités de la maison d'Israël" (Ézéchiel 45:16-17). Par conséquent, tous les Juifs devaient participer à la fête de Pâque et aux sabbats. Et pour se faire, le soir tombé, l'allumage des feux n'était pas seulement nécessaire mais obligatoire et cela n'entrait certainement pas en contradiction avec la Loi juive.

En raison de cette mauvaise interprétation des faits et cette erreur de calendrier, certains Chrétiens ont prétendu qu'en préparant la Pâque un jour de sabbat, Jésus avait commis un "péché", rapprochant son comportement des soi-disant fautes et autres sacrilèges dénoncés par les Pharisiens. En fait, si on ne connaît pas la Torah et si on ne se réfère pas aux autres textes sur la Préparation de la Pâque dont l'Exode et le Deutéronome précités, on pourrait effectivement mal interpréter la Loi juive et penser que Jésus et ses disciples ont non seulement préparé la Pâque le sabbat mais sont restés dans leur maison commune jusqu'au soir où ils auraient consommé de la viande froide dans l'obscurité, ce qui est totalement faux. En réalité, nous savons à présent que Jésus a respecté les traditions juives.

A partir de ces différents faits, on en déduit que le texte des Évangiles a été modifié par un copiste chrétien à l'époque de la Grande Église pour instituer la "messe pascal". Désolé pour les Églises, mais mettre sa signature sur le texte d'un autre auteur pour tromper les fidèles n'est pas très élégant.

L'Eucharistie

La troisième erreur concerne le symbole même de l'Eucharistie soi-disant célébrée par Jésus et les apôtres à l'occasion de la Cène. Pour rappel, les Évangélistes synoptiques ainsi que Paul (1 Corinthiens 11:24-26) évoquent le "repas du Seigneur" que Jésus leur demanda de célébrer en sa mémoire, sentant sa fin venir : "Jésus prit du pain, le bénit, le rompit et le donna à ses disciples en disant : "Prenez, mangez, ceci est mon corps." Puis, prenant une coupe, il rendit grâces et la leur donna en disant : "Buvez-en tous; car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui va être répandue pour une multitude en rémission des péchés" " (Matthieu 26:26-29, Marc 14:22-25, Luc 22:14-20). Jean écrit également que Jésus est le "pain vivant qui est descendu du ciel" et que celui qui en mange "vivra éternellement" (Jean 6:51).

Cet épisode est tout à fait anachronique quand on connaît les préceptes de la Loi juive. En effet, la Torah interdit de consommer "la chair avec son âme, c'est-à-dire le sang", et ce depuis l'époque de Noé (Genèse 9:4). Si la Loi juive tolère que le sang coule lors du sacrifice des animaux ou pendant les règles de la femme, le Lévitique précise que cela reste des "souillures", le fait de les toucher rendant le juif "impur jusqu'à la nuit". Alors imaginer qu'un Juif puisse consommer du sang, même symboliquement, c'est tout à fait inconcevable !

En fait, il semble que les trois Évangélistes et Paul ont puisé leur texte à la même source. En effet, il existe un manuscrit essénien décrivant un "banquet messianique". Les Esséniens disent que les deux messies bénissent le pain et le vin afin de célébrer le Royaume de Dieu. Mais ils ne font aucune allusion au sang.

La Cène de Léonard de Vinci (dont il existe plusieurs variantes dont celle-ci). Cette fresque murale de 4.6 x 8.8 m

 réalisée entre 1494 et 1498 est exposée dans le réfectoire du couvent de l'Église Santa Maria delle Grazie à Milan en Italie.

Sachant que Paul a rédigé son récit vers l'an 50 soit au moins dix ans avant le premier Évangéliste (Marc, dans les années 60) et que l'idée du sang ne vient pas de Jésus en raison de sa culture juive, Paul a forcément puisé à une autre source. Mais laquelle ? Nous avons des sources païennes comme les Romains, les Grecs et les Égyptiens connus pour pratiquer des rites sacrificiels associés au sang. Les incantations aux dieux égyptiens Osiris-Isis comportaient notamment une coupe de vin représentant le sang qu'Osiris avait donné à son épouse Isis en guise de philtre d'amour. D'autres manuscrits égyptiens évoquent la consommation de chair comme symbole d'Osiris. Il existe aussi des manuscrits évoquant la consommation de chair et de sang lors de libations gréco-romaines.

Puisque Paul a toujours vécu à Tarse, en Asie Mineure, qu'il était romain et n'a jamais vu ni discuté avec Jésus, on peut supposer qu'il a fait une belle compilation de ce qu'il savait ou ouï-dire des rites sacrificiels de son temps, ceux d'Égypte, gréco-romains, le "banquet messianique" et le repas sacré juif qu'il a projeté sur une vision théologique symbolique comme il imaginait que devait être le dernier repas de Jésus. Une bonne dizaine d'années plus tard, vers les années 60, alors que le souvenir de Jésus commençait à s'estomper et que seul restait le symbole de sa foi, Marc n'hésita pas à incorporer l'Eucharistie dans son Évangile qui sera ensuite repris mot à mot par Matthieu et Luc, tous défendant les vues pauliennes.

En revanche, Jean n'évoque pas l'institution du rite de l'Eucharistie et de la communion par Jésus. Ayant rédigé son texte le plus tard, cette absence est révélatrice. Si Jean n'a pas été influencé par Paul, qu'elle autre source pourrait associer un rite mêlant le pain et le vin à ses contreparties de chair et de sang  ?

Comme nous l'avons évoqué à propos de la source "Q" et du canon, le "Didachè" (le manuel de la catéchèse daté du IIe siècle) comprend un passage sur l'Eucharistie qui mérite d'être cité en totalité pour éviter les interprétations : "Pour ce qui est de l'Eucharistie, rendez grâce ainsi. D'abord sur la coupe : nous te rendons grâce, notre Père, pour la sainte vigne de David ton enfant, que tu nous as fait connaître par Jésus ton enfant. - A toi la gloire pour les siècles. Puis sur pain rompu : Nous te rendons grâce, notre Père, pour la vie et la connaissance que tu nous as fait connaître par Jésus ton enfant. - A toi la gloire pour les siècles". Ce partage du pain et du vin sans aucune référence symbolique au sang et à la chair est similaire au rite décrit dans le "banquet messianique" exécuté par les deux messies. De plus, avec l'invocation du roi David, c'est bien la preuve qu'il s'agit d'une libation conforme à la tradition juive.

Autre remarque, le manuel préconise de d'abord bénir le vin, puis le pain, comme dans la tradition juive. En revanche si nous relisons la Bible (Matthieu 26:26-29, Marc 14:22-25, Luc 22:14-20 et Paul dans 1 Corinthiens 11:24-26), Paul comme Marc bénissent d'abord le pain, puis le vin. A la différence que Luc commence par le soi-disant repas pascal au cours duquel Jésus prend une coupe de vin qu'il partage avec ses apôtres (Luc 22:17) puis il bénit le pain et ensuite le vin qu'il partage de nouveau avec ses apôtres (Luc 22:19-20) !

Pourquoi deux fois le vin me demanderez-vous ? Effectivement, c'est un indice révélateur car en principe, à moins que nous n'assistions à une beuverie, il ne devait y avoir qu'une seule fois la mention du vin, celle liée au rite de l'Eucharistie copié des versets de Paul. Il semblerait donc que la première mention du vin soit la trace laissée par inadvertance par Luc ou le dernier correcteur de la libation du rite juif.

Autrement dit, nous avons la preuve qu'entre la fin du ministère de Jésus et jusqu'au IIe siècle, soit pendant un siècle sinon davantage, le rite de l'Eucharistie ne faisait aucune allusion au corps et au sang du Christ, une symbolique qui fut ajoutée spontanément par Paul vers l'an 50 et qu'ensuite Marc, Matthieu et Luc ont simplement recopié et que l'Église a conservé. Mais telle que décrite, cette Eucharistie ne repose sur aucun rite instauré par Jésus, que du contraire car comme les Esséniens, il n'aurait certainement jamais accepté que l'on consomme même symboliquement son corps et boive son sang !

En réalité, Jésus ne s'est nullement sacrifié lors la Cène. Ce n'est qu'à partir du concile de Trente (1542-1563) déjà évoqué à propos de la Vulgate et des icones que l'Église décréta que Jésus s'est offert dans l'institution de l'Eucharistie. Encore une invention de l'Église qui ne repose sur aucun fondement.

Comme quoi quelques lignes d'un verset peuvent révéler beaucoup de choses sur la petite histoire du christianisme. Après deux millénaires, l'Église ne peut cacher ce qu'elle a voulu gommer.

Mais finalement, que pensent les Chrétiens de l'Eucharistie ? Si la plupart des Chrétiens reconnaissent que le Christ est présent dans le rite de l'Eucharistie, quelques uns ne croient pas qu'il y ait un réel changement dans la nature des éléments. Pour les Catholiques, les Orthodoxes et les Églises d'Orient, la "substance" du pain et du vin se transforme réellement dans le corps et le sang du Christ bien que les apparences subsistent (ils auraient du mal à le nier tant par la nature que par le goût). Si l'Église catholique appelle ce miracle la "transsubstantiation", c'est-à-dire la transformation naturelle d'une substance en une autre, elle n'explique pas comment ce phénomène se produit, une notion qui est purement dogmatique. Les Protestants (Luthériens et Réformés) croient également que le Christ, y compris le corps et le sang de Jésus sont présents dans l'Eucharistie (l'union sacramentale). En revanche, les Anglicans croient plutôt que le Christ est présent mais uniquement sous une forme céleste et spirituelle. Quant aux agnostiques et aux athées, leur interprétation rationnelle est certainement plus proche du texte de la source "Q" qui n'évoque nullement un changement de la réalité, ce que tout observateur objectif pourra constater lors de la communion, en goûtant le pain ou l'ostie et le vin consacrés.

De Pessa'h à Pâques

A présent que les évènements entourant la Préparation de la Pâque et les erreurs de l'Église sont expliqués, voyons cette fameuse tradition : que représente Pessa'h, la Pâque juive ?

En résumé, car les bibliothèques et Internet regorgent de documentations sur le sujet, en hébreu, "Pessa'h" signifie le "passage", passer "par-dessus". Selon la tradition, après le fameux passage de la mer Rouge et des Dix Commandements reçus au mont Sinaï, Moïse ordonna au peuple hébreu de se souvenir qu'ils sont "sortis d'Égypte, de la maison de servitude" (Exode 13:3). Pour commémorer ce jour, il proclama qu' "il y aura une fête en l'honneur de l'Éternel. On mangera des pains sans levain pendant les septs jours. [...] Tu observeras cette ordonnance au temps fixé d'année en année." (Exode 13:6 et 13:10).

 

Le pain azyme (matzoth) consommé par les Juifs durant le rite du Séder

au soir du 14 Nissan et durant la semaine pascale.

La fête de Pessa'h et la semaine qui suit ne représentent pas seulement le souvenir de la libération du peuple juif mais également une ascèse que doivent respecter les Juifs pratiquants et une semaine durant laquelle ils doivent manifester leur bonté envers ceux qui sont dans le besoin.

La Loi juive a également combiné dans la fête de Pessa'h, le repas spécial de Seder célébré le  premiers soir de la fête (et les deux premiers soirs en dehors d'Israël). Le Seder se caractérise par une succession de bénédictions, de repas, de récits et de chants.

La fête de Pessa'h n'a donc aucun rapport avec Jésus; c'est juste l'une des trois plus grandes fêtes juives. Toutefois étant donné que selon la tradition chrétienne, Jésus est ressuscité pendant la fête juive, "le troisième jour", le lundi suivant Pessa'h (le "lundi de Pâques" chrétien), la fête a été récupérée par les Églises chrétiennes qui célèbrent la Semaine sainte à partir du dimanche de Pâques. Le nom est au pluriel mais éthymologiquement son origine est identique et provient du mot latin "Pascha" lui-même dérivé du grec "Páskha" emprunté au mot hébreu "Pessa'h". Le pluriel fut adopté pour signifier que cette fête inclut les différentes dates religieuses dont Pessa'h, la dernière Cène et la résurrection du Christ. 

En résumé, les deux religieux célèbrent le "passage" : les Juifs célèbrent la sortie d'Égypte et les Chrétiens la résurrection de Jésus, le passage de la mort à la vie. On y reviendra.

Pour plus d'informations, consultez les articles spécialisés publiés sur les sites d'obédience juive Chabad, Aish, Juifs pour Jésus et Terre d'Israël ou  chrétienne comme La Croix, Top Chrétien, Le Huffington Post, Universalis ou L'Église de Dieu restaurée.

L'arrestation de Jésus

D'une scène à l'autre, il reste un épisode dramatique concomitant à la Cène qui pose question. Selon la Bible, le soir même de la Cène tout bascula. En effet, dans l'esprit de Jésus, deux prophéties de Zacharie devaient malheureusement se réaliser. Alors qu'ils étaient atablés, Jésus dit à ses disciples : "En vérité, je vous le dis, l'un de vous me livrera, un qui mange avec moi" (Marc 14:18). Nous saurons par la suite qu'il s'agissait de Juda Iscariote, l'un des apôtres les plus proches de Jésus.

Après le repas, Jésus et ses disciples se réfugièrent à Gethsémani, le jardin situé au pied du mont des Oliviers, un lieu paisible où Jésus aimait se retirer à l'écart des foules. Ses disciples s'endormirent sous les oliviers mais Jésus passa une nuit blanche. En effet, connaissant trop bien les coutumes de son temps et l'opinion du Sanhédrin à son sujet, selon la Bible, triste à mourir, Jésus s'y recueilla et pria seul : "Mon âme est triste jusqu'à la mort" (Matthieu 26:38), "Père, si tu le veux bien, éloigne de moi cette coupe ! Toutefois, que ce ne soit pas ma volonté, mais la tienne, qui soit faite." (Luc 22:42).

A voir : Le Sanctuaire de Gethsémani, Custodie en Terre Sainte

Photos du Jardin des Oliviers (Jardin de Gethsémani)

A gauche, le mont des Oliviers (808 m) vu depuis le mur oriental du second Temple, pratiquement en face de la Porte Dorée et à l'est de la route de Siloé (qui traverse l'image horizontalement). Derrières les tombes, on reconnaît une partie de la vallée du Cédron avec ses plantations d'oliviers et juste derrière la route, l'église de "Toutes les Nations" ou basilique de l'Agonie construite entre 1922-1924, au lieu-dit Gethsémani. Elle remplace l'église construite au IVe et détruite au VIIe siècle. Selon la tradition, cette église renferme le rocher auprès duquel Jésus pria durant son agonie avant son arrestation. Depuis l'église ou plus précisément du cimetière juif, si on se retourne vers Jérusalem, on peut apercevoir les remparts orientaux de la vieille ville et la vallée du Cédron (cf. ce panorama) traversée de nos jours par la route de Jéricho. A droite, le Jardin des Oliviers situé juste à côté de l’entrée du sanctuaire de Gethsémani, "de l'autre côté du torrent de Cédron" comme le dit Jean (vv. 18:1). Le jardin occupe environ 1200 mètres carrés. Le feuillage des oliviers a été daté du XIIe siècle, d'autres oliviers furent plantés au XIXe siècle pour remplacer les cyprès mais 8 gros oliviers dont le tronc mesure plus de 3 m de circonférence ont probablement plus de 2000 ans. La plupart des plants sont issus de bouturage et appartiennent donc à la même plante mère. Ce lieu se trouve à dix minutes de marche du mont du Temple. Documents Gérard Colombat (2011) et All 4you.

Anticipant visiblement les évènements dramatiques qui allaient se produire et ses souffrances physiques, Jésus fut en proie à une forte angoisse et l'âme à l'agonie. Selon Luc, "sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre" (Luc 22:44). D'un point de vue médical, ce symptôme est révélateur d'un suitement de sang par la peau connu sous le nom d'hématidrose (ou hémathidrose). Il s'agit d'une sueur associée à une sorte d'une hémorragie des capillaires pouvant être provoquée par un traumatisme superficiel (on y reviendra à propos de la flagellation) mais également par un stress comme une angoisse intense ou un état de choc.

Toutefois, si la pathologie existe, on peut douter de l'authenticité du récit dans la mesure où il est bien dit juste après : "il se leva, et vint vers les disciples, qu'il trouva endormis de tristesse" (Luc 22:45). Marc n'évoque pas ce qu'on appelle la "sueur de Gethsémani". En revanche, il précise qu'après avoir prié à l'écart des disciples, "[Jésus] revint, et les trouva encore endormis" (Marc 14:40) et les réveilla. Donc, non seulement il faisait nuit et la (presque) pleine Lune n'a pas dû être d'un grand secours pour distinguer la sueur du sang, mais il n'y avait personne d'éveillé (à part un ange selon la tradition) pour témoigner de l'état dans lequel était réellement Jésus à ce moment là.

Puis ce fut l'abjecte trahison dont le monde se souvient encore aujourd'hui. Judas s'approcha de Jésus pour lui donner un baiser sur la joue comme on le faisait pour témoigner son amitié envers un ami proche : "Judas, qui le livrait, prit la parole et dit : Est-ce moi, Rabbi ? Jésus lui répondit : Tu l'as dit" (Matthieu 26:25). A ce moment là, Jésus qui a aussi chanté les psaumes durant la Cène (Marc 14:26) devait aussi se dire que le psaume du roi David était en train de s'accomplir : "Même le confident sur qui je faisais fond et qui mangeait mon pain, se hausse à mes dépens" (Psaume 41:10).

Notons que ce passage est exactement le même que celui rédigé par le "Maître de Justice" essénien déjà évoqué dans le "Rouleau des Hymnes" découvert à Qumrân (cf. sa traduction dans le livre "Les Écrits esséniens découverts près de la mer Morte" de 1959). Dans ce texte messianique rédigé environ un siècle avant Jésus, l'auteur explique que l'un des membres avait bafoué sa confiance : "Et [tous ceux qui man]gaient mon pain, contre moi ils ont levé le talon" (Hymne J ou 9, 23-24).

A gauche, un vieil arbre du Jardin des Oliviers sous la pleine Lune. Le mercredi 3 avril 30 au soir, lorsque Jésus fut arrêté, nous étions à deux jours de la pleine Lune. A droite, "Judas, qui le livrait, prit la parole et dit : Est-ce moi, Rabbi ? Jésus lui répondit : Tu l'as dit" (Matthieu 26:25). Depuis cet acte odieux, "le baiser de Judas" est synonyme de trahison. Documents Custodie en Terre Sainte et LDS.

Comment expliquer que la scène de la trahison corresponde à la prophétie même si les détails sont assez vagues ? Comme sa lecture d'Isaïe dans la synagogue ou son entrée à Jérusalem sur un ânon, nous savons par les Évangélistes qu'à plusieurs reprises, tout au long de son ministère Jésus s'est comporté conformément aux prophéties, ce que les témoins juifs n'ont pas manqué de remarquer.

Ceci risque de choquer les croyants, mais on peut se demander si Jésus n'a pas orchestré cette mise en scène pour "coller" aux prophéties. En effet, à supposer qu'il était un homme ordinaire, comment savait-il que les prophéties se réaliseraient ce jour-là ? Comment Jésus aurait-il pu savoir que quelqu'un allait le trahir le soir même et comment savait-il que c'était Judas Iscariote ?

Comme nous l'avons évoqué, dans l'Évangile de Judas, un apocryphe rédigé entre 220-340, il y a une discussion entre Jésus et Judas Iscariote où Jésus lui demande une faveur très particulière et en des termes vraiment étonnants : "tu sacrifieras l'homme qui me sert d'enveloppe charnelle". Comme le pensaient les gnostiques, Jésus se considérait comme un esprit divin immortel dans une enveloppe humaine. Mais plus encore, ce texte démontre que Jésus a organisé sa trahison pour que s'accomplisse la prophétie ! Quant au fait que Jésus aurait deviné le reniement des apôtres, rien ne prouve que cela s'est réellement passé ainsi.

Dans ce cas ci, il semble que Jésus ait préparé sa dernière Cène et sa trahison, ce qui explique son tourment dans les jours et les heures qui précédaient son arrestation. S'il ne présageait ou ne savait rien de l'avenir, il n'avait aucune raison d'être plus inquiet ou de redouter ce soir là plus qu'un autre. En faisant cette déclaration à ses disciples, il savait donc ce qui allait se passer pour l'avoir planifié discrètement avec Judas.

Cette hypothèse appuyée par le manuscrit de Judas est en tout cas plus facile à admettre que l'hypothèse invoquant des dizaines de prêtres et scribes prophètes ayant vécu plusieurs siècles auparavant ayant tous des dons de prémonition, des sortes de devins ou d'oracles dédiés au peuple juif et spécialisés dans les visions de l'avenir de Jésus. S'il fallait en plus ajouter la nature divine de Jésus et ses dons (quand il évoque que lui et le Père ne font qu'un, sans parler des miracles et des apparitions), cela représente un ensemble de conditions qui ne sont même plus invraisemblables, mais impossible à réunir (à moins bien entendu d'évoquer autant de miracles réalisé par un être divin). On reviendra plus loin sur les miracles.

Nous allons voir dans le prochain chapitre que lors de son procès et de sa crucifixion, c'est probablement sa foi aveugle dans la parole des prophètes plus que le jugement de Pilate ou du Sanhédrin qui tua Jésus. On reviendra sur cette erreur d'appréciation de ses juges qui lui fut fatale.

A lire : La condamnation à mort de Jésus

Retour aux Religions

Page 1 -


[1] Selon la Bible, Jésus fut conduit "chez le souverain sacrificateur Caïphe (Matthieu 26:57) ou chez "Caïphe, qui était souverain sacrificateur cette année-là" (Jean 18:13), sous-entendant que Caïphe était président du Sanhédrin. Il s'agirait d'une mauvaise traduction et d'une référence chrétienne car Caïphe n'a jamais présidé le Sanhédrin. Selon les sources hébraïques, le Sanhédrin était dirigé par le grand-prêtre Hillel jusqu'en 30 de notre ère puis par son petit-fils Gamaliel l'Ancien de 30 à 44 voire 50 de notre ère (Actes 5:34-39 et 22:3).


Back to:

HOME

Copyright & FAQ