Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

L'exploitation de l'eau

Document WWF/UNEP/TOPHAM/Ezequiel Becerra

Des besoins insatiables (I)

Du cube de glace qui remplit notre verre d'apéritif à l'iceberg qui dessine les contrées polaires, de l'eau de source qui ruisselle sur les roches aux fleuves majestueux, des glaciers aux nappes phréatiques, l'eau est omniprésente et sous toutes les formes.

Avec la sédentarisation de l'homme et le progrès, l'eau est devenue une ressource naturelle essentielle au développement de nos sociétés. Mais conséquence de l'explosion démographique et de l'industrialisation des pays en voie de développement, à l'échelle de la planète la consommation d'eau a plus que triplé en 50 ans. En contrepartie, les réserves d'eau douce se sont réduites d'autant pour atteindre 58.3 millions de mètre cubes par habitant par an en 2000.

Ainsi que nous allons le voir, nous utilisons l'eau avant tout pour survivre, pour l'irrigation agricole ensuite et enfin pour satisfaire tous nos besoins domestiques et industriels.

En moyenne, la France consomme 137 litres d'eau par jour par habitant (0.137 m3). Au bout d'une année, cela représente la capacité d'environ 2.5 camions-citernes de 20000 litres chacun ! Mais cela tient évidemment compte de la consommation gargantuesque des installations publiques et industrielles. 

Individuellement, les personnes isolées et économes peuvent limiter cette consommation à moins de 30 litres d'eau par jour. A titre indicatif, en laissant couler un robinet durant une minute nous consommons 13 litres d'eau; une chasse d'eau consomme entre 5 et 10 litres d'eau, une baignoire entre 120 et 200 litres, une douche environ 10 litres/minute (en coupant l'eau durant le savonnage vous pouvez limiter la consommation à 20 litres d'eau) et une petite piscine de jardin (4 à 7 m x 4 x 1.2m) requiert de 20 à 35000 litres, soit plus que la consommation annuelle d'un couple économe ! Pas étonnant que certains états taxent les propriétaires de piscine...

Même en consommant 130 litres d'eau tous les jours, au taux actuel de consommation, les réserves mondiales nous laissent à chacun plus de 62 camions-citernes chaque année, soit 1250 m3 d'eau douce, l'équivalent d'un iceberg d'un peu plus de 10 mètres de côté. Mais n'essayez pas de le remorquer jusque dans les pays désertiques où la population comme la végétation meurent littéralement de soif; même le projet pharaonique des Saoudiens imaginant en 1977 de remorquer un iceberg de 100 millions de tonnes a littéralement fondu faute d'être réaliste.

L'eau dans le corps humain

Par ses propriétés, l'eau est indispensable au développement ou à la survie de tous les êtres vivants. En ce qui nous concerne, l'eau représente jusqu'à 70 % de notre masse corporelle (~60 % chez un adulte, jusqu'à 74 % chez un nourrisson), soit 40 à 60 litres, contre 18.5% pour le carbone et 9.5% pour l'oxygène.

Chez une personne obèse, l'eau ne représente plus que 30 % de sa masse corporelle, l'eau ayant été évacuée suite à des dysfonctionnements hormonaux et remplacée par des graisses. L'eau constitue l'essentiel des milieux intra (50 %) et extracellulaire (20 %) dont 14 % sont contenus dans le milieu interstitiel, 5 % dans le plasma sanguin et la lympe et 1 % est réservé aux transferts transcellulaire. Bref, l'eau coule à travers tout l'organisme afin d'hydrater et nourrir tous les organes et les débarrasser de leurs déchets.

Elément

N° atomique

% de la masse corporelle

% du nombre total d'atomes

Oxygène

8

65.0

25.5

Carbone

6

18.5

9.5

Hydrogène

1

9.5

63

Azote

7

3.5

1.4

Calcium

20

1.5

Traces

Phosphore

15

1.0

 Traces

Potassium

19

0.4

Traces

Soufre

16

0.3

Traces

Sodium

11

0.2

Traces

Chlore

17

0.2

Traces

Magnésium

12

0.1

Traces

L'eau assure cinq fonctions dans le corps humain :

- Elle hydratation les organes

- Elle facilite les réactions biochimiques en dissolvant les substances

- Elle assure le transit des substances dissoutes entre les cellules

- Elle participe à l'élimination des déchets du métabolisme

- Elle assure la thermorégulation du corps.

Que l'une de ces fonctions vienne à se dérégler et c'est l'état critique !

L'eau contenue dans le corps varie selon la corpulence de l'individu, son âge et son état de santé. Ainsi plus nous vieillissons plus nos tissus se déshydratent, l'eau étant remplacée par des graisses. Il n'est donc pas inutile de boire plus de l'eau en vieillissant ou de continuer à pratiquer du sport pour réduire la quantité de graisses.

L'eau se concentre inégalement dans le corps. Le cœur et le cerveau comptent parmi les organes les plus hydratés. Le plasma sanguin en contient plus de 90% alors que l'ivoire des dents en contient à peine 1 %.

A lire : Pleins feux sur l'eau (I-diététique, sur abonnement)

A gauche, distribution de l'eau dans le corps humain. A droite, proportion d'eau chez un individu svelte et chez un obèse. Documents LWW.

A l'inverse des graisses, notre métabolisme ne permet pas de nous constituer des réserves d'eau. Elle est éliminée en permanence par différentes méthodes, l'urine, la transpiration, et surtout grâce à la respiration, la buée que nous libérons en hiver étant la preuve que notre air contient de l'humidité.

La quantité d'eau éliminée varie en fonction des conditions extérieures et de notre activité physique. Nous savons tous que lors d'un effort violent ou soutenu nous pouvons perdre plusieurs litres d'eau par heure alors qu'au repos on élimine que quelques centilitres tout au plus.

Quand nous sommes fatigués ou nous sentons mal, la plupart du temps (95 %) c'est dû à un manque d'eau. La déshydratation représente le principal facteur de troubles métaboliques devant l'hypoglycémie (manque de sucre) et même le stress.

Des milliers de personnes risquent d'avoir des problèmes rénaux, un déréglement des fonctions du foie et des infections urinaires parce qu'elles ne boivent pas suffisamment d'eau. On estime qu'un adulte en bonne santé doit boire journellement entre 1.5 et 2.5 litres d'eau chaque jour en fonction de l'effort physique qu'il produit. Il trouve 1.5 litre dans les boissons et 1 litre dans les aliments, essentiellement les légumes et les fruits. Ainsi que nous l'avons evoqué, un homme qui ne boit rien et ne mange pas de la journée, ne peut pas survivre plus de 2 ou 3 jours, raison pour laquelle les grèves de la faim sont des attitudes désespérées qui peuvent conduire tout droit à la mort de l'individu s'il n'est pas surveillé par un médecin.

Pour notre survie, toute cette eau perdue doit être remplacée au risque de subir une déshydratation qui peut être irréversible et mortelle. C'est la raison pour laquelle notre système métabolique nous avertit lorsque nous manquons d'eau, nous donnant le signal de boire et qu'en complément nous mangeons après un effort car ainsi que nous le verrons, non seulement les aliments nous apportent des protéines pour reconstituer nos muscles et nos forces mais également près de 40 % de nos besoins en eau (mis à part les biscuits secs !).

Notre métabolisme sait très bien qu'il doit maintenir l'eau à saturation dans le corps. Un adulte moyen qui fait un effort perd entre 0.8 et 3 litres d'eau par heure.

Dès que notre organisme perd 1 à 2 % d'eau, soit entre un demi et un litre, le cerveau nous signale que le corps à soif. Si nous ignorons ces signaux, nous mettons en danger tout notre organisme et il n'hésitera pas à nous le faire savoir de manière plus spectaculaire : fatigue, nausées, évanouissement, vomissement, mal de tête, léthargie, constipation... Une chute de 5% de la quantité d'eau dans le corps peut provoquer jusqu'à 30 % de perte d'énergie chez une personne moyenne ! Ce phénomène s'applique bien sûr aux sportifs qui produisent beaucoup d'efforts en peu de temps ou de manière soutenue.

L'eau que nous absorbons au cours des repas ne constitue qu'une fraction de l'eau que le corps utilise au cours de la digestion. En plus des 2.5 litres que nous devrions absorber quotidiennement, l'appareil digestif produit 4.5 litres dont 2 litres de sucs gastriques pancréatiques dont le pH est neutre.

Les substances insolubles dans l'eau, tel que l'amidon sont décomposées en sucres simples par la salive ou plutôt l'enzyme amylase qu'elle contient, de même que par les sécrétions pancréatiques et intestinales. Les protéines quant à elles sont réduites grâce à des enzymes acides telle que la protéase et ce dès l'entrée dans l'estomac.

En fin de digestion qui peut durer de 24 à 72 heures, le surplus d'eau traverse les parois de l'intestin grêle et du colon pour rejoindre le sang et la lymphe. Elle sera retraitée par les reins puis évacuée à raison de quelque 10 cl d'eau dans les selles et parfois près de 2 litres dans les urines. L'eau est également évacuée par les glandes sudoripares de l'épiderme qui puisent l'eau en excès dans les capillaires sanguins et la dirige vers les pores cutanés sous forme de sueur. Enfin, à chaque respiration, les poumons rejettent de l'air humide. Globalement, 80% de l'eau contenue dans notre corps se renouvelle chaque mois.

Usages sanitaires

Cure thermale au Grand Hôtel des Thermes, en France.

L'eau est évidemment utilisée pour notre hygiène et pour préserver notre santé. Voici deux mille ans et plus, l'homme se baignait déjà dans des thermes, saunas et autres bains turcs. Mais au Moyen-Age la qualité des eaux étant discutable et discutée, on en revint aux onguents, aux poudres, aux crèmes et aux parfums; il s'agissait d'une toilette sèche encore moins hygiénique finalement que les bains. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle qu'on recommença à utiliser l'eau pour la toilette et les taches ménagères y compris la cuisson et l'arrosage. Puis au début de l'ère industrielle on assista à de graves épidémies à travers toute l'Europe, typhus, choléra et autre peste et la question de l'hygiène revint au premier plan en insistant sur l'usage d'une eau de qualité.

Aujourd'hui les vertus hygiéniques de l'eau sont reconnues. Beaucoup d'infections se communiquant par le contact entre individus ou avec des objets, il est impératif de se laver fréquemment les mains et de prendre des bains avec du savon pour éliminer tout risque d'infection. Sans cela, en quelques mois, une personne peut contracter des maladies parasitaires en commençant par de bénignes maladies de peau (eczéma, etc).

Le simple geste de se laver participe à maintenir la population en bonne santé. Bien sûr on peut difficilement empêcher la propagation des virus et des bactéries par voie aérienne à moins de s'isoler chez soi mais on prend le risque d'affaiblir ses défenses immunitaires naturelles faute de les exercer face à des agressions.

L'eau est également utilisée à des fins curatives; il s'agit des eaux thermales où l'on tire profit d'eaux riches en sels minéraux provenant de sources chaudes souterraines. Par leurs propriétés chimiques, ces cures thermales aux bienfaits scientifiquement reconnus permettent de traiter des affections aussi diverses que les troubles nerveux, digestifs, respiratoires. L'eau thermale soulage également certaines maladies chroniques et d'autres à caractère héréditaire qui prédispose aux maladies traitées par le thermalisme vont en cure à titre de prévention et d'entretien.

Deuxième partie

Usages domestiques

Page 1 - 2 - 3 -


Back to:

HOME

Copyright & FAQ