Diabolo

Partner
  • Content count

    4139
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

249 Excellent

About Diabolo

  • Rank
    Very active member

Personal Information

  • Hobbies
    Fabrication d'instruments
  • Adress
    http://www.stellarzac.com/
  1. Très belle impression de volume et de la finesse, bravo Romain !
  2. Merci à vous pour ces cartes, je vais mettre de côté.
  3. Bonjour, Je cherche une séquence pour faire une évaluation de magnitude autour de m57 qui peut aller assez loin, 20 dans l'idéal. Si vous avez ça je suis bigrement intéressé !! J'en ai vu une passer y'a des années et impossible de retomber dessus... Merci Diabolo
  4. 11 dessins, surtout du galactique

    Super série Fred, et ton Frosty est... magique !
  5. En général il faut y penser lors de la conception et c'est tout sauf simple. Ça commence avec le choix des matériaux et le coût peut vite augmenter. Pas simple comme problème.
  6. Joko, merci pour ces précisions sur l'usage bino VS mono
  7. Chtite question "obs". Quand on observe en bino la turbu semble moins problématique, le cerveau doit surement faire le travail pour améliorer le "traitement du signal". Est ce qu'en bino amplifiée on observe aussi une amélioration par exemple du bruit ou d'autres éléments de l'image comparé au mono ?
  8. Que c'est beau... pas grand chose à dire, juste admirer....
  9. ÉNORME !!!! Plus d'atmo au dessus de Calerne le matos au taquet, l'équipe qui maitrise, et paf, le carton avec cette photo de ouf... Chapeau !!!
  10. Tout à fait, on a constaté la chose pendant des années et avec des diamètres très différents. En passant du petit au grand puis en revenant au petit, on en voit plus dans le petit. Cela a d'ailleurs été également décrit par Tom Clark dans un article décrivant les observations réalisées avec un 610 et un 910 (son ex yardscope). C'est un peu comme si on "déverrouillait" le cerveau dans son analyse de l'image.
  11. L'écart de perception des objets entre deux instruments de diamètres différents est une question plus compliquée qu'on imagine. Les réflexions lues ici, je les ai entendu plusieurs fois. La première fois c'était par un observateur averti qui comparait son 280 mm et le 560 mm que j'avais à l'époque. J'avais pour le moins été surpris sur le moment mais je pense que c'est en partie explicable. Sur les classiques que l'on observe régulièrement, le plus souvent, un observateur mémorise les détails qu'il perçoit dans l'instrument qu'il utilise « au quotidien ». Au fur et à mesure des observations, il parvient à détecter les détails, facilement visibles pour certains, d'autres réclamants de passer plus de temps. Ainsi se forme petit à petit une « représentation mentale » de l'objet faites des multiples observations. Lorsque ce même observateur passe à un plus grand diamètre, l'observation est souvent faite en y passant peu voir très peu de temps, sans forcément jouer sur les grossissements et sans forcément bénéficier d'une nuit de qualité. En passant à un diamètre plus grand, au premier coup d’œil, oui, on retrouve bien ce que montre l'instrument plus petit, mais sans avoir eu autant de temps à passer pour détecter ces éléments qui forment l'image. Aussi on a pas forcément l'impression « d'en voir plus ». Si on veut vraiment exploiter un grand diamètre, il faut pousser le grossissement et pour cela, il faut une nuit de qualité suffisante. Yapo, puisque tu évoques mon passage chez toi avec le 800 sous ton ciel alpin. Je pensais qu'on allait observer ensemble mais en faite tu avais quasi passé tout ton temps sur ton 445 pour compléter tes listes et dessins, notamment la nébuleuse Mc Neil détectée peu de temps avant dans la zone de M78. Je me souviens tout spécialement avoir eu une de mes meilleurs obs de M51 au zénith avec la bino mais tu n'étais pas venu la voir, ton dessin n'étant pas terminé comme cela s'était passé le plus souvent. Moi qui aime partager les obs, c'était plutôt frustrant d'être à 10 m l'un de l'autre sans vraiment partager l'oculaire. On ne peut pas voir correctement si on passe en coup de vent, et cela avait été le cas lors de ce comparatif 280 VS 560 évoqué en début de texte, comparatif réalisé à la va vite lors d'une rencontre astro. Un autre point, plus ou moins décrit précédemment, il y a des effets de seuil. Si un objet à des détails suffisamment lumineux, le plus gros instrument ne va pas en montrer plus, il va surtout y avoir un changement d’échelle. Si par contre, beaucoup de choses sont « limites » en détection dans le plus petit diamètre, dans le grand, si le seuil est dépassé, ils deviennent détectables. C''est particulièrement visible sur les champs de galaxies faibles quand on commence à compter les visibles. Un grand diamètre facilite également la détection des couleurs. Il faut noter que la collimation d'un grand instrument est très exigeante. Le plus souvent, son FD est plus court, voir beaucoup plus court. Combiné au fait qu'il doit être utilisé à des grossissements plus élevés pour donner son potentiel, cela ne pardonne pas. Si on utilise un grand instrument au quotidien, il faut un certain temps pour découvrir son potentiel. De temps en temps, on tombe sur des nuits qui permettent vraiment de faire le saut. Un des grands plaisirs est que l'on peut alors grossir fortement et toujours avoir de la lumière et là, c'est open bar sur la détections des petits détails.
  12. Soleil Ca K du 7 août au Newton 300 mm

    C'est vraiment superbe et cela donne une vue assez déroutante de la surface du soleil. La version colorisée par JP semble révéler encore mieux l'impression "3D" de l'image.
  13. Soleil Ca K en très haute résolution au Newton 300 mm

    Image déroutante, quasi "organique" ! C'est vraiment très impressionnant...
  14. Malincam et/ou alternatives

    Merci pour ces infos !