Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

Peekskill & Lugo

C. L'objet parent (II)

Sur base de mesures radioisotopiques réalisées par l'équipe de M.Graf, l'objet original de Peekskill devait avoir un diamètre de 0.5 à 1 mètre, ce qui donne pour un corps sphérique une masse comprise entre 2 et 15 tonnes, voire de l'ordre de 20 à 25 tonnes si on se fonde sur certains principes aérodynamiques.

Cet objet rencontra la Terre quelque 41 jours après son passage au périhélie. A 40 km près cette météorite nous aurait évité.

Orbites des météorites

Paramètres orbitaux

Demi-grand axe

1.49 UA

Excentricité

0.41

Distance au périhélie

0.886 UA

Argument du périhélie

308°

Long.du noeud ascendant

17.030°

Inclinaison

4.9°

Période orbitale

1.82 ans

A gauche, l'orbite de la météorite de Peekskill (PK) comparée à celle des météorites de Lost City (LC), Innisfree (IN) et Pribam (PR). Les axes sont graduées en UA. Le symbole g indique la direction du point Vernal. A droite les paramètres orbitaux du corps parent. L'erreur sur les termes est d'environ 2 fois la déviation standard. Ce facteur a été introduit pour tenir compte d'erreurs systématiques non corrigées. Documents TH-BO

L'événement de Lugo

Le 10 janvier 1993 un bolide de magnitude -23, presque aussi brillant que le Soleil (magnitude -27), traversa le Nord de l'Italie et explosa à hauteur de Lugo (Emilia Romagna). Déjà exceptionnel par sa brillante, l'explosion équivalente à 14 kT d'énergie soit un peu plus de 1014 Joules généra des ondes de choc qui ont été enregistrées par 6 stations sismiques locales. L'objet devait avoir une taille comprise entre 3 et 5 m de diamètre mais il pouvait être dix fois plus grand s'il était très léger.

Nous ne disposons d'aucune image de ce phénomène mais uniquement des séismogrammes qui révèlent l'amplitude du phénomène.

Le bolide de Lugo vient d'exploser à quelques kilomètres d'altitude. Par l'ampleur de la détonation l'onde de choc vaut bien celle d'un impact météoritique ! Document TH-BO.

Après recoupements et analyses on peut conclure aujourd'hui que le corps fut probablement une chondrite carbonée de faible densité et très poreuse, ressemblant assez bien à l'astéroïde 253 Mathilde (densité 1.3). On est arrivé à cette conclusion du fait que le bolide a violemment explosé en haute altitude, plus haut qu'à l'ordinaire, en une seule fois et sans se fragmenter.

Comme indiqué sur le schéma ci-dessous, il est probable que sa porosité (dessin 1) a agit comme une enceinte close accroissant l'efficacité de l'explosion. L'ablation de sa surface pendant la friction atmosphérique (dessins 2-3) a mis à nu les cavités internes du bolide (clathrates) qui ont augmenté le freinage aérodynamique et généré une décélération soudaine (dessin 4). L'énergie cinétique s'est alors rapidement transformée en chaleur (dessin 5) sous la contrainte de laquelle le bolide explosa, pulvérisant tous ses constituants et formant une boule de feu constituée de plasma mêlé de poussières (dessin 6). L'onde de choc a vraisemblablement touché le sol dans la seconde qui suivit et s'est rapidement propagée à quelques kilomètres alentour.

Scénario de l'explosion du bolide de Lugo. Document Roberto Baldini.

Retour aux Histoires d'impacts

Page 1 - 2 -


Back to:

HOME

Copyright & FAQ