Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

Le polymorphisme du monde

Quelques spécimens de la ménagérie de "Star Wars". Pourquoi pas, mais cela reste du domaine de la fiction.

Du système nerveux central à l'intelligence (IX)

Devant le fabuleux éventail des biotopes existant sur Terre et l'extraordinaire variété des organes sensoriels qu'ont développé les organismes, on comprend aisément qu'il est pratiquement impossible de dresser le portrait d'un modèle d'écosystème extraterrestre sans verser dans la science-fiction; c'est déjà parfois de la "science-fiction" sur Terre quand on voit les moyens de détection et de défense active ou passive de certains créatures !

Nous savons d'expérience que tous les auteurs qui ont exploré ce thème se sont fourvoyés en créant des créatures chimériques, de la carotte pensante au lac visqueux ou au nuage noir intelligent.

Mais qu'en est-il de la ménagerie de Star Wars ou des créatures fantasques qu'ont rencontré les héros de Star Trek ? Nous sommes ici en pleine science-fiction et à mille années-lumière du débat scientifique !

Nous avons toutefois un autre bel exemple, très instructif cette fois, avec tout le zoo animalier que nous ont ramené les marins au long cours et les premières expéditions explorant les continents africain et américain. Sans parler de la nature humaine ou animale des "primitifs" qui souleva en son temps bien des questions, personne ne croyait au calmar géant, à la girafe, au zèbre ou à l'ornithorynque... Et pourtant il fallait se rendre à l'évidence, ces créatures vivaient sur Terre !

Alors imaginez ce que nous inventerions comme créatures fantasques habitant sur une autre planète, où les chaînes d'ADN n'auraient probablement aucune relation avec celles existants sur Terre, où le métabolisme de ces créatures ne serait peut-être pas basé sur l'oxygène, ni le sang, ni sur le sucre, etc... C'est difficile à imaginer et si vraiment ces terres du ciel sont peuplées de créatures, il nous faudra peut-être d'abord nous calmer et absorber une bonne dose de relativisme pour accepter l'improbable. Et ne parlons même pas de l'existence même de ces créatures qui se grefferait sur cette éventuelle découverte comme un sacrilège face au dogme religieux... Mais dame Nature a toujours le dernier mot.

Les facultés sensorielles

Du point de vue biologique, si une vie complexe existe ailleurs dans l'univers, aucune loi n'interdit que les organes de ces créatures développent des fonctionnalités monstrueuses ou proches des nôtres, présentant par exemple des organes moteurs dont les degrés de liberté seraient différents (mouvements télescopiques par exemple) ou des fonctions cognitives décuplées, liées à un environnement hostile ou un développement génétique plus abouti. Des organites peuvent posséder de véritables organes sensoriels. Ces êtres seront forcément mobiles, vestige du temps où ils chassaient leur nourriture.

Rappelons également que le phénomène de convergence de l'évolution introduit précédemment peut donner naissance à des créatures fantasques selon nos critères biologiques mais dont les facultés sensorielles seraient en tous point identiques aux nôtres ou aux créatures équipées de sixième sens que nous cotoyons. Comme nous l'avons dit, sur Terre nous avons bien des animaux comme le poulpe dont les yeux ont été formés à partir d'une transformation de l'épiderme alors que chez l'homme il s'agit d'une extension du cerveau. Dans les deux cas, deux créatures que tout différencie voient le monde de la même manière, en tirant profit d'un organe sensible à la lumière. Et vous conviendrez également que le poulpe est plutôt d'intelligent.

On peut donc imaginer rencontrer d'éventuels extraterrestres tout droit sortis d'un roman de science-fiction, muni d'antennes sur la tête ou d'autres appendices sensoriels dont le rôle serait identique à l'un de nos sens... Etonnante rencontre !

Les facultés sensorielles d'éventuelles créatures extraterrestres peuvent donc être aussi diversifiés et perfectionnés que les gadgets de James Bond. N'ayant malheureusement aucune preuve ni même le moindre indice allant dans ce sens, on peut s'intéresser au psychique de telles créatures et leurs facultés à appréhender la réalité. Verraient-elles le monde avec les mêmes yeux que nous et seraient-elles à même de comprendre notre questionnement sur la vie extraterrestre ? Difficile de répondre.

En attendant, nous pouvons déjà mesurer nos capacités de déduction et d'apprentissage face au monde qui nous entoure. L'étude comportementale des mammifères marins, des langues conceptuelles mortes des civilisations antérieures ou des fonctions de nos organes sensoriels rencontre déjà des difficultés d'analyse pour les personnes les plus intelligentes de notre planète, dont la structure biologique est pourtant identique à celle des êtres dont ils étudient les messages ! Comment imaginer dans ce cas notre premier contact avec une civilisation née en dehors du berceau de la Terre ? Quel sera notre comportement ? S'il n'est pas offensif, une attitude défensive ou bienveillante sera-t-elle comprise à sa juste valeur par nos visiteurs ? Nous mêmes, comprendrons-nous leurs intentions ?

En étudiant les mammifères, nous savons par exemple que le regard à un rôle social et transmet beaucoup de messages. Fixer un chien, un chat ou un chimpanzé dans les yeux, s'il ne vous connaît pas il y a beaucoup de chance qu'il vous saute à la gorge ! Même si vous ne l'avez pas menacé, dans son "langage" sensoriel le congénère qui soutient son regard signifie qu'il veut le dominer et donc prendre sa place dans le groupe avec tous les privilèges dû à son rang. Dans ce contexte on comprend mieux que son attitude ait été agressive...

A lire : Les facultés sensorielles

Quelle attitude adopter face au comportement inattendu voire hostile de nos éventuels visiteurs ? Sommes-nous prêt à toute éventualité ? Certainement pas. Faut-il s'en inquiéter ? Compte tenu de la faible probabilité d'un contact et de l'éloignement, ce risque est négligeable et de toute façon purement spéculatif. Dormez en paix...

Et comment un éventuel visiteur extraterrestre interprétera nos photographies, nos images d'art, nos sculptures...? Un dicton chinois dit qu'"une image vaut mille mots. Certainement et bien plus encore. Une image contient des informations que nous avons appris à reconnaître. Notre expérience et l'apprentissage, liés à nos facultés cognitives peuvent différencier les sujets ou les intégrer dans des structures symboliques. Mais ce que voit un être humain, tout être vivant le perçoit-il ? Nous savons que certains animaux sont plus habiles dans l'écholocalisation que l'observation visuelle (dauphins, chauves-souris), d'autres dans la détection des vibrations et du rayonnement infrarouge (serpents) ou ont une sensibilité rétinienne qui s'étend jusqu'aux ultraviolets (papillons, abeilles). La plupart ont une vue moins bonne que la nôtre. Cela a-t-il donc un sens de proposer des images à un extraterrestre dont on ignore tout des facultés sensorielles ?

Nous savons qu’un homme ayant subi un traumatisme crânien ou une séparation physique de ses hémisphères cérébraux peut voir ses facultés profondément altérées. Un animal conditionné dès sa naissance à ne voir que des lignes horizontales est incapable de discerner des traits verticaux[4] alors que la rétine de ses yeux et son cortex cérébral dispose des cellules de détection et d'analyse adéquates... A plus forte raison, il se pourrait que la Joconde dont les contours sont naturels mais présentés à plat et l'image peu contrastée soit tout sauf un portrait pour un extraterrestre. Peut-être éprouvera-t-il une émotion... Mais est-on certain qu'il verra le monde comme nous ? Comment peut-on dialoguer ? Comment procéder ?

Il y a bien sûr de fortes chances que notre visiteur sera capable d'appréhender les choses aussi bien si pas mieux que nous. Venant des profondeurs de l'espace, maîtrisant une technologie en avance sur la nôtre, nous serions très étonné de voir débarquer une sorte de reptile stupide ou un végétal a demi conscient bardé de gadgets. En faire l'hypothèse n'a probablement pas de sens.

L'être qui nous fera face sera intelligent, quelle que soit la forme de sa pensée, naturelle ou artificielle, il aura organisé sa mission, il sera probalement doté de sens et peut-être d'émotions.

En dépit des apparences

Dans tous les cas il sera prudent de ne pas sous estimer les facultés de notre visiteur malgré les apparences qu'il pourrait revêtir. Un androïde ou un cybord docile est a priori inoffensif mais mal utilisé il peut tuer et rien ne nous dit que son créateur ne construit pas d'armes. Mais n'ayons pas la paranoïa des extraterrestres belliqueux, tous ne ressemblent certainement pas aux créatures de Tim Burton réalisateur de "Mars Attacks !", au Terminateur T-1000 en métal liquide et autre Alien.

Ainsi que nous l'avons expliqué à propos des différents biotopes, il est en revanche raisonnable de penser que nos visiteurs feront partie d'une civilisation technologiquement avancée. Ils auront les "pieds sur terre" si l'on peut dire, ils seront munis de membres préhensiles (ou de tentacules, de pattes, de pinces, etc), et seront sans doute capables de manipuler avec précision les objets et de se déplacer de manière autonome.

Dans l'infirmative on voit mal comment ils pourraient développer une technologie; il leur sera difficile de piloter leur vaisseau spatial, à moins de le faire par télépathie ou par le truchement d'une interface adaptée. Mais ici encore, il a bien fallut construire le vaisseau ou cette interface. Et si ce n'est pas par lévitation ou d'autres facultés extrasensorielles, des équipes de techniciens ou des machines-outils ont bien dû s'occuper d'assembler les différents éléments et les tester.

Une blatte alien sortie de MIB; une monstruosité viable mais invivable.

Si on se tourne vers les organismes terrestres vivant ou non en société, mis à par l'homme rappelons que les fourmis, les termites, nos oiseaux tisserants, les poulpes ou certains mammifères, s'ils sont capables de fabriquer des nids douillets parfois sophistiqués et même ventilés, ils n'ont jamais construit autre chose que ce que leur dictait leur instinct.

La technologie se développe de consert avec l'évolution du cerveau mais également avec le développement des membres préhensiles. Et cela s'acquiert au cours du développement sur la terre ferme. Un poulpe ou un dauphin est très intelligent mais ils ont tous deux des facultés d'apprentissages limitées. Un chimpanzé nous ressemble plus mais il ne s'en sort pas mieux.

Il est donc peu probable que nos visiteurs habitent une planète gazeuse sans surface solide. Ils peuvent cependant être amphibies ou être munis d'ailes à condition qu'ils disposent en complément de membres préhensiles et d'un cerveau très développé. Ici encore la science-fiction regorge d'idées.

En nous basant sur les millions de formes de vie terrestres, on peut imaginer que toutes les créatures extraterrestres évoluées auront des membres locomoteurs et de préhension développés et ne ressembleront pas à des masses gélatineuses informes privées de membres et ressemblant à des limaces.

Toutefois, rien ne les empêche de développer des facultés biologiques extraordinaires (mimétisme, métamorphing, hermaphrodisme, etc), des pouvoirs extrasensoriels ou extralucides ou de tirer avantage de leur technologie pour améliorer leurs conditions de vie (greffes biomécaniques basées sur la nanotechnologie, intelligence artificielle, etc). Le sujet étant très intéressant mais très vaste également, nous reparlerons de tout cela dans d'autres articles.

Nous pouvons être heureux d'apprendre que même les chefs d'Etat abordent également ces thèmes : en 1987 MM.Reagan et Gorbatchev[5] se sont posés la question de savoir quelle serait leur attitude dans une telle situation, chacun en effet partageant des opinions variés sur la vie extraterrestre. Mais avant de connaître leur réponse et qu’un nouveau projet SETI ne soit envisagé, les astronomes se sont permis d'envoyer leurs premiers messages codés. Ecrits dans la langue de notre temps, illustrés d'images commentées en anglais, ils peuvent sembler en contradiction avec les propos émis ci-dessus. Le problème est qu'il faut choisir un support conceptuel. Parler javanais luxuriant, le langage binaire ou anglais, celui qui peut sonder l'espace peut traduire cette pierre de Rosette.

Pour plus d'informations

Sur ce site

La faculté d'adaptation

Les facultés sensorielles

Les modèles informatiques de l'évolution

La vie sous toutes ses formes

L'eau, l'or bleu

Sur Internet

Ten tiny but terrifying micro-monsters, Cosmos magazine

Science et Fiction, les dossiers du magazine "Pour la Science"

Société Française d'Exobiologie (SFE)

Ressources en biochimie (CHH-PS)

Darwin Centre at NHM

Vidéos et animations

Emission sur la vie extraterrestre Partie 1, Partie 2, Partie 3, Partie 4 (diffusée sur Geographic Channel puis en français sur Arte)

Extraterrestrial (Animations sur le site du National Geographic)

Illustrations

Graham Conrad - Bob Eggleton - Marilynn Flynn - David A.Hardy - Mark Riddell

Nate Ryan - Gary Tonge - Keoma - MikeGX - SkyBlueHope

Retour à SETI

Page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9


[4] D.Hubel, “Eye, brain and vision”, Scientific American Library Series #22, 1988.

[5] Discours officiel de Gorbatchev au Kremlin diffusé le 16/2/1987. Un second discours similaire fut diffusé en 1988.


Back to:

HOME

Copyright & FAQ