Retour aux CROA

Un château sous les étoiles

Jean-François (2008)

Profitant de quelques jours passés dans le Val-de-Loire, j’ai assisté à un spectacle « sons et lumières » au château de Chambord. Le tout sous les étoiles...

Après deux semaines passées dans le Cantal, où je n’ai pu profiter que de deux belles nuits d’observations (sans nuages, sans humidité et sans Lune), j’ai passé ma dernière semaine de congés dans le Val-de-Loire. Le début du séjour s’est déroulé sous les nuages et la pluie. Enfin, après quelques jours, le ciel bleu a commencé à montrer le bout de son nez. La visite du superbe château de Chenonceau à Chenonceaux a pu se faire sous le soleil (enfin) malgré la présence de gros nuages qui avaient décidé de trainer un petit peu avant de continuer leur route vers l’est.

En début de soirée, le ciel s’est franchement dégagé et j’ai décidé de profiter de ce moment de franc beau temps pour aller assister à un spectacle « sons et lumières » au non moins magnifique château de Chambord. Plus un seul nuage à l’horizon, et un fin croissant de Lune qui trônait fièrement au dessus de l’horizon ouest. J’imaginais déjà « the photo » avec la lune embusquée parmi les 360 cheminées que compte le château. Malheureusement, l’intégralité du parc n’était plus accessible à cette heure avancée de la soirée, et il m’a été impossible de faire cette photo. En effet, le spectacle a lieu sur la face nord du château. J’avais donc le sud et le château en face de moi et la lune déjà bien basse à l’horizon ouest sur ma droite. Raté pour cette fois-ci !!!

Jupiter au dessus de la toiture de Chambord.

(pose de 4s à 400 Iso, ouverture de 5.6, focale de 70 mm)

L’heure tourne et déjà un autre astre de la nuit a fait son apparition depuis un petit moment. Je ne l’avais pas encore remarqué, trop occupé à essayer de voir comment photographier la Lune et la demeure royale sans sortir du périmètre imposé par les organisateurs du spectacle… C’est Jupiter qui  venait de faire son entrée en scène, au dessus de la toiture finement ciselée de ce joyau de la renaissance. Cette fois-ci je tenais ma photo choc !!! En attendant la tombée complète de la nuit et le début du spectacle, j’ai photographié Jupiter, un coup en plan rapproché, un coup en plan large.

La nuit est tombée, la Lune s’est couchée et le spectacle a pu commencer. Ce fût alors un double délice. Il y avait les belles lumières qui illuminaient le château de milliers de couleurs mais il y avait également les étoiles qui s’allumaient les unes après les autres, par centaines, par milliers. Ce fût un moment magique. Je me disais que j’étais là dans un lieu qui a vu passer parmi les plus illustres personnages qui ont fait l’histoire de France (François 1er, Louis XIV, …), qui a été dessiné (en partie) par le plus grand génie de l’époque (Léonard de Vinci) et que j’avais vraiment beaucoup de chance de contempler un ciel magnifique dans ce lieu empli d’histoire. Plus la nuit se faisait noire, et plus les étoiles étaient nombreuses. Je me suis alors fait ma petite séance personnelle de planétarium : la Grande Ourse avec ses pattes et sa tête, Cassiopée et toute sa petite famille, le Cygne, l’Aigle, Hercule, etc… La voie lactée a fait son apparition un petit peu plus tard, bien belle et bien définie.

La scène était légèrement surréaliste, irréaliste : le château, plein sud (ou presque), paré de couleurs chatoyantes au dessus duquel passait la voie lactée venue se perdre parmi les arbres du parc situés un peu derrière le château. Jupiter a toujours été là pendant toute la durée du spectacle, bien accrochée dans la constellation du Sagittaire…

Le spectacle terminé, il a fallut rentrer, le domaine allait fermer ses portes. L’humidité avait commencé à faire, elle aussi, son entrée en scène, il était alors bien inutile de rester, l’objectif de mon appareil photo étant complètement embué.

Ce fût un petit moment d’émotion. En effet, un ciel pareil dans un lieu pareil, ça laisse un souvenir impérissable (c’était ma première visite à Chambord) comme il n’en existe pas beaucoup dans la vie d’un astronome amateur amateur de vieilles pierres chargées d’histoire.

C’est le début du spectacle. Les premières images sont projetées sur la façade nord
du château, la nuit est presque entièrement tombée et Jupiter et le Sagittaire sont
bien visibles au dessus de Chambord.

(4 s de pose, 400 Iso, une ouverture de 4.5 pour une focale de 26 mm).