Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

 

 

 

 

Les émulsions photographiques au banc d'essai

Quels sont les meilleurs films pour l'astrophotographie ?

Cet article dédié à la photographie argentique fut rédigé à la fin des années 90' et mis à jour jusqu'en 2005. Il restait d'actualité à une époque où les caméras CCD et les APN entraient à pas feutrés dans l'univers de l'astrophotographie mais n'étaient pas encore aussi performants qu'aujourd'hui.

Ce document décrit des tests aujourd'hui obsolètes car la plupart des émulsions citées ne sont plus fabriquées. Cet article est donc proposé en tant qu'archive. A ce titre, le texte original n'a pas été modifié.

Décennie après décennie de nouveaux films apparaissent sur le marché. Les uns remplacent des produits anciens pourtant performants, les autres se créent une réputation lorsqu'ils n'usurpent pas celle des émulsions qu'ils remplacent sans apporter d'amélioration.

La chimie des émulsions nous permet aujourd'hui d'utiliser des films standards dans des conditions d'éclairement qui imposaient encore dans les années '70 une hypersensibilisation pour faire échec à l'effet Schwarzschild.

De moins en moins de clichés sont donc réalisés avec des films couleurs hypersensibilisés au gaz H/N dont l'efficacité quantique et la finesse des grains s'améliorent tous les jours.

Jusqu'en 2004, ce kit H/N gardait toute son utilité pour hypersensibiliser le film Kodak TP2415 noir et blanc réputé pour la finesse de son grain, mais qui n'est plus commercialisé.

Voyons quels sont les films recommandés par les amateurs ayant testé la plupart des émulsions négatives et inversibles.

Robert Reeves a testé en laboratoire la plupart des films du marché et a comparé leurs sensibilités spectrales, leur réponse aux faibles lumières ainsi qu'à l'effet Schwarzschild et propose le classement suivant :

Test de 12 films Ilford et Kodak noir et blanc non hypersensibilisés :

- 1er : Ilford HP5 Plus, 400 ISO, excellente sensibilité au rouge (660 nm) et au bleu (470 nm) et un échec modéré à la Loi de réciprocité

- 2e  : Kodak T-400, 400 ISO, courbe spectrale similaire à l'Ilford mais contraste général inférieur.

- 3e  : Kodak T-MAX 400, 400 ISO, se rapproche de l'Ilford mais réagit un peu plus lentement aux faibles lumières

Test de 19 films négatifs couleurs Fuji et Kodak non hypersensibilisés :

- 1er : Fuji Superia X-TRA 800, 800 ISO, (ancien Super G 800 Plus), excellente sensibilité au rouge et très faible effet Schwarzschild

- 2e  : Kodak Ektapress PJ-400 (ancien PJM-2 ou PJM 640), 400 ISO, dominante tirant sur le jaune

- 3e  : Kodak MPZ, 1000 ISO, n'atteint que 75% de sa sensibilité au bout de 2 minutes d'exposition.

NB. Le Kodak Pro 400 (PPF-2) de 400 ISO était placé 3eme dans ce test mais ce film n'est plus commercialisé.

Test de 14 films inversibles couleurs Fuji et Kodak non hypersensibilisés :

- 1er : Kodak Elite Chrome 200, 200 ISO, meilleur contraste, kit de développement disponible (E-6), meilleure réciprocité dès la 8-10eme minute

- 2e  : Kodak Elite Chrome 400, 400 ISO, n'atteint que 66% de sa sensibilité au bout de 2 minutes d'exposition.

- 3e  : Fuji Sensia II 400, 400 ISO, dominante tirant légèrement vers le vert

NB. Le fameux Fuji Velvia 50 de 50 ISO de faible sensibilité n'est pas recommandé pour les faibles lumières suite à une forte dominante jaune alors que tous les autres films inversibles, mêmes s'ils présentent de légères dominantes jaune ou verte sont "acceptables".

Jerry Lodriguss a testé sur les objets du ciel profond 9 films couleurs ainsi que le Kodak TP2415, dont certains hypersensibilisés au gaz H/N. Il a effectué les mêmes comparaisons que Robert Reeves sur base d'une exposition de 5 minutes et propose le classement suivant :

- 1er : Kodak Ektapress PJ-400 normal, présente une excellente réponse au rouge (et au bleu) même exposé durant 45 min. à f/8, sans pour autant présenter de latitude particulière lors de sur et sous-exposition (pas meilleure qu'un autre film négatif couleur)

- 2e  : Fuji Superia X-TRA 800, 800 ISO, (ancien Super G 800 Plus) normal, convient pour les objets bleutés, grain fin et image très nette

- 3e  : Kodak Ektachrome E200 normal, grain fin et bonne stabilité des couleurs avant exposition, film professionnel.

Jerry Lodriguss donne aussi une très bonne cote au Kodak Pro 400 (PPF-2) hypersensibilisé mais il n'est plus commercialisé.

En noir et blanc le film TP2415 hypersensibilisé restait jusqu'il y a peu le maître-choix. Le voile atteignait une densité de 0.4 et il présentait un excellent contraste. Malheureusement, comme nous l'avons dit le TP2415 n'est plus commercialisé non plus... Kodak suggère l'utilisation du T-MAX 100.

Rappelons qu'en général l'intensité du fond du ciel d'un film inversible couleur est deux fois plus importante (1.0) que celle d'un négatif couleur (0.5). 

NGC 7635 photographiée au foyer d'un télescope Ritchey-Chrétien de 810 mm f/7.2 équipé d'un boîtier Nikon F4 avec loupe de mise au point. A gauche, enregistrée sur Fuji Provia 400 en 140 minutes de pose. A droite, enregistré sur Kodak Ektachrome E200 Pro en 75 minutes de pose. Documents Jim Misti.

Don Westergren a testé 22 films couleurs négatifs hypersensibilisés et conclut :

- 1er : Kodak Royal Gold 200, 200 ISO, hypersensibilisé 36h à 30°C, bon à excellent, rouge et vert plus prononcés que le Kodak PPF-400

- 2e  : Kodak Ektrapress PJ-400, 400 ISO, hypersensibilisé 12h à 30°C, bon, surtout lorsque le film a été hypersensibilisé depuis un certain temps (4 à 22 mois). Il présente un meilleur rendu qu'un film fraîchement hypersensibilisé

- 3e  : Kodak Pro 400 (PPF), 400 ISO, excellent pour un film non hypersensibilisé, l'hypersensibilisation améliore peu ses performances (mais ce film n'est plus commercialisé).

Enfin, Jim Misti a testé deux films inversibles sur le ciel profond en les poussant au double de leur sensibilité :

- 1er : Fuji Provia 400, 400 ISO +2

- 2e  : Kodak Ektachrome E200, 200 ISO+2.

Pour des expositions supérieures à 17 minutes, le Fuji Provia 400 présente des couleurs très uniformes et donne un meilleur rendu que le film de Kodak E200 qui perd progressivement sa sensibilité au bleu.

Il concède toutefois que le Kodak E200 donne de meilleurs résultats sur tous les objets à dominante rouge telles que les nébuleuses d'émission, tandis que le Fuji Provia 400 convient mieux aux objets à dominante bleue, comme les nébuleuses de réflexion. Le Fuji enregistre également plus de faibles détails dans les galaxies bien que le Kodak E200 enregistre mieux les régions brillantes extérieures rendant l'image généralement plus esthétique.

Sur les amas d'étoiles, les deux films sont équivalents bien que sur le Kodak E200 toutes les étoiles très pâles virent au rouge, ce qui est probalement le signe d'un échec à la Loi de réciprocité.

En guise de conclusion

En conclusion, la nouvelle génération de films couleurs de Kodak présente une excellente réponse au bleu et au rouge et devrait supporter une exposition de 4 heures à f/8 (20 min à f/2.8). Un conflit d'opinion subsiste toutefois concernant les performances du Fuji Superia X-TRA 800 (non hypersensibilisé) que certains continuent à considérer comme un Super G 800 Plus porté par sa réputation. Mais la nouvelle émulsion présente à mon avis une bien meilleure réponse au rouge et mérite une place de choix dans notre classement.

Il est heureux de constater que deux auteurs indépendants, l'un effectuant des mesures en laboratoire, le second un test concret sur le ciel, s'accordent pour considérer que les meilleurs films couleurs en négatifs pour le ciel profond sont le Kodak Ektapress PJ-400 (arrêté en 2003) et le Fuji Superia X-TRA 800.

En inversible et pour des sensibilités élevées on choisira de préférence le Kodak Elite Chrome 200 ou l'Ektachrome E200. Dans les autres conditions de lumière, il ne faut toutefois pas oublier l'excellente réponse chromatique et le grain très fin du Fuji Velvia 50. Notons qu'il a été remplacé par le Fuji Velvia 100 offrant un grain encore plus fin (RMS de 8 contre 9 pour le 50 ISO).

En noir et blanc, à défaut de Kodak TP2415, il nous reste l'Ilford HP5 Plus de 400 ISO et le Kodak T-MAX 400 non hypersensibilisés.

Afin de respecter les droits d'auteurs et pour éviter toute redondance d'information, consulter les sites webs des auteurs pour les détails et les photographies comparatives.

Vous trouverez également des réponses à vos questions d'astrophotographie en vous inscrivant à la mailing list américaine APML (arrêtée).

Retour aux Rapports techniques


Back to:

HOME

Copyright & FAQ