JD

Member
  • Content count

    12212
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4
  • Last Connexion

    Soon available - 39735

JD last won the day on April 17 2020

JD had the most liked content!

Community Reputation

9192 Excellent

2 Followers

About JD

  • Rank
    JD

Personal Information

  • Hobbies
    Astro, météo, pyrotechnie, psychologie
  • Adress
    55 avenue du Pré de Ville 13650 Meyrargues
  • Instruments
    Skyvision 500 ; CFF 185 et jumelles apo Binoptik 130/780
  1. Depuis le temps que je vous dis qu'il faut vivre dans la partie de la carte en bas à droite.
  2. Sur des jumelles, et donc à faible grossissement, tu ne verras pas forcément la dégradation liée à la tension. En grossissant sur un télescope, c'est une autre histoire.
  3. Tête bino + ADC, comment faire

    Les tirettes gênent un peu si elles se trouvent entre les deux branches de la bino, donc je les mets vers l'extérieur des deux côtés...
  4. Tête bino + ADC, comment faire

    Salut Simon. J'ai pris les ADC de Teleskop Service. Pour ne pas être gêné par les tirettes, je place les ADC en opposition : tirettes à droite sur l'œil droit et à gauche sur l'œil gauche. Bino dans le plan vertical et tirettes dans le plan horizontal. Avec un Newton c'est un peu plus compliqué mais ça marche aussi.
  5. Il se trouve que j'ai des jumelles d'artisan faites avec deux apos à APM LZOS et que je peux monter des oculaires en 2 pouces avec le système de baïonnette Zeiss. Mais la plupart des jumelles du commerce même celles à oculaire interchangeables ne fonctionnent qu'avec du 31,7...
  6. il vaut mieux des plis plutôt qu'un tension. Mais l'idéal c'est plat comme s'il était posé sur une table.
  7. ça va pas ta feuille là. Pas tendue mais pas gondolée non plus. Il faut qu'elle soit pincée à plat, sans tension et sans plis. Juste pincée à plat.
  8. Ta feuille astrosolar n'est-elle pas tendue ? Elle ne doit pas l'être.
  9. si c'est pour une lunette, un hélioscope ferait mieux, tellement mieux...
  10. Quelles jumelles 56 mm ?

    Ayant pour ma part constaté sur mes instruments que je ne grattais pratiquement plus rien au-delà de 4,5mm de pupille (à part en haute montagne), mes Leica 10x42 sont probablement le meilleur choix de jumelles que j'ai jamais fait. J'en ai eu des paires en 25 ans, mais celles-ci sont les seules que je conserve depuis 15 ans et qui m'accompagnent tant pour le terrestre que pour l'astro...
  11. Quelles jumelles 56 mm ?

    Amusant de voir comment Google traduit le titre de l'article : "Comprendre les élèves de sortie binoculaire"
  12. Infos sur Skyvision

    Un restaurant où on t'installe et où tu attends 30mn pour pouvoir passer commande, t'as envie de les tuer. Un restaurant où on te dit : "je vous préviens, y a 30 minutes d'attente, mais si vous voulez boire un truc, ça vous fera patienter" ; et que, 25 minutes après, tu passes commande, tu as envie de leur mettre un bel avis sur Google... Pourtant, c'est sans doute les mêmes assiettes, la même cuisine, mais pas la même culture client. Et comme un client mécontent fait plus de bruit que 10 clients contents, le reste va assez vite...
  13. Infos sur Skyvision

    ça c'est le problème des boites techniques françaises. Elles font un produit fantastique ; elles possèdent des critères qualité du meilleur niveau, mais leur approche de la qualité se limite au produit et s'applique nettement moins à la sphère commerciale. Or c'est la même chose en fait. La qualité dans l'approche client, contrairement à ce que les gens pensent, ce n'est pas d'être extraverti ou d'avoir un bon contact. Cà c'est bien mais assez secondaire. La qualité dans les approches commerciales, c'est de la technique. Sauf que ce n'est pas de la technique d'usinage ou de choix de matériau... C'est de la technique de bases de données, de tableurs, d'outils de gestion. Par exemple : - suite à échange avec un client, tout est saisi dans une base Excel (c'est long mais au final on gagne du temps) - on ne fait jamais confiance à sa mémoire : tout est noté, consultable partageable, - on dit ce qu'on fait et, si possible, on fait ce qu'on dit. - si on ne sait pas répondre à une question client, on n'attend pas d'avoir la réponse pour le contacter. On dit qu'on n'a bien pris note de la question et qu'on cherche la réponse... - si on n'a pas de nouvelles, on appelle pour dire qu'on n'a pas de nouvelles. - s'il y a du retard, on appelle (ou on écrit) pour dire qu'il y aura du retard et on explique pourquoi. - et si avec tout ça, en plus le produit est excellent, alors on garde à vie les meilleurs clients, ceux qui sont pressés, ceux qui ont de l'argent et pas de temps à perdre... Maintenant, quand une boite a enfin trouvé quelqu'un qui tient la route techniquement, difficile, en plus d'attendre de lui d'être un cador de la gestion client. Il est rare qu'un individu soit bon en tout, mais il arrive que plusieurs, harmonieusement associés, le soient par le niveau de leurs interactions et complémentarités. Mais le préalable à tout, c'est que le manager ait compris l'importance de cela et qu'il l'impose à ses collaborateurs en convainquant chacun, qu'à terme, c'est un précieux gain (de temps et d'argent) et non un coût.