AstroDessin

Astronomie Amateur & Observation Visuelle

Comètes

Année 2024

Semaine astro à Majastres (voir Soleil, Phénomènes, Galaxies, Lune). Jolie comète au T400-c se baladant dans la Vierge, C/2023 A3 (Tsuchinshan-ATLAS) plus difficile à prononcer qu'à repérer, déjà visible au chercheur. D'une belle coma s'étend une queue dont on perçoit la forme bananesque légèrement incurvée, superposée à une autre plus rectiligne en direction d'une étoile brillante. En insistant, on repère de discrets départs de jets sur un large éventail de plus de 90°, apportant une jolie texture à l'ensemble.

dessin comete 12P

La comète 12P Pons-Brooks à la L80 lors du périple Mexicain (voir Eclipse de Soleil), C'est un astre brillant particulièrement bien visible dès le début du crépuscule et une vision allant en s'améliorant au fil de l'avancée de la nuit, jusqu'à un optimum à l'approche de l'horizon. C'est qu'ici, on a le ravissement d'un écliptique quasi vertical
On repère vite cet astre cotonneux et au fil du temps, on note un noyau marqué évoquant une pette planète floue dans une petite bulle, ou plutôt une méduse, un parapluie, avec un bord avant marqué et un arrière évanescent, le tout baigné dans une large coma verdâtre. Expert en la matière, Nicolas nous explique que cette couleur est due au gaz éjectés et la présence de d'acétylène qui rapidement va être dissocié par les UV du Soleil ; la recombinaison des atomes de carbone en C2 produit une raie d'émission principale verte, et deux autres dans le bleu puis le jaune. De ce noyau part une longue queue sur plus d'un degré. Elle forme un angle fermé présente des irrégularités. Elle est accompagnée de jets plus ou moins marqués. Au fil des jours au second dessin, un sursaut d'activité est noté, la partie centrale grossissant et évoquant une petite nébuleuse planétaire avec son étoile centrale. Le troisième dessin souffre d'un environnement urbain bien lumineux au pied de notre hébergement à a Paz. Sur le dernier dessin, on note le résultat de cette activité par une queue plus complexe.

dessin comete 12P dessin comete 12P dessin comete 12P dessin comete 12P

Jolie petite semaine dans l'arrière pays provençal début mars au alentours de la Nouvelle Lune où avec l'ami Gillounet (voir Nébuleuses, Galaxies).. la température est négative et c'est bon signe.
Au crépuscule, ne loupons pas 12P Pons-Brooks. C'est une bien belle, dodue à souhait, coma joliment teintée de vert et queue facilement perceptible. Vite un dessin et l'on note en vrac : un noyau excentré vers l'avant d'environ un tiers de la coma, un bord d'attaque bien franc comme une ombrelle et un arrière plus étiré et évanescent. La queue traverse sans vergogne la totalité du champ du Nagler 22mm et va même au-delà, soit près de 2° de visibilité. Le cœur semble irradier de jets multiples donnant une sorte de texture radiale couvrant un bon tiers de camembére et des jets s'affirment, bien sûr au départ de la queue, mais aussi sur les côtés, le plus marquant étant celui de droite pointant vers une étoile - chose étonnante qu'on ne devine que très peu sur les clichés. Quant à la queue, c'est une trainée rectiligne de cirrus.
La voici le 5, 6 et 7 mars.

dessin comete 12P dessin comete 12P dessin comete 12P

Année 2023

Première nuit de la semaine de Nouvelle Lune de mars au pied du Chiran, et quelques heures après le crépuscule, de quoi visiter les comètes du soir, dont la C2020 V2 (ZTF) en vadrouille dans le Triangle. Image pâle mais néanmoins intéressante où l'on distingue une longue queue rectiligne et ténue accompagnée de quelques jets notables, l'un à droite légèrement incurvé, un autre à gauche moins marqué avec un angle un peu plus ouvert et enfin un qui double le départ de la queue. De plus, l'on ressent comme un rayonnement à partir du noyau. Déjà les nuages envahissent le ciel et invitent à bâcher les instruments.

dessin comete C2020V2

Weekend de Nouvelle Lune de février du côté de Majastres au T400-c (voir Nébuleuses, Galaxies). Première cible incontournable du moment, la comète C 2022 E3 ZTF. Visible au chercheur, elle s'impose à l'oculaire. Une belle coma centrée sur un noyau brillant avec un départ de queue affirmé en éventail joliment arqué. Une observation plus appuyée met discrètement en évidence des départ de jets, le plus "fort" à l'opposée de la queue de poussière, d'autres irradiant du centre avec quelques-uns timides donnant une légère texture à la queue et surtout, celui très discret témoignant de la queue ionique dont je note le prolongement à travers le champ étoilé, passant entre un petit doublet, puis plus loin, juste au-dessus d'un autre (en bordure du dessin à droite). La répétition de ces faibles perceptions permet de localiser avec précision cette queue sans aucun doute possible. Par contre, je n'ai pas perçu de couleur notable, peut-être une coma très légèrement bleuâtre.

dessin comete C2022E3

Année 2022

Première cible observée à l'édition Astrociel, la comète du moment Panstar 2017 K2 se promène dans les pattes d'Ophiucus. Au T400-c, son aspect ne fait que se renforcer au fur et à mesure de l'arrivée de la nuit. On note une structure légèrement dissymétrique, avec une frontière assez parquée à gauche du dessin et des formes plus évanescentes à l'opposé. Si la coma domine largement le flux lumineux avec un noyau affirmé, on remarque facilement les lueurs de la queue de poussière pointant généreusement vers le bas, elle semble se structurer autours de quelques jets discrets. Partant vers 2h, il semble qu'une trainée témoigne de la queue ionisée.

dessin comete Panstar 2017 K2_ dessin comete Panstar 2017 K2_ dessin comete C2022E3

Année 2020

Le 27 juillet. Voilà une comète qui se sera fait désirer, C/2020 F3 Néowise. Depuis plus d'un mois, les copains de l'autre hémisphère montraient des images incroyables de cette comète, particulièrement visible et esthétique. Ici sous le tropique du Capricorne, elle frôlait l'horizon à hauteur du Soleil levant et il fallut attendre qu'elle passe au couchant pour s'élever un peu au-dessus de l'horizon, tout en jonglant avec les nuages coquins condamnant de nombreuses tentatives d'observation. Enfin le 27, un ciel suffisamment dégagé vers le nord-ouest sur la route du retour vers Nouméa invite à se poster au warf de Tomo pour une vue bien dégagée et attendre, attendre jusqu'à l'apparition des premières étoiles dans les parages circonvoisins (environ 15° sur l'horizon et une trentaine au nord du point du couchant) pour la deviner directement aux jumelles, boule entre 2 étoiles avec une queue visible jusqu'à celle la plus au nord (à droite sur le dessin), puis immédiatement dans la foulée au T400-c qui trépignait d'impatience. Ce qui frappe, c'est la couleur verte de la coma, mais aussi l'incroyable similitude avec la comète précédente Lemon, vision assez éloignée des images en ligne des copains. Je note comme une sorte de " parapluie " coiffant la coma et quelques départs de jets formant un large éventail délimitant des zones plus ou moins lumineuses. Déjà, la coquine est bien trop basse pour approfondir l'observation mais que du bonheur !
Le 30 juillet, malgré une Lune gibbeuse présente, les nuages se dégagent sur la zone concernée. La coma de la comète se fait évidente dès que le ciel s'assombrit, sa hauteur sur l'horizon ayant bien augmentée (environ 25-30°). Au regard des étoiles visibles, la magnitude atteinte aux J40x10 n'est pas extraordinaire. Cependant, le discret éventail de la queue dont un bord est légèrement incurvé se dévoile en faisant bouger le champ visible. Je note la disposition des 2 bords par rapport à l'angle qu'ils forment entre le noyau et l'étoile la plus proche.

dessin comete C2019 F3 neowise dessin comete C2019 F3 neowise

Le 15 juin à la Foa, l'occasion d'observer au T600x100 la comète C2019 U6 Lemon dans un champ richement étoilé de l'Hydre. Belle voyageuse à la coma d'un vert affirmé présentant une légère perception de structure radiale. Quant à la queue, elle se révèle très discrète mais avec une texture semblant filamenteuse.
Le 16 juin, la queue semble plus longue, son déplacement est notable tout au long de l'observation, ce qui ne facilite pas la réalisation de l'esquisse sur le champ stellaire.
Le 17 juin, peut-être une queue encore plus longue et toujours cette perception de structure radiale qui ne fait plus aucun doute, tant les jets multiples deviennent évidents dans la partie basse de la coma. Je perçois une teinte dans le bleu-vert.
Le 22 juin, à proximité d'Alpha Hya, son déplacement est vraiment notable. Toujours ce même aspect avec une coma bleu-vert semblant irradier des jets multiples formant un panache vers la queue, queue ténue et effilée se perdant dans le lointain.

dessin comete C2019 U6 Lemon dessin comete C2019 U6 Lemon dessin comete C2019 U6 Lemon dessin comete C2019 U6 Lemon

Année 2017

Le 25 mai aux NAT, la comète Johnson observée au T460x100. Un joli départ de queue est bien visible et probablemnt une anti-queue...

dessin comete johnson2015B2

Année 2015

Le 25 juillet à Nouméa, la comète Panstar 2014 Q1 passe à 6° de Vénus, ce qui facilite son pointage. Elle apparait hypothétique aux jumelles dans les lueurs du crépuscule mais sa visibilité augmente pour devenir évidente au fur et à mesure de l'avancée de la nuit, à proximité d'une étoile. Je monte le T250 avec un LVW de 22m pour saisir cette sorte de trident, avec un très faible quatrième bras orienté davantage vers l'étoile. Il est étonnant de constater combien les 2 jets de gauche en formant un éventail sont évidents aux grosses jumelles , alors que c'est la partie de droite qui se révèle au T250. Le lendemain observée au T400-cx140.

dessin comete panstar2014Q1 dessin comete panstar2014Q1

La comète Lovejoy Q2, observée le 9 et 10 janvier au T400-c et Nagler 26mm. L'astre est aux alentours d'Orion et trône très haut dans le ciel. Avec une magnitude de 4,5 et une taille notable, elle est évidente aux jumelles. La première vision montre un objet quasi rond avec un noyau très brillant. En regardant bien, on note comme une légère dissymétrie et il faut un certain temps pour discerner non sans mal un départ de queue. Le dessin suivant confirme cette queue, mais aussi cette une légère différence entre la face "avant" d'aspect ovoïde assez lisse et "arrière" de la comète évoquant comme un rayonnement discret. L'on note le léger déplacement par rapport aux étoiles. L'observation est interrompue par une très forte chaleur et humidité, embuant définitivement les optiques. Le lendemain, les conditions d'observation sont bien meilleures et l'astre se repère à l'oeil nu. La queue, bien que toujours discrète, se distingue nettement et confirme les visions de la veille.

dessin comete lovejoyQ2 dessin comete lovejoyQ2 dessin comete lovejoyQ2

Année 2011

Bien que discrète, la comète Garrad est la visiteuse du ciel d'été 2011. Elle est ici croquée au T460 lors des rencontres Astrociel le 24 août.

dessin comete garrad

Année 2010

Visiteuse du début de l'automne, la comète Hartley observée au T460 lors d'une sortie du club dans le Moran le 9 octobre 2010. La comète est alors juste en dessous de l'amas de Persée, visible dans les chercheurs et se présente au T460 comme une sphère évanescente avec un noyau quasi stellaire d'où semblent rayonner quelques jets.

dessin comete hartley

Année 1997

Hale Bop, dessinée en Beauce. Jumelles 10x50 et longue vue terrestre L80 à divers grossissements.

dessin comete hale bop dessin comete hale bop dessin comete hale bop dessin comete hale bop dessin comete hale bop

Année 1996

La comète hyakutaké au printemps 1996.

dessin comete hyakutake