*
 
                               
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Calendrier Ciel et Espace 1984  
     
    LE MAGNITUDE ALERT PROJECT (MAP) - ACTIVITE 1996 -2009    
     
     WEEK-END DES 27-28/03/2009 DE LA SOCIETE ASTRONOMIQUE DE LYON, A LA FERME DE CASAGE  
     
         
         SOMMAIRE    
     
     
    INTRODUCTION SUR LES ASTEROIDES    
         
    LES MAGNITUDES DES ASTEROIDES    
         
    HISTORIQUE DU MAP    
         
    RESULTATS DU MAP    
         
    OUTILS DU MAP    
         
    METHODES ET EVOLUTION    
         
    METHODE VISUELLE    
    USAGE DES MESURES CCD    
    EVOLUTIONS POUR L'ACCROISSEMENT DU NOMBRE DE MESURES CCD FIABLES  
         
    CONCLUSIONS    
         
      LIENS DIVERS UTILES    
    ANNEXES    
         
         
     
                 
          INTRODUCTION SUR LES ASTEROIDES    
                 
     
     
  01/01/1801 - Découverte de la première planète mineure Ceres par Guiseppe Piazzi, à Palerme    
           (1802 : Pallas, puis 1804 : Juno. Enfin 1807 : Vesta)    
     
  1845 - Reprise des découvertes par Karl Hencke qui repère un 5ème "astéroïde" Astraea     
       
  1868 - 100 astéroïdes connus.    
       
  1891 - 322 astéroïdes découverts visuellement, avant la 1ère découverte photographique par Max Wolf  
     
  1898 - Découverte de (433) Eros, premier astéroïde s'approchant de la Terre à 0.13 UA (19.9 millions de Km)  
     
  1906 - Découverte de (588) Achilles, premier troyen de Jupiter    
         
  1920 - Découverte de (944) Hidalgo qui s'éloigne à l'aphélie jusque dans les parages de Saturne, à 9.54 UA.  
     
  1923 - 1000 astéroïdes référencés.    
     
  1930 - Découverte de Pluton, premier objet Transneptunien, orbitant à 39.44 UA du Soleil en moyenne   
     
  1932 - Découverte de (1862) Apollo, premier astéroïde coupant l'orbite de la Terre et de Vénus.    
     
  1992 - Découverte de 1992 QB1, premier TNO (Trans-Neptunian Object) ne coupant pas l'orbite de Neptune  
     
  1999 - 10000 astéroïdes référencés.    
     
  2003 - 2003 CP20 est le premier astéroïde découvert orbitant intègralement à l'intérieur de l'orbite terrestre.  
     
  2004 - Annonce de la découverte de 2003 VB12 ( alias Sedna ), orbitant à 509 UA du Soleil !    
     
  2005 - Annonce de la découverte de 2003 UB313 ( futur Eris ), plus grosse planète naine que Pluton  
            - 100000 astéroïdes référencés.    
       
  Depuis 1801, plus de 445000 astéroïdes découverts dont 210454 numérotés à mi-mars 2009    
     
     
     
 
   
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
  L'ANNEAU N°1 CISJOVIEN ENTRE MARS ET JUPITER     
      ( Petr Scheirich, http://sajri.astronomy.cz/asteroidgroups/groups.htm )  
               
 
 
   
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
  L'ANNEAU N°1 CISJOVIEN ENTRE MARS ET JUPITER, VU SUR LA TRANCHE    
      ( Petr Scheirich, http://sajri.astronomy.cz/asteroidgroups/groups.htm )  
       
     
                           
    REPARTITION DES ASTEROIDES DANS LE SYSTEME SOLAIRE      
                           
                       
  GROUPES/FAMILLES   CARACTERISTIQUES ORBITES   REMARQUES   > 1km  
                        ( 2004 )  
            SOLEIL            
                           
   VULCANOID   a < 0.22 UA Q < q Mercure Famille encore hypothétique   900 ?  
                     
        MERCURE     a = 0.387 UA      
             VENUS     a = 0.723 UA      
                 
   APOHELE a < 1.00 UA Q < 1.00 UA orbite entière dans orbite de la Terre 20 ?  
               
   ATEN a < 1.00 UA Q >1.00 UA Aphélie à l'extérieur de q Terre      
                       
             TERRE     a = 1.000 UA      
             NEA  
  APOLLO         1200 ?  
   APOLLO 1 q < 1.00 UA a =1.00 à 1.524 UA Coupe l'orbite terrestre      
   APOLLO 2 q < 1.00 UA a =1.524 à 2.12 UA Coupe l'orbite terrestre      
   APOLLO 3 q < 1.00 UA a = 2.12 à 3.57 UA Coupe l'orbite terrestre      
   APOLLO 4 q < 1.00 UA a > 3.57 UA Coupe l'orbite terrestre      
               
  AMOR            
   AMOR 1 q < 1.30 UA a =1.00 à 1.524 UA Ne coupe jamais l'orbite terrestre    
   AMOR 2 q < 1.30 UA a =1.524 à 2.12 UA Ne coupe jamais l'orbite terrestre    
   AMOR 3 q < 1.30 UA a = 2.12 à 3.57 UA Ne coupe jamais l'orbite terrestre    
   AMOR 4 q < 1.30 UA a > 3.57 UA Ne coupe jamais l'orbite terrestre    
               
               
   MARS-CROSSER q de 1.30 à 1.6662 UA ( a, i et e très variés ) Coupe l'orbite martienne      
                   
          MARS       a = 1.523 UA      
                   
   MARS-TROYEN EST a  ~ 1.524 UA i > 16° Points de lagrange L4 de Mars   20 ?  
   MARS-TROYEN OUEST a  ~ 1.524 UA Points de lagrange L5 de Mars      
               
   HUNGARIA a = 1.76 à 2.06 UA i = 12° à 36° /  e < 0.17 Entre résonances 1:5 et 1:4      
               
   Objets pré-Anneau a = 1.88 à 2.06 UA i faible zone Hungaria      
   Objets pré-Anneau unusuel a = 1.98 UA i forte N°143219 et 172421      
               
               
   ANNEAU N°1   a = 2.06 à 4.02 UA             1.4   
  ZONE I  (INTERNE)   a = 2.065 à 2.501 UA             million ?  
   Flora   (famille ?) a = 2.16 à 2.33 UA e 0.09 à 0.18/ i = 2.1 à 7.5° Entre résonances 1:4 et 1:3      
   Phocaea (groupe) a = 2.23 à 2.50 UA e > 0.02 et i = 18 à 32° Entre résonances 2:7 et 1:3      
   Vesta   (famille) a = 2.24 à 2.49 UA e 0.07 à 0.13/ i = 6 à 7.8° Entre résonances 2:7 et 1:3      
   Nysa-Hertha (famille ?) a = 2.324 à 2.478 UA e = 0.12 à 0.21 /  i < 4.3° Entre résonances 2:7 et 1:3      
  ZONE II (CENTRALE) a = 2.501 à 2.820 UA              
   Maria (famille)   a =2.526 à 2.620 UA e= 0.08-0.12/ i = 14 à 15° Entre résonances 1:3 et 2:5      
   Eunomia  (famille)   a = 2.563 à 2.675 UA e =0.07 à 0.21/ i =12.2 à 13.8° Entre résonances 1:3 et 2:5      
  ZONE III (EXTERNE)   a = 2.825 à 3.279 UA              
   Koronis   (famille)   a = 2.828 à 2.954 UA e < 0.12 et  i < 3.5° Entre résonances 2:5 et 3:7      
   Eos         (famille)   a = 2.961 à 3.046 UA e < 0.13 et  i = 8 à 12° Entre résonances 3:7 et 4:9      
   Themis   (famille)   a = 3.034 à 3.228 UA e 0.12-0.20 / i = 0.16-2.90° Entre résonances 4:9 et 1:2      
   Hygiea   (famille)   a = 3.059 à 3.224 UA i = 3.6-6.9° / e = 0.11-0.16° Entre résonances 4:9 et 1:3      
   Griqua  (groupe existant ?) a = 3.10 à 3.28 UA ? e > 0.35 et i > 17° En résonance 1:2 avec Jupiter      
  Anneau externe unusuels                  
                         
   CYBELE      a = 3.31 à 3.67 UA e < 0.35 et i < 26° Entre résonances 1:2 et 3:5      
               
   HILDA      a = 3.74 à 4.02 UA e assez forte et i < 26° résonance 2:3 avec Jupiter      
               
   Après l'Anneau                      
               
   THULE a = 4.28 UA i = 2.3° résonance 3:4 avec Jupiter      
               
   JUPITER-CROSSER INTERNE a entre 3.6 à 5.0 UA  e forte ; objets isolés Coupent vers Q l'orbite de Jupiter    
               
             JUPITER     a = 5.202 UA      
               
   JUPITER-TROYEN EST a  = 4.90 à 5.37 UA e < 0.30 et i < 40° Point de lagrange L4 de Jupiter < 2   
   JUPITER TROYEN OUEST a  = 4.96 à 5.36 UA e < 0.28 et i < 44° Point de lagrange L5 de Jupiter millions  
               
   Après Jupiter                      
               
   JUPITER-CROSSER EXTERNE a  > 5.1 UA q < 5.1 UA et e forte Coupent vers q l'orbite de Jupiter    
               
           SATURNE     a = 9.578 UA      
               
   CENTAURE a = 5.5 à 29 UA q > 5.2 UA/ i < 35°/ e forte "a" situé entre Jupiter et Neptune    
               
            URANUS     a = 19.129 UA      
           NEPTUNE     a = 29.955 UA      
               
   NEPTUNE-TROYEN EST a = 30.1 UA e = 0.02  et i = 1.3° Point de lagrange L4 de Neptune    
   NEPTUNE-TROYEN OUEST a ~ 30 UA Point de lagrange L5 de Neptune    
               
  ANNEAU DE KUIPER                 millions  
               
   KBO interne I a = 30 à 35 UA e forte / q proche Uranus q régi par Uranus ?      
   KBO 5:4 a = 34.9 à 35.2 UA e faible; q > Q Nept.; i < 8° résonance 5:4 avec Neptune      
   KBO 4:3 a = 36.2 à 36.8 UA e < 0.24; q > 27 UA; i < 11° résonance 4:3 avec Neptune      
   KBO interne II a= 36 à 39.1 UA e<0.07-0.13 / q >Q Nept. "Anneau interne" + résonance 4:3    
               
   PLUTON+CHARON a = 39.496 UA q < Q Neptune résonance 3:2 avec Neptune      
   PLUTINO  (KBO 3:2)   a = 39.4 à 39.8 UA q proche Q Nept.; i ~ 20° résonance 3:2 avec Neptune      
               
   KBO interne III a = 39.9 à 41.6 UA e faible; q > Q Neptune "Anneau interne stable ?)      
   KBO 5:3 a = 41.7 à 42.4 UA "e" > 0.21 résonance 5:3 avec Neptune      
               
   CUBEWANO   a = 42 à 47 UA  q >38 UA ; "i","e" faibles ( = Classical KBO )      
               
   KBO 7:4 a ~ 43.4 à 43.8 UA e > 0.18 résonance 7:4 avec Neptune      
   KBO 2:1 a ~ 47.4 à 47.8 UA "e" forte > 0.26 résonance 2:1 avec Neptune      
               
   Scattered Disk Object a > 48 UA ? q < 40 UA  et "e" forte ( = SKBO )  ;  q régi par Neptune    
   KBO 7:3 a ~ 52.5 à 52.7 UA "e" forte et "i" faible         
   KBO 5:2 a ~ 54.9 à 56.3 UA "e" très forte > 0.35 résonance 5:2 avec Neptune      
   KBO 3:1 a ~ 63 UA "e" très forte > 0.4 résonance 3:1 avec Neptune      
               
   Extended Scattered disk a > 48 UA ? q > 40 UA et "e" forte existence encore hypothétique      
               
               
   NUAGE D'OORT  a > 2000 UA ? e > 0.9 et "Q" très grand a ~ 2000 à >10000 UA ?      
     
     
  LE DOMAINE DES GEOCROISEURS EN 2004    
 
 
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
    ( Petr Scheirich, http://sajri.astronomy.cz/asteroidgroups/groups.htm )  
     
 
LES FAMILLES DE L'ANNEAU CISJOVIEN
   
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    ( Petr Scheirich, http://sajri.astronomy.cz/asteroidgroups/groups.htm )  
     
  LES ASTEROIDES EXTERIEURS EN 2004    
 
 
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
    ( Petr Scheirich, http://sajri.astronomy.cz/asteroidgroups/groups.htm )  
     
  LE MONDE DES TRANSNEPTUNIENS CONNUS EN 2004    
 
 
   
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    ( Petr Scheirich, http://sajri.astronomy.cz/asteroidgroups/groups.htm )  
         
     
  Nombre cumulé d'astéroïdes numérotés observables par magnitude V limite pour la période 2003-2050     
      ( pour les premiers 73000 astéroïdes numérotés )        
               
                             
  Ces données ci-dessous peuvent permettre à chacun de connaître le nombre maximal d'astéroïdes     
  observables pour une magnitude limite dépendant du matériel utilisé et des conditions d'observations     
  locales :    
       
      Mag.V max.observable Nbre cumulé d'astéroïdes     Mag.V max.observable Nbre cumulé d'astéroïdes  
     5,0-5,4 1 14,0-14,4 2503    
     5,5-5,9 1 14,5-14,9 4444    
     6,0-6,4 1 15,0-15,4 7940    
     6,5-6,9 4 15,5-15,9 13838    
     7,0-7,4 5 16,0-16,4 22611    
     7,5-7,9 9 16,5-16,9 34190    
     8,0-8,4 17 17,0-17,4 47456    
     8,5-8,9 29 17,5-17,9 59429    
     9,0-9,4 44 18,0-18,9 71509    
     9,5-9,9 71 19,0-19,9 72915    
    10,0-10,4 118 20,0-20,9 72947    
    10,5-10,9 191 21.0-21,9 72960    
    11,0-11,4 272 22,0-22,9 72980    
    11,5-11,9 378 23,0-23,9 72997    
    12,0-12,4 530 24,0-24,9 73000    
    12,5-12,9 751 25,0-25,9 73000    
    13,0-13,4 1080    
    13,5-13,9 1583    
                             
  Si la magnitude maximale moyenne est V12.4 pour les 1000 premiers astéroïdes, elle passe à plus   
  de V16.0 dès le 9ème millier ( objets N°8000 et plus )    
  Les objets à grande excentrixité et les géocroiseurs peuvent cependant temporairement devenir bien   
  observables par les amateurs, lors de leurs passages rapprochés à la Terre    
     
     
     
      Astéroïdes déjà visités par des sondes terrestres    
         
  Astéroïdes   Date rencontre   Sondes        
               
  951 Gaspra   29 octobre 1991   Galileo   Passage à 1600 Km de distance  
  243 Ida   28 août 1993   Galileo   Passage à 2400 Km et satellite Dactyl  
  253 Mathilde   27juin 1997   NEAR   Passage à 1212 Km de distance  
  9969 Braille   29 juillet 1999   Deep Space 1 Passage à environ 26 Km, en aveugle  
  433 Eros   23 décembre 1998   NEAR   Passage à 3830 Km de distance  
  2685 Masursky   23 janvier 2000   Cassini   Passage à 1.6 million de Km de distance  
  433 Eros   Arrivée le 14 février 2000   NEAR-Shoemaker 12 février 2001 : Atterrissage sur Eros  
  5535 Annefrank   02 novembre 2002   Stardust   Passage à 3300 Km de distance  
  25143 Itokawa   Arrivée 12 septembre 2005   Muses-C   20 et 25 novembre 2005 : Atterrissage   
  132524 APL   13 juin 2006   New Horizons Passage à 101867 Km de distance  
  2867 Steins   05 septembre 2008   Rosetta   Passage à 800 Km de distance    
     
     
      Astéroïdes devant être visités par des sondes terrestres dans le futur  
         
  Astéroïdes   Date rencontre   Sondes        
     
  21 Lutetia   10 juillet 2010   Rosetta (ESA)   Anneau 1    
   4 Vesta         Arrivée en 2010 - 1 an en orbite Dawn (NASA)   Anneau 1  
   1 Ceres   Arrivée en 2014   Dawn (NASA)   Anneau 1  
  Pluton-Charon   2015 : durée 6 mois New Horizons (NASA) Plutino    
  TNO   2015 à 2020 - non encore choisis  New Horizons (NASA) TNO    
     
     
     
     
     
     
  LE MONDE DES ASTEROIDES EN IMAGES :    
     
     
 
(25143) Itokawa    
     
  APOLLO 1    
       
  Dimensions : 535 x 294 x 209 m    
       
  Rotation = 12.132 heures    
       
  Amplitude = 0.69 à 1.05 magnitude  
       
  Type S    
       
  Albedo = 0.53    
  Japan Aerospace Exploration Agency         
  ( http://www.isas.ac.jp/e/index.shtml )   Périhélie = 0.953 UA    
         
        Demi-grand axe = 1.324 UA    
         
    Aphélie = 1.695 UA    
     
     
     
     
     
 
(433) Eros    
     
  AMOR 1    
         
  Dimensions : 33 x 13 x 13 Km    
         
  Rotation = 5.270 heures    
         
  Amplitude = 0.04 à 1.49 magnitude  
         
  Type S (silicates)    
         
  Albedo géométrique = 0.16    
           
  Périhélie = 1.133 UA    
         
  Demi-grand axe = 1.458 UA    
         
  Aphélie = 1.783 UA    
       
  Période orbitale = 1.76 année    
       
       
       
       
       
       
  NASA Goddard Space Flight Center        
  http://nssdc.gsfc.nasa.gov/planetary/mission/near/near_eros.html      
         
         
         
 
 
  (951) Gaspra    
         
    FLORA ( anneau interne )    
           
    Dimensions :  19 x 12 x 11 Km    
           
    Rotation = 7.042 heures    
           
    Amplitude = 0.2 à 1.0 magnitude    
           
    Type S      
           
    Albedo = 0.22    
           
    Périhélie = 1.825 UA    
           
    Demi-grand axe = 2.209 UA    
           
    Aphélie = 2.594 UA    
  NASA        
  http://solarsystem.nasa.gov/multimedia/display.cfm?IM_ID=1925      
         
         
         
 
(5535) Annefrank    
       
  FLORA ( anneau interne )    
         
  Dimensions : 6.6 x 5.0 x 3.4 Km    
         
  Rotation =  ?    
         
  Amplitude =  ?    
         
  Type S      
         
  Albedo = 0.24    
         
  Périhélie = 2.073 UA    
         
  Demi-grand axe = 2.213 UA    
         
  Aphélie = 2.352 UA    
       
       
       
       
       
  NASA        
  http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA02885        
           
           
 
 
       
    (2867) Steins    
         
    ( anneau interne )    
           
    Dimensions : 5.0 Km    
           
    Rotation =  6.049 heures    
           
    Amplitude =  0.30 à 0.34 magnitude  
           
    Type E      
           
  European Space Agency   Albedo = 0.24    
  http://www.esa.int/esa-mmg/mmghome.pl        
    Périhélie = 2.017 UA    
           
    Demi-grand axe = 2.363 UA    
           
    Aphélie = 2.709 UA    
         
         
         
 
     
  (253) Mathilde    
       
  ( anneau central )    
         
  Dimensions : 68 x 48 x 46 Km    
         
  Rotation = 417.7 heures    
         
  Amplitude = 0.45 magnitude    
         
  Type C      
         
  Albedo = 0.04    
         
  Périhélie = 1.939 UA    
  NASA          
  http://www.nasaimages.org/luna/servlet/detail/nasaNAS~20~20~120995~227698:Asteroid-Mathilde Demi-grand axe = 2.645 UA    
           
    Aphélie = 3.351 UA    
         
         
         
         
         
         
 
 
  (243) Ida et Dactyl    
         
    KORONIS ( anneau central )    
         
    Dimensions : 56 x 24 x 21 Km    
           
    Rotation = 4.364 heures    
           
    Amplitude = 0.45 à 0.86 magnitude  
           
    Type S      
           
    Albedo = 0.24    
           
    Périhélie = 2.728 UA    
           
    Demi-grand axe = 2.861 UA    
           
  NASA   Aphélie = 2.994 UA    
  http://neo.jpl.nasa.gov/images/ida.html        
    Dactyl = 1.4 Km de diamètre    
         
         
         
         
 
 
  (617) Patroclus    
    compagnon Ménoetius (tour en 4.28 jours)  
           
    JUPITER-TROYEN OUEST (L5)    
           
    Dimensions :     
           
    Rotation = 102.8 heures    
           
    Amplitude = 0.23 magnitude    
           
    Type D ?    
           
    Densité = 0.8 gr /cm3    
           
    Périhélie = 4.496 UA    
           
  Keck Observatory   Demi-grand axe = 5.223 UA    
  http://www.imcce.fr/fr/presentation/equipes/GAP/travaux/patroclus/        
  Dessin : Lynette Cook   Aphélie = 5.951 UA    
         
         
         
         
         
 
Hyperion    
  (Satellite de Saturne)    
         
  Possible astéroïde capturé ?    
         
  Dimensions : 410 x 260 x 220 Km  
  (plus gros objet non sphérique connu)  
         
         
  Rotation = chaotique    
         
  Amplitude = ?    
         
  Densité = 1,4    
         
  Albedo = 0.3    
         
  Révolution = 21,267 jours    
  (orbite perturbée par Titan)    
         
  Distance Soleil = 9.578 UA    
       
         
       
  NASA - ESA - ISA        
  http://saturn.jpl.nasa.gov/science/moons/hyperion/        
         
         
         
 
Phoebe    
  (Satellite extérieur de Saturne)    
         
  Probable astéroïde extérieur capturé  
         
  Dimensions : 230 x 220 x 210 Km  
         
  Rotation = 9,26 heures (non synchrone)  
         
  Amplitude = ?    
         
  Type = C ?    
         
  Albedo = 0.08    
         
  Révolution = 550,31 jours    
  (orbite rétrograde)    
         
  Distance Soleil = 9.578 UA    
         
         
       
         
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
  NASA - ESA - ISA          
  http://saturn.jpl.nasa.gov/science/moons/phoebe/        
         
         
         
         
                 
  LES MAGNITUDES DES ASTEROIDES    
                 
     
     
  Evolution des types de magnitudes astéroïdales relevées et leurs magnitudes absolues    
         
  Les magnitudes observées des astéroïdes sont nécessaires pour :     
    L'élaboration des magnitudes absolues    
    la constitution des éphémérides    
    l'estimation des diamètres approximatifs des astéroïdes    
         
  Durant les 150 premières années d'observations astéroidales, but N°1 = obtention de bonnes positions   
  astrométriques et des orbites fiables    
  Les magnitudes, si mesurées, étaient basées sur le Bonner Durchmusterung (catalogue BD) très imprécis  
  d'où des erreurs systématiques d'une magnitude et plus sur les astéroides     
         
  1ère liste de magnitudes de petites planètes publiée en 1960 par Gehrels et adoptée par l'UAI pour les EMP,  
         
  De 1970 à 1985, magnitude absolue B(1,0) basée sur la bande B photographique du système UBV    
  Les plaques photographiques étaient alors l'outil des observatoires    
  Les magnitudes B(1,0) utilisées étaient issues de listes éditées officialisées en 1978    
         
  Après 1985, changement de bande pour la magnitude absolue renommée H et passant à la bande V  
  La conversion standard de la magnitude B à V avait été établie à H = B(1,0) -1,0 mag    
         
     
  Formule actuelle de calcul des magnitudes V des éphémérides :    
  Basée sur la magnitude absolue d'un astéroïde situé à 1 unité astronomique du Soleil et de la Terre    
  Formule adoptée par la commission 20 de l'Union Astronomique Internationale en novembre 1985 :    
         
    magnitude = H + 5 * log(r*delta) - 2,5 * log [ (1-G)*phi1 + G*phi2 ]     
    avec,       
    phi1 = exp[ -3,33*(tan (bêta/2) )0,63]       
    phi2 = exp[ -1,87*(tan (bêta/2) )1,22]       
         
  H est la magnitude moyenne absolue dans la bande V, avec l'angle de phase solaire = 0°     
  G est le paramètre de pente ( standardisé à  0,15 si le paramètre G n'est pas connu )    
  r et Delta sont les distances héliocentriques et géocentriques    
  Phi 1 et Phi 2 sont 2 fonctions de phase      
  bêta est l'angle de phase       
         
  NB : La formule prédit le pic de lumiere à l'opposition et le décroissement non-linéaire aux larges angles de   
  phase et est valable pour 0<=beta<=120 degrés    
     
  Remarques diverses :    
  Les magnitudes H des astéroïdes numérotés sont utilisées pour la première fois dans les "Ephemerides   
  of Minor Planets" de 1988            
                   
  Des modifications de ces magnitudes H ont été faites principalement en 1992 et des révisions pour la   
  dernière fois par le Minor Planet Center en 1998      
                   
                   
  Divers écarts de magnitude absolue ont été reportés par les observateurs visuels avant 1996.     
  La plupart des grands écarts repérés ont été pris en compte par le MPC :    
       
        TABLEAU DES OBJETS A GRAND ECART DE MAGNITUDE ABSOLUE 1980 A 1996  
         NOM ET NUMERO  ECART   NOM MAG. MAG. MAG. MAG.      
  ASTEROIDE MAG. DATES OBSER- B(1,0) H H H   REMARQUES  
      VUE   VATEUR EMP87 88-91 92-97 1998 à      
  ( F=plus faible ou B= plus brillant que prévu dans les EMP annuels )   2006      
                     
  316 Goberta   1,2 +B 88/11/11 Pilcher 11,5 11,5 9,8 9,8 Correction EMP92  
  473 Nolli   1,0 +F 88/02/10 Harvey - 10,0 12,3 12,3 Correction EMP92  
  1206 Numerowia   1,6 +F 89/10/22 Harvey 12,4 9,5 11,2 11,8 Correction EMP92  
  1212 Francette   2,0 +F 80/02/12 Pilcher 8,0 9,4 9,5 9,54 Correction EMP87  
      0,8 +F 83/08/09 Fabre          
      2,2 +F 85/10/10 Harvey          
  1293 Sonja   1,8 +F 92/11/08 Harvey 15,4 14,0 12,0 12,0 Erreur sur EMP92  
                1,3-1,6 +F 96/08/09 Faure          
  1656 Suomi   1,0 +F 87/11/21 Harvey 15,4 13,1 12,4 12,4 Erreur sur EMP87-92  
      1,1 +F 96/02/24 Faure          
  1663 Van Den Bos 1,5 +B 90/11/12 Harvey 14,9 13,7 12,2 12,2 Correction / EMP92  
  1890 Konoshenkova 1,0 +F 95/12/21 Harvey 12,6 11,2 10,8 10,8 Erreur sur EMP92 ?  
  2143 Jimarnold   2,5 +F 97/08/31 Faure 15,3 14,1 11,2 14,3 Correction EMP98  
  2183 Neufang   1,0 +F 90/06/20 Harvey 12,6 11,4 11,5 11,5      
  2491 Tvashtri   1,5 +F 87/01/03 Harvey 14,6 13,7 13,7 13,68    
  2791 Paradise   1,3 +F 88/01/24 Harvey 13,0 11,5 12,2 11,5    
  3578 Carestia   1,8 +F 91/10/04 Faure - 10,5 8,1 11,6 Erreur sur EMP89/92  
      1,9 +F 91/10/13 Harvey          
      3,0 +F 96/07/22 Garrett       Correction EMP98  
      3,1 +F 96/09/04 Garrett          
  3873 Roddy   1,4 +F 92/12/03 Harvey - 13,1 11,8 12,0 Erreur sur EMP92  
                1,3-1,6 +F 96/06/11 Faure          
  4116 Elachi   1,2 +F 94/03/16 Harvey - 13,3 13,0 13,2    
  4729 1980 RO2   1,3 +B 90/10/17 Harvey - - 13,1 13,0    
  4744 1988 RF5   1,2 +F 91/01/26 Harvey - 11,6 10,9 11,1 Erreur sur EMP92 ?  
  5641 Mc Cleese   1,7 +F 95/03/25 Harvey - - 12,7 12,7      
  5905 Johnson             1,1-1,4 +F 95/08/02 Harvey - - 13,0 13,2      
                   
                   
  Origines des écarts de magnitude H        
                   
  Erreurs éventuelles d'appréciation des magnitudes photographiques ayant servi de base pour élaborer   
  les magnitudes absolues B(1,0) reportées sur les magnitudes H    
         
  Imprécisions complémentaires relevant de la conversion standard de B(1,0) à H, par H = B(1.0) + 1.0 mag,   
  pour certains des premiers milliers d'asteroïdes numérotés      
     
  Magnitudes H des nouveaux astéroïdes réferencés souvent établies à partir de magnitudes de bandes   
  diverses photométriques (sensibilités différentes des capteurs CCD et mentions erronées de bande)  
                   
  Magnitudes H des nouveaux astéroïdes réferencés souvent établies à partir de références stellaires   
  de gros catalogues stellaires imprécis utilisés par les CCDéistes.      
     
  Dans la pratique, le SEUL paramètre finalement recherché est la magnitude H calculée par le MPC   
  à l’aide des magnitudes fournies par les astrométristes, mesures complémentaires à celles astrométriques  
  et souvent approximatives, voire mal définies en sus, au niveau de la bande de couleur réelle des mesures.  
                   
  A peine quelques centaines de magnitudes H au centième de magnitude et moins de 200 paramètres de   
  pente G différents du standard de 0.15 sont inclus pour les 215000 astéroïdes numérotés du MPC.    
  La précision pour H, même au dixième de magnitude, est loin d’être acquise pour tous les astéroïdes…  
  avec de nombreuses erreurs d’un dixième à parfois plusieurs magnitudes !    
                   
  Les origines des imprécisions des magnitudes H sont très bien expliquées dans un point fait à l'IMCCE   
  par Alberto Cellino de l’INAF de Turin. Il est accessible à :      
  http://www.imcce.fr/hosted_sites/tempsespace/archives/seminTE-09-06-2008.pdf  
                   
                   
  En septembre 2008, suite à une discussion sur la Minor Planet Mailing List , le MPC a repris les modifications  
  des magnitudes H des astéroïdes définitivement numérotés, après l'élimination de l'obligation pour   
  le MPC d'utiliser les listes de magnitudes officielles.      
                   
  Les astéroïdes à problèmes de magnitude sont nombreux : 1 sur 10 observés environ parmi les  
  petites planètes brillantes ( V < 16 )    
    (estimation basée sur le nombre d'objets du MAP et pré-MAP par rapport aux 4700 objets vus par Harvey)    
               
               
     
             
    Une preuve visuelle de l'existence d'écarts de magnitude importants : (921) Jovita !!  
      ( 0,06 mag de demi-amplitude maximale de variabilité connue )    
             
 
   
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
           
             
     
     
     
     
           
  HISTORIQUE DU MAP    
           
     
     
  Fin 1996, création du "Magnitude Alert Project" par Lawrence GARRETT de la Minor Planet Section de l'ALPO  
                 ( Association of Lunar and Planetary Observers )   
  BUT : Publier des messages d'alertes sur les astéroïdes discordants en magnitude par rapport aux éphémérides  
       
  Aide de Dr Richard BINZEL (Spécialiste photométrique mondial) au démarrage du programme    
       
  Ayant eu le même désir pour ces asteroïdes à magnitudes discordantes, je rejoins de suite le MAP début 1997  
  En tant que membre d'AUDE ( Association des Utilisateurs de Détecteurs Electroniques ), j'ai alors proposé de faire   
  des mesures pour le MAP aux autres membres d'AUDE    
       
  Les buts du MAP sont de repérer les objets aux erreurs de magnitude H de 0,3 magnitude et plus,     
  de faire un suivi des objets du MAP et d'estimer la véritable magnitude absolue H     
                   
  Il faut pour cela obtenir un MAXIMUM de mesures en V ou proches de V et faites sur plusieurs oppositions,  
  et par plusieurs observateurs, pour pouvoir STATISTIQUEMENT éliminer les sources d'erreurs (variabilité,   
  écarts personnels et erreurs diverses ).     
       
  Quelques mesures faites dans une nuit sur un ou plusieurs objets peuvent toujours être bien utiles  
  C'est une tâche peu ardue, réalisable sur une partie de nuit…ou intercalable entre diverses autres observations  
       
       
       
  LE CRENEAU ACTUEL DU MAP ( CHEZ LES AMATEURS )    
       
  ASTEROIDES < 6 UA OCCULTATIONS COURBES DE LUMIERE   MAP    
       
  DIAM. >  75 KM   Orbite précise connue              
      Lieux occult. prédits sûrs      
      mag H sûre à 0.1 mag     => hors buts MAP    
         
  Diamètre    très précis   non    
  H à 0.01 mag   avec aide courbe lumière    calage sur la bande V   non    
  albedo   avec aide courbe lumière   à faire….   non    
  type taxonomique avec aide courbe lumière   non    
  période de rotation   non   oui   parfois tentable    
  variabilité de lumière   non   oui   repérable si forte    
  formes visibles de l'objet   oui   oui   non    
                           
  DIAM. <  75 KM   Orbite moins sûre      
      Largeur bande occ. étroite      
         
  H à 0.1 mag   peu aisé    calage dur sur la bande V   possible  
  estimation diamètre   peu aisé   ( étoiles faibles + filtres )   possible  
  période de rotation   non   oui   parfois tentable    
  variabilité de lumière   non   oui   repérable si forte    
  formes visibles de l'objet   peu aisé   estimable   non    
                   
         
      OBLIGATION DE REOBSERVER L'OBJET A PLUSIEURS OPPOSITIONS      
       
       
  De 1997 à 2002, les observateurs de 2 associations ont constitué le noyau des Observateurs du MAP :   
    Les observateurs visuels de la Minor Planet Section de L'ALPO     
    Les Observateurs d'AUDE utilisant des caméras CCD    
  Divers autres observateurs CCD notamment américains ( Brian WARNER du CALL,... ) ou italiens ( Sergio     
  FOGLIA et al ) ont aussi effectué des mesures pour le MAP, directement ou via les courbes de lumière    
     
  Les 6 observateurs visuels les plus actifs sont tous des membres du club virtuel dénommé "Millenium Club"   
  formé des 9 membres ayant observé visuellement PLUS DE 1000 ASTEROIDES DIFFERENTS, voire plusieurs  
  milliers - comme Roger HARVEY, recordman inégalé avec plus de 4700 objets - et ayant effectué de 2500 à   
  21000 observations astéroïdales  !    
     
  Les Observateurs CCD, principalement Audiens au début, ont été réorientés par certains professionnels d'AUDE  
   vers les courbes de lumière des astéroïdes ( groupe CDR-CDL de Raoul BEHREND ), plus faciles à gérer, par   
  photométrie comparative, sans les problèmes liés à la photométrie absolue.    
       
  Entre 2003 et 2007, l'activité a continué principalement visuellement    
       
  Renouveau des possibilité CCD depuis 2008, avec l'usage du catalogue photométrique CMC 14 possible   
  à présent sur le logiciel "Astrometrica" grace à son créateur Herbert RAAB et les anglais Roger DIMOCK    
  et Richard MILES    
     
  Ce logiciel est téléchargeable à :   http://www.astrometrica.at/astrometrica.html     
    (essai gratuit puis somme modique de 25  EUR si utilisé)    
     
  Durant ces 8 derniers mois, 118 mesures CCD pour 81 visuelles !     
  Les observateurs CCD actifs actuellement dans le MAP sont principalement anglais ou français, hors AUDE.  
     
     
     
    TABLEAU DES PLUS ACTIFS OBSERVATEURS DU MAP A FIN 2006    
    En bleu, les observateurs visuels En or, les observateurs CCD ( mesures souvent enchaînées )  
       
  NOMS OBSERVATEURS     NOMBRE DE MESURES visuelles CCD CCD  CCD   
      ( au 31 décembre 2006 )      Tycho USNO GSC  
         
  Gérard FAURE     France 715   667 44 4    
  René ROY     France 474     402 72  
  Andrew SALTHOUSE     USA 295   295    
  Roger HARVEY     USA 293   293    
  Jean-Marie LLAPASSET     France 200     132 68  
  Pierre ANTONINI     France 174     92 82  
  Bernard CHRISTOPHE     France 138     138    
  Lawrence GARRETT     USA 121   121    
  Claude BOIVIN     Canada 110     78 32  
  Stefano SPOSETTI     Suisse 102     60 42  
  Robin CHASSAGNE     France 91     39 52  
  Stephane MORATA/Didier MORATA France 68     43 25  
  Raoul BEHREND ( +6 MOWLAVI + REVAZ) Suisse 64     54 10    
  Frederick PILCHER     USA 62   62    
  Bruno  CHARDONNENS     Suisse 43     43    
  Olivier THIZY     France 42     1 41  
  Serafino Zani Observatory     Italie 41     41    
  (FOGLIA,CREMASHINI, MARINELLO, PIZETTI)        
  Emmanuel BROCHARD     France 34     17 17    
  Raymond PONCY     France 33     18   15  
  Fernand VAN DEN ABBEEL   Belgique 29     14 15    
  Dennis CHESNEY     USA 27     27    
  Ben HUDGENS     USA 26   26    
  Philippe MARTINOLE     France 24     24    
  Jean-Gabriel BOSCH     Suisse 23     23    
     
     
     
    CARACTERISTIQUES DES OBSERVATEURS VISUELS DU MAP, AU 20 MARS 2009    
      (par ordre d'entrée dans le Millenium Club)    
           
                           
     Observateurs Activité Téles- Pays Lieu d' Mag Nombre  Nombre  Honorés    
            visuels  visuelle cope   Obser- limite d'obser d'astéroïdes par    
       depuis  actuel   vation locale vations différents l'astéroïde  
      ......                
                         
  PILCHER 1968 35 cm USA Illinois 14,9 > 4500 1816           (1990) Pilcher  
                       
  HARVEY 1974 73 cm USA North 16 ~ 11000 4780           (4278) Harvey  
            Carolina          
                       
  FAURE 1975 20 cm France Isère 16,5 ~ 4800 2095      (8297) Gerardfaure  
                       
  SALTHOUSE 1965 45 cm USA New  14,5 ~ 20500 1999    
            Jersey          
                       
  HUDGENS 1972 40 cm USA Texas 15,5 >5000 2300    
                       
  GARRETT 1974 32 cm USA Vermont 15,9 ~ 2800 1240    
                       
  BOOKAMER 2000 41 cm USA Floride 14,7 4350 1066      
                           
       
       
    LES SIX OBSERVATEURS VISUELS DU MAP LES PLUS ACTIFS      
       
     
 
 
   
 
     
 
   
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
            Frederick PILCHER             Roger HARVEY               Gérard FAURE    
     
 
 
 
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
           Andrew SALTHOUSE              Ben HUDGENS         Lawrence GARRETT    
                  
                 
                   
                   
    L'EQUIPEMENT ASTRONOMIQUE UTILISE PAR CHACUN DES OBSERVATEURS VISUELS      
                   
                 
                 
 
 
     
 
       
                 
                 
                 
                 
                 
      C 14  PILCHER            
                 
                 
                 
                 
                 
                 
    Type de Celestron 14 utilisé par Frederick PILCHER   Coupole et télescope de 73cm de Roger HARVEY  
                 
 
 
     
 
       
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
    Celestron 8 et panneaux mobiles de Gerard FAURE     Andrew SALTHOUSE et son télescope de 45 cm  
                 
 
 
     
 
       
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
    Ben HUDGENS et l'un de ses telescopes ( Meade 16 )     Le télescope de 32 cm de Lawrence GARRETT  
                 
                 
  Malgré l'usage de télescopes de grand diamètre, les 5 observateurs américains sont génés par la   
  pollution lumineuse de grandes villes proches. Contre toute attente, c'est donc le petit télescope de   
  20 cm, utilisé dans un ciel pur de montagne qui a l'une des magnitudes limites les plus élevées.    
  La limite théorique de magnitude pour un télescope est vite franchie, dès que l'observateur peut observer   
  sous un ciel pur et calme, à plus de 40° de l'horizon et par fort grossissement       
                 
                 
                 
  LES ASTEROIDES SUIVIS PAR LE MAP          
                 
                 
  astéroïdes du MAP par groupe au 01-03-2009 :        
           
  Géocroiseurs   51      
  Mars-crossers   37      
  Hungaria   9      
  Anneau   383      
  Jupiter-Troyens et jupiter-crosser   7      
         
  astéroïdes dans la Base du MAP   487      
           
           
  Répartition des objets du MAP par millier de numéros définitifs d'astéroïdes au 01/03/2009    
           
  Les objets "brillants" des 8 premiers milliers sont les plus accessibles aux observateurs amateurs  
  Au delà du N°100000, il n'y a que les géocroiseurs et les mars-crossers qui peuvent devenir "brillants"  
           
  Tranches de numéros Total        
           
  1 à 999     45        
  1000 à 1999   94   dont 3 Mars-crossers      
  2000 à 2999   42            
  3000 à 3999   22   dont 1 Géocroiseur et 4 Mars-crossers    
  4000 à 4999   44   dont 1 Géocroiseur et 3 Mars-crossers    
  5000 à 5999   55   dont 2 Géocroiseurs et 5 Mars-crossers    
  6000 à 6999   45   dont 3 Géocroiseurs et 3 Mars-crossers    
  7000 à 7999   29   dont 1 Géocroiseur et 4 Mars-crossers    
  8000 à 8999   6   dont 2 Géocroiseurs      
  9000 à 9999   8   dont 1 Géocroiseur et 2 Mars-crossers    
  10000 à 19999   39   dont 3 Géocroiseurs et 1 Mars-crosser    
  20000 à 29999   11   dont 3 Géocroiseurs et 2 Mars-crossers    
  30000 à 39999   8   dont 2 Géocroiseurs et 1 Mars-crosser    
  40000 à 49999   6   dont 3 Mars-crossers      
  50000 à 99999   4   dont 2 Géocroiseurs et 1 Mars-crosser    
  100000 à 199999   15   tous Géocroiseurs (12) ou Mars-crossers (3)    
  Non-numérotés   14   tous Géocroiseurs      
    487        
           
           
           
  Répartition des astéroïdes du MAP par magnitudes H officielles à fin 2006 (pour 416 objets) :    
           
  L'éloignement croissant à la Terre fait diminuer progressivement le nombre de petits objets observés  
           
           
  Magnitude Total      Géocroiseurs Mars-         Hungaria Anneau   Jupiter-    
   absolue       crosser       troyens    
                       
  mag H = 8 9           5   4    
  mag H = 9 15           14   1    
  mag H = 10 53           52   1    
  mag H = 11 111     1   1 109        
  mag H = 12 113     12   3 98        
  mag H = 13 64   1 7   4 51   1    
  mag H = 14 11   2 6     3        
  mag H = 15 6   5 1              
  mag H = 16 9   9                
  mag H = 17 5   5                
  mag H = 18 8   8                
  mag H = 19 3   3                
  mag H = 20 7   7                
  mag H = 21 2   2                
      416   42 27   8 332   7    
  % sur le Total     10% 6%   2% 80%   2%    
                   
                 
                 
  IMPACT DE LA VARIABILITE NATURELLE DES ASTEROIDES :    
     
  Répartition de 2658 amplitudes maximales de magnitude des courbes de lumière au 15/10/06    
      (Base photométrique G.FAURE du 15/10/2006)        
           
  Amplitude  Nombre    % du Total  % cumulé   demi-amplitude maximale  
  maximale d'astéroïdes    total cumulé    
       
  Moins de 0.1 mag 202   8% 202 8%   Moins de 0.05 mag    
   0.1x mag 609   23% 811 31%   Environ 0.05 mag    
   0.2x mag 571   21% 1382 52%   Environ 0.1 mag    
   0.3x mag 423   16% 1805 68%   Environ 0.15 mag    
   0.4x mag 286   11% 2091 79%   Environ 0.2 mag    
   0.5x mag 177   7% 2268 85%   Environ 0.25 mag    
   0.6x mag 118   4% 2386 90%   Environ 0.3 mag      
   0.7x mag 62   2% 2448 92%   Environ 0.35 mag    
   0.8x mag 61   2% 2509 94%   Environ 0.4 mag    
   0.9x mag 53   2% 2562 96%   Environ 0.45 mag    
   1.0x mag 23   1% 2585 97%   Environ 0.5 mag    
   1.1x mag 29   1% 2614 98%   Environ 0.55 mag    
   1.2x mag 13   0% 2627 99%   Environ 0.6 mag    
   1.3x mag 9   0% 2636 99%   Environ 0.65 mag    
   1.4x mag 9   0% 2645 100%   Environ 0.7 mag    
   1.5x mag 3   0% 2648 100%   Environ 0.75 mag 1 NEA sur 3  
   1.6x mag 2   0% 2650 100%   Environ 0.8 mag   1 NEA sur 2  
   1.7x mag 3   0% 2653 100%   Environ 0.85 mag 2 NEA sur 3  
   1.8x mag 0   0% 2653 100%   Environ 0.9 mag    
   1.9x mag 0   0% 2653 100%   Environ 0.95 mag    
   2.0 mag et plus 5   0% 2658 100%    1.0 mag et plus               Tous NEA  
  Total   2658   100%      
           
           
  Les 200  objets du MAP pour lesquels une courbe de lumière est connue donne un % de 87% cumulé, pour une  
  demi-amplitude maximale de 0.3 magnitude. Les objets très variables pouvant être plus vite repérés, le % des   
  demi-amplitudes < 0.3 mag est plus bas pour le MAP    
           
           
  La variabilité naturelle des astéroides n'est pas un problème crucial pour le MAP car :    
           
  1) Les astéroïdes ne sont pas à leur amplitude maximale à chaque opposition    
       
  2) Quand ils y sont, ils ne sont à leur maximum ou minimum que très peu de temps, une fois par   
      rotation complète, la moyenne de la période de rotation des astéroïdes étant de 9 heures environ  
       
  3) C'est la demi-amplitude de lumière seulement qui peut être problématique pour le MAP    
      90% des astéroïdes aux courbes connues n'ont au plus que 0.3 mag de demi-amplitude maximale !  
       
  4) Pour les 10% d'astéroides plus variables, la demi-amplitude maximale ne joue que lors de certaines   
       oppositions, aux moments des maximums et minimums de lumière...donc en moyenne moins de 1   
       observation sur 6 à 8 faites  !        
           
  5) En moyennant l'ensemble des mesures obtenues, l'effet statistique minore ou élimine l'impact des   
      mesures faites près d'un maximum ou d'un minimum de lumière        
           
       
  La variabilité naturelle des astéroïdes n'a donc que peu d'incidence sur les mesures du MAP !  
         
         
  Alan Harris, spécialiste mondial en photométrie astéroïdale a fait la même analyse dans un message à  
  la "Minor Planet Mailing List" le 15 septembre 2008 :        
  "I recently examined the Lightcurve Data Base (LCDB), maintained by myself, Warner and Pravec, and   
  can essentially confirm the comments by Gerard FAURE....        
  ... I would have to say that lightcurve variation hardly even enters into the uncertainty budget of an H  
  value derived from estimates of magnitude made from astrometric surveys alone..."    
           
                 
                 
  IMPACT DES MESURES ISOLEES SUR LE CALCUL DES MAGNITUDES H :      
                 
  Une des critiques de base du travail du MAP sur AUDE et ailleurs fut d'avancer que des mesures isolées   
  situées quelque part sur la courbe de lumière ne pouvaient permettre le calcul des magnitudes H  
                 
  Le faible impact de la variabilité naturelle sur les mesures de magnitudes contredit déjà cette critique  
                 
  Le calcul de l'écart sur une magnitude H se faisant en moyennant tous les écarts individuels, les erreurs  
  de mesures ou les incidences de la variabilité sont statistiquement réduits voire éliminés      
                 
  Dans le même message que pour la variabilité à la "Minor Planet Mailing List" le 15 septembre 2008,  
   l'Astronome professionnel Alan Harris, spécialiste mondial en photométrie astéroïdale a écrit :    
  "... I would further add that Jewitt, along with his students Mann (not a man) and Lacerda have  found   
  that a set of only several (less than 10) photometric measurements separated in time by more than   
  the presumed but unknown rotation period of an asteroid suffice to pin down the mean magnitude and   
  amplitude of variation to within 0.1 magnitude or so."        
                 
  Même si le MAP ne peut prétendre avoir fait des mesures de qualité supérieure, cette étude de Jewitt  
   a le mérite de montrer que des mesures isolées peuvent donc permettre de calculer une magnitude H   
  correcte au dixième de magnitude !          
                 
                 
                 
                 
             
  RESULTATS DU MAP      
             
     
     
           
  Etat actuel des objets du MAP au 01/03/2009 :        
           
  Objets incorporés au début dans le MAP car observés avec au moins 0,3 mag d'écart la 1ère fois    
         
         
  Nombre d'oppositions observées pour les objets du MAP :      
         
    347 objets du MAP observés à 1 opposition      
    89 objets du MAP observés à 2 oppositions      
    39 objets du MAP observés à 3 oppositions      
    8 objets du MAP observés à 4 oppositions      
    2 objets du MAP observés à 5 oppositions      
    2 objets du MAP observés à 6 oppositions      
         
         
  Au 01/03/2009, sont considérés comme non discordants au niveau de la mag H dans le MAP :    
         
    70 objets dont écart MAP < demi-variabilité, suite à l'accumulation de mesures    
    20 objets dont les mesures successives ont ramené l'écart sous 0,2 voire 0,1 mag    
    11 objets dont le MPC a rectifié sa mag H, proche alors de la mag H MAP    
               
    101 objets du MAP soit 20,7% du total      
         
  On a ainsi la preuve indirecte de l'efficacité du traitement statistique des mesures obtenues    
    ( minoration de l'impact de la variabilité naturelle des astéroïdes et des erreurs de mesures )    
             
    16 astéroïdes ont déjà eu leur magnitude H révisée et publiée      
    12 astéroïdes auront bientôt leur magnitude H révisée et publiée      
             
    358 astéroïdes du MAP restent donc réobservables !      
    Les plus urgents sont les objets déjà observés sur 2 oppositions    
    Les plus intéressants ensuite sont les grands discordants    
           
             
             
   
  Les 20 Objets du MAP les plus discordants ( différence > 1,00 magnitude ) au 01/03/2009 :  
   
  Numéro, nom et Groupe Ecart mag H   demi- Oppo- mesures Obser- Historique Magnitude H  
  variabilité sitions vateurs 88-91 92-97 98 et +  
  (maximale)  
  (1444) Pannonia 2,5 F 0.29 5 457 8 11.0 10.6 9.1    
  (6911) Nancygreen (Hungaria) 1,7 F 0.26 3 11 4 - - 12.4    
  (1388) Aphrodite 1,6 F 0.40 3 12 4 11.10 10.81 8.89    
  (6823) 1988 ED1 1,6 F? 0.15 2 5 3 - - 11.0    
  (44227) 1998 QP14 1,6 F? ? 1 10 1 - - 13.3  
  (1384) Kniertje 1,4 F 0.26 3 122 6 11.7 11.2 9.7    
  (5641) Mc Cleese (Mars-cr) 1,4 F 0.06 3 15 5 - 12.7 12.7  
  (4440) Tchantches (Hungaria) 1,4 F? 0.16 2 141 5 - 12.5 12.3    
  (5738) Billpickering (Mars-cr) 1,3 F? 0.23 1 7 4 - 14.1 14.1  
  (5785) Fulton 1,3 F? ? 1 9 4 - 11.7 11.8  
  (881) Athene 1,2 F 0.27 4 12 4 10.27 10.29 10.29    
  (8021) Walter 1,2 F? 0.04 1 36 3 - - 12.8  
  (4860) Gubbio 1,2 F? 0.43 1 4 2 - 11.8 11.8  
  (10772) 1990 YM 1,2 F? 0.65 1 4 1 - - 12.7  
  (1166) Sakuntala 1,1 F 0.20 4 18 4 11.5 11.3 8.8    
  (3873) Roddy (Mars-cr.) 1,1 F 0.05 3 3 3 13.1 11.8 12.0  
  (5749) 1991 FV 1,1 F ? 3 6 4 - 10.7 10.7    
  (5026) Martes 1,1 F? ? 1 3 2 - 13.2 12.9  
  (4483) Petofi (Hungaria) 1,1 F 0.53 5 21 7 - 11.9 11.9    
  (7304) Namiki (Mars-cr.) 1,0 F? 0.48 1 5 2 - - 13.3    
               
  Il est à remarquer que les demi-variabiltés maximales connues sont presque toutes bien faibles par rapport aux   
  écarts de magnitude dont l'existence est donc très probablement à imputer à de réels écarts de magnitude H  
       
  Les objets observés à une seule opposition on un écart de magnitude qui pourrait diminuer dans le futur  
       
  Les résultats du MAP les plus marquants ( Analyse 2006 )  
  DIAMETRE MOYEN  
      Oppositions Mesures Obser- H MPC # MAP H MAP MPC MAP  
  vateurs estimé estimé  
  en Km en Km  
       
  (921) Jovita 6 30 5 10,6 -0,9 9,7 33,4 50  
  (1444) Pannonia 5 457 8 9,1 2,6 11,7 65 19,9  
  (9117) Aude 5 36 9 12,4 0,7 13,1 14,3 10,4  
  (3904) Honda 4 42 8 11,3 0,7 12,0 23,7 17,5  
  (4483) Petofi (Hungaria) 4 19 6 11,9 1,1 13,0 18,3 11  
  (1166) Sakuntala 4 18 4 8,8 1,1 9,9 74,5 45  
  (881) Athene 4 12 3 10,3 1,3 11,6 38 20,7  
  (1384) Kniertje 3 121 6 9,7 1,7 11,4 50 22,6  
  (5641) Mc Cleese (Mars-cr) 3 15 5 12,7 1,4 14,1 12,5 6,2  
  (612) Veronika 3 15 3 11,2 -0,4 10,8 24,8 30,2  
  (1388) Aphrodite 3 12 4 8,9 1,6 10,5 71 35  
  (6354) Vangelis 3 12 3 11,8 0,5 12,3 19,1 15,1  
  (1239) Queteleta 3 10 4 12,5 -0,6 11,9 13,5 18,3  
  (1296) Andree 3 9 3 10,9 0,4 11,3 28,6 23,7  
  (1656) Suomi (Mars-cros) 3 9 3 12,4 0,5 12,9 14,3 11,5  
  (3455) Kristensen 3 5 4 12,7 0,8 13,5 12,5 8,5  
   
  Dans cette liste, 4 objets avec une taille estimée divisée par 2 et 1 objet augmentant sa taille de 50 % !!  
  Un beau résultat acquis par des amateurs !!  
  Tous ces astéroïdes ont été observés à 3 oppositions et plus et ont une faible demi-variabilité  
   
           
           
           
  Quelques résultats comparatifs entre le MAP et les observateurs professionnels    
     
  Durant les 12 dernières années, peu de magnitudes H d'objets du MAP traitées indépendamment par    
  des spécialistes en photométrie.    
     
  Quelques résultats ont été publiés en 2006, suite à des courbes de lumière :    
     
    Oppos. Mesures # MAP H MPC H MAP H révisé Observatoire    
               
  (4440) Tchantches (Hungaria) 2 141 1,4/F 12,3 13,7 14,0 Simeis MPB 2006-2   
  (4860) Gubbio   1 3 1,2/F 11,8 13,3 13,3 Warner Message MAP 30/10  
  (5641) Mc Cleese (Mars-crosser) 3 15 1,4/F 12,7 14,1 14,4  Ondrejov MPB 2006-1  
     
  En l'absence des indices V-R précis des astéroïdes, les V-R ont été estimés à 0.4 magnitude par les   
  observatoires concernés    
  l'Indice V-R réel peut différer pour la majorité des astéroïdes du premier anneau de +/- 0,2 mag    
     
  L'écart de Gubbio à mag v16.0-16.1 réelles a été repéré visuellement en octobre 2006  avec un T20cm,   
  puis confirmée en CCD, par Warner (CALL) !    
           
           
  Ecart moyen de magnitude absolue H dans le MAP par dixième de magnitude en 2006 :    
           
  Ecarts arrondis B/x,x F/x,x Total  %  cumul %   Légende    
         bande V Objets Objets     Objets   B/x,x = plus brillant que prévu de x,x mag  
            F/x,x = plus faible que prévu de x,x mag  
  0 mag 5 5 10 2,43% 2,43%   Total = nombre d'objets à chaque écart  
  0,1 mag 15 15 30 7,28% 9,71%   % =   % sur le total des objets du MAP  
  0,2 mag 23 25 48 11,65% 21,36%          
  0,3 mag 17 46 63 15,29% 36,65%          
  0,4 mag 14 41 55 13,35% 50,00%      
  0,5 mag 7 62 69 16,75% 66,75%      
  0,6 mag 4 36 40 9,71% 76,46%      
  0,7 mag 1 33 34 8,25% 84,71%      
  0,8 mag 3 17 20 4,85% 89,56%      
  0,9 mag 4 15 19 4,61% 94,17%      
  1,0 mag   4 4 0,97% 95,15%      
  1,1 mag   4 4 0,97% 96,12%      
  1,2 mag   3 3 0,73% 96,84%      
  1,3 mag   4 4 0,97% 97,82%      
  1,4 mag   3 3 0,73% 98,54%      
  1,5 mag   1 1 0,24% 98,79%      
  1,6 mag   4 4 0,97% 99,76%      
  1,7 mag     0,00% 99,76%      
  1,8 mag     0,00% 99,76%      
  1,9 mag     0,00% 99,76%      
  2 mag     0,00% 99,76%      
  2,6 mag   1 1 0,24% 100%      
      93 319 412        
  indéfini     4        
    Total Général 416        
           
           
  Une majorité d'objets du MAP sont plus faibles que prévu      
  La discordance de lumière est inférieure à 0.5 magnitude pour 50% des objets du MAP     
  5% des objets du MAP ont cependant une discordance de magnitude H de 1.0 magnitude et plus  !  
           
           
     
     
           
  OUTILS DU MAP      
           
       
       
  MAP ALERTS Publiées par mail par L. GARRETT pour 45 receveurs actuels amateurs et professionnels  
    Elles contiennent les nouvelles sur les dernières observations d'objets du MAP et des appels   
    à observations          
               
      S'inscrire auprès de : mapalerts@myfairpoint.net    
           ou :   gpmfaure@club-Internet.fr    
           
    Archives chargeables à : http://home.myfairpoint.net/lgasteroid1/map/  
           
           
  MAP DATABASE          
                 
  Elle contient l'ensemble des mesures faites pour le MAP, par astéroïde, avec un écart de magnitude   
  moyenné par nuit pour l'ensemble des mesures faites sur la nuit considérée    
  Même les mesures rejetées sont présentes dans la base ( dans l'attente de possibles corrections ) mais elles ne   
  contribuent pas aux résultats.          
             
  Minimum pour s'assurer d'un écart de magnitude H : 3 oppositions observées avec au moins 3 observateurs,   
  pour minorer les différences de vision de l'astéroïde vu de la Terre, d'une opposition à l'autre, et pour   
  aplanir les écarts personnels éventuels          
             
  Maximum de mesures à faire par astéroïde pour statistiquement éliminer la variabilité et les erreurs   
  diverses possibles des observateurs          
             
  Mesures à réaliser avec l'un des catalogues stellaires et dans l'une des bandes de lumière admis par le  
  programme du MAP, pour les mesures CCD        
           
           
  Au 01/03/2009, la MAP Database contient 487 astéroïdes et 5337 mesures individuelles    
  ( certaines mesures sont moyennées sur une seule ligne de la base pour les longues séries de mesures CCD)  
           
    Récapitulatif sur page HTML chargeable sur :           
        http://www.astrosurf.com/map/MAP_DATABASE_recap.htm               
    Base complète sur fichier Excel zippé chargeable sur :           
        http://www.astrosurf.com/map//MAP_DATABASE_measures.zip    
               
           
    EXTRAIT DE LA MAP DATABASE AU 17/10/2006 POUR UN ASTEROIDE    
 
 
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
           
           
  TYPES DE MAGNITUDES PRESENTES DANS LE MAP  
   
   Type de magnitude: Les types les plus recommandés sont en caractères gras  
  AMv  Magnitude visuelle établie par comparaison d'astéroïdes   
  CMu  Magnitude CCD non filtrée et établie à l'aide du catalogue CMC14 (Mag V) et le logiciel "Astrometrica"      
  CMr  Magnitude CCD non filtrée et établie à l'aide du catalogue CMC14 (Mag R) - Utilisée pour la révision de H avec R-V = 0.4      
  GMv  Magnitude visuelle, à l'aide du catalogue GSC Non utilisée pour la révision de H  
  UMv  Magnitude visuelle, à l'aide du catalogue USNO-A (mag V de GUIDE) Déconseillée  
  UMr  Magnitude CCD non filtrée, à l'aide de l'USNO-A (mag R) Utilisée pour la révision de H avec R-V = 0,4  
  SMr  Magnitude CCD non filtrée, avec l'USNO-SA (mag R) Utilisée pour la révision de H avec R-V = 0,4  
  GMu  Magnitude CCD non filtrée, à l'aide du GSC Non utilisée pour la révision de H  
  GMt  Magnitude CCD non filtrée, à l'aide du GSC et corrigée avec le Tycho 2 en V  
  LMu  Magnitude CCD non filtrée, à l'aide du LONEOS (dont PGSC) OU DU LANDOLT (mag V)  
  SMu  Magnitude CCD non filtrée, à l'aide de l'USNO-SA (mag V de GUIDE)  
  UMu  Magnitude CCD non filtrée, à l'aide des mag V de GUIDE pour l'USNO-A  
  TMu  Magnitude CCD non filtrée, à l'aide des mag V du TYCHO 2 ou de l'HIPPARCOS (mag V)  
  GMR  Magnitude CCD avec filtre Rouge, à l'aide du GSC Non utilisée pour la révision de H  
  UMB  Magnitude CCD avec filtre Bleu, à l'aide de l'USNO (Mag B) Non utilisée pour la révision de H  
  UMR  Magnitude CCD avec filtre Rouge, à l'aide de l'USNO-A en R Utilisée pour rév. H avec R-V = 0,4  
  LMV  Magnitude CCD avec filtre V, à l'aide du LONEOS (dont PGSC) ou du LANDOLT (Mag V)  
  SMV  Magnitude CCD avec filtre V, à l'aide de l'USNO-SA (Mag V de GUIDE)  
  TMV  Magnitude CCD avec filtre V, à l'aide du TYCHO 2 (Mag V) ou de l'HIPPARCOS  (Mag V)  
  UMV  Magnitude CCD avec filtre V, à l'aide de l'USNO-A (Mag V de GUIDE)  
   
   
           
  PROGRAMME ANNUEL DU MAP            
             
  Reprend les objets du MAP en opposition sur l'année en cours        
  Classement des objets par date d'opposition            
  Utile pour les Observateurs qui peuvent planifier une série continue d'objets d'une nuit      
             
    Exemple à voir à : http://astrosurf.com/map/MAPast.htm      
                     
             
  LISTES DE CONJONCTIONS LONEOS-MAP            
             
  Etablies par Bernard GUILLAUD-SAUMUR de l'AAAA (Association des Astronomes Amateurs d'Auvergne),   
       
  Listes de conjonctions à moins de 15' entre les astéroïdes numérotés ou ceux du MAP avec l'une des   
  34000 étoiles du LONEOS ( géré par Brian SKIFF)    
     
  1) Classement par ordre chronologique : liste des astéroïdes en conjonction "Loneos" pour une nuit donnée  
     
  2) Classement par N° croissant d'astéroïde : liste des conjonctions mensuelles pour identifier les meilleures nuits   
      de suivi d'un astéroïde    
     
  Avantages principalement pour les Observateurs CCD qui pourront imager ensemble astéroïdes et   
  étoiles de référence    
  Les conjonctions entre étoiles LONEOS et astéroides du MAP sont déjà rares. Celles entre étoiles et astéroïdes   
  de même magnitude le sont encore plus, d'où l'usage exceptionnel mais non nul par les observateurs visuels  
       
  Possibilités de prévoir à l'avance pour une nuit donnée le suivi d'une courbe de lumière d'un astéroïde et/ou   
  l'élaboration de mesures de magnitude précises pouvant mener à la vérification ou l'élaboration de la magnitude H  
         
         
    Listes récupérables à : http://www.astrobgs.dyndns.org/astro/MAP/index.htm    
      ou par lien sur http://astrosurf.com/map    
      http://astrosurf.com/aude/map/index.htm    
     
  NB: Les conjonctions au delà de quelques mois sont sujettes à des imprécisions croissantes, du fait de l'usage   
  des éléments orbitaux des fichiers "MPCORB" du MPC et ne sont donc qu'indicatives    
     
   
  EXEMPLE DE LISTE DE CONJONCTIONS "LONEOS - MAP"  PAR ORDRE CHRONOLOGIQUE  
 
 
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
                 
  METHODES ET EVOLUTION DES METHODES    
                 
     
     
     
  METHODE VISUELLE    
     
  TRES PEU de repères stellaires => Intercomparaison des brillances des astéroides    
         
  Conditions de base :    
     
  Observer d'un ciel potable, hors Lune et pas trop pollué par la lumière    
      ou compenser par un gros diamètre    
           
  Utiliser toujours le même télescope   Minimum 150mm, sous un ciel pur    
      Pouvoir atteindre au moins la mag limite +14.5-15.0  
           
  Utiliser toujours le même oculaire assez puissant pour obtenir toujours la même puissance lumineuse  
      pour un assombrissement maximal du fond du ciel  
      Exemple : oculaire de 8 mm pour un C8 soit 250 x  
      NB: Garder un champ suffisant et des étoiles nettes  
           
  Limiter au maximum les pertes de lumière en éliminant les éléments optiques à grand nombre de lentilles,  
  les renvois coudés, les lentilles de barlow, les  lentilles non traitées, etc... Mais garder un grand champ   
  si possible, pour faciliter le repérage dans un champ d'étoiles.    
       
  Acquérir de l'expérience dans la comparaison des brillances d'astéroïdes éloignés les uns des autres  
           
  Apprendre à "jauger le poids" de la lumière dans les 3 dernières magnitudes limites de son instrument  
      Ce sont celles où la difficulté d'observation croît de dixième en dixième de magnitude  
      Apprendre à reconnaitre une mag donnée par sa difficulté d'observation moyenne  
     
     
  POSSIBILITES VISUELLES LIMITES AVEC UN TELESCOPE        
 
 
             
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
                 
  Un  tableau similaire avait été publié par "Sky and Telescope" en avril 1994.        
                 
  Même dans les magnitudes très faibles, le pourcentage de temps de vision est un excellent moyen   
  d'estimer une magnitude, quand vous avez plusieurs comparatifs successifs.       
  Le tableau de Fabrice MORAT donne pour un C8 une mag limite de : 15.7 pour 20% de vision    
          16.2 pour 10% de vision    
          16.9 pour 5% de vision    
           
  Il n'est pas impossible d'estimer 20% ou 10% de temps de vision, pour différencier deux objets très faibles.  
           
  Il n'est pas impossible, comme 2ème facteur utile de discerner des écarts dans les 1.2 mag d'écart   
  entre 20% et 5% de vision          
                 
  Il faut rester parfois très longtemps (1/2 heure et plus ) pour arriver à accréditer l'existence, la position et une   
  estimation de magnitude plausible !            
  Le déplacement lent de l'oculaire ou le tapotement léger peut permettre d'accréditer l'existence de l'objet  
  Si on a le temps, il n'est pas inutile de fouiller une zone photométrique sûre durant la nuit pour "calibrer" la   
  difficulté d'observation des étoiles en fonction de leur magnitude.        
                 
                 
  Des conditions parfaites doivent cependant exister :        
                 
  Oeil non fatigué            
  Observations au dessus de +45° de l'horizon        
  Utilisation de forts grossissements à l'oculaire gardant les étoiles ponctuelles      
  Utilisation obligatoire de la vision décalée          
  Objet repérable entre des étoiles ni trop brillantes, ni trop faibles      
  Lenteur de déplacement de l'astéroïde recommandée        
  Ciel pur, sans lune, turbulence, brume, etc...        
  Pas d'éclairage même faible pouvant interférer         
  Avoir de la persévérance ( parfois plus de 30mn pour authentifier l'objet et sa magnitude probable)  
                 
                 
  ANALYSE 2007 DE LA QUALITE DE MES MESURES VISUELLES DE TRES FAIBLES OBJETS     
           
  Je fais des mesures visuelles depuis plus de 10 ans et des mesures CCD depuis 2003.      
  J'ai du faire environ 4800 observations visuelles d'astéroides (2 minimum par astéroide vu ou revu),   
  presque toutes avec le même C8      
  Les mesures s'échelonnent entre V13.5 et V16.5, sous un ciel à magnitude limite +6.5 / +7.0 à l'oeil  
       
       
  Analyse 1 : Exemples de vérification de mes mesures de mag V16 en 2006 :      
         
  Parmi les 21 mesures visuelles avec mag >v15.9 depuis 2000, j'ai cherché dans la MAP Database  
  celles ou il y avait des mesures visuelles et CCD proches dans le temps et où j'avais précédé celles   
  en CCD (donc, pas de copiage...). Elles sont 9 en tout sur les 21 ( 42.8 % des mesures à v>15.9 faites   
  depuis 2000). Les mesures CCD ont toutes été raccordées à la bande V      
         
  Nombre de mesures visuelles Faure faites pour le MAP : 675 à fin 2006      
  Nombre de mesures obtenues sur des objets plus faibles que V15.9 = 21 ( % = 3.7 % du total )    
  Ces mesures à mag V16 sont donc l'exception plutôt que la règle.        
  Elles sont la concordance de conditions exceptionnelles        
                 
  Rappel : mesures visuelles de mag plus faible que v15.9 où j'avais précédé celles en CCD : 9    
    1 astéroïde sur 10 peut-être jugé discordant au niveau de la magnitude H (estimation MAP)  
       
  Octobre 2006 : 4860 Gubbio      
       
  3 mesures Faure 17 et 26/10 de V16.0 et V16.1 F/1.1 à F/1.3 (en clair: 1.1 à 1.3 plus faible que prévu)  
         
  Message de Brian WARNER (spécialiste courbes lumières) au MAP le 31/10 :      
  " I'm working 4860 Gubbio for its lightcurve. I can confirm that it is fainter than expected.       
  Using UCAC2 R magnitudes and assuming a V-R of about 0.4, the object was about 1.2 mag fainter in V   
  than predicted last night...."      
       
  Mars 2004 : 2239 Paracelsus       
       
  2 mesures Faure du 17.9/03 de V16.4 ( mon record de mesures) +/-0.1 B/0.1      
  1 mesure CCD Richard MILES (renommé en mesures CCD) du 23/03 = V16.5 et B/0.3      
       
  Mars 2004 : 3455 Kristensen      
       
  2 mesures Faure du 18.0/03 de V16.3 +/-0.1 F/0.9      
  1 mesure CCD Richard MILES (renommé en mesures CCD) du 23/03 = V16.5 F/0.9       
       
  Février 2003 : 3106 Morabito      
       
  2 mesures Faure du 22/02 V16.3-16.1 +/-0.2 et +/- 0.1 F/0.9 et F/0.7      
  1 mesure CCD de Van Den Abbeel du 25/02 en non filtré raccordé v = 16.4 F/0.9      
       
  Similitude de mes mesures avec celles CCD ayant suivi les miennes visuelles = 100% !      
  Sur ces 9 mesures personnelles > mag 16, je n'ai pu avoir 100% de chance dans la similitude de mes   
  mesures avec celles CCD ayant suivi les miennes visuelles !      
  Pour les 12 autres mesures non comparables, car isolées dans le temps, l'écart MAP est bien souvent   
  proche de l'écart MAP moyen de l'ensemble des mesures pour le même astéroide.      
       
                 
  Analyse 2 :      
       
  Mesures sans incertitudes > v15.9  = 2 sur 21 ( au delà de l'année 2000 où j'ai pour ma part     
  systématiquement mis des incertitudes si je n'étais pas sûr des mesures)       
       
  Incertitudes pour les 19 autres mesures > 2000 à incertitude = 0.1 à 0.2 mag      
  => Prudence donc dans l'estimation des mesures.      
         
  Celle que je donne est celle que j'estime être la meilleure et l'incertitude l'écart qu'il pourrait au pire   
  y avoir. +/-0.2 c'est déjà beaucoup, lorsque vous avez un oeil excercé, de bonnes conditions et des  
  points de repère de magnitude dans la nuit en question      
                 
                 
                 
                 
  LES OBSERVATIONS VISUELLES DANS LE MAP    
         
  méthode d'observation    
  Préparation :    
  Choisir des astéroïdes si possibles successifs en A.D. et s'étalant régulièrement en magnitudes prévues,   
  pour des comparaisons de magnitude plus aisées    
  NB: Eviter de choisir des objets trop différents en hauteur sur l'horizon, ou tenir compte d'un écart de magnitude  
       
  Choisir des astéroïdes encadrés par des étoiles de repère ni trop brillantes (éblouissement), ni trop   
  faibles (difficultés de repérage et de positionnement à la fois des étoiles faibles et de l'astéroïde)    
     
  Préparer des cartes de champ pour le repérage de l'astéroïde et noter éventuellement les magnitudes   
  sûres d'étoiles voisines ( très rare...)    
     
  Si possible, voir en début d'observations une zone d'étoiles faibles aux magnitudes V connues pour   
  estimer la magnitude limite de la nuit     
       
       
  Observations :    
  1) Noter la difficulté d'observation de l'objet : "visible directement", "visible légèrement indirect", "assez   
  indirect", "assez bien indirect", "bien indirect", "très indirect","fugitif", "très fugitif", etc...    
       
  Echelle de difficultés de vision d'un astéroïde avec un C8 ( magnitude limite ~ 16.5 )    
  ( pour une très belle nuit à mag limite +7 à l'oeil nu )    
  Cette échelle bouge en fonction des conditions climatiques et de la fatigue oculaire de l'observateur    
       
  v14.0 légèrement indirect, quasi sans arrêt v15.4      
  v14.1     v15.5 très indirectement, assez souvent    
  v14.2 assez indirectement, quasi sans arrêt v15.6      
  v14.3     v15.7      
  v14.4 assez bien indirectement, très souvent v15.8 très indirectement, assez souvent, pas fugitif    
  v14.5     v15.9      
  v14.6 plutôt bien indirectement, très souvent v16.0 très indirectement, assez souvent, légèrement fugitif  
  v14.7     v16.1      
  v14.8 bien indirectement, bien souvent v16.2 très indirectement, de temps à autre, assez fugitif  
  v14.9     v16.3      
  v15.0 très bien indirectement, bien souvent v16.4      
  v15.1     v16.5 très indirectement, de temps à autre, fugitif exclusif  
  v15.2 très indirectement, souvent   .....    
  v15.3     v16.9 très fugace, très fugitif, de loin en loin    
       
  Pour un géocroiseur rapide, la limite se situe vers 15.8, car on n'a pas le temps de vérifier la position entrevue,   
  que déjà l'objet est plus loin    
  Pour un astéroîde plus lent, la limite se situé vers 16.5, la limite absolue est vers v16.5, par très belle nuit.  
  Au delà, seules les étoiles, à la position quasi-immuable peuvent être fugacement entrevues.    
       
  2) Noter les inter-comparaisons des brillances d'objets : "astéroïde x < astéroïde y   de 0,x mag"        
        ou    "astéroïde x < astéroïde z" de 0.x mag < astéroïde y de 0.x mag, etc...  
       
  3) Estimer la magnitude de l'objet par la brillance de lumière observée    
  Expérience d'un même instrument et même oculaire indispensables    
  Il faut indiquer l'éventuelle incertitude ( +/- 0,1 mag en général, quand l' objet est bien encadré en magnitudes   
  comparatives par d'autres astéroïdes, +/- 0,2 mag pour les cas litigieux, ce qui fait déjà hésiter entre v15.5   
  et V15.9 par exemple, en estimant la magnitude la plus probable, vers 15.7 )    
       
       
  Vérifier impérativement le déplacement de l'objet ( ~ 1 heure plus tard, en moyenne, pour un objet cisjovien   
  éloigné d'étoiles de repère) et faire si possible une 2ème mesure.    
       
     
  Analyse postérieure :    
  Sur le compte-rendu d'observations, servant aussi de tableau d'analyses, classer les astéroïdes par   
  magnitude V croissante prévue par les éphémérides    
    &nb