Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

L'univers de Stephen Hawking

L'oeuvre littéraire de Stephen Hawking (VIII)

1991, Le premier film

Sans être une oeuvre littéraire, il faut évidemment citer le premier film biographique sur Stephen Hawking, basé sur ses oeuvres.

Porté par le succès d'"Une brève histoire...", en 1991 le studio Paramount en collaboration avec NBC, la chaîne britannique Channel 4 et Tokyo Broadcasting System en firent un film pour la télévision, intitulé "A brief history of time", dont le "New York Time" fera également la publicité. 

Steven Spielberg fut contacté pour diriger le projet cinématographique mais suggéra de choisir Errol Morris comme directeur de production, tandis que George Lucas sollicité pour la musique et les effets sonores délégua cette responsabilité à Philip Glass. Le jour de l'ouverture, c'est l'actrice Shirley McLaine, qui avait prit son bâton de pélerin pour assurer la publicité du film et considérée comme l'une des plus grandes stars d'Hollywood, qui célébra la nuit d'ouverture du film.

Le film sera converti sous forme de 6 cassettes VHS disponibles au format NTSC. Il sera traduit en français grâce à la collaboration de TF1 et disponible tout d'abord au format SECAM puis au format PAL. Il sera également proposé sous forme de 3 DVD NTSC (nécessitant un lecteur multimode en Europe) en 2000. Depuis, le film n'a plus été réédité et n'est disponible que sur le marché d'occasion.

Contrairement au livre, ce film sera apprécié mais ne sera jamais un succès commercial. Entre-temps on en fit également un CD-ROM interactif en anglais pour les plate-formes Windows et Mac. Ce CD est tout différent et beaucoup plus intéressant car il reprend l'intégralité de l'ouvrage.

Le DVD pack "Stephen Hawking's Universe" édité par PBS.

Du point de vue de la critique, le film d'Errol Morris est le bienvenu car il présente la réalité "dramatique" comme le disent les anglo-saxons de la vie d'Hawking, tout en soulignant les anxiétés et les désirs qu'elle engendre. Le film n'a pas entièrement été visualisé par Hawking avant sa sortie, ce qui le rend plus objectif et critique, célébrant à la fois le chercheur et portant au devant de la scène les tensions qui seraient autrement éludées.

Morris n'est toutefois pas neutre car l'auteur admire ostensiblement le scientifique. Le critique américain Lawrence Van Gelder, écrivit dans le "New York Times" du 1 juin 1990 dans la colonne "At the Movies," que le réaliseur considère Hawking comme un "personnage héroïque", "un symbole de la fragilité humaine". Le film explore l'identification d'Hawking avec Galilée, Newton et Einstein et profite de l'occasion pour publier les mêmes anecdotes qui avaient déjà alimentées les documentaires et les articles antérieurs. Morris ira jusqu'à interviewer ses sujets en studio, reconstruisant certaines pièces de la maison et du bureau d'Hawking afin de "recréer un monde autour de Stephen Hawking", faisant de lui le centre de cet univers cinématographique. En mettant ainsi sous les projecteurs du grand écran des éléments biographiques sur lesquels Hawking lui-même n'a jamais vraiment voulu insister, Morris utilisa une stratégie afin que Hawking soit plus à l'aise durant ses présentations .

Stephen Hawking en 2000.

Morris a décrit son film comme contenant une partie consacrée aux conférences scientifiques d'Hawking et une partie biographique, mais en fait les séquences sont organisées de manière purement chronologiques traversant les différentes époques de la vie et de l'oeuvre d'Hawking. Les membres de sa famille et les collègues qui interviennent durant le film sont parfois plus prédominant que la voix synthétique d'Hawking et quelquefois l'information se répète. A l'inverse du livre, le film contient les interviews d'autres physiciens qui décrivent leur travail avec Hawking et évaluent ses recherches. John Wheeler quit fut le superviseur de Jacob Bekenstein, décrit la dispute avec Hawking à propos de l'entropie des trous noirs. Don Page, qui était alors étudiant et chrétien évangéliste décrit son sentiment à propos des idées théologiques exprimées par Hawing et rapporte une anedocte, se rappelant le jour où le fauteuil roulant d'Hawking recula tout seul, "le maître de la gravité était dépassé par la faible force gravitationnelle de la terre". Son challenger avait une bonne raison de sourire devant l'impuissance de son professeur.

Le film de Morris est silencieux sur la vie privée d'Hawking et ne dit rien sur son mariage et son divorce (voir page suivante). Jane Hawking et Helaine Mason ont refusé d'être interviewées et Hawking a refusé que l'on discute des derniers événements de sa vie conjugale (il s'agissait de son remariage). Morris aurait bien aimé incorporer cette partie biographique mais à son avis cela n'aurait pas changer grand chose au sens du film.

Enfin, dans les dernières séquences biographiques, Morris montre Hawking traversant la rue en chaise roulante et provoquant un accident en ayant mal jugé le temps qu'il lui fallait pour traverser une rue de Cambridge. Hawking a avoué plus tard qu'il s'agissait de l'une des deux histoires qui l'avait littéralement fait "se tortiller" bien que le film ait exagéré en disant qu'il fut "sur pied" quelques jours plus tard.

A travers cette séquence, Morris laisse en fait le téléspectateur dans l'ambigüité de la scène finale que d'aucuns considèrent comme une métaphore de l'égo d'Hawking, son désir de vaincre, son impression d'être héroïque ou divin, mais également comme un signe du triomphe d'Hawking sur l'adversité et sa volonté de vivre. On ne peut pas s'empêcher de faire la relation entre sa condition et la fusion entre l'homme et la machine, le cyborg. On y reviendra en détail dans le dernier chapitre.

Un 2e film biographique en 2014

Notons qu'il faudra attendre plus de 20 ans pour assister à la sortie d'un second film biographique, The Theory of Everything (Une merveilleuse histoire du temps) du réalisateur James Marsh, sorti en novembre 2014 et en français en janvier 2015.

Le film est basé sur l'excellent livre de Jane Hawking "Traveling To Infinity: My Life With Stephen" publié chez Alma Books en 2013 qui retrace sa vie avec Stephen Hawking entre 1965 et 1993 (voir bas de page).

Dans ce film qui n'est évidemment pas sans rappeler celui d'Erroll Morris, l'acteur Eddie Redmayne joue le rôle de Stephen Hawking et fut récompensé à Hollywood par le "Prix du Meilleur Acteur" (Performance Actor award), l'actrice Felicity Jones jouant le rôle de sa femme Jane.

Pour préparer son rôle, Redmayne a vécu quelques temps auprès de la famille Hawking afin de mieux s'imprégner du personnage, y compris sur le plan gestuel.

Bien qu'il s'agisse d'un film modeste, il est honnête et contient quelques scènes remarquables et émouvantes. Marsh a pris des risques en le réalisant.

Tous les critiques sont unanimes, ce film est autant une réussite sur le plan biographique que du jeu d'acteurs. Stephen Hawking lui-même a déclaré que le film correspondait parfaitement à l'histoire de sa vie.

1993, Trous noirs et bébés univers

En 1993, Hawking publie "Black Holes and Baby Universe", Trous noirs et bébés univers et autres essais. Bantam en fera une demi-page de publicité dans le "New York Times", annonçant "la nouvelle oeuvre étonnante de l'homme qui porta une génération entière vers de nouvelles frontières". Visiblement peu convaincu, l'éditeur Flammarion ne profitera pas de l'aubaine tandis qu'Odile Jacob ne traduira l'ouvrage en français que... sept ans plus tard seulement.

Cet ouvrage de 200 pages reste malgré tout intéressant car l'éditeur a inclut une biographie plus importante d'Hawking tandis que l'auteur vulgarise plusieurs de ses articles scientifiques consacrés à la gravitation quantique. Il discute en particulier des singularités telles que les trous noirs et les trous de vers. Par "bébé univers" Hawking entend l'espace contenu à l'intérieur d'un trou de ver à l'échelle quantique. Les singularités sont un sujet passionnant qui a déjà conduit à de très nombreuses recherches théoriques (Coleman, Hamilton, Morris, Moss, Novikov, Thorne, Visser, etc) et quelques projets pratiques du chef de Cramer et ses collègues. Nous en reparlerons dans d'autres articles consacrés aux trous noirs et aux trous de vers.

1994-96, Hawking s'attaque au marché multimédia

En 1994 Hawking et Gene Stone publient "Qui êtes-vous, Mister Hawking ?", une courte biographie faite de témoignages sur ses recherches et sa maladie. En 1995 il édita en anglais 4 cassettes audio racontant son livre "Une brève histoire..." et sortit 1996 en français un CD-ROM très complet sur le sujet reprenant l'intégralité du livre. La même année les éditeurs sortirent une nouvelle version française d'"Une brève histoire" ainsi que le film de Morris sous format VHS SECAM.

Dans la foulée, la même année sortira aux Etats-Unis son livre "The Illustrated Brief History of Time", un remake d'une histoire déjà connue mais elle recevra un chaleureux accueil. Après son succès, Hawking dira en boutade qu'"il avait vendu plus de livres de physique que Madonna sur le sexe". Le public eut ensuite quelques années de répit pour relire à l'aise les chapitres qu'il n'avait éventuellement pas compris. 

En 2000, Hawking publia "La nature de l'espace et du temps" en collaboration avec Roger Penrose qui sera traduit en français en 2003. Les deux auteurs s'interrogent sur la pertinence d'unir la théorie quantique des champs et la théorie de la relativité générale dans le cadre d'une théorie unifiée des champs.

Et la série finit temporairement en apothéose avec "L'Univers dans une coquille de noix" : 200 pages illustrées de 240 planches - plus d'une par page - réalisées par l'équipe de Philip Dunn et d'autres artistes. Autant de livres qui valent leur somme de connaissances.

2001, L'Univers dans une coquille de noix

En 2001, Hawking publie sur papier glacé "The Universe in a Nutshell" qui sera traduit en français l'année suivante dans "L'Univers dans une coquille de noix". Par ce titre, Hawking fait référence à Hamlet, la pièce de Shakespeare, dans laquelle le grand Seigneur, révolté par la médiocrité du monde dit "Je pourrais être enfermé dans une coquille de noix et me regarder comme le roi d'un espace infini". (passage également utilisé en tête du chapitre 3). Hawking tente à son tour de briser cette coquille qui nous empêche de voir la réalité du monde et de découvrir la véritable nature de l'Univers.

Dès sa sortie aux Etats-Unis, le magazine "USA Today" le listait déjà en 14e place parmi les best sellers. Hawking justifie sa publication en expliquant que "cela fait 13 ans que j'ai écrit "Une Brève Histoire". Le sujet a progressé, et j'espère que ma capacité d'expliquer les choses s'est améliorée."

Largement félicité par le magazine "TIME", "L'Univers dans une coquille de noix" contient pas moins de 240 illustrations créées par Philip Dunn du Book Laboratory et Malcolm Godwin du Moonrunner Design Ltd, deux sociétés internationalement reconnues dans le domaine de l'infographie. "J'ai été impliqué dans chaque image", dira Hawking. 

Dès sa sortie en français en 2002, le livre reçu le prix général Aventis qui récompense le meilleur ouvrage de vulgarisation scientifique. Hawking déclara notamment à ce propos : "Ecrire sur la science peut réellement avoir un impact sur la façon dont nous vivons. Partout dans le monde, les gens veulent en savoir plus. Ces distinctions aident à améliorer l'image de la science".

Quand on lui demanda pourquoi il mélangait science dure et détails amusants, il répondit : "Je trouve que ces quelques notes humaines aident à faire descendre la science. Je ne le planifie pas, elles émergent juste". Et à la question de savoir si la physique est la plus poétique des sciences, Hawking répondit : "La physique est la plus fondamentale des sciences. Dans ce sens, c'est la plus poétique". 

Que contient concrêtement ce bel ouvrage ? Ce livre de 200 pages est nettement plus à la portée du grand public qu"Une brève histoire du temps". Utilisant un style moins scientifique et beaucoup d'illustrations, cet ouvrage met en évidence l'esprit d'Hawking, son érudition et son talent d'écrivain.

Stephen Hawking photographié en avril 2002 devant le Centre des Sciences Mathématiques de l'Université de Cambridge. Document Lek-Heng Lim.

Le titre est extrait de Shakespeare, il cite St. Augustin et termine son récit avec une version personnelle de "The Tempest" : "O Brane New World",  le glossaire expliquant au lecteur qu'un brane est "un objet [...] qui peut prendre diverses dimensions dans l'espace [...]". Sachant que "brand new" signifie "flambant neuf", on peut imaginer qu'Hawking a voulu faire un jeu de mots et évoquer la nouveauté du concept qu'il avait découvert. Par analogie, le traducteur Christian Cler le traduisit tant bien que mal en français par : "Ô nouveau monde des branes Où vivent de telles créatures"... Cette traduction non conforme explique la raison pour laquelle j'ai toujours préféré les versions originales !

L'éditeur a également laissé des traces anglaises dans le texte (shape of the time, pouce cubique, etc) au point que dans certains schémas la vitesse de la lumière vaut "186,000". Elle est exprimée en miles et à de quoi dérouter le lecteur qui ne voit plus du tout le rapport avec le texte. Avec les moyens infographiques dont elle dispose, un éditeur comme Odile Jacob aurait pu relire consciencieusement l'ouvrage avant sa publication et corriger ces quelques points qui sautent aux yeux !

L'ouvrage est divisé en sept chapitres, les deux premiers servant d'introduction aux cinq autres. Hawking décrit tout d'abord les fondations de la théorie de la relativité et des quanta puis s'attaque aux distorsions du temps, à la cosmologie et explore ensuite la notion d'avenir en physique quantique et en relativité, les paradoxes temporels et le principe anthropique pour terminer par une analyse détaillée du concept de brane auxquel il a personnellement contribué.

Le lecteur novice est ainsi directement confronté à des notions abstraites comme les cônes de lumière, l'entropie, l'énergie du vide, l'équation de Schrödinger, la fonction d'onde, le temps imaginaire, les classes d'histoires, les p-branes, et j'en passe.

Dans l'ensemble, le lecteur qui ignore tout de ces concepts trouvera le texte compréhensible dès la première lecture, Hawking mettant tout en oeuvre pour expliquer dans le texte ou des encarts (sans oublier le glossaire), les notions les plus abstraites, quitte à abuser des illustrations le cas échéant; il y en a en effet au moins une par page. Toutefois il faut noter que le concept de p-brane issu des théorie de supercordes et de la théorie M revient régulièrement et il lui réserve tout un chapitre à la fin de l'ouvrage. Ci et là, lorsqu'il s'en sert pour représenter des entités cosmiques, même un lecteur averti peut tomber sur des trous noirs d'incompréhension ou presque. Cela prouve que si l'ouvrage s'adresse avant tout à un public éclairé à l'esprit scientifique, les étudiants universitaires ainsi que leurs professeurs y trouveront aussi un résumé de nos connaissances actuelles en physique et de quoi meubler leur temps libre.

A travers ce livre, le célèbre professeur de Cambridge voulut quitter la tour d'ivoire et l'obscurité académique dans laquelle on range souvent les chercheurs pour aller à la rencontre du public. Avec son fauteuil roulant, Hawking suit la même démarche dans le domaine de la physique que celle de Carl Sagan et son col roulé ou son blouson de cuir fit en astronomie. Dorénavant, il permet à chacun de mettre un visage sur un sujet scientifique très intimidant.

2002, The future of spacetime

En 2002, Hawking publie "The future of spacetime" en collaboration avec quelques ténors de la physique. L'ouvrage n'a pas encore été traduit en français. Ce livre s'interroge sur les conséquences scientifiques de la découverte des trous noirs, des ondes gravitationnelles et sur la question du voyage dans le temps. Ecrit par de grands esprits à la plume puissante, ce livre nous dit que quelque part l'univers et ses entités parfois paradoxales doivent être vrais et cachent des concepts encore plus étonnants, qu'un jour peut-être nous pourrons exploiter.

Introduit par Richard Price, cet ouvrage discute de la physique de l'espace-temps et de la vulgarisation scientifique. Hawking développe le concept de flèche temporelle et "la protection de la chronologie". Igor Novikov, connu pour ces ouvrages sur le temps et les trous noirs, s'interroge sur le voyage temporel et les possibilités de modifier le passé tandis que Kip Thorne, célèbre pour son livre "Trous noirs et distorsions du temps ", explore le concept d'espace-temps et spécule sur son avenir théorique et expérimental.

Les deux derniers essais écrits par Timothy Ferris et Alan Lightman, bien que très bien écrits, n'ont plus rien à voir avec l'espace-temps. Ferris, auteur d'une très belle histoire de l'univers intitulée "La nuit du temps" insiste sur la vulgarisation des sciences et la manière dont elle doit être communiquée au public. Il considère que la science se situe quelque part au centre de notre culture, et que si les gens apprécient leur liberté, honorent leurs responsabilités et apprécient la mesure de leur ignorance, ils désirent également s'instruire. Lightman auteur de plusieurs essais dont une biographie intitulée "Quand Einstein rêvait", nous conduit au coeur du processus de la création et établit une très belle comparaison entre les physiciens, l'art et les auteurs de romans de science-fiction, un sujet que j'ai également abordé dans le chapitre consacré à la philosophie des sciences.

En plaçant ces cinq scientifiques autour d'une même table, leurs discussions brillent par leur intelligence et leurs idées originales. Ces cinq essais sont en fait tirés du séminaire donné au Caltech en juin 2000 à l'occasion du 60e anniversaire de Kip Thorne.

Comme un fil conducteur, le thème central de ce livre est l'éventualité du voyage temporel, un sujet populaire par excellence. Certains sujets sont abordés très concrètement. Ainsi, Igor Novikov se demande "Pouvons-nous changer le passé ?"  Il prétend notamment que les lois de la nature nous empêcheraient par exemple de tuer notre grand-père et ne nous ne confronteraient jamais aux nombreux paradoxes d'une telle aventure.

Hawking est certainement le théoricien le plus concerné au monde par l'espace-temps et complète l'argumentaire de Novikov par une explication moins sanguine mais très logique considérant que le grand-père est doublement protégé contre un tel accident.

En s'interrogeant sur les conséquences de la relativité générale, Novikov et Hawking se posent la question : "What if?", que se passerait-il si par exemple on démontrait expérimentalement que le voyage temporel est impossible ? Les deux auteurs sont d'accord sur un point : si un jour nous parvenons à démontrer cette impossibilité, il sera important de savoir pourquoi c'est impossible. Einstein nous a légué des trous noirs, des trous de ver, le Big Bang et même le Big Crunch, autant de théories que revendiquent également les auteurs de science-fiction, sans lesquelles la plupart de leurs scénarios avorteraient dans l'oeuf; plus moyen par exemple pour Douglas Adams d'envoyer son héros dans "Le dernier restaurant avant la fin du monde"... et d'échapper de justesse au Big Crunch qui doit se produire dans quelques min... trop tard !

Seul l'avenir nous dira si ces théories les plus folles ont une chance d'être vérifiées. Plusieurs expériences touchant la relativité générale sont en cours ou planifiées à moyen terme. L'interféromètre LIGO par exemple et le futur interféromètre spatial LISA devraient permettre de cartographier la courbure de l'espace, la distorsion du temps et la façon dont cette métrique subtile s'englouti dans les trous noirs.

Parmi les applications, on envisage même d'utiliser les ondes gravitationnelles de très hautes fréquences (HFGW), de l'ordre du QHz, à la place des ondes radios... Mais un peu de patience, ce sera pour après demain. Quels projets ! Quelle aventure passionnante !

A travers ce livre, les auteurs ont sans conteste fait un pas important vers notre compréhension de la nature, portant l'esprit humain au-delà de ses considérations terrestres mesquines, vers l'immensité de l'univers et la lumière des étoiles.

L'éditeur précise enfin que tous les droits d'auteur de ce livre sont versés à une oeuvre charitable du Caltech gérée par Kip Thorne.

2005, Une belle histoire du temps

En 2005, 17 ans après la publication d'"Une Brève histoire..." (1988), en collaboration avec le physicien et écrivain Leonard Mlodinow de Caltech, Hawking publia une actualisation de son best-seller intitulé "Une belle histoire du temps" (A Briefer History of Time). Les auteurs décrivent les dernières avancées de la physique, insistant sur les progrès réalisés en relativité et en physique quantique dans le cadre de la cosmologie. L'ouvrage sortit simultanément en anglais et dans plusieurs autres langues dont le français.

Dans ce petit ouvrage de 185 pages au format 20x24 pour la version française, Mlodinow nous fait part des réflexions d'Hawking qui reprend une nouvelle fois l'histoire à son commencement, nous réexpliquant avec simplicité les étapes qui ont précédé la découverte de la relativité (l'éther, la propagation de la lumière, la gravitation, etc). Hawking aborde ensuite des questions ouvertes telle que les raisons de l'accélération de l'expansion de l'Univers, le problème de la matière et de l'énergie sombres, la réalité des trous noirs, la théorie des supercordes et s'interroge sur l'unification des forces de la nature en insistant sur les défauts de certaines théories. A l'intention des amateurs de science-fiction il consacre également tout un chapitre sur la possibilité du voyage temporel. Ainsi qu'il le souligne : "Mon but est de vous faire partager non seulement toute l'excitation que ces découvertes provoquent, mais aussi la nouvelle image de la réalité qui en découle".

Ce livre est effectivement une très belle histoire qui nous emporte jusqu'aux confins de l'univers, mais reste à trouver le modèle cosmologique qui correspond à tous ces événements.

L'ouvrage s'adresse résolument à tout public bien que les lecteurs hésitent à lui donner une cote de 5/5 car si l'ouvrage se veut très clair, il aborde des concepts très complexes qui peuvent assurément rebuter l'homme de la rue, d'où certaines critiques plus sévères (3/5) sur les forums américains.

NB. Il existe un homonyme de ce livre (A Briefer History of Time) écrit par l'astrophysicien Eric Schulman en 1998 qui décrit également l'histoire du Big Bang mais sur un ton plus humoristique.

Compilations

Enfin, Stephen Hawking publia des compilations de textes historiques : Sur les épaules des géants : Les plus grands textes de physique et d'astronomie en 2003 ainsi que Et Dieu créa les nombres : Les plus grands textes de mathématiques réunis et commentés en 2006.

Mis à part une poignée d'autres livres plus modestes et réservés au seul marché anglophone, ici s'arrête à ce jour l'oeuvre littéraire d'Hawking.

2013, biographie rédigée par Jane Hawking

Nous avons vu ci-dessus que le film The Theory of Everything (Une merveilleuse histoire du temps) de James Marsh sorti en 2014 est basé sur le livre de Jane Hawking "Traveling To Infinity: My Life With Stephen".

La version anglaise fut publiée chez Alma Books en 2013. Ce livre de 450 pages couvre les 28 années de mariage de Jane entre juillet 1965 et juillet 1993 et contient près de 30 photograghies en noir et blanc. La critique a qualifié ce livre d'intéressant, très bien écrit et parfois humoristique. A aucun moment du livre, on ne ressent de reproche ou autre émotion négative de Jane à l'égard de son ancien mari. Ce livre fut traduit en français en 2015 sous le titre "Une merveilleuse histoire du temps. Ma vie avec Stephen Hawking".

Ceci termine (pour l'instant) l'oeuvre littéraire de Stephen et Jane Hawking.

Prochain chapitre

Les produits dérivés

Page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 -


Back to:

HOME

Copyright & FAQ