Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

 

 

 

 

Celestron NexStar 4" contre NexStar 5"

Rapport d'évaluation technique

Profitant des progrès de l'informatique, en 1996 Celestron lança une nouvelle série d'instruments astronomiques portables, la série NexStar, dite "GoTo", dont tous les modèles sont équipés d'une raquette de commande électronique et d'une base de données de plusieurs milliers d'objets célestes.

Si cette électronique embarquée chagrine les puristes, en général les amateurs l'accueillent chaudement car son utilité est évidente. En moins d'une minute, même en ignorant tout du langage du ciel vous pouvez observer des galaxies, des nébuleuses, des étoiles multiples dont vous ne soupçonniez même pas l'existence. Sans connaître leurs coordonnées, vous trouverez aisément Mars, Saturne ou Uranus et même des satellites artificiels ou des astéroïdes si vous avez pris le temps d'encoder leurs paramètres orbitaux dans la base de données. L'évolution technique est séduisante et tous les constructeurs l'ont aujourd'hui compris, de Vixen à Meade en passant par Astro-Physics, JMI et consorts.

Cette nouvelle série NexStar comprend tant des lunettes achromatiques que des télescopes en configuration Newton, Schmidt-Cassegrain ou Maksutov-Cassegrain, une manière efficace de concurrencer les autres géants du marché.

Outre les petites lunettes Celestron de 60 ou 80 mm d'ouverture dont la vocation est surtout l'initiation et l'observation de la nature, deux modèles de cette série se ressemblent et méritent un instant d'attention, il s'agit des NexStar 4" et 5" de respectivement 102 et 127 mm d'ouverture dont les prix aux Etats-Unis oscillent entre 900$ et 1199$ (1100 € et 2100 € en Europe).

A télécharger : Manuel du NexStar 4 - Manuel du NexStar 5 SE - NexStar 5 Manual

Les deux catadioptriques portables au banc d'essai

NexStar 4"

NexStar 5"

- Diamètre 102 mm

- Optique Maksutov-Cassegrain

- Longueur focale 1325 mm

- Rapport focal f/13

- Résolution (Limite de Dawes) 1.17"

- Poids de 5.5 Kg

- Longueur du tube optique 35 cm

- Ménisque correcteur traité sur les 2 faces

- Obstruction de 40 %

Prix : env. $900 ou 1100 €

- Diamètre 127 mm

- Optique Schmidt-Cassegrain

- Longueur focale 1250 mm

- Rapport focal f/10

- Résolution (Limite de Dawes) 0.91"

- Poids de 8 Kg

- Longueur du tube optique 28 cm

- Lame de fermeture traitée sur les 2 faces

- Obstruction de 40 %

Prix : env. $1200 ou 2200 €

Accessoires standards

- Oculaire SMA de 25 mm Multicouche (53x)

- Coulant de 31.75 mm

- Système Flip mirror

- Base de données de +4033 objets célestes

- Déplacement jusqu'à 4°/ sec

- Mode altazimutal ou équatorial

- Oculaire Plössl de 25mm Multicouche (50x)

- Coulant de 31.75 mm

- Miroir de renvoi à 90°

- Base de données de 18473 objets célestes

- Déplacement jusqu'à 6.5°/ sec

- Mode altazimutal ou équatorial

- Port série RS-232

- Chercheur laser Star Pointer (gross.1x)

- Mise au point par déplacement du miroir principal

- Barillet arrière fileté pour support photographique

- Visual Back au diamètre de 31.75mm

- Logiciel The Sky v1

- Raquette de commande informatisée avec fonction GoTo

- 9 vitesses de poursuite

- Adaptateur pour batterie 12V ou alimentation sur piles AA

- Base avec plots en caoutchouc

- Trépied robuste optionnel

Les deux télescopes testés sont des optiques catadioptriques, une catégorie très courtisée en raison de son faible encombrement. En effet, bien que la longueur focale du NexStar 5 soit de 1250 mm, le tube optique est trois fois plus court, mesurant à peine 40 cm car la lumière est réfléchie 2 fois à l'intérieur du tube avant d'atteindre l'oculaire.

Si l'idée est ingénieuse cette configuration offre cependant certaines contraintes : le poids et la qualité optique de la lame de fermeture sont des critères à considérer car l'insertion d'un troisième élément optique signifie que si les maîtres-opticiens disposent de trois degrés de liberté pour réduire les aberrations (lame de fermeture, miroir primaire concave, miroir secondaire hyperbolique) cette lame entraîne également l'apparition de nouvelles aberrations telles l'astigmatisme, la courbure de champ et même un tout petit peu de chromatisme.

Ainsi que nous l'avons expliqué dans la page anglaise consacrée à l'aberrations de coma, ces "catas" sont en général très bien corrigés, bien que dans le cas présent, vu leur prix et la production en masse, le miroir secondaire de ces deux instruments n'est pas corrigé pour l'aberration de sphéricité tandis que la lame de fermeture génère une très légère aberration chromatique mais heureusement pratiquement invisible.

NexStar 4 et NexStar 5

Deux catadioptriques de conceptions différentes

Il faut enfin savoir qu'à court rapport focal, sous f/7 environ, tous les SCT présentent une aberration de coma. C'est ici qu'intervient le réducteur-correcteur f/6.3 qui non seulement ouvre le champ du SCT et réduit le temps de pose mais aplanit également le champ de courbure en rejetant la plus grande partie de la coma à bonne distance du champ couvert par les oculaires. N'oubliez surtout pas cet accessoire si vous avez l'intention d'observer des nébuleuses ou des champs stellaires très étendus (le champ couvert dépasse 2° avec un oculaire de 32 mm sur le NexStar) ou si vous pratiquez l'astrophotographie.

A consulter : Caractéristiques des oculaires (fichier Excel)

Quel oculaire choisir ?

Voyons à présent quelles sont les performances de ces deux instruments et ce qui les différencie.

Le NexStar 4 est sans conteste plus compact que le Nexstar5 et nettement plus léger. Il se transporte aisément dans un bagage à main, le NexStar 5 étant à la limite d'être accepté au contrôle d'embarquement de certains aéroports. Comme le NexStar 5, le 4" est fait dans le même métal prémoulé, gage de solidité si on le compare aux modèles concurrents.

La base des deux instruments est alimentée en 12 V mais compte tenu de la consommation des piles on a avantage à remplacer les 8 piles par des batteries rechargeables ou même par une petite batterie externe de quelque 5 ampères car en l'espace de 5 heures les piles du NexStar 5 sont vidées lors d'un balayage du ciel sur les 2 axes. Le NexStar 4 n'est pas beaucoup moins économe.

L'optique du NexStar 4, Maksutov-Cassegrain, s'avère très bonne et atteint une excellente résolution planétaire. L'image est très nette y compris sur les galaxies les plus brillantes. Il perd toutefois quelques détails en raison de son diamètre inférieur. 

Certains amateurs ont dit avoir observé des halo autour des objets, phénomènes qui variaient en fonction de la mise au point, mais bien présents au point focal, même lorsque le disque d'Airy était visible et bien symétrique. La plupart des "experts" pensent qu'il s'agit de réflexions internes, d'autres parlent de traces d'humidité car les amateurs ne prennent pas toujours le temps de mettre leur instrument en température (l'acclimater à la température extérieure). Il est cependant plus probable qu'il s'agit de traces de peinture à l'intérieur du tube, ce dernier étant sombre (on ne l'a pas ouvert mais observé avec une torche). 

La mise en station du NexStar 4 est simple, identique à celle du NexStar 5. S'ils présentent tous deux la même difficulté pour l'alignement initial du viseur laser, une fois réalisée on se demande comment on a pu utiliser un viseur optique traditionnel.

Comme tous les Cassegrain, la mise au point s'effectue par déplacement du miroir principal. Il y a un léger décalage de l'image lorsqu'elle est mis au point en raison du poids du miroir et de l'orientation du télescope mais le phénomène n'est pas gênant.

Sur les deux modèles NexStar la lecture des informations sur la raquette GoTo n'est pas toujours facile, surtout la 2eme ligne car la vitesse de défilement du texte LCD n'est pas contrôlable. Enfin, comme tous les moteurs Celestron celui du NexStar 4 fait pas mal de bruit quand il balaye le ciel à grande vitesse. Il est aussi plus lent que celui du NexStar 5 et la mécanique semble moins précise que celle du 5". Certaines données ne sont pas mémorisables (le backlash ou filé sur les axes) et cela peut être un handicap si vous observez tous les jours.

Ce qui différencie surtout les deux modèles est le fait que le NexStar 4 utilise le système "flip mirror" pour assurer la transition vers l'oculaire, un dispositif assez contraignant mais spécialement conçu pour la photographie qu'on retrouve chez certains concurrents tel Meade. Ici le NexStar 5 se démarque car il utilise un véritable miroir de renvoi à 90° au coulant de 31.75 mm.

Comme le NexStar 5, le modèle de 4" ne dispose pas d'embrase photo sur le tube optique mais il accepte tout bracelet de fixation permettant de fixer un appareil photo en parallèle (piggyback). Son barillet arrière accepte par ailleurs les accessoires standards du marché au diamètre de 31.75 mm (1.25") et est donc adapté pour la photographie au foyer.

Si le NexStar 4 est très bon visuellement, il n'est pas destiné à la photographie quoique l'on puisse certainement faire des merveilles avec ce petit portable. L'observation des galaxies pâles n'est pas à son programme, bien que paradoxalement elles soient listées dans sa base de données; ce n'est après tout qu'un 100 mm f/13 qui atteint à peine la 12eme magnitude visuellement. Toutefois les satellites de Jupiter sont bien visibles ainsi que la division de Cassini dans l'anneau de Saturne. Des objets tels M42, M13, M31 et même son satellite M32 (magn. 8) ont été observés sans problème particulier.

Si vous désirez pratiquer l'astrophotographie dites-vous bien que le NexStar 5 est plus adapté du fait qu'il n'utilise pas de flip mirror, qu'il est un peu plus lourd et assure un meilleur suivi des astres. Ceci dit, ce n'est pas ce qui se fait de mieux pour l'astrophotographie car l'entraînement n'est assez précis pour réaliser de longues poses sans guidage.

Performances théoriques 

des instruments d'astronomie amateur

(formule de Rayleigh tenant compte de la diffraction)

Diamètre

de l'objectif 

Magnitude

visuelle limite

Pouvoir

séparateur

Grossissement

maximum

50 mm 10.2 2.5"

125x

60 mm 10.9 2.0"

150x

80 mm 11.2 1.5"

200x

100 mm 12.0 1.1"

250x

125 mm 12.5 0.9"

312x

150 mm 13.8 0.8"

375x

200 mm 14.4 0.6"

500x

250 mm 14.8 0.5"

625x

300 mm 15.5 0.4"

750x

400 mm

16.0

0.3"

900x

En pratique, à travers une atmosphère légèrement turbulente, le pouvoir séparateur peut être multiplié par 2 ou plus (PS~2" pour un 125 mm). Par une nuit sans Lune, très claire et l'objet très haut sur l'horizon vous pouvez gagner environ 0.5 magnitude sur la valeur indiquée. En région urbaine ou suburbaine où les conditions ne sont pas idéales (turbulence, pollution, etc), vous atteindrez difficilement les valeurs indiquées. Vérifier vos valeurs sur la calculette de magnitude.

Impression finale

S'il me fallait choisir entre les deux télescopes, je prendrais en considération les critères suivants :

- Le prix inévitablement

- La qualité optique

- La qualité mécanique

- Les fonctions logicielles

- La puissance de résolution.

Globalement, même si Messier ne disposait pas de tels instruments quand il compila sa liste des objets célestes, le NexStar 5 est mon maître-choix pour son ouverture supérieure, son champ légèrement plus lumineux, sa robustesse, sa plus haute précision et son système porte-oculaire standard.

Ceci dit, si vous disposez d'un budget plus modeste, Tasco a sorti aux Etats-Unis un modèle StarGuide 4 en tous points similaire au NexStar 4 et 40 % moins cher... Même optique, même système de flip mirror, même contrôleur et même base de 4033 objets célestes. Les différences se situent dans les oculaires (MA au lieu de SMA) et la boîte de transport (et la couleur) fournis avec les deux instruments...ainsi que dans la (moins bonne) réputation de la marque. Avis aux amateurs éventuels. Vous pouvez également vous reporter sur une lunette à tube court.

Si vous achetez un NexStar 4, remplacez les oculaires MA et SMA par des Plössl, de facture nettement supérieure et bien plus lumineux. Vous y gagnerez en clarté, en contraste et en largeur de champ sans que cela ne fasse exploser votre budget.

Enfin, certaines promotions vous permettent d'acquérir ces modèles avec un trépied plus robuste et un oculaire supplémentaire pour le même prix. On peut également remplacer le renvoi à 90° par un modèle en aluminium et diélectrique et acheter un trépied plus robuste en option ou fixer la base sur des trépieds en acier de marques concurrentes.

Pour finir sachez que pour le prix du NexStar 4 (900$, 1100 €) vous pouvez également acheter un Meade ETX 125. Mais la comparaison s'arrête ici.

Consulter le comparatif

Meade ETX 125 contre Celestron NexStar 5

Du fait de leur faible encombrement et leur puissance respectable, ces deux télescopes intéresseront certainement les astronomes amateurs occasionnels et les voyageurs au long cours épris d'astronomie, mais également les amoureux de la nature qui trouveront dans ces optiques des instruments versatiles très agréables à utiliser. Il est d'ailleurs recommandé parmi les petits instruments polyvalents à tube court.

Les nouveaux modèles

Depuis le lancement des NexStar 4 et 5, Celestron a sorti un NexStar 4SE (Special Edition) ainsi que deux variantes du NexStar 5, le NexStar 5i en 2002 présentant un OTA couleur champagne, d'un système GoTo, de ports auxilliaire et autoguide dans la base, d'une base de 40000 objets, d'un meilleur système de poursuite et d'une option GPS. Il fut remplacé en 2003 par le NexStar 5SE (Special Edition) de 125 mm de diamètre présentant un OTA orange comme on le voit à droite. A l'époque le N5SE était proposé à 1049 € ttc avec un oculaire de 25 mm (cf. ce tutoriel en anglais sur YouTube).

Si depuis cette époque les prix ont peu changé, le constructeur américain s'est rattrapé sur les coûts de fabrication et les accessoires. En effet, si les NexStar 5 et 5i sont de fabrication américaine, depuis 2005 et le rachat de Celestron par Synta, le NexStar 5SE est fabriqué en Chine (Taiwan). On y reviendra à propos de l'histoire de Celestron. Point positif, son OTA est livré avec une queue d'aronde Vixen et la lame de fermeture dispose d'un revêtement StarBright XLT transmettant jusqu'à 16% de lumière supplémentaire. Fort de son succès incontesté, en 2013 le NexStar 5SE remporta le prix "Telescope of the Year".

Pour plus d'informations

Celestron

Manuel du NexStar 4 (PDF de 3.3 MB)

Manuel du NexStar 5 SE (PDF de 3.2 MB)

NexStar 5 manual (PDF de 2 MB)

NexStar egroups

Les sites webs des constructeurs et des revendeurs (cf mes 1001 liens, rubrique Manufacturers).

Retour aux Rapports techniques


Back to:

HOME

Copyright & FAQ