Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

 

L'AAVSO et ses services

Présentation

Si l'étude des variations lumineuses des étoiles variables est vitale pour comprendre leur nature, il va de soi que les astronomes professionnels n'ont pas les moyens ni le temps de surveiller des dizaines de milliers d'étoiles variables nuit après nuit.

 Leurs efforts se focalisent sur la compréhension d'aspects plus spécifiques des étoiles en utilisant des instruments très sophistiqués pour ne citer que les spectrographes, les radiotélescopes ou les satellites sensibles au rayonnement X.

Toutefois il demeure nécessaire de mesurer la lumière de ces étoiles dans le spectre visible. Ces données seront ensuite comparées avec les mesures effectuées à de plus longues et de plus courtes longueurs d'ondes, les mesures optiques servant de repère.

Consulter les News Flashes de l'AAVSO

(découvertes de nova, supernova et autre variable éruptive)

Alerts Mailing List (Ooruri, Japan)

Ainsi que le rappelle l'AAVSO, l'American Association of Variable Star Observers, la principale association américaine qui se consacre à l'étude des étoiles variables, c'est ici que les astronomes amateurs peuvent apporter une contribution significative à l'astronomie. Pour comprendre et développer des théories qui expliquent les raisons et les manières dont les étoiles varient en luminosité, les astrophysiciens ont besoin de connaître l'histoire à long terme de ces astres, raison pour laquelle il est essentiel que les amateurs effectuent des observations à long terme de ces étoiles. 

A ce jour les membres de l'AAVSO ont réalisé plus de 18 millions de mesures de luminosité !  La plupart des observations ont été effectuées par des observateurs amateurs qui pointent régulièrement leurs observations dans des diagrammes de courbes lumineuses qui sont ensuite rassemblés et préparés par les associations nationales telle que l'AFOEV en France avant d'être transmis au QG de l'AAVSO.

Courbes lumineuses de Mira (o Ceti), variable à longue période dont la magnitude oscille de 3.5 à 9 en l'espace de 330 jours, son type spectral passant progressivement du type M5.5e à M9. Document AAVSO.

L'AAVSO est une organisation scientifique internationale, sans but lucratif, composée principalement d'astronomes amateurs qui a été fondée en 1911 dans l'état de Massachusetts. L'équipe de Cambridge rassemble, traite, analyse et publie les informations recensées, les distribuant dans le monde astronomique. En complément l'AAVSO guide les astronomes amateurs débutants, les écoles et les universités, les étudiants et les professeurs à mettre au point des programmes d'observation utiles à la recherche astronomique. Des cartes permettant de localiser et d'apprécier la magnitude des étoiles variables sont préparées et distribuées aux amateurs dès qu'ils sont prêts à observer et à suivre un protocole rigoureux d'étude.

L'AAVSO encourage également les plus jeunes vocations à pratiquer cette activité. De nombreux astronomes réputés ont fait leur premier travail astronomique avec l'AAVSO, et quantité de jeunes membres ont gagné des concours scientifiques tant au niveau local qu'international.

Le travail des membres de l'AAVSO s'étend aussi à d'autres champs d'activités de la recherche astronomique. Depuis 1940 ses membres ont ainsi valablement contribué à l'enregistrement de données sur l'activité solaire qui est aujourd'hui sous l'égide de la NOAA (programme SMY par exemple). Durant la seconde guerre mondiale ces informations ont par ailleurs permis de déterminer l'activité de l'ionosphère si importante pour les communications.

Les membres de l'AAVSO et ses succursales internationales sont aussi à la source de l'information astronomique. Ils donnent des conférences, mettent au point des rencontres de façon à réunir de nouvelles vocations localement et d'intéresser le public à cette fascinante branche de l'astronomie.

Chaque année l'AAVSO tient également deux meetings, l'un en été et une assemblée générale, où chacun peut entendre lecture des résultats des travaux par des astronomes réputés. Ces meetings sont annoncés au public sur leur web ainsi que dans les colonnes du magazine Sky & Telescope.

Chaque pays a bien sûr son représentant qui contribue à l'expansion de l'AAVSO tout en permettant d'obtenir des courbes lumineuses des étoiles variables plus précises et plus nombreuses. En France il s'agit de l'AFOEV, en Angleterre du VSS, etc.

Les comités

Les services que propose l'AAVSO sont organisés en comités, chacun étant spécialisé dans un domaine particulier de l'astronomie, l'ensemble étant géré par des bénévoles. La plupart de ces sections éditent un magazine auquel vous pouvez souscrire. Ces comités suivent l'actualité et utilisent aujourd'hui les techniques les plus audacieuses qui vont de l'optique adaptive, au photomètre en passant par le coronographe, le filtre interférentiel, la caméra CCD ou l'amplificateur d'image. Cela dit, l'observation des étoiles variables ne nécessite pas une telle pléthore de matériel high-tech. Un télescope de 90 ou 125 mm d'ouverture suffit largement pour effectuer une étude systématique dans la plupart des cas.

Les comités de recherche de l'AAVSO sont les suivants :

- Gamma-Ray Burst Network. Il s'agit d'un réseau mondial d'observateurs se consacrant à la recherche des contreparties optiques des astres ayant des éruptions de rayons gamma

- Charge-Coupled Device Committee. Vous trouverez auprès de ce comité spécialisé dans les techniques CCD différents types de programmes d'observation, y compris pour les utilisateurs de CCD couleur, des cartes, une FAQ, etc

- Photoelectric Photometry Committee. Le comité PEP s'est spécialisé dans l'étude des étoiles variables à longue période et la photométrie CCD (V) des variables cataclysmiques pâles et des variables à longue période. Il publie le magazine PEP Newsletters

- Eclipsing Binary Committee. Spécialisé dans l'étude des étoiles binaires à éclipse, ce comité vous propose des astuces pour observer ces étoiles et édite le magazine "Eclipsing Binary Update newsletter".

- RR Lyrae Stars Committee. Il s'est spécialisé dans l'étoile des étoiles variables de type RR Lyrae et des Céphéides

- Supernova Search Committee. Dédié à la recherche des supernova, ce comité vous propose également un manuel pratique de recherche de supernova

A gauche, la supernova SN1999GI dans la galaxie NGC3184. A droite, SN1999CB dans la galaxie de markarian MKR 881. Documents Weidong Li et Hakon Dahle/ISN.

- Nova Search Committee. Il s'est spécialisé dans la recherche et l'étude des novae

- Solar Division. Ce comité établit l'indice américain du nombre de Wolf (American Relative Sunspot Index) et s'intéresse aux perturbations ionosphériques brusques (SID)

- New Charts Committee. Son rôle est d'élaborer de nouvelles cartes célestes pour aider les observateurs à localiser les étoiles variables.

Catalogues

Les étoiles variables reçoivent une immatriculation alphanumérique (A, R, V440...) ce qui permet un minimum de 334 combinaisons par constellation. Sur les quelque 30000 étoiles variables reprises dans le catalogue professionnel, 2000 d'entre elles sont étudiées visuellement et une une centaine par voie photométrique en raison de la faible amplitude de leur variations lumineuses. Le Sagittaire a lui seul contient 4064 variables !

Certains atlas sont richement documentés sur le sujet, tel le très célèbre "AAVSO Variable Star Atlas" disponible sur le web, sous forme papier ou sur CD-ROM. Il se compose de plusieurs planches par étoile, dont la précision est croissante :

- Carte A : 5' = 1 mm

- Carte B : 60" = 1 mm

- Carte C : 40" =  1 mm

- Carte D : 20" = 1 mm

- Carte E : 10" = 1 mm

Le tout étant complété par des cartes inversées (avec le Nord en haut et l'Est à droite), des cartes photométriques (PEP),  des cartes CCD pour un nombre limité d'étoiles et enfin des cartes spéciales ou de mises à jour.

L'AAVSO Star Atlas vous propose des cartes d'identification des étoiles à différentes résolutions qui vont de 10" à 5' par mm. Ci-dessus les cartes B, C inversée et D de U Geminorum. Ci-dessous la carte B de Mira Ceti, E de SS Cygni et F-CCD de BL Lacertae. Cliquer sur les cartes pour les agrandir en pleine page (~2500x 3100 pixels). Documents AAVSO.

La première carte du catalogue standard, qui offre le champ le plus étendu est conçue pour la localisation de l'objet ou l'étude à de petits grossissement, leur champ visuel pouvant atteindre 5°, juste à la portée des jumelles 7x50 par exemple ou des petits instruments au grossissement de 25x. La dernière carte représente le champ des oculaires les plus puissants. 

D'une autre manière le "Burnham Celestial Handbook" en plus d'être un guide très complet du ciel profond (3 volumes de 600 pages) il fournit des données photométriques et spectrales sur les étoiles multiples et variables. Enfin, le "Palomar Observatory Sky Survey" est également utilisé. Ces trois guides sont des ouvrages fondamentaux pour les observateurs désirant pratiquement cette activité avec assiduité.

Enfin, les étoiles de comparaison qui figurent sur les cartes de l'AAVSO sont extraites du "Smithsonian Astrophysical Observatory Atlas" et du "General Catalogue of Variable Stars" (GCVS) et ses suppléments afin de bien localiser toutes les variables suspectes dans le champ considéré.

Extrait du catalogue PEP de l'AAVSO :

Désign.

Etoile

Type

Max - Min

Période (jours)

Spectre

0016-20

T CET

SRb

6.6 - 7.7 P

159

M5EIIS

0022+17

TV PSC

SR

4.7 - 5.4 V

49.1

M3III

0022-12

AG CET

SRb

6.99 - 7.45 V

90:

M3

0039+40

EG AND

Z AND

7.4 - 7.6

40.5

M2IIIEP

0258+38

RHO PER

SRb

3.3 - 4.0 V

50:

M4IIB-IIIA

0320+28*

UX ARI

RS CVN

6.3 - 6.6

6.44

G5V+K0IVEA

0349+30

X PER

G CAS

6.1 - 7.0 V

 

O9.5(III-V)EP

0430+26*

V833 TAU

FLARE

9.1 - 9.9 P

 

K2

0526+18

CE TAU

SRc

6.1 - 6.5 P

165

M2IB M2IAB-IB

0549+07

ALPHA ORI

SRb

0.4 - 1.3

2070

M2EIAB

Méthode et mesures

La majorité des observateurs utilisent l'observation visuelle sur base des atlas précités qui atteignent la 14e magnitude, la limite d'un instrument de 200 mm d'ouverture.

L'appréciation à un dixième de magnitude ne s'acquiert qu'après plusieurs années d'entraînement. Néanmoins il existe une technique développée au sein du GOEV (Belgique) plus pratique :

Exemple : La luminosité de l'étoile variable V est comprise entre l'étoile A=6.8 et B=7.5. Nous pouvons faire une moyenne des magnitudes de plusieurs étoiles de référence ou mieux appliquer la formule :

B - (B-A) x (V/10)

dont la mesure est précise à 0.1 magnitude ou plus. 

Si V est égale au 7/10eme de la différence entre A et B, nous trouvons :

(7.5 - (7.5 - 6.8) x 7) / 10 = 7.01

On peut également utiliser la photométrie qui donne des mesures plus fiables et dans différents rayonnements normalisés. Cette technique est surtout utilisée pour les variables oscillant de moins d'une magnitude.

Pour étudier les étoiles variables vraies, à différencier des binaires à éclipse qui sont en fait des systèmes doubles, d'observer les étoiles deux fois par semaine en utilisant un grossissement faible de façon à ce que le champ contienne 4 ou 5 étoiles fixes de référence.

Pour évaluer plus facilement les magnitudes il semble aussi plus aisé de modifier la mise au point pour rendre l'image floue. On appréciera d'autant mieux la luminosité du petit disque.

Bonne observation !

Retour aux Etoiles variables


Back to:

HOME

Copyright & FAQ