Entete

2006-7

2007-8

2008-9

2009-10

2010-11

2011-12

2012-13

2013-14

2014-15

2017-18

2018-19

Les actualités de Magnitude 78 2017 - 2018

Islande

Islande Nous sommes partis une semaine en octobre sur cette ile fascinante, avec comme objectif d’observer les aurores boréales. Nous en sommes revenus comblés ! Un ciel électrique chaque soir, parfois partiellement masqué par les nuages, mais avec 2 nuits particulièrement mémorables où la voute céleste dansait de ces lueurs extraordinaires. De Reykjavik, nous avons longé la côte sud jusqu’au Jokulsarlon et sa lagune couverte d’icebergs, avec des étapes notables à Tingvelir, Geysir, Gulfoss, le Landmanalogard et autres sites naturels remarquables à force de glaciers, volcans, solfatares, lagunes ou toundra. Hébergés dans de jolies petites cabanes coquettes, nous avons même gouté – non sans les plus grandes difficultés - à l’une des spécialités de ce peuple gaillard : le requin mariné dans son propre pipi.











Fête de la science

Pour cette édition, nous avons sorti le grand jeu et investi l’espace disponible de la MESDD de fort belle façon. Jamais nous n’avons fait un tel étalage dans une scénographie réussie. Les expositions de la Lune et de l’Astrodessin couvraient à elles deux un linéaire appréciable dans le hall principal. Elles guidaient le spectateur jusqu’à la table des instruments anciens de Brigitte, puis dans le recoin final où, dans une niche, trônait le SQYMER, accompagné d’une vidéo montrant le déroulement de la mission martienne. Dans un local attenant, aux murs décorés de l’exposition du Système solaire, l’on pouvait expérimenter avec les instruments de mesure des optiques astronomiques, appareil de Foucault et interféromètre. Enfin, notre planétarium, le Stellarium 4000, était installé dans un local dédié ce qui permit d’offrir de nombreuses séances au public. Mais le clou de la manifestation était le parc de nos instruments d’observation où était dévoilé pour la première fois au public notre télescope de 60cm de diamètre.

La Palma

lapalma2 Pour la troisième fois, nous revenons sur cette ile prometteuse du 9 au 15 mai. Forts de nos expériences passées, nous avons peaufiné l’organisation du séjour. Seul le choix de la date eut été perfectible car voulant profiter des jours fériés, nous avons été contraints à des tarifs élevés et à l’obligation d’effectuer une escale d’une journée à Ténériffe avec un transit en ferry – belles aventures au demeurant. Voulant être au plus près de l’accès au sommet, nous avons pris un hébergement à Puntagorda, ce qui s’est avéré particulièrement judicieux. Ainsi, la problématique de cette route qui n’en finit pas de tournicoter a été résolue au mieux. Nous avons visité 3 installations professionnelles : le INT (Isaac Newton Télescope de 1m), le SST (Solar télescope) et le GTC (Gran TeCan), le plus grand télescope européen constitué de 36 miroirs segmentés aux performances inouïes. En revanche, nos observations au pied des coupoles n’ont pas été à la hauteur de nos attentes : des travaux de voirie en cours ne permettent plus de nous installer sur les rares possibilités de site et ceux restant étaient particulièrement inconfortables ou venteux. Cependant, c’était sans compter sur la connaissance du terrain de notre ami Fabrice Morat installé depuis peu sur l’ile. Outre de formidables retrouvailles, Fabrice nous a conseillé un site légèrement en contrebas du sommet offrant des atouts qui font que, désormais, l’observation à La Palma devient facile. En effet, l’accès se fait par une route en béton très peu fréquentée quasi en ligne droite au départ de Puntagorda. Elle est donc plus courte et sans les interminables virages qui rendent l’ascension à la Roque de Muchachos si pénible. Cela se paye par des pentes particulièrement raides, mais néanmoins gérables. Nous sommes ici à moins de 20mn de l’hébergement ce qui offre un confort d’accès inestimable. Sur place, à la lisière de la forêt et dominant les vignes en terrasse, le site est particulièrement agréable et bien mieux protégé du vent. Nous y passerons deux nuits exceptionnelles. Désormais, nul doute que nous avons trouvé la solution idoine pour un séjour astro réussi à La Palma.