Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

Dans la bibliothèque de LUXORION

"Un livre est une fenêtre par laquelle on s'évade". Julien Green. Illustration de Igor Morski.

Le marché du livre dans tous ses états (I)

La lecture est un plaisir qu'il faut préserver, source d'une saine curiosité. Si les romans permettent de s'évader du quotidien, les ouvrages de vulgarisation ont également ce pouvoir avec l'avantage de développer l'esprit d'analyse en mettant en exergue notre sens critique. A ce titre, le désir de lire multiplie les pages du Livre du Monde et nous dévoile ses multiples facettes.

Nous allons décrire dans cet article les différentes manières de bien acheter un livre, en particulier où trouver les catalogues, les critiques, quels sont les caractéristiques d'un ouvrage particulier, comment identifier les sources potentielles de problèmes et comment les éviter et enfin nous dresserons la liste de quelques enseignes irréprochables avec lesquelles il est recommandé de travailler si vous voulez éviter des soucis.

Cette étude est basée sur mon expérience personnelle après avoir fréquenté pendant des dizaines d'années des librairies et acheté plusieurs centaines de livres auprès de plusieurs dizaines d'enseignes ayant pignon sur rue ou travaillant exclusivement par Internet.

Avant toute chose, le lecteur désirant approfondir certains sujets développés sur ce site trouvera ci-dessous la liste de quelques livres de vulgarisation et de magazines scientifiques ayant servi de référence afin que vous puissiez les retrouver plus facilement sur les étagères des bibliothèques ou en librairie.

Certains titres sont également référencés en bas de page des articles publiés sur ce site.

Ma collection de livres

Généralités    Histoire    Astronomie    Instruments & Astronautique

Bioastronomie    Physique quantique    Relativité    Cosmologie

Biologie    Thermodynamique    Philosophie des sciences

Le marché du e-commerce en chiffres

S'il est parfois difficile de trouver une grande librairie ou une bibliothèque près de chez de soi (cf. par exemple le peu de villes où l'on trouve des magasins de la Fnac en France et en Belgique), Internet à l'avantage d'être ouvert en permanence et d'offrir le choix le plus vaste de livres neufs et d'occasion parmi d'autres articles. Aussi, pour ceux qui habitent loin des grandes librairies, les sondages et les indices de ventes montrent que l'achat en ligne et donc par Internet est devenu la seule alternative et pénéètre tous les jours un peu plus dans les foyers.

Document Oseox.

Sur le plan commercial, selon un sondage effectué en Belgique en 2016, 70 % des Belges avaient acheté au moins un article par Internet et une personne sur deux avait acheté un article sur un site étranger. De manière générale, les ventes en ligne représentaient 2.2 milliards d'euros et ont augmenté de 175 % en un an ! Par comparaison, en 2001, selon un sondage d'Oxatis, 30 millions de Français ont acheté pour 37.7 milliards d'euros de marchandises en ligne. En 2014, les Français ont acheté plus de 700 millions d'articles par Internet dont 175 millions de livres papier et 21 millions de livres numériques ! Sachant que seuls les plus de 18 ans peuvent effectuer ces achats, cela représente environ 15 articles par adulte chaque mois dont plus de 3 livres par mois ! On peut donc en déduire que certains acheteurs sont de très bons clients.

Selon un sondage réalisé en France en 2014 par Nielsen, les achats de livres par Internet arrivent en 2e place avec 25 % des ventes derrière les achats d'habillement et devant les billets d'avions ou les chambres d'hôtels.

Aux Etats-Unis, selon le Bureau Census, sur l'ensemble des achats en ligne, les livres et magazines représentent 61 % des ventes, derrière l'alimentation, le matériel de bureau, la musique, la vidéo et l'électronique qui arrive en tête (74.1 %).

Selon des sondages du FEVAD et de l'INSEE réalisé en Europe en 2007, parmi les nationalités les plus actives dans le e-commerce, près de 50 % des Britanniques avaient fait un achat en ligne au cours des trois derniers mois, suivis par les Danois, les Hollandais, les Allemands, les Suédois et les Luxembourgeois. Il y a 28 % de Français et 15 % de Belges.

Selon un sondage effectué en 2010 par Oseox, 80 % des achats en ligne sont réalisés par la tranche d'âge 35-49 ans, suivie par la 24-34 ans et la 50-64 ans.

On en conclut que le e-commerce est vraiment entré dans les moeurs et n'a plus pour la majorité de la population cette image négative et peu sécurisée qui lui était encore associée dans les années 2000.

Penchons-nous à présent sur le marché spécifique du livre.

Le marché du livre

Sur le plan pratique, où peut-on trouver les catalogues et les critiques de livres ? En ce qui concerne le marché francophone, en collaboration avec les éditeurs et des lecteurs, le site Babelio décrit plus de 120000 ouvrages[1] complétés par des critiques, des citations, des podcasts et des vidéos.

Vient ensuite Amazon où des milliers de lecteurs ont déposé des critiques qui peuvent vous aider à choisir un livre. Comme sur Babelio, si nécessaire, vous pouvez également contacter ces personnes.

Enfin, il existe quelques blogs et sites Internet tenus à jour par des libraires spécalisés dans la littérature notamment ou par des bibliophiles.

A propos des sciences et techniques, s'il est parfois difficile d'avoir une réponse de la part des éditeurs, le site Unithèque publie la liste des nouveaux livres à paraître en français dans les prochains mois. Le site Lavoisier (qui édite aussi Tec & Doc) propose le même service y compris pour les livres écrits en anglais.

Les deux majors du secteur du livre, la Fnac (en haut) et Amazon (en bas) se livrent une guerre sans merci pour fidéliser leurs clients et en attirer de nouveaux. Malgré les risques associés aux transactions numériques, le commerce traditionnel a du mal à résister face à la vague d'Internet et toute la souplesse du commerce en ligne.

Notons qu'à l'instar d'Amazon et quelques autres grandes enseignes, Google Books propose des extraits (plusieurs pages) de nombreux livres en format électronique dans le respect du droit d'auteur.

Enfin, WorldCat reprend la liste des différentes éditions de quelques 2 milliards d'ouvrages (livres et articles) en format papier ou électronique, y compris des documentaires et animations en format DVD et CD. Les informations sont en partie mises à jour par les bibliothèques nationales.

Concernant les magazines, à défaut de trouver une librairie universelle proposant toutes les publications du monde, vous pouvez consulter la couverture et acheter les derniers numéros ou précommander les futurs numéros des magazines francophones ou en langues étrangères sur Journaux.fr, une source très utile quand on sait que les invendus retournés par les libraires ne sont généralement plus disponibles.

Enfin, des versions PDF des magazines récents et même plus anciens sont téléchargeables sur le site PDF Magazin.

Les webmarchands

Si vous cherchez un livre ou un magazine d'occasion, le moyen le plus simple et le plus économique est évidemment de vous rendre chez un libraire, un bouquiniste ou de visiter une foire consacrée aux livres d'occasion.

Mais les livres et les magazines spécialisés ou rares ainsi que les vieux livres (>50 ans) en très bon état sont par définition difficiles à trouver et vous risquez de parcourir longtemps les allées et les étagères des librairies sans jamais trouver le titre tant convoité.

La librairie anglaise Waterstone's, ex "WHSmith" qui s'est installée en 1921 (cf. cette photo) sur le boulevard Adolphe Max à Bruxelles. Comme la librairie du "Passage 44" avant elle qui fut désertée et fit faillite en 1975 faute de commerces à proximité, cette fois c'est la concurrence des webmarchands et l'installation du piétonnier depuis 2015 qui posent la question de la survie de l'une des plus anciennes librairie de la capitale. Paradoxalement et heureusement, la maison-mère est également présente sur Internet.

Comme nous l'avons évoqué, aujourd'hui Internet est devenu autant une base de connaissances qu'un outil de recherche et d'autant plus si vous habitez loin des grandes librairies ou des salles de ventes. En effet, la plupart des libraires et même les salles de ventes, Christie's compris, proposent un catalogue en ligne illustré et de nombreux particuliers disposent d'un compte client et même vendeur sur un site marchand.

Parmi les sites marchands les mieux achalandés et les plus sérieux spécialisés dans les livres d'occasion, une poignée de sites professionnels disposent d'un stock de plusieurs millions de livres et de magazines d'occasion où vous avez toutes les chances de trouver l'ouvrage convoité :

- Mare Libri avec 80 millions de livres

- Mare Magnum avec 8.4 millions de livres anciens

- Livre Rare Book avec 3 millions de livres.

Précisons que les libraires affiliés à Mare Libri traitent en direct sans frais d'intermédiaire alors certains webmarchands prélève jusqu'à 15 % de commision sur les ventes.

De nombreux autres webmarchands proposent également leur catalogue de livres en ligne, certains travaillant en collaboration avec les sites précédents. Parmi les sites francophones, essentiellement français et belges citons : Amazon, Delcampe, le Furet du Nord, Le Bon Coin, Le Grenier des BD, Livre et Chine, LivrenPoche, Livres Anciens ainsi que la Fnac.fr et ebay qui vendent tous des livres neufs et d'occasion.

Citons également les webmarchands anglais (par ex. Antiqbook, Foyles, Waterstones), américains (par ex. Barnes & Noble, Biblio.com, Book Alley, Texbooks) et australiens (par ex. Leura Books) dont quelques uns sont inscrits sur Mare Libri.

Concernant les anciens magazines, près de cent mille anciennes revues francophones sont en vente sur le site Journaux-collection, certaines étant également disponibles en format numérique.

Des magazines anglo-saxons d'occasion sont proposés sur ABookMan, Back Issues, PASTpapers ainsi que sur ebay parmi d'autres, en particulier chez les libraires everything-football, HeartForEthiopia, Million magazines et Mr-Magazine.

Enfin, les sites Eurolivre et ISBNS proposent un moteur de recherche des livres neufs et d'occasion tenant compte des différents formats existants et vous dirige directement vers le site du vendeur. Direct TextBook propose un service équivalent pour le marché anglo-saxon et vous redirige vers des webmarchands américains.

Un e-business très lucratif

En Occident trois sites de commerce en ligne monopolisent Internet : Amazon (qui possède d'autres librairies) qui propose plus de 300 millions de produits en ligne (300 fois plus qu'en 1995), PriceMinister avec quelque 200 millions de produits et ebay (qui possède Paypal) avec plus de 110 millions de produits.

Selon un sondage de Médiamétrie/Netratings réalisé en France en 2014, en nombre de visiteurs uniques moyens par jour, Amazon arrive en tête avec plus de 1.8 million de visiteurs, suivi par ebay (1.1 million), Cdiscount (843000), la Fnac (675000) et PriceMinister (663000).

A l'approche des fêtes, un géant comme Amazon - dont voici l'aspect de la page d'accueil un mois après son ouverture en juillet 1995 - vend globalement plusieurs dizaines de millions d'articles chaque jour ! Ainsi, le 16 novembre 2012, Amazon vendit plus de 26 millions d'articles, soit 306 articles à la seconde (dont 1 % de ce total pour la France et le Benelux). Il atteignit un record de 36.8 millions de commandes soit 426 à la seconde le 2 décembre 2013, le "Cyber Monday", c'est-à-dire le lundi qui suivit la Thanksgiving (4e jeudi de novembre aux Etats-Unis) ! Ce jour là le volume des ventes était 14 fois supérieur à celui de ses principaux concurrents un jour faste ! Idem le 8 décembre 2014 où Amazon France distribua plus d'un million d'articles.

Conséquence directe de ce commerce en ligne, en Belgique par exemple, pendant les fêtes de 2015 la poste (Bpost) a distribué 250000 colis par jour, 2.5 fois plus que les jours ordinaires.

Aujourd'hui, Amazon expédie ses commandes dans 185 pays et livre 6 jours sur 7 entre 9h et 17h. Contrairement aux sociétés privées de transport (UPS, FedEx, DHL, etc.) qui n'ont pas d'arrangements avec la poste, chez Amazon si le destinataire est absent, pas de souci, le transporteur dépose le colis au bureau de poste le plus proche du client qui pourra y retirer son colis dès le lendemain ou le premier jour ouvrable. Que demander de plus ?

A voir : Centre logistique robotisé d'Amazon.com

Les centres logistiques d'Amazon : Etats-Unis - France - Italie

A gauche, le quatrième centre de traitement français du géant du web Amazon installé en 2014 à Lauwin-Planque dans le Nord-Pas-de-Calais : 99525 m2 d'entrepôts, plates-formes logistiques, messageries et bureaux bâtis en moins de 11 mois par Goodman Lauwin. Le site consomme une puissance de 6000 kVA et engagea 2500 employés jusque fin 2015 (dont beaucoup d'emplois en interim et CDD). L'entreprise est organisée en 3 équipes pour assurer l'envoi des colis 24 heures sur 24. Environ 80000 commandes sont expédiées chaque jour. Malgré les apparences, cela ne représente que quelques pourcents du total des articles gérés par Amazon.com. Au centre et à droite, l'intérieur des installations logistiques des entrepôts d'Amazon à Rugeley aux Etats-Unis et en Italie. Documents GSE Group, Bloomberg et Huffington Post.it.

En 2015, la capitalisation boursière d'Amazon a dépassé celle de Walmart et l'entreprise présentait au premier trimestre 2015 un chiffre d'affaire de 22.72 milliards de dollars, en hausse de 15 % par rapport à l'année précédente ! Le return sur action est supérieur à 44 % par an ! Pas étonnant dans ces conditions que le géant américain édifie des centres de traitement de près de 100000 m2 un peu partout dans le monde, notamment en France, en Allemagne, en Espagne, en Angleterre, etc.

Citons à part le grossiste Alibaba qui domine le marché chinois et qui commence lentement à pénétrer le marché occidental (il a récemment mis pied aux Etats-Unis).

A présent que nous savons où trouver les critiques de livres, les catalogues et les enseignes où nous pouvons acheter des livres neufs ou d'occasion, nous allons dresser une liste de 10 conseils qu'il est utile de suivre pour bien acheter sur Internet et en particulier des livres d'occasion.

10 conseils pour bien acheter sur Internet

Définition. Par livre ou magazine d'occasion entendons tout ouvrage papier publié par une maison d'édition qui a été revendu sur le marché de seconde main. Il peut donc s'agir de lots d'ouvrages neufs restés en souffrance chez les éditeurs comme de livres ou magazines usagés revendus par des particuliers, des bibliothèques ou des associations. C'est l'ensemble des données caractérisant un ouvrage particulier ainsi que les pratiques commerciales que nous allons décrire afin que chacun prenne conscience des détails à vérifier pour ne pas acheter "un chat dans un sac" et soit bien conscient des risques associés à tout achat (ou vente) à distance.

1. Prudence et réflexion

A priori, comme l'achat d'un produit neuf en ligne, il n'y a rien de plus simple que d'acheter un livre ou un magazine d'occasion sur Internet. La procédure est même diaboliquement rapide : un clic et c'est acheté... Malheureusement, quelques expériences négatives vous apprennent vite la leçon : certains vendeurs ne respectent pas les règles et profitent d'Internet pour tromper les clients sur la qualité des produits. Il y a donc des pièges à éviter et des règles à bien connaître comme les conditions générales de ventes et le système de validation et de vente des webmarchands. Heureusement, avec le temps nous verrons que le législateur a fixé de nouvelles règles pour mieux protéger les consommateurs mais il y aura toujours des "moutons noirs" qui essayeront d'abuser du système en vendant n'importe quoi à n'importe quel prix. Ce sont ces vendeurs indélicats et profiteurs qu'il faut pouvoir identifier et écarter avant de passer commande. Nous verrons comment les reconnaître à travers le descriptif de leurs annonces, leurs prix et les demandes de renseignements complémentaires.

Disposer d'un large éventail d'articles d'occasion auprès d'une grande enseigne ou d'une librairie spécialisée ne signifie pas que les exemplaires sont "comme neufs" ni même en "bon état" (voir plus bas). C'est ici que malheureusement le sens critique et l'expérience de l'acheteur seront nécessaires pour identifier la bonne affaire de celle qui frise l'abus ou la tromperie, car nous allons voir qu'acheter sur Internet et donc à distance et sur catalogue requiert plus de prudence et de réflexion que l'achat chez un libraire ayant pignon sur rue. Ces derniers ont donc de bons arguments à faire valoir face aux géants du web.

Mes libraires et webmarchands favoris et les plus fiables

US - UK - DE - FR

FR

BE

2. Les petites annonces

Si vous recherchez une édition particulière d'un livre ou d'un magazine et ne la trouvez nul part au bout de quelques mois voire quelques années, ne vous découragez pas. Bien que l'ouvrage soit certainement épuisé et peut-être même très recherché par les collectionneurs, foi d'expérience il peut réapparaître sur différents sites de vente et peut-être même dans un meilleur état que lors de la dernière vente ou proposé dans un lot avec d'autres articles intéressants. Bien sûr son prix variera entre le raisonnable et le scandaleusement élevé en fonction de sa rareté ou de la spéculation qui l'entoure.

A de rares occasions, vous pouvez peut-être encore trouver ce livre rare en parcourant les petites annonces des librairies qui n'ont qu'une page d'accueil sur Internet, celles des associations amateurs, les forums spécialisés et même les réseaux sociaux. Il peut aussi arriver de littéralement "tomber" sur l'annonce d'un petit libraire disposant d'une édition très rare simplement en cherchant via Google des informations en relation avec le sujet.

L'idéal est de provoquer l'évènement. N'hésitez pas à publier une petite annonce dans un groupe spécialisé d'un réseau social ou sur un forum. Avec un peu de chance, un amateur ayant pris soin de son livre acceptera de vous le vendre à prix d'ami.

Mais dans tous les cas, pour éviter toute déception à la réception, ne vous précipitez jamais et prenez le temps de demander des renseignements complémentaires au vendeur avant d'acheter quoi que ce soit.

Enfin, accordez au vendeur quelques jours pour vous répondre car certains marchands participent à des foires ou doivent retrouver l'article dans leur collection ou en prendre des photos si vous l'exigez et généralement à part quelques particuliers, rares sont les professionnels disponibles sur le champ pour vous répondre.

3. Des livres dans tous leurs états

Sachez interpréter les petites annonces. La qualité d'un livre doit être décrite en suivant une nomenclature précise (Cf. celle d'Amazon) et les défauts éventuels doivent être précisés ou présentés en photos même si l'article n'a pas beaucoup de valeur. Aux yeux d'un collectionneur, ces détails peuvent avoir beaucoup d'importance pour estimer le prix de l'ouvrage et le différencier d'un exemplaire concurrent.

En effet, un livre en "bon état" ne signifie pas qu'il est comme neuf, sans pliures, accrocs, traces d'usures, petites déchirures ou décoloration. Malheureusement quelques vendeurs sans scrupules ou mal informés (souvent des personnes privées mais également des webmarchands) proposent des livres soit-disant "comme neufs" et n'en disent pas plus alors qu'ils sont justes "en bon état" (par exemple décolorés, jaunis, les bords, les plats ou le dos présentant des traces d'usures, des accrocs ou la protection en célophane se décollant). Sachant cela, renseignez-vous toujours sur l'état du livre d'occasion avant de le commander. Dans le cas contraire, il existe heureusement des procédures de recours. On y reviendra.

Etats des livres d'occasion

Etat neuf : Livre sans défaut généralement proposé par un marchand professionnel. Il peut s'agir d'un livre sortant de presse comme d'un ancien exemplaire provenant d'une édition non épuisée (stock d'invendus). L'ouvrage n'a jamais été vendu ni lu. Le prix de ce livre doit être conforme à la loi en vigueur sur le site marchand, et notamment en France à la loi Lang sur le prix du livre.

Comme neuf : livre ayant peut-être été lu, ne comportant aucune marque et à l'aspect d'un livre neuf. La jaquette et la couverture sont en parfait état. Les pages ne sont ni tachées, ni marquées, et ne contiennent aucune annotation.

Très bon état : livre ayant été lu. Il peut présenter des éventuelles marques et défauts mineurs, très peu nombreux et à peine visibles (pliures, accrocs). Les pages ne sont pas tachées et ne contiennent aucune annotation. Le dos ne comporte aucune marque. Toutefois, la couverture peut être légèrement décolorée ou le bord des pages voire les pages entières des anciens livres peuvent être légèrement marquées (jaunies ou brunies) par le temps.

Bon état : livre ayant été lu. Il n'est pas abîmé mais présente quelques marques d'usure. Aucune page ne manque. La couverture et le cas échéant la jaquette ne sont pas endommagées. Les plats (couverture et dos y compris de la jaquette), les extrémités du dos ou les coins peuvent être un peu marqués (traces d'usure).

État correct : Livre ayant été lu et présentant des annotations en marge ou des passages surlignés. La couverture et toutes les pages sont présentes. Il est possible que la jaquette soit abîmée ou manquante. Le livre peut provenir d'une bibliothèque et porter des tampons.

De collection : Exemplaire dédicacé ou signé d'une édition épuisée ou à tirage limité (numéroté). L'annonce doit décrire l'état du livre et la dédicace ou pourquoi il est de collection.

Aucun site marchand ne devrait vendre de livres sales, moisis, très abîmés ou tachés. Les exemplaires dont une ou plusieurs pages manquent ou dont une partie du texte n'est plus lisible, les livres des services de presse, les épreuves et tout exemplaire interdit à la vente ne peuvent pas être proposés sur les sites marchands.

Un livre "comme neuf" ne souffre d'aucun défaut autre que de vieillesse naturelle et en principe les pages sont serrées car l'ouvrage n'a pas été lu ou une seule fois et sans laisser de traces.

Un livre "en très bon état" ne peut pas être confondu avec un livre neuf; il peut présenter des défauts minimes (par exemple une décoloration, un jaunissement) tandis que les autres défauts sont mineurs et à peine visibles (pliures, petits accrocs dans la couverture ou très petite déchirure dans la jaquette).

Dans tous les cas, si vous attachez beaucoup d'importance à l'état du livre, l'interprétation de ces termes justifie que vous interrogiez le vendeur et demandiez éventuellement des photos des défauts avant de passer commande !

Même remarque pour les vieux livres édités il y a plus d'un siècle. Les prix d'une édition peuvent être multipliés par 10 et bien plus encore aux enchères selon que l'exemplaire est en très bon état ou très abîmé, proposé avec ou sans jaquette.

A ce propos, quand on voit les jaquettes ci-dessous (1ere ligne) il est évident qu'un livre sans jaquette (2e ligne) perd beaucoup de sa valeur aux yeux d'un collectionneur. L'absence de jaquette diminue le prix d'un livre de 50 %.

Certains vendeurs opportunistes n'hésitent pas à proposer des livres d'occasion sans leur jaquette d'origine ou avec des défauts comme des déchirures, des rousseurs ou un jaunissement prononcé et ne le précisent pas dans leur annonce. Ils s'imaginent sans doute que le client se contentera de juger l'article sur base d'une photographie en taille réduite et parfois floue, quand il y en a une. Ce genre de vente est à la limite de la tromperie si aucune photo ou descriptif détaillée n'accompagne l'annonce.

Les jaquettes manquent généralement dans les encyclopédies (Universalis, Bordas, Larousse, etc) et les livres reliés dont la première édition remonte à plus de 20 ans (souvent abîmée et jetée).

A moins que la jaquette ne vous intéresse pas, sa présence et son état sont des détails qu'il faut vérifier avec le vendeur.

Enfin, une partie des livres vendus d'occasion sont récupérés de bibliothèques associatives ayant fermé leurs portes (association scout, club, école, etc). En général, tous ces livres ont été référencés par le bibliothécaire; une étiquette a été collée au dos du livre et la trace du cachet de la bibliothèque figure sur la page de garde voire sur la page de titre. Ces livres se reconnaissent à la mention "ex-libris" ou "ancien livre de bibliothèque" (former library book, bibliotheksexemplar) dans les catalogues en ligne. Ayant souvent été manipulés et parfois restaurés (avec du ruban adhésif), ils sont généralement en mauvais état et ne valent plus grand chose aux yeux d'un collectionneur.

4. Les dates d'éditions

Un livre se caractérise également par la date de l'édition originale et éventuellement de celle de la première version française et des éditions ultérieures.

Cela paraît inutile de le rappeler, mais c'est une donnée essentielle qui préocuppe beaucoup les collectionneurs pour lesquels une édition n'en vaut pas nécessairement une autre. En effet, on en est pas à rechercher les défauts d'impression et à leur donner une valeur marchande, mais comme toutes choses, aux yeux d'un bibliophile collectionneur, le premier "modèle", la première édition d'un livre a souvent plus de valeur que les suivantes qui d'ailleurs passent souvent en reliure brochée ou en édition de poche (voir plus bas)

Des étagères surchargées qui invitent à la lecture. Doc NGS Collectors Corner.

Si l'ouvrage a fait l'objet de mises à jour, la date de la dernière édition figure près du copyright, sinon sur la page de titre, avant la préface ou la table des matières ou encore en dernière page. Si elle ne se voit pas toujours au premier coup d'oeil, un vendeur honnête ne peut pas l'ignorer ou pourra de toute façon l'obtenir auprès de l'éditeur. 

A défaut, comme nous l'avons évoqué, vous pouvez éventuellement trouver la date d'édition dans le catalogue mondial WorldCat.

Sur le marché d'occasion quelques vendeurs inattentifs ou sans scrupules proposent des livres dont la date d'édition ne correspond pas à l'article mis en vente. Si l'acheteur est un collectionneur et cherche une édition particulière, d'une année voire d'un mois particulier, le fait de vendre un livre ne correspondant pas à l'édition décrite constitue une tromperie déguisée.

Dans ce cas, après accord du webmarchand, vous pouvez renvoyer l'ouvrage au vendeur qui est obligé de vous rembourser.

D'expérience, selon les marchands ce problème se rencontre dans 1 à 10 % des achats de livres d'occasion sur Internet. Soyez donc vigilant si cettte information vous préoccupe.

La leçon à tirer est de toujours demander confirmation des dates de copyright (édition) et d'impression de l'exemplaire mis en vente. En principe, même les livres anciens sont datés mais exceptionnellement on trouve encore quelques ouvrages non datés, y compris publiés dans les années 1960 par de grandes maisons d'éditions (par ex. Astronomie et Météorologie Populaires de G.Dugaston).

5. Première édition, première impression

Un livre vendu en "première impression" ne signifie pas qu'il s'agit de la 1ere édition mais simplement d'un nouveau tirage, le précédent étant épuisé. Si le livre n'a pas été mis à jour, si les fautes de typographie n'ont pas été corrigées et si l'avant-propos éventuel n'a pas été modifié, il sera effectivement toujours considéré comme la première édition (ou la même édition que la dernière).

Beaucoup de livres sont disponibles sous cette forme, qu'ils aient été publiés il y a 50 ans ou l'année passée. C'est d'office le cas pour les livres remontant à plusieurs années dont l'auteur est soit décédé soit n'a pas souhaité publier une nouvelle édition. Si le livre est encore demandé par les clients, l'éditeur va probablement imprimer un nouveau tirage mais en conservant la date de l'édition courante (donc remontant à quelques années) et celle du dépôt légal.

Prenez quelques ouvrages de votre bibliothèque, qu'ils soient récents ou très anciens. Pour un même éditeur et une même édition, si vous vérifiez la date du copyright de la version française (en début de livre) et la date d'impression (sur la dernière page), il a de fortes chances qu'il y ait une différence de quelques années voire de quelques décennies. Pourtant l'éditeur considère qu'il s'agit toujours de la même édition. Parfois, le format et la reliure ont été modifiés ou l'ouvrage a changé de collection voire d'éditeur. Prenons quelques exemples :

- "La théorie de la relativité restreinte et générale" d'Albert Einstein (1916) publié chez Gauthier-Villars en 1921 présente un écart de 66 ans; il fut réédité chez Dunod en 2012.

- "La logique de la découverte scientifique" de Karl Popper (1953) publié chez Payot en 1973 présente un écart de 34 ans; il fut réédité sans changement en 2007.

- "Une brève histoire du temps" de Stephen Hawking publié chez Flammarion en 1989 présente un écart de 19 ans et est passé en format poche en 2008.

- "Le roman du Big Bang" de Simon Singh publié chez JC Lattès en 2005 présente un écart de 2 ans; il fut réédité en 2007.

- "Le destin de l'Univers" de Jean-Pierre Luminet publié chez Fayard en 2006 présente un écart de 9 ans. Son contenu n'a pas été modifié mais il est passé en édition brochée en 2015 tandis que la version poche a été scindée en 2 volumes en 2010.

Il existe une variante qui est l'impression à la demande. C'est notamment le cas du livre "The Starflight Handbook" consacré au voyage interstellaire publié en 1989 chez Wiley & Sons. Etant donné le sujet, cet ouvrage n'a pas été mis à jour depuis plus de 25 ans. En revanche, il est régulièrement réimprimé et même réimprimé sur demande.

Il en est de même des éditions "Hachette-Livre (BnF)" et "ReInk Books" qui réimpriment sur demande et en noir et blanc de nombreux livres anciens qu'ils ont fidèlement numérisés (par ex. "Le Vingtième siècle" de Robida, etc). Certains vendeurs confient également ce travail d'impression à des boutiques installées en Inde et d'où sera expédié l'ouvrage.

Ainsi, un vendeur indiquant "1989 edition, new printing" ou "print on demand" (impression sur demande) ne vous vend pas l'édition originale mais un livre neuf dont le texte original a fait l'objet d'un tirage récent. L'avantage de ces nouveaux tirages est d'offrir au lecteur un livre neuf imprimé sur du papier de qualité qui a moins de risque de jaunir qu'un livre imprimé il y a plusieurs décennies.

Enfin, il existe une variante qui ne concerne que la couverture. Il arrive qu'un éditeur publie une première édition qui est épuisée en quelques mois puis réimprime un second tirage mais cette fois avec une couverture différente comme on le voit ci-dessous avec "Le Livre des Univers" de John Barrow publié chez Dunod : à gauche l'édition de septembre 2012, à droite celle de novembre 2012. Etant donné qu'aucune autre modification n'a été apportée au contenu du livre, pour l'éditeur il s'agit toujours de la première édition. Autant savoir.

Un livre passe généralement en 2e édition quand des corrections sont apportées au texte, qu'il est mis à jour, quand la préface est modifiée ou que son format passe d'une édition reliée à une édition brochée ou de poche (voir plus bas)

Si la première édition d'un livre vous intéresse mais n'est plus disponible sur le marché, demandez au vendeur de vous confirmer la date d'impression de l'exemplaire qu'il détient. En général, s'il l'a en stock, c'est probablement parce qu'il s'agit d'un tirage plus récent de l'édition originale.

Malheureusement, même les grands éditeurs ne mentionnent pas toujours dans leur catalogue cette différence entre la date de la première édition ou version et celle de la réimpression. Certains précisent la date du premier tirage de la version originale alors que le livre a été réimprimé parfois plus de 50 ans plus tard sans aucun changement et dans une autre langue.

A ce sujet, les collectionneurs ou les bibliophiles cherchent souvent à compléter leur bibliothèque avec les éditions originales ou la première version et font particulièrement à tous ces détails.</p>

Avec de la chance, un peu de patience et l'aide des moteurs de recherche, vous pouvez encore trouver des éditions originales à l'état neuf remontant à près de 50 ans et même de beaux livres célèbres remontant à plus d'un siècle dans un état neuf (par exemple "Le Ciel" de Berget et Rudaux édité chez Larousse en 1923). Exceptionnellement, vous pouvez aussi tomber sur un bibliophile qui se sépare de sa collection, d'où l'intérêt de rester en contact avec les libraires et de garder un oeil sur les forums et réseaux sociaux.

Si l'ouvrage est ancien, le collectionneur comme les bibliothèques nationales ont toutes les raisons de vouloir une édition originale en très bon état, quitte à la payer au prix fort puisqu'il n'existe généralement qu'en peu d'exemplaires. Ainsi, "Le Ciel" d'Amédée Guillemin édité chez Hachette en 1877 s'est vendu en 2016 à l'état "comme neuf" pour 600 € alors que le même ouvrage mais abîmé et taché et parfois d'une édition ultérieure se vend généralement entre 100 et 250 €. Les ouvrages plus anciens peuvent se vendre dix fois plus cher et il n'y a pas de limite maximum pour les livres rares (imprimés entre le XVe au XVIIIe siècles). On y reviendra.

Précisons que si le livre fut édité il y a 100 à 150 ans et s'il existe un second tirage de la première édition imprimé moins de 10 ans plus tard, il est prudent de l'acheter, d'autant plus s'il est comme neuf ou en très bon état et certainement s'il existe des éditions ultérieures. En revanche, si la réimpression est très récente et n'est plus conforme à l'originale (autre couverture, suppression des illustrations, etc), elle risque de ne pas intéresser beaucoup de collectionneurs, au grand dam des éditeurs et des libraires qui verront leur stock d'invendus augmenter. Seules les éditions facsimilés ou anastatiques d'un livre ancien méritent encore l'attention des collectionneurs privés. On y reviendra.

En conclusion, pour acheter la première édition ou version d'un livre, il ne suffit pas vérifier la date d'édition inscrite à côté du copyright, mais également la date d'impression généralement mentionnée sur la dernière page.

6. Edition de luxe et de masse, reliée, brochée et collée

Un livre peut être proposé avec différents types de reliures et des qualités très diverses : édition reliée, brochée, collée, de luxe avec ou sans jaquette, édition de poche, etc. La Bible est un parfait exemple qui a été déclinée dans tous les formats et reliures.

Les trois types de reliures courantes. Un livre relié (au-dessus avec sa jaquette et sa couverte rigide toilée à dos arrondi), broché (à gauche) et collé (à droite), ces deux derniers ayant un dos carré et une couverture souple.

Comme on le voit à droite, la différences entre ces différentes éditions est visible sur la tranche du livre. Les beaux livres ou les livres très épais sont généralement proposés en édition reliée dite cartonnée (hardcover) avec des cahiers individuels cousus au dos et une belle couverture (1er plat) gravée, toilée ou en cuir et parfois avec une jaquette (cover). Le dos de la reliure peut être soit arrondi comme sur la photo soit carré, c'est-à-dire plat. Ce second style est généralement utilisé pour des catalogues, des inventaires, etc.

Un livre relié est plus lourd qu'un livre broché équivalent et plus résistant et il n'y a aucun risque que les pages se détachent. Même manipulé régulièrement, il peut se conserver en l'état pendant plusieurs siècles si nécessaire, ce qui fait tout le charme des vieux livres et des livres rares reliés.

En revanche, la plupart des livres ordinaires sont proposés en édition brochée ou même souvent collée avec un dos carré (plat), une couverture souple et des cahiers collés (paperback). La différence est que dans une reliure collée, les cahiers sont coupés, toutes les feuilles sont donc indépendantes et collées à chaud sur le dos du livre. L'inconvénient est que pour peu qu'on ouvre trop fort le livre et qu'on croque le dos ou qu'on le manipule souvent, des pages volantes peuvent se détacher. La colle classique est également sensible à la chaleur et vieillit mal (d'où les craquements qu'on entend parfois en ouvrant certains vieux livres). Heureusement, la plupart des éditeurs (imprimeurs) utilisent aujourd'hui une colle beaucoup plus stable et résistante en polyuréthane appelée PUR qui réduit fortement le problème des pages volantes et qui est même recommandée pour l'édition des catalogues et des magazines à grand tirage.

L'avantage d'un livre broché ou collé est qu'il est d'abord moins cher que l'édition reliée. Il est également plus léger et plus souple et donc plus facile à manipuler. C'est aussi souvent la seule manière d'acquérir à peu de frais une copie d'un livre rare réédité en masse ou de publier un livre à compte d'auteur.

Enfin, il y a l'édition de masse représentée par le format de poche caractérisé comme son nom l'indique par un format réduit (in-12° ou 16-19.9 cm de hauteur), un dos carré et des cahiers coupés collés à chaud sur le dos du livre. Inconvénient, outre le risque d'avoir des pages volantes, la plupart des illustrations ont disparu, la police de caractères est parfois très petite et la qualité du papier est parfois très ordinaire pour réduire le prix de fabrication.

L'intérêt de ces différentes reliures est qu'en passant du livre relié grand format avec jaquette au format de poche collé, le prix du livre peut-être divisé par six voire davantage d'occasion et est accessible à tous. En revanche, à part le texte, la qualité n'est pas conservée. De plus à la revente, un livre broché ou collé a encore moins de valeur qu'un livre relié.

Ainsi, le livre "Pale Blue Dot" de Carl Sagan présenté ci-dessous fut publié en 1994 chez Random House en version reliée avec jaquette puis brochée (paperback) en 1995 et contenait en moyenne une photo par page (1ere et 2e images ci-dessous). Cette abondante illustration fut malheureusement retirée dans l'édition collée de 1997 publiée en masse chez Ballantine Books (3e image ci-dessous). L'éditeur ne l'a pas signalé autrement qu'en considérant qu'il s'agissait de la deuxième édition et en ajoutant une publicité concernant ce bestseller sur la couverture souple.

Edition reliée 1994

Random House

Edition brochée 1995

Random House

Edition de masse 1997

Ballantine Books

On observe une perte de qualité similaire avec livres en format électronique (par exemple Kindle d'Amazon) où dans la plupart des cas les illustrations des ouvrages sont tout simplement illisibles rendant la lecture difficile (par ex. "Le roman du Big Bang" de Simon Singh en format Kindle). Cette façon de vendre sans mettre le client en garde n'est pas honnête.

C'est la raison pour laquelle la consultation de WorldCat ou d'une bibliothèque est très utile pour identifier toutes les éditions existantes. Les souscripteurs à WorldCat peuvent également ajouter des critiques et des bibliographies sur les ouvrages de bibliothèques.

Enfin, notons que dans le descriptif des livres d'occasion, en général les vendeurs ne font pas la différence entre une reliure brochée et collée et classent tous les livres de ce type comme "brochés". Certains ne mentionnent même pas le type de reliure des livres anciens, supposant sans doute que chacun sait qu'il s'agit de livres reliés. Or déjà au début du XIXe siècle beaucoup de livres étaient simplements brochés. Quant aux vendeurs privés, il y a encore beaucoup de personnes qui ne font pas la différence entre un livre relié et broché et ignorent qu'il existe des reliures collées. Ce sont autant de détails qui valent la peine de se faire préciser par le webmarchand ou le vendeur particulier avant de passer commande.

Après avoir sélectionné le vendeur et trouvé le livre recherché, quelques surprises peuvent encore attendre le futur client et la valse des prix n'est pas la moindre. C'est l'objet du prochain chapitre.

Prochain chapitre

La valse des prix

Page 1 - 2 -


[1] En 2016, Babelio proposait les descriptifs et bien souvent de critiques rédigées par ses membres de plus de 120000 livres dont plus de 80000 romans, 16000 livres sur l'histoire, 5000 sur les sciences appliquées, 4400 sur la philosophie, 3000 biographies, 1700 sur la médecine, 1300 sur les sciences politiques, 760 sur l'astronomie, 400 sur la physique, 250 sur la biologie et 400 sur les sports parmi d'autres thèmes.


Back to:

HOME

Copyright & FAQ