Retour au sommaire voyages

Mieux vaut voir qu'en entendre parler

Brigitte

 

«  Au bout de la patience, il y a le ciel » - Proverbe touareg

Un an ! Pendant un an nous avons préparé ce voyage en Libye pour aller assister au grandiose spectacle du ballet de la lune et du soleil. Nous avons rêvé, imaginé 4’06’’ d’éclipse totale, savouré pendant plus de 365.25 jours la préparation de cet évènement. Le plus important : la météo. Manquerait plus qu’on se prenne des nuages au moment crucial. On a mis tous les atouts de notre côté, après, devant les aléas du ciel, on ne peut que s’incliner. Et nous voilà débarquant sur le sol libyen à Tripoli, en pleine nuit, sous un ciel dominé par la présence écrasante de Jupiter. Passées les premières heures de « mise en route » nécessaires aux transbordements de toutes sortes, nous voilà roulant en bus vers la dernière grande ville avant le désert : Sabha, afin d’y retrouver nos futurs guides du désert, les touaregs en 4 x 4.

Tripoli – Sabha :   750  km (à vol d’oiseau). Les paysages s’enchaînent les uns derrière les autres, et on roule sud est, on avale du kilomètre. La nuit arrive et on peut déjà voir un ciel de velours noir piqueté d’éclats scintillants. Pas de doute, même vu à travers les vitres du bus, le ciel est prometteur. Bien calée dans mon siège, le nez collé sur la vitre, je regarde ce spectacle encore inaccessible, je reconnais quelques constellations.Sur l’horizon Est, elles se lèvent majestueuses, et surtout il ne faut pas attendre qu’elles se hissent au-delà de 15° pour commencer à les apercevoir.

Ici le ciel est noir même au ras de l’horizon, pas de pollution lumineuse, pas de pollution atmosphérique, ou si peu. J’ai hâte de sortir les jumelles et le télescope. Mais ça va venir, on est là pour ça, pour l’instant on roule. Un peu engourdie d’être restée dans la même position contemplative depuis un temps indéterminé, je me tourne dans la direction opposée vers l’ouest pour essayer de voir à quoi ressemble le ciel dans cette partie là. Le soleil est couché depuis un bon moment, il est environ 22h30. Les conditions d’observation ne sont pas idéales, l’intérieur du bus est légèrement éclairé, une distance d’environ 3 m me sépare de la vitre arrière, mais malgré tout je vois bien que de ce côté-là aussi il y a de la consistance. Cependant, il y a quelque chose qui me chiffonne. Une zone laiteuse monte depuis l’horizon jusqu’assez haut dans le ciel.

 

« Qui affirme que la lumière et l'ombre ne parlent pas? » proverbe Touareg

Y aurait il de la pollution lumineuse de ce côté ?? Et tout en me posant cette question, une petite voix me dit « mais non, mais non, regarde bien, ce n’est pas un halo, mais une bande lumineuse », et en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, j’ai compris. A ce moment, une exclamation tonitruante domine le ronron du bus mêlé aux papotages divers. Marthe s’écrie : « héééééééééééééééé les copains regardez, la lumière zodiacale ». Oui, oui, c’est bien ça. Magnifique. Jamais vue comme ça. Emergeant de l’horizon et montant comme un fuseau oblique qui se dilue très haut dans le ciel, elle se découpe nettement sur le noir céleste. Moi qui jusqu’à présent ne l’avais vue que comme une faible lueur sous des cieux moins propices, je peux enfin la contempler dans toute sa splendeur. Impressionnant. Mais alors une question me vient. Pourquoi ne trouve-t-on pas mention de ce phénomène dans les écrits des anciens ? Ils avaient pourtant un ciel vierge de pollution lumineuse et cependant les grecs n’en parlent  jamais. Du point de vue visuel, le phénomène est aussi perceptible que la voie lactée. Or la voie lactée a toujours été reconnue comme appartenant au ciel. Il semble qu’en Europe, ce soit Kepler (fin 16e début 17e siècle), grand observateur des phénomènes célestes, qui relatera le premier avoir vu cette clarté fantomatique. Ce sera Dominique Cassini (17e  siècle), qui en fera une description précise, et en donnera une explication scientifique : diffusion de la lumière solaire par des poussières flottant dans l’espace. C’est lui qui lui donnera d’ailleurs son nom de lumière zodiacale. Alors ? Pourquoi cet oubli chez les grecs ? Sans doute parce que le phénomène n’étant pas permanent, visible plus particulièrement au printemps et en automne, il était vraisemblablement classé dans les phénomènes atmosphériques, dans le monde sublunaire, le monde du changement. Il ne pouvait pas figurer dans l’histoire du ciel, siège des dieux, où tout est parfait et figé. Il aura fallu attendre 20 siècles d’Aristote à Kepler pour regarder le ciel autrement.

Ce soir là, je n’avais pas les yeux assez grands pour me perdre dans cette clarté.

« Homme il faut savoir te taire pour écouter le chant de l'espace » proverbe Touareg

Et le voyage continue. Après une nuit passée dans un hôtel à Sabha, dernière étape avant le désert, nous allons rejoindre nos guides Touaregs. Chargement du matériel dans les 4x4, et nous voilà parti direction le sable. En fin de journée, après un ultime arrêt à Tmassah pour le ravitaillement de dernière minute, nous quittons enfin la route d’asphalte. Ça y est. On est dedans. On roule sur le sable ocre. Très rapidement l’horizon a englouti les quelques maisons de Tmassah et nous nous retrouvons « seuls » au milieu de l’immensité. Quelle sensation !! C’est l’euphorie de la découverte d’un paysage totalement nouveau, la vue d’un horizon si lointain qu’on se dit qu’au bout il y a peut être le vide comme le pensaient les premiers navigateurs téméraires, mais qu’entre nous et le vide il y a toute cette liberté de parcourir ce grand espace. C’est grisant. Puis vient le premier bivouac précédé d’un coucher de soleil qui a coloré de rose ciel et dunes, pour ne plus faire qu’un.

Malgré la longue journée, on se fait une petite séance d’observation. Enfin, on peut profiter de ce ciel. Qui du ciel ou du silence est le plus impressionnant ? Taisons-nous et contemplons.

 

 

Réveil matinal le lendemain. Alors qu’aux aurores on émerge difficilement d’une nuit un peu fraîche, je m’extirpe de la tente. Tout est rose à nouveau autour de moi, le soleil n’est pas loin. Il est 6h. D’ailleurs vers l’Est c’est plutôt orange. Nous sommes à 48 h de l’éclipse totale.

Et là discrètement posé sur la crête d’une dune, un fin croissant de lune se prélasse. Vision inhabituelle que ce croissant posé horizontalement, comme un sourire égayant le ciel du matin.

 

Et nous poursuivons notre route, ponctuée de péripéties diverses et variées, traversant des paysages plus surprenants les uns que les autres, plats ou escarpés, roulant sur des sols allant de la poussière de sable, aux grands blocs de roche volcanique déposés là après l’éruption il y a plus de 5000 ans du Waw an Namus, qui a dû superbement secouer la région à cette époque. Arrive tout doucement le matin du 29 mars. Plus de 500 km parcourus depuis Tmassah. Ayant installé le campement de nuit la veille au soir, nous découvrons avec le lever du soleil le paysage lunaire qui nous a accueilli  pour une nuit : la platitude complète, un reg au sol dur, parsemé de cailloux, un lieu perdu au milieu de nulle part. Aucun relief sur 360° d’horizon. Pas un brin d’herbe, pas même une brindille desséchée. Et toujours ce silence (enfin, quand on arrête tous de babiller à qui mieux mieux !!). Ce lieu est l’image même de la désolation, un endroit ou seul le minéral a le droit d’exister. Et pourtant c’est beau sous ce ciel si bleu. Mais il ne s’agit pas de se laisser envoûter par ce lieu insolite. Il faut se préparer. L’implacable mécanique céleste ne nous attendra pas. Chacun s’affère autour de son matériel. Observation contemplative, dessinateur, expérimentateur, photographes, il y en a pour tous les goûts. L’éclipse a commencé et avec le temps qui s’écoule on sent monter une certaine fébrilité. Quelqu’un, Pierre peut être, je ne sais plus, a commencé un compte à rebours. Tout à coup, les ombres volantes fondent sur nous. Extraordinaire impression que ce sol ondulant comme une vague. Tout s’assombrit de cette couleur si particulière aux éclipses. La totalité a commencé, et la couronne solaire se révèle à nous, grands panaches latéraux en forme de pétales oblongs. C’est magnifique, et il n’y a pas que la baisse de température qui fait frissonner. Voulant profiter maintenant et plus tard de ce moment exceptionnel, je joue les métronomes. Quelques secondes penchée à côté du pied photo pour graver ce spectacle dans ma mémoire, et quelques secondes pour faire une photo. C’est une voix bien lointaine qui me ramène à la réalité. « plus que 30 secondes » ; les derniers instants s’écoulent comme du sable qui file entre les doigts. Pas moyen de le retenir. Petit à petit la lumière redescend sur nous, et tout aussi tranquillement qu’elle est venue la lune continue de cheminer après nous avoir tiré sa révérence.

 

« Mieux vaut voir que d’en entendre parler » proverbe Touareg

Pour clore cette journée, notre route du retour passe par un site complètement inattendu. Après avoir roulé à peine une centaine de km, il est décidé de bivouaquer dans une zone de sable blond, entourée de petits plateaux et de dunes. Avant de décharger le matériel pour installer le campement, un petit tour de reconnaissance des lieux nous fait découvrir que nous sommes en fait sur d’anciens fonds marins. Le sol est jonché de coquillages fossilisés, petites tâches blanches sur sable fin. Quand on se hisse au sommet des dunes, on distingue les parois creusées par l’eau quand la mer venait battre ces flancs et ensuite par l’érosion quand la mer s’est retirée.  Dans ces parois, les couches sédimentaires sont bien visibles. Assis sur la crête d’une dune, on a regardé le soleil se coucher, à l’affût du rayon vert. Nos cuisiniers Touaregs ont allumé un feu et préparé le thé.

 

« Pour réussir le thé, dit le proverbe touareg,

il faut trois choses : les braises, le temps et les amis »