Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

 

Eris, la déesse grecque du chaos et de la discorde

Une planète naine

Le 21 octobre 2003, soit officieusement trois semaines avant la découverte de Sedna, une nouvelle planète naine fut découverte aux confins du système solaire. Ce n'est que le 8 janvier 2005, après avoir laissé le temps aux professionnels d'analyser les données et confirmer notamment sa masse, son diamètre et ses paramètres orbitaux, que la découverte fut officiellement annoncée. Elle sera publiée dans la Circulaire UAI 8577 le 29 juillet 2005 (IAUC 8577 par souscription).

Eris, la déesse de la discorde porte bien son nom. Elle fut tout d'abord cataloguée sous le N° S/2005 2003 UB313, considérée comme la "10e planète" puis officieusement appelée Xéna, avant d'être officiellement baptisée Eris en septembre 2006.

Inférée à partir des mesures de sa brillance et de sa signature thermique, on estime qu'Eris présente un diamètre d'environ 2326 km, presque ausi grande que Pluton (2370 km) et donc plus petite que la Lune (3476 km). A ce jour, c'est l'objet le plus grand découvert dans la Ceinture de Kuiper.

Sa masse a été réévalue en 2007 à 1.27 fois celle de Pluton, ce qui représente 0.22 % de celle de la Terre et 25 % de celle de la Lune.

A gauche, Eris et Dysnomie découverte le 10 septembre 2005 grâce au télescope Keck II installé à Hawaii. Moitiée plus grande que Pluton et 1.27 fois plus passive, Eris partage avec lui la même composition superficielle, la même teinte et la même température glaciale. Dysnomie présente un diamètre 7 fois plus petit que celui d'Eris, soit environ 325 km. A droite, dessin artistique de Eris et sa lune Dysnomie perdues à plus de 5.8 milliards de kilomètres du Soleil au périhélie. Cette illustration fut publiée sur APOD. Documents Keck Obs. et T.Lombry.

Eris fut découverte par Michael Brown de Caltech, Chad Trujillo de l'Observatoire Gemini de Mauna Kea et David Rabinowitz de l'Université de Yale grâce au télescope Samuel Oschin de 1.20 m du mont Palomar.

Ce télescope qui fut utilisé par Edwin Hubble est une chambre de Schmidt spécialisée dans la photographie de vastes champs stellaires. En 2003, elle était spécialement équipée de la caméra QUEST. Mise au point par les Laboratoires Sarniff, il s'agit d'un système constituée d'une mosaïque de 112 caméras CCD (4 rangées de 28 CCD) de 2400x600 pixels de 13x13 microns chacune. L'ensemble mesure 25x19.5 cm et couvre un champ de 3.6 x 4.6°, soit 66 fois la surface apparente de la Lune ! Aujourd'hui cette caméra est installée sur le télescope Schmidt de 1 m de l'ESO installé à La Silla.

Grâce à ces moyens hors norme, le groupe d'astronomes a systématiquement balayé le ciel profond dans l'espoir de trouver un corps plus grand que Pluton. Ainsi étonnant que cela soit, rapidement les photographies à longue pose prises à quelques heures d'intervalles révélèrent un nouvel objet à la magnitude 18.9 dans la constellation de la Baleine. Dans les mois et les années qui suivirent deux autres corps moitiés plus petits que Pluton furent également découverts, 2003 EL61 (Santa) et 2005 FY9, deux membres de la famille des SDO, des "objets dispersés du disque".

Déplacement de la planète naine Eris 2003 UB313 parmi les étoiles le 21 octobre 2003. Documents réalisés avec la caméra CCD QUEST installée sur le télescope Samuel Oschin de 1.26 m du Mont Palomar. Document Telescope Samuel Oschin, Obs. Palomar.

Ainsi que nous l'avons expliqué lorsque nous avons défini les caractéristiques d'une planète, si officiellement Eris est considérée comme une planète naine au même titre que Pluton et Cérès, par leur composition et leurs caractéristiques Pluton et Eris appartiennent à la grande famille des objets de la Ceinture de Kuiper, les KBO, un immense disque de débris glacés qui s'étend jusqu'à environ 500 UA à partir de l'orbite de Neptune.

Parmi ses particularités, Eris gravite sur une orbite inclinée à 44.2° sur le plan de l'écliptique, deux fois supérieure à l'inclinaison moyenne des planètes. Son orbite très allongée la conduit entre 37.8 UA au périphélie et 97 UA à l'aphélie, bouclant son orbite en... 557 ans ! A cette distance, vous pouvez cacher l'image du Soleil en tenant une tête d'épingle à bout de bras (mais rassurez-vous, il ne faut pas beaucoup plus qu'un confetti pour le cacher sur Terre) ! Autre particularité, au plus près du Soleil Eris traverse l'orbite de Pluton, comme en son temps Pluton traverse également celui de Neptune.

Selon le planétologue Michael Brown, la surface de Eris est similaire à celle de Pluton. Son albedo est de 0.60, similaire à celui de Pluton, suggérant que Eris est partiellement couverte de glace. Plongée dans une clartée blafarde et froide, sa surface doit être assez claire et dominée par de la glace de méthane. Qu'elle soit à 5.4 ou 14.5 milliards de km du Soleil, la température à sa surface ne dépasse jamais -243°C ! Si la vie a existé sur cette planète, elle n'a pas dû aller bien loin avant de geler !

A gauche, l'orbite d'Eris comparée à celle des deux autres planètes naines que sont Pluton et 2007 OR10. A droite, la taille d'Eris comparée à celle d'autres planètes et lunes du système solaire. Documents T.Lombry.

A l'intention des astrophotographes, précisons qu'Eris reste un objet très pâle qui requiert un télescope d'au moins 200 mm d'ouverture. Avec une magnitude de 18.9, l'astre peut être photographié moyennant la combinaison de plusieurs images CCD exposées 1 heure chacune.

Eris et Dysnomie

Le 10 septembre 2005, les mêmes astronomes qui découvrirent Eris auxquels se joignirent une équipe de l'Observatoire Keck d'Hawaii découvrirent que cette planète naine avait un satellite. 60 fois plus pâle que Eris (Mv ~23), la découverte fut permise grâce à l'utilisation d'une nouvelle optique adaptative. La lune baptisé Dysnomie est 7 fois plus petite qu'Eris (ou que notre Lune) et mesure environ 325 km de diamètre. Son spectre infrarouge ne révèle que de l'eau glacée. Il s'agit vraisemblablement d'un ancien KBO.

Pour plus d'informations

Les Objets Transneptuniens et les KBO (sur ce site)

Samuel Oschin Telescope

Circulaire MPEC du 29 juillet 2005

La découverte officielle de 2003 UB313 (ApJ.L., 10 Dec 2005, PDF)

Réévaluation de la dimension 2003 UB313 (U.Bonn, 31 janvier 2006)

Orbite de 2003 UB313 (NEO)

Ephémérides 2003 UB313 (JPL) (classée comme astéroïde)

CADC's Digital Sky Survey (POSS2)

The STScI Digitized Sky Survey (POSS2)

USNO-B1.0

Minor Planet Checker

Hierarchial Observing Protocal for Asteroids

Jet Propulsion Laboratory (JPL)

Keck Observatory

Spitzer Space Telescope

Cet article fut référencé en 2004 sur la page Internet du professeur Frank Bertoldi alors au Max-Planck-Institut für Radioastronomie (aujourd'hui à l'Université de Bonn).

L'illustration de Eris (qui s'appelait alors officieusement Xéna) fut publiée par le Dr Robert Nemiroff sur Astronomy Picture of the Day le 7 février 2006.

Retour au système solaire


Back to:

HOME

Copyright & FAQ