L'électronique - Le pupitre de commande

Gestion des boutons de commandes

Tous les boutons, de type bouton poussoir, rentrent sur un LCA. Ces commandes sont de type bi-stable, une pression sur le bouton active la fonction et une deuxième pression la désactive. Chaque pression est donc mémorisée par la logique. Un problème (bien petit mais il existe) apparaît, c'est qu'un bouton poussoir rebondi. Lorsque l'on appuie dessus le déplacement interne génère pendant un certain temps une succession d'états fermé et ouvert, ce qui est identique à une suite de pressions très rapide. Comme le circuit est bi-stable on a donc une succession d'activation et désactivation de la fonction. Le problème est que l'on ne sait pas dans quel état ça va se terminer (activation ou désactivation). Un circuit anti-rebond en entrée permet de masquer les rebonds mécaniques du bouton poussoir. Il génère un signal sans rebond pour pouvoir le mémoriser. Le signal ainsi mémorisé allume (dans le cas d'une activation), ou éteint un voyant de type LED pour indiquer l'état de la commande. Tous ces signaux sont ensuite transmis à la partie générant le message de commande.

Génération du message de commande

Cette partie fonctionnelle reçoit tous les signaux issus de la fonction précédente et formate le message à envoyer à la carte du socle. Pour chaque signal on regarde l'état de la commande. Si c'est une activation on aiguille le passage du bit à 1 et si c'est une désactivation on aiguille le passage du bit à 0. De plus un compteur regarde en permanence combien de bits sont envoyés et lorsque toutes les commandes sont transmises on aiguille le passage d'un bit de démarrage. Et ensuite c'est l'éternel recommencement , première commande etc… Toutes les commandes passent donc successivement sur le même fil. Voilà comment gagner beaucoup de câblage entre le pupitre et le socle car, il y a 36 commandes à émettre vers le socle. La durée du message est de 36 fois 1mS plus 1 mS pour le bit de démarrage, ce qui donne 37 mS pour l'envoie du message. Pour éviter la perturbation du signal dans le câble, ce message est expédié à la carte du socle par un émetteur différentiel. On a donc en fait, 2 fils pour transmettre les informations.

Gestion de l'afficheur de latitude

Pour connaître la latitude de l'observation, un afficheur indique la valeur de cet angle. L'affichage se fait entre –90° et +90°. La latitude est générée par la carte du socle à l'aide du codeur optique, puis formatée en message série du même type et de même protocole que le message de commande. Il est également envoyé en différentiel pour éviter les perturbations. Un circuit récepteur différentiel génère un signal compatible de l'entrée du LCA du pupitre qui converti ce message en signaux pour piloter les afficheurs.

Alimentation et sécurité

L'alimentation du pupitre est fournie par le socle du planétarium via le câble de liaison, elle est uniquement formée d'une tension de +5V. Un bouton poussoir d'arrêt d'urgence se trouve sur le pupitre est à comme fonction d'allumer l'éclairage général en cas de problème.

Page précédente  

Page suivante