Un obturateur pour Audine

 

Cet obturateur est très simple à réaliser , très économique et ne nécessite qu'une adaptation minime de la caméra. Il est consitué d'un volet , d'un électroaimant et d'un circuit de commande. Le circuit de commande de l'électroaimant a été élaboré par François Cochard.

 

- Modification mécanique de la caméra -

Il suffit de percer trois trous dans le corps de la caméra: un trou de 1.5 mm de diamètre sert à laisser passer la tige de l'électroaimant, deux trous de 3 mm de diamètre servent à fixer l'électroaimant.

- Description -

Le volet pivote sur une vis de diamètre 3mm qui est destinée à l'origine à la fixation de la résistance chauffante. Sur l'autre vis de 3mm, on peut fixer une glissière, qui évitera au volet de fléchir suivant la position du télescope. Le volet doit etre découpé de sorte qu'il couvre bien le capteur en position fermée et inversement. Il doit aussi traverser l'alésage du hublot, à cause de son fléchissement éventuel.

Sur le volet est collée une cornière, percée, qui laisse passer la tige de l'électroaimant. Sur cette tige, deux butées en caoutchouc permetttent de régler l'ouverture et la fermeture de l'électroaimant.

L'électroaimant possède la référence 250 1280 chez Radiospare.

- Schéma électronique -

( Textes et schéma François Cochard)

Le signal de pilotage de l'obturateur généré par Audine (et commandé par le logiciel d'acquisition, en l'occurence Pisco) est au format TTL (5 Volts, faible courant). Je rappelle que ce signal est disponible sur la pin 11 du connecteur DB15. Pour ma part, je récupère ce signal dans mon boitier d'alim. De son côté, l'électroaimant nécessite une tension adaptée (6 ou 12 Volts selon la bobine choisise - 6 Volts dans mon cas), avec une puissance nettement plus importante (3 Watts soit 500mA en 6V). En outre, dans Audine, les masses logique (des tensions + 15 V et -15 V) et de puissance (des tensions + 5 V et + 12 V) sont séparées pour éviter la pollution de l'image (Je vous renvoie aux débats sur la liste Audine pour plus de détails). J'ai souhaité respecter cette séparation, et ai donc utilisé un optocoupleur pour conserver cette isolation galvanique. Voici le schéma du montage utilisé, uniquement basé sur des composants très courants:

 

 

Le premier transistor (T1, 2N2222) sert à alimenter la LED de l'optocoupleur. Les deux autres (T2 et T3, 2N2907) à commander la bobine.

 Le poussoir P1 est un poussoir de commande manuelle de l'obturateur (en effet, l'optocoupleur utilisé, un 4N33 nous en donne la possibilité !).

 A priori les tensions d'alimentation sont les suivantes: V1 = +15 V, V2 = V3 = +12 V. Mais peuvent être adaptées à votre besoin. Le calcul des valeurs des résistances est le suivant:

 R1 est telle que le transistor T1 doit être saturé (0.5 mA, par ex...). Le HCT 14 délivrant 4.5 V, la chute de tension dans R1 doit être de l'ordre de 2.6 V. Donc R1 doit être de l'ordre de 5.2 K (valeur normalisée: 4.7Kohm, ou 5.6 Kohm).

 R2 est telle que le courant dans la LED de l'optocoupleur doit de l'ordre de 10 mA. R2 = (V1 - 1.6) / 0.01. Si V1 = 15 V, R1 = 1340 ohm (valeur normalisée: 1.2 Kohm, ou 1.5 Kohm).

 R3 est telle que la base du darlington de l'optocoupleur recoive environ 0.1 mA. R3 = (V2 - 1.4V) / 0.0001. Si V2 = 106 Kohm (valeur normalisée: 100 Kohm, ou 120 Kohm).

 R4, enfin, est telle que le courant de base du darlington (double 2N2907) soit de 10 mA environ, pour être sûr de staurer T3. R3 = (V3 - 1.8) / 0.01. Si V3 = 12 V, R3 = 1020 ohm (valeur normalisée: 1 Kohm, ou 1.2 Kohm).

 La diode D1 sert à protéger T3 contre les surtensions à la coupure de courant (fermeture de l'obturateur).

 Pour résumer, voici la nomenclature exhaustive des composants, dans la configuration que j'utilise (V1 = 15 V et V2 = V3 = 12 V):

 R1 Résistance 1/4 watt 5.6 Kohm

R2 Résistance 1/4 watt 1.2Kohm

R3 Résistance 1/4 watt 100 Kohm

R4 Résistance 1/4 watt 1 Kohm

T1 Transistor 2N2222 (NPN)

T2 Transistor 2N2907 (PNP)

T3 Transistor 2N2907 (PNP) Il me semble préférable de choisir un transistor plus puissant comme le 2N 3440 mais j'utilise actuellement 2 transistors 2N2907 en parallèle (N.B.)

Opt1 Optocoupleur 4N33

P1 Bouton poussoir de commande manuelle

D1 Diode 1N4001 (ou 1N400X)

- Réalisation du circuit électronique - 

Le signal provenant du pin 11 du DB 15 est renvoyé via le cable d'alimentation jusqu'à l'alimentation. Le circuit electronique se trouve dans l'alimentation. Cela permet d'avoir sous la main, le + 12v, le +15v et les deux masses. L'alimentation de l'electroaimant se fait par deux fils qui partent du circuit jusqu'à l'audine. Dans mon cas, j'ai un cable 25 fils qui alimente le DB 15 donc il reste des fils pour l'électroaimant. Mais on peut aussi avoir un cable 2 fils independant qui remonte le long du cable d'alimentation classique.

Les composants sont soudés sur une plaque d'essai.

- Coût -

Les composants electroniques sont courants, l'ensemble se trouve pour 20 frs environ. La plaque d'essai de circuit imprimé sur laquelle on soude les composants est tres petite, mais on ne peut guere je pense s'en procurer de cette taille. Compter 30 frs pour une carte à bandes cuivrées vernies de 100 x 160 mm. Enfin, l'électroaimant coûte environ 80frs.

 Accueil