Débuter en imagerie du ciel profond

Faire ses premiers pas et débuter la photographie du ciel profond modestement sans se ruiner et pour se faire plaisir.

 

On pourrait penser que de photographier le ciel profond requiert l'acquisition un instrument, télescope ou lunette, hors de prix et d'une caméra CCD à 4000€....

Effectivement lorsque l'on regarde les photographies réalisées dans les magazines spécialisés et qu'on lit les descriptifs du matériel utilisé, on peut penser qu'il faut être super équipé !

 

Hors, ce n'est pas le cas, car on oubli que tous ces Astro-photographes ont débutés eux aussi, avec du matériel moins couteux.

On peut photographier le ciel  profond avec simplement un APN et un objectif de 18 à 200mm monté sur un trépied photo ou une petite monture motorisée comme l'Astro-Track, acheté ou fabriqué selon ses moyens financiers.

 

Chapitre 1 - Avec le trépied photo.

 

Avec un APN, son téléobjectif de 18 à 200mm et un simple pied photo, il est possible de réaliser quelques images très intéressantes, comme le passage d'une comète, des filés d'étoiles, pluie d'étoiles filantes ou bien le passage de la Station-Spatiale, des rapprochements de planètes et des photos de la Lune sont aussi réalisables.

 

Pour réaliser les filés d'étoiles il est judicieux de se munir d'un accessoire qui deviendra vite indispensable, l'intervallomètre.

Cet accessoire sert à déclencher et à prendre automatiquement en rafale des images avec un temps de pose et un écart de temps, déterminés à l'avance, entre chaque pose, il sert aussi sur les APN à remplacer le déclencheur souple que l'on trouvait sur les Appareils Reflex argentiques en utilisant la pose B ou Bulbe.

 

L'intervallomètre, sert aussi de déclencheur souple.

 

 

 

 

Passage de la comète Panstarrs C/2011 L4

Image au téléobjectif de 200m/m,

40 poses de 30 secondes à 800 iso, APN canon 350D.

Filé d'étoiles sur l'étoile Polaire.

APN 350D, objectif de 18m/m. 80 poses de 30 secondes à 800 iso. Deux étoiles filantes se sont invitées

Passage de la Station ISS.

Pose B d'environ 2 minutes, APN Canon 500D

Objectif de 18m/m - 100 iso.

http://www.astrosurf.com/phtranquille/PicturesGallery/265_3_137_3_image035.jpg

http://www.astrosurf.com/phtranquille/PicturesGallery/156_3_image08.jpg

http://www.astrosurf.com/phtranquille/PicturesGallery/208_3_img_iss___arcturus_juin_2014.jpg

Rapprochement Lune / Saturne.

APN Canon 350D, objectif de 200m/m ouvert à 4,

800iso, 0"8secondes.

Un lever de Lune de couleur orangée sur l'horizon.

Téléobjectif de 200m/m, 1/60éme, 400iso.

Coucher de Soleil.

Canon EOS 350D; Tv (Vitesse obturateur) 1/800 Av (Priorité à l'ouverture) 22.0 Sensibiltié ISO 800 Focale 200 mm

http://www.astrosurf.com/phtranquille/image_870.jpg

http://www.astrosurf.com/phtranquille/image_1132.jpg

http://www.astrosurf.com/phtranquille/PicturesGallery/222_3_coucher_de_soleil_2015_03_23_2.jpg

 

 

Chapitre  2 - Avec l'APN monté sur une petite monture motorisée.

 

L'Astro-Track du commerce. Prix en juin 2016  :  579,00€,

Sans apn, sans rotule, sans trépied, ni viseur polaire,

ni alim, ni batterie.

Un système Astro-Track fabriqué maison.

Prix de revient  :  20,00€

Un autre bricolage, l'équatorial à planchette à suivi manuel !!!

00,00€ : Si vous faites de la récup,

sinon le plus cher sera la rotule photo !!

http://www.pierro-astro.com/images/stories/virtuemart/product/skytracker-3302w-550w.jpghttp://www.observatoire-binou.fr/IMG_4094-asite.jpg

http://www.astrosurf.com/phtranquille/image_1551.jpg

Ce système de bricolage sort d'un autre temps, aujourd'hui révolu, mais il fonctionne toujours bien pour les images à très grands champs.

Avec une petite motorisation ce serait un plus.

 

eqaudescriptif

 

http://www.lecercledenature.be/technique-photos/15-technique/technique-photographique/16-l-equatorial-planchette#haut

 

 

 

Avec ce genre de matériel il est déjà envisageable de faire de belles images du ciel profond grand champs, une vingtaines d'objet sont à la portée de tous avec cette configuration : Comme la Nébuleuse d'Orion, La Galaxie d'Andromède, les Pléiades, la Nébuleuse de la Rosette, l'amas globulaire M13 par exemple, la photographie de passage de comètes, ainsi que de la Voie-Lactée et des Constellations sont aussi réalisables.

 

 

Passage de la comète Catalina

APN Canon 350D non dé-filtré et objectif de 55mm sur AstroTrack, 37 poses de 1 minute à 800 iso

La Voie-Lactée, sous un ciel sans pollution lumineuse.

APN Canon 350D non dé-filtré et objectif de 18mm ouvert à 2 sur AstroTrack, 30 poses de 1 minute à 800 iso

Constellation de Cassiopée, réalisée avec un APN Canon 350D non dé-filtré et son objectif standard à la focale de 35m/m ouvert à 5, 24 poses d'une minute à 800 iso

http://www.observatoire-binou.fr/momonamibie020r-site.jpg

http://www.astrosurf.com/phtranquille/image_1554.jpg

Nébuleuses M 8, M 20 et Amas M 21.

Téléobjectif de 70mm, 60 minutes de poses.

Galaxie d'Andromède M31

 au Téléobjectif de 70mm ouvert à 2,8 - 1h15 de pose

Canon 350D dé-filtré, téléobjectif de 200 mm à f/3.4,

20 poses de 5 minutes à 800 iso

http://www.astrosurf.com/astro-nw/Namibie_2011/m20-et-m8---10-x-5-mn---tele-200---rc-black-calques.jpg

http://www.astrosurf.com/astro-nw/Namibie_2011/Redim/15-x-5-mn-M31-tele-finale+++.jpg

 

Chapitre 3 - La photographie au foyer d'un instrument.

 

Là, c'est une autre approche et un maximum de minutie doit être appliquée si l'on veut obtenir de bon résultats.

Une mise en station faite précisément plus une très bonne collimation contrôlée à chaque séance, sont les clefs de la réussite, le B.A.BA de l'Astrophotographie commence par ça !!!.

 

Vous pourrez avoir l'APN dernier cri à 6000€, la monture Nasal à 20 000, la lunette Tanakiki à 15 000 et les logiciels Pix-machin-Truc et Maxi-Soup à 900 €,

si votre collimation et votre mise en station sont pourries, vos photos seront pourries !!!

 

Par-contre si elles sont parfaites, vous pouvez faire d'excellentes images avec votre APN 350D à 150€, votre télescope de 150/750 sur une monture EQ5 motorisée GOTO à 850€ l'ensemble et des logiciels gratuits !!!

Attention;  pour info : L'APN Canon 350D ne fonctionne plus sur les OS à partir de Win7.

 

La photographie du ciel profond avec un télescope ou une lunette se fait avec l'APN positionné au foyer de l'instrument en lieu et place de l'oculaire, à l'aide d'un raccord et d'une bague T2.

Le matériel est un peut plus conséquent, la monture sera gérée par logiciels, il-y-aura besoin de faire de l'autoguidage, il faudra prévoir un ordinateur et des logiciels d'acquisitions, une petite caméra et lunette guide pour l'autoguidage.

 

L'APN peut être dé-filtré ou non, si il l'est tant mieux si il ne l'est pas, il faudra poser un peu plus longtemps.

Inutile de faire des poses avec une sensibilité réglée à 3200 iso ou plus, les APN donnent leur maximum et leur meilleur rapport de qualité entre les sensibilités de 400 et 800 iso, seuls quelques cas exceptionnels d'acquisitions se feront à 1600 iso.

Le temps de pose sera à déterminer suivant la qualité de votre ciel, en règle générale des poses de 3 à 5, maximum 8 minutes sont suffisantes.

 

La bague T2 / M42 pour Canon EOS et le raccord au coulant de 50.8 (2") ou 31.75 (1.25")

 

Chapitre 3 - La mise au point:

Avec une mise en station précise, une très bonne collimation, le moteur de la monture en fonctionnement, l'autoguidage en route, on vise une étoile brillante.

 

Pour obtenir une image nette, il faut ajuster la mise au point, il-y-a plusieurs méthodes plus ou moins complexes, mais une méthode simple, sûr et facile consiste à utiliser les aigrettes de diffraction engendrées par l'araignée du support du miroir secondaire d'un télescope de Newton ou utiliser de fausses aigrettes, confectionnées avec du fil de pêche par exemple, et placées à l'avant du tube d'une lunette ou d'un Schmidt-Cassegrain.

 

Avec l'APN, on prend une image d'une étoile brillante de quelques secondes, 20 à 30 secondes suffisent et on analyse le résultat sur l'écran de l'ordinateur, si les aigrettes sont dédoublées cela indique une mauvaise mise au point, il faut ajuster en conséquence en faisant varier le porte oculaire en avant ou en arrière, on répète l'opération jusqu'à l'obtention d'aigrettes les plus fines possible.

Avec cette méthode, vous êtes sûr à 99% que votre mise au point est bonne.

 

Ci-dessous dans la première image les aigrettes sont dédoublées et empâtées, la mise au point est dans les choux, dans la troisième après ajustement, les aigrettes sont bien fines, la mise au point est bonne.

Exemple de montage avec du fil de pêche sur un anneau en pvc.

 

http://astrowalcho.free.fr/Divers/Bricolages/Aigrettes/Aigrettes_23.jpg http://astrowalcho.free.fr/Divers/Bricolages/Aigrettes/Aigrettes_24.jpg http://astrowalcho.free.fr/Divers/Bricolages/Aigrettes/Aigrettes_26.jpg http://astrowalcho.free.fr/Divers/Bricolages/Aigrettes/Aigrettes_22.jpg

 

Chapitre 4 - L'acquisition :

L'acquisition des images brutes se fait au format RAW, c'est dans ce format que le maximum d'information est gardé dans l'image, ce format c'est en quelques sorte votre négatif, ce sont vos images BRUTES.

En effet pour réaliser des images du ciel profond, il faut acquérir plusieurs images BRUTES afin de pouvoir les additionner ensuite, cela permet d'augmenter le signal de l'objet que l'on veut photographier.

 

Si on prend une image unique de 50 minutes cela revient à dire, en schématisant, 50 x 1 secondes ou 100 x 0.5 secondes, de plus, une pose unique de 50 minutes sera saturée et aucune information ne sera exploitable.

Exemple :

 Si on prend 50 images d'une seconde d'une nébuleuse, si cette nébuleuse n'apparait pas sur l'image brute d'une seconde, il n'y aura donc pas de signal, on aura beau empiler les 50 images, au final on obtient : 50 x 0 = 0   

Alors que si on additionne 50 images de 180 secondes, là, la nébuleuse est visible sur une pose unitaire brute de 180 secondes, donc 50 x 180 = est équivalent à une pose de 150 minutes, soit 2h30.

 

Zoom sur une image brute de 180 secondes à 800 iso des Dentelles du Cygne et le résultat final avec 20 poses empilées, soit l'équivalent d'1h00 de pose totale.

 

 

 

Mais c'est pas fini :

La séance d'acquisition ne s'arrête pas là, il est primordial et nécessaire de faire à la fin de la séance photo, l'acquisition d'images de DARK, OFFSET et FLAT au format RAW elles aussi;

 

Qu'est-ce-que c'est que ces bêtes là ???

 

Le DARK c'est le bruit occasionné par le signal thermique ( le signal d'obscurité ), trois paramètres principaux entrent en compte, la durée d'exposition, la température ambiante, la sensibilité iso utilisée.

Les images de DARK se font dans le noir avec le bouchon sur l'instrument, elles sont de même temps de pose que les images brutes à la même sensibilité, il est bon d'en faire 5 à 7minimum, de préférence par nombre impair.

Une partie d'un DARK grossit à 150% montre les pixels chauds

 

 

L'OFFSET appelé aussi BIAS est le bruit généré par l'électronique de l'APN, elle est présente dans toutes les images.

L'image d'OFFSET se fait aussi dans le noir avec des temps de pose très courts de 1/4000éme, à la même sensibilité que les images brutes de préférence par nombre impair aussi entre 5 et 7 minimum.

 

Une partie d'un OFFSET grossit à 150% montre que le noir est gris foncé et génère du bruit électronique.

 

 

L'image de FLAT ou FLAT-FIELD ou en Français PLU pour Plage de Lumière Uniforme.

 C'est peut-être l'image la plus difficile à faire, car il n'y a pas de réglages définis, il n'existe pas d'image de FLAT type, comme le DARK et l'OFFSET, car l'image de FLAT est liée à la configuration de votre équipement !

 

Elle permet de corriger la non-uniformité sur l'image, enlever numériquement les poussières présentes sur les optiques, les effets du vignetage et des défauts de sensibilité de certains pixels.

 

Elle se réalise à la même sensibilité que l'image BRUTE en prenant des images d'un fond blanc éclairé uniformément à des vitesses comprises entre 1/30 et 1/100éme de secondes, le mieux est de faire des essais et d'analyser l'histogramme de l'image de FLAT.

Il est conseillé de réaliser environ une dizaine d'images de FLAT, il est primordial de ne pas déplacer ou bouger l'APN pour exécuter les FLAT sinon les poussières et les défauts ne seront plus au même endroit que sur les images BRUTES.

(Note on ne soustrait pas une PLU, on divise en fait l'image principale par la PLU.)

 

Un FLAT montre les poussières et un vignetage.

 

 

 

En regardant l'histogramme, si l'information se trouve dans les 2/3 de sa dynamique, on peut considérer que l'image de FLAT est correcte.

 

 

Je ne devrais pas vous le dire, mais j'utilise une méthode empirique, le Pif-Ohmmètre, lorsque je vois les poussières sur l'image, je considère qu'elle est bonne.

Mais écoutez un conseil : Faites ce que je vous dis de faire et pas ce que je fais !!

 

 

C'est dans le logiciel de prétraitement que les images de DARK, OFFSET et FLAT seront additionnées et divisées par leur médiane afin de créer trois images appelées MASTER, qui seront elles même soustraites de chaque image BRUTE sauf le FLAT qui sera divisé.

 

 Quelques images de configurations pour illustrer:

 

Un APN monté sur le porte oculaire,

au foyer d'un télescope de type Newton.

Un télescope sur monture à fourche motorisée pilotée par ordinateur, équipé d'une lunette guide.

Lunette guide de 80/400 dédiée à l'autoguidage.

APN 1000D.jpg

http://www.astrosurf.com/phtranquille/image_1627.jpg

On peut voir sur cette image une lunette guide équipée d'une caméra protégée de l'humidité par un film plastique, montée sur un diviseur optique équipé d'un oculaire réticulé éclairé, puis d'une résistance chauffante sur le pare-buée afin de limiter le dépot de rosée.

 La lunette est montée sur un "guide-scope" fabrication maison.

 

lunette guide 80-400.jpg

 

Intercaler un diviseur optique entre la caméra et la lunette permet de centrer l'étoile guide sans démonter à chaque fois la caméra qui reste ainsi réglée sur une mise au point presque parfaite.

 

Ce n'est pas indispensable, c'est un plus confortable !!

 

 

Chapitre 5 - Petit récapitulatif :

 

1_ En premier point l'instrument et sa monture devront être parfaitement mis en station de plus, une très bonne collimation devra être effectuée et contrôlée à chaque séance.

 

2_ La monture sera motorisée et gérée par un logiciel d'autoguidage afin de rattraper les défauts engendré par les jeux mécaniques de la monture,

 (l'autoguidage n'est pas conçu et ne rattrape pas un défaut de mise en station.)

 

3_ Ce qui implique de faire l'achat d'une petite caméra, d'une petite lunette supplémentaire et d'avoir à disposition un ordinateur à côté de soi.

 

4_ Posséder des logiciels, pour l'autoguidage, l'acquisition et le traitement d'images.

 

5_ Un plus est de motoriser aussi le porte oculaire afin d'effectuer plus facilement la mise au point.

 

6_ Des vêtements chauds, même en plein été, les nuits sont généralement fraîches et humides.

 

7_Un petit encas ( composé de biscuits ou de barre de céréales ) et une thermos de boisson chaude, seront les bienvenus après 2h00 à 3h00 d'acquisition.

 

Lunette sur le terrain avec PC et APN en mode acquisition et autoguidage.

Chez le Momo, à l'Observatoire du Binou.

 (En fait, dans son jardin entre les pommes de terre et les poireaux!!.)

lunette devant portail.jpg