vincent

Member
  • Content count

    2098
  • Joined

  • Last visited

  • Last Connexion

    Soon available - 39599

Everything posted by vincent

  1. Motorisation directdrive

    On en revient donc à un problème de vis J'ai vu en effet pas mal de montures pour lesquels la vis de réglage qui permet d'ajuster l'inclinaison de l'axe d'AD était franchement sous-dimensionnée et conduisait à des déplacement saccadées, notamment en cas de monture bien chargée.
  2. Motorisation directdrive

    Il est clair que ce type de motorisation est alléchant. Je suis d'accord avec Cyril: pas la peine de chercher à équiper une EQ-6: mieux vaut repenser la monture de zéro. A ce sujet, je pense qu'il est préférable de choisir une monture avec roulements à rouleaux coniques qu'avec des roulements à billes.Toutefois, je ne comprend pas trop le problème de la mise en station, n'ayant pas approché de monture ASA. Le viseur polaire n'est pas assez précis? Ne pourrait-on pas remplacer le viseur classique par un capteur CCD/CMOS avec un petit écran intégré et un GPS dont les données pourraient servir au calcul de la position de la polaire? Ne serait-ce pas bien plus précis que le traditionnel viseur actuel?[Ce message a été modifié par vincent (Édité le 08-03-2010).]
  3. Les crayfords classiques manifestent rapidement de grosses faiblesses, quand on leur attache des accessoires relativement pesant (Gros oculaires, appareils photos et autres camera CCD). Le problème c'est qu'une fois que ces faiblesses se sont manifestées, tu es bon pour changer de PO si tu veux faire une mise au point fiable.Explications détaillées:Sur les PO de type crayford, la faiblesse inhérente, c'est les points de contact entre les roulements à billes et le tube mobile. Généralement c'est un point. Théoriquement, cela facilite la réalisation du PO, sauf qu'un roulement à bille c'est fait dans un acier bien dur. Et le tube coulissant du PO, c'est dans de l'alu (bien tendre en comparaison). La situation est rendu encore plus scabreuse par la présence du jeu interne aux roulements à billes (c'est inévitable): tu as théoriquement toujours deux billes en contact entre la bague intérieur et la bague extérieur d'un roulement à bille, sauf que la combinaison du jeu interne et de la rotation des billes fait qu'à un moment, tu n'en n'a plus qu'une bille en contact. Il se produit alors une légère excentration du roulement et une petite saccade: tu combines cela à la grande différence de dureté entre la bague extérieure du roulement et du tube mobile du PO d'une part, et avec l'appui réduit à un point d'autre part, et tu obtiens rapidement toute une série de petit trous le long de la zone d'appui des roulement à bille, qui vont rapidement rendre une mise au point précise impossible. Ah oui, et plus tu sers ton PO (pour ne pas que le tube sorte tout seul sous forte charge), plus vite il se détruit... Sympa non?Le seul moyen de résoudre le problème, c'est de choisir des bandes de roulement dans un matériau de même dureté que celle de l'acier à roulement d'une part, et de faire en sorte que le contact entre les roulements et le tube mobile du PO ne soit plus un point. Et le seul PO a faire cela réellement bien, c'est le Feather Touch de chez Starlight Instruments.J'ai pas d'action chez Starlight Instruments: je te donne juste mon retour d'expérience après avoir vu mon crayford se dégrader à grande vitesse en 2002 et avoir compris pourquoi. Curieusement, c'est à peu près en même temps que j'ai manipulé un Feather Touch pour la première fois sur un gros dob: une fois qu'on y a gouté, difficile de s'en passer.Autre chose, si tu changes de PO, tu es bon pour re-collimater: autrement pas sur qu'une fois remonté sur le nouveau PO, l'axe optique du correcteur de champ corresponde encore à l'axe optique de l'objectif. Ce genre de truc est faisable sur les lunettes "haut de gamme" (et généralement réglé en usine): pas sûr que cela soit le cas pour les Orion (les oculaires sont beaucoup plus tolérants que les réducteurs de focale / correcteur de champ).
  4. Dans ce diamètre et pour l'activité que tu souhaites pratiquer, je te conseille surtout une lunette dont le porte oculaire est signé Starlight Instruments (Le Feather Touch pour ne pas le citer).
  5. UBUNTU et l'astro

    quote:Change de distrib, ça te fera du bien.J'ai fait mieux jeune Freetard. J'ai laissé tomber Linux voici longtemps en ce qui concerne les PC, mais je regarde tous les 6 mois, histoire de bien rigoler en comparant l'étendu du désastre aux critiques Dityrambiques sur /.Maintenant, j'ai Unix sur mon PC de bueau, sans les prises de tête philosophique du gourou dingue RMS, sans les conneries architecturales du noyau signées Linus (Quoi, toujours pas d'ABI dans le noyau pour les pilotes de périphériques?), et j'ai oublié les problèmes de distribution "Grand Public" livrés avec des régressions et des logiciels critiques complètement bogués (Pulse Audio dans Ubuntu 8.04, Drivers Intel plus récemment). Ca s'appelle un Mac. J'aurai pu aussi bien prendre un PC avec Windows. Toi aussi un jour, tu apprendras que ton temps vaut plus que tout...(T'inquiète mon gars, CentOS est très bien pour notre très gros paquets de serveurs, même si les dernières nouvelles concernant l'équipe chargé du développement de la distribution m'ont quelque peu plongés dans les transes. Mais bon, il reste Scientific Linux qui ne risque pas de subir les mêmes problèmes.)
  6. UBUNTU et l'astro

    Conseil d'un gars dans la partie: Linux, c'est pour les serveurs et en général pour des machines dédiées.Ce système n'est vraiment pas fait pour être productif quand il est installé sur un ordinateur de bureau pour le grand public. Problèmes vécus avec Ubuntu: Perte de temps en général (écriture de script bash pour certains opérations pourtant simples, voir pour corriger des bugs de fonctionnement de certains applis). Trop de risques de plantage suite à simples mises à jour du système. Ta distribution t'enferme dans la liste des applis dispo dans le repository: si tu as besoin de la dernière version de Firefox ou de Open Office, et qu'elle n'est pas dans la liste des applis que tu peux installer avec ton outil de gestion de paquets, bonne chance... Trop de problèmes avec les drivers des cartes graphiques un peu sophistiquées et des cartes sons. Problèmes de régression et de performance suite à MAJ. Problèmes de performance des appli "grand public" Linux en général, et les programmes intéressants sont de toutes les façons dispo sur Windows ou Mac OS X. Les diverses distribution de Linux ne sont malheureusement pas des alternatives à Windows sur unu ordinateur de bureau. Si j'ai un conseil à te donner, utilise Windows 7 RC (gratos) si tu ne peux pas utiliser XP pour le moment. C'est vraiment un bon système (J'ai pas d'action chez MS).
  7. Il faut en plus ajouter que le Dall Kirkham a un primaire plus facile à réaliser que celui d'un Cassegrain de même configuration, du fait du coefficient d'asphérisation plus faible.
  8. Le problème du Klevtsov, c'est aussi les tolérances de fabrication sur le ménisque et encore plus sur le miroir Mangin. En plus, il va falloir aligner tout cela. Pas triste comme engin.Dans le même genre en la matière de télescope bien tentant à première vue, il y a le Riccardi-Honders. En fait c'est une horreur, car les indices des verres utilisés doivent être strictement identiques pour toutes les pièces, et les tolérances d'alignement sont riquiqui...[Ce message a été modifié par vincent (Édité le 04-09-2009).]
  9. quote:le calcul d’un Strehl polychromatique en exploitant les 3 couches couleurs d’un APN.C'est très intéressant, ça....
  10. Pour AP? Quelle importance, nous avons un paquet de triplets représentatifs testés (TMB notamment). Les triplets de chez AP utilisent des verres existants, pas de l'unobtainum. Donc, les performances doivent être à peu près similaires.Pour ma part, en dehors de la photo grand champs, je trouve qu'un triplet APO de 130mm à F/D=6 ou F/D=6.5 est vraiment court: pour tenir des performances acceptables sur un large spectre en photo, on est obligé d'abandonner les très robustes objectifs à immersion pour des objectifs avec des grosses lames d'air, très délicats à réaliser et à régler, tout cela afin de limiter le sphérochromatisme. Le problème est que ce genre d'objectifs se met aussi en température très lentement pour les gros diamètres. Ce n'est pas tellement un problème en photo, mais en visuel c'est pas terrible.J'ai parfois l'impression que les fabricants, dans leur course au triplet ultra courts les mieux corrigés possibles, oublient un peu que ce genre de jouet est fait pour observer ailleurs que dans l'environnement contrôlé d'un laboratoire de métrologie.Sur le terrain un triplet à immersion de 130mm à F/D=8 ou mieux à F/D=9 est en température bien plus vite, et la correction chromatique est aussi supérieure.
  11. Tiens, pour les amateurs de strehl polychromatique en visuel, voici les données constructeur mettant face à face les TSA 102 et la FS 102.Vous remarquerez que la TSA 102 se comporte beaucoup mieux que la FS 102 du côté du violet, et qu'en général la correction du sphérochromatisme est bien meilleure pour le triplet de la TSA 102 que pour le doublet FS 102.
  12. Lunette Petzval

    A l'origine, un Petzval, c'est Achro.
  13. Stanislas, je vais faire court: seule l'erreur RMS est importante.
  14. Stanislas, tu mélanges tout...Chercher un lien de type proportionnalité entre valeur PtV et la valeur RMS n'a même pas de sens.
  15. Ne sois pas surpris Stanislas: le sphérochromatisme est bien connu de quiconque a déjà calculé des objectifs APO ou des SC. Tu peux me croire, c'est très limitant: en gros plus ton objectif APO est ouvert (F/D petit), plus c'est difficile à maîtriser. Un triplet APO de 150 à f/d=6 qui a sur le papier un Strehl de 0.8 dans le bleu, 0.99 dans le vert et 0.9 dans le rouge, faut s'accrocher pour y parvenir.Tu peux contacter R Christen par exemple, il ne te dira pas autre chose.
  16. Effectivement, généralement un objectif APO se comporte nettement mieux dans le rouge que dans le bleu, mais tout l'art du concepteur reste alors d'obtenir des résultats correct du côté du bleu (sans parler du violet).A noter que les valeur de 0.8 pour le bleu et 0.5 pour le violet sont des valeurs que feu Mr Thomas Back considérait comme bonnes pour un objectif visuels.Pour le Schmidt-Cassegrains, il est aussi normal d'avoir de moins bons résultats dans le bleu et le rouge. La lame de Schmidt est calculée pour annuler l'aberration de sphéricité pour le vert, mais effectivement ça se dégrade à partir du bleu (sans parler du violet) et pareil pour le rouge, comme les objectifs APO en fait.
  17. Sauf que ces valeurs de Strehl, c'est pour le vert. Dans le rouge, et surtout dans le bleu (et je ne parle pas du violet), ce ne sont pas du tout des valeurs aussi flatteuses....En général pour un bon objectif (peu importe le type et la désignation commerciale), on a simultanément, sur le papier, un strehl aussi proche que possible de 1 pour le vert, d'au moins 0,8 pour le Bleu, d'au moins 0,8 pour le Rouge, et d'au moins 0,5 pour le violet. Le simultanément est très important, car un objectif achromatique remplit ces conditions sans aucun problème, mais pas sur toute la bande spectrale simultanément.[Ce message a été modifié par vincent (Édité le 25-08-2009).]
  18. Les roulements à bille "classiques" sans jeu, ça n'existe pas à ma connaissance.Si tu veux du "sans jeu" (très bonne idée) et des roulements, tu prends une paire de roulements à billes à contact oblique, ou une paire de roulements à rouleaux coniques: dans les deux cas à monter avec précontrainte.
  19. Basile,Si tu envisages de faire l'acquisition d'un correcteur Televue, tu peux toujours les contacter et leur demander comment il se comporte avec un doublet APO classique dont la focale est entre 400 et 600mm sur un champ donné: connaissant Messieurs Nagler Père & Fils, je ne serais pas surpris qu'ils te répondent.PS: c'est bien d'avoir un bon correcteur et un bon objectif, mais pense aussi à acheter un bon porte oculaire...
  20. C'est une très bonne question que celle que tu poses. Quel est le diamètre utile? En général, je peux te dire qu'à moins de concevoir des lunettes très spécifiques (Taka FSQ par exemple) ou des correcteurs très sophistiqués, on est généralement content quand on arrive à un champ plan utilisable de 40mm de diamètre environ.Sinon, tu peux aussi voir que pour une lunette de type doublet ou triplet, le rayon de courbure du "plan" focal vaut à peu près 1/3 de la focale de l'objectif. Avec un peu de trigo et quelques approximations à la louche, tu peux aussi calculer quels dimensions de capteur plan sont utilisables sans correcteur.
  21. Des Ritchey-Chretiens à 990 � ?

    quote:Quelle serait la configuration optique, budjet raisonnable, aplanétique sur un format APN ???On va avoir du mal avec les trois critères "Champ plan sans aberration", "Budget raisonnable" et "Format APN": il va falloir rayer un des trois critères.De toutes les façons, le choix du tube optique n'est qu'un élément de la chaine permettant de faire de bonnes images. Quand on a fait la somme "Coût de la monture", "Coût du Capteurs", "Coût du tube optique", "Coût du reste", on réalise que le "Coût du tube optique" n'est pas forcément le plus gros poste de dépense.Enfin je dirais que si on veut un instrument ouvert, grand champ, très, très bien corrigé, et le moins coûteux possible, je dirais qu'un Newton avec correcteur de champ à trois lentille de type Wynne est inégalé. Maintenant, ce ne sera pas forcément le matériel le plus simple à mettre en oeuvre. Mais jusqu'à 200-250mm, il n'y a pas de concurrent.
  22. ordinateur mac ou pc?

    La carte graphique, à part le jeu, sur l'ordinateur de monsieur tout le monde à quoi cela peut servir? A pas grand chose si tu veux mon avis. Cela décharge le CPU de la tâche d'affichage des Bureaux de Mac OS X et de Windows Vista (ce qui fait que Vista est en fait plus performant quand Aero fonctionne), c'est aussi intéressant pour Google Earth, mais n'importe quelle carte graphique vendue actuellement suffit à ces deux tâches. Sinon, à part les jeux, je ne vois pas trop quelles applis grand public peuvent réellement tirer partie des cartes graphiques les plus puissantes.Bien sûr on commence à voir des API qui permettent de décharger le boulot du CPU sur la carte graphique pour faire autre chose que d'afficher des polygones (OpenCL ou CUDA par exemple), mais y'a pas encore beaucoup d'application pour en tirer parti.Le MacBook blanc 2GHz que j'ai acheté possède une carte adéquate pour un portable (nVidia 9400M). Certains veulent plus de puissance dans ce genre de machine. Ca existe, mais personnellement, je n'en vois pas trop l'intérêt (dans une station de travail ou une grosse tour pour un gamer par contre...). Concernant ce portable, on m'a fait remarquer que c'était beaucoup trop cher et qu'on trouvait des PC portable tout aussi bien à 600€ (Le MacBook coûte 950€ environ). C'est vrai, mais le fait de ne pas avoir à passer je ne sais combien de temps à retirer je ne sais combien de logiciels en test et autre anti virus et anti spyware (ou Claquer 30€/an si je veux les garder), je peux te dire que cela n'a pas de prix pour moi. Ah oui, et puis le constructeur du PC ne m'aura sans doute pas fourni un DVD avec le système d'un côté, les drivers spécifiques à la machine de l'autre et les pourriciels sur un troisième: au mieux j'aurais eu un DVD "tout en un" ou pire une partition de restauration sur le disque dur d'origine. Au niveau matériel, on ne parlera surtout pas des trackpad des PC portables: j'ai jamais pu utiliser confortablement un portable avec le trackpad seul avant d'avoir eu le MacBook (je ne parle pas non plus de faire de la CAO.)... En bref si ça coûte 600€, y'a une raison.... Les portables Sony ou autres équivalents en qualité de fabrication au MacBook que je possède coûtent d'ailleurs à peu près le même prix, environ 1000€ pour un 13". La surtaxe Apple me fait donc bien rigoler.Question évolutivité, je n'y crois pas sur les machines grand public, hors machines de gamers (mais est-ce encore une clientèle grand public?). Je ne me suis pas monté un PC depuis 8 ans, je n'ai plus de temps à perdre avec une configuration "Frankenstein": le choix est tout simplement trop grand, il faut suivre en permanence l'évolution du matos pour savoir si on ne va pas créer un goulot d'étranglement ici où là, voir pire une incompatibilité entre tel et tel composant. Quant à la garantie, c'est une horreur: il y a la garantie de l'alim, la garantie de la carte mère, la garantie du CPU, la garantie du.. STOP! Je ne veux avoir qu'une seule personne en face de moi en cas de problème. La seule chose que je fais évoluer sur mes bécanes c'est la RAM et les disques, et parfois la carte graphique sur mon fixe. Le reste c'est trop ch****.Personnellement, je ne suis pas trop pour l'iMac (dalle brillante), sauf à rajouter un écran externe. Sur un portable, c'est pas pareil (je me vois mal faire quelque chose de très sérieux sur un écran de portable 13" avec Photoshop). La Mac Pro par contre est une station de travail sublime: un monstre de puissance (pour qui en a besoin), extrêmement bien conçu à l'intérieur et très silencieux avec ça.PS: Vista 64 et Live box fonctionnent très bien ensemble en Ethernet et Wifi.
  23. ordinateur mac ou pc?

    Il y a un an, je me suis acheté un Mac Mini d'occaze à pas cher "pour voir".Il y a un mois, j'ai acheté un MacBook blanc (le moins cher) avec la carte GFX nVidia 9400, j'ai upgradé à 4Go de RAM et un HD 7200rpm de 320GB. L'ensemble est très cohérent et a parfaitement remplacé mon PC portable (Sony Vaio).Dès que la carte Quadro FX 4800 devient dispo, je me paye le Mac Pro qui va bien pour remplacer ma station Dell qui commence à se faire vieille.La raison de ce choix (en ce qui me concerne) est toute simple: avec Mac OS X plus besoin du dual boot Windows / Linux. J'ai UNIX d'un côté et tous les trucs que j'utilisais sous Windows (Office, iTunes, Photoshop, etc.) de l'autre. Les jeux vidéo, c'est un jeu d'échec et Civilzation IV qui est dispo sur Mac OS, donc je n'avais rien pour me retenir. Désormais Linux, c'est "server only". Sinon, sur un PC, si tu veux raisonnablement manipuler plus de 2Go de RAM, il te faut envisager le passage à Vista 64 bits.
  24. Je me demandais si on ne pouvait pas obtenir une surface planne de référence quasi parfaite en plongeant le miroir sur lequel on travaille dans un bac rempli d'un liquide ad-hoc (type huile), et d'utiliser la surface du liquide comme surface planne de référence pour obtenir les interférences qui vont bien. Un des problèmes c'est bien sûr de ne pas transmettre de vibrations au liquide. A mon avis, cela devrait marcher et cela pourrait être utile à ceux qui réalise de gros plans pour leurs dobsons.
  25. J'ai entendu ce matin même un reportage sur cette réunion à Meudon, plutôt bien fait, lors du journal d'Europe 1.